Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

meteor

Membres
  • Content Count

    5395
  • Joined

  • Last visited

About meteor

  • Rank
    Orage monocellulaire

Personal Information

  • Location
    Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Recent Profile Visitors

2407 profile views
  1. Anomalie globale de température en juillet 2020 à 0.36°C pour NCEP (7ème plus élevée) et à 0.49°C pour Copernicus (3ème plus élevée derrière 2019 et 2016), par rapport à la moyenne 1981-2010. Rappelons que Copernicus est bien plus largement en adéquation avec les bases traditionnelles que NCEP, actuellement.
  2. C'est imparable mais tout le problème est de déterminer le "quand".
  3. C'est bien la température atteinte avec une sensibilité moyenne de 3.2K (modèle perso, à vérifier sur les courbes connues). Sinon, je pense, malheureusement, qu'il faut se méfier des projections actuelles basées sur des réserves économiquement exploitables actuellement. Par exemple qui aurait dit, il y a 30 ans, que les US feraient un pétrole ou un gaz, issu des schistes, rivalisant avec le pétrole des pays du golfe et en tout cas économiquement rentable? Faut se méfier, notre bêtise est intelligente, si j'ose dire... Après c'est une discussion un peu inutile car il y a moyen de se faire très très mal avec 1000. Gt Au fait une question sur ces 1000 Gt. Est-ce que c'est un réservoir sur lequel on tire sans trop de problème jusqu'à ce qu'il soit vide ou est-ce que c'est de plus en plus dur de le vider jusqu'à la dernière goutte?
  4. Euh, je n'ai pas compris grand chose. Comment peut-on dire que : "La limite physique ultime se situe donc dans ces environs là" (à 1000GT de réserves prouvées) alors qu'on vient d'écrire juste avant: "Oui mais il y a de la marge en ce sens que de nouvelles réserves peuvent être et seront certainement trouvées et qu'on peut mettre au point des méthodes d'extraction nouvelles et rentables"? Non, la véritable limite physique est géologique. Elle est vraisemblablement de plusieurs dizaines (centaines?) de milliers de GT. La quantité de carbone exploitable, par contre, dépend de la technique et de l'économie. Elle sera toujours inférieure à la limite géologique, mais elle n'est nullement fixée. Quant à déterminer son évolution, c'est sans doute au moins aussi complexe que celle du climat. Personnellement je ne me risquerais pas à dire que le RCP8.5 n'est pas possible.
  5. De 2.6 à 3.9K c'est la sensibilité climatique, pas la température atteinte en 2060. Cela fait une sensibilité moyenne de 3.2K environ, ce qui serait plutôt moins pire que les résultats (entre 4.8 et 4.9K) des derniers modèles français, par exemple. Pour la température en 2060, çà dépend aussi du forçage qui serait atteint. Il ne me semble pas évident qu'on atteigne 560ppm de CO2, mais les autres GES sont aussi à considérer, bien sûr, ainsi que les aérosols qui seront peut-être injectés, qui sait. Et puis l'inertie thermique est également à prendre en compte. Bref, à mon avis, nous devrions plutôt nous situer entre 2 et 2.5K en 2060. Ce qui est déjà énorme bien entendu car ne pas oublier que c'est du global. A nos latitudes et sur les terres on devrait bien atteindre les 3.5/4K, en moyenne... PS: pour fixer les idées, si nous suivions un scénario sévère type RCP 8.5, on serait en 2060 à un forçage de 5.4W/m2, et l'augmentation correspondante de température serait de 2.9K, tout de même... Si on continue à faire les ...., c'est pas exclu!
  6. Les incertitudes sur le devenir de l'ENSO, telles que décrites par Treizevents, semblent en effet importantes et les explications y attenant, logiques. Donc une question récurrente qu'on peut se poser, c'est, comme d'habitude, ce qu'il y a dans les modèles de prévisions et si quelqu'un, quelque part, se pose les mêmes questions qu'ici. Car, quand on regarde la persistance des prévisions de certains modèles, pour une Niña forte en hiver (pas vrai la NASA?)...
  7. Plus chaud mois de juin également pour NASA-GISS avec 0.53°C à égalité avec juin 2019. Remarquable correspondance avec Copernicus. La carte mondiale se colore de plus en plus en "chaud". Et ce qui (me) frappe c'est la quasi-uniformité du signe positif de l'anomalie. Tout juste si une très vague langue lègèrement plus froide apparaît dans le Pacifique équatorial:
  8. Copernicus confirme l'estimation NCEP "améliorée" avec 0.53°C, soit le juin plus chaud derrière, marginalement, 2019 à 0.54°C.
  9. On va tenter un truc. Anomalie NCEP pour juin 2020 à 0.36°C. Si on prend la moyenne des 5 derniers mois, la différence entre NASA et NCEP est de 0.16°C. L'anomalie pourrait donc être de 0.52°C ce mois ci suivant NASA. Ceci placerait juin 2020 le plus chaud jamais relevé à égalité avec juin 2019...
  10. Cette expertise se situe à la fois dans les paramétrisations et dans les modèles eux-mêmes. Sur Realclimate, il y a une petite bafouille de G Schmidt (qui n'est pas grand fan des hautes ECS) à ce sujet. Ce graphe, par exemple, illustre les différences entre résultats des modèles: On distingue deux grands blocs: l'un à 3°C environ (comme dab), l'autre vers 5°C. Notons que si les équipes reprennent bien les observations de CLOUDSAT et CALIPSO, il ne semble pas que les modèles les digèrent de la même façon. Rappelons que cela a à voir avec les proportions de glace et d'eau dans les nuages froids (ou les parties froides des nuages) et les observations sus-nommées indiquent qu'il y aurait plus d'eau dans les nuages actuels que de glace (lire l'explication dans l'article en question car c'est un peu long à développer) En fin d'article Schmidt indique: "In discussions with colleagues over the last few months, this effect has been frequently brought up as a potential reason to think that the higher ECS values are therefore justified. But closer analysis does not necessarily support this. Some models for instance, have increased their cloud liquid water but have only had modest increases in climate sensitivity. Thus the relationship between higher CLW and ECS may be less strong than assumed above. It may be that other features in the clouds (such as the transition of different cloud types) might be playing a bigger role. " puis: "In the meantime, claims that climate sensitivity is much higher, or that worst cases scenarios need to be revised upwards, are premature." En conclusion, la science avance encore mais la complexité des choses fait que c'est à tous petits pas, dont des pas en arrière ne sont pas exclus un pas c'est un pas après tout).
  11. Outre la sensibilité moyenne plus élevée, il est plutôt surprenant de constater que, plus çà avance, et plus l'incertitude augmente. Pour les nuages, on est toujours à la merci des paramétrisations et donc de l'expertise des équipes. Manifestement, les résultats prouvent que ces expertises restent étonnamment différentes et pas de raison de croire, à mon avis, que les CMIP6 soient plus proches de la réalité que les CMIPx (x variant de 1 à 5). On peut toujours retenir, finalement, une sensibilité légèrement supérieure à 3°C.
  12. Il n'empêche que le carbone stocké en Arctique constitue bien, en cas de libération violente provoquée par les évènements décrits par G Séchet, un point de bascule climatique très important, voire cataclysmique. A surveiller de très près donc. Réaction rapide souhaitée et pas seulement avec une réduction de vitesse sur les autoroutes françaises, si vous voyez ce que je veux dire...😁
  13. Pour une raison que j'ignore, NCEP, au cours des derniers mois, indique une anomalie globale nettement en deçà des autres organismes. Toutefois, je trouve bien "reposante", presque zen, cette carte de l'anomalie de température du 01 au 20 juin 2020 (attention lien provisoire): Pas vous? Sinon, le calcul donne une valeur de 0.33°C, ce qui est à prendre avec circonspection, mais cela placerait, pour le moment, ce mois de juin à la 10ème place des plus chauds... On notera, la forte baisse en Asie sauf en Sibérie orientale dont j'ai lu quelque part qu'on avait enregistré dernièrement, un 38°C !
  14. Heu, les experts? Un peu comme les experts médicaux?
  15. voilà: https://grist.org/climate/flatten-the-curve-coronavirus-climate-emissions/?utm_content=buffer43f82&utm_medium=social&utm_source=twitter.com&utm_campaign=buffer
×
×
  • Create New...