Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

thib91

Membres
  • Content Count

    9414
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    4

3 Followers

About thib91

  • Rank
    Orage supercellulaire

Personal Information

  • Location
    Nancy

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Je partage totalement ton analyse, le parallèle entre 1987 et 2013 est très intéressant.
  2. C'est à peu près cela. Tout ce qui sort de la zone rouge s'écarte véritablement de l'écart type, on peut donc dire qu'une année habituelle se situe entre 650 et 850mm. Justement non je pense que c'est l'inverse. Les longues périodes de sécheresse "absolues" cad sans précipitations ne sont pas nouvelles. Par exemple pour Nancy Lles périodes sèches d'une vingtaine de jours sont même assez récurrentes et n'ont rien d'exceptionnel, certaines années anciennes en comptent même plusieurs. Mêmes en prenant les périodes d'un mois sans précipitations (RR>1mm pendant au moins 30 jours d'affilés), ce qui est déjà plus significatif, on s'aperçoit que les années 2000 et 2010 ne sont pas particulièrement bien représentées. Les années 1920 et 1930 ont d'ailleurs été les plus généreuses en longue période de sécheresse. Certaines n'entrent pas dans le tableau car entrecoupées d'une journée de précipitation >1mm mais approchent des 50 voir 55 jours. Par exemple du 14 janvier au 4 mars 1932 il ne tombe pratiquement rien, uniquement 5cm de neige le 8 février, et 1,8mm répartis sur 4 petits jours liés à de brouillards givrants...sinon pas une goutte de pluie pendant presque 2 mois. En revanche là où la donne à changé c'est au niveau des températures. Ces périodes de sécheresse, qui ont toujours existé, se déroulent désormais avec 2° de plus que dans les années 20 et 30. C'est beaucoup pour les écosystèmes de nos régions, avec une évapotranspiration bien plus importante et les conséquences que l'on connaît sur des espèces ayant besoin de bcp d'eau pour supporter la chaleur (conifères, hêtres...). Edit : j'ajouterais également tous les prélèvements en eau pour les activités humaines qui etaient bcp moins importants il y a 50ans et donc disponible pour les écosystèmes, a cela s'ajoute la disparition de nombreuses zones humides qui pouvaient faire tampon en periode de sécheresse.
  3. Oui enfin, MF qui était jusque là très prudent semble confirmer ce que l'on ressentait depuis quelques années. L'enchaînement d'étés brulants, 3 des 4 plus chauds ont ainsi eu lieu depuis cette date sur de nombreuses régions, les épisodes de douceurs spectaculaires avec anomalies thermiques inédites de décembre 2015, des automnes 2017 et 2018, de février derniers...Un tel enchaînement ne semble plus du au hasard ou a quelconque cycle naturel. On verra d'ici quelques années mais j'ai l'impression que l'on a franchi un nouveau seuil entre 2013 et 2015, à l'image de celui de la fin des années 80 qui reste le plus spectaculaire et marque la fin des grandes vagues de froid. A suivre mais il se pourrait que ce nouveau seuil se caractérise par un nouveau standard pour nos étés. Leur niveau thermique moyen serait désormais au niveau des grands étés prè-années 2000, 2003 étant en quelque sorte un prélude à ce qui nous attends. La question est combien de temps devront nous attendre pour mettre a terre 2003 sur une saison estivale, je pense que ce sera bien avant 2030.
  4. Hello pas simple comme question. Un petit article à ce sujet https://www.cairn.info/revue-espace-geographique-2008-3-page-225.htm# Je n'ai pas eu le temps de tout lire mais la question est complexe et a évolué dans le temps. En fait chacun à sa lecture de l'Orient et cette dernière a évolué en fonction du contexte géopolitique de chacune des époques, il est donc impossible de "normalisé" ces concepts géographiques de proche et moyen orient. En fonction de l'époque ou de sa situation géographique, le Moyen-Orient et le Proche-Orient peuvent recouvrir les mêmes espaces et même évoluer dans ses contours. Il n'y a pas de consensus à ce propos.
  5. Oui superbe journée hier malgré un petit passage nuageux en cours de matinée, bien ventilée et agréablement fraîche (tx 23,5°), on semble débarrassé des ces horribles fortes chaleurs pour au moins 7 à 10 jours. Ce matin plein soleil et vent frais de NE (30km/h en raf.). Fraîcheur nocturne également avec 9,2° au plus bas, il faut remonter au 13 juin dernier pour trouver plus frais (7,9°). Ceci dit rien de remarquable puisque la tnn moyenne des mois de juillet sur la période 81-10 s'établit à 8,6°, on retrouve traces de t° largement plus fraîches en 2016, 2015, 2014, 2013.... Sinon cela ne s'améliore pas au niveau de la sécheresse de surface, les pelouses sont toutes cramées, il faut dire que l'on entame notre 25ème jours sans pluie!
  6. Nuit très douce sur Nancy, on est passé sous les 25° après 2/3h du matin, encore 20° ce matin vers 8h. Heureusement le rafraîchissement est enfin arrivée avec 2/3 gouttes mouillant la poussière. On est d'ailleurs passé sous les 20° actu quel bonheur. Actu le soleil tente une percée, place à une semaine encore chaude et sèche mais plus classique.
  7. @Count superbe rendu, graphiquement très beau. Journée encore brûlante sur Nancy avec 35,6° à Essey, mettant fin à cette canicule inédite en juin. Ce soir l'atmosphère est étouffante, pas un souffle d'air et un point de rosée qui grimpe (19°). Le ciel prend des caractéristiques instables avec quelques altocumulus qui se développent rapidement en petit cb. Cela reste anarchique et de petite échelle à voir l'évolution.
  8. Oui toute nul cette vague de chaleur, les 40° promis par les modèles n'ont pas eu lieu, il n'a fait que 7 jours d'affilée au dessus de 30° et on ou on va seulement battre des records mensuels ayant moins de 5 ans. Sans parler des points de rosée à peine superieurs à 20°, 22° du grand classique je vous dis. Modéré. Si vous trouvez trace d'un épisode en juin aussi long avec au moins 7 jours d'affilés à plus de 30° et au moins 2 à 3 jours au delà de 35° je prends. De mon côté j'arrête d'essayer d'apporter des données constructives sur cet épisode, les têtes de pioches s'en chargeront pour nous démontrer la banalité de cet épisode en juin.
  9. D'ailleurs le fait que les records de températures absolu aient été atteints ou approchés en montagne (jura et vosges), prouvent le caractère exceptionnel de l'épisode sur nos régions. On est que fin juin et les sols sortent tout juste du printemps avec encore pas mal d'eau disponible en surface (notamment sur l'Alsace). C'est aussi ce qui a joué sur la limitation de la progression des t° en basse couche, malgré tout on a battu des records mensuels. Une telle masse d'air entre la mi-juillet et la mi-aout sur des sols plus secs aurait mis les records de 2003 au tapis.
  10. Il faut aussi coupler la température avec le taux d'humidité pour avoir une idée de la capacité calorifique de la masse d'air. On a eu des températures de 35/36° avec des points de rosée au dela des 20°-21° voir plus par endroit, c'est extrêmement rare. Habituellement dans nos régions ces points de rosée élevés sont associés à des t° pouvant être chaudes mais dans la limite de 30/32°. Or, l'épisode de juin 2019 aura eu pour caractéristiques d'associer t° caniculaires (sup. à 34/35°), généralement atteintes dans nos régions dans un air relativement sec, et taux d'humidité très élevés. C'est le marqueur d'une masse d'air exceptionnellement chaude à la capacité calorifique aussi élevée si ce n'est plus que des canicules passées à 37/39° mais ayant eu lieu dans un air plus sec. Pour moi cet épisode n'a donc rien de banal et présente même des caractéristiques exceptionnelles par cette association humidité très forte chaleur. Pour en revenir au temps actuel, pas loin des 32° sur Nancy mais les points de rosée ont rejoins des.valeurs plus classiques pour ces températures (8-10°) et le petit vent rendent le ressenti agréable à l'ombre.
  11. Pour rappel Carpentras est une station de classe 3 concernant la température en raison d'une végétation trop présente sur le site, probable qu'il y est surchauffe. Il serait intéressant de retenir les valeurs de stations au moins de classe 2 pour référence nationale.
  12. Ca.ne baisse pas sur Nancy tjrs 34° au thermomètre, juste une.légère baisse de l humidité mais ca reste trop chaud.
  13. Oui avec Clermont-Ferrand au regard de la longueur des séries climatiques de ces deux stations et de la grande précocité de ces records. D'ailleurs pour La Rochelle cela donne une anomalie de +17° par rapport aux températures maximales moyennes d'une fin juin, Clermont hier était à +16°.
  14. 40,2°C de Tmax provisoire pour La Rochelle battant les 39,4° du 4 août 2003. https://twitter.com/EKMeteo/status/1144262681123336192
  15. On l'avait dit depuis quelques jours que c'était une probabilité non négligeable en cas de grosse canicule, pas de véritable surprise à mon sens vue les températures abominables prévues pour demain et samedi. Cela doit commencer à sérieusement s'échauffer dans les services de secours et d'assistance du pourtour méditerranéen, au delà des records demain risque d'être une journée à problème...
×
×
  • Create New...