Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Patoche

Membres
  • Content Count

    97
  • Joined

  • Last visited

About Patoche

  • Rank
    Cirrocumulus
  • Birthday 03/12/1989

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Merci Montilien! En effet, in fine, l'idée serait de travailler avec l'enthalpie. Pour le moment je ne souhaite pas forcément me préoccuper des variations de volume ou de pression de l'air, car cela impliquerait de longs calculs au-delà de mes capacités (mes cours de thermodynamique me semblent déjà lointains! 😱), je pensais les supposer constantes (plus exactement constantes (en moyenne) d'une année sur l'autre). J'hésite à commander les données climatiques pour ma station de référence auprès de Météosuisse, mais ça risque de faire cher... 😕
  2. Aucune réponse? J'ai dit de monstrueuses bêtises, ou je n'ai pas posté dans le bon sous-forum? 😰 De mon côté je n'ai toujours pas trouvé d'indicateur énergétique pour étudier le climat, sauf peut-être celui-ci : Source : https://www.meteosuisse.admin.ch/home/climat/le-climat-suisse-en-detail/indicateurs-de-climat.html?filters=WetBulbT_1981-today_JJA&station=gve Il s'agit de la température maximale du thermomètre mouillé pour Genève, pendant la saison d'été. Celle-ci correspond à la température donnée en bleu sur le diagramme psychrométrique de mon premier post. Cet indicateur tient compte de l'humidité de l'air, mais n'est pas proportionnel au contenu énergétique de la masse d'air, il ne reflète donc pas parfaitement l'énergie totale de la masse d'air. On y retrouve toutefois cette tendance à l'augmentation significative de la "moiteur" depuis 2010. Cette tendance est observable dans de nombreuses stations du plateau Suisse, mais beaucoup moins (voire pas du tout) sensible en altitude et durant les autres saisons que l'été. Pour la France je ne peux rien dire, je n'ai rien trouvé sur Météofrance. J'aimerais bien creuser la question et "développer" un indicateur énergétique, si par hasard il n'en existait pas un, tenant compte au minimum de la chaleur sensible et latente contenue dans la masse d'air. L'équation pourrait ressembler à ça : Source: Roger Röthlisberger Cette équation est tirée des mes cours de climatisation et donne l'énergie contenue dans 1 kg d'air sec, en fonction de la chaleur sensible de l'air (Cpa) et de la vapeur d'eau (Cpv), ainsi que la chaleur latente de cette dernière (qvo). X*v correspond à la teneur en eau (en kg/kg air sec). Je n'ai toutefois aucune base climatique d'une station à disposition pour essayer quoi que ce soit, je ne peux donc pas aller plus loin... Si ce sujet intéresse quelqu'un et qu'il dispose d'une base de donnée climatique (la plus longue possible) avec au minimum la température, la pression atmosphérique, l'humidité relative/le point de rosée/la pression partielle de vapeur, ce serait avec plaisir! 😀
  3. Bonjour à toutes et tous! Cela fait bien longtemps que je n’avais plus posté sur Infoclimat, mais je le parcours régulièrement depuis plus d’une décennie avec plaisir 😊. Je me permets d'ouvrir ce sujet car je n'ai pas trouvé de réponse à mes interogations sur ce site ni ailleurs. En effet, depuis maintenant quelques années je me demande si il existe, en climatologie, un ou des indicateurs énergétique(s), qui convertissent les valeurs mesurées des stations météorologiques (température, teneur en eau, et éventuellement pression) en énergie (par exemple en J/g air sec) , à l'image de ce qu'on peut voir sur un diagramme psychrométrique. J'ai bien connaissance par exemple de la température potentielle (Theta E) utilisée en météo, mais je n'ai rien vu de la sorte en climatologie. Dans le contexte de réchauffement climatique que nous vivons, il pourrait effectivement être interessant d'analyser l'évolution de l'énergie contenue dans les masses d'air au sol, non seulement par sa composante sensible (la température), mais aussi par sa composante latente (la vapeur d'eau contenue dans l'air). En effet j'ai le sentiment que les deux composantes n'évoluent pas de manière identique et je vais essayer d'en donner un exemple, non pas en qualité expert, mais en qualité "amateur". 😄 N'ayant pas accès à des bases de données sous forme de fichier texte je vais essayer d'étayer mes propos avec les moyens du bord, soit la base climatologique de Meteociel, ceci pour ma station de référence (Genève, 420m). J'y ai séléctionné les 5 étés les plus chaud de ces deux dernières décennies, à savoir, du plus chaud au moins chaud : 2003, 2015, 2018, 2017, 2009. J'y ai aussi rajouté 2019 (incomplet forcement, comptabilisé jusqu'au 30 juillet), à titre informatif. Le diagramme ci-bas résume la moyenne des températures maximales pour chaque mois d'été ainsi que de la saison entière : On peut constater que 2003 se démarque largement des autres années, avec un écart sur la saison de 2.3 °C par rapport au deuxième été le plus chaud (2015). Le record semble donc encore loin d'être détrôné. Hors, sur ces années sélectionnées, la teneur en eau semble n'avoir cessée d'augmenter. Le seul indice disponible sur Meteociel permettant d'apprécier la combinaison de la température et de la teneur en eau est l'Humidex. Cet indice est biensûr imparfait, mais il a le mérite d'exister et de permettre de montrer une évolution. Le graphique ci-bas reprend les mêmes années que plus haut, mais cette fois-ci avec la valeur moyenne de l'indice Humidex maximal de chaque journée : Cette fois-ci l'écart entre 2003 et la deuxième année la plus "moite" diminue avec 1.9 point, non plus par rapport à 2015 mais 2018. Celui-ci est même plus bas (1.5 point) avec 2019 . Mais le plus intéressant est le graphique suivant, où seule la différence entre la Tx et l'Humidex est affichée (oui oui j'ai conscience que ce n'est pas scientifiquement acceptable de déduire une température (°C) par un indice sans unité!😅) : On remarque, pour ces années sélectionnées, une augmentation constante et importante de l'écart entre la température mesurée et son indice Humidex relié, avec 1.53 point en 2003 contre 2.78 en 2019, soit presque le double! Cela démontre clairement que la masse d'air a tendance à contenir toujours plus de vapeur d'eau, et que donc une partie de l'énergie supplémentaire n'est pas mesurable en prenant compte que l'évolution des températures. Plus flagrant encore, j'ai vulgairement mesuré l'énergie de la masse d'air du jour le plus "énergétique" des années citées plus haut sur le diagramme psychrométrique disponible sur Wikipedia : Si je ne dis pas de bêtises, le diagramme psychrométrique permet de d'éterminer l'énergie spécfique contenue dans une masse d'air. On y trouve en bas la température du bulbe sec (celle mesurée par les thermomètres), en rouge les courbes d'humidité relative, et en noir l'enthalpie. Pour calculer grossièrement l'énergie spécifique (l'enthalpie), il suffit de connaître la température maximale et son humidité relative du jour sélectionné, en faisant un point au croisement de ces deux paramètres . Les droites obliques (isenthalpes) permettent de faire varier la température et l'humidité relative tout en conservant la même quantité d'énergie de la masse d'air. A titre d'exemple simpliste, pour le 30 juin 2019 et ses 35°C et 45% Hr, si la masse d'air avait été plus sèche (par exemple avec une végétation et des sols très secs) il aurait pu faire 40°C avec 30% Hr, voire 45°C avec 20% Hr, soit sensiblement ce qui a été mesuré durant la même canicule au Sud de la France... Le constat global est, dans le cas de Genève, sans appel : l'énergie contenue dans la masse d'air semble, pour les jours les plus "moites" des années étudiées, monter inexorablement, passant de 61 J/g en 2003 à 65 J/g en 2015 et 2018, puis 70 J/g en 2017, avant le terrible 77 J/g (!!) de juin de cette année. Par ailleurs, l'année 2019 compte déjà environ une dizaine de journées dont l'enthalpie maximale est supérieure au maximum de 2003 (soit située entre 61 et 77 J/g). Cette augmentation d'énergie n'est pourtant pas ou peu visible si on ne considère que la température, à l'image de 2019 avec son petit 35°C... D'où ma question concernant l'existence d'un indicateur énergétique (et/ou enthalpique) dans le domaine de la climatologie.
  4. Par rapport à ça, quelqu'un pourrait m'expliquer à quoi sert la vigilance jaune émise par Météofrance? Parce que émettre une vigilance jaune sans préciser de quoi il s'agit c'est pas franchement utile...
  5. J'en ai marre de ce temps pourri et de ces températures dignes d'un mois d'avril! Mais j'en ai encore plus marre de cette canicule qui arrive avec son air sec associé, et j'en ai déjà marre de ces foutus orages qui s'annoncent ou pas juste après! C'est bon? Tout le monde il est content?
  6. Il doit confondre avec les toitures végétalisées. Blâmer les agriculteurs ne sert pas à grand chose, c'est la société qui pousse toujours à la globalisation et à la consommation. Par ailleurs, je rappelle que si les agriculteurs doivent cultiver aussi massivement pour subvenir aux besoins des honnêtes citoyens, ces derniers en sont responsable à 99% (et je suis gentil! ). Je vous suggère de potasser ce petit lien pour prendre conscience que la viande (surtout la rouge) est une calamité environnementale, sa production demande des quantités de céréales/fourrages monstrueuses, d'où une demande indirecte en eau inimaginable : "Avec la quantité d`eau nécessaire pour produire 1kg de viande [rouge] on pourrait se doucher quotidienne-ment pendant un an" C'est curieux de voir que le gouvernement n'en parle pas, il préfère nous demander de prendre une douche plutôt qu'un bain, c'est tellement plus efficace! /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> Par ailleurs sachez que l'élevage à lui seul est responsable de 18% des émissions de gaz à effet de serre sur la planète, c'est bien plus que les transports (13%) ! Pour l'été prochain, plutôt que d'économiser un voyage Paris-Sydney, économisez quelques côtelettes de porc, ça aura un meilleur effet. Je précise que je ne suis pas végétarien, mais je voulais juste remettre l'église au centre du village, car si les agriculteurs consomment autant d'eau c'est surtout à cause des habitudes alimentaires des clients (plus de viande = plus de céréales pour le bétail = augmentation de la production des céréales riches comme le maïs ou le soja, des céréales très gourmandes en eau = irrigation quasi-forcée des champs alors qu'avec d'autres céréales moins riches/productives (blé, avoine, lin, etc.) on pourrait s'en passer...). Encore désolé du HS
  7. Mouai, la perspective de ces deux prochaines semaines s'éclaircit, mais pas dans le bon sens... Après le gros coup de bourre de la végétation du mois d'avril on assiste désormais plutôt à un coup de mou, comme le suspecte MétéoSuisse . Les plantes vont avoir du mal à végéter, je me demande si ça n'aura pas un impact négatif sur la formation des hypothétiques orages diurnes ( végétation moins dense = évapotranspiration réduite = humidité de l'air réduite = intensité des orages réduits). Du côté des rivières et des lacs la situation continue d'être préoccupante, le lac de Bienne (et donc par effet de vase communiquant le lac de Neuchâtel et de Morat aussi) s'enfonce dans les records : Après avoir remonté de quelques 20 centimètres à la mi-avril le niveau recommence à descendre lentement mais sûrement, à tel point que maintenant le niveau est d'environ 15 centimètres plus bas que le précédent record. /emoticons/ohmy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Les autres lacs suisses ne sont pas en reste, le lac Léman par exemple a franchit son niveau d'hiver à la mi-avril (371.7msm) et depuis n'a regagné que 2 pauvres centimètres (371.72msm) alors qu'il devrait déjà en être à 371.85msm...
  8. MétéoSuisse a publié hier le bilan du mois d'avril : Comme pressenti il se retrouve juste derrière avril 2007, ce qui n'est tout de même pas très rassurant. Au niveau des précipitations la situation s'est temporairement améliorée au Nord des Alpes (~10mm en une semaine) et au Sud, mais le Valais est resté en marge (comme souvent),/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> On en est donc à 20 à 35% de la norme au Nord 10% pour le Valais, le Tessin et une partie des Grisons. Au niveau des rivières peu de changement : Le Jura reste à 10 à 20 % du débit normal, le plateau alémanique se situe plutôt entre 20 et 50% tandis que les rivières nourries à la neige et aux glaciers se situent plus ou moins dans la norme. Nous allons désormais rentrer dans un mois décisif qui est mai, et nous pourrons voir si la tendance s'inverse ou pas, mais pour l'instant le zonal n'est pas encore d'actualité...
  9. Voir ici pour de plus amples infos + des vidéos. Près de 300 pompiers et neuf hélicoptères tentent de contrôler le brasier qui fait 100 hectares selon 20 minutes, celui-ci s'est déclaré dans une carrosserie avant de s'étendre à la forêt voisine.
  10. Vous pourriez m'expliquer cette certitude? On est d'accord pour dire que la majorité du temps les cumuls durant ces mois se font par des orages, mais dans le cas d'étés "pourris" il s'agit souvent d'un flux d'Ouest voire Nord-Ouest récurrent, ou je me trompe? Dans ce cas rien ne dit que l'on vive de bons flux d'Ouest (zonal) d'ici à la fin de l'été, ce qui pourrait être salutaire. Petite anecdote concernant la température des cours d'eau qui est évidemment bien trop chaude pour la saison : le Rhône à la Porte Du Scex a atteint aujourd'hui 13.5°C, ce qui est 0.8°C plus chaud que... Le maximum relevé durant la canicule de 2003! Ca parait impossible mais je pense que c'est parce que les glaciers ne sont pas encore très sollicité actuellement, ce qui est une bonne nouvelle! /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">
  11. Je suis trop jeune pour avoir de la jurisprudence dans l'évolution du climat Suisse, mais en analysant les graphiques saisonniers fournis par MétéoSuisse le constat est sans appel : En dehors du fait que l'évolution est sensiblement la même pour toutes les saisons on constate que pour chaque saison le record d'excédent est postérieur à 2000 et souvent de plus de 1°C que le précédent, le pire étant pour l'été et l'automne où les valeurs des premiers sont le double des seconds! En attendant je me suis "amusé" à calculer combien de temps il faudrait au lac Léman pour passer de son niveau d'hiver (371.7m) qui est atteint à la mi-avril pour ensuite passer au niveau d'été (372.3m dès début juin) si on coupait entièrement les vannes du barrage du Seujet (qui régule le niveau d'eau du lac), ce qui aurait pour conséquence d'assécher presque totalement le Rhône en sortie du canton... Le résultat n'est pas rassurant puisque si le débit des eaux qui se jettent dans le lac ces derniers jours se maintient il faudra 58 jours pour l'atteindre, ce qui nous projette à la mi-juin! (le débit moyen de ces derniers jours est de 70m3/s pour le Rhône avant que l'Are ne se jette dedans, et il faut 349 millions de m3 d'eau pour augmenter le niveau du lac de 60cm) Il faut espérer que les orages prévus pour les jours avenirs amènent beaucoup d'eau sinon j'en connais certains qui ne pourront pas mettre leur bateaux à l'eau avant le début de l'été!
  12. Le chat m'a l'air gourmand, n'aurait-il pas l'intention de se faire une bonne petite poulette pour Pâques? @ Lolox : Impossible de planter des tomates où tu habites? La maladie la plus problématique c'est le mildiou, mais il est vorace dans la majorité des régions françaises. Si tu traites tes plants de temps à autre (c'est-à-dire lors de périodes de pluie prolongée) avec de la bouillie bordelaise (sulfate de cuivre), normalement tu devrais pouvoir faire de belles choses par chez toi! /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> Je suis un peu plus au sud mais avec 10m2 j'arrive à produire pas mal de tomate : Et pourtant c'est pas la proximité qui manque, ce que je fais est à déconseiller fortement car c'est une bombe en cas de maladie, mais n'ayant qu'un carré de 15m2 pour tout faire pousser je bourre au max. Bref, n'écoute pas les vieux du village et lance-toi!
  13. Salut Lolox. Concernant le Jura je peux te proposer quelques stations du côté Suisse, ça permettrait peut-être de combler un peu le trou! Ici il y a des données homologuées pour Bâle (Nord-Est du Jura) et de Chaumont (Sud du Jura, 1594m). Pour ce qui est des données non homologuées mais fiables la plupart du temps (quelques "trous" à déplorer de temps à autre) car issues des stations de MétéoSuisse je peux te proposer la Dôle (au Nord de Genève, 1670m d'altitude) , la Fretaz (au Sud du Jura entre la Dôle et Chaumont ,1205m), les Eplatures / Chaux-de-Fonds (centre du Jura, proche de la frontière, 1018m), voire Fahy (pas loin de Montbéliard, 596m). Pour mieux les situer il t'es possible d'aller ici, elles sont toutes là (sauf pour Chaumont, mais il est à côté du Chasseral (noté CHA) sur la carte). Voili voilou, en espérant que ça te soit utile.
  14. Je suis d'accord sur ce que vous dites mais j'aimerais quand même me faire l'avocat du diable en disant que nous sommes en grande partie responsable de ce qui se passe. /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> Vous parlez de la série 2003-2010 qui n'est qu'une suite d'années sèches, c'est pas faux (hors 2007). Mais quand je vois ces Cartes je retiens surtout la période 1961-1976 qui hormis trois années était sacrément sèche. Je n'ai pas de feedback sur ce qui s'était passé durant ces quinze années, mais je pense sans trop me tromper que les conséquences n'étaient pas celles que l'on subit actuellement (exception faite de la terrible année 1976). Que ce soit l'agriculture ou les particuliers, l'usage de l'arrosage/irrigation a des conséquences lourdes sur la consommation et donc sur la baisse des réserves d'eau, je peux citer comme exemple la mer d'Aral... En France la surface de production de maïs a triplé entre 1960 et 2000, or il est extrêmement consommateur d'eau et nécessite l'usage d'une irrigation dans la plupart des régions, c'est d'ailleurs une raison principale de la baisse des nappes phréatiques dans les régions françaises concernées. En suisse le maïs n'est cultivé que depuis 40 ans, la courbe doit donc être largement exponentielle. Et depuis le milieu des années 1990 on a commencé à utiliser massivement les canons à neige, de manière abusive même (comme ici à Nendaz où il reste de la neige sur les pistes alors que le seuil naturel est déjà à 2200m!), et le problème c'est qu'on a crée des bassins artificiels (=moins d'eau qui se retrouve dans les rivières) pour envoyer de la neige à des altitudes si basse que dès mai passé toute l'eau "stockée" sur les pistes est déjà dans la mer./emoticons/ohmy@2x.png 2x" width="20" height="20"> Mais ce qui m'énerve le plus c'est l'usage massif de l'arrosage automatique chez les particuliers comme dans les espaces publiques, on en abuse à tel point que certains arrosent même 2 jours après une semaine complète de pluie! Je ne parle même pas des arrosages prévus pour... des arbres! Je ne peux m'empêcher de rire quand je vois mon paternel arroser le cerisier vieux de 15 ans, j'imagine qu'il n'a pas conscience de ce que peut boire un arbre de cette taille. (il est évident que je ne parle pas d'un jeune arbre fraîchement planté qui ne survit pas sans arrosage). De l'autre côté on a largement étancheifié des centaines de km2 en les couvrants de bitume et de béton, toutes ces surfaces perdues sont autant de manque dans le bilan hydrique des nappes phréatiques (Je tiens tout de même à dire qu'en Suisse de gros efforts sont fait de ce côté là, aucune nouvelle construction de bâtiment ne doit envoyer de l'eau de pluie dans le réseau de manière directe, il faut donc soit passer par des puits d'infiltration ou installer un toit végétalisé. /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> ). Et puis ne parlons pas des rivières complètement canalisées qui a le même effet qu'un TGV, là où avant l'eau prenait plusieurs semaines elle peut désormais le faire en quelques petits jours! C'est du reste aussi un problème lorsqu'il pleut, car tout fout le camp tellement vite que celui qui se trouve à la fin du parcours de la rivière n'a pas le temps de partir qu'il est déjà noyé sous la flotte. Bref... Inconsciemment je ne serais pas malheureux que cette sécheresse continue, car si la situation s'aggrave les gens prendront peut-être conscience que il ne s'agit pas seulement d'un aléa climatique mais que l'homme est en très grande partie responsable de cette catastrophe annoncée. Et puis perso j'ai pris les devants : je viens de planter mes tomates à 30 cm de profondeurs, c'est tellement profond qu'un arrosage suffit pour trois semaines.
  15. Sûrement une histoire de pepette. (tu veux les normes officielles? Tu payes! ). Globalement MétéoSuisse fait de beaux efforts en éditant des bulletins réguliers (résumés des mois, des saisons et des années + actualité météo particulière) ou en mettant en ligne les normes sous forme de chiffre, de graphique ou de cartes , mais on a aucune information sur les records (Tx, Tn, précipitation, ensoleillement, etc.), ce qui est bien dommage. PS : Pour les normes, il faut chercher Crans-Montana sous M (Montana). /emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">
×
×
  • Create New...