Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

calou34

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    3203
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    1

Personal Information

  • Location
    Montpellier Hôpitaux - Facultés

Recent Profile Visitors

2610 profile views
  1. Le pluvio du CEFE/CNRS est à 24.2mm. On parlera d’orages noyés dans la masse ce matin. Les déterministes haute résolution AROME et ICON-D2 n’ont réagi qu’à 18Z hier ! Pas banal une telle lame d’eau avec orages en flux d’ouest sur les plaines littorales, et même franchement hors climatologie, encore un objet météo non identifié !! 🤔 Quand on prend l’ENS dans la basse vallée de l’Hérault (autour de Pézenas), outre la très mauvaise prévisibilité (croissance très rapide de l’indice), on arrive à une valeur de 79% pour une médiane dans la prévision à 15mm et une valeur maxi de 30mm, sachant que les secteurs de l’W 34 ont localement dépassé 50mm .... Bienvenu dans notre nouveau climat méditerranéen.
  2. Je comprends mieux les relevés de l’aéroport ! Le gradient est remarquable ; Cumulé au petit orage de la matinée on arrive à 38.6mm au NW de l’agglo, et (40.3mm pour les données du site en ligne), probablement 2 pluvios sur le terrain du CEFE.
  3. Taux max 274.2mm/h à la VP2 du CEFE 10mm en 5mn et 28.6mm en 15mn.
  4. Merci Stéphane d’avoir pris le temps que je n’ai pas pu prendre pour expliquer et développer Dsl @Palaja11 et @lubo.
  5. A surveiller, de plus en plus de scénarios climatologiquement "indécents" dans les PEARP ou EPS éligibles aux critères HPE. https://hymex.org/medlab/?Short_range_forecasts Sur la CDF, le haut de la distribution a une sacrée gueule pour la saison !
  6. Idem pour Béziers Vias. https://www.infoclimat.fr/climatologie/globale/mois-de-juin/beziers-vias/07638.html
  7. Outre les incertitudes sur l’amplitude des variations de T attendues, la transition pourrait se montrer potentiellement violente niveau précipitations. En interprétant d'un point de vue statistique le cycle 00Z d’ENS IFS avec ses produits EFI/SOT, on trouve pour jeudi une aire conséquente de l’Occitanie aux hauts de France où la distribution de l’ensemble sort des EFI > 70%. En gros, la formulation indique un écart important et significatif rapporté aux valeurs climatologiques réanalysées. Localement dans le SO, la valeur positive du SOT met en évidence des scénarios extrêmes dont on verra comment ils évoluent dans les prochains cycles. Autre paramètre qui tend à sortir de la climatologie saisonnière, le transport de vapeur d'eau, signal qui interpelle aussi et qu’on peut relier aux risques importants de RR en bordure de ce flux étendu et inhabituel à cette période. Beaucoup de place donc pour les prochains scénarios déterministes qui devrait naviguer dans ce spectre de prédictions qui vont peu à peu se préciser.
  8. 35.0°C franchi au poste du CEFE/CNRS, les 30.0°C avait été franchis à 10h locales comme à l’aéroport. La brise a du mal à rentrer au nord de l'agglo.
  9. Oui il y a un caractère exceptionnel à ce coup de chaleur en LR dont le paroxysme serait probablement atteint demain. La distribution de l’ENS d’IFS des T2Mx pour Perpignan par exemple est entièrement > aux valeurs max de la climatologie de la version M-Climate, soit des EFI souvent proche de 1 (100%) dans la formulation des T2m moyennes. Localement, le long des fronts de brises, les records décadaires sont envisageables et sauf nébulosité, le seuil fatidique des 40°C ne sera localement pas très loin !
  10. Finalement ce petit amas convectif vespéral très esthétique a atteint sa maturité en mer en lâchant quelques impacts. Tx 30.2°C, installation de la touffeur estivale en ville. Il y a des répliques convectives qui s'organisent par le NE.
  11. Au CEFE/CNRS seuil de forte chaleur franchi in extremis à 3 reprises (tx 30.1°C).
  12. A ce sujet, la majorité des postes héraultais n’a à ce jour pas encore atteint le seuil de chaleur. La Txx de Fréjorgues est à 24.6°C (23.6°C pour le CEFE nord agglo, mais aussi 23.9°C à la RADOME de Prades réputée pour scorer en tx). La Tm se situe au niveau de 2013, seuls les mois de mai d’avant 1985 faisait mieux (ou pire). Sur base de l’ENS IFS : Pour ce qui est du dépassement du seuil de chaleur, on entrevoit le bout du tunnel mais pas avant le week-end prochain avec des valeurs médianes autour de 25°C seulement les 30 et 31 (dates pas degrés ) ! On remarque une distribution très étalée donc une forte incertitude même si déterministe et control se situent au-dessus. Concernant l’évolution de la Tm, voici une répartition des T2M prévues la semaine du 24 au 31 sur base de la climatologie des 20 dernières années réanalysées : La distribution de l’ENS T2M se situe tout ou partie dans le 1er tercile, soit une anomalie moyenne hebdomadaire située dans le tiers inférieur de la distribution climatique modèle. Avec une distribution ordonnée en quintile, on arrive à 80% de T2M en BVDR dans le 1er quintile! Cette dernière semaine pourrait donc à priori faire office de rattrapage thermique somme toute très relatif.
  13. Eh bien ! les 2 derniers ENS ont repris du poil de la bête, EFI localement à 1 et SOT > 2 sur un périmètre cévenol étendu. Je ne parle pas de cumuls sur la semaine mais bien de la journée de lundi. IFS sort donc un évènement de fréquence inédite pour un début mai, à propos duquel on peut encore émettre une réserve quant à l’allure de la CDF (voir courbes de distributions), soit une PDF très étalée autour d’une valeur médiane quand même voisine du Q99 (j’ai repris les mêmes points de coordonnées de ton post @gaet34). Episode à surveiller sur tout le secteur du relief cévenol mais aussi préalpin et Alpes du sud qui jouent les prolongations mardi.
  14. MF a rétrogradé à "faible" la probabilité du risque pluie inondation pour lundi. lien caduque L’EPS marque le pas en sévérité sur les 3 derniers runs (un peu moins de 40% pour le 12Z d’hier) et 30% pour PEARP 18Z qui couvre juste l’échéance. Les autres statistiques (EFI/SOT) disponibles avertissent sur la journée de lundi avec une certaine sévérité. On trouve sur le Portail MedLab une détection statistique expérimentale exprimée en pourcentages des membres de la PE (EPS et PEARP) qui prédisent un HPE (Heavy precipitating event). L’élaboration de ces seuils ou indices statistiques alertent avec un poids relatif aux distributions climatologiques réanalysées, à savoir une probabilité sérieuse qu’il se produise un évènement inhabituel pour la saison (les fonctions de distribution cumulatives d’automne ne sont pas les mêmes). Ces outils ne capturent pas non plus la haute résolution, celle de l’orage diluvien localisé, mais ils suggèrent à l'expertise leur degré de probabilité. Perso, je trouve les derniers ARP et GFS intéressants, l’un et l’autre font persister un environnement où jet et gradient de PV pourraient entretenir ou favoriser du convectif peu mobile. Encore loin pour cibler et déterminer avec précision des composantes advectives et propagatives qui déterminent les processus orageux stationnaires. A coup sûr, des pluies bénéfiques et une bonne probabilité qu’il se passe quelque chose de peu ordinaire à des échelles trop fines pour en débattre, à priori Cévennes et massif Alpin.
  15. Top départ ! Note optimiste aux chasseurs d’orages, même si je concède un peu d’avance dans une prévision qui évolue encore. Une tendance déterminante apparait depuis hier dans les runs de la circulation générale du GFS, le jet ne plonge plus au large du Maroc et ses contours passent d’une inclinaison SW/NE à SE/NW. Ce changement d’orientation talweg / dorsale sort également dans l’ENS IFS. La dispersion normalisée devient importante de part et d’autre du talweg (vignette de gauche), incertitude et évolution de son inclinaison et de sa mobilité. Sur le temps sensible, l’épisode perdrait sa longévité initialement vue dans les écarts-type de prévisions de RR et se réduirait essentiellement à la journée du 10 et la nuit précédente. C’est la conséquence du déferlement cyclonique de l’onde, beaucoup plus mobile. Avantage probable (on boit le verre à moitié plein dans cette longue période de disette orageuse ), on pourrait gagner en intensité sur un temps plus court et pourquoi pas en manifestation orageuse. Ça, c’est du domaine de la prévision convective et frontologique, et donc cela demande encore un peu de patience.
×
×
  • Create New...