Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

meteor

Membres
  • Content Count

    5331
  • Joined

  • Last visited

About meteor

  • Rank
    Orage monocellulaire

Personal Information

  • Location
    Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Recent Profile Visitors

1995 profile views
  1. Oui Bruno, on veut forcer les gens à être vertueux en leur faisant peur. Allez j'ose un exemple un peu scabreux, mille fois pardon d'avance. Pour le sida, certains (souvent les religieux) ont prôné l'abstinence (que j'assimile à la réduction des émissions) d'autres la protection (que j'assimile à la GI). Certainement les deux ont été appliqués, mais au total, en plus de médocs puissants (GI?), le mal à reculé. Bon ceci dit ce genre d'exemple peut aussi se lire différemment, j'en ai bien conscience, mais tout ceci pour dire qu'on ne peut attendre que les pollueurs en CO2 actuels veuillent bien réduire leur consommation de façon drastique, ils ne le feront qu'à la marge ou trop lentement, et il sera trop tard.
  2. Ce que je regrette personnellement c'est que le thème de la géoingénierie soit autant absent des différentes conférences type COP. Pourtant, s'il est un autre consensus, c'est que l'objectif des 2°C ne pourra être tenu. Beaucoup pensent qu'on n'évitera pas 3, voire 5°C, si les nouveaux modèles, à forte sensibilité, sont justes. Encore un consensus, 5°C c'est la catastrophe absolue, peut-être la disparition de l'espèce humaine, sans parler des autres espèces vivantes. Alors quoi? On continue à ignorer des solutions alternatives ou complémentaires des réductions d'émissions, sous le prétexte fallacieux et quelque peu niais de ne pas jouer à l'apprenti sorcier? Au moins, à quand un vrai grand débat sur le sujet?
  3. Oui c'est assez "marrant", si on peut employer cet adjectif, qu'il semble que les différents modèles, dans leur passage du CMIP5 au CMIP6, trouvent des raisons bien différentes (comme cette histoire de l'augmentation du forçage du CO2 ou de la diminution de l'albédo due à la fertilisation du CO2) à cette augmentation très forte de la sensibilité. J'avais déjà mis le lien mais pour EC-Earth par contre on retrouve bien cette histoire de traitement des aérosols à l'exclusion de toute autre cause: "Apart from increases in horizontal and vertical resolution, the EC-Earth model also has substantially changed the representation of aerosols, and in particular it has introduced a more sophisticated description of aerosol indirect effects. After testing the model with some of the recent updates switched off, we find that the ECS increase can be attributed to the more advanced treatment of aerosols, with the largest contribution coming from the effect of aerosols on cloud microphysics (cloud lifetime or second indirect effect). The increase in climate sensitivity is unrelated to model tuning as all experiments have been performed with the same tuning parameters and only the representation of the aerosol effects has been changing. These results cannot be easily generalised to other models as their CMIP5 and CMIP6 versions may differ in other aspects than the aerosol-cloud interaction, but the results highlights the strong sensitivity of ECS to the details of the aerosol forcing. " https://www.geosci-model-dev-discuss.net/gmd-2019-282/ Il va falloir que quelqu'un fasse la synthèse de tout cela. Pourquoi pas le GIEC?
  4. Une croissance de 147%? Euh, si la teneur de 1750 est de 280ppm environ, la croissance est de 408ppm-280 ppm = 128 ppm 128ppm / 280 ppm = 0.46 soit une croissance de 46% et pas 146%. Disons que la teneur actuelle représente 146 % de la teneur de l'époque. Pour le méthane même punition même motif. Pour N2O j'ai la flemme de vérifier...
  5. Il semble en effet, d'après cet article, que les modèles qui intègrent une modification de l'effet des aérosols, notamment l'effet indirect (principalement le 2ème), aient vu leur sensibilité climatique augmenter fortement (mais ce ne serait pas exclusif). Ceci peut interpeler, notamment au regard des graphes ci dessus qui, alors que, dans l'hémisphère nord notamment, les aérosols anthropiques varient fortement, la simulation est très différente des observations. Comme si ce nouveau traitement des aérosols surestimait leur influence. A suivre bien sûr.
  6. Je parlais bien de l'hémisphère sud. La pente observée est de toute façon plus faible, 0.10°C/décennie environ. Une pente de 0.2°C/décennie, soit le double, çà se voit à peine sur un tel graphe. Ceci dit c'est un peu au pif (en tendant une droite manuellement) car je n'ai pas les valeurs pour faire çà proprement.
  7. Pour l'hémisphère sud, quand on y regarde de plus près, c'est difficile car c'est pas mal emmêlé, la pente de l'anomalie de température est bien supérieure pour la simulation que pour les observations de 1980 à 2014. Sans les valeurs c'est très pifométré, mais je trouve une pente pas loin du double pour la simulation vs observations. A vérifier bien sûr.
  8. Encore moins de bon poil que d'habitude, le Janco! Mais c'est vrai que l'hiver pourra être rude pour beaucoup de gens...
  9. Il convient peut-être de rappeler que, tant NCEP que Copernicus, donnent des résultats issus de réanalyses. A ce titre, jusqu'à l'AR5 en tout cas, ils ne sont pas pris en compte en tant que bases de données au même titre que les bases de données classiques. Ainsi on peut lire au chapitre 2 de l'AR5: "Studies based on reanalyses are used cautiously in AR5 and known inadequacies are pointed out and referenced" Jusqu'à nouvel ordre donc, les bases de données traditionnelles, telles NASA-GISS, HadCRUT, GHCN, et éventuellement Berkeley, sont seules habilitées par les organismes officiels. On se rappellera de plus que les réanalyses nous donnent la T2m sur terre et sur océans, alors que les bases citées ci dessus, donnent une anomalie moyenne globale qui tient compte des T2m pour les terres mais aussi des SST qui sont un peu différentes des T2m calculées par les réanalyses sur les océans. Tout ceci pour dire que Copernicus va un peu trop loin en affirmant que tel ou tel mois est le plus chaud jamais mesuré. C'est plutôt tel ou tel mois est le plus chaud jamais recalculé par ERA-interim...
  10. voilà voilà je replace au bon endroit: Anomalie de température globale de ce mois d'octobre 2019 à 0.68°C, selon NCEP, par rapport à 1981-2010. En 2ème place derrière 2015 (0.77°C). Pour les 10 premiers mois de l'année l'anomalie est de 0.55°C soit en 2ème position si l'année s'arrêtait là derrière 2016 (0.66°C). Notons que sans les régions polaires on serait, pour octobre, à 0.47°C.
  11. Ah ben zut alors je m'a gourré. Je m'en va rectifier de ce pas.
  12. l'hérésie du chauffage au bois à méditer...
  13. Pour en revenir aux nouveaux modèles CMIP6, lorsqu'on regarde l'évolution de la température qu'ils simulent, on peut constater qu'ils sont plutôt sous les CMIP5 pour la partie historique et pour la partie prévisionnelle avant 2060 (environ) et au dessus à partir de 2060. Si je voulais, avec mon modèle ultra simple, simuler ce comportement, il faudrait que j'utilise une sensibilité croissante avec la température (ou le forçage). Voir ci dessous : la courbe noire historique (CMIP6) est sous la grise (CMIP5), alors qu'on est au dessus à partir de 2060 (rouge au dessus d'orange)
×
×
  • Create New...