meteor

Membres
  • Compteur de contenus

    5 201
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de meteor

  • Rang
    Orage monocellulaire

Personal Information

  • Lieu
    Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Visiteurs récents du profil

1 252 visualisations du profil
  1. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    L'anomalie de température globale pour NCEP, relativement à la moyenne 1981-2010, s'est élevée à 0.42°C (chiffre provisoire) 0.41°C (chiffre définitif) pour ce mois de mai 2018. Ceci place ce mois en 4ème position des mai les plus chauds depuis 1948. Les SST, selon CDAS, sont estimées à 0.21°C.
  2. meteor

    Températures des océans et courants océaniques

    C'est qui le "on"? Les médias? En tous cas la mesure du réchauffement océanique, de la surface à -2000m, a entraîné la mise en oeuvre de moyens considérables comme le déploiement de 3000 balises ARGO depuis 2005. Ce n'est pas pour des prunes... La mesure de ce réchauffement permet entre autres l'estimation du déséquilibre radiatif, paramètre fondamental du RC. Ceci en parallèle avec les mesures satellitaires type CERES par exemple. Concernant le fait que cela risque de "nous exploser en pleine face", je ne vois pas bien par quel processus. Pour ma part je considère que le RC actuel, de surface cette fois, est un phénomène lent et peu variable monotone (mathématiquement parlant) du moins au dessus de l'échelle de la décennie.
  3. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Avril 2018 en 3ème position des plus chauds avec 0.86°C d'anomalie selon la NASA. Par rapport à la moyenne 1981-2010, l'anomalie est de 0.43°C, en retrait par rapport à NCEP (0.52°C)
  4. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Oui bien sûr Grecale 2b, il ne s'agit pas de fustiger ceux qui sont obligés de se déplacer ni qui que ce soit d'ailleurs. Qui a demandé d'interdire les vols d'avion entre la Corse et le continent ici? Il n'en reste pas moins que le trafic aérien, en France par exemple, est en hausse vertigineuse par rapport au trafic routier. Par exemple, 6.1% en 2017/2016 pour 0.7% pour le trafic routier. Certaines projections prévoient même un doublement en 2035 du trafic aérien par rapport à maintenant. Il s'agit surtout d'avoir en tête ces chiffres pour savoir de quoi on parle et pour éventuellement définir, en langage technocratique, des axes de progrès
  5. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Et pourtant, avec les visioconférences, on devrait en éviter des déplacements! Certes, c'est moins marrant que d'aller dans les palaces internationaux, mais faut savoir ce qu'on veut.
  6. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Ah le tourisme! 🤣
  7. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Anomalie de température globale égale à 052°C (définitif) 0.53°C (à confirmer) selon NCEP, ce qui place ce mois en 2ème place des plus chauds mois d'avril derrière 2016. A noter : 1- sans les régions polaires l'anomalie est de 0.30°C 2- ce mois tranche sur les précédents principalement parce que cette fois c'est l'hémisphère sud qui est en surchauffe à 0.67°C (en particulier à cause d'un Antarctique à 3.47°C) alors que le nord est à 0.38°C "seulement". 3- les SST ont monté également mais assez légèrement à 0.25°C d'anomalie. 4- la moyenne annuelle s'établit à 0.40°C (4ème plus chaude si l'année s'arrêtait là)
  8. meteor

    Rechauffement climatique - irradiation solaire

    De manière générale, j'essaie de ne pas être dans la pensée unique. Mais, dans le cas de figure, je n'arrive pas à comprendre pourquoi certains s'acharnent à éliminer (ou minorer) un forçage, au profit d'un autre, mesuré comme beaucoup plus faible. A moins qu'on démontre que, d'une part on se trompe complètement avec le calcul du forçage du CO2 et que, d'autre part, le forçage solaire est amplifié par des mécanismes inconnus jusqu'alors. Donc à moins de çà, on pourra toujours faire des corrélations, mais çà ne prouvera rien.
  9. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Je rebondis là dessus en citant l'exemple du 19 avril, il y a deux jours donc: Pas vilain, hein! Côté chiffres çà donne une anomalie globale de 0.82°C avec un HN à 0.54°C (là ça passe encore) et surtout un HS à 1.1°C, on en avait perdu l'habitude. Il faut noter l'Antarctique à 6.3°C d'anomalie. Pour une moyenne qui devrait tourner aux alentours de 0.35 à 0.4°C, il faudrait que, de temps à autre, on ait une anomalie journalière négative, mais je dois dire ça fait pas mal de temps que je n'en n'ai pas vu.
  10. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Selon NASA-GISS anomalie de température globale à 0.89°C par rapport à 1951-1980, soit 0.40°C par rapport à 1981-2010. Mars 2018 est ainsi le 6ème plus chaud mais pratiquement à égalité avec mars 2002 (0.90), 2010 (0.92) 2015 (0.91). On peut donc dire, aux erreurs près, qu'il est en 3ème position des plus chauds. Bref, c'est chaud... Notons aussi qu'on est très proche de l'anomalie NCEP à 0.43°C. Pour la suite, pas de refroidissement en vue, au contraire.
  11. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Je reviens sur cette comparaison CMIP3 vs CMIP5 vs observations. 1- d'un point de vue anomalie globale, on ne peut comparer, "climatiquement" parlant, CMIP3 et CMIP5 qu'en utilisant les mêmes scénarios d'émissions. Est-ce la cas? 2- en ce qui concerne les comparaisons de CMIP3 et CMIP5 avec la réalité, il faut se rappeler qu'on considère, le plus souvent, la moyenne des modèles, donc une courbe. Les observations actuelles, telles qu'elles nous sont fournies par les différents organismes, sont cependant bien dans la zone qui tient compte de tous les modèles. Avec l'incertitude sur les forçages d'une part, et sur la sensibilité climatique d'autre part, il ne peut guère en être autrement.
  12. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Selon NCEP en définitif, l'anomalie globale de température s'est élevée pour ce mois de mars 2018 à 0.43°C, ce qui place ce mois en 4ème des plus chauds, juste derrière 2010. Mon modèle, pour l'anecdote, prévoyait 0.37°C, on est donc assez nettement un peu au dessus. On notera la très forte anomalie sur l'Antarctique en fin de mois, supérieure à 5°C, alors qu'en début de mois on était à -2°C. Les SST ont été également élevées, à 0.22°C par rapport à 1981-2010.
  13. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Oui mais si j'ai bien compris le texte et le tableau vert car les rouges ne donneraient plus de données, il n'y aurait que 3 ou 4 bouées qui donneraient réellement les SST en Arctique et encore pratiquement à la même latitude (entre 72 et 76°). De plus ces bouées seraient mises en service depuis minimum 2016. Difficile de pondre une anomalie dans ces conditions tout juste un suivi à condition qu'on soit sûr de leur fiabilité et qu'elles soient régulièrement étalonnées ce qui n'est pas forcément évident. Après on peut envisager un melting pot de SST et de Ts, mais çà doit devenir un peu compliqué, je suppose. A moins que je n'ai pas tout saisi, c'est fort possible, car je ne vois pas pourquoi autant de bouées (tableaux rouges) ne donneraient plus de données (problème de fiabilité?)
  14. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Il me semble assez probable que NOAA et Hadley travaillent sur la question et finissent par adopter la démarche NASA, ou assimilée. Déjà Cowtan et Way ont ouvert le chemin. Car, oui, si l'Arctique continue sur sa lancée, son "poids" dans l'anomalie globale va tangenter les 15%. Une fois qu'on a enfoncé ces portes ouvertes, il faut admettre que ce n'est pas trop simple. Les régions polaires sont très particulières dans leur genre. Pour l'Antarctique on a un continent avec une altitude moyenne qui dépasse les 2000 m et pour l'Arctique, comment mesurer les SST sous la banquise? Quelle est dans ces conditions la validité des extrapolations de la NASA?
  15. meteor

    Tendances Hiver 2017-2018

    Euh "a vu juste" je ne sais pas, en tout cas pas partout. La prévision hivernale pour DJF indiquait, pour le 1/3 sud de la France, "chaud très probable". Dans cette région la température a été quasiment normale. Pourtant le signal était, selon MF, relativement robuste du fait de la Niña... Côté précipitations, le sud, à quelques exceptions près a plutôt été bien arrosé cet hiver alors que MF ne privilégiait aucun scénario à l'inverse de ce qu'il prévoyait pour la partie nord. Disons que MF a vu juste sur janvier mais janvier n'est pas l'hiver à lui tout seul... Enfin il serait intéressant de lire le débrief de MF à ce sujet.