Youri

Membres
  • Compteur de contenus

    1 445
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Youri

  • Rang
    Cumulus humilis
  • Date de naissance 16/11/1993
  1. Suivi du cyclone MARIA (2017)

    En effet, même si les prévisions s'affinent d'année en année, il me semble préférable d'inciter les populations à la préparation sur toutes les îles qui se trouvent dans le cône de trajectoire possible, même si c'est l'une des moins probables. Effectivement la vigilance multi-paramètres me semble avoir été un peu limite pour la Martinique, comme si les prévisionnistes avaient été sûrs et certains que la Martinique ne serait pas directement menacée... mais pourtant, dès qu'une île est à l'intérieur du cône de trajectoire possible à relativement courte échéance, cela sous entend que le centre même du cyclone pourrait passer dessus, donc c'est vraiment risqué d'exclure l'île en question de la vigilance cyclonique dès le début: mieux vaudrait prévenir que guérir. Pour IRMA ils avaient pris plus de marge pour leur alerte (Guadeloupe en rouge) quitte à ce que ce soit une "fausse" alerte. Ce coup là, c'était bien passé. Mais là, ils semblent avoir fait l'inverse pour la Martinique. Bref, on ne va pas refaire le système, comme vous le dites, ces petites bêtes sont parfois capricieuses... Du courage à tout ceux qui sont au coeur de la menace!
  2. Webcams IRMA en Floride

    Je n'affirme rien, mais ce jugement vient peut-être un peu vite. L'une des stations météo de Key West indique un vent soutenu de 59 km/h et des rafales à 87 km/h avec de la pluie modérée, ce qui en fait à peine des conditions de tempête tropicale pour le moment, bien que la pression soit de 972 hPa au dernier relevé de 09h24 UTC. Source http://fr.allmetsat.com/metar-taf/floride.php?icao=KEYW Nous savons que le vent augmente de manière presque exponentielle à l'approche de l'oeil. Ce n'est pas encore le cas. Sur la caméra, les conditions ne semblent pas très éloignées de ce qui est décrit plus haut. Même si, encore une fois, je ne prendrais pas parti sur le fait que ce gars soit à Key West précisément ou non, il y a fort à parier que ce soit bien Irma qui cause ces conditions pluvieuses et venteuses là où il se trouve.
  3. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Quand je vois la Guadeloupe, elle me semble limite, elle aussi. Il ne faudrait pas que la trajectoire d'Irma suive la direction SSO un peu plus longtemps que prévu (la partie la plus Sud du cône de trajectoire possible). Ca ne se joue pas à grand chose entre les conditions de tempête tropicale et d'ouragan, pour eux.
  4. Suivi du Cyclone Harvey (2017)

    Bonjour, C'est drôle, sur le site du nhc, je le vois toujours classé en tempête tropicale pour le moment.
  5. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonjour à tous! Bon gros M.C.S sur le Burkina ce matin, tout le pays sera concerné à un moment où à un autre!
  6. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonjour, Je suis arrivé en France samedi matin, et j'ai retrouvé un bon climat et une bonne nourriture aussi . L'activité pluvio-orageuse semble bien installée sur une bonne partie du Burkina depuis hier soir, et la journée d'aujourd'hui semble être partie pour être assez pluvieuse sur la région de Ziniaré et ses alentours. A la vue du satellite, une bonne partie du pays sera concernée à un moment où à un autre de la journée. J'imagine des pluies durables qui oscillent entre faibles et fortes. En effet la situation ne ressemble pas à "un bel orage bien violent et puis plus rien". Les nuages se déplacent lentement, et des noyaux convectifs se forment un peu au hasard au sein du paquet perturbé. Un potentiel pour avoir de bons cumuls.
  7. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonsoir! La moyenne est d'environ 227 mm pour le mois d'août. Je n'ai pas d'idée concernant les records, mais il peut arriver qu'il tombe plus de 300 mm dans ce mois. C'est arrivé il y a deux ans, si mes souvenirs sont bons. Sinon, il est rare, voire impossible, que les mois de juillet et d'août soient trop secs. En août, normalement, même au pire, on doit toujours être largement au dessus de 100 mm pour une localité donnée dans la région, y compris lors des années les plus sèches, (cependant le nombre d'épisodes pluvieux ainsi que le cumul mensuel peut grandement varier d'un lieu à un autre). Il peut y avoir des intervalles secs relativement longs, mais ça finit toujours par bien tomber, à un moment ou à un autre, car le mois d'août voit, chaque année, passer de gros M.C.S bien organisés, et même les endroits les moins servis par les cellules orageuses localisées connaissent tout de même des précipitations relativement copieuses grâce à ces plus gros systèmes. Les lieux qui ont bénéficié des averses et orages localisés ET des systèmes de méso-échelle crèvent facilement le plafond des 300 mm. Cependant pour le cultivateur qui vit de sa petite agriculture de subsistance, ce n'est pas toujours satisfaisant car la plupart des cultures souffrent en cas de séquences sèches trop longues, surtout à certaines période clés pour les céréales (floraison, épiaison...). Le mois de septembre est particulièrement redouté pour ça: bien qu'humide dans tous les cas, la répartition des pluies joue un rôle primordial pour déterminer la quantité / qualité de la récolte. J'ai eu l'occasion de voir un mois de septembre où, en début de mois, il faisait très humide, avec de fréquentes et fortes pluies, puis, à partir du 5 ou 7, il n'y a plus rien eu, sauf localement. Il a fallu attendre autour du 25 septembre pour qu'on M.C.S actif puisse arroser équitablement une bonne partie de la région, mais malheureusement, les localités qui ont eu 15 jours ensoleillés et chauds consécutifs ont eu à récolter un bon nombre de tiges de maïs à moitié déssechées, avec des épis rikikis, une aubaine pour nourrir le bétail, mais pour ce qui est de la production céréalière... inutile de développer. Et pourtant, ce mois de septembre a bien eu à peu près son quota en terme de millimètres et de jours de pluies. A contrario, l'année dernière le cumul de septembre a été quelque peu inférieur à la normale mais la répartition a été satisfaisante, et les récoltes pour la plupart des cultures (sauf pour quelques localités moins chanceuses) était correctes.
  8. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Merci, en effet j'ai lu cette article en juin! C'est intéressant de se trouver un peu "au coeur" des évènements. Bien que la zone de Ouagadougou ne soit pas au Sahel à proprement parler (quoique ça dépende des auteurs, certains nous placent au Sahel), c'est par ces grosses lignes de grains que nous recevons le plus gros de nos précipitations. Leur tendance à apporter des coups de vent soudains et plus ou moins violents est vérifiée dans 100 % des cas. Sur les régions centrales du Burkina, le caractère extrêmement venteux de ces lignes de grains se retrouve surtout en Mai et juin, voire juillet: Il est courant d'avoir de réelles tempêtes de poussière, du type "haboob" avant la pluie sous ce type de système. Il n'est pas rare non plus que des arbres soient déracinés et des toits emportés. Et les quantités de pluies peuvent être énormes ou alors ridicules. Plus tard dans la saison (août et septembre), ces lignes de grains prennent un caractère plus pluvieux. Le coup de vent qui précède la pluie est alors généralement beaucoup plus modéré. Plus au nord, au Sahel proprement dit, je suppose que les lignes de grains doivent conserver leur caractère tempêtueux durant toute la saison des pluies, le conflit air sec / air humide étant beaucoup plus proche... EDIT: en effet, sur AGRHYMET la prévision saisonnière semble avoir anticipé des longues séquences sèches en deuxième partie de saison... Cependant, d'après cette même prévision, ça n'empêcherait pas d'avoir des totaux pluviométriques normaux à excédentaires... A suivre. Il ne faut pas non plus que nous subissions des rattrapages sous formes d'inondations catastrophiques du genre septembre 2009... Mais avec ce climat, ça ne m'étonnerait guère...
  9. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonjour, Pour donner suite à mon précédent message, j'ai l'impression que la mousson ne suit pas vraiment la logique des autres années. Elle semble plus faible à présent. Les nuages bas côtiers n'atteignent presque jamais Ouagadougou bien qu'on soit à la mi-août. Beaucoup de lignes de grains ne se réactivent que plus à l'ouest ou alors passent un peu trop au sud. Nous avons donc des courtes averses orageuses, qui ne se répètent que 2 ou 3 fois par semaine, le tout dans une ambiance généralement chaude et humide, et bien ensoleillée pour un mois d'août. Tout juste assez d'eau pour maintenir une nature tout de même bien verte et un sol humide, mais c'est selon moi le minimum syndical. D'ailleurs, c'est bien parce-que la saison des pluies a commencé plus tôt que d'habitude que tout semble aller bien côté nature. Si la pluie n'avait commencé que fin juin et avait continué si timidement jusqu'à aujourd'hui, nous serions dans de sales draps! On verra ce que nous réserve la deuxième quinzaine d'août et le mois de septembre. Mais je dois partir en France en fin de semaine, et ce jusqu'au 20 septembre environ. Je ferai donc un suivi grâce au satellite. Il n'est pas exclu que la deuxième partie de la saison soit bien plus active, et qu'elle se termine plus tard, ce qui ne serait pas mal non plus! C'est un peu ce que je n'aime pas dans ce climat... Certaines années on sent plutôt l'influence tropicale (comme l'année dernière par exemple), avec une saison pluvieuse active, de nombreuses ondes d'est, un ensoleillement plus réduit, des nuages bas issus de la mousson qui couvrent une bonne partie du pays et donnent un temps variable, favorisent les averses diurnes et un maintien de l'ambiance "saison des pluies". Tandis que d'autres années on sent plutôt l'influence sahélienne. Ensoleillement élevé, même en saison des pluies, peu de nuages bas matinaux, chaleur bien présente en journée, simplement quelques puissant orages ponctuels (essentiellement lors du passage de lignes de grains ouest-africaines) qui assurent un maintien de l'humidité du sol. Et, comme cette année, si ces lignes de grains traversent régulièrement notre région durant leur phase la moins active (c'est à dire en milieu et fin de matinée, moment ou l'activité pluvio-orageuse se réduit sensiblement avant de reprendre dans l'après-midi), cela donne des totaux pluviométriques assez médiocres en fin de compte. C'est une situation qui se produit de façon récurrente depuis le début juillet... Les perturbation se forment à quelques centaines de kilomètres au nord-est de Niamey, évoluent en lignes de grains, balayent l'ouest du Niger toute la nuit, arrive sur l'est du Burkina au petit matin, encore bien actives. Vers 9/10h, elles perdent de leur activité en approchant le centre du pays, traversent notre région dans cet état peu actif (grand coup de vent, bonne averse de 10 minutes et puis plus rien), et, en arrivant plus à l'ouest du pays dans l'après-midi, se réactivent pour arroser copieusement cette partie du pays. Un "mauvais timing" récurrent pour nous cette année. Pourtant, à d'autres moments, il arrivait que les lignes de grains traversent le centre du pays au "bon moment", c'est à dire en fin d'après-midi, nuit, ou tout début de matinée, phase durant laquelle elles donnent de copieuses et longues précipitations là où elles passent (30 minutes à 1 heure de fortes pluies, suivi de plusieurs heures de faibles pluies stratiformes). Je suis curieux de savoir si cette situation un peu récurrente va se poursuivre ou non.
  10. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonjour, Il s'agit, jusqu'à preuve du contraire, d'une activité normale pour un mois d'août, où les ondes d'est africaines circulent en donnant un temps généralement instable en leur sein, avec des lignes de grains et autres noyaux pluvio-orageux plus ou moins importants. Il arrive, lorsque la mousson est particulièrement vigoureuse, que cette activité convective migre plus au nord, dans les régions sahariennes, causant des grosses tempêtes là-bas. Ce n'est pas forcément une bonne chose car lorsque cette activité migre plus au nord, cela délaisse les régions normalement bien arrosées en saison des pluies, c'est à dire nous. D'ailleurs, malgré un démarrage de saison des pluies bien prometteur (comme vous avez pu le lire plus haut), la suite est plutôt mince. Le mois de juillet a été déficitaire: 120 mm de pluie sur Ziniaré, au lieu d'une moyenne d'environ 180 mm. On attend de voir la suite du mois d'août. En ce début de mois, j'étais parti à Bobo-Dioulasso, dans l'ouest voire sud-ouest du pays, où il fait plus frais et plus humide. La différence était flagrante au niveau de la végétation et du ressenti!
  11. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonjour, merci de me le signaler, mais vous vous doutez bien que ce genre d'incident et totalement indépendant de ma volonté, et d'ailleurs, heureusement que vous me le faites remarquer, sinon je ne l'aurais jamais su. La preuve, d'après ce que vous me dites ça semble se corriger tout seul. Je vais changer d'hébergeur d'images pour voir...
  12. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Pardon, quelle photo?
  13. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    En bonus, une petite vidéo prise hier matin sur la route de Watinoma. (Par mon passager bien sûr )
  14. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bonjour à tous, Hier nous avons eu une belle ligne de grains et son approche a cette fois été à la hauteur de ce que les yeux d'un passionné attendent. Voici quelques photos prises hier entre 7h30 et 8h00.
  15. Suivi du temps à Ziniaré, Burkina Faso

    Bon, on ne peut pas parler d'un flop, loin de là, mais pour les photos, c'est râpé. Le problème est que l'instabilité était tellement forte à l'avant du M.C.S que des orages se sont rapidement formés un peu à l'avant, nous noyant littéralement dans un rideau de pluie, et rendant le ciel uniformément gris. Le M.C.S est donc arrivé "silencieusement", soudé avec l'orage qui s'est formé à l'avant. Les signes qui ont montré son arrivée sont : -Un abaissement de la température, de 26 à 23°C en quelques minutes. -Une saute de vent. -Une augmentation de pression de quelques hPa en une poignée de minutes. Mais côté ciel, avec toute cette pluie, la transition ne s'est pas montrée très spectaculaire, juste un abaissement du plafond nuageux. Bon, on aura le temps d'en voir d'autres, des lignes de grains esthétiques. En tout cas, il pleut bien actuellement.