Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

calou34

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    3088
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

About calou34

  • Rank
    Cumulonimbus calvus

Personal Information

  • Location
    Sauteyrargues (Hérault)

Recent Profile Visitors

1654 profile views
  1. @lubo, je suis d’accord, au bénéfice du doute, secteur encaissé, la lecture régulière des tn a l’air de tenir la route (ce qui n’est pas le cas des tx qui dérivent complètement). MAIS : sur WU, pas d’informations sur le matériel et l’environnement de mesures, altitude fausse et du coup le relevé de pression avec, presqu’un doute sur les coordonnées qui renvoient au lieu-dit On va donc se passer du réseau WU qui ne donnent pas les infos stations ! Pour les autres ce matin en valeurs négatives : Réseau MF : Prades le Lez -1.5°C Vis le Fesq -1.4°C St Martin de Londres -0.4°C Réseau StatIC St Martin de Londres -0.7°C Réseau WL Val de Londres -2.6°C On trouve aussi un -0.3°C dans le 30 à Connaux (VP2), peut-être que @Ced30 nous en dira plus
  2. Un peu plus froid qu’hier entre Hérault, Gardons et Lez. Données MF, WU et WL et IC. St Martin de Londres (Le Frouzet) -2.4°C WU Val de Londres -2.4°C WL Vacquières -1.7°C WU Prades le lez -1.6°C MF Vic le Fesq -1.1°C MF St Jean de Buèges -0.6°C WU St Martin de Londres -0.4°C StatIC Cardet -0.2°C MF St Martin de Londres -0.2°C MF Buzignargues 0.0°C WU
  3. Pas de gel sur les emplacements StatIC, mais quelques valeur négatives enregistrées sur les autres réseaux : MF Prades le Lez -0.4°C Vic le Fesc -0.2°C St Martin MF est à 0.8°C WL Val de Londres -1.1°C Stations non normalisées (WU) St Martin de Londres (le Frouzet) -0.5°C A noter Vacquières 0.1°C
  4. Bonjour, Par convention, c’est un symbole graphique pour signifier une frontolyse (vs frontogénèse), soit un front qui a entamé un processus de dissipation. https://www.wmo.int/pages/prog/www/DPFS/documents/485_Vol_I_fr.pdf (P 66).
  5. Par analogie avec la situation passée, on peut mettre en évidence des différences notables, et ce sans que la dispersion des ensembles n’affectent trop la tendance de la moyenne spatiale. La 1è phase interviendrait lundi, soit l’arrivée de la masse d’air froid. Exemple avec GFS. La différence la plus significative avec mercredi dernier est donnée par la carte des TPE. On remarque l’inversion des gradients (idem pour la pression de surface). On peut vérifier que les signes de l’advection sont zonalement inversés (W – E). Mercredi, advection d’épaisseur sur golfe du Lion et LR, soit la chaleur et l’humidité qui précède l’arrivée de l’anomalie froide d’altitude, de quoi générer des RR et un peu de CAPE. Lundi, le dipôle de l’advection est plus fort et les épaisseurs croissent sur PACA et Alpes. C’est tout l’inverse ! Je vous fait l’économie de la description d’une situation à mistral (vous la connaissez par cœur) Concrètement, en LR tendance au froid sec et venté, en PACA situation plus intéressante. La suite (à partir de mardi) verrait l’extension vers l’W de la perturbation provençale, mais à priori sans suffisamment de froid pour miser sur du solide à basse altitude (à préciser).
  6. Pas loin en effet , pluie et neige mêlée avec une tendance à de la neige de plus en plus présente. Une neige gorgée d’eau et fondante à faire de la "soupe" sur les carrosseries.
  7. Tnn de la saison hivernale ici avec -2.1°C ! Les tn les plus basses dans le secteur : -2.9°C val de Londres (WL) -2.8 °C Vic Le Fesq (MF) -2.4°C Prades Le Lez (MF)
  8. AROME-oper pour les plaines du 34 et 30 jusqu’au littoral : Neige humide, neige roulée, grésil… Ex: RS Montpellier 3h locales. Masse d’air saturée sous iso 0°C donné ici à 558m. Le profil se rapproche de l’isothermie. Empiriquement la T’w (courbe bleue) jusqu’à +1°C peut faire office de LPN, et ici on peut la situer autour de 250m ! Facteur favorable supplémentaire, l’air très sec vers 700 hPa contribue à la fusion et l’évaporation des hydrométéores (isothermie). En fait, le gradient horizontal d’HR à 700 hPa (toujours par ARO) peut se voir comme une intrusion sèche sur le bord d'attaque du front de précipitations. On oublie à priori la tenue au sol sous 300 à 400m, sauf "malentendu convectif" .
  9. Je trouve au contraire le diagnostic de l’anomalie froide correctement prévu (peu ou pas de dispersion dans ENS vignette de droite) et valeur prédictive stable (cf vignette de gauche, Ecart-Type/EC moy des 30 derniers run). Globalement, et bien d'accord avec @Ced30 si on se focalise sur la nuit de mercredi à jeudi et la matinée suivante, il y a convergence multi-modèles déterministes vers ce qu’on pourrait désigner comme un "mini épisode" dans le 34. Ce consensus a encore le temps de bouger, mais en l’état la confiance prédictive est plutôt bonne et va dépendre de : Si on cherche à évaluer le risque de neige, on va chercher l’intensité des flux de chaleur et d’humidité de surface (GFS 06Z proche de ARP/IFS) : - Advection douce à 850 hPa avec circulation cyclonique dans le golfe du Lion au sein d’un H500-H1000 proche du fatidique 528 dam, soit une masse d’air typiquement hivernale (attention # du Z500 plus élevé et dépendant de la pression en surface). En comptant sur un minimum de CAPE, on pourrait parier sur une convection modérée et la constitution d’une plage froide dans l’arrière pays et une isothermie suffisante comme suggérée par les RS d’ARP. Sans parler de tenue au sol, on a sur CEP/GFS/ARP et ICON de quoi voir la de la neige collante se mêler à la pluie en plaine intérieure.
  10. Et à 120h, le déterminisme d’un CEP (neige par isothermie en plaine héraultaise) ou d’un Met Office (PACA) force l’emploi du conditionnel. Toujours à 120h, le recours aux ensembles (EPS, ENS) tend à infirmer la survenue d’un épisode neigeux en plaines (distribution d’occurrence avec neige au sol très positif, donc scénarios ultra-minoritaires mais très précipitants dans ENS). Mais il y peut y avoir un biais à raisonner en termes statistiques avec des ensembles qui recherchent l’estimation des erreurs d’ébauche et d’assimilations avec une résolution plus basse. L’exemple de la neige par isothermie simulée dans la nuit du 25 au 26 tient dans la méso-échelle (quelques dizaines de km/qq heures), donc délicat à resituer dans des ensembles bruités par la physique (événement de petite taille). Rien de très prédictif pour le moment, si ce n’est l’assurance d’avoir bien plus froid qu’actuellement. 👍
  11. Le réseau 00Z du CEP va même jusqu’au plâtrage des plaines languedociennes le 25.... La probabilité d’un scénario neigeux n’est peut-être pas nulle, on garde à l'esprit que l’ENS des T2M est très étendue, le scénario déterministe se situe dans le Q10 les plus basses. Peut-être plus de poids à envisager vers une semaine prochaine hivernale si on fait une approche multi-modèles, mais c’est encore prématuré
  12. Intéressant cette grille de lecture en terme de pressions au sol, c’est assez peu commun en terme d’anomalie climatologique. http://www.atmos.albany.edu/student/abentley/realtime/anom.php?domain=europe&variable=mslp_anom Plus que la tendance de pression au sol /3h, les gradients W-E de cette onde perturbée donne une idée du taux de variation max en fin de matinée, le contexte à grande échelle est barocline (voir les ascendances dynamiques liées à la discontinuité du jet et au gradient méridien de PVU). C’est plutôt bas en latitude cette affaire. https://www.weatheronline.co.uk/cgi-bin/expertcharts?LANG=en&MENU=0000000000&CONT=frfr&MODELL=gfs&MODELLTYP=1&BASE=-&VAR=slpd&HH=6&ARCHIV=0&PANEL=0&ZOOM=0&PERIOD= Et si on choisit une modélisation à plus haute résolution (ici le modèle européen régionalisé Suisse), on retrouve les effets de relief que tu évoques et que la projection de GFS approxime. Des gradients de tendances plus forts encore à petites échelles, comme la traînée de pression sur les Cévennes, et le risque de déferlement d’ondes si on corrèle les rafales modélisées aux tendances fines de pressions au sol.
  13. Et des petites différences de traitement par AROME entre Corse et Continent. Si on parle somme des RR dans AROME, on tombe sur des incertitudes plus grandes en PACA qu’en Corse. La PEARO d’hier montre qu’à EC équivalents entre Corse et PACA, le Q50 est < à la moyenne en PACA (si on fait l’hypothèse d’une distribution normale "très" tirée par les cheveux avec 12 membres ). Dit autrement la moyenne en PACA est tirée vers le haut par quelques scénarios isolés (dont les déterministes). Ex façon cherry picking avec les diag de Grasse et Corte (distribution plus asymétrique pour Grasse). Mais on occulte un peu les intensités horaires, et le fait que les scénarios hauts sont ceux qui prolongent la durée de l’évènement. En LR, on avait espoir d’un passage de grains cet après-midi, mais quand ça ne veut pas !
  14. Dans le 34, source données Horaires MF tx : Records source meteociel Pézenas 24.4°C (record 23.5°C le 22/02/2019 relevés depuis 01/06/1993) Moulès-et-Baucels 24.8°C (record 23.2 le 03/02/2020 relevés depuis 01/02/1985) St Martin de Londres égale les 24.1°C du 22/02/2019 (relevés depuis 01/03/1947) Les jeunes StatIC du 34 ne sont pas en reste : Laroque 24.9°C bat les 24.8°C du 22/02/2019. St Martin de Londres 24.7°C soit 25.4°C d’amplitude. Avec une tx de 24.6°C, Notre Dames de Londres enregistre une amplitude de 27.1°C ! Seuil de chaleur franchi à Aniane.
  15. Pour Aniane, les 25°C du 22/02/2019 sont battus. Les 24.6°C de St Martin StatIC (15h30) dépassent le record de l'année dernière de St Martin (MF) 24.1°C.
×
×
  • Create New...