Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

taf95

Membres
  • Content Count

    1288
  • Joined

  • Last visited

1 Follower

About taf95

  • Rank
    Cumulus humilis

Personal Information

  • Location
    Neubois (Bas-Rhin)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Sans doute ! D'ailleurs Météo France a prévu ça il y a déjà plusieurs mois, si je me rappelle bien.
  2. Bonjour, A la StatIC de Gambais (Yvelines), durant la nuit du 5 au 6 septembre 2019 la température est descendue jusqu'à -0.1°C (07h10 et 07h20). Ce très faible gel est à rapprocher de deux Tn (12h/12h) relevées à la cuvette de la Cailleuse en forêt de Montmorency (Val-d'Oise) lors de la même nuit, encore plus basses (source Localsat©) : La Cailleuse "B" -1.1°C (06h14), La Cailleuse "D" 0.6°C (06h11). On observe une inversion de Tn de seulement 1.7°C entre ces deux emplacements, pour rappel l'un situé en fond de cuvette et l'autre en haut de cuvette (butte des Pins brûlés). Par conséquent, cette nuit-là le TAF de la Cailleuse a certes fonctionné, mais de façon tout à fait habituelle, c'est-à-dire sans excès particulier d'inversion thermique*. (*) PS = par contre, est bien bas pour la saison le niveau des Tn (12h/12h) des trois stations météo régionales les plus proches de cette cuvette : Roissy 7.4°C, Le Bourget 5.7°C ; et surtout Pontoise-Cormeilles avec seulement 2.0°C ! Maintenant j'attends la neige... Marc
  3. 'dann17', on n'est pas certain. Certaines stations ne sont pas débarrassées de la neige au sol systématiquement.
  4. Bonjour 'Ced30', Voici copie d'un MP du 19 août dernier de l'administrateur de Localsat au sujet de la station du fond de la combe Noire : " Je viens de remarquer une interrogation légitime de 'Ced30' sur le forum d' Infoclimat. Je tenais à préciser que cette station est installée à une hauteur de 126cm (modification de cette installation depuis une certification en date du 26 juin 2019). " Marc
  5. 1) C'est bien ce que je me suis dit en écrivant mon commentaire. Il s'agirait d'un compromis. 2) C'est également ce que j'ai dit dans le même commentaire. Attendons un peu !
  6. Bonjour Laurent, Concernant les excès thermiques de la Cailleuse en février 2018, par exemple, j'ai demandé une vérification par des sondes accessoires présentes sur le site au même endroit et on m'a fourni un compte rendu de ces vérifications. Marc
  7. Bonjour, Tout d'abord il s'agit d'environ un mètre de hauteur par rapport à la surface du sol ; c'est à quelques centimètres près, par exemple : 97cm ou encore 106cm, etc. Concernant cette hauteur, la décision fut prise avant mon inscription au forum de Localsat, qui eut lieu au printemps 2014. Aussi, je n'ai pas eu l'occasion de donner un avis sur cette question. Maintenant, les raisons de cette hauteur me semblent multiples. Il s'agit avant tout d'impératifs. En premier, l'impératif de la confidentialité, afin que ce matériel ne soit ni volé, ni vandalisé. A mon avis, dans un trou à froid des latitudes moyennes comme sont les nôtres, plus un dispositif se trouve près du sol, moins il est détectable pour l'homme qui passe à proximité. D'ordinaire, ce dernier surveille de la hauteur de ses yeux, soit 1.70m en moyenne, les paysages qui s'offrent à lui devant mais à proximité immédiate. En fonction des ondulations locales du relief, il regarde à l'horizontale, ou vers le haut, ou vers le bas, mais toujours de façon assez parallèle à la surface topographique s'étendant immédiatement devant lui ; à moins qu'il ne cherche des champignons... Noter que 1.70m est à peu près la hauteur adoptée pour les stations météorologiques officielles de Météo France et pour les stations d'Infoclimat (StatIC). Elles sont certainement plus repérables au sein du paysage, que les dispositifs installés par Localsat. Maintenant, elles sont en général protégées par une clôture. Dès lors, on conçoit aisément qu'un dispositif installé par Localsat dans un trou à froid à seulement un mètre de hauteur environ, puisse se fondre plus facilement dans le fouillis de la végétation basse qui occupe habituellement ce genre de lieu. Enfin il doit y avoir d'autres raisons, bien sûr. Mais je ne les ai pas en tête. Et malheureusement je ne puis accéder actuellement au forum de Localsat, où ces questions doivent être exposées plus en détail. En plus, comme il s'agit d'appareils émetteurs-récepteurs d'ondes, il faut trouver sur place un emplacement qui soit connecté au réseau hertzien localement à disposition. A cet égard les trous à froid ne sont pas très favorables. En effet il peut y avoir des formes de relief ou des végétaux qui fassent écrans vis-à-vis de la propagation des ondes. Comme ces effets d'écran s'exercent sur de petites distances, il est nécessaire d'ajuster horizontalement mais aussi verticalement le dispositif à mettre en place. Tout ceci en tâtonnant. Donc, certainement pas facile d'installer correctement en pleine nature. Marc
  8. Bonjour, L'administrateur de Localsat m'a autorisé par MP du 15 août 2019 à divulguer ce qui suit, concernant la combe Noire en forêt de Mignovillard. A la sonde située à un mètre de haut au point bas de cette combe la Tn de 12h le 13 à 12h le 14 août 2019 (heure locale) : -5.8°C (04h37) !* Mais peut faire encore mieux à cette saison, comme on le sait par des mesures anciennes. (*) PS : source Localsat© Marc
  9. Bonjour, Depuis le pic de température de la vague de chaleur en Ile-de-France de fin juillet 2019, j'avais bien sûr hâte de connaître les températures maximales qui avaient été relevées dans l'air à un mètre de haut au fond de la cuvette de la Cailleuse durant la journée du jeudi 25 juillet 2019 (IDF en vigilance rouge canicule !). D'après ce que je savais déjà à ce moment-là et notamment depuis ma visite du 19 août 2009 relatée il y a dix ans sur ce forum (à "Petite balade dans un monde un peu plus hivernal que Paris"), j'ai dès lors présumé que grâce à l'effet réfrigérant de l'évapotranspiration (présence d'une tourbière) le seuil des 40°C n'eût pu être atteint au fond de cette cuvette lors de la journée concernée, contrairement à toutes les stations météo régionales, notamment à Pontoise-Cormeilles avec un maximum thermique de 41.6°C, Le Bourget 42.1°C et Roissy 41.4°C (voir Météociel). Qu'en était-il finalement ? Sans nouvelles de Localsat depuis plusieurs semaines, j'ai donc repris contact avec l'administrateur. Voici sa réponse : C'est ce que je me suis empressé de faire ici. Merci à lui ! Voyez-vous les différences qu'il y a entre le fond de cette cuvette et le haut de la butte des Pins brûlés située à proximité immédiate, et entre ces deux endroits et les trois stations météo régionales mentionnées ? C'est comme ce que j'avais observé le 19 août 2009, lors d'une canicule qui avait concerné la région parisienne. En tout cas il s'agit d'une nouvelle illustration des propos qu'avait tenus dans sa thèse Pierre Pédelaborde au sujet du comportement météorologique diurne des cuvettes du centre du Bassin parisien en été par beau temps calme ; dans ces conditions il fait un peu plus frais en bas de cuvette qu'en haut et surtout en bas de cuvette qu'aux stations météo alentour, conséquence de l'évapotranspiration dans un endroit encaissé pratiquement de toutes parts*. (*) PS (18/08/2019) : A l'égard du visiteur d'un tel endroit, la contrepartie de l'avantage d'un air un peu plus frais et donc plus confortable (par exemple justement 35.1°C) est une quasi-saturation de l'air en vapeur d'eau (humidité relative vers 100%). De cette alliance il résulte un indice humidex relativement élevé et par conséquent un air étouffant, particulièrement difficile à supporter. Le corps du visiteur, au bord de l'hyperthermie et donc du coup de chaleur, ruisselle de sueur sans arrêt, vain espoir de compenser cet échauffement. Une telle combinaison de température et d'humidité relative ressemble à celles que l'on rencontre parfois l'été en forêt alluviale du Rhin, comme vers Lauterbourg, ou à longueur d'année en forêt tropicale humide de plaine, par exemple en Malaisie. Marc
  10. Bonjour à tous, Hier me prend la curiosité de revenir sur un message que j'ai mis sur ce topic le 4 janvier 2013 à propos de ce qu'il s'était passé en janvier 1982 dans la partie des montagnes Rocheuses située entre Fort Nelson et Summit Lake en Colombie-Britannique, en ces termes : Et alors je me dis qu'on pourrait établir une curieuse analogie entre les événements qui avaient eu lieu dans ces montagnes lointaines durant la nuit du 6 au 7 janvier 1982 et ceux qui se sont produits chez nous, eh oui tenez-vous bien !, en forêt de Montmorency près de Paris durant la nuit du 7 au 8 février 2018 et que j'ai relatés sur ce topic dans un message du 9 mai 2019, en ces termes : Je pense que les mécanismes d'ordre géophysique et notamment météorologique à l'oeuvre dans chacun de ces deux cas sont de nature identique, simplement ils s'exercent sur des échelles complètement différentes au point de vue de l'étendue géographique et du niveau de la température - c'est-à-dire de l'intensité du froid -, bien entendu. PS = Concernant les montagnes à l'ouest de Fort Nelson : http://pubs.aina.ucalgary.ca/arctic/Arctic35-4-537.pdf (Ne pas se laisser rebuter par les coupes de terrain, qui au premier abord donnent vraiment l'impression que le lac d'air froid est très penché, ce qui bien sûr n'est pas le cas ! Cette étrangeté résulte du fait que l'abscisse - représentant la latitude, autrement dit la distance horizontale - et l'ordonnée - représentant l'altitude - sont traitées différemment. L'unité représente en effet des longueurs différentes). Marc
  11. Bonjour à tous, Tout d'abord merci à 'Thundik81', qui m'a rappelé l'existence de deux topics concernant la genèse de ce projet. En effet, pour diverses raisons je n'en avais malheureusement pas suivi l'évolution ces dernières semaines. Et puis à 'Ced30', qui vient gentiment de me donner par MP des explications détaillées, dont je fais citation ici en en retirant bien sûr les données confidentielles : Je comprends bien que cette position n'est pas voulue, mais inévitable pour une raison légale. Il s'agit donc d'un compromis. En absence de sonde à l'endroit le plus pertinent de cette cuvette au regard de la question des trous à air froid, situé apparemment une petite dizaine de mètres en contrebas et défini par examens en thermographie infrarouge préalablement, on pourra toujours avoir recours à une extrapolation plus ou moins hasardeuse. A moins qu'une sonde discrète puisse finalement être placée à cet endroit crucial. Marc
  12. Bonjour 'Ced30', Une observation minutieuse de la photo du message précédent me donne l'impression que cette station météo ne se situe pas vraiment au fond de la cuvette de Chaudeyrolles. Elle se situerait un peu trop en hauteur, à mon avis. C'est embêtant, compte tenu de l'objet de l'investigation en cours (trou à air froid). Ceci dit, je ne sais pas si cette position est voulue ou si elle est inévitable. Il doit y avoir une raison technique ou légale à cela, mais je ne la connais pas. Marc
  13. Bonjour, 1) Quand je regarde la photo prise à 9h ce matin (21 juin 2019) sur la commune de Persquen en Morbihan, je me dis que sur l'Ouest de la Bretagne cette nuit les conditions furent radiatives ; et qu'en conséquence il a dû faire encore plus froid que 5.9°C au fond de la cuvette du Yeun Elez en Finistère, étant donné que la station météo régionale de référence utilisée ici est au bourg de Brennilis, situé sur un plateau bien en hauteur par rapport au fond de cette cuvette. 2) Oh oui, concernant Brennilis comme d'ailleurs Kernascléden ou Berné ! J'ajouterai qu'au fond de la cuvette du Yeun Elez le contraste entre la température minimale de cette nuit (nuit du jeudi 20 au vendredi 21 juin 2019) et la température maximale de l'après-midi la plus chaude de la semaine à venir (jeudi 27 ou vendredi 28, d'après les prévisions actuelles de Météo France) devrait être nettement plus important que le contraste de même type qu'il ressortira du bourg même de Brennilis ; ce, étant donné qu'à cette saison (solstice d'été) par beau temps sur l'Arrée (conditions radiatives) il fait au fond de cette cuvette par rapport au bourg, nettement plus froid la nuit (grâce au phénomène de cold air pooling) et seulement un peu plus chaud en cours d'après-midi (grâce au relatif manque de ventilation dû à l'encaissement des lieux, entourés de pentes pratiquement de toute part). Marc
  14. Bonjour, C'est fort probable qu'au Yeun Elez il ait gelé dans l'air à hauteur d'homme la nuit du 5 au 6 juin 2019 ; étant donné que le bourg de Brennilis est quelques dizaines de mètres en hauteur par rapport à cet endroit qui lui par contre est situé carrément au fond d'une cuvette, la cuvette de Saint-Michel, et que de ce fait en conditions radiatives sur l'Arrée, la nuit le Yeun Elez est bien plus froid que Brennilis. NB : D'après Josélito, depuis le 16 décembre 2011 le groupe Localsat a un transmetteur N2 dans cet endroit et le propriétaire de cette station est un agriculteur enregistré dans ce groupe (voir en nota bene au message 'taf95' du 17/05/2019 01:24 au topic "Les trous à froid en France" du sous-forum de Climatologie). Par conséquent, l'agriculteur mentionné doit savoir s'il a gelé vers la tourbière du Yeun Elez cette nuit-là, et peut-être aussi Josélito. Marc
×
×
  • Create New...