Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

_sb

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    4845
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    34

Everything posted by _sb

  1. L'ensemble d'ARPEGE est plus prometteur que celui d'IFS. Mais surtout, les incertitudes sont encore très nombreuses ce qui se traduit concrètement sur les valeurs brutes de l'ensemble qui, pour les plaines héraultaises par exemple, s'étalent de 5 mm à 120 mm dimanche ! C'est quasiment les mêmes bornes pour samedi. Les écarts sont du même ordre de grandeur en PACA, surtout sur les départements marins. La synoptique modélisée est clairement à la pluie et moins aux épisodes extrêmes. Chez la PE IFS, peu de membres, moins de 10%, modélisent un risque significatif de gros épisode. Ce % est un peu plus élevé chez la PE ARPEGE. C'est quand même à considérer d'autant qu'un modéré à fort dynamisme d'altitude peut s'inviter et amplifier considérablement l'évènement en associant le flux de surface (risque de coup de vent en Manche + situation propice à forte advection chaude et humide à l'avant, en Méditerranée => forte instabilité). Pour que cela dégénère franchement, le thalweg doit être plus profond et, idéalement, avoir une longueur d'onde plus courte. Pour l'heure, nous serions davantage sur un épisode modéré à durée relativement longue (48 à 72h en plusieurs salves). Pour nos amis roussillonnais, ce serait plus positif : un thalweg moins profond implique un assèchement moindre et des conditions de surface moins défavorables. Pour ménager la chèvre et le chou, c'est une configuration sous-synoptique typique de surprises dans les deux sens. Dans une sorte d'entre-deux et c'est parfois dans ces conditions qu'on joue le plus gros (et qu'on peut aussi perdre gros en espoirs déçus) !! L'échéance se rapproche et on joue davantage au fil de ferriste qu'au marathonien... L'enjeu est l'intensité des pluies et du caractère instable.
  2. Brouillards par plaques entre Aubagne et Marseille ce matin, avec de jolis effets de lumière sur le soleil levant. Tn de 5.2°C à Aubagne-MF. Temps très ensoleillé.
  3. Effectivement, novembre-décembre est climatologiquement plus favorable au Roussillon que septembre-octobre. Reste la variabilité climatique ... 😉 Les signaux verdissent sur le bassin méditerranéen pour plusieurs salves instables. Comme on dit : « à suivre !.. »
  4. Oui. La position de la GF est encore indéfinie mais elle semble peu active et transitoire avec l'arrivée d'un thalweg bien plus dynamique par l'Atlantique. Qui dit thalweg atlantique, dit généralement flux de SW sur notre bassin et creusement de surface sur Lion, trop au nord pour les PO. Mine de rien, la configuration à grande échelle s'achemine vers des conditions très favorables aux épisodes méditerranéens. Une série d'ondes de Rossby parcourent l'HN et nous placerait peu ou prou en configuration GASC à répétition : une dorsale vers le Groenland, une dépression/thalweg vers Sole. C'est l'une des synoptiques les plus favorables pour nous (hors PO malheureusement). Bien sûr, si la synoptique est primordiale, d'autres éléments d'échelles plus fines sont nécessaires mais c'est beaucoup plus encourageant (pour des épisodes pluvio-orageux) qu'un flux de SW anticyclonique sur la France ! On commencerait vendredi avec des pluies orographiques sur les Cévennes. Peut-être un bref passage orageux à la fin selon les caractéristiques de la GF. Puis viendrait le plat de résistance, surtout à partir de dimanche, avec des conditions instables successives durant plusieurs jours. A confirmer naturellement, vues les échéances.
  5. Ne pas oublier que ce sont des tendances pondérées sur un mois. Un épisode très froid y est invisible. En décembre, en janvier et même en février. En prenant uniquement SEAS5 dans sa dernière sortie (le modèle saisonnier d'ECMWF), les mois 3 mois d'hiver pris individuellement ne s'écarteraient pas beaucoup de la moyenne climatique du modèle (1993-2016), avec simplement février un peu plus doux (ou un peu moins frais !) que les autres. Les précipitations seraient autant dans les mêmes normes, légèrement déficitaires. En effet, la barocline serait globalement sur une latitude supérieure nous laissant plus souvent en condition anticyclonique que dépressionnaire. Froid statique de basses couches ou froid dynamique, douceur océanique marquée via des épisodes de zonal, c'est un peu ce que propose le modèle dans une interprétation moins directement liée à la lecture brute. Aucun élément n'incite à envisager un scénario inhabituel (ni très doux et venteux, ni très froid, ni très sec ni très humide). L'analyse du modèle S8 de MF rejoint celle de SEAS5 avec là encore une barocline un peu plus haute.
  6. J'ai publié un BIM pour cette semaine 43 : https://www.infoclimat.fr/actualites/bim/13346/bulletin-d-informations-m-ampeacutet-ampeacuteorologiques.html Ce bulletin voyagera aussi longuement hors de nos frontières hexagonales jusque vers les Rocheuses, le golfe du Mexique, l'Islande ou encore la Grèce ! De quoi se dépayser en cette fin de week-end et aborder la semaine avec des objectifs météo pas si inintéressants que la première impression apportait ! - tempête tropicale - convections - fortes pluies - vents forts - médicane - ...
  7. Unofficial teaser d'un prochain IFS (résolution horizontale d'environ 4 km, cf vers une page précédente). Surtout, les influences de l'orographie sur le déplacement des masses d'air, c'est assez bluffant je trouve ! 20 janvier -> 4 avril 2020
  8. Je n'ai pas compris Flora où j'interviens ? Je ne savais pas que la citation m'était destinée au départ. Au contraire, plus les personnes réagissent, mieux c'est ! Je réagissais sur quelque chose de tout autre : « il n'y a rien à commenter » alors qu'il y a toujours quelque chose à commenter en prévi, éventuellement avec humour comme tu l'as fait. Si tout était productif, ce serait bien morne... Pas mieux ce soir : Idem sur le NW en fin de semaine, barocline rejetée au nord, nous restons en SD.
  9. Tu as raison, sauf sur l'origine du « record » : il y a à commenter mais la configuration intéresse peu de personnes ! Et puis d'années en années, il est nécessaire d'avoir des situations de plus en plus extrêmes pour voir de l'animation. Dernier exemple avec Aurore où il a fallu les dernières heures pour que ça s'anime alors que le potentiel était présent plus d'une semaine avant, avec 2 ou 3 intervenants à en parler. Mais seules les couleurs « rafales » sur les déterministes étaient regardées par le plus grand nombre et 80 à 100 km/h n'intéressent presque plus personnes... Bref, la passion semble changer de visage ! Pas une critique, juste un constat Autrement, comme signalé plus haut, le dynamisme pourrait effectivement s'accroître temporairement le week-end. À la différence d'Aurore où on avait un dynamisme de NW avec descente polaire amenant une SG (sortie gauche de Jet), ce serait ici un dynamisme plus classique, d'W à SW avec gradient thermique latitudinal. Du coup, nous serions plutôt en SD (sortie droite du Jet), moins bien positionné. L'agitation serait fournie par un front froid actif avec interaction avec la SD. En Méditerranée, la GF à partir du milieu de semaine va aussi produire son suspense : plus elle se lovera à l'ouest, plus les chances d'épisodes pluvio-orageux sur le SE augmentera ; plus elle sera à l'est, plus l'épisode concernera l'Italie ou les Balkans et le SE sera sous Tramontane et Mistral.
  10. Venteux, c'est peu probable, il n'y a pas de dynamisme particulier dans les configurations prévues. Pour l'heure, on en reste à la succession évoquée plus haut : pluies faibles et températures fraîches, temps ensoleillé et doux, retour de la pluie et baisse des températures. Un thalweg transiterait sur le nord du pays en début de semaine, apportant une faible perturbation accompagnée d'une fraîcheur marquée surtout en journée. Un classique dégradé nord / sud s'observerait. Ensuite, le milieu de semaine serait dominé par un col anticyclonique. Une dorsale de l'anticyclone des Açores s'élèverait, nous apportant un temps calme et doux en journée, frais la nuit avec de probables brouillards / nuages bas. Le thalweg précédent, depuis l'Europe centrale, lâcherait une goutte froide en direction de la Méditerranée. La dorsale formerait ensuite un pont avec les hauts géopotentiels présents vers la mer Noire et le sud-est de l'Europe. En dernière partie de semaine, ce col favoriserait en parallèle le rapprochement d'un thalweg atlantique. Une nouvelle perturbation aborderait le pays par le nord-ouest. Sur un plus ou moins large quart sud-est du pays, l'évolution de la goutte froide sera à surveiller. Cette faiblesse du champ de pression sur la Méditerranée occidentale offre de multiples possibilités.
  11. On sera absolument en régime NAO+ [AJOUT] Diag réactualisé : NAO+ toujours modélisé par IFS selon la définition d'ECMWF mais avec moins de voilure [/AJOUT] Le diag sera réactualisé ce soir. Bon, au-delà de ça : (ecmwf) L'option anticyclonique est possible :
  12. Bonjour, 10.4 mm à Aubagne-MF, bonne réactivation frontale avec ce flux de sud piloté par Aurore
  13. Étant à peine à la mi-automne, vous m'inquiétez !! 😛 A grande échelle, flux de SW ondulant, avec succession thalwegs / crêtes d'altitude. La barocline garderait ses distances avec nous, limitant le risque de fortes agitations. => Passages pluvieux de faibles intensités sur une plus ou moins grande partie nord du pays, températures fraîches au passage des thalwegs, douces sous les dorsales. Plus au sud, le champ de pression faiblit progressivement en Méditerranée sur une assez large domine, en gros de la Grèce jusqu'à l'Espagne. Trop tôt pour en déduire quoi que ce soit, surtout que les gradients resteraient faibles. Le régime NAO+ est défavorable aux épisodes méditerranéens, toutefois, de fortes pluies pourraient s'abattre sur la Péninsule italienne, la Tunisie, les Balkans, jusque vers la Corse et la Sardaigne. Hormis la Corse donc, nous serions plutôt en régime Mistral / Tramontane, typique de la NAO+. Un retour d'est actif n'est pas du tout exclus (probabilité faible). Débordements océaniques possibles sur le SW.
  14. Déplacement du centre dépressionnaire 17h -> 22h :
  15. En altitude, l'intrusion d'air sec (teinte sombre) stratosphérique en forme de spirale est bien visible sur l'imagerie satellitaire (20h heures françaises) + données vent ASCAT + pluies convectives sur le quadrant nord : Prévision de la PV par IFS à la même heure :
  16. On peut aisément ajouter les effets de topographie du bassin.
  17. EURO4 s'initialise et prends ses conditions aux limites sur UKMO, il y a donc une certaine logique là dedans UKV, les mailles les plus fines du Met'Off, sur son cycle 12Z envoie sur le Contentin 130 à 140 km/h lors du passage de la ligne convective en milieu de nuit, des valeurs à peine moins fortes, de 120 à 130 km/h, un peu plus tard, du Cotentin à la baie de Somme. Des valeurs comprises entre 100 et 110 km/h en fin de nuit (4 à 6h du matin) de l'Île de France aux Ardennes, toujours au passage du front marqué par une ligne convective composée de fortes averses, à l'avant de l'occlusion plus au nord, de l'Angleterre à la mer du Nord. Sur la première ligne frontale, environ 3h avant, de fortes rafales, moins fortes toutefois, y sont aussi modélisées. AROME 15Z est un poil plus en retrait. À noter la publication cet après-midi du BS associé à cette tempête : https://www.infoclimat.fr/bulletin-special-367-aurore-la-premiere-tempete-automnale-.html#1 Merci à @bernardt60 et @Matt392 pour la prévision, et à @Sebaas pour le premier suivi
  18. Oui @Meteodu37. Le phasage altitude / surface est modélisé de plus en plus comme optimum, avec creusement et resserrement du gradient de pression, accompagné d'un front froid. Intrusion sèche profonde à l'arrière. Fortes rafales descendantes à l'arrière immédiat du front.
  19. Les ensembles envoient le signal depuis pas mal de temps et ce signal semble se concrétiser. Le Jet n'est pas très intense heureusement , une analyse fine montrerait très probablement un phasage plus efficace avec la surface et des zones de contraction / dilatation favorables au resserrement du gradient de pression. Les déterministes réagissent désormais grâce à une meilleure connaissance des paramètres de surface. Les ensembles continuent d'accroître les rafales tout en continuant les signaux vers des valeurs fortes possibles. L'incertitude reste importante. Les écarts-types de la PE AROME reflètent cette incertitude en Manche dans un premier temps puis dans les terres, principalement du Centre aux Hauts de France jusqu'aux côtes. Cette zone d'incertitude se décale vers le NE en journée de jeudi. Je n'ai pas accès aux écarts-types sur la pression au niveau de la mer. La TKE (l'énergie cinétique turbulente) modélisée par AROME 06Z pour minuit à 925 hPa : on y retrouve la zone d'incertitude se décalant vers les Hauts de France et susceptibles de fournir de fortes à violentes rafales (capture écran site MF) En guise d'illustrations (je suis au boulot ...), la distribution d'IFS ENS de ce matin pour le sud de l'Île de France. Les projections amplifient encore les possibles et alertent sur des valeurs sur les scénarios Q90 (haut de la courbe rouge). Même si les valeurs absolues ne semblent pas méchantes, c'est climatologiquement remarquable. Ici, sur l'est des Hauts de France : le constant est à peu près le même, rafales accentuées et incertitudes encore fortes. Enfin, pour jeudi sur le NE (54) : encore le même constat : accentuation des valeurs brutes et de l'incertitude pour les mêmes raisons.
  20. HARMONIE-AROME car basé à l'origine sur AROME et ALADIN et développé par le consortium HIRLAM. Résolution : 0.05° pour la version européenne (entre celle d'ICON-EU et d'EURO4) et 0.037/0.023° (entre EURO4 et AROME) pour la version Pays-Bas / Belgique / secteurs frontaliers). Même s'il n'est pas considéré au premier rang (beaucoup de professionnels posent aussi GFS au second rang ...), il a son intérêt. Le principal est de le consulter régulièrement et d'apprendre à le connaître. Ça ne sert pas à grand chose de regarder 50 modèles sans comprendre. Plutôt un petit nombre de modèles consultés avec assiduité, HARMONIE-AROME peut en faire partie (de plus, de nombreux paramètres (GRIB) sont sous licence ouverte et gratuite depuis le KNMI). Et regarder d'autres modèles pour vérifier rapidement leur accord. http://hirlam.org/index.php/publications-54/harmonie-arome/147-the-harmonie-arome-model-configuration Chez IFS ENS, les valeurs moyennes prévues dans les terres restent constantes, autour de 75 à 85 km/h en rafales. En gros des Pays de Loire et de la Vendée jusqu'à la Belgique. Il maintient des valeurs identiques sur le NE pour la journée de jeudi. La PE d'AROME indique des valeurs similaires et le Q75, qui représente un contexte valide pour évaluer grossièrement des effets plus locaux, tourne entre 90 et 100 km/h.
  21. Pour préciser ... La carte de @13008 est celle produite à partir des données de UKV et non d'UKMO. UKMO est le modèle global (Unified Model, UM). EURO4 est un modèle régional aux conditions (initiales et de bords) imposées par UKMO (un peu comme la version classique d'AROME dont les conditions sont imposées par ARPEGE). EURO4 est destiné à disparaître à plus ou moins moyen terme. UKV est le modèle à mailles fines du Met'Off, plus fines qu'EURO4, à environ 1.5 km sur le domaine anglais, semblable à AROME HD et ICON-D2. Opérationnel depuis quelques années, il remplacera EURO4 qui ne connaît plus de mise à jour. Un ensemble existe aussi (résolution à 2.2 km). La version la plus fine d'UKV, proposée par 13008, couvre le domaine du Royaume-Uni uniquement. Fin de ( ).
  22. L'interaction altitude / surface reste incertaine. Quelque part, il est heureux que le gradient thermique d'altitude et donc le Jet ne soit pas intense, ça aurait pu être violent. On est en effet sur des bases "classiques" au niveau de la configuration météorologique, limitant fortement le risque d'explosivité. Cependant, en parcourant les différents topics concernés, je trouve globalement le risque mésestimé. 100-110 km/h sur les côtes est très classique, 100-110 km/h sur de larges surfaces à l'intérieur des terres, ça l'est déjà moins...! La passion demande de vivre des moments météo intenses n'empêche que si le risque d'un évènement historique est inexistant, le risque d'un évènement remarquable est toujours présent. Il s'accroît même de jour en jour. Ce risque qui est identifié depuis plus d'une semaine avec cette descente froide, ces pulsions chaudes et l'accélération temporaire du dynamisme qui en résulte. La prévision probabiliste est bien établie, la prévision déterministe l'est beaucoup moins et il faudra effectivement choisir après la sortie d'IFS ce soir et des mailles plus fines, quitte à réajuster demain matin. A voir l'option que choisira MF. J'aurais bien aimé connaître la modélisation d'UKV. Le creusement plus au sud implique un risque amoindrie près des côtes de la Manche et un risque accru du centre-ouest aux frontières belges (et allemandes éventuellement). -> Fourchettes basses : sur les côtes : 80 à 100 km/h, 70 à 90 km/h n Manche dans les terres : 60 à 70 km/h, localement 80 km/h -> Fourchettes hautes : sur les côtes : 110 à 130 km/h dans les terres : 80 à 100 km/h, localement 110 km/h
  23. IFS ENS envoie tout de même un risque d'évènement climatologiquement remarquable. Sur le NW, en valeurs absolues, ce serait un bref coup de tabac. Pour le NE, le risque d'un évènement remarquable s'accentue. En effet, IFS et ICON entre autres, GFS phase moins bien, phasent mieux la SG avec le thalweg de surface. Du coup, ça creuse encore sur Manche-est et sud mer du Nord, resserrant le gradient sur le quadrant SW et donc le NE du pays. L'évolution des modélisations tendent vers l'accentuation sur le NE. Sur le NW c'est moins flagrant et les secteurs les plus exposés varient selon les sorties, comme souligné par les autres intervenants. IFS propose un épisode remarquable des Pays de Loire au NE et inhabituel près de la Manche, plus climatologiquement habitué. De plus, si les SOT restent négligeables près des côtes du NW et du CW indiquant une intensité contenue, ils augmentent sur le NE entre 1 et 2 trahissant un accroissement des scénarios hors climatologie du modèle. On le voit mieux sur les CDF (plus bas). Vers l'embouchure de la Loire : des pluies plus faibles mais un EFI venteux de 0.9. Les courbes de gauche se décalent vers la droite constamment à chaque réactualisation (bleu pâle vers rouge). Leur relative verticalité indique une faible dispersion de l'ensemble. Valeurs brutes ici entre 90 et 110 km/h. En entrée de Manche : des pluies importantes avec un risque de fortes pluies encore présent mais en régression. Côté vent, l'EFI se maintient autour de 0.8 (à droite) et les courbes n'évoluent pas au fil des modélisations. Les valeurs brutes sont à peu près les mêmes, entre 80 et 110 km/h, avec un peu plus de dispersion parmi les membres de l'ensemble (courbes plus penchées). Sur le NE, du côté de l'Alsace : passage pluvieux modéré et risque venteux qui s'amplifie. Là aussi, les modélisations successives augmentent les valeurs et des scénarios plus forts apparaissent (courbes très penchées sur les valeurs hautes de l'ensemble) avec des valeurs brutes proches de 110 km/h pour les scénarios les plus extrêmes. Cette évolution est à suivre pour mieux évaluer ce risque (c'est un risque, pas une certitude). Tous les modèles ne suivent pas forcément (lorsque les données d'ensemble sont accessibles). Dans ce genre de configuration limite (creusement de surface flirtant avec la zone d'influence maximale du Jet), les ensembles se révèlent souvent plus pertinents jusqu'à des échéances rapprochées que les déterministes.
  24. Vent de sud à l'avant d'un thalweg atlantique actif, apportant douceur et humidité. Beaucoup de nuages sont donc attendus sur nos régions qui s'accompagneront sur et à proximité des reliefs, de pluies généralement faibles à temporairement modérées. Les Cévennes sont en première ligne, suivis par les Alpes dans un second temps. En plaines, sur la façade occidentale de l'île de Beauté et sur l'ensemble des côtes, des bruines rendraient le ressenti désagréable. Ensuite, le flux de basses couches s'orienterait au NW sur Lion, plutôt un « faux NW » puisque le flux sera de W sur le sud de la France et celui-ci serait détourné par un creusement du côté de la Catalogne. Vent de NE de Gênes à Provence. Le temps resterait mitigé, avec encore des nuages et des pluies faibles, surtout sur les reliefs. Enfin, vers vendredi, peut-être dès jeudi après-midi, Mistral et Tramontane se lèveront avec l'évacuation du thalweg vers l'Allemagne et l'Italie. Le ciel se dégagera, présageant un week-end ensoleillé. Il est possible qu'un peu d'instabilité soit observée, principalement en mer. Dans ce contexte, les températures demeureraient douces sur le bassin. En fin de semaine, une baisse s'opèrerait pour atteindre possiblement des valeurs de saison, voire légèrement en dessous. Cette baisse s'annonce temporaire. Un temps qui ne ravira pas grand monde ! Cumuls prévus par ARPEGE et amélioration avec levée de la Tramontane et du Mistral (champ de pression au niveau de la mer) : des habituels effets locaux de foehn sont à prévoir sur E-PACA et sur la façade orientale de la Corse.
×
×
  • Create New...