Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

meteor

Membres
  • Content Count

    5424
  • Joined

  • Last visited

About meteor

  • Rank
    Orage monocellulaire

Personal Information

  • Location
    Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Recent Profile Visitors

2816 profile views
  1. Mon message concerne l'anomalie selon NCEP, pas selon NASA et ERA5 qui, systématiquement, donnent des résultats plus élevés d'au moins 0.2°C à ceux de NCEP et ce pendant la période récente. Personnellement, comme je l'ai déjà indiqué, je pense qu'il faut d'avantage tenir compte des données NASA, NOAA, Hadley basées en très grande partie sur des mesures. Néanmoins je continue à donner les résultats NCEP, ne pouvant être certain de leur biais négatif. ERA5 c'est aussi une réanalyse, mais peut-être plus proche de la réalité que NCEP en tout cas plus proches des bases traditionnell
  2. Faible anomalie globale pour ce mois de février 2021 selon NCEP/NCAR. En effet, avec 0.106°C d'anomalie par rapport à 1981-2010 (-0.044°C par rapport à 1991-2020), ce mois arrive en 18ème position des plus chauds depuis 1948. Rappelons que le plus chaud, selon cette réanalyse, était 2016, avec 0.915°C. Selon mes estimations, la différence d'indice Nino34 entre les deux années, bien que très forte (3.4) ne peut expliquer que 34% environ, soit le 1/3, du delta T global entre les deux années. On notera particulièrement l'anomalie de l'hémisphère sud qui avec seulement -0.06°C
  3. Sinon, d'après le nouveau rapport DRIAS 2020, il n'y a pas photo concernant les zones de montagne. L'augmentation de température devrait être nettement plus forte qu'en plaine et effectivement des +6°C (au moins) sur les massifs, par rapport à des +4°C en moyenne nationale, sont calculés par les modèles. Je n'ai pas lu d'explication dans le rapport, que j'ai survolé faut dire. Personnellement, je verrais plutôt l'influence d'un fort assèchement des sols. Il y a aussi la perte, considérable, du nombre de jours de gel (environ 60j/an en moins en montagne) et la baisse des pré
  4. Quand on parle de démonstrations ou de calculs, s'agit-il de calculs statistiques ou déterministes? D'une manière plus générale, qu'est-ce qui peut expliquer que, si les situations synoptiques sont identiques on n'a pas le même résultat sur une région donnée, mises à part bien sûr les différences sur le plan radiatif et d'humidité des sols ou de l'atmosphère, par exemple? Ou alors les situations synoptiques ne sont jamais vraiment identiques ou même analogues, cela dépendant de l'échelle considérée? D'autre part je crois bien me souvenir qu'en fait le RC est susceptible de modif
  5. On peut peut-être expliquer les variations de courte durée du CO2 à Mauna Loa par les émanations du volcan sur lequel l'analyseur est perché. Voir ici par exemple.
  6. Selon cette étude parue dans le Geophysical Research Letters, l'impact sur la température globale de la Covid 19 serait, contre intuitivement, dans le sens d'une augmentation, certes très légère sur le plan global (0.03K), mais plus sensible régionalement (0.3K). Cet effet, dû à la baisse des émissions d'aérosols troposphériques, serait sensiblement supérieur aux effets contraires de la baisse des GES et des contrails. "The COVID‐19 pandemic led to dramatic changes in economic activity in 2020. We use estimates of emission changes for 2020 in two Earth System Models (ESMs) to
  7. 0.20°C d'anomalie de température globale, selon NCEP, pour janvier 2021. Selon cette réanalyse ce mois arrive en 15ème position des mois de janvier les plus chauds depuis 1948. Notons qu'avec une anomalie, remarquable, de -0.107°C, l'hémisphère sud arrive en 44ème position des plus chauds depuis 1948. On se répète, mais on se rappellera que NCEP, depuis quelque temps, présente un déficit de 0.2°C environ, par rapport aux bases de données basées sur les mesures de température de surface et de SST.
  8. Certes, mais quand on voit le 2ème pollueur mondial ne rien faire, voire aller en sens inverse, cela n'incite pas. Si les USA s'y mettent, au contraire, il est tout à fait possible qu'il y ait un effet de synergie.
  9. Une petite lueur dans la nuit ce retour des USA dans l'accord de Paris. Cela va être dur pour Biden de contrer le lobby "gaz de schiste", cependant certains qui se moquent de sa mollesse apparente pourraient être surpris.
  10. 0.43°C d'anomalie globale selon Copernicus, soit le 6ème décembre le plus chaud derrière tous les mois de décembre de 2015 à 2019.
  11. Résultat définitif de l'anomalie globale sur NCEP égale à 0.23°C soit le 10ème décembre le plus chaud depuis 1948. Extrapolé aux autres bases cela pourrait donner un mois de décembre à 0.40°C, certes encore chaud, mais nettement moins qu'un décembre 2015, par exemple, à 0.68°C selon Berkeley.
  12. Selon NCEP/NCAR anomalie globale du 1er au 24 décembre 2020 à 0.28°C par rapport à 1981-2010. Notons que sans l'Arctique cette anomalie plafonne à 0.18°C et que l'anomalie de l'hémisphère sud est légèrement négative à -0.02°C. Selon cette réanalyse décembre 2020 serait pour le moment à la 10ème place des plus chauds, ce qui nous change un peu. La Niña qui, selon bien des modèles, s'annonçait forte, est finalement plutôt très moyenne. Dans ce contexte, et celui du RC, les anomalies relevées au cours de ces derniers mois ne sont finalement pas très surprenantes.
  13. Oui, pour la fission d'ailleurs, il me semble "criminel" d'avoir stoppé les différents projets de surgénération de Phénix jusqu'à Astrid en passant par Superphénix. Plus inquiétant, en France, avec l'abandon des filières industrielles et leur vente-dépeçage à l'étranger (voir Alstom par exemple), notre industrie nucléaire classique est dans les choux, et pour longtemps, si ce n'est pour toujours (voir le fiasco incroyable de Flamanville qui montre que la chaudronnerie française a perdu son savoir faire) Si au moins les éoliennes étaient fabriquées en France ainsi que les panneaux sol
  14. Concernant ITER, un des défis est de générer du Tritium, in situ, par des parois tritigènes, comprenant du Lithium. J'avais lu aussi, mais ce serait quand même fort surprenant, et j'ai sans doute mal lu, qu'une des expériences à mener avec un ITER opérationnel serait d'introduire de l'Hydrogène normal pour essayer de le fusionner, comme dans le Soleil. ITER de toute façon représente un défi scientifique et technique majeur. Je pense d'ailleurs que c'est le plus important depuis que l'Humanité existe. (Dans le même ordre mais à un niveau selon moi inférieur, on pourra reteni
×
×
  • Create New...