Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

grecale2b

Adhérent Infoclimat
  • Posts

    8875
  • Joined

  • Last visited

About grecale2b

  • Birthday 02/07/1980

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Soutien aux varois et aux autres régions touchées par les incendies. Ici en Corse on a baigné dans la fumée varoise toute la journée d'hier, et l'odeur était suffisamment forte pour que les gens appellent les pompiers toute la journée en pensant qu'il y avait le feu près de chez eux. On voit d'ailleurs très bien sur la photo satellite d'hier (postée plus haut) le panache. Et ici, malgré le libecciu sur les extrémités de l'île en début de semaine, on n'a eu à déplorer que quelques petits feux. On croise les doigts pour la suite, mais j'ai vraiment peur qu'avec la sécheresse très présente on ne subisse le même genre de choses...
  2. Tiens, je me permets de copier ce message de @anecdotedans le topic "suivi des températures estivales 2021" pour te montrer ce qu'est une statistique, et que le délire de @sebinnis et le tien comme quoi les t°> 30°C étaient rares avant les années 80-90 est plutôt drôle: On y voit notamment l'évolution des txx annuelles et du nb de tx > 30°C annuelles depuis 1900 à Paris : Et encore, là il n'est question que de Paris, pas réputé pour sa chaleur estivale excessive, en tout cas pour les gens qui vivent en climat méditerranéen.
  3. Vous avez bien de la chance d'avoir de la fraîcheur, ici en Corse on étouffe et il n'y a aucune pause: à Oletta (2B), au 17 août inclus: tx >=25°C : 81 tx >= 30°C : 54 (série en cours de 31 tx >= 30°C consécutives) tx >= 35°C : 8 (série de 5 tx > 35°C consécutives du 12 au 16 août) tn >= 20°C : 16 txx : 38.0°C (le 14 août) tnx : 22.7°C (le 08 et le 27 juillet) Juin: txm: 29.5°C tnm: 16.6°C tm : 23°C juillet: txm : 31.9°C tnm : 17.9°C tm : 24.9°C Août (provisoire): txm : 34.1°C tnm : 18.9°C tm: 26.5°C Pas de répit, donc, niveau chaleur ici, les txx n'étant pas descendues sous les 28°C depuis le 09 juin !
  4. ça n'a aucun sens ta manière de faire des calculs et des comparaisons. Les statistiques c'est pas du doigt mouillé.
  5. Excuse moi, là, Sebinnis parlait de la rareté des tx>30°C il y a 30 ans... il plaisantait, je suppose? Ou il vivait en Scandinavie? Pourquoi tu me réponds avec les 40°C? C'est pas de ça qu'on parlait il me semble.
  6. Je ne saurais pas citer d'études spécifiques, mais j'imagine qu'il y en a. Pour la France, peut-être voir avec l'université de Corte, mais il me semble qu'il travaillent plus sur la modélisation de propagation des incendies que sur le problème spécifique que tu cites. Au-delà du facteur t°/sécheresse, il y a aussi et surtout le facteur vent. Pour faire simple, la température et la sécheresse vont augmenter le risque d'éclosion, mais le vent va augmenter le risque de propagation. On peut avoir les étés les plus chauds qu'on veut, avec autant de départs de feux qu'on veut, sans vent les surfaces brûlées resteront relativement faibles. On le voit très bien notamment en Corse ces dernières années : les étés sont beaucoup moins venteux qu'avant, et de fait les gros feux sont de moins en moins nombreux. Alors certes il y a aussi la prévention et la lutte qui ont évolué, mais on se rend compte qu'il y a un seuil quasi infranchissable lors des gros épisodes venteux, où le moindre départ peut vite prendre des proportions telles que tu ne peux plus lutter et tu te contenteras de contenir/diriger le feu (et encore...). Pour répondre à tes questions dans l'ordre: 1: c'était en partie vrai jusque dans les années 90, je dirais. Depuis il y a eu de gros efforts de faits pour d'une part travailler avec les éleveurs en amont pour éviter qu'ils écobuent n'importe quand et n'importe où, et d'autre part avec notamment la loi d'inconstructibilité de 10 ans sur un secteur incendié (sauf s'il est déjà constructible sur un PLU). Aujourd'hui, et contrairement au mythe répandu, le % de feux criminels que ce soit en France ou sur le reste du pourtour méditerranéen se situe globalement entre 10 et 30%. Et encore, il y a souvent des biais, car les mégots, qui sont je pense une des principales causes de départs de feux le long des axes routiers, sont rarement retrouvés, et il arrive souvent que la cause soit classée "volontaire/criminelle" sans preuve. Pour plus de détails (ça date un peu, mais c'est intéressant) : http://www.fao.org/3/Y2747f/Y2747f02.pdf 2: comme je disais plus haut, les nombreux départs de feux le long des axes routiers sont principalement dus aux mégots. Et attention, tu essaies de rapporter cette cause aux surfaces brûlées, alors qu'en fait il faut voir ça en terme de départs de feux. Tu peux avoir des dizaines voire des centaines de départs de feux dans le sud de la France qui seront dus à des mégots sans que ceux-ci n'atteignent des proportions dantesques en terme de surface. Encore une fois, tout dépend des conditions météo du jour : sans vent, le feu n'ira pas loin. Il y a quelques jours encore, à 100m de mon lotissement, il y a eu un départ du à un mégot (bord de route départementale très passante), et ça n'a brûlé que quelques dizaines ou centaines de m², les pompiers étant intervenus très vite. 3: Oui, il y a toujours eu des incendies dans les zones méditerranéennes (ou à climat méditerranéen). Je ne sais pas si il y a des études qui montreraient une évolution depuis, disons, le néolithique et du développement de l'agriculture, mais les feux d'origine humaine (outre les accidents) doivent remonter à loin. Y compris les causes naturelles (orages). Il me semble que la tendance du nombre de départs de feux, du moins en France, était en baisse depuis quelques années. Attention là encore à ne pas confondre causes/départs et causes/surfaces ! Je suppose que tu parles de la tendance en terme de surfaces parcourues et non en terme de nombres de départs de feux. Je suppose qu'on peut trouver les chiffres assez facilement en cherchant bien, et je ne sais pas dire au jugé si les surfaces brûlées sont plus nombreuses aujourd'hui qu'avant, et si je devais deviner je dirais que les surfaces brûlées étaient plus nombreuses dans les années 70_80_90, où il y avait beaucoup de départs de feux qui brûlaient de grandes surfaces, parce que la prévention et la lutte étaient moins efficaces qu'aujourd'hui, et que le nombre de départs a diminué ensuite ainsi que les surfaces, mais qu'il y a des feux potentiellement plus grands. Il faut garder en tête ce rapport "surfaces brûlées/départs de feux". 4: où est-il écrit que le gouvernement (les gouvernements) ne s'occupent pas ou plus de forêts? C'est même l'inverse, la gestion étant de plus en plus tournée vers l'environnement, même si la production est importante. Et encore, en climat méditerranéen on ne peut pas dire que la production soit génialissime, et les forêts ont plus souvent un rôle écologique et d'accueil du public que dans le reste de l'Europe. Je rajouterais même que depuis la déprise rurale au milieu du XXème siècle, les surfaces forestières augmentent de plus en plus. Par contre, ça rajoute un risque incendies sur ces secteurs anciennement agricoles, puisqu'ils sont devenus combustibles. Pour résumer, il faut raisonner en terme des départs de feux. Les causes sont principalement accidentelles (mégots, chantiers, écobuages, etc.) et c'est sur ce point qu'il faut agir pour diminuer leur nombre. Les surfaces brûlées, elles, auraient forcément tendance à augmenter avec plus de sécheresses et des t° plus élevées, sauf si le vent n'est pas de la partie. J'ajouterais même que la période à risque s'étend : pour reprendre l'exemple de la Corse que je connais très bien, pendants les hivers 2018, 2019 et 2020, on a franchit un seuil avec des sécheresses hivernales prononcées, des températures élevées, auxquelles se sont superposés des épisodes venteux, qui ont permis le développement d'incendies de plusieurs milliers d'hectares chacun, ce qui n'arrivait pas avant en hiver (on avait des feux, mais généralement de petites tailles ou jusqu'à quelques dizaines voire centaines d'hectares les années difficiles, mais jamais plusieurs milliers). La méditerranée devient une poudrière, été comme hiver.
  7. à Oletta (2B), au 03 août: tx >=25°C : 67 tx >= 30°C : 40 (série en cours de 17 tx >= 30°C consécutives) tx >= 35°C : 1 tn >= 20°C : 12 txx : 35.1°C tnx : 22.7°C Juin: txm: 29.5°C tnm: 16.6°C tm : 23°C juillet: txm : 31.9°C tnm : 17.9°C tm : 24.9°C Pas de répit niveau chaleur ici, les txx n'étant pas descendues sous les 28°C depuis le 09 juin !
  8. à Oletta (2B), au 22 juillet: tx >=25°C : 55 tx >= 30°C : 28 tx >= 35°C : 1 tn >= 20°C : 7 Juin: txm: 29.5°C tnm: 16.6°C tm : 23°C juillet (provisoire): txm : 31.2°C tnm : 17.2°C tm : 24.2°C Pas de répit niveau chaleur ici, les txx n'étant pas descendues sous les 28°C depuis le 09 juin !
  9. En fait, c'est déjà fait...: https://www.infoclimat.fr/actualites/bqs/12687/bilan-meteo-du-mardi-1er-ao-ucirct-2017.html
  10. 18.4°C de tx provisoire à Oletta, loin du froid continental!
  11. 22.7°C à Bastia-Poretta à 11h! edit: c'est la 2ème valeur la plus haute pour la station en janvier. Le record est loin: 25.1°C le 13 janvier 2004)
  12. Avec le foehn bien marqué, on dépassé les 20°C sur certaines zones en Corse. J'ai même un 21.1°C chez moi, et 21.5°C à la station MF d'Oletta, à 2.5km d'ici. Sinon, le vent se renforce sur le Cap corse (162km/h à Ersa) et dans le sud-est de l'île (120km/h dans le secteur de Porto-Vecchio)
  13. AROME persiste sur le 6Z. zone de PP plus étendue, et +320mm localement pour la Corse
  14. AROME voit gros, lui aussi, avec 300mm localement sur le Fium'orbu:
×
×
  • Create New...