calou34

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    2 700
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    1

À propos de calou34

  • Rang
    Cumulus congestus

Personal Information

  • Lieu
    Sauteyrargues (Hérault)

Visiteurs récents du profil

459 visualisations du profil
  1. Mes excuses Parpayou, je bâcle ma rédaction sans me soucier des effets secondaires que peuvent entraîner des notifications actives Alors pour compléter ton arsenal préventif... Les boucles en question renvoient aux non linéarités des nombreux mécanismes à l’œuvre dans pareille situation, et ce à toutes les échelles, quel sera le déterminant qui fera que _ 'ça s’emballe ou ça flope'_ (dit comme ça c’est mieux non) . Et ce soir la prévision gagne en confiance, il va pleuvoir et on a des chances de ré-entendre du tonnerre mercredi ou jeudi
  2. Pour le moment, prévision confirmée chez ARPEGE-IFS. Chronologie orographique (cévenole) dès mardi sur NW 34 qui s’étendrait progressivement plus à l’E la nuit suivante. A distance de l’anomalie de PV, accélération et déviation du flux en basses couches en vent de barrière visible (rapport dimensionnel obstacle orographique, vitesse du vent et déviation de Coriolis vers l’W), stabilité statique positive oblige, le flux contourne les Cévennes par l’W augmentant la convergence d’humidité et le cisaillement et produit les RR sur les versants exposés. 2è phase mercredi en journée et la nuit suivante, déstabilisation et intensification de RR (la plus intéressante)! GFS rejoint ARP-IFS pour de la convection orageuse, assez peu mobile sur un axe pour le moment privilégié de l’E34 au 07 et sur le 30. L’ ensemble se déplacerait sur PACA en fin de nuit (à surveiller). Si la convection parvient à s’organiser, on part sur des boucles de rétro-actions et des gradients importants de répartition géographique (l’empreinte des RR cumulées masque les valeurs instantannées). C’est ce que suggère la distribution des scénarios de RR du CEP (percentile 90% à 3 chiffres localement en plaine). GFS est moins "démonstratif" dans ses scénarios extrêmes, mais si on reste objectif (si la convection ne prend pas ou l’advection est trop rapide), les percentiles 10% sont bas dans tous les modèles, donc nous ne sommes pas non plus à l’abri d’une "déconvenue". Il y a malgré tout plus de raisons de croire à un arrosage conforme à la saison et à priori sans excès.
  3. Bien d’accord, les données récentes ont évolué. Le signal envoyé "casserait" en quelque sorte la composante lente de l’anomalie climatique inédite en cours. S’il est encore hasardeux de faire un focus régional et détaillé, ce sont les propriétés de l’écoulement à échéance raisonnable qui méritent l’attention. Voici comment la prévision d’ensemble du CEP livrait l’information en début de semaine, isohypses 500hPa haute résolution sur fond de dispersion selon le panel de couleurs des 50 projections perturbées sur panneau de droite. Le panneau de gauche représente les isohypses moyennés et la dispersion mais cette fois ci "normalisés" sur les 30 derniers run (ici les 00 UTC). Une déviation > à 1 (couleur pourpre) donne forcément du poids à une évolution récente dans la prévision, soit ici sur le proche Atlantique à l’endroit du fort gradient méridien de géopotentiel dont la composante zonale est dominante. A présent l’ensemble de ce matin. Une onde perturbée est apparue en forme de talweg bien dessiné, et il faut surtout remarquer sur le panneau de gauche comment la prévisibilité interpelle sur ce changement dans l’écoulement synoptique, et le temps "court" avec lequel s’est formée ce creux d'onde. On voit l’apparition d’un nouveau mode transitoire en tant qu’option majoritaire, dont on peut se demander s’il n’évoluera pas encore d’ici le milieu de la semaine prochaine. GFS évolue aussi dans ce sens. Voici le diagramme de Montpellier et comment sa prévision d’ensemble excite les courbes de RR juste avant que ne se produise un véritable mur de prévisibilité, confortant ainsi une certaine confiance dans ce revirement. Bien sûr on ne parle pas (encore) d'épisode significatif, on a juste des raisons d'être optimiste pour la première fois de la saison
  4. Suivi du temps dans les régions Méditerranéennes

    Des amplitudes thermiques remarquables dans le secteur, et plus globalement dans le sillage déventé de l’Aigoual entre Vidourlenque et pic St Loup. HR basse et flux de chaleur latente inexistants vu l’état des sols et de la végétation favorisent ces écarts journaliers par ciel clair. La palme reviendrait à Vic le Fesq 0°9/27°6 relevé de 16h (tx peut-être plus élevée). Plus modestement 4°2/26°2 ici.
  5. Ça c’est la version optimiste Si on veut extraire un peu d’information dans la dispersion ambiante, il faut passer par une approche ensembliste et statistique, d’autant qu’on ne peut pas se fier au déterministe du GFS ce matin, dans la mesure où son run de contrôle diverge complètement à échéance des 1ères pluies (je passe sur demain, on reste sur une approche de régimes de temps donc de temps plus longs). Choisi arbitrairement, seuil de RR 2mm/6h chez IFS, il faut attendre 144h pour raisonnablement y compter à hauteur d’environ 25% pour le LR (ça s’arrange un peu pour tout le monde ensuite) http://www.weatheronline.co.uk/ On met la barre plus haut avec GEFS, seuil 1.00 Inch/ 6h (environ 25 mm), nos 1ères chances apparaissent le ...1/10 http://mag.ncep.noaa.gov/ Cela reste encore anecdotique et prématuré, mais la mise en place du blocage scandinave s’inscrit toujours dans la durée, du moins suffisamment pour qu’on puisse basculer vers quelque chose de plus "sexy" début octobre Pour la parenthèse islandaise insolite, le modèle européen continue de faire passer Puerto Rico et ses 1000mm pris au passage de Maria pour des petits joueurs en comparaison du flanc méridional de l’île. Ce matin l’opérationnel balance une pointe à 1218mm cumulés sur les 240h de run (dingue, et dire qu’on se prend la tête pour chercher nos premiers mm en Méditerranée) Lien temporaire
  6. On tenait un signal numérique relativement fort depuis quelques jours, la projection (en cours d’ailleurs) sur un régime de blocage dont on sait les propriétés intrinsèques d’exciter des échanges méridiens avantageusement bien orientés. Les «"bred modes" de GFS se sont mis à projeter des courbes de RR vers le haut, certes très dispersées mais répétées, avec un fond de chaos et de bruit habituels accentué par des prévisions déterministes qui ne suivent pas la tendance. Les diag. donnent par ex. pour Montpellier ci-dessous, ou bien l’anomalie sur le Z500 de la climatologie 79/2000 avec un indice de blocage dans les cordes à -10m/deg latitude. On est donc dans une mise en place quasi-canonique d’un environnement où il ne reste plus qu’à attendre qu’un train d’ondes haute fréquence ne cesse d’être prograde aux portes de l’Europe du sud-ouest, l’affaire de talweg voire cut-off quasi stationnaires Seulement notre paquet d’ondes prévu déferler sur l’Europe de l’ouest porte des noms propres, Maria, Lee, José, et opèrent des transitions extratropicales qui perturbent les conditions initiales (ou fenêtres d’assimilation) des modèles. Du coup notre signal commence à tendre vers une autre oscillation plus rapide type ZO, ce qui qualitativement nous placerait côté perdant une fois de plus. A suivre ..... Cette petite transgression aux règles du court-terme régional faite, une autre hypothèse tient dans l’exportation improbable de nos épisodes cévenols vers des contrées inattendues Le CEP d’hier ne faisait pas dans la dentelle, mais sérieusement il y a consensus pour des lames d’eau tout à fait étonnantes là-bas ! (et c’est bien 973mm affiché).
  7. Saison cyclonique Atlantique 2017

    Communications du NHC et de MF. http://www.meteo.fr/temps/domtom/antilles/pack-public/bulletin/cac/cacyc_dir.pdf
  8. Suivi du cyclone IRMA (2017)

    Réponses et suivi par ici. http://forums.infoclimat.fr/f/topic/51834-saison-cyclonique-atlantique-2017/?page=6&tab=comments#comment-2811543
  9. Suivi des incendies - 2017

    Parution sur NASAEarth qui revient sur la détection et la traçabilité des fumées que nous évoquions, soulignant leur importance et leur persistance inhabituelle. Incendies toujours en cours....
  10. Suivi du temps dans les régions méditerranéennes

    J’ai bien peur qu’il en soit tout autre. C’est un carnage depuis des mois en Colombie Britannique, Montana ou Oregon..... https://twitter.com/m_parrington/status/905341099681746944 https://twitter.com/hashtag/Wildfires?src=hash
  11. Suivi des incendies - 2017

    Difficilement respirable vers 17h quartier des hôpitaux et occitanie, "pluie" de cendres sous le panache de fumée. Circulation difficile, beaucoup de bouchons.
  12. Manière de pallier au "désert prévisionnel" (bad puns ) de cette 1ère décade, profitons de la descente d’échelle façon AROME pour tester sa sensibilité et sa liberté à produire ce qui passe inaperçu avec les WRF tels qu'ils sont proposés. AROME déforme la structure de la surface 1.5 PVU demain sous la forme d’une anomalie qui prolongerait la convection amont sur le massif central jusqu'en plaine languedocienne dans l’après midi, façon train d’ondes courtes accompagnées de précipitations et de puissants courants de densité. Les différences avec les WRF peuvent être imputées aux modèles qui les alimentent sur les bords, GFS rien pour les WRF, ARPEGE oui pour AROME. Voilà, c’était histoire de , avec l’espoir que l’épisode providentiel qui mettrait fin à la sécheresse ne tarde pas à la façon d’une pièce bien connue de Samuel Beckett... Et pour passer le temps rien de tel qu’un peu de "madchester" de la grande époque (pour ceux qui aurait connu, tout est dans le titre ).
  13. N’y voit rien de provocateur, le supplice l’attente est la même chaque année L’espoir est (encore) différé au-delà de 5 jours, peut-être à l’échelle réduite (meso ou convective) et donc difficilement prévisible.
  14. Finalement, important écart sur le paramètre T850 hPa d’un run à l’autre (00 UTC du vendredi et du samedi). Du 40° en T2M modélisé, ce n’est pas banal pour un premier jour de septembre Pour illustrer: https://www.ecmwf.int/en/forecasts/charts/catalogue/plot_ensm_essential?time=2017082600,144,2017090100&parameter=Temperature at 850hPa&area=Europe Le domaine est bien balisé pour sa dispersion (panneaux de droite), donc crédit à accorder pour une prévision déterministe très limité (mais on s’y attendait). L’empreinte des isothermes diffère peu sur les panneaux de gauche, preuve que la PE est relativement stable sur 24h. Pas de ralliement ou de revirement comme on le lit souvent, la lecture restreinte à un run opérationnel a peu de sens compte tenu du chaos déterministe à J+5 et au delà. Il faut en revanche garder un œil aux plages de couleurs, la dispersion y est normalisée sur les 30 derniers run, et les valeurs élevées (> à 1.2) signifient qu’une tendance (ou nouvelle incertitude) s’y développe et qu’on doit rester vigilant et en tenir compte dans les prévisions. Par conséquent, la conclusion prudente de Philippe me paraît correcte
  15. Oui, IFS opérationnel (CEP) verse dans l’extrêmement chaud, voire l'exceptionnel au niveau calendaire (prévisions tmax au 01/09/2017) C'est néanmoins un "poil" pondéré par rapport au run précédent (00Z).....