Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

sebb

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    7081
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    3

2 Followers

About sebb

  • Rank
    Orage multicellulaire
  • Birthday 10/10/1985

Personal Information

  • Location
    St Pierre Du Chemin Centre Est 85 en limite 79

Recent Profile Visitors

3507 profile views
  1. Lol, le dernier gfs m'irait à merveille, il ne faudrait plus qu'il bouge, sinon on risque l'intrusion d'air trop frais stabilisant rapidement la façade Atlantique, ou la cagne brûlante et sèche si il rétropédale un peu plus vers l'ouest à chaque sortie. D'ailleurs quand on regarde les cartes du panel gefs, on constate que les situations où le talweg ne se "déplie" pas, sont nombreuses, c'est alors une version tempérée et stable dans l'Ouest, pas ce qu'il y a de plus passionnant. Manquerait plus que l'ancien gfs, avec son air con et sa vue basse, l'emporte, une sorte de cep de ce matin version plus massive. C'est vrai que ces dernières années, on a l'impression que ça devient une évolution majoritaire quand un talweg s'approche, espérons que ce ne soit pas le cas cette fois-ci. Les signaux envoyés par les 2 principaux déterministes vont plutôt dans le bon sens, même si cep a ni goût ni gouasse sur cette sortie.
  2. Intéressant de voir comment les déterministes se cherchent, CEP qui retourne sa veste, après GFS, c'est même encore plus radical sur CEP, je ne m'attendais pas à un retournement aussi important, vu la divergence, il y en aura d'autres. Les calculateurs ont un mal fou à appréhender l'évolution de ce talweg à l'approche du continent. Pas de soucis, ils finissent toujours pas la retourner du bon côté ^^ En d'autres termes, il reste aléatoire de faire de la prévision à partir des déterministes au-delà de 144h, dés qu'un élément cyclonique s'approche d'un côté ou de l'autre. Si on pondère ce qu'on a pu voir ces derniers jours/heures au global sur les déterministes, on aurait tendance à estimer le run de gfs plutôt cohérent cette fois, ça bloquerait comme l'envisageait cep, mais ce serait plus massif, reste à voir à quelle distance des côtes... des histoires lointaines pour un Lyonnais de toute façon... Les moyennes d'ensemble sont stables en revanche, manquerait plus que la moyenne retourne aussi sa veste, peu probable, l'évolution se fait généralement de décalage en décalage.
  3. Fou mais rafraîchissant. Nan mais on va souhaiter passer à côté de 2003, et que la canicule qui s'annonce s'enraye au plus vite. Même les dingos de records que nous sommes ici ont été servis cette année. Si c'est pour voir les agriculteurs tirer la langue, les prix de l'alimentaire français flamber, et le pib être plombé, et je ne parle pas du pire...évidemment, bah si, nos sages.
  4. Erff... tu ne croyais pas si bien dire, sauf que si il a vu juste au niveau de la quantité d'air froid en mouvement, mais en prenant un plongeon type cep, à ce rythme de blocage, on ne va pouvoir s'empêcher longtemps d'être tenté par le parallèle de 2003.
  5. Cette fois-ci effectivement le ralliement de GFS au gros des troupe semble effectif, même si effectivement il n'était déjà pas à des années lumières en début d'épisode au préalable, le tracé sur ce run reste grossier de mon point de vue, mais bon on va pouvoir passer plus spécialement à l'intensité avec la dernière incertitude de taille qui devient faiblarde... on va dire que le NO reste à portée de tir d'orage à base élevée. On a d'ailleurs pu constater que mf n'a pas attendu ce ralliement devant l'insistance des moyennes d'ensembles exacerbées par le déterministe, même si la pente du dégradé de la T°C semble encore assez peu oblique entre NO et SE.
  6. Merci pour ce post Lolox qui combine l'expérience du terrain et la connaissance théorique. Ce qui me frappe, c'est lorsque tu dis que des bouleaux se dessèchent (dés qu'il y a quelques semaines sans une goutte?), ça confirme bien qu'il n'y a quasiment pas de sol. Qu'en est il des bouleaux de fond de vallée posés sur 1m de terre franche? je suppose qu'ils se portent bien? Cette insistance sur la climatologie brouille peut-être le message, mais c'est pour tenter de conserver une rigueur qui souhaiterait avoir des preuves moins réfutables que les actuelles, sur l'ombre (pathétique) du RC au sujet de cette triste série que vous constatez actuellement sur le terrain. Tu reprends mon interrogation sur l'âge des arbres vs la longueur des "sous séries" climatiques. Quelle est la corrélation entre l'amo et le débit des cours d'eau, il existe des études sur le sujet, ce serait déjà une première variable à soustraire, mais on entre là dans un véritable boulot de thèse qui exige compétence, accompagnement et rigueur. Le pan de montagne peut être à la fois un des premiers témoins du RC, mais à tel point qu'il peut aussi fausser l'alarme, et au final, si on se tape une nouvelle série d'été plus humides. " le rc qu'ils disaient, le rc, et les arbres sont verts et poussant" J'avoue être très intéressé par votre suivi précis les Vosgiens, mais pour ma sensibilité, des pans entiers pourront être cramés , que je resterais prudent jusqu'à la lecture capable de soustraire la variabilité et ses effets, suspectant toujours une occurrence rare possible. c'est plus l'incapacité de renouvellement dans la durée qui rendrait le verdict en l'absence d'étude. Après je peux comprendre que ce soit agaçant, puisque tu la sens, tu la connais "ta" forêt, et tu ressens très bien que la probabilité que la variabilité puisse expliquer ce triste constat à elle seule est infime. Oui mais la certitude est une opinion que rien ébranlera qu'elle soit fondée ou non. Intuitivement je partage ton avis, mais ça ne me suffit pas ! Une modélisation même sans y mettre de RC doit pouvoir trouver une fois par siècle j'en sais rien, une absence de pluie sur une période abominable pour ce type de végétation. De toute façon, j'ai envie de dire que si le signal qui donne ces dépérissements est réel, le débat ne durera malheureusement pas longtemps, surtout qu'on a des projections je ne sais plus où (?) sur le végétal qui va dans ce sens pour les prochaines décennies; on serait donc sur un débat temporellement local.
  7. Après on peut toujours débattre de tout, mais il est difficile de nier que gfs avait fait un coup de maître, d'ailleurs je n'ai pas lu _sb prétendre l'inverse, se contentant de dire qu'il a aussi eu ses hésitations avant de poser la GF le premier au bon endroit, avec la bonne intensité. Exemple d'hésitation vs cep à échéance tout à fait normale pour des déterministes:
  8. Oui à l'échelle NH, mais quand tu consultes à échelle européenne, on fait globalement les mêmes constats sur les différents paramètres, simplement la maj est plus tardive, et comme le new gfs n'est pas encore intégré, ça a juste un peu moins d'impact dans nos discussions. Là c'est un exemple à 144h, avec les erreurs du msl en hpa, donc évidemment plus la courbe est proche de l’abscisse, plus il y a de justesse.
  9. Par contre, pour compléter Cedric, on peut constater qu'au niveau pression au sol, ukmo et gem se défendent encore bien par rapport à gfs. On remarque aussi et surtout que pour la T°C du z500, cep reste bien au-dessus ces derniers jours. c'est d'autant plus vrai sur l'échéance supérieure (144h) En ce sens, c'est pour ça qu'on a aussi tendance à faire confiance plus facilement à l'européen pour gérer les isolements éventuels des talwegs qui traversent l'Atlantique Nord, leur trace au sol peu parfois devenir difficilement mesurable. *Le comble c'est de voir que sur ce paramètre l'ancien gfs rivalise avec son remplaçant ces derniers jours.
  10. Et ben pas du tout , comme vous dites, il lâche légèrement du lest, mais en parallèle les BG plongent même limite un petit peu moins. Non on va encore pouvoir continuer à échanger la-dessus quelques heures.
  11. Non ne tombons pas dans un échange binaire fil67. Ce qu'on essaie de dire c'est que s'il il s'avère que des secteurs meurent en masses certaines décennies, ce n'est pas anormal si la sensibilité est si importante sur ces pans montagneux. En revanche, si un signal de fond, celui du RC vienne contraindre tout renouvellement, là se pose le souci. Après je ne suis pas encore convaincu par cette variabilité, enfin par ses effets directs, déjà à la base naturelle, pour permettre à des arbres qui ont un nombre d'années, qui parfois doit dépasser ces séries, devenant d'un coup fatal. Non le sujet est complexe, et c'est forcément l'union du terrain et du recul qui doit permettre d'en faire une lecture un temps soit peu scientifique.
  12. Oui tout à fait, c'est à préciser en effet. Et effectivement, si GFS est stable, CEP l'est aussi avec une canicule ou dérivée, histoire ne ne pas heurter les sensibilités des moyennes sur 3 jours vu l'échéance, mais avec un soutien majoritaire. En revanche, la moyenne d'ensemble est stable aussi, avec un scénario très chaud, mais qui ne laisse pas vraiment apparaître d'isolement en cut off, faisant baisser la fiabilité, d'où cette réserve qu'on doit encore conserver, au niveau du flux océanique (pente SO) au moins un temps en allant vers le NO. S'entend, une T°C tempérée dans un champ stable. En clair, suffit de comparer l'anomalie de T°C 850hpa CEP vs son ensemble: Le déterministe: : Son ensemble: On voit clairement que l'aspect très méridional, donc flux très sud du déterministe, est loin d'être la résultante de la moyenne des 51 PE ECWMF. On est même presque dans l'opposition au niveau des Açores, avec jusqu'à -4°C sur le déterministe, vs une tendance neutre à vocation positive sur la moyenne d'ensemble. De mémoire, mais sans certitude, il me semble que GFS n'a jamais été à la pointe pour modéliser des talwegs s'isolant dés lors que le champ de bas géopotentiels est peu marqué, donc lorsque l' écart n'est pas important avec son environnement. Et puis, l'alignement GEM / CEP pour une version dure et durable est une note importante. La probabilité de voir les 35°C se généraliser au Sud Est de Bordeaux/ Lille gagne du terrain toujours un peu plus tout de même, il en gagne aussi au Sud de Nantes Paris mais déjà plus confus. En revanche, le scénario CEP qui conduirait à surveiller les valeurs bretonnes et normandes est fragile.
  13. Il est isolé certes, mais il confirme l'idée selon laquelle les racines du talweg transiteraient par la Bretagne, ce, que le talweg plonge ou non vers la péninsule. Ce manquement au niveau du plongeon, si ça en est un, permet en tout cas de mettre en avant que le flux pourrait rester océanisé dans le NO, au moins au début, on verra en second temps, car sur du LT un déterministe qui modélise un isolement à tendance à ne pas y aller de main morte. Mais autant on peut estimer que l'option vague de chaleur gagne du terrain vers le nord sur les dernière sorties, autant il apparaît plus que prématuré, voire même hors de propos de considérer qu'on a une bonne fiabilité qu'elle concerne tout le pays. Comme cela a été dit, les diagrammes restent très éclatés dans le NO, à mesure qu'on se rapproche de la zone barocline, une sorte d'info que cette zone limite sera de toute façon pas très loin. C'est plutôt la question de la durée à large échelle qui retient mon attention à ce stade.
  14. Ne pas écarter l'hypothèse selon laquelle les arbres ont bénéficié d'années grasses en raison de la variabilité donc, et que le retour à des valeurs cette fois de l'autre côté de la moyenne, avec les degrés de plus, risque de condamner certaines essences d' arbres qui poussent sur un terrain avec peu de terre. Une sensibilité rapide qui indiquerait que la variabilité naturelle et ses sous-séries peuvent suffire à "nettoyer" ces arbres mal implantés, autant dire que si on y ajoute le RC avec ces degrés, et sa dispersion pluvieuse plus hétérogène telle qu'elle est projetée, alors ce constat de dépérissement n'est qu'un début.
×
×
  • Create New...