Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

music85

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    1506
  • Joined

  • Last visited

About music85

Personal Information

  • Location
    Rennes (35) / Les Sables-d'Olonne (85)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. On retrouve des valeurs du même ordre sur le réseau MF dans le 35 avec une nouvelle advection (?) d'humidité (pas franchement bienvenue sur des températures restant > 30 °C...) depuis cette fin d'après-midi par l'Atlantique et la Manche ; quelques valeurs maximales atteintes (provisoires) : - 26,9 °C à Rennes (35) ; à 20 h, l'humidex y était de 47 ; - 26,6 °C à La Chapelle-Bouëxic (35) - 26,7 °C à Feins (35) (on parle bien des Td, oui oui )
  2. Ce soir, le vent de Sud à Sud-Ouest rentre un peu plus dans l'intérieur du sud de la Bretagne, et le vent de Nord à Nord-Ouest depuis la Manche (bien vu par Arome) ; un nouvel apport d'humidité qui n'est pas franchement bienvenu, et qui fait encore un peu plus exploser les Td à des valeurs très élevées, on relève depuis la fin d'après-midi par exemple en Ille-et-Vilaine (réseau MF) : - 26,9 °C à Rennes (35) - 26,6 °C à La Chapelle-Bouëxic (35) - 26,7 °C à Feins (35) Le tout sur des températures encore supérieures à 30 °C, l'humidex dépasse parfois 45.
  3. La même bascule qu'à La Rochelle est en train de gagner la côte sablaise, en Vendée... On est déjà à 34,6 °C à 17 h 30 contre 29,8 °C à 17 h à la station du Château d'Olonne !
  4. On est bien d'accord sur ce point, elle est censée être l'experte et il est proprement inacceptable de sortir des bêtises pareilles. Y a de quoi s'arracher les cheveux pour MF qui se sent même obligée de "déminer" le terrain (et c'est très bien).
  5. Et cela donnerait un point de rosée à près de 35 °C... Il a dû y avoir une confusion (regrettable) avec la valeur d'humidité relative maximale de la nuit...
  6. Dans la fiche climatologique sur IC (qui reprend pas mal de valeurs de la fiche officielle, en gras), pas de traces de ces 44 °C : Pour la station de Toulouse-Blagnac (qui est celle reprise sur le site internet de MF), le record absolu est de 40,7 °C le 4 août 2003, et le record mensuel de 39,8 °C le 29 juin 1950. https://www.infoclimat.fr/climatologie/normales-records/1981-2010/toulouse-blagnac/valeurs/07630.html EDIT : confusion de ma part de bout en bout sur la station, on a bien officiellement les 44 °C, mais à la station de Francazal.
  7. Record à battre : 67 départements, en juin 2017 et août 2018. Cela semble effectivement possible d'au moins s'en approcher quand on voit les cartes de ce soir qui étendent la fournaise davantage vers l'Ouest, qui pouvait espérer être moins concerné ces derniers jours...
  8. Ce sera effectivement le point à suivre maintenant, la position plus ou moins orientale de la goutte froide qui nous placera soit dans une ambiance chaude et parfois orageuse ou bien très chaude et sèche (sans précipitations). On n'est pas à l'abri de quelques décalages d'ici la fin de semaine qui pourront changer pas mal de choses en temps sensible chez nous...
  9. Pour notre quart de France, ce sont plutôt les orages qui pourraient rythmer la semaine prochaine (au moins au début). La goutte froide qui se mettra en place à partir de cette fin de semaine engendrera une puissante advection chaude sur une grande partie Est de la France à tous niveaux (carte 1). Plus à l'Ouest, chez nous, nous serons à l'avant immédiat de la goutte froide, soumis à un flux de Sud à Sud-Ouest bien établi en altitude, et par moments diffluent. Dans ce flux méridien, des petits forçages d'altitude pourront circuler non loin de nos côtes associés à un courant-jet en altitude (carte 2). Ils pourront alors forcer d'autant plus des ascendances synoptiques à l'avant, dans les bouffées d'air chaud et humide remontant d'Espagne à l'étage moyen (carte 3) issues du chauffage diurne sur le plateau espagnol, ici en journée de dimanche et remontant ensuite sur le golfe de Gascogne puis la Bretagne, les Pays-de-la-Loire et la Basse-Normandie dans la nuit de dimanche à lundi (bien visibles sur les champs d'humidité et de vitesses verticales à l'étage moyen, vers 700 hPa par exemple). On retrouve ainsi le modèle conceptuel du "panache ibérique". Les profils verticaux trahissent tout à fait cette configuration synoptique, avec un pincement humide vers 650/600 hPa ici et une masse d'air chaude et instable aux étages moyen et élevé. Profil vertical pris en Bretagne dans la nuit de dimanche à lundi chez GFS (on retrouve peu ou prou la même histoire sur les autres modèles). On note aussi un cisaillement de vent significatif de l'ordre de 50 kt sur les premiers kilomètres, pouvant aider à l'organisation de la convection. On pourrait donc avoir à faire à des orages d'atmosphère libre, dont la base se situerait donc au-dessus de basses couches "fraîches" et plus sèches (vu qu'on est en pleine nuit). Cette analyse vaut pour tout le début de semaine puisque nous devrions rester dans cette même configuration pendant quelques jours, avec donc le drain chaud et humide à l'étage moyen bloqué sur la façade Ouest. Les modalités précises de ces bouffées instables seront à préciser ultérieurement. On note toutefois un bon signal sur les prévisions d'ensemble en précipitations sur nos régions, ici sur l'européen (réseau de 00z) puis l'américain (réseau de 06z) en probabilité de cumul > 1 mm pour la journée de lundi : Notons enfin que cela n'exclut pas d'avoir en fins de journées, plus "classiquement", des orages se développant sur des basses couches qui auront fortement chauffé, en particulier en allant vers la Normandie et les Pays-de-la-Loire. Situation à surveiller avec des orages potentiellement forts dans les 2 cas...
  10. Il s'agit probablement de la pression atmosphérique non ramenée au niveau de la mer, ce qui expliquerait cette différence de +/- 20 hPa.
  11. Il est à mon avis assez difficile de déterminer un profil type concernant la filière, étant donné que le nombre de places est assez limité chaque année (bien qu'en nette augmentation depuis 2/3 ans). De plus, les rapports de jury des dernières années comportent rarement la distinction entre les filières. À titre d'exemple, "mon" année, nous étions 6 fonctionnaires dont presque tous des MP (5/6), mais l'année suivante, ils étaient un peu plus (une dizaine à peu près) avec cette fois une majorité plutôt PC, le reste se partageant entre PSI et MP. Sur la provenance des élèves, il y a de tout, des "petites" prépas de province aux lycées les plus réputés (ça a l'air d'être ton cas), et des classes étoilées comme non étoilées.
  12. Bonjour, J'ai passé le concours en MP il y a quelques années. Le classement pour l'ENM (à l'issue des oraux) est en effet particulier par rapport aux autres écoles du groupe TPE-EIVP (qui comprend aussi notamment l'ENTPE, le plus gros effectif en fonctionnaires). Le classement est interfilière, c'est-à-dire qu'il se joue sur les notes uniquement, sans regarder la filière (mais la pondération des différentes épreuves pour le calcul de la note est, elle, bien propre à chaque filière évidemment). Seul compte le nombre total de places, qui peut se répartir n'importe comment entre les 3 filières. Mieux vaut donc effectivement miser sur tes atouts pour maximiser tes chances de réussite... N'hésite pas si tu as d'autres questions.
  13. Pas de surprises sur les modèles ce jour, la trajectoire et l'intensité continuent à converger progressivement vers un fort coup de vent pour un mois de mai : près de l'Atlantique, on reste globalement sur les valeurs des rafales maximales données par @Run999H voire un peu au-dessus par endroits avec une fourchette moyenne de 90-95 km/h généralisés en Vendée et Loire-Atlantique, débordant sur le sud du Morbihan et le nord de la Charente-Maritime ; en revanche, toute la façade côtière allant du Morbihan (voire Finistère sud de manière plus temporaire à l'arrivée du creusement) à la Charente-Maritime pourrait être concernée par des valeurs atteignant 100 km/h, plus ponctuellement 110 sur les caps exposés. A noter que toute une floppée de records mensuels devraient être au moins approchés, ce qui montre le caractère remarquable de la situation à venir. Ambiance particulièrement maussade à prévoir sur ces secteurs (comme on en a finalement assez peu eu cette saison froide) avec le passage concomitant de pluies parfois soutenues et une mer très forte sur tout le littoral. Les vents les plus forts et la surcote associée (qui pourrait atteindre plusieurs dizaines de centimètres) devraient heureusement être déphasés avec la pleine mer de mercredi soir (18-19 h locales) en arrivant plutôt sous les coups de 20 h sur le sud de la Bretagne jusqu'à 04 h environ pour le littoral ligérien, limitant le risque purement côtier (déferlement de fortes vagues, submersion marine), dans un contexte de niveaux marins déjà relativement raisonnables (coefficient 81). On peut dire aussi merci au creusement qui a la bonne idée d'arriver en phase de comblement, ce qui devrait nous permettre d'éviter des ennuis autrement plus sérieux... À suivre... EDIT : infographie de MF diffusée sur Twitter à 17 h :
  14. Bonsoir, Si je puis me permettre, petite précision : les prévisions dont vous parlez sont bel et bien expertisées et non pas automatiques.
  15. Excellente illustration ce matin de l'inversion de très basses couches ave pas moins de 13,8 °C cette nuit à la StatIC des Herbiers (85) sur les hauteurs, et plus de 11 de moins à la StatIC de Pouzauges avec 2,4 °C...
×
×
  • Create New...