Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

hma

Membres
  • Content Count

    125
  • Joined

  • Last visited

About hma

  • Rank
    Altostratus
  • Birthday 06/13/1991

Personal Information

  • Location
    Namur (Liège pour le travail, et fréquemment ailleurs en Wallonie), Sedan à l'occasion
  • Site web
    https://lechroniqueurmeteo.blogspot.com/

Recent Profile Visitors

1430 profile views
  1. En effet, c'est la suite. Quand les nuages commencent à aller franchement s'enrouler autour du centre (et les précipitations qui vont avec), c'est que le sting jet, s'il a eu lieu, est déjà terminé depuis un moment.
  2. Corrigez moi si je me trompe, mais j'ai quand même cette impression que le maximum de vent associé au sting jet n'est pas vraiment entré dans les terres. Certes le relief a sans doute joué un rôle, mais le propre du SJ et de sa composante verticale, c'est justement de pouvoir faire fi de la rugosité (ou en tout cas en être moins contrarié) et de pousser de très fortes rafales dans l'intérieur des terres. Ici, ça n'a pas vraiment été le cas, pas plus loin que Vannes. Hier soir, au moment où la pointe nuageuse visait Belle-Ile, l'espace à son avant, au départ bien dégagé, s'était déj
  3. Bon le gif est vite fait, mais ça vaut le coup de regarder ce qu'il se passe dans la partie droite de la pointe nuageuse. La vitesse à laquelle les lambeaux se déplacent vers le sud-sud-est, c'est quelque chose!
  4. Au vu de l'aspect présenté par les imageries satellitaires vapeur d'eau, on peut raisonnablement se dire que ça doit dégager sévère dans les zones jaunâtres...
  5. Cold conveyor belt. C'est le flux qui fait le tour de la dépression par la gauche, passant à son nord, puis à son ouest et finissant au sud du centre dépressionnaire.
  6. C'est aussi ce genre de choses qui pourrait faire que le réseau officiel ne mesure même pas les plus violentes rafales d'Alex... Quelqu'un peut-il se dévouer pour aller passer la nuit à la pointe des Poulains sur Belle-Ile, anémo avec lui? La Science lui dit merci! Tout ça pour dire que, en prenant la station officielle sur Belle-Ile et si on suit le scénario Arome à la lettre, elle ne serait même pas bien placée pour mesurer le pire...
  7. Toujours ces fortes subsidences modélisées par Arome... Voici une coupe à travers le quadrant sud de la dépression, selon une orientation quasiment ouest-est. Ca dégringole véritablement dans la moitié basse de la troposphère. Le vecteur vertical n'est que d'une dizaine de km/h, mais en vecteur réel (en oblique donc), ça devrait être un sacré toboggan! Je rebondis sur la carte du vent moyen: cette forme de goutte correspond vraiment bien à l'idée d'un flux qui descend en oblique et vient s'étaler à la surface. A noter que, par rapport à la coupe, le maximum de vent en basse couche
  8. L'anomalie d'altitude est en embuscade au nord du tourbillon de surface. Jusque là, très classique, mais la mise en phase va effectivement commencer dans les prochaines heures.
  9. En charcutant le champ dépressionnaire, on trouve bien les traces d'un sting jet dans les modélisations d'Arome 12z. Premièrement, des lambeaux de subsidence qui alternent avec des bandes d'ascendances. La coupe ci-dessous relie les isobares 985 hPa du NNE (gauche) au SSO (droite). Ce n'est pas peu dire qu'il y a de solides mouvements verticaux dans cette petite dépression virulente et, concernant les mouvements subsidents, ils sont à la bonne place, dans la zone de frontolyse du front chaud de retour. Comme je le disais tantôt, un sondage fait dans cette zone peut appo
  10. S'agissant d'une dépression dont la structure est plus proche du modèle de Shapiro-Keyser (séclusion chaude, pas d'occlusion, front chaud de retour...) que du modèle norvégien, les conditions sont présentes pour un sting jet. Il faut toutefois pouvoir le confirmer autrement qu'uniquement par les observations satellitaires. Faire un sondage prévisionnel dans Arome 12z ce soir pourrait confirmer que c'est bien ce que le modèle voit. J'ajoute qu'Arpège déjà montre une forte subsidence dans le quadrant sud-ouest de la dépression, mais vu la taille des mailles il doit rater les descentes à plus fin
  11. Au nord aussi, possibilité d'un gros coup de vent voire vraie tempête sur les côtes. Cosmo est assez extrême dans sa modélisation (surtout pour la période de l'année), avec un creusement se déplaçant selon une trajectoire un peu inhabituelle et une composante convective marquée. Arome voit aussi ce creusement, mais avec un maximum de vent moins intense (120-130 km/h) et davantage décalé vers la Zélande et l'est de la cote belge.
  12. Je me pose également la question. Si on suit le scénario proposé par Icon, on a clairement un coeur chaud qui se propage jusqu'en moyenne troposphère et le centre dépressionnaire qui devient relativement vertical. Pour que le système devienne vraiment tropical, il faut que l'anomalie chaude du centre dépressionnaire se propage jusqu'à la tropopause et y établisse un anticyclone d'altitude, avec un flux sortant (que l'on repère entre autres par les faisceaux de cirrus sortant sur les images satellites). Le problème est de savoir concrètement ce qu'il se passe au sommet d
  13. Arpège semble effectivement vouloir tenter de "subtropicaliser" le bazar. Le coeur chaud est assez ténu, mais on note des maxima de vent dans les basses couches (caractéristique typique des cyclones tropicaux). Ca se note surtout sur le flanc ouest (première image à gauche) et le flanc sud (seconde image à gauche). Les deux autres quadrants sont moins typiques, le système conserve donc une certaine asymétrie, constat renforcé par le centre dépressionnaire incliné vers le nord avec l'altitude.
  14. Il y a des tempêtes tropicales atlantiques qui ont déjà tiré une bien plus laide tronche que la présentation du système ce soir. Ca ne veut pas forcément dire qu'il a déjà ses caractéristiques subtropicales, mais avec la convection qu'il génère, il a les bonnes cartes en main pour y aller. A comparer avec l'image du début d'après-midi.
  15. Il y a aussi une modification que personnellement j'observe depuis quelques années, mais pour laquelle il est difficile de trouver des chiffres pour appuyer mon ressenti, c'est la difficulté qu'ont les talwegs d'altitude à bien plonger dans le golfe de Gascogne, permettant à l'Europe occidentale d'associer instabilité et dynamique favorable en altitude. On le voit encore ces temps-ci, on a un jet stream pas trop loin de nos régions, mais que ne méandre pas et a au contraire tendance à rester relativement rectiligne. Et quand le plongeon des bas géopotentiels se fait, j'ai cette imp
×
×
  • Create New...