TreizeVents

Adhérent Infoclimat
  • Compteur de contenus

    11 523
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Jours gagnés

    33

À propos de TreizeVents

  • Rang
    Perturbation tempérée

Personal Information

  • Lieu
    Dax (40)

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. TreizeVents

    Statistiques et anomalies climatiques globales

    Alors il va te falloir un peu mettre les mains dans le cambouis, mais le programme Berkeley Earth produit des données mensuelles d'anomalie continentale des températures minimales et des températures maximales. Ce qui doit du coup permettre par différence entre les deux d'étudier l'évolution de l'amplitude. Tu as même les données au pas journalier (minimales, maximales) si tu veux affiner.
  2. Hmm.. Pour les métiers en extérieur, ça va être intéressant comme mesure Déjà en temps normal en décembre se présenter à 8h30 (horaire fixé par le boulot) quand pour peu qu'il fasse sombre on ne peut pas faire grand chose avant 9h15/9h30, c'est pas génial .. Alors j'imagine s'il faut attendre 10h30 pour avoir assez de lumière ..
  3. TreizeVents

    El Niño - La Niña

    Effectivement l'animation montre assez bien en "coup de mou" de surface. La case Niño 3 est d'ailleurs passée d'environ +0.4° en début de mois à -0.2° en milieu de dernière décade d'août, avec une progression assez nette de masses d'eaux plus froides en surface d'est en ouest. Le "match" des prochains mois se joue cependant en profondeur, avec une onde kelvin en préparation (déplacement d'eaux chaudes en profondeur d'ouest en est). Cela se matérialise notamment par un réchauffement assez net à -100/-150m au niveau de la ligne de changement de date qui est bien visible sur cette animation : C'est pas la dynamique du siècle loin de là, et sans soutien atmosphérique cela n'ira pas très loin. Mais il se trouve que ce soutien atmosphérique, pour le moment il répond à peu près présent, avec un certain affaiblissement des alizés depuis quelques semaines sur la partie occidentale du bassin. L'indice SOI du bureau australien est à -7,6 sur les 30 derniers jours, sachant qu'il est traditionnellement considéré qu'une valeur inférieure à -7 est typique de condition Niño (et inversement +7 pour les conditions Niña). Vu ces conditions, effectivement, la mise en route d'un épisode d'El Niño devient probable pour cet automne.
  4. TreizeVents

    Changement climatique en France

    Chers membres du CA, ne serait-il pas plutôt recommandé d'évoquer ces sujets dans un topic transverse climat / économie / politique comme celui-ci plutôt que dans cette zone du forum davantage dédiée à la climatologie "pure" ? Pas taper trop fort hein On pourra y rajouter aussi ceci : 100 % des moules de l'étang de Thau sont mortes à cause de la chaleur excessive de cet été. Je n'imaginais pas toute cette filière aussi sensible à l'aléa climatique, car cela signifie quelque part qu'elle est purement et simplement condamnée à moyen / long terme au regard des évolutions climatiques attendues.
  5. TreizeVents

    El Niño - La Niña

    Plusieurs organismes notamment la NOAA évoquent depuis quelques mois le potentiel retour d'El-Niño. MF en fait de même à partir des résultats de son propre modèle. Mais pour le moment, la mayonnaise ne prend pas vraiment, les températures de surface en zone 3.4 plafonnent autour de +0,2° : A voir pour la suite, les régimes atmosphériques semblent devenir un peu plus favorables pour un éventuel épisode type Modoki. Le modèle du BOM australien, qui a longtemps été réfractaire à la prévision d'un épisode d'El-Niño et qui a été le seul à bien anticiper le "coup de mou" d'août, a pas mal évolué d'ailleurs.
  6. Sans remettre en cause le caractère purement provocateur de certaines interventions, il y a aussi eu dans ce fil des messages très intéressants et très éloignés d'une critique pure et sans fondement. Mis à part quelques illuminés, je ne crois pas qu'il y ait ici de membres qui s'imaginent capables d'une meilleure appréhension que les modèles numériques. Cette approche humble n'interdit cependant pas la reconnaissance de certains biais connus des modèles, le devoir du scientifique et/ou du prévisionniste étant justement d'identifier, de connaître et déjuger ces aberrations inhérentes à toute programmation numérique. Pour en donner un exemple différencié du contexte de ce fil, on sait par expérience que le modèle Arôme a tendance à très fortement surestimer les rafales potentielles lors de dégradations orageuses ; on l'a vu pas plus tard que pour la dégradation d'hier où il s'est évertué pendant 8 runs consécutifs à modéliser ponctuellement des rafales >150 km/h sur certains coins d'Aquitaine (il a même dépassé le 200 km/h en mer sur un run). Etant un être humain à peu près normalement constitué, je n'ai pas la puissance de calcul d'Arôme sous le cuir chevelu et je serais parfaitement incapable de réaliser un travail de programmation numérique comme celui qu'il a nécessité. Mais cela n'empêche que par expérience, je sais disculper le résultat du modèle dans certaines circonstances comme celles-ci, et qu'il ne faut pas que je m'affole outre mesure quand il me sort en brut du 175 km/h chez moi (un run a réellement modélisé cette valeur brute, ça fait bizarre dans la prévi automatique d'IC...). Les ingénieurs de MF connaissant le biais de leur propre modèle, ils ont aussi volontairement "ignoré" cette modélisation en annonçant des valeurs de vent bien inférieures. Non pas que le risque était inexistant, le risque existe toujours, mais simplement qu'on ne pouvait pas se fier au modèle pour le juger suffisamment présent. Dans le cadre du sujet actuel, on évoque la modélisation de température au sol brute d'un modèle qui est apparemment, d'après le message de Vendautan en ouverture, sujet à des biais qui le conduisent à surestimer ces températures par problème de modélisation de la convection. Je ne trouve pas que ce soit inintéressant d'évoquer ce problème. D'autant qu'il faut en revenir aussi au thème initial : le véritable cœur de l'étude qui avait été menée portait sur l'évolution globale de nos étés. La question des 50/55° relève d'un point de détail, à savoir la simulation extrême sortie sur une seule année dans le cadre d'un jeu de hasard sur les paramètres d'entrée. Sans douter que la variabilité climatique nous sortira surement plusieurs étés extrêmes dans le courant du siècle comme a pu l'être 2003, et que ces étés extrêmes auront le potentiel de résumer 2003 à une simple plaisanterie en comparaison, cela n'enlève en rien le problème énoncé plus haut de fiabilité du modèle sur du point de détail comme celui-ci (puisque rappelons-le, l'objet c'était d'analyser une tendance saisonnière). Le fait que les températures modélisées sur cet extrême isolé correspondent à des valeurs tout simplement jamais observées au niveau mondial, quand on le confronte avec le problème de surestimation des T2M, n'incite pas davantage à donner une confiance absolue à ce résultat. Cela ne fait pas pour autant de ceux qui expriment ces doutes pour le moins argumentés des personnes butées derrière un sévère biais cognitif. Sur le thème central de l'étude qui a motivé la publication (le réchauffement saisonnier), personne n'a d'ailleurs remis en cause les résultats obtenus.
  7. TreizeVents

    Suivi du temps dans le Sud-Ouest - Août 2018

    Grelons groscomme des oeufs !
  8. TreizeVents

    Suivi du temps dans le Sud-Ouest - Août 2018

    Vent d'ouest de plus en plus net et des grondements lointains .. Mais on ne voit rien car le ciel s'est complètement bouché de nuages bas il y a environ un quart d'heure. J'ai l'impression désagréable que je vais passer entre la ligne sur le centre 64 et le paquet sur l'agglomération du BAB.
  9. TreizeVents

    Suivi du temps dans le Sud-Ouest - Août 2018

    Le ciel qui était cahotique depuis le milieu de matinée a viré ce soir au bleu pâle, avec une brise de sud-ouest brûlante. On passe pour le moment au travers de la traditionnelle incursion de nuages bas qui fait souvent chavirer la mayonnaise.
  10. TreizeVents

    Suivi de l'englacement au pôle nord

    Le seul fait que le lien donné dans l'article renvoie vers la page d'un institut danois et non à celui des gardes-côte canadiens n'aide curieusement pas à se faire une idée ... Portail canadien de la navigation Et difficile de trouver ledit message des gardes côte sur le site officiel de la navigation canadienne. Par ailleurs : Situation actuelle : Normale : On est globalement dans la médiane, ni plus ni moins. Ce qui n'est pas forcément étonnant vu que cette année, c'est plutôt côté Laptev (qui n'avait jamais été "bleue"e aussi vite) et côté Atlantique (record de faible extension) qui ont encaissé le gros des remontées douces estivales. On se demande d'ailleurs pourquoi l'article n'en parle pas .. un simple oubli, probablement. On compense côté canadien : avec le frais persistant .. on a juste réussi à rester dans les normes.
  11. Potentiellement le premier grand coup de semonce de l'automne à l'horizon de la fin de semaine qui débute, ici avec le diagramme d'Auch : On a un tir groupé qui s'affaisse jusqu'au seuil des 5° à 850 hPa, valeur qui n'avait plus été atteinte depuis le 16 mai dans la région. Sans être exceptionnel, c'est néanmoins remarquable car ce seuil n'a été dépassé qu'une seule fois en cette saison sur les 30 dernières années, et c'était dans un atypique flux de nord-est en 1993 : Sous réserve bien entendu que le bleu ne devienne pas moins bleu à l'approche de l'échéance, auquel cas on déboucherait sur quelque chose de plus banal, un peu à l'image du coup de frais des 9 et 10 août 2017 (mais qui était plus précoce). En attendant, c'est toujours l'été sans excès, encore qu'on surveillera les maximales de mercredi qui pourraient localement titiller les 35° dans la région.
  12. TreizeVents

    Suivi du temps dans le Sud-Ouest - Août 2018

    Le radar ne réagit pas, mais le ciel est en train de se transformer en pile électrique sur le sud ouest des Landes et vers le Pays Basque, un vrai photomaton ! On est à quasiment un eclair par seconde, tonnerre de plus en plus marqué.
  13. TreizeVents

    Humidex record en France

    Très belles valeurs mais je ne pense pas impossible que les records historiques soient un cran au dessus pour ces stations (?). Pour exemple Dax a fait un 47,0 d'humidex le 18 juillet 2017 à 16h54 (36,8° / 45% HR).
  14. L'humidité relative prise séparément n'a pas vraiment d'intérêt. 25° à 100% d'HR cela ne fait que 37 d'humidex, soit la même valeur avec 50% d'HR pour 30°. Certains coins de Norvège ont des humidité relative moyennes à >90 % en été, les étés n'y sont pas insupportables pour autant, je pense même qu'on y supporte la petite veste. C'est pour cela d'ailleurs que le Td est un bien meilleur paramètre du niveau d'humidité et du caractère supportable humainement de la masse d'air. Après mon propos n'est pas de dire qu'il ne peut pas faire chaud en Bretagne, mais seulement que c'est totalement faux d'écrire que les chaleurs bretonnes sont forcément plus humides et plus dures à supporter que celles du sud-est. On arrive localement à du 40 d'humidex en Bretagne aujourd'hui, c'est en effet pas mal. Mais (1) c'est quand même très ponctuel géographiquement comme temporellement et surtout (2) c'est ce qu'un grand nombre de stations méditerranéennes font tous les jours depuis une semaine.
  15. Faut vraiment, mais alors vraiment ne pas connaître le climat des côtes Méditerranéennes pour sortir de telles âneries... Que l'intérieur de la Provence et jusqu'aux garrigues languedociennes l'air soit très en moyenne plutôt sec du fait des vents de terre dominants, c'est une évidence. Mais dans la mesure où les périodes excessivement chaudes se font en flux de sud, c'est à dire en flux marin, les périodes de canicule "humide" comme celle-ci sont autrement plus insupportables que ce que peut vivre la Bretagne. Nîmes Courbessac, pourtant loin dans les terres, tape des humidex > 40 tous les jours depuis le début du mois avec des pointes qui ont approché le 45. Nantes n'a pas atteint une seule fois ce seuil du 40 d'humidex depuis le début de l'épisode. Et je ne parle même pas des stations maritime de la Côte d'Azur, à Nice on n'est pas passé une seule fois en dessous du seuil des 30 d'humidex depuis les 29,9 du 28 juillet...!