meteor

Membres
  • Compteur de contenus

    5 133
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de meteor

  • Rang
    Orage monocellulaire

Personal Information

  • Lieu
    Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Visiteurs récents du profil

987 visualisations du profil
  1. Statistiques et anomalies climatiques globales

    La Niña commencerait-elle, enfin, à rafraîchir la surface? Eh bien c'est très laborieux tout de même, mais enfin, sur l'anomalie globale, on constate quelque chose depuis quelques semaines. Déjà au mois de novembre on a eu 0.42°C d'anomalie, presque normal dans le contexte. Pour les 9 premiers jours de novembre on en est à 0.41°C avec l'Arctique à 4.12°C. Sans les régions polaires, soit entre 65°N et 65°S, on est à 0.25°C (il n'est pas question d'exclure les régions polaires bien sûr). C'est surtout du côté des SST que les choses deviennent intéressantes. Comment savoir si cela va durer? Moi je ne sais pas, évidemment, mais c'est la première fois depuis bien longtemps que l'anomalie des SST est passée en dessous de 0.2°C, à 0.183°C exactement au run de 12H:
  2. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Bon, merci, mais de toute façon çà dépasse mon seuil de compétence.
  3. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Ah oui, en fait, si je crois comprendre mais je n'en suis pas sûr, ils sélectionnent les modèles dont la variabilité ressemble le plus à la variabilité CERES? Et ce sont les modèles à sensibilité forte qui sont les meilleurs à ce jeu? Je pensais au départ qu'ils sélectionnaient sur le bilan radiatif CERES, mais en moyenne. Enfin çà reste pas très clair pour moi.
  4. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Baser des calculs de sensibilité climatique sur des bilans CERES (si j'ai bien compris), me semble plutôt osé. En effet la précision nécessaire pour affirmer qu'on sera plus chaud de 15%, est du même ordre sur le bilan radiatif. Ce bilan étant de l'ordre de 1W/m2 cela veut dire 0.2W/m2, en gros. Il faut savoir que le bilan s'effectue par mesure des flux radiatifs entrant et sortant. Ces flux sont de l'ordre de 342W/m entrée, 342W/m2 sortie. Les erreurs s'ajoutant il faut avoir 0.1W/m2 de précision soit une précision de 0.3 pour mille. Quand on sait que les mesures de flux s'effectuent par scan satellitaire je ne sais pas comment on peut accorder une grande crédibilité à ce genre d'article.
  5. Statistiques et anomalies climatiques globales

    oui çà marche, merci.
  6. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Non c'est bien "accrue" C'est une des hypothèses formulées par Higurashi plus haut pour expliquer l'amplification arctique. " increased poleward heat transport in the atmosphere and ocean " Donc, si je reformule, si les pôles se réchauffent d'avantage pour ES et rétroactions plus importantes qu'ailleurs, il devrait plutôt y avoir, en même temps, baisse du transport de chaleur. Je veux dire qu'un transport accru ne peut pas a priori être une conséquence mais plutôt une cause indépendante simultanée.
  7. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Pour revenir à des choses plus terre à terre, si j'ose dire, l'anomalie de température de la basse troposphère, selon RSS, est revenue à la valeur un peu plus raisonnable de 0.55°C contre 0.80°C le mois dernier. En moyenne troposphère on est à 0.45°C contre 0.75°C. C'est encore très chaud. Ci dessous la carte des anomalies de température. On notera l'anomalie chaude très importante > 4°C sur une bonne partie du Pacifique Nord (anomalie convective?) Côté UAH, avec 0.36°C, çà suit mais avec un décalage négatif:
  8. Statistiques et anomalies climatiques globales

    OK merci à tous, très intéressant et un des coeurs de l'évolution climatique. Il est un peu paradoxal de constater ou de supposer une advection accrue vers les pôles si ceux-ci se réchauffent plus qu'en dessous. En principe thermodynamique simple il faut du gradient pour qu'il y ait flux. Ceci dit, sur Vénus (comparaison n'est pas raison), il y a une homogénéité remarquable des températures (au niveau de la surface et de la basse atmosphère) et des flux atmosphériques (en masse) relativement importants.
  9. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Finalement c'est surtout statistique ou y a t-il un début d'explication du pourquoi? Concernant le comportement récent de l'Arctique on aurait pu l'expliquer par le phénomène d'amplification arctique. Bon, 5°C d'anomalie en 2017 c'est too much, à mon avis, pour être expliqué par cela. L'article en parle t-il? Car ce serait tout de même plus réaliste de voir à ce réchauffement énorme qui a toujours cours aujourd'hui, une cause voisine d'une advection de chaleur des régions plus basses en latitude.
  10. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Eh bien il faudrait que çà change, surtout dans les mentalités d'ailleurs, car je ne vois pas en quoi il serait difficile de se passer des revues payantes pour publier. Comme on dit, à l'heure d'internet... Après tout il y a aussi des revues gratuites comme Copernicus publications C'est donc possible. La gratuité des données et des publications en sciences est de toute façon un vaste problème (HS dans le topic, mes excuses!) Par exemple pourquoi donc, on l'a déjà dit mille fois, un site public comme MF ne publie aucune donnée gratuite (sous formes de tables) alors que ses collègues anglo-saxons publics comme privé, le font? Pourquoi, pour avoir les données climatiques de Toulouse, autre exemple, faut-il que je passe par un site hollandais plutôt que par MF où elles sont payantes si même disponibles en payant? Bon j'espère toujours que ça va changer mais je crois que c'est comme si je faisais pipi dans un stradivarius!
  11. Statistiques et anomalies climatiques globales

    D'un autre côté cette histoire de publications payantes, avec des qui peuvent voir çà gratos et d'autres manants qui doivent payer, c'est anti-démocratique. Que tout le monde paye dans ce cas, pas de jaloux! Non mais! Si encore ceux qui y ont accès, on se demande à quel titre d'ailleurs, prenaient la peine de faire un petit résumé, si intérêt il y a, mais penses-tu, la populace peut pas comprendre voyons! Bon je plaisante bien sûr
  12. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Merci, mais le lien ne fonctionne pas (plus).
  13. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Tout est dans l'abstract? Parce que, comprenez, tout le monde ne peut pas lire certains articles.
  14. Statistiques et anomalies climatiques globales

    chiffre définitif: 0.42°C (même rang)
  15. Statistiques et anomalies climatiques globales

    Finalement on s'en sort bien grâce à l'hémisphère sud! Avec 0.40°C d'anomalie globale (chiffre provisoire) selon NCEP par rapport à 1981-2010, ce mois de novembre se classe en 4ème position des plus chauds mois de novembre depuis 1948. Sans les régions polaires l'anomalie s'élève à 0.26°C. C'est surtout l'hémisphère nord qui a chauffé au cours de ce mois avec 0.63°C (5ème) en particulier à la fin où l'anomalie à atteint 1°C, tirée par un Arctique à près de 5°C. L'hémisphère sud avec 0.17°C (12ème) nous a donc sauvé la mise. Les tropiques, sous l'influence de la faible Niña, ont été à 0.05°C d'anomalie positive. L'anomalie des SST selon CDAS est restée stable à 0.26/0.27°C qui semble son allure de croisière depuis quelques mois. Cette valeur reste élevée et correspond à une élévation de température des océans de l'ordre de 0.12°C/décennie alors que nous sommes, certes depuis peu, en légère Niña. Mais au moins, de mon point de vue, ceci ne témoigne pas d'une accélération notable du réchauffement des océans. C'est plutôt du côté de l'HN et surtout de l'Arctique que la situation est "bizarre". Il est à noter que l'anomalie NCEP/NCAR a grosso modo suivi les prévisions GFS, en tendance, mais pas en valeur, puisque cette dernière est toujours restée 0.3°C environ en dessous de GFS.