meteor

Membres
  • Compteur de contenus

    5 242
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de meteor

  • Rang
    Orage monocellulaire

Personal Information

  • Lieu
    Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Visiteurs récents du profil

1 481 visualisations du profil
  1. meteor

    Suivi de la secheresse

    Oui, enfin, l'Histoire permet aussi, accessoirement, de relativiser le temps présent. Donc, rien n'est simple et les démarches malhonnêtes ne sont pas toujours le fait de l'autre...
  2. meteor

    Suivi de la secheresse

    Le Doubs asséché? A peine croyable. Sinon, dans l'article de l'ER, je suppose qu'ils parlent de litres/seconde ou m3/h éventuellement, car des litres par heure, hum, ce n'est même pas ce qui coule d'un robinet!
  3. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Tant qu'à faire citons JMA pour lequel septembre 2018 arrive à la 5ème place des plus chauds avec 0.31°C au dessus de 1981-2010.
  4. Ce serait bien de quantifier tout cela. Personnellement, en étudiant divers paramètres sur NCEP, comme la pression au sol, l'anomalie de géopotentiel 500hPa et les précipitations, sur avril-septembre depuis 30 ans, je ne distingue aucune tendance tangible sur cette zone. Mais bon c'est NCEP...
  5. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Selon NCEP, l'anomalie de septembre 2018 s'élève à 0.40°C au dessus de la moyenne 1981-2010, soit à la huitième place des plus chauds mois de septembre depuis 1948. L'anomalie cumulée depuis le début de l'année s'élève à 0.39°C (4ème rang annuel si l'année s'arrêtait là). Bien que cette valeur semble raisonnable et ne témoigne pas d'un emballement, elle reste cependant élevée malgré un ENSO plutôt quasi neutre. Aucun répit donc...
  6. C'est ce genre de réflexion, éculée, qui est pathétique. Parce que, savez-vous, la stratosphère, on la pollue déjà allègrement avec des centaines de millions de tonnes de CO2 par an. Vous saviez çà? Et le CO2,eh bien il restera dans la stratosphère pendant des milliers d'années. La gestion de la radiation solaire (SRM) par injection de SO2 dans la stratosphère ne fait que reproduire ce qui se passe avec les éruptions, volcaniques, en permanence dans la stratosphère et de façon paroxystique lors des méga éruptions genre Pinatubo, Tambora, Toba, etc. Lors de ces éruptions des milliards de tonnes de cendres et autres "cochonneries" sont émises en supplément. Personnellement je soutiens à fond la SRM, seul moyen pour l'instant, de maintenir la température globale. Quant aux solutions dérisoires genre "privilégier les circuits courts, restreindre les déplacements en avion, etc." c'est des solutions de bobos bien pensants qui n'ont aucun sens des réalités. Faudrait en parler aux chinois avec leurs centrales à charbon, sûr qu'ils vont être très intéressés...
  7. Plus sérieusement je pense que s'ils ont le blues, c'est entre autres parce que, s'ils savent faire le constat de ce qui nous attend et de la baisse d'émissions qu'il faudrait réaliser, ils sont incapables de donner des solutions pour y parvenir. Décarboner l'économie, réaliser des émissions négatives, plus généralement mettre en oeuvre la géo ingénierie, etc etc, ce n'est pas de leur domaine de compétences. Ils sont un peu comme le coureur d'une course de relais qui ne trouve plus personne à qui donner le bâton....
  8. ouaip, on a les dirigeants qu'on mérite, en fait, et à y bien regarder!
  9. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    J'entends bien, mais les discours alarmistes polluent ce forum particulier des "statistiques et anomalies globales", à moins que je n'en comprenne pas le titre. Personnellement si je viens ici c'est pour glaner des informations scientifiques et si possible partager les miennes. Et je considère que les courbes d'évolution du climat sont suffisamment parlantes sans avoir besoin qu'on nous rappelle qu'on va tous mourir demain si on ne fait rien. Maintenant, faites ce que vous voulez, hein!
  10. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Les émissions de CO2 et de CH4 émanant du permafrost suite au RC sont effectivement une bombe à retardement. C'est pourquoi, même si les efforts de baisse des émissions anthropiques sont indispensables, l'attitude visant à rejeter la géo ingénierie, au nom de principes douteux, est, à mon sens, pour le moins irresponsable, voire plus. J'irais même plus loin en considérant que certains de ceux qui la rejettent, pas tous, sont en fait pour le réchauffement climatique car ils pensent qu'il sera favorable à leur région ou pays. Citons par exemple ceux qui souhaitent que l'Arctique soit libre de glaces ou que des territoires genre Sibérie ou autres puissent être exploités plus longtemps dans l'année. PS: je précise que je ne tiens pas à entrer, ici, dans une polémique stérile au sujet de la géo ingénierie. Mais comme elle était évoquée dans le post précédent en termes négatifs, voire injurieux "croyance folle" et mensongers ou peu documentés " qui coûterait un fric fou ", je tenais à tenter de rétablir un certain équilibre. Je ne vois d'ailleurs pas bien ce que de tels propos, à la fois alarmistes et militants, viennent faire dans un forum sur les "statistiques et anomalies globales".
  11. meteor

    Tendance Hiver 2018-19

    Tout à fait d'accord. Très difficile de trancher dans un sens ou dans l'autre c'est pourquoi je trouve que mettre entièrement sur le dos du RC, au niveau unique des températures, la différence entre 1963 et 2010 n'est pas justifiée. Par contre effectivement il est possible que le RC ait une influence sur la mollesse constatée de la circulation. Mais là on en est encore dans la conjecture...
  12. meteor

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Concernant l'anomalie d'août on notera, sur NASA-GISS comme sur NCEP, le poids considérable de la zone polaire australe, en gros 0.12°C sur les 0.77°C:
  13. meteor

    Tendance Hiver 2018-19

    C'est pourtant très simple. Ce que j'essaie de montrer c'est que l'orientation des flux a au moins autant d'importance que la température d'origine de ces flux. Cela ne voulant évidemment pas dire que cette dernière n'a aucune importance. La "démonstration" est dans mes posts plus hauts.
  14. meteor

    Tendance Hiver 2018-19

    Ah oui, mais il n'en reste pas moins que les situations synoptiques, des deux hivers 63 et 2010, si elles présentent des similitudes ne sont pas, loin s'en faut, identiques. Sont-elles mêmes analogues, on peut avoir des doutes. En effet, si on regarde les géopot 500hPa en JF 1963 et JF 2010, on s'aperçoit de différences notables, surtout en ce qui concerne les régions au dessus de l'Europe: d'abord 1963: puis 2010: Rien que le dipôle Islande/France est bien plus prononcé en 1963 qu'en 2010, sans parler d'une situation complètement dissemblable au NE de la Scandinavie et en Sibérie occidentale...
  15. meteor

    Tendance Hiver 2018-19

    1963, dont les études parlaient plus haut, est bien dans l'intervalle 1948 (borne inférieure de NCEP) et 2013. Ensuite, BEST ne va pas au delà de 2013. De plus, de 1948 à 2013 on est à 0.122°C/décennie et de 1968 à 2013 on est à 0.123°C/décennie. Pour les hivers 2014 à 2018 je n'ai pas les données, si tu les as, je suis preneur. Attention ces "andouilles" de BEST, qui ne mettent même pas à jour leurs données, présentent des anomalies par rapport à 1951-1980. PS: bon en rafistolant un peu ma base avec les données MF, je trouve une tendance pour les hivers en France de 0.2°C/décennie, de 1968 à 2018, soit sensiblement plus que les 0.12°C plus haut. PS2: pardon c'est un peu décousu, mais en prenant la même période partout c'est à dire, 1968-2018, je trouve pour les parties Nord-Est et Nord-Ouest au dessus de la France entre 60 et 70°N, 0.5 et 0.35°C/décennie. ceci illustre encore d'avantage la déconnexion, pas pour des hivers particuliers, mais pour la tendance, entre les températures des origines supposées des courants atmosphériques et ces courants eux-mêmes, comme si finalement l'orientation des courants compensait, en tendance, le réchauffement très important de ces parties septentrionales e hiver.