Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

dann17

Membres
  • Posts

    9045
  • Joined

4 Followers

Personal Information

  • Location
    Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada
  • Site web
    https://www.wunderground.com/personal-weather-station/dashboard?ID=ISAINTAM32

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. C'est une évidence, et c'est tout à fait exact. Je pense que boubou07 n'avait simplement pas fait attention à ça. Et encore, il y a bien pire plus à l'est : à la même latitude (14°25'N), au Tchad, on passe à 190 mm ! http://www.cartographie.ird.fr/images/pluvio_afrique/pluvio2.gif
  2. Impressionnant, Warren ! Ici, au peu plus au nord-ouest, depuis avant-hier, nous avons été plutôt bien épargnés par ces orages violents. Seuls quelques éclairs et coups de tonnerre pas bien tonitruants, et 9,8 mm de pluie au total hier. Nous avons pu profiter d'un magnifique lever de Lune, à la faveur d'une pollution lumineuse quasiment nulle : Je n'avais jamais expérimenté une Lune aussi brillante aussi bas sur l'horizon. On aurait dit qu'un spot très puissant éclairait : à ce moment-là, nos ombres (très grandes évidemment) étaient nettement visibles sur le sable. Une autre photo prise quelques jours plus tôt, avec un télescope ce coup-ci. Sinon, très chaud en ce moment, mais une chaleur très humide (24,4 °C, Td 19 °C => Hx 31) Tn de 11,7 °C ce matin.
  3. Absolument ! Je suis entièrement d'accord avec ça. C'est un peu comme le climat tempéré océanique qui, généralement, ne connaît pas de subdivision dans les grands systèmes de classification climatique, comme celui de Köppen par exemple (qui ne propose qu'une seule classe - Cfb - incluant dans la même catégorie le climat de Dax et celui de Stornoway, dans le nord-ouest de l'Ecosse), lorsque d'autres proposent un maillage plus fin, quoique souvent pour les climats européens uniquement : ainsi Viers, par exemple, définit-il à juste titre des climats portugais, breton, aquitain, parisien, etc... aucun Européen (et à plus forte raison aucun Français) ne se risquerait à dire que le paysage des Hébrides ou celui des environs du Loch Ness ressemble à celui des Landes ou du Pays basque ! Alors pourquoi, effectivement, n'en serait-il pas de même pour les autres régions du monde, comme la zone soudano-sahélienne qui pourrait sans doute, comme tu le proposes, être subdivisée en deux parties au moins : car si nous, les « Européens » (en tout cas ceux qui n'ont jamais mis les pieds dans cette région du monde), ne voyons pas bien les nuances entre les différents types paysagers de cette zone, les locaux (dont tu fais partie) eux les perçoivent très bien. Je ne sais pas si ma classif est « pointilleuse » (c'est possible ! ), mais je dirais que la classif de Köppen est peut-être trop « grossière » (et je mets des gros guillemets, avec tout le respect que je dois à ce grand climatologue, évidemment). En effet, pour déterminer les différentes catégories climatiques, la plupart des climatologues n'ont bien souvent utilisé que deux paramètres tout au plus (températures et précipitations, avec leurs seuils). Si cela a le grand mérite d'être facilement accessible et généralisable, il n'en demeure pas moins, à mon avis, qu'il est illusoire de croire qu'il soit possible de circonscrire la complexité des climats à l'aide d'aussi peu d'éléments. Bien que trop « lourde » et austère, j'en conviens, une méthode telle que la mienne s'appuie principalement sur les liens indissociables entre le climat et les types physionomiques naturels (ou potentiels) de la végétation, partant du principe que la végétation est le reflet du climat. C'est la raison pour laquelle je m'appuie sur les études botaniques et biogéographiques qui, elles, délimitent du mieux qu'elles le peuvent les différents biomes. Bien entendu, et c'est une évidence, cette relation doit être modulée en fonction des conditions édaphiques. Ce que vous avez décrit, @boubou07 et toi, est tout à fait pertinent, à savoir que les différents types de sols et les reliefs engendrent des fluctuations parfois marquées dans la physionomie des peuplements forestiers, et qu'il est parfois, de ce fait, assez difficile de savoir quel serait le type physionomique le plus « neutre » pour les conditions climatiques présentes. C'est peut-être pour cette raison que, pour cette région du monde, seule la catégorie « soudano-sahélienne » est définie, cette dernière englobant toutes les « petites » modulations dues aux conditions édaphiques et au relief. C'est exactement ça. Oui. Pour faire court, voici comment je vois les choses à l'aide de mes outils : IhA > 50 (climat humide) et Ihsec > 0 (pas de saison sèche) : forêt ombrophile pure = climat équatorial pur IhA > 50 et -25 < Ihsec < 0 (saison sèche très modérée) : forêt semi-ombrophile = climat équatorial IhA > 50 et Ihsec < -25 (saison sèche brève mais marquée) : forêt tropicale humide = climat tropical humide (approximativement la zone guinéenne). 0 < IhA < 50 (climat sub-xérique à sub-humide) et Ihsec < -25 : forêt tropicale tropophile = climat tropical humide et sec (approx. zone soudanienne) IhA = 0 : apparition d'éléments xérophiles. -45 < IhA < 0 (climat xérique) : forêt tropicale sèche = climat tropical sec (approx. zone soudano-sahélienne). IhA = -45 : on entre dans le grand domaine climatique aride, là où la forêt n'est plus possible. -65 < IhA < -45 (climat semi-aride) : brousses et épineux, plantes xérophiles (euphorbes, cactées, etc.), quelques ligneux possibles ça et là. Correspond approx. à la zone sahélienne. Pour ma part, j'aurais tendance à dire que la limite septentrionale de la zone sahélienne devrait correspondre à Ihe < 0 (càd là où la saison des pluies devient écologiquement sèche : donc plus de cultures possibles). -90 < IhA < -65 (climat aride) : plus aucun ligneux possible (hormis conditions édaphique particulières, ça va sans dire), quelques brousses et plantes xérophiles. Correspond approx. à la zone sahélo-saharienne. -120 < IhA < -90 (climat désertique) IhA < -120 : climat désertique hyper-aride. Tout à fait. Et si on pousse vers le sud, à la limite du domaine sahélo-soudanien comme vers Pô, on se retrouve sans doute avec majoritairement ces arbres moins adaptés à la sécheresse, quasiment plus aucun épineux et quasiment plus aucune plante xérophile.
  4. Salut Youri, Je comprends tout à fait que tu veuilles clairement insister sur les différences (qui sont bel et bien réelles, jamais je ne dirai le contraire) qui existent entre ces régions. Et tu as parfaitement raison de le faire. Loin de moi l'idée de vouloir prétendre que l'aspect du paysage à Niamey serait le même que celui de Ouagadougou, ou encore moins celui de Pô. Il est normal que, puisque tu vis là-bas, tu sois plus sensible aux nuances que nous, d'ici, ne pouvons percevoir. Cela dit, lorsqu'on effectue une classification bioclimatique, plutôt que de s'attarder sur les différences inévitables (et encore une fois, palpables et bien réelles), on va surtout considérer les grands ensembles, et les éléments principaux en commun. La zone que je classifie de « tropicale xérique » ou « tropicale sèche » (également dénommée soudano-sahélienne) correspond à la région (tropicale) dans laquelle la forêt peut (pourrait) se développer si les activités humaines ne l'en empêchaient pas. Evidemment, il s'agit d'une forêt dite sèche comprenant des éléments xérophiles. Et, au sens de la FAO, la limite basse de la définition d'une forêt consiste en la présence d'arbres d'une hauteur minimale de 5 mètres, et sur une proportion d'au moins 10% seulement de la surface du sol vue d'avion. C'est ce qu'on appelle des forêts claires. Bref, Niamey, avec ses 540 mm de pluie par an (à moins que les précipitations là-bas ne se soient raréfiées de façon radicale au cours de ces 2 ou 3 dernières décennies) fait bien partie de la zone soudano-sahélienne visiblement délimitée par l'isohyète 500 mm. Et la valeur de l'indice hydrique confirme ce point. Evidemment, c'est de peu : il n'y a qu'un pas pour passer de IhA = -33,5 à IhA = -45 ! Donc tu comprends peut-être que le fait de dire que Niamey et Ouagadougou « font partie de la même zone climatique » ne signifie pas que l'aspect de paysage soit le même. Il s'agit du même type physionomique, mais bien évidemment, la diversité floristique est clairement à l'avantage de la capitale burkinabé. Ensuite, si l'on regarde bien les photos que tu as postées, hormis la toute première, très sincèrement, on y voit bien le même type physionomique de peuplement. Et notamment, les différences semblent vraiment minimes entre la photo de Boudtenga (750 mm) et l'avant-dernière (env. 500 mm)... Tiens, je vais te poster deux photos (pas de moi, de Google Earth) : Contrairement à ce qu'on pourrait croire, ces deux photos représentent une même zone biogéographique : la zone tempérée xérique à été long, ou encore dite méditerranéenne. Dans le 1er cas, nous sommes vers Barcelone (IhA = -9), et la seconde en Crète (IhA = -39 à Héraklion). Les différences en termes de peuplement et d'aridité sont flagrantes (et encore, j'aurais pu prendre une forêt beaucoup plus fournie et haute encore pour la zone faiblement xérique !). Tout ça pour dire que la zone de climats xériques représente un spectre d'aridité relativement étendu. Mais à travers toutes leurs différences, ces régions ont un point en commun essentiel : la forêt sèche est possible. Tiens, voici un lien très intéressant (provenant d'un mémoire de recherche) indiquant les différents types de peuplements forestiers en fonction des différentes zones bioclimatiques de la région : http://www.acrida.info/div/Veg.htm
  5. C'est ce que je sous-entends. En effet, tu l'as très bien compris, lorsque je parle d'un climat de la forêt tropicale sèche, cela signifie bel et bien que si les activité humaines cessaient, c'est ce genre d'écosystème qu'on trouverait dans ta région. L'indice que j'ai créé est relatif à la végétation potentielle, ou naturelle. Bref, à un climax. Evidemment qu'en l'état actuel des choses, vous êtes dans un paysage de savane boisée et de brousse. Et bien sûr que le type de sol peut jouer (dans un sens, comme dans l'autre). L'indice hydrique donne des valeurs pour le type de sol le plus neutre possible, et donc le plus massivement présent dans la région concernée. Bien sûr que Niamey est plus proche du climat semi-aride (mais attention, le climat sahélien n'a rien à voir avec les climats de steppe tel que c'est écrit sur la carte ! Abus de langage, mais on se comprend... ) que ne l'est celui de Ouagadougou : l'indice hydrique va également dans ce sens : -33,4 est beaucoup plus près de -45 que ne le sont les -18,1 de Ouagadougou. Cela dit, je crois - si tu me permets - que tu exagères un peu (beaucoup, même ? ) la différence de végétation entre Niamey et Ouagadougou. Regarde ici une photo qui représente les environ de Niamey (j'ai choisi une photo qui permette de voir loin, et pas en ville). Et ici une photo prise vers Gando, pourtant située à 120 km à l'est-sud-est de Ouagadougou, donc censée être très légèrement moins sèche que Ouagadougou... (idem pour le choix de photo) Tu dis que le paysage « n'a rien à voir ». Moi, sincèrement, je ne dirais pas qu'il s'agisse du jour et de la nuit ! Donc pour moi, ces deux villes appartiennent clairement à la même zone biogéographique, même si, bien évidemment, Niamey se rapproche plus du domaine semi-aride.
  6. Tu vas finir par te rendre superstitieux, Youri ! Il y a quelques années, j'ai produit un indice hydrique (qui semble très bien fonctionner) permettant de déterminer le niveau d'aridité de façon plus précise il me semble que celles de Köppen, de De Martonne, de Gaussen, ou même encore que celle de Holdridge. J'utilise pour cela plusieurs paramètres : températures, précipitations, nombre de jours de préc, humidité relative, ensoleillement, latitude, vitesse moyenne du vent. Voici les valeurs que j'avais trouvées pour quelques villes : Niamey : - Ihe (indice hydrique en saison humide) = 31,8 => une saison humide certes courte, mais suffisamment humide pour empêcher toute (ou presque) sécheresse écologique durant ce bref moment de répit. - Ihsec (en saison sèche) = -56,3 => une saison sèche évidemment longue et très intense. - IhA (indice annuel) = -33,4 => le climat est xérique (car IhA < 0), mais il n'est pas semi-aride (il aurait fallu que IhA < -45). En d'autres termes, la forêt (tropicale sèche) est possible. Bamako : - Ihe = 91,8 => une saison des pluies hyper humide ne connaissant absolument aucune sécheresse. - Ihsec = -48,2 => une sécheresse un tout petit peu moins intense qu'à Niamey, mais moins longue. - IhA = +13,1 => le climat est sub-xérique, donc il n'est pas xérique. Il n'y a donc pas, en théorie, d'éléments xérophiles dans la forêt qui règne ici. Une forêt tropicale tropophile, dans ce qu'on appelle un climat tropical humide et sec. Ouagadougou : - Ihe = 75,2 => saison des pluies normalement très humide ne connaissant pas de sécheresse. On parle ici évidemment de sécheresse écologique. Pas de sécheresse de surface (les herbes peuvent effectivement roussir un peu par périodes). - Ihsec = -44,6 => saison sèche intense - IhA = -18,1 => comme pour Niamey, le climat est xérique, mais en moins marqué. On reste dans le même domaine de la forêt tropicale sèche. Autrement dit, Niamey et Ouagadougou sont toutes les deux dans la zone dite soudano-sahélienne. Tamale (Ghana) : - Ihe = 84,5 - Ihsec = -43,4 - IhA = +8,9 => comme Bamako. Sikasso (Mali) : - Ihe = 107,0 => saison des pluies extrêmement humide - Ihsec = -40,8 => saison sèche un peu moins extrême - IhA = +34,2 => un climat sub-humide, favorable à une grande forêt tropicale humide et sèche. Ceci correspond bien aux différentes zones répertoriées sur cette carte qui confirme la présence de Ouagadougou et Niamey dans la même zone :
  7. C'était de l'auto-dérision, Ari... je me foutais de moi, pour rigoler, pour détendre l'atmosphère entre vous, parce que c'était moi qui avais réagi à cette carte. Et que mon intervention n'était pas forcément des plus intéressantes/pertinentes qui soient.
  8. Absolument ! Et franchement, il existe des tas de sujets intéressants à poster, comme par exemple le fait de mentionner qu'il est anormal que, sur la carte postée par @Pansa le 14 juillet dernier, aucune température n'ait été affichée pour la France. Ça c'était un sujet pertinent ! Là, il y avait matière à débat, et des analyses passionnantes auraient pu être menées.
  9. Je parie qu'il s'agit de Hyvinkää, une ville que je connais assez bien, même si ça commence à dater. Je me rappelle qu'on avait l'impression de se trouver dans une petite ville tant les arbres (souvent des pins et des bouleaux) étaient grands et présents de partout dans les rues. La Finlande est vraiment un beau pays, et les gens très chaleureux (une fois que vous les connaissez bien, vous devenez leur ami pour la vie, même si les années passent sans aucun contact). Tout comme leur climat assez froid et gris, mais parfois surprenant (comme ces derniers jours), les Finlandais peuvent être taquins et piquants. En effet, pour l'anecdote, je me souviens qu'un de nos amis nous avait dit ceci : « Pour concevoir un produit, il faut un Finlandais. Pour le fabriquer, il vous faut un Norvégien. Pour en faire la publicité, ce sont les Danois qui s'en chargent. Et pour le vendre et en retirer les bénéfices, là, les Suédois répondent toujours présent... ».
  10. Beaucoup de fumée depuis hier. On la sent bien à l'odorat ! Une odeur de barbecue au loin. Sans doute entre 100 et 150 µg / m³ de particules fines là entre 16 et 17h. Pas terrible pour la santé. Heureusement, tout ça sera balayé vers le sud demain. 13,7 °C / 25,4 °C (mais Hx de 32, car un Tdx de 20 °C).
  11. Si tu veux, oui. Mais je disais ça sur un ton léger, ne t'inquiète pas. J'espère que je ne t'avais pas froissé.
  12. Ah ben oui ! C'est ce que je me disais, sans le savoir, en voyant la couleur particulière du Soleil et des ombres au sol, un peu jaunâtres. On sent même une légère odeur de fumée. Comme un..., j'ai oublié de prendre une photo ! Très chaud aujourd'hui, effectivement, avec 12,1 °C ce matin, et 27,7 °C cet après-midi ( mais Hx de 33). Ce soir, il est 19h20, il fait 24,3 °C, mais avec un Td à 22 °C (!), l'air est presque étouffant, confirmé par l'humidex qui vaut toujours 33.
  13. Le truc, c'est que tout le monde n'est pas forcément familier avec le russe...
  14. Ah oui, dans cette masse d'air que j'appelle pseudo-tropicale, c'est à dire qu'il s'agissait bel et bien d'une langue d'air purement tropicale (d'origine tropicale, sans doute de la mer des Antilles ou du Golfe du Mexique) mais dont les caractéristiques pleinement tropicales se sont dégradées un peu (pour ne plus être une masse d'aire pleinement tropicale) en arrivant sur ces terres beaucoup plus septentrionales. Donc hier, nous avons eu 14,6 °C / 24,5 °C (mais Hx de 33, car le Td a atteint les 22°C). Il a fait un peu moins chaud, car nous n'avons pas eu de Soleil. Il a énormément plus, avec une pointe maxi à 180 mm/h ! Hier, 37,2 mm sont tombés, et 10,0 mm cette nuit, donc un total de 47,2 mm pour cet épisode. Nous sommes revenus dans la masse d'air « tempérée » aujourd'hui : pas plus de 23,7 °C, Td de 14°C malgré pas mal de Soleil. On respire, et l'air est plus sain.
  15. Promis, j'ai fait l'impasse sur le titre... Ben, je l'ai lu, et je suis tombé sur ça : « dans des inondations d'ores et déjà attribuées au réchauffement climatique par une partie de la classe politique. » C'est donc la classe politique (et par voie de conséquence, les médias) qui décide si tel ou tel événement climatique est lié au RC ?! Ah... quel aveu !! Article très intéressant, sinon.
×
×
  • Create New...