vardracenie

Membres
  • Compteur de contenus

    9
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de vardracenie

  • Rang
    Cirrus
  1. la tramontane je ne sais pas précisément ce nom est très peu usité en Provence, je connais un peu mieux les mistrals le plus courant étant celui qui fait suite à un front qui balaie la France d'ouest en est, c'est celui qui assèche, lemange boue; avec un flux de nord c'est le champs de hautes pressions sur l'atlantique qui dictera le type de mistral, si celui ci est haut on aura du mistral plein nord sinon on peut avoir un flux humide nord-ouest avec du mistral noir et avec une possibilité de pluie, pour les retour d'est en l'absence de goutte froide bien positionnée je n'y crois pas.
  2. pour avoir des anomalies d'altitudes il faut du froid cyclonique donc l'option froide me semble plus intéressante même pour le sud est. j'ai dit une bêtise?
  3. c'est incroyable cette tendance pour les hautes pressions à stagner sur nos régions je veux bien croire à la récurrence en météorologie mais on dirait que le régime général est bloqué. c'est hors sujet mais comme il n'y a pas grand chose à prévoir sauf le beau temps je trouve que sur le dernier épisode pluvieux les pro de la météo ( je ne parle pas des participants au forum) se sont plantés, météo France mardi matin annonçait quelques pluies faibles certes pour le jeudi et vendredi et rien en définitive. C'était un talweg à l'origine et pas une goutte froide capricieuse?
  4. Suivi de la secheresse

    les buis dans le verdon crament chaque année dès le mois d'août et ils repartent sans problème au printemps donc pas de soucis pour eux, idem pour les cistes, nerprun alaterne, pin, pistachier, chêne vert, laurier tin, filaire, genévrier, romarin, thym, cade, pistachier. pour le frêne ne pas confondre avec le dépérissement: La chalarose qui est en pleine expansion en France il repartiront sans problème, plus délicat pour le chêne blanc qui ces dernières décennies avaient tendance à progresser contrairement à ce que l'on peut penser pour les arbres fruitiers au début du printemps ils n'auront pas de réserve ils faudra les accompagner mais ils craignent ( pour leur survie) d'avantage les grosses inondations que le sec, il s'agit de fruitiers sur porte greffes adaptés et non pas ceux que l'on trouve en grandes exploitations.
  5. Changement climatique en France

    non sûr de rien http://www.meteo-paris.com/chronique/annee/1945 d'ailleurs si on va sur pluviométrie de Marseille pour 1945 on lit des résultats surprenants je pense qu'utiliser des données anciennes est trop risqué!
  6. Changement climatique en France

    voici ce que j'ai trouvé sur 1945, pour cette année 2017 pourtant chaude je n'ai jamais atteint les 40 degré sur ma station du centre Var, ce que confirme la station du LUC comme dit plus haut c'est sur les températures moyennes et la répartition des pluies qu'il faut travailler pour observer une évolution éventuelle du climat pas sur les phénomènes exceptionnels qui sont une constante du climat méditerranéen Février est au contraire très doux - à Paris, c’est le mois de février le plus doux après celui de 1926 et 1937. Du 19 au 24 mars, le temps est même chaud - on relève 23°5 à Paris et 21° à Brest - c’est déjà l’été près de la Méditerranée. La chaleur devient exceptionnelle du 16 au 20 avril avec 32° à Perpignan, 31° à Mont de Marsan, 30° au Mans, 29° à Angoulême, 29° à Toulouse et 28° à Paris et Rouen - seule la vague de chaleur du mois d’avril 1934 a été plus forte. Une semaine plus tard, cette vague de chaleur est suivie d’une chute spectaculaire de la température - la neige apparaît dans la journée du 30 avril et tient au sol dans l’extrême nord - du 1er au 3 mai : la situation météo devient tout à fait étonnante - le 1er mai(soit, à une semaine de la signature de l’armistice) il neige sur presque tout le pays, jusqu’à Brest, Bordeaux, Pau ou Montélimar - la couche de neige est parfois épaisse puisque l’on mesure 10cm en banlieue parisienne et 6cm dans Paris - après un début de printemps chaud, la végétation en avance est très affectée par les fortes gelées - les feuilles des arbres tombent sur certaines régions - les pommes de terre, les fraisiers et les haricots gèlent - la température descend à -6° vers Gap, -3° au Mans, Orléans, Alençon et Mont-de-Marsan, -2° à Montélimar, -1° à Pau, Chartes, Rouen, Lille et Nantes, 0° à Brest et 4° à Nice. Du 12 au 17 mai : reversement de tendance - il fait de nouveau de nouveau exceptionnellement chaud avec 36° à Montpellier, 35° dans les Landes, 34° Lyon et 32° à Paris. Fin juin : la canicule atteint des sommets dans le sud-est - le thermomètre dépasse parfois 40° à l?ombre, atteignant 42° à Montpellier ainsi qu’à Villefranche-de- Rouergue (Aveyron) - on mesure par ailleurs 37°à Nice ce qui constitue paradoxalement un record - dans le même temps, des orages particulièrement violents affectent le Massif Central et la Saône et Loire - des grêlons de 400 g ravagent la commune d’Antignac - Vichy et Feurs (Loire) sont également très éprouvés. Nuit du 9 au 10 juillet : les orages de grêle ravagent pratiquement les mêmes régions touchées 2 semaines auparavant - des grêlons de plus d’un kilo auraient été ramassés à Souillac (Lot) mais cette information n’est pas officielle. Du 14 au 18 juillet : la chaleur revient de plus belle notamment dans tout le sud-ouest où l’on mesure des températures comprises entre 37 et 39°. L’année 1945 est la plus sèche depuis 1921 - à Paris, il ne tombe que 475 mm d’eau (alors que la moyenne est de l’ordre de 625 mm) - c’est également l’année la plus chaude jamais enregistrée depuis le début des relevés météo en 1873.
  7. Changement climatique en France

    il faudrait faire une étude sociale pour savoir comment les gens appréhendent la sécheresse, pour beaucoup de nos concitoyens tant qu'il y a de l'eau au robinet c'est bon! il y a le botaniste, le viticulteur, maraicher, touriste, le météorologue .... en fait si on ne reste pas sur des chiffes tout n'est qu'illusion . pour la vigne si on prend un orage le 15 aout même localisé mais coup de chance il tombe au bon endroit, comme ici 25mm le 9 septembre et le seul 20mm d'octobre ( si il arrive) en début de mois au lieu du 30/10 ça passe nickel alors que fondamentalement rien ne change la sécheresse reste la même si je montre mes oliviers plantés en terrain assez profonds le visiteur ne verra aucun signe de sécheresse ils sont beaux et productifs sur une autre parcelle c'est différent. la vision du comptable est bonne aussi, aucun traitement, pas de mouche de l'olivier et coté maraichage idem en arrosant les années sèches sont plus rentables ( faut ombrer un max nouveauté ) dans certaines régions la production de maïs au sec est superbe, tant mieux les eaux de pluie ont été bien réparties mais pourtant ils sont en sécheresse notable aussi. si quelqu'un a de la doc sur l'année 1945 dans le var je suis preneur, pas une goutte d'eau de tout l'hivers, il a fallu attendre la semaine du débarquement en Provence pour avoir un orage et empêcher les Allemands de mettre le feu au massif des maures pour avoir une visibilité totale et le Gapeau ( fleuve côtier) était à sec à cette époque ce qui a évité aux alliés de construire un pont.
  8. Changement climatique en France

    sérieusement il faut se baser sur des faits et pas des impressions et ne pas se laisser influencer par le temps actuel non plus si l'année 2017 se répète alors oui il y aura récurrence et l'on pourra parler de changement mais en climat méditerranéen une année très sèche comme celle que nous vivons n'est pas anormale c'est même une condition nécessaire pour qualifier notre type de climat. Voici pour le var, plaine des maures la pluviométrie de ces dernières années 2008 1020mm 2009 828mm 2010 1230mm 2011 932mm 2012 875mm 2013 1023mm 2014 1247mm 2015 736mm 2016 706mm vous avez dit sécheresse? je tiens compte des pluies entre octobre et mars celles qui servent au sol ensuite les pluies de printemps sont utiles pour la végétation certes mais leurs aspects aléatoire est aussi une constance du climat méditerranéen et la végétation type y est adaptée. On me faisait remarquer que les chênes blancs du haut pays étaient davantage affectés que ceux du sud de la région, c'est logique puisque ceux du sud ne poussent que dans des conditions idéales pour eux ( fonds de vallon, ubac) tandis que les autres à la faveur d'un climat moins chaud et plus humides en principes ont un peu oublié leur spécificité. pour la fin de saison c'est plus compliqué je n'ai pas le temps de fouiller dans la documentation mais il semble que les pluies d'automne fin d'été arrivent plus tard, mais rien de sûr de plus sous forme d'averses ces pluies varient en intensité d'une localité à l'autre
  9. après le 15 août qu'on le veuille ou pas il y a bien un changement, il suffit d'observer la nature les jours sont moins longs, même si il fait chaud le soleil réchauffe moins le sol les jours avant les premières gelées sont comptés, les agriculteurs le savent bien ils vont faire les semis d'hivers les oiseaux migrateurs vont faire leurs retours, on pourra observer les premiers cul blanc.... le matin on va retrouver la rosée etc pour la prévision météo à la moitié du moins les températures ne seront pas si chaudes, dans les normes ou légèrement au dessus, pas plus quand aux orages aucune prévisions selon les modèles n'est fiable et encore moins pour septembre je trouve même que la circulation générale qui se met en place va dans le bon sens, faut patienter