Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

TreizeVents

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    11870
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    39

About TreizeVents

  • Rank
    Perturbation tempérée

Personal Information

  • Location
    Dax (40)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Vrai dans pas mal de cas, mais pas celui-ci (me corriger si je me trompe) : l'expression "beast from the east" est régulièrement et depuis longtemps utilisée par le Met'Office, qui lui dédie même une page de son site pour en poser une définition. Il me semble d'ailleurs que cette expression est assez ancienne, je crois avoir lu quelque part (?) qu'on l'utilisait déjà en première moitié du XXè siècle. Mais c'est vrai qu'il y a eu un emballement médiatique sur la formule depuis les vagues de froid des dernières années, avec les excès médiatiques habituels (genre dès qu'on est un degré sous les normes c'est un beast from the east...). On a même des Beast from the East en Nouvelle Zélande maintenant alors que chez eux le froid c'est le vents de sud, pas d'est ! C'est un peu à l'image du "Moscou - Paris", figure de style en quelque sorte mise sur les rails par Alain GP (mais l'avait-il inventée ou déjà reprise ?) bien avant l'âge d'internet, et qui est depuis assez longtemps rentrée dans le jargon courant de Météo France. Mais qui au moins n'a heureusement pas déferlé sur les médias de la même manière .. jusqu'à présent.
  2. Un vortex polaire surnommé "la bête de l'est" ... oh misère ... 😵 Donc juste histoire de comprendre, "beast from the east" est une figure de style, et une figure de style ça n'a aucun sens de chercher à la traduire littéralement ! Pour faire une analogie, c'est comme notre bonne vieille expression du "Mouscou - Paris" de ce côté-ci de la Manche. Imaginez 30 secondes la scène d'un tabloïd anglais reprenant un article du Gorafi : "A polar vortex, called the Moscow - Paris, [...]". Ah ça ferait classe tiens.
  3. Et vu la tronche des frelons japonais (vespa mandarinia japonica), qui est probablement ce qui se rapproche le plus de la notion de forteresse volante dans le règne des insectes, on a pas spécialement envie de les ennuyer ! 🙄 Sinon toujours impressionné par la résilience de ce pays, capable de prendre un typhon pile sur sa capitale mais qui s'en sort avec guère plus de dommages que ce qu'on aurait ici dans un bon orage estival.
  4. SPOIL : regardez les nuages, pas la fille 😅
  5. Outre le caractère planche à repasser du diagramme de précipitations, on notera la tendance lourde à remonter vers des températures estivales à compter du 14 (oups, hors topic .. Mais rien à raconter de toute façon à court terme).
  6. Bonjour à tous, Invraicroyable, il a plu cette nuit. Enfin un peu, 3 mm. Mais c'est quand même déjà ça. On n'est pas à plaindre comparés à d'autres, mais avec "seulement" 400 litres qui me restent dans mes récupérateurs d'eau (capacité 2000 litres), c'est la première fois que je descend aussi bas depuis 3 ans que je les ai. Tn 14,4° à la station MF sous un ciel un peu plus couvert que les jours passés, Tx 23,0° dans une ambiance sèche et très agréable. Journée parfaite.
  7. Merci mais pour le coup c'était @Ventdautan qui avait expliqué la situation, rendons à César ce qui est à César Sinon encore une belle journée ici, petite fraîcheur matinale et chaleur sèche ventilée fort agréable l'après-midi. Et ça va durer.
  8. Dans l'absolu l'évacuation dans les régions arctiques d'un ancien système cyclonique atlantique n'est pas spécifiquement une bonne nouvelle essentiellement en raison de la quantité d'énergie latente que cela apporte, cela étant ce genre d’événement somme toute assez courant n'a jamais eu de conséquences véritablement sensibles. Climatologiquement, c'est surtout depuis le Pacifique que des quantités très importantes d'énergie latente (vapeur d'eau) sont advectées vers l'Arctique, surtout en période estivale. Sur ce critère, l'apport côté Atlantique est bien moindre, même si quelques cyclones de fin de saison peuvent parfois générer quelques gros apports ponctuels. D'ailleurs, cette influence de la climatologie se ressent sensiblement sur la manière dont s'organise le recul de la banquise, qui est toujours beaucoup plus marqué côté Pacifique que côté Atlantique (différence au regard de la moyenne des décennies passées en orange).
  9. Les années passent, les débats restent les mêmes sur la différence entre ce qui serait "possible" et ce qui ne le serait pas. En y allant comme une brute, on peut relever qu'on a fait de mémoire une anomalie journalière nationale de l'ordre de -11,5° le 11 février 2012. Physiquement, si on a pu faire une telle anomalie sur cette journée, c'est qu'on peut la faire sur n'importe quelle autre journée de l'hiver. Et même si on considère qu'on a pris quelques dixièmes de réchauffement global depuis 7/8 ans qu'il faudrait soustraire, ça fait toujours du -11,3° possible. Si c'est possible sur une journée ça l'est sur les 90 autres de l'hiver, donc en allant au bout du raisonnement par l'absurde c'est possible de taper un hiver à -11°, ce qui ferait passer celui de 1963 limite pour une canicule hivernale. Le problème c'est qu'à un moment, on devine un minimum qu'il y a un seuil quelque part où ce qui est "possible" physiquement devient complètement improbable. Mais c'est quoi ce seuil ? 0,000247 % de probabilité (calculée comment, du reste) ? 0.00243 ? 42 ? La réponse D ? Pour aussi imparfaites qu'elles peuvent l'être, les études évoquées plus haut sur l'hiver 2009/2010 tentent plus ou moins indirectement de donner des réponses posées et argumentées à cette question. Les raisonnements réfléchis comme ceux de Th38 ou de Thib91, qui ont au moins le mérite de reposer sur des chiffres, cherchent aussi à apporter une réponse à cette question : dans un monde plus chaud, ce seuil de l'improbable, même si on ne peut pas le chiffrer à la virgule près, il a tendance à remonter. Et potentiellement même à être déjà suffisamment remonté pour avoir fait passer des observations d'hivers du siècle passé derrière la barrière de cet improbable. Alors oui, ça ne plait pas forcément, à moi le premier d'ailleurs, mais à un moment se cacher bêtement derrière "vous racontez n'importe quoi, la preuve que c'est toujours possible physiquement est que [insérer un argument parfois intéressant mais trop souvent bidon ici]" ne sert pas à grand chose d'autre qu'à faire l'autruche sans répondre à la question ou à noyer le poisson. Je ne vais pas argumenter davantage et refaire un fil qui a déjà été trop souvent déroulé dans les topics saisonniers (et en hors-sujet).
  10. Finalement le temps s'est couvert en soirée, apportant une bonne averse qui m'a interrompu dans les travaux de jardinage (2,4 mm, 0,8 mm à la station MF plus au nord). Tx 25,5°, agréable sans véritable sensation de chaleur. Et les 30 pieds de choux d'hiver sont en terre ... en espérant que les limaces daignent m'en laisser un ou deux.
  11. Hello, Temps passagèrement nuageux pour démarrer l'automne, mes les éclaircies ont gagné la partie depuis le début de matinée. Encore un peu lourd (Tn 18.4 °) pour autant.
  12. Outre la zone Niño qui penche dans le neutre négatif, on a des anomalies froides particulièrement marquées en surface océanique côté Indonésie (effet de l'oscillation IOD) et surtout dans tout l'Atlantique sud et notamment entre 10° nord et 30° sud. Août 2018 avait déjà été sur cette zone le mois d'août plus frais depuis 1997, et 2019 devrait se classer dans les mêmes ordres de grandeur. Je ne sais pas trop ce qui pourrait expliquer cette anomalie froide deux années consécutives dans cette zone.
  13. Disons juste que j'ai aussi voulu approximer par taquinerie, mais c'est un peu mon côté pas très réceptif aux classifications. J'ai déjà eu l'occasion de le dire, je ne suis pas un "anti" pur et dur des classifications, mais j'ai parfois le sentiment qu'à trop vouloir faire absolument rentrer des synoptiques dans des cases, on en vient à devenir aveugle à toutes leurs subtilités qui font que cela ne peut jamais être véritablement juste et exact. Exemple concret de ce qui m'a un peu fait tiquer : Je prends Orléans pour sa situation relativement "centre nord" : sur les 45 jours que tu évoques, on en a eu 19 avec une Tm supérieure à la normale et 17 avec au moins 8 heures d'ensoleillement, soit finalement pas si loin d'un jour sur deux. Sans remettre en cause l'intérêt général des classifications, je trouve très, trop approximatif de se borner à relever ainsi qu'on était durant cette période dans un type de régime associé à des conditions fraîches et nuageuses. La question que j'aime souvent me poser quand on parle du bilan d'une saison, c'est "qu'est-ce qu'on en retiendra ?". Ou "comment on en parlera dans 15 ans ?". Factuel ou non, personne n'en retiendra que ce fut un été a dominante SNAO- avec de longues périodes fraîches/nébuleuses en régime dépression britannique. On en retiendra que ce fut le 3ème été le plus chaud depuis le début des mesures au moment où il s'est produit (il sera malheureusement battu et relégué dans les années à venir), et qu'il a été marqué par deux canicules courtes mais d'une intensité exceptionnelle (sur l'indicateur national journalier de MF, celle de juin s'est classé seconde derrière août 2003, avant que celle de juillet ne vienne égaler août 2003). On en retiendra que certaines régions auront connu un déficit pluviométrique extrême. Ou encore que d'autres auront battu des records absolus d'ensoleillement. Et dans tous les cas, je gage que personne n'en retiendra que ce fut un été avec de longues périodes fraîches et nuageuses.
  14. Aucun droit de rétractation ne s'applique à votre commande, et une fois livré il n'est ni repris ni échangé
  15. Hey, le climat d'ici serait-il contagieux ? Aujourd'hui : nébulosité 7/8 à 8 heures et 35.7 d'humidex à 18 heures Hier : nébulosité 7/8 octas à 8 heures et 35.4 d'humidex à 18 heures Mardi : nébulosité 6/8 octas à 8 heures et 35.6 d'humidex à 18 heures Lundi : nébulosité 7/8 octas à 8 heures et 35.4 d'humidex à 18 heures Dimanche : nébulosité 6/8 octas à 8 heures et 35.6 d'humidex à 18 heures Samedi : nébulosité 8/8 octas à 8 heures et 36.2 d'humidex à 18 heures Vendredi : nébulosité 8/8 octas à 8 heures et 36.2 d'humidex à 18 heures J'ai l'impression de vivre un jour sans fin 🙄
×
×
  • Create New...