Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

shannagary_91

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    403
  • Joined

  • Last visited

About shannagary_91

  • Rank
    Altocumulus
  • Birthday 10/10/1972

Personal Information

  • Location
    Brétigny sur Orge

Recent Profile Visitors

408 profile views
  1. Surtout que ta station, que je "connais" bien (j'ai habité aux "Bocages" pendant 4 ans, dans une rue voisine...) est particulièrement au vert ! Une température de fin de soirée estivale plus élevée dans le centre Essonne qu'à la station de G.Sechet (une sorte de "Mordor", en terme de chaleur), à la tour de Jussieu, à la station de la porte de Vincennes, c'est une hérésie.... 🤩.
  2. Eh, les cocos, la contrepartie du fait que "Paris respire mieux" avec cette brise du Nord, est que la mélasse de chaleur est poussée vers le Sud de la région... C'est très visible sur les relevés de la station de nico080, à quelques kilomètres de chez moi, c'est à dire à 30 km à vol d'oiseau du périph sud parisien : + 1.6 degrés (26.4 vs 24.8) entre 23h10 et 23h50....😛😈
  3. Quelle serait l'ampleur de la projection estivale d'une telle chaleur en hiver: autrement dit, en transposant cet excédent thermique de cette 2ème quinzaine de février pour le mois de juillet ou d'août, quelle serait l'intensité de la vague de chaleur, en particulier en Tx ... ? Tn : 2.5°, Tx : 17.5° pour mon secteur urbain de Brétigny-Sur-Orge. Gel et givre généralisés en vallée de l'Orge.
  4. A Brétigny sur Orge, après une demi-heure de couci-couça entre la pluie et la neige, la neige prend le dessus (disons 80% neige /20% de pluie), mais elle est grasse de chez grasse...
  5. Je viens de relire le 'fil', et de voir notifié, je participerai avec plaisir aussi à la cagnotte. 😃 (Bizarre, au passage, que je n'apparaisse pas en tant que 'adhérent Infoclimat'...)
  6. A la loterie des orages, le centre Essonne aura eu un faible tirage ce soir... Nous n'avons eu que la partie stratiforme, la queue du MCS, des pluies tranquilles, ponctuées de quelques lointains coups de tonnerres épars. Au final, un fabuleux cumul d'environ 6 mm (mesure au pluviomètre de jardin) dans le secteur de Bretigny sur Orge, avec quelques belles ambiances tourmentées au crépuscule...
  7. A Brétigny-sur-Orge, la neige est repassée à la pluie depuis plus d'1 heure déjà... Grosso-modo environ 3h30 de neige seule, avec au maximum 1 cm de bouillasse sur les surfaces les plus favorables. Bref, pas de quoi fouetter un chat, ni de déverser une fois encore des tonnes de saumures dans les rues.... Le mal du siècle : le principe de précaution.
  8. Superbe reportage, qui fait vraiment plaisir à voir, entre les commentaires topographiques précis et l'atmosphère des photos ! Entre la vallée du Mauldre qui a vécu pour toi un "flop" en restant au vert, mais qui a bien dû voir tomber toute cette belle neige grasse, qui a pu s'accumuler sur 5 à 10 cm dans les collines environnantes.... et puis de vastes secteurs de l'IDF (en gros, une petite moitié S-E de la région), pourtant en vigilance orange eux aussi, restés totalement à l'écart du moindre flocon en cette fin de nuit de vendredi à samedi, avec un thermomètre loin du gel.... Quelle situation entre les 2 est la plus 'floppante', selon toi ? En tout cas, tes photos sont un joli lot de consolation de mon agacement, samedi matin, à voir un ciel simplement nuageux, et un bon + 3° en milieu de matinée dans mon secteur à proximité d'Evry, alors qu'il neigeait encore dans les Yvelines à quelques dizaines de kilomètres. Cette configuration de front occlus (?) me rappelle la situation d'un certain 7 janvier 2010, avec un front secondaire né sur la Normandie, et qui avait ondulé dans la nuit entre le nord de la Beauce et le sud-ouest de la Seine et Marne, en pivotant lentement sur lui-même avant de mourir sur place.
  9. Beau ciel clair ce soir, après une journée poisseuse d'humidité doucereuse... Et pourtant la température nocturne à minuit, au clair de la lune gibbeuse, reste la même qu'à midi, sous la tartine de stratus, c'est à dire environ 11°. Ces anticyclone subtropicaux hivernaux sont impressionnants....capable de maintenir une température supérieure de 10°, en pleine nuit, sous un ciel parfaitement dégagé, en hiver à quelques jours de Noël...
  10. Première "vraie" gelée de l'automne ce soir dans le secteur, avec une T° d'environ -1.5° à l'air libre vers 21H30 et l'arrivée des bancs de cirro/alto -cumulus.... Pas de quoi casser 3 pattes à un canard, néanmoins ce léger gel est suffisant pour avoir bien givré la végétation alentour et procuré une petite note hivernale l'espace de quelques heures. Avec la couverture de plus en plus opaque d'alto-cumulus, le dégel est proche.... en attendant la perturbation poisseuse de demain, typique de l'IDF en période hivernale.
  11. Tout était encore bien gelé et scintillant de givre au sol il y a moins de 2 heures, malgré la couverture progressive du ciel... mais ici aussi il pleut finalement, déception !
  12. Hello, Ce n'était pas la chute de neige du siècle, mais cela faisait plaisir de voir tomber cette neige à l'aube, avec par moment des intensités honorables.... Mais sur le trajet RER de Courcouronnes à Paris, la magie blanche s'est arrêtée quelques kilomètres au nord, même avant Juvisy. Un cliché de ma conjointe, il y a une 1/2 heure, dans le jardin familial, aux "Bocages" à Courcouronnes.
  13. Quelques mots concernant le climat du bassin parisien, au delà des très bons résumés fournis par Papparazzi et Nico080 en début de topic... je passe sur le commentaire dépressif de Orazio78 : inutile d'attendre de sa région ce qu'elle est incapable de proposer en caractéristiques climatiques intrinsèques ! Plutot que parler de climat "ennuyeux", je parlerais de climat "homogène" dans ses caractéristiques dans l'ensemble très modérés, dans le sens où les évènements extrèmes sont nivelés, d'une part par l'absence de relief significatif dans un rayon d'au moins 100 km, et d'autres part par la position du bassin parisien au carrefour de toutes les influences, la dominante étant évidemment la dominante océanique ! L'IDF est une spécialiste des chutes de neiges 'limites', lorsqu'il neige par isothermie ou par orographie sur les collines normandes ou la région NPDC et que les précipitations neigeusent se réchauffent insensiblement et arrivent ici sous forme de soupe froide, ou d'averses rachitiques... les retour d'Est de neige nous parviennent de façon très affaiblie. Autre caractéristique de la région : les perturbations océaniques faiblardes (y compris celle de redoux neigeux) qui arrivent à franchir les collines normandes ont tendances à se désintégrer au dessus de l'IDF (en donnant du pipi de chat), avant de reprendre un peu de vigueur une fois passée la Champagne. Quant à la 'grisaille' soit disant si présente... Oui, il ne faut pas exagérer non plus. C'est peut-être la grisaille "statique" qui est la plus agaçante, lorsque rien ne se passe dans le ciel pendant des jours et des jours, en situation d'AF hivernal. Avantage personnel pour ma part, hors situation exceptionnelle et généralisée type août 2003, les gros coups de chauds restent assez brefs, et rapidement tempérés ou balayés par l'influence océanique. Enfin, ma perception est celui d'un lointain banlieusard qui habite aux portes des champs et des bois, où l'influence de l'ilot de chaleur urbain est quasi-inexistante, et où le ressenti des saisons est nettement plus palpable qu'au centre de Paris. Quant à la chaleur urbaine poisseuses certains soirs d'été dans Paris, c'est une affaire de gout... . Mais de l'autre coté du Bois de Boulogne, Paris recèle aussi son 'TAF' (hippodrome de Lonchamp) qui enregistre des températures nocturnes parfois aussi basses qu'en lointaine banlieue. La densité urbaine est donc le principal facteur de clivage thermique en IDF. Si vous redoutez les phénomènes hivernaux (neige au sol, gel, givre, verglas), venez habiter dans Paris. Mais quelques collines normandes transplantées au coeur de l'IDF changeraient bien des choses, notamment en pluviométrie et enneigement...
  14. Pour mon avant dernier jour au Mont Dore, rien de folichon côté météo, avec ondées récurrentes, entre bruinasse et l'averse assez soutenue. Le plafond nuageux varie au gré des intempéries, 1100 à 1300m environ selon les versants de la vallée...
×
×
  • Create New...