Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

catlino

Membres
  • Compteur de contenus

    3 906
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de catlino

  • Rang
    Cumulonimbus calvus
  • Date de naissance 19/11/1946

Personal Information

  • Lieu
    Ban de Laveline alt 420 m

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. catlino

    VP2 Belmont- Champ du feu (67 - 1010m), co-financé

    OK, d'accord pour moi.
  2. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    65 cm en moyenne sur le site NIV'o.s.e. 1220 m 50 cm à la pige graduée du péage ski nordique des 3 Fours, même altitude. C'est cohérent avec le Markstein.
  3. catlino

    Rêves météorologiques...

    Ça me reprends. J'ai encore fait un rêve complètement fou... C'est toujours cette histoire de scooter des neiges qui me tracasse. Je vais essayer de vous le raconter. Épisode 2 – CAVALE sur les crêtes. On eut bien des difficultés pour redescendre le scooter des neiges dans la vallée. Depuis l’étrange découverte d’un engin d’un autre âge dans les neiges du Hohneck, de nombreux visiteurs venaient contempler l’engin, exposé dans le Musée de la Montagne de Gérardmer. Voici qu’un jour, quelqu’un se souvient d’avoir entendu les grands-parents évoquer un fait divers qui pourrait éclaircir cette énigme. Un peu de recherche dans les archives permet de retrouver des articles parus, au début du siècle, dans les pages des quotidiens régionaux. C’était avant le Grand Bouleversement. Voici, en résumé, l’ «affaire» : Un hiver, un important « casse » est perpétré dans une banque de la capitale régionale. Un butin composé de lingots, de pièces anciennes et autres espèces sonnantes et trébuchantes disparaît mystérieusement. Arsène Lupin n’aurait pas fait mieux. Tous les services de l’état sont mobilisés, à la recherche du précieux chargement. Malheureusement pour les as de la cambriole, un objet oublié sur place, permet à la police scientifique de découvrir l’identité d’un des voleurs. La traque va mettre la police sur la piste des fuyards, localisés grâce à un smartphone. Le plan épervier est déclenché, les forces de l’ordre sont déployées sur tout le territoire, les fuyards sont pistés. On sait qu’ils partent vers l’est. Revenons au col de la Schlucht. Dans le brouillard des crêtes, les hommes du Peloton de Gendarmerie de Montagne attendent. Comme fréquemment, on est à la limite de la pluie et de la neige. C’est un temps typiquement haut-vosgien. Depuis plusieurs semaines, l’isotherme 0° joue au yo-yo, se baladant brièvement vers 800 mètres d’altitude pour remonter au niveau des plus hauts sommets. Ce col, c’est un couloir balayé par le vent, des nuages de poudreuse tourbillonnent dans un grondement constant. Parfois, la pluie s’invite. Les hivers du 20 ème et du début 21ème siècle, il faut le rappeler, ne ressemblaient en rien à l’âge de glace que nous connaîtrons en cette fin 21ème siècle. En ce temps là, il était possible sans grandes difficultés, de franchir les cols ou d’accéder aux stations de ski. Les engins de déneigement maintenaient au mieux la viabilité du réseau routier. Souvent on roulait sur des chaussées bordées de murs de neige découpés par la turbine. En bordure des parkings, d’impressionnants tas de neige étaient mis en réserve, en attendant d’être chargés dans des camions et livrés en bas des pistes de ski alpin. Bien sûr, on produisait de la neige « de culture » lorsque la température était suffisamment basse, ce qui étonne les gens du nouvel âge des neiges, qui ne savent plus quoi faire face à cette marée blanche. Les anciens racontent même que la neige des Vosges était parfois transportée sur la place Stanislas à Nancy ou dans une rue de Strasbourg pour y faire une démonstration de ski nordique, promotion du tourisme hivernal oblige. Holà ! Que se passe t’il ? Soudain, un bruit de moteur hurlant retentit, une grosse cylindrée fonce vers l’Alsace. Pris en tenaille entre les motards qui les poursuivent et le barrage de gendarmerie, les bandits, guidés par le GPS embarqué, tentent de s’échapper par la route des crêtes. C’est oublier que les GPS, à cette époque, omettent parfois de signaler que cette route n’est pas déneigée cinq mois par an. Les touristes présents à ce moment vont assister, en direct, à une cascade digne d’une série télévisée. Le véhicule des fuyards traverse au maximum de sa vitesse le parking verglacé, décolle sur le bourrelet de neige laissé par le chasse-neige, et après un impressionnant vol-plané, se plante jusqu’au pare-brise dans la neige du bas côté. Les policiers et gendarmes « cueillent »ainsi deux des malandrins bien secoués par le choc. Le troisième, prend la fuite au milieu de la foule, emportant un sac du butin. Le spectacle n’est pas terminé car le coriace fugitif ne manque pas de ressources. Une motoneige du service des pistes vient d’arriver en bordure du parking. Le voleur saute sur la machine. Pris par surprise, l’employé est propulsé dans la neige. L’engin démarre plein gaz et fonce en direction des crêtes, semant la panique au milieu des skieurs. Il disparaît. Pendant longtemps, on n’en entendra plus parler ! Jusqu’au jour où… Quelques décennies plus tard : Le climat s’étant rapidement dégradé, les hauts sommets recouverts de neige sont progressivement désertés. La vie se retranche en basse altitude. Au col de la Schlucht, seuls émergent du névé, les toitures de la Brasserie et du Tétras, le départ du télésiège et quelques pylônes ainsi que la chapelle. Parfois passe un attelage de chiens tirant une pulka ou quelques rennes arrivés là, on ne sait comment. Voici que réapparaît, près d’un siècle plus tard, un indice qui nous met sur la piste du légendaire «trésor des crêtes». Qui parviendra à le retrouver ? Pour le savoir, rendez-vous dans…un certain temps… Bien sûr, c’est une fiction, Toute ressemblance avec des personnes ou des faits réels serait purement fortuite. Catlino
  4. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Ils ont probablement leur "Monsieur Plus" de la neige.
  5. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Mesures tout à fait cohérentes car depuis deux jours, bien que gelé en surface, l'épaisseur du manteau neigeux à du diminuer légèrement aux 3 Fours puisque les couches profondes se transforment. De plus, les quelques cm de neige récente en surface ont été balayées par le vent. L' "effet chasse neige" était très visible aujourd'hui. Les quelques 5 cm de neige roulée et de grains fins présents sur les hautes Chaumes contribuent à l'heure actuelle à renforcer les corniches. Superbes nuages de poudreuse.
  6. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Je rentre seulement. Il parait qu'il s'est passé quelque chose sur ce forum. Dès qu'on a le dos tourné, ça chahute. Une info au passage: On trouve sur un site d'I-Information ce topo neige que j'ai le plaisir de vous faire suivre. http://gerardmerinfo.fr/2019/01/55-cm-de-neige-cretes/#comment-17780 Mais le plus amusant dans tout cela, ce sont les commentaires. Pas mal celui-ci: Christophe Vaillant 16 janvier 2019 à 12 h 16 min Alors si catlino à sortie son mètre laser ont risque rien. Alors si Catlino à sortie son mètre laser ont risque rien. Vous connaissez l'auteur? La dessous,c'est bien de moi, Catlino. Vers 15 h. Les rafales dépassent 60 km/h sur les Crêtes vosgiennes. La poudreuse a été balayée, laissant apparaître une surface vitrifiée, gelée. Un banc d'altocumulus-lenticulaires annonce la prochaine perturbation. http://zupimages.net/viewer.php?id=19/03/j0b4.jpg
  7. Loi de Brandolini : « La quantité d’énergie nécessaire pour réfuter du baratin est beaucoup plus importante que celle qui a permis de le créer»

  8. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Le TPE de Florian DEFRENEIX – Sylvain FAUNIERES – Julien GAILHARD – Marc GORRY POLLET est très bon, il aborde les techniques de sondages par battage (cela fait seulement 20 ans que nous pratiquons en équipe ces méthodes dans les Vosges). Par contre, ils ne parlent pas des techniques de mesure d'épaisseur de neige. Là aussi, il y a un protocole précis à respecter. Çà ne s'improvise pas. En stage de nivologues dans les Alpes, on vous dira qu'il faut minimum 3 ans pour commencer à bien maîtriser. Nous qui travaillons en climato, on ne voit pas l’intérêt de "gonfler" des chiffres, à moins qu'il n'y ait un intérêt particulier à le faire.
  9. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Au même moment au Markstein : 55 cm à 13h à la nivôse - Mesure officielle.
  10. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Çà existe, chez nos amis suisses sur slf.ch et sur Météo France, le BERA, mais seulement pour les VRAIES montagne . Les Vosges, le jura et le Massif Central n'existent plus? Effectivement, il y avait des informations sur l'enneigement hors station en Alsace.Les CDM ont disparu. Un réseau d'observateurs était en projet. Il s'est passé quelque chose et depuis??? Cherchez l'erreur. Ou bien pourquoi ne pas créer vous même votre bulletin neige, mais encore faudra t-il avoir des observateurs de terrain compétents, formés et fiables, surtout fiables.
  11. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Cet état de surface, on l'appelle "matelassé" ou bien "chemins ou cheminées de percolation". On trouve beaucoup d'exemples et d'explications dans la littérature. Exemples de terrain chez nous: Après de fortes pluies, le manteau neigeux regèle. S'il reneige, c'est parfait, sinon c'est de la tôle ondulée. Dessin Alexis N.
  12. catlino

    Suivi Automne-Hiver 2018/2019 Massifs de l'est

    Sujet: Observations neige du 10/01/2019 Association NIV' Observations, Suivi de l'Enneigement Bonjour, voici quelques observations de jeudi matin. Brouillard au dessus de 1000 m. - 4°. Visibilité horizontale 100 m au dessus de 1100 m. 45 cm de neige poudreuse avec une croûte (des précipitations lundi dernier) à 15 cm du sol. Même épaisseur à la pige des 3 Fours. Excellent ski en poudreuse. Neige à godille. Néanmoins, vu les fortes rafales de vent sous les averses de neige des jours précédents, les accumulations sont importantes, notamment versants sud, sud-est. (par vent du nord). Une strate de glace épaisse de 5 mm sur des neiges non tassées, et recouverte, peut déstabiliser le manteau neigeux. Ce n'est pas le moment d'aller "chatouiller" les couloirs... la sous-couche n'est pas installée: dans de telles conditions on a fréquemment des départs au sol sur forte pente. Ceci a été confirmé par un skieur-alpiniste. Nouvelle observation le 12 janvier vers midi: visibilité d'environ 100 m. Quelques rafales (effet chasse neige) , les quelques chutes de neige récentes ont compensé le tassement, l'épaisseur du manteau neigeux est toujours en moyenne de 45 cm. La neige s'est humidifiée, elle est non portante sur la végétation non tassée. En surface elle est parfois légèrement croûtée dans les secteurs ventés. En forêt elle reste très poudreuse et agréable. Neige à Hok et télémark. Attention au redoux annoncé dans les heures prochaines. Prudence. Communiqué de presse: selon la Préfecture du Haut-Rhin, passé jeudi soir dans la presse quotidienne alsacienne: "De plus dans les pentes raides du massif vosgien, les quantités de neige observées peuvent provoquer des coulées de neige ou avalanches, à compter de ce jeudi et les jours suivants.
  13. Rendons à César... C'est pinthotal (Je n'ai fait que le citer) qui, le 26 novembre 2008, répondait à cette question angoissante... s'il pleut abondamment, la neige va t-elle fondre? Personnellement, j'en ai vu tellement des épisodes de redoux catastrophiques qui, finalement tassaient la neige sans grosse perte. Dans un premier temps, ces neiges poudreuses et de faible masse volumique se gorgent d'eau. La pluie percole à travers le manteau neigeux qui, augmente en masse volumique. Des cheminées de percolation se forment parfois. Si le redoux n'est pas durable, c'est tout bénef pour tasser la végétation au sol, stabiliser le manteau neigeux, et former une bonne sous-couche. Mais, il ne faut pas que cela dure trop longtemps. L'avis du skieur-randonneur: s'il neige rapidement, c'est tout bon (neige fraîche sur sous-couche portante). Mais si un froid vif s'installe sur un manteau neigeux gorgé d'eau, le MN se transforme en béton, la surface est vitrifiée et ça devient quasiment inskiable. Maerci à Bob-Gre qui apporte les éléments scientifiques qui complètent cette étude passionnante. Alors, attendons de voir passer cet épisode de redoux et faisons le constat après le WE. Je rentre du ski, je ne me suis pas changé, je vais prendre un petit café. A votre santé. Ci dessous les explications de pinthotal. pinthotal Altocumulus Membres 252 messages Signaler ce message Posté(e) 26 novembre 2008 Et oui il y a des idées reçues qui ont la vie dure. En effet, comme tu le dis, beaucoup de gens pensent que la pluie fait fondre la neige alors que c'est un phénomène tout à fait marginal en terme d'apport de chaleur. En fait c'est plutôt le ciel couvert (infra rouge) qui est responsable de la fonte dans ce cas et éventuellement le flux de chaleur sensible (s'il y a du vent et de la douceur en plus), mais pas l'eau de pluie proprement dite. Par contre l'effet de la pluie est d'humidifier très fortement le manteau neigeux est d'accélérer fortement son tassement. Du coup on se retrouve avec un manteau très humide et plus compact, mais en fait la masse totale de neige à l'intérieur diminue assez peu. L'image de l'éponge que tu proposes est intéressante. Perso, j'ai moi même beaucoup de mal à convaincre avec des mots simples sur ce sujet !
  14. "Ce matin mes craintes se confirment pour les Vosges, on part certes sur du 20/40mm de PP solides jusque dimanche matin mais on semble partir sur le double en précipitations liquide pour le restant de la journée avec vent et douceur, ça va décaper sec à des endroits (orientation classique, adret, ...). " Ce sujet de la "fonte ou tassement" de la neige sous la pluie est délicat. Quelques éléments de réponses ont été apportés sur ce forum en 2008. Merci Pinthoal. Alors, affaire à suivre. On en reparle après ce WE. Dommage pour les coureurs de la Trace Vosgienne qui vont courir sous la pluie, nous sommes de tout cœur avec eux. Où sont les hivers d'antan quand, avec les secouristes, nous tenions un poste quelque part au dessus des Hautes Vannes avec plus d'un mètre 1/2 de neige poudreuse. Et Jeanne, la bonne lorraine Que les Anglais brûlèrent à Rouen, Où sont-elles, Vierge souveraine ? Mais où sont les neiges d'antan ? Posté(e) 26 novembre 2008 Et oui il y a des idées reçues qui ont la vie dure. En effet, comme tu le dis, beaucoup de gens pensent que la pluie fait fondre la neige alors que c'est un phénomène tout à fait marginal en terme d'apport de chaleur. En fait c'est plutôt le ciel couvert (infra rouge) qui est responsable de la fonte dans ce cas et éventuellement le flux de chaleur sensible (s'il y a du vent et de la douceur en plus), mais pas l'eau de pluie proprement dite. Par contre l'effet de la pluie est d'humidifier très fortement le manteau neigeux est d'accélérer fortement son tassement. Du coup on se retrouve avec un manteau très humide et plus compact, mais en fait la masse totale de neige à l'intérieur diminue assez peu. L'image de l'éponge que tu proposes est intéressante. Perso, j'ai moi même beaucoup de mal à convaincre avec des mots simples sur ce sujet !
  15. catlino

    Suivi du temps dans le Nord-Est - Janvier 2019

    Juste pour rêver. Hier à 1285 m d'altitude au Montabey, au dessus de la piste de la Schlucht, les 3 Fours.
×