Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

raymiss

Membres
  • Content Count

    61
  • Joined

  • Last visited

About raymiss

  • Rank
    Cirrocumulus
  1. Eh bien, si tu suis le post de Marot c'est plutôt l'inverse. Encore raté !Mais bon, c'est vrai que là ce n'est pas l'article de MM…
  2. Voici l'abstract (l'article est payant)David H. Douglass, John R. Christy, Benjamin D. Pearson, S. Fred Singer We examine tropospheric temperature trends of 67 runs from 22 Climate of the 20th Century model simulations and try to reconcile them with the best available updated observations (in the tropics during the satellite era). Model results and observed temperature trends are in disagreement in most of the tropical troposphere, being separated by more than twice the uncertainty of the model mean. In layers near 5 km, the modelled trend is 100 to 300% higher than observed, and, above 8 km, modelled and observed trends have opposite signs. These conclusions contrast strongly with those of recent publications based on essentially the same data. Donc c'est plutôt une comparaison modèles vs. TLT non ?
  3. Non, pas de données possibles selon les pays et/ou les années. Il faut lire le rapport avant de l'évaluer Le propos de M&M est de réanalyser la courbe présentée par l'IPCC des températures de 1860 à 2000. La thèse IPCC est d'en déduire une action des GES pour expliquer les tendances du réchauffement. M&M ont fait une analyse des évolutions socio-économiques, de l'historique des stations de mesure, des changements d'utilisation du sol, etc. pour contester cette courbe. Ils ont paramétré tout ce qui a pu faire évoluer les conditions locales de température autour des stations de mesure et introduire une "contamination" des données utilisées. Leur étude montre que les tendances au réchauffement qui ont été constatées sont liées étroitement aux conditions socio économiques et qu'elles doublent les valeurs présentées pour les températures. Autrement dit, l'effet de serre attribué aux GES à partir de 1980 par l'IPCC devrait être divisé par 2. Our new paper presents a new, larger data set with a more complete set of socioeconomic indicators. We showed that the spatial pattern of warming trends is so tightly correlated with indicators of economic activity that the probability they are unrelated is less than one in 14 trillion. We applied a string of statistical tests to show that the correlation is not a fluke or the result of biased or inconsistent statistical modelling. We showed that the contamination patterns are largest in regions experiencing real economic growth. And we showed that the contamination patterns account for about half the surface warming measured over land since 1980. Bof ! Chacun son tour /emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">
  4. A Melbourne fin juin 2007 ont été organisées par le Lavoisier Group 2007 Workshop deux journées sur le thème "Rehabilitating Carbon Dioxyde" A cette occasion l'une des interventions vous intéressera certainement. Présenté par Michael Hammer ce rapport n'est pas une réfutation de l'effet de serre mais une analyse théorique qui l'amène à calculer pour le CO2 un effet 20 fois plus faible que celui prédit par l'IPCC /emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> Quels sont vos avis sur ce rapport (il ne fait que 12 pages) ? Le lien est ici : http://www.lavoisier.com.au/papers/Conf2007/Hammer2007.pdf Le site du groupe Lavoisier est ici : http://lavoisier.com.au/ On pourra y trouver les rapports des autres intervenants pour info.
  5. Voici la référence d'un article de McKitrick un peu plus grand public où il débat aussi des contre-arguments opposés par l'IPCC à ses conclusions : http://www.nationalpost.com/opinion/story.html?id=145245
  6. Vrai, ce n'est pas le sujet.Voici de quoi commenter dans la ligne de ce thread. Je ne sais pas ce que ça vaut, et je ne participerai pas à la discussion, mais c'est intéressant à lire. On ne m'a donné ce lien qu'il y a 3 jours et je viens juste de le parcourir. Apparemment c'est fait par un ingénieur ou un prof de physique. J'extrais deux pages de son site, la première sur l'effet de serre. http://pageperso.aol.fr/frey83130/18---Eff...de%20Serre.html La seconde sur le CO2 http://pageperso.aol.fr/frey83130/15---defense%20CO2BON.html A vos commentaires !
  7. Merci Meteor, c'est la formule que j'avais oubliée (depuis fort longtemps)
  8. Aëaïeaïe, heureusement que j'ai été prof de maths (un remplacement en classe de 3e en étant étudiant)J'ai dit "simple" : On prend un double décimètre. On regarde de quoi sont constitués les deux premiers centimètres : Il y a le 1er centimètre, appelons-le 1 On lui rajoute sa moitié +0,5 et on arrive à 1,5 cm On rajoute la moitié du précédent +0,25 et on arrive à 1,75 cm On rajoute… etc. Qu'est-ce qu'on fait à chaque fois ? On rajoute la moitié de la distance à parcourir pour arriver à 2. Donc on n'arrivera jamais à 2. C'est asymptotique ! Je vous dessine la règle ci-dessous pour contrôle ----1 cm-----1 cm |----------|----------|
  9. Pour info, une parenthèse mathématique pureLa série 1+1/2+1/4+1/8+ etc est une série décroissante convergente. Je ne sais plus comment on calcule mathématiquement sa limite (j'ai oublié mes maths de fac depuis 1968) mais "a vista de nas" comme on dit en languedoc sa limite doit être 2. Valeur assez simple, de calcul assez simple.
  10. Ouuuups ! Pardon. Dans ce cas la réponse est simple : OUI 1744 : " L'an 1744 commença par un beau temps. On eut très peu de neige. Les mulets roulaient facilement toute la commune aussi librement qu'au mois d'août. Jamais homme vivant n'avait vu un temps si agréable dans cette saison. L'hiver commença le 9 mai... 50 ans plus tard : 1794. Il est tombé à Annecy et sur le Genevois une neige abondante qui fit verser les moissons et subsista pendant deux jours. L'hiver fut long et dur. Du 17 décembre 1794 au 5 mars 1795, le froid fut presque continuel et il tomba tant de neige que les routes de la région annecienne furent impraticables. http://virtedit.free.fr/vivian_dern.html
  11. Je n'ai plus le droit de repartir sur ce thème, donc tu perds ton temps.Désolé !
  12. Merci. L'affaire est close RM
  13. Je n'ai pas compris la question. Il y a eu un réchauffement climatique en 1956 qui permette de comparer les deux époques ? Ou bien réchauffement est synonyme de très très froid ? /emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">
  14. Voilà, ça a marché cette fois Dois-je comprendre que si on ne peut pas couper un quantum en deux on peut quand même couper les cheveux en 4 ? Dois-je m'énerver pour dire que tu es de mauvaise foi comme Meteor ?Non, je ne le dirai pas ! Je crois que ce que je dis est simplement embêtant : lorsqu'on examine la conservation de l'énergie le compte n'y est pas, on en a trop. Prends 100 photons, ou 256, peu importe et examine un seul cycle de réchauffement, celui qui se répète à l'infini pour créer ton flux. On s'intéresse à un seul cycle. Une arche de sinusoïde si tu préfères, sachant qu'il y en a eu avant et qu'il y en aura après. On isole une seule arche. Le soleil a envoyé ces photons et puis il attend. Il renverra une autre giclée de photons plus tard, lors du 2e cycle (à l'arche suivante) Lorsque ce paquet de P photons arrive du soleil et qu'il réchauffe la terre, elle s'échauffe : t(P) degrés Lorsqu'il repart vers le GES la terre se refroidit. Et donc elle n'est plus à la température t(P) mais froide. Lorsque le GES qui a reçu ces P photons en renvoie P/2 vers la terre, celle-ci qui est froide se réchauffe. Elle reçoit 2 fois moins de photons que précédemment donc elle s'échauffe par exemple à t(P/2) Faisons le bilan : La Terre munie de son GES est passée de l'état 0 à l'état t(P) puis à 0, puis à t(P/2) Quand elle n'a pas de GES elle passe de 0 à t(P) elle n'a que 2 états successifs. C'est un cycle, (une arche) qui se répète à l'infini, qui lui donne à l'équilibre une températutre de 0.5*t(P) (admettons le calcul) Quand elle a du GES elle passe de 0 à t(P) puis à 0 puis à t(P/2). Elle a alors 4 états successifs. Dans ses états excités (ou chauds) elle est tantôt à t(P) tantôt à t(P/2). C'est un cycle (une arche) mais cette fois de 4 états, qui se répète à l'infini, qui lui donne à l'équilibre une température de 0.375*t(P) Donc inférieure au cas où elle n'a pas de GES avec qui échanger ses photons. On peut rajouter la série des 1/2, 1/4, 1/8 etc d'échanges avec le GES toujours dans le même cycle, on restera inférieur à t(P) donc on n'aura aucun réchauffement final à l'équilibre. Et ne me dis pas que la terre à reçu entretemps de nouveau des photons (comme dit Cotissois) car cela fait partie de l'arche suivante, qui se produira lorsque ces P photons se seront épuisés. Vous quand vous dites que les W/m2 sont réémis depuis le GES vers la Terre, vous omettez le fait qu'elle s'est refroidie entre temps donc vous additionnez les flux. Mais si on fait cela ça revient à dire que la terre a gardé sa précédente température de t(P) donc qu'elle ne s'est pas refroidie. Donc qu'elle n'a pas émis le flux que le GES lui renvoie. Ou bien qu'il y a une énergie supplémentaire qui vient de nulle part. Bon, ton étudiant repart en vacances (c'est Noël, d'ailleurs) et il va réfléchir à nouveau
  15. Oui, tu as raison, c'est ce que je vais faire (passer à autre chose).Merci pour tes réponses. RM
×
×
  • Create New...