Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Tristan06

Membres
  • Content Count

    3309
  • Joined

  • Last visited

3 Followers

About Tristan06

  • Rank
    Cumulonimbus calvus
  • Birthday 09/28/1995

Personal Information

  • Location
    Grasse (06), 300m d'alt.
  • Site web
    https://www.facebook.com/TristanBPhotographies/

Recent Profile Visitors

2140 profile views
  1. C'est plutôt vrai en effet avec une récurrence de retours d'Est éclatant d'abord en Ligurie et sautant quelque peu le comté Niçois pour ensuite exploser près de l'Esterel et sur l'Est Var. Exception faite de celui du 2 février qui avait cette fois-ci exclusivement concerné la région de Nice. Concernant ce retour d'Est, comme l'a indiqué _sb le seul point qui me chiffonne est le flux de Nord-Est un peu trop fort rapidement, la descente froide s'écoule en effet très rapidement vers la Corse et le centre de l'Italie en journée. Néanmoins les indices sont temporairement bien favorables à un épisode orageux et grêligène localement marqué entre Monaco et Fréjus. Cela dépend des modèles mais difficile pour le moment de dégager une zone plus soumise au risque qu'une autre. Le dernier Euro4 voit lui un balayage classique d'Est en Ouest de Vintimille à Fréjus en passant par tout le littoral du 06 et le proche arrière-pays. Arpège est plutôt ressemblant et le prochain arome dans 2 heurs devrait nous permettre d'y voir un peu plus clair. Mais ce qui est sûr c'est que ce retour d'Est devrait se montrer bien temporaire avec un aspect orageux localement assez fort mais qui ne devrait pas durer longtemps, comme souvent en fait, l'air sec déboulant rapidement en fin de nuit par le Nord-Est et le risque orageux s'écoulant rapidement vers la Corse. Néanmoins, lors du maximum orageux , il conviendra de surveiller les phénomènes grêligènes avec une situation propice à de grosses accumulation par endroit, on observe un gradient thermique particulièrement marqué : -22°c à 500hPa ► 8°c à 850hPa ► 16°c au sol, soit 38°c en un peu plus de 5000 mètres ! Dans tout les cas du beau spectacle à attendre temporairement quelque part entre l'Esterel et la frontière Italienne avec le risque que le plus gros passe à peine en mer à prendre en compte. Heureusement que nous avons ce type de situation sur la CA, cet automne est bien trop calme.
  2. Attention à ne pas enterrer trop vite la dégradation de cette nuit. Entre l'Est 34 et le 06, les indices sont quand même favorables à un passage orageux parfois très actif. On se retrouve avec une frontogénèse bien établie (donc une meilleure prévisibilité qu'hier) avec un talweg assez profond, une configuration simultanée d'entrée droite/sortie gauche de jet couplée à une convergence très bien structurée. L'instabilité et la dynamique sont un poil plus intéressants je dirais entre l'Est 34 et le 30 en soirée puis entre le Centre/Sud 83 et l'Ouest 06 entre le milieu et la fin de nuit mais les régions allant de l'Est 34 à l'Italie devraient quand même voir un bon passage orageux entre la soirée et la fin de nuit prochaine. Suivant la vitesse d'avancée de la ligne des cumuls de l'ordre de 20 à 50mm sont possibles. Une situation classique de balayage d'Ouest en Est qui déçoit rarement au niveau du spectacle et des sensations. Et comme le dit Twister, il va falloir en profiter car la suite s'annonce bien calme...
  3. Vraiment étonné par tes messages de cet après-midi Cotissois. Déjà par le fait de se baser sur de la climato pour prévoir une situation à très court terme. PACA a toujours connu des épisodes intenses durant ta période "1980/2005" : http://pluiesextremes.meteo.fr/france-metropole/-Evenements-memorables-.html Mais également parce que la situation de Méso-échelle a clairement évolué aujourd'hui en mettant PACA en ligne de mire pour une succession d'orages parfois forts. Tes "lignes de grains" sont quand même prévues de lâcher par endroit 60 à 80mm sur le 83 avec tous les phénomènes violents associés ( rafales supérieures à 80/90km/h, grêle, risque de tornade, etc,..). Mais de plus maintenant une reprise de l'instabilité est envisagée à l'arrière du premier passage en cours de nuit prochaine sur les mêmes zones apportant des cumuls supplémentaires. Le risque est que le plus gros reste à peine en mer pour 13/83/06 mais les signaux sont clairement plus favorables à du violent sur PACA et bien moins sur le LR, c'est comme ça, peu importe la récurrence climatologique. Météo-France a d'ailleurs levé sa vigilance orange sur 34 et 66, ce n'est pas pour rien.
  4. Mais de rien Dodo c'est un plaisir ^^ Non franchement tu n'as pas eu de chance que ça prenne pile sur toi, d'autant que c'était la phase la plus spectaculaire de l'orage, après la pluie a pris le dessus un peu partout.. Difficile à dire pour la trombe, possible mais je ne vois rien de probant sur les clichés, les bases étaient bien déchiquetées toute la nuit au large mais je n'ai pas de quoi affirmer que c'en est une... Merci ! Très bon placement pour ta part aussi sur l'Esterel, j'avais hésité aussi avec ce coin mais l'occasion de faire des photos sur le spot au-dessus de Fréjus était trop belle, depuis le temps qu'on attendais ça ! Tes photos sont superbes en tout cas, de sacrés ramifiés à l'arrière ! Merci à vous tous, a voir pour ce week-end à présent !
  5. Cette saison 2019 se montre décidément plus timide que les autres années avec des dégradations certes, mais toujours assez espacées si bien que le nombre de chasse annuel est, en cette fin-août, bien en deçà de la moyenne. Septembre s’annonçait similaire aux mois précédents avec un anticyclone assez mal (ou bien pour certains) placé et donc un temps désespérément calme. Il faut savoir que cela fait des années que nous n’avons pas connu un VRAI mois de septembre dans le Sud, à savoir des dégradations méditerranéennes violentes et des orages l’étant tout autant. Pourtant au fil des prévisions, il semblait qu’un potentiel non-négligeable de retour d’Est se profilait pour Est PACA. Plus les runs sortaient, plus ceux-ci étaient engageants, voire même violents pour certains. Sauf qu’on a l’habitude dans le Sud-Est que les retours d’Est soient petit à petit diminués en approchant de l’échéance donc la méfiance restait de mise au fil des runs. Pourtant, plus on approchait de l’échéance et plus celui-ci était renforcé. Les runs du matin du 5 septembre sortent et c’est l’extase, tous les modèles s’accordent pour du très gros autour de l’Esterel. Placés sur les hauteurs de Fréjus vers 22h00, nous attendons dès le milieu de soirée le développement des orages. Comme toujours le ciel est limpide et il est difficile d’imaginer une dégradation violente pour les prochaines heures. Comme toujours également un orage se développe au loin sur la Ligurie et nous permet de faire passer le temps avec une activité lointaine. Progressivement les nuages s’amoncellent sur l’Esterel, au satellite on peut voir le front se mettre en place sur l’Est du 06, matérialisé par une bande nuageuse s’avançant rapidement vers l’Ouest et venant bientôt buter contre le Mistral encore présent sur le point d’observation. 00h00, le ciel est maintenant parsemé de congestus plus à l’Est, certaines convections sont particulièrement puissantes, l’orage est imminent. 6 minutes plus tard très exactement, un écho apparait sur Antibes, 30 secondes plus tard le premier flash. Tout se passe exactement comme prévu (ce qui est rare pour ce type de dégradation). Une cellule se démarque et se bloque en plein milieu de l’Esterel, la convection est très puissante mais elle n’a pas encore flashé contrairement à sa petite sœur derrière. Puis, première décharge (qui a du faire peur à pas mal d'automobilistes sur l'A8 juste à côté car il tape en air complètement sec) : 1/ A partir de là, comme souvent, tout s’accélère, ça se met à flasher de partout et assez frénétiquement, la foudre sort mais nous espérons un autre extranuageux (qui n’arrivera pas). L’activité devient démentielle avec des éclairs toutes les 2/3 secondes, majoritairement des intras. Le radar indique de la grosse grêle près de Tanneron, très rare de voir un écho comme ça en pleine nuit. Très vite c’est tout l’horizon Est qui s’illumine en continu de flashs, parfois de coups de foudre mais assez anarchiques. Nous ne savons pas trop où en donner de la tête tellement l’activité est violente et étendue. Les cellules qui se dirigeaient dans un premier temps vers nous sont stoppées par un air plus sec sur zone, si bien que nous nous retrouvons rapidement dans le seul coin sec de la région. Un appareil cadre plus au Nord alors qu’une cellule explose derrière les premières collines : 2/ Le deuxième cadre plus au Sud-Est alors que des cellules se régénèrent en continu sur la même zone : 3/ Puis bizarrement les cellules à notre Nord se meurent et l’activité se concentre à nouveau exclusivement sur l’Esterel. Les flashs permettent de distinguer une virulente convection dans la baie de Fréjus, nous espérons un extranuageux avant que le ciel ne se couvre de nouveau, il n’arrivera pas. Je laisse donc un des deux appareils cadré sous cette base pendant que l’autre continue de shooter la foudre plus sur les reliefs, il faut donc jongler entre les cadrages et les réglages si bien qu’à un moment donné je ne fais même plus attention à ce qu’il se passe devant moi. Puis tout à coup, cris de joie de mon compère « Oh p*tin c’est tombé dans la baie ! », j'ai en effet vu un flash plus gros que les autres. J'attends la fin de la pose, n'étant pas sûr de l'avoir eu, en effet, c'est bien tombé dans la baie : 4/ Une cellule se démarque en remontant sur Fréjus, elle donnera exclusivement de la foudre pendant 5/10 minutes, un pur régal, nous sommes ébahis par le spectacle et surtout, toujours au sec ! Double impact très ramifié avec traceur ascendant (visible en zoomant) sur Port-Fréjus : 5/ Et ça continue ! (petite pensée à @Cyclone30 qui s’est malheureusement retrouvé sous la flotte à ce moment là…) 6/ D’autres impacts seront capturés, un peu moins esthétiques. Puis une cellule se développe sur nous, la bascule commence à se mettre en place, la foudre tombe assez proche plus au Nord mais pluie de face, impossible de shooter à présent. Nous nous déplaçons donc pour avoir une vue vers l’Ouest, les cellules ayant tendance à se décaler vers cette zone. L’une d’entre elle est toute proche, sur les collines d’en face et la foudre tombe de temps en temps. Parfois de manière bien esthétique (l'impact tombe sur la flèche d'une grue): 7/ Pas mal d’impacts capturés là encore mais je retiendrai surtout cette formidable décharge à un peu plus de 2km sur les collines de Sainte-Maxime : 8/ La cellule continuera son petit bonhomme de chemin vers le Sud tout en perdant progressivement en intensité, mais donnant encore de belles décharges de temps à autre. Nous nous replacerons pour observer la fin des orages près de l’Esterel mais pluie de face et activité anarchique, ce sera pour le plaisir des yeux pour moi, mon compère s’en sortira mieux. Il est 4h du matin, nous venons de vivre 5h de folie, l’orage de l’année sur la région.. Le lendemain, après le boulot et une petite sieste, de nouveaux orages prennent sur le 06, assez mous mais donnant de temps en temps de bonne salves de foudre. Je suis bien rassasié de la veille et bien fatigué mais la tentation est trop forte, nouvelle chasse. Le seul impact potable de la journée sur les hauteurs de Villeneuve-Loubet alors que les cellules s’évacuent vers le littoral : 9/ Le lendemain une situation se profile dans le Golfe de Gênes et encore une fois, la tentation est trop forte pour manquer le spectacle. Les modèles sont un peu perdus niveau horaire et intensité mais je décide de me placer vers Gênes aux alentours de 22h, le début étant censé être pour 00h00. Pourtant sur l’autoroute une cellule explose alors que je ne suis pas encore arrivé sur zone. Vient maintenant le dilemme, la convection est visible et elle lâche des extras bien sentis, mais je ne suis pas sûr que celle-ci tienne donc autant essayer de se rapprocher du target initial. Je sors de l’autoroute après Savone alors que l’activité devient une nouvelle-fois démentielle, un éclair toutes les 2sec. J’ai cependant oublié un petit détail, nous sommes samedi soir et je dois traverser plusieurs villes côtières pour me rapprocher de la cellule. Je perds donc un temps fou à slalomer entre les Italiens bien éméchés et rate une bonne partie du spectacle. Néanmoins après une dizaine de minutes de route je tombe sur un très beau point de vue face à la cellule qui perd malheureusement rapidement en intensité. Le spectacle est néanmoins magnifique : 10/ Je suis ensuite rejoins par l’équipe de Zenastormchaser et nous discutons de la suite de la dégradation, eux-aussi ont été un peu surpris par ce début de dégradation bien plus tôt que prévu. Tout à coup des flashs se montrent dans notre dos, vite suivis de coups de tonnerre assez fracassants. Une cellule se développe juste derrière nous à Varazze. Pas le temps de réfléchir, il faut s’orienter vers elle. Première pause … 11/ Cette cellule donnera une activité régulière et très esthétique pendant 15/20min avant de mourir : 12/ Mes compères partent plus à l’Est mais trop loin pour moi, la suite de la nuit devrait rester orageuse dans le coin donc je reste sur ce point de vue trouvé par hasard et qui domine tout le Golfe. Néanmoins plus les heures passent et plus le constat devient évident, la première cellule semble avoir perturbé la dégradation dans la zone, l’air semble trop sec pour que de nouveaux orages se forment alors que plusieurs structures supercellulaires concernent l’Ouest de la Ligurie. Pas de regrets néanmoins car l’activité à peine au large est on ne peut plus esthétique : 13/ 14/ Ces cellules alterneront avec phases actives et inactives une bonne partie de la nuit. Le jour se lève ensuite, je prends le chemin du retour voyant que le risque de trombe se décale lui-aussi plus à l’Ouest. Sur le chemin du retour j’observerai des cellules se développer entre Corse et continent bien plus près que prévu du 06. Une trombe parviendra même à se former sous l’une d’entre elle, je ne pourrai que l’observer de l’autoroute, impossible de m’arrêter pour shooter, belle surprise quand même. On pourrait croire cette période orageuse finie, pourtant il n’en est rien, 2 jours plus tard, nouvelle dégradation sur le Sud-Est. Des orages sont prévus de remonter en fin de nuit par la mer sur les côtes Varoise. Placé près du Rayol, j’observe quelques coups de foudre sous une cellule ayant attendu le lever du jour pour se développer : 15/ La suite sera trop pluvieuse, les forçages étant plus forts en mer. Enfin un vrai début d'automne près de la méditerranée, du moins dans le Sud-Est, espérons que ça continue !
  6. Dépression à peine plus au Nord-Est sur le dernier GFS, du coup le maximum est bien décalé sur le Var avec un afflux plus important d'instabilité jusqu'aux littoraux, attention à ce genre de décalages, ça peut faire mal entre Est 13 et Esterel si les orages prennent leur alimentation près des littoraux.
  7. En effet, l'orage de l'année hier soir près de l'Esterel, activité stroboscopique pendant plusieurs heures avec de très nombreux clichés depuis les hauteurs de Fréjus. A signaler également des grêlons de 3 à 4cm localement près de Tanneron. Quelques exemples : Impact en baie de Fréjus : Impacts très ramifiés sur Fréjus et Saint-Raphaël : Autres impacts très ramifiés sur les hauteurs de Sainte-Maxime un peu plus tard : De nouveaux orages se forment sur le haut-pays du 06 actuellement.
  8. Attention au retour d'Est de demain soir entre l'Est 83 et le 06. D'abord entrevu par seulement CEP, ICON et Arpège, ces modèles sont maintenant rejoins par l'ensemble GFS. Situation classique de plongement d'une goutte froide sur l'Est de PACA venant s'isoler et provoquant le creusement d'une bonne dépression de surface entre Corse et continent. De ce fait le flux reste Est/Sud-Est en basses couches entre E83 et 06 avec un vent de Sud-Est doux et très humide alors que dans le même temps un Mistral assez fort se met en place à partir du Centre Var jusqu'au Languedoc. Classique convergence entre ces deux vents, instabilité modérée à assez forte près des littoraux sur ces zones et fort conflit de masse d'air entre les basses couches (24/25°c au sol) et l'altitude (-18°c à 500hPa). De ce fait, si la situation ne bouge pas, de fors orages potentiellement grêligènes pourraient se former entre le Golfe de Saint-Tropez et le littoral/moyen-pays du 06 pendant la nuit de Jeudi à Vendredi avec un risque de stationnarité non-négligeable. Voici quelques scénarios intéressants sur Arpège, la PE d'arome et NAE : A voir si cela se confirme, mais contrairement au dernier retour d'Est de la fin de semaine dernière, les modèles ont tendance à renforcer le risque plutôt qu'à le diminuer au fil des runs. Si cela se confirme, nous avons là un des retour d'Est les plus actifs de l'année sur ces zones avec un risque de forts orages de grêle nocturnes et potentiellement stationnaires. De plus, cette première coulée froide ouvrirait la porte à de nouveaux potentiels sur le Sud-Est et la Corse dans les jours qui suivent avec un nouveau risque de retour d'Est Samedi, Lundi et en milieu de semaine prochaine : A suivre de très prêt tout ça pour l'extrême Sud-Est et potentiellement plus à l'Ouest pour la suite.
  9. La situation est en effet à surveiller demain sur nos régions. Comme l'a dit _sb il est difficile de dégager une zone précise qui sera touchée par les orages mais il semble que tout le pourtour soit soumis à un risque d'orages parfois forts entre cet après-midi et demain soir. Je vais me concentrer sur Est-PACA pour une petite analyse. A partir du début d'après-midi de demain le flux en basse couche va devenir très convergent entre le Centre/Nord-Var et le 06 avec un vent s'orientant Sud-Est sur ces régions alors que l'air plus frais se sera déjà engouffré sur Ouest PACA durant la matinée. Nous obtenons donc un contexte de convergence entre vent de Sud-Est très humide et doux sur le 83 avec des valeurs d'instabilité extrêmes (3200j/kg sur certains modèles) de part le conflit de masse d'air important : Dans le même laps de temps la région se trouve en sortie gauche/entrée droite de jet fortement divergente en altitude à l'avant du forçage principal, une situation classique très dynamique de descente d'air frais du Nord-Ouest après une situation caniculaire : Dans cette situation, après une matinée très mitigée sur 83 et 06, les cumuls vont rapidement se développer à la mi-journée dans l'intérieur du 83. Les premières cellules devraient se développer aux alentours de 12/13h sur l'Ouest 83 pour rapidement s'organiser en de puissantes cellules linéaires en se déplaçant lentement vers l'Est au fil de l'après-midi, atteignant le 06 en milieu/fin d'après-midi. Le maximum d'intensité est à prévoir entre la Provence-Verte, la Dracénie, l'Esterel et le littoral du 06. Compte tenu de la dynamique et de l'énergie disponible, des phénomènes forts à localement violents sont à craindre sur ces secteurs avec risque de grosse grêle (supérieure à 3cm), très fortes précipitations et rafales de vent ainsi qu'une puissante activité électrique. Il conviendra d'être prudents dans cette zone sur la journée de demain. En fin d'après-midi le premier passage s'évacue vers la Ligurie et le Golfe de Gênes mais la dégradation ne semble pas finie pour autant. En effet la situation devient de plus en plus dépressionnaire sur la zone au fil de la journée avec le creusement d'une dépression sur la vallée du Rhône glissant progressivement vers Est-PACA en journée. La suite de la journée et la nuit suivante va donc dépendre du placement de cette dépression et de son creusement. Trois évolutions différentes sur 3 modèles fiables pour la situation de demain : A gauche le scénario du 2km, la dépression se creuse fortement sur Ouest PACA (999hPa) et glisse par le centre-Var jusqu'au large du 06 et plus tard le Golfe de Gênes, de ce fait le flux reste orienté Sud-Est en basse couche sur Est 83 et 06 donc de nombreux orages pourront se former sur les mêmes zones même après le premier passage et ce jusque tard dans la nuit de Samedi à Dimanche. Au milieu le scénario d'arome qui, après le premier passage, voit une bonne pause de l'instabilité avant un nouveau front se formant sur Ouest PACA le soir et balayant tout l'Est PACA en cours de soirée et début de nuit suivante avec surement (mais l'échéance n'est pas encore sortie) une grosse réactivation sur Est 83 et 06 durant la nuit compte tenu du creusement de la dépression sur le littoral du 06. A droite le scénario d'Arpège, un scénario médiant avec la dépression qui glisse par le Centre-Var pour se caler sur le littoral du 06, persistance du flux de Sud-Est jusque dans la nuit sur Nord 83, Est 83 et 06. Du coup même après le premier passage les orages continuent de se développer sur les mêmes zones avant un passage plus intense en soirée et nuit suivante sur la Côte d'Azur, pouvant persister toute la nuit sur le 06 avec le creusement de la dépression sur le littoral. Le lendemain de l'instabilité persistera sur Corse 06 et possiblement Est 83 alors que le Mistral se sera fortement levé ailleurs. C'est une situation très dynamique qui peut localement provoquer des dégâts sur Est-PACA, tout dépendra de comment la dépression va influencer les zones de formations des orages. Cela me rappelle une situation du 10 ou 11 Août 2005 qui avait donné de violents orages stationnaires sur tout Est PACA et notamment l'Est Var ainsi que des grelons gros comme des oranges à Tourtour. A suivre, tout ça, le terrain va être passionnant demain !
  10. Les Alpes-Maritimes viennent cependant de passer en vigilance orange Canicule à 16h. Les températures diurnes ne vont pas se montre particulièrement "exceptionnelles" mais les températures nocturnes pourraient à nouveau fleurter avec les records mensuels sur le littoral et le moyen pays. On a dépassé les 35°c à Carros, Puget-Théniers et dans l'arrière-pays Mentonnais aujourd'hui.
  11. Oui nous n'étions pas loin du tout, à quelques kilomètres à vol d'oiseau, ça a du d'ailleurs bien taper de votre côté également de ce que je voyais ! Effectivement les ambiances du plateau de Valensole sont assez uniques je trouve, quelques fois par an celui-ci offre un spectacle exceptionnel, on a eu la chance de tomber sur le bon jour ! Merci beaucoup Chris ! Oui je me rappelle de ton cliché d'ascendants sur les émetteurs, effectivement je pense qu'il faille que ceux-ci se retrouvent sous l'enclume pour en avoir, un peu comme ceux du Mont-Agel, ou alors juste sous le courant ascendant. Il a dû y en avoir durant ce jour mais je préférais me concentrer sur ce qu'il se passait devant moi, bien plus esthétique ^^ Il y a toujours une certaine appréhension en effet quand ça tombe vraiment proche et de partout, même dans la voiture, honnêtement j'ai du voir au moins une trentaine d'impacts entre 200 et 600m ce jour et quelques uns bien plus proches. Rarement j'avais pu ressentir autant d'électricité dans un orage, je veux dire vraiment la ressentir (cheveux qui se dressent, abeilles, grésillements,...) , avec cette peur que ça puisse te tomber littéralement dessus.. Un sacré coup d'adrénaline mais qui vaut le coup d'être vécu, toujours en restant en sécurité bien-sûr. Merci à vous tous pour vos messages, en espérant que la saison continue de plus belle dans le Sud-Est ! ➡️➡️
  12. Après un début de saison poussif niveau orages avec des clichés certes, mais pas de dégradations vraiment très organisées, il semblait que début juillet allait se montrer particulièrement actif. N’ayant pas d’obligations particulières durant la semaine du 1er au 7 je me suis dit qu’il fallait profiter à fond de cette période avec un seul but, être toujours au plus proche du plus gros dans la région. Après une chasse fructueuse la veille dans le 05 avec quelques belles ambiances capturées, départ pour le Verdon le Mardi 2 Juillet , je prends la direction de Saint-Julien dans le Nord-Ouest du Var. Un orage se formera sur la commune dans l’après-midi, ne donnant que très peu de foudre, un seul capturé sur plus de deux heures d’orages alors que celui-ci était en train de décliner. En fin de journée la cellule meurt progressivement alors qu’un gros multicellulaire concerne le Nord du 04 et le 05 au niveau de Sisteron. Je prends la route du retour, tout doucement, j’ai un pressentiment que cet orage pourrait descendre vers le Sud et Valensole. Sur la route je crois apercevoir de la convection au Nord de Valensole, mais les contrastes sont faibles, difficile à dire. Faisant confiance à mon intuition je décide de me rapprocher du plateau. Arrivé en bordure mon intuition se confirme, la convection explose au Nord. Je fonce donc vers les Lavandes, ayant une photo particulière en tête, la foudre et les lavandes, chose que je rève de faire depuis la première fois que je suis venu ici. Sur la route une cellule a explosé juste au Nord du plateau, la foudre s’acharne dans un secteur particulier et il faut que je monte sur un point surélevé pour espérer la capturer. Je galère un peu à trouver un point de vue mais la ligne d’alimentation étant assez imposante, l’orage est parti pour durer. Point de vu trouvé, j’installe le matériel, une nouvelle cellule prend plus au Sud, plus proche. Le tonnerre commence à se faire entendre mais .. plus de foudre.. Pourtant celle-ci flashe toutes les 10sec environ mais la foudre ne sort plus.. c’est pas vrai ! Les minutes passent, la foudre ne sort pas et je commence à perdre espoir, je suis parfaitement bien placé, les rideaux sont beaux et imposants… Progressivement la base se délite, l’orage commence à perdre en puissance alors que l’heure bleue se montre. Je me dis néanmoins qu’elle pourrait lâcher quelque chose alors que les courants descendants commencent à prendre le dessus, c’est souvent le cas. Puis tout à coup : 1/ Ah bah quand même ! Une phase électrique s’enclenche enfin. Quelques impacts sont capturés, c’est mieux ! Puis la lumière baisse, la cellule est quasiment morte, j’ai eu la foudre avec les lavandes mais il me manque quelque chose, ce n’était pas assez impressionnant à mon goût. Je laisse encore l’appareil au cas où et décide de zoomer un peu plus sur la base, on ne sait jamais. Et là, formidable décharge plein cadre, l’appareil a déclenché, j’attends que la photo charge .. 2/ LA photo que j’attendais, ce sera la dernière manifestation électrique de l’orage qui mourra dans les 5minutes suivantes. Je rentre encore une fois très content de ma chasse, pensant déjà à celle du lendemain... Le lendemain donc, nouvelle situation assez explosive près du Verdon, les modèles sont un peu perdus mais on sent qu’il peut se passer quelque chose de gros dans le secteur du Nord du Var et du Sud 04. Je n’avais pas forcément prévu de remonter sur Valensole mais après un peu d’attente près de Régusse, il semblait que tous les indices étaient au vert sur le plateau. Plus je montais plus les congestus étaient organisés, au radar toutes les cellules semblaient se diriger vers la même zone, Valensole. A peine arrivé sur place le tonnerre se fait entendre juste au-dessus de moi, les congestus que je voyais ont maintenant enclumé, pas encore de rideau mais cela ne devrait pas tarder. C’est parti pour une session que je n’oublierai pas de si tôt... Progressivement une cellule se renforce devant moi, la foudre ne tarde pas à sortir mais un poil trop rapide, les impacts ne ressortent pas assez bien. Cependant la convection s’est enclenchée tout autour, l’orage est donc parti pour durer. Quelques minutes plus tard, alors qu’un nouveau rideau assez proche s’est formé : 3/ Je pourrais déjà être rassasié avec cette photo mais la foudre continue de sortir, un peu partout en fait, j’ai déjà de nombreux clichés et contrairement à la veille on sent que les orages ne vont donner que de ça aujourd’hui. Puis la cellule se propage vers le Nord du plateau où Dorian et Henri shootent, la foudre commence à s’acharner dans cette zone. L’outflow de la partie Nord commence à me concerner avec de grosses gouttes et de la foudre qui sort tout autour mais jamais dans le cadre, voyant le ciel à l’Ouest je me décide à bouger voulant anticiper la suite. Après à peine 5min de route je trouve un champ bien orienté. L’ambiance est complètement différente, les bases sont noires comme j’en ai rarement vu, un imposant nuage mur s’est formé sous le courant ascendant. La cellule s’organise devant et est très électrique, sauf qu’à présent ça tape souvent dans le rideau. Tant pis l’ambiance est extra et vu les bases à l’Ouest ce n’est que le début. De temps en temps néanmoins la foudre sort du rideau, derrière les fameuses antennes : 4/ Pas de foudre sur celles-ci néanmoins, ça aurait été trop beau. Après quelques minutes d’observations une nouvelle base semble s’organiser plus à l’Ouest, encore une fois elle entre en rotation bien rapidement et le point de condensation s’abaisse. J’anticipe une nouvelle-fois et me décale à l’Ouest, on sent qu’il va se passer quelque-chose de gros dans les prochaines minutes. Sur les 10 minutes de route je vois la base s’organiser, devenir encore plus noire que les précédentes et la foudre sortir de partout, je fonce sur les lignes droites du plateau. Après avoir trouvé un point de vue au milieu d’un champ de lavandes, j’installe le matériel. Le ciel est vert, noir, orangé, la foudre sort de partout je ne sais pas où en donner de la tête. 5/ Puis je remarque qu’une zone en particulier se fait pilonner littéralement de foudre, à raison d’un impact toutes les 5/10secondes dans périmètre très restreint. Parfait, plus qu’a zoomer : 6/ J’ai au moins une 20aine d’impacts comme celui-ci, toujours dans cette zone sur un laps de temps de 3/4minutes, pour dire comme l’activité était impressionnante. D’ailleurs vu la base, il semble que l’orage va à peine me tangeanter par l’Ouest en passant assez proche. 7/ La base commence d’ailleurs à se reformer au-dessus de moi avec une noirceur couplée de verdâtre, les inflows sont puissants, l’atmosphère devient très électrique tout autour et la foudre s’acharne toujours dans la même zone de l’orage. Puis .. 8/ Les impacts sont d’une puissance sous cet orage.. A partir de là tout s’accélère, ça commence à tomber tout autour de moi, des extranuageux tombent derrière, puis à droite, puis à gauche, puis devant, mes cheveux commencent à se dresser sur ma tête et un imposant pied de pluie/grêle commence à tomber derrière les arbres à ma gauche. La foudre s’acharne sur cette zone, il faut que je me déplace. 300m plus loin, la scène est surréaliste. 9/ Je suis impressionné par l’activité électrique. La dernière fois que j’avais pu voir une telle activité c’était en 2016 dans le Centre-Var avec une supercellule lâchant de la foudre toutes les 5secondes toujours dans la même zone. Là c’est encore plus vaste et encore plus actif, ça tombe littéralement de partout, même très loin de l’orage et je suis au milieu de tout ça. Quand tout à coup, une des photos de mes rêves : 10/ On entend les « abeilles » avant chaque impact, un bruit caractéristique entre le bourdonnement et le grésillement, c’est impressionnant. Un impact très proche juste derrière me fait sauter dans la voiture, laissant l’appareil dehors. Il se débrouillera tant pis, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a plutôt bien géré (quelques exemples parmi des dizaines d’impacts capturés): 11/ La foudre s’acharne sur ma droite, toujours à moins d’un kilomètre mais juste derrière les arbres : 12/ Ça tombe aussi juste devant dans le champ derrière la petite rangée d’arbres mais trop rapide pour être capté (visible néanmoins sur les quelques vidéos prises), peu importe les photos s’enchaînent : 14 / Même dans la voiture je ne fait pas le fier tellement l’atmosphère est électrique. J'ai mal à la tête avec toute cette électricité. J’ai rarement vu ça. 15/ Je me décide à sortir alors que les premières gouttes tombent pour aller chercher l’appareil et vérifier les réglages, à peine le temps de le récuperer et sauter dans la voiture, boom, impact sur les arbres à ma droite, je le ressens dans tout le corps. Puis un autre sur les arbres à ma gauche cette fois, c’est un carnage. La pluie devient rapidement forte, je me déplace quelque peu alors que l’orage file vers le Sud, nouvel impact bien proche en contrebas : 16/ L’orage continuera de s’éloigner vers le Sud-Ouest par la suite ayant complètement dévié du flux. Ayant l’espoir de finir la journée plus tranquillement j’irai me placer par la suite près de Saint-Julien pour les derniers impacts de la journée alors que l’orage file vers Aubagne, dans une ambiance bien plus calme, de façon à terminer la journée sur une note plus soft et plus tranquille: 17/ Le lendemain sera encore orageux sur le 06, une nouvelle chasse et de nouvelles photos, mais ça ce sera sûrement pour un autre sujet. La semaine se termine avec 1300km de parcourus entre le 05, le 04, le 06 et le 83, des centaines de photos de foudre, de nombreux timelapses et des ambiances extra, j'en redemande ! D'autant qu'une nouvelle période très orageuse semble se profiler pour le Sud-Est la semaine prochaine ...😎
  13. Pendant que les Montpellierains se régalent de foudre nocturne, un petit exemple de ce que l'on pouvait observer en fin de journée du plateau de Valensole (de jour c'est pas mal aussi) : Lien photolive : https://www.infoclimat.fr/photolive-photos-meteo-244717-que-dire.html Temps couvert sur le pays Grassois et température encore chaude ce soir.
  14. Quel orage en fin de journée sur Valensole, des impacts toutes les 3 à 5 secondes durant plusieurs dizaines de minutes, rotation de la base, couleur verdâtre comme j'en ai rarement vu.. Bref, la chasse de l'année, nombreuses photos à venir !
×
×
  • Create New...