Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

TreizeVents

Adhérent Infoclimat
  • Content Count

    12879
  • Joined

  • Last visited

  • Days Won

    46

About TreizeVents

  • Rank
    Tempête explosive

Personal Information

  • Location
    Dax (40)

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Bonjour @th38 et merci pour ton retour, Pour un complément, il existe effectivement des relations, démontrées scientifiquement, entre les conditions estivales en Europe et la pluviométrie des saisons précédentes. Mais les choses sont cependant un peu nuancées : - La corrélation s'établit davantage avec les précipitations d'hiver et de début de printemps que celles du seul printemps. De la pluie en janvier / février est donc plus importante, du point de vue de cet indicateur, que des précipitations survenues après le 15 avril. Dans un contexte où on parle ici a
  2. Bonsoir, C'est un sujet qui revient régulièrement les années où le printemps ne serait pas clément : d'après les statistiques, les printemps frais seraient statistiquement corrélés à des étés eux-mêmes plus frais - sous entendu, le printemps maussade que nous avons actuellement indiquerait une probabilité accrue d'avoir un été lui-même pas terrible. Et bien que cette thèse ait régulièrement donné lieu à des débats sur Infoclimat à chaque fois qu'elle est revenue sur le tapis (concrètement, à chaque printemps maussade), ces discussions se sont noyées dans pas mal de topics différent
  3. Ok, le point pour toi, je pensais vraiment qu'il n'y avait rien qui justifiait ce "63 %" mais en fait c'est son taux de réussite moyen mois par mois des dernières années (mais donc pas une fiabilité liée à cette prévision en particulier). Je retire donc. Après pourquoi pas, mais c'est comme si on présentait une prévision de GEFS à J+8 en donnant une fiabilité correspondant aux résultats moyens du modèle, peu importe qu'au cas particulier les scénarios soient lissés ou éclatés. Pas tout noir donc, mais pas tout blanc non plus. Si on part par là, vu qu'on doit être
  4. Sans remettre en cause le fond de la prévision (comme le dit le proverbe, la critique est aisée mais l'art est difficile), ce qui me fait tiquer sur ce genre de prévisions, c'est le "environ 63 % de fiabilité". Je suis peut-être de mauvaise langue, mais ce genre de pourcentages précis en prévision météo, c'est rien d'autre que le nombre magique sorti du pifomètre personne pour se donner une fausse illusion de sérieux. Vous imaginez Météo France en train de te dire qu'il y a 63 % de chances d'entendre le tonnerre demain à Bourges, ou qu'il y a 63 % de chances (et pas 62 ou 64 hein, 63
  5. C'est tellement ça ... D'ailleurs, outre la fraîcheur moyenne de ce début avril en particulier sur les minimales et le nombre de jours de gel qui fait un peu la "une" climatologique du moment, on est aussi sur les rails d'un mois exceptionnel en terme d'ensoleillement. Les normales mensuelles seront atteintes sur la grande majorité des stations de la région lundi ou mardi, et il restera encore dix jours à engranger du surplus. Des bilans mensuels définitifs à > 250 heures sont probables vu les tendances des prochains jours, avec potentiellement des records à clé.
  6. La station de Mont de Marsan est située sur la base aérienne, dans une zone très plane et très dégagée et avec peu de végétation autour (herbe rase et disparate sur sable). Celle de Begaar est dans un petit vallon orienté nord-sud, situation parfaite sur certaines conditions comme celle-ci de "trou à froid" local, il n'y a donc rien d'étonnant dans la valeur relevée la bas.
  7. Sur les incendies australiens de 2019/2020, la chaleur dégagée par les brasiers a été telle que la convection générée a bien percé la tropopause. Pour le parallèle d'ailleurs, dans les plus grandes éruptions volcanique, c'est bien davantage la chaleur dégagée que la force de poussée initiale qui envoie aussi l'essentiel des particules dans la stratosphère. On avait déjà eu des articles l'été dernier qui avaient parlé du fait que les cendres émises par ces incendies avaient atteint la troposphère, voir par exemple ici.
  8. Quand le modèle saisonnier CFS2 pète un transistor dans ses prévisions d'évolution de la banquise arctique, ça donne ceci (modélisation mensuelle de l'anomalie d'extension, et carte de l'extension projetée en moyenne en septembre) : (Note : si je poste ceci dans le topic des cartes insolites, c'est parce qu'il ne faut bien évidemment pas accorder le moindre crédit à ces résultats, le modèle a manifestement un méchant biais)
  9. Le relatif décalage oriental / affaiblissement de l'intensité du décrochage froid qui s'est opéré progressivement sur les dernières sorties des modèles semblent mettre nos régions relativement à l'abri du risque de gros gel, ce qui est somme toute une plutôt bonne nouvelle pour les arboriculteurs et maraîchers qui sont nombreux dans le sud-ouest notamment dans la vallée de la Garonne. L'invasion froide reste sévère pour l'époque de l'année en altitude, encore que les -5° à 850 hPa auraient beaucoup de mal à progresser au sud d'une ligne Bordeaux - Aurillac (il faudrait attendre la nuit de mard
  10. Bonsoir à tous, Samedi soir, le bilan mensuel de mars était de -0.78° par rapport aux normes (obsolètes), on était donc dans les clous d'un mois déficitaire sur le plan thermique. Il y a des petites victoires qui se savourent tant elles deviennent rares. Ce soir le bilan s'est déjà fait corriger à -0.42°, et avec la prévision Arôme de demain et après-demain, le bilan définitif modélisé au 31 est de +0.01°. Mood du soir :
  11. Si on fait abstraction de la variabilité annuelle et même d'une semaine à l'autre, dans les grandes lignes ce maximum ne change pas fondamentalement la tendance baissière. Si on lisse les données par décennie, on est restés jusqu'à présent avec les données de 2021 sur le relatif plateau hivernal constaté ces dernières années, mais avec un début d'entame du décrochage marqué depuis trois ans sur les valeurs de fin mars / début avril. A remarquer que même en lissant les valeurs sur 10 ans, on relève depuis quelques années la persistance d'un relatif rebond vers mi-mars.
  12. En février dans le topic sud-ouest, j'avais fait cette remarque : Je pensais pas qu'on allait en faire une telle démonstration par l'exemple un mois plus tard... Après en mars, même si bien entendu c'est quand même un témoin important de la masse d'air, l'analyse des seules T850 perd quand même un peu de sa pertinence par rapport à la "vraie" période hivernale. C'est une période de l'année où les masses d'air la haut sont encore excessivement froides et où le moindre flux un peu nordique peut très vite advecter des valeurs très basses en altitude, mais c'es
  13. Du grand bleu ce matin avec cependant un vent maritime de plus en plus sensible, Tn 7,4°. Le ciel commence lentement à se couvrir vers le nord.
  14. Belle gelée en effet, les sols étaient d'ailleurs bien blancs ce matin. Pas courant ce genre de gelée tardive dans le "monde d'aujourd'hui", sur les 8 dernières années il n'avait gelé que deux fois en mars (2018 pour les deux) à la station MF. Ciel bleu et grand soleil mais dans une ambiance qui reste assez sale et brumeuse.
×
×
  • Create New...