Aller au contenu
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Cotissois 31

Membres
  • Compteur de contenus

    11 581
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de Cotissois 31

Visiteurs récents du profil

Le bloc de visiteurs récents est désactivé et il n’est pas visible pour les autres utilisateurs.

  1. En relisant le début du sujet, mon discours a changé de ton mais il faut voir que c'était surtout de l'impatience*. Dans le fond, on est beaucoup sur ce forum et sur le sujet à être passionné de science. Je n'avais pas lancé le sujet par militantisme écologiste ou dégoût de la politique. Quand la politique fait peut-être de la technocratie sur les questions environnementales, je ne peux que soutenir, d'où mon message au-dessus. * l'accord avait été promis pour 2010 et en 2010 on a surtout vu un échec et un climato-scepticisme explosif, donc on était inquiet
  2. Chaque groupe politique a une masse pour les questions de politique générale et des spécialistes pour les questions spécialisées. Sur les questions spécialisées, c'est un conseil entre spécialistes, donc peu de personnes, c'est possiblement normal. De plus, on cherche la preuve publique de l'urgence d'agir contre les pesticides. Il est donc possible que les députés raisonnent de cette façon : pas de preuve publique sur l'urgence, manque de concertation avec les acteurs économiques donc report. C'est possiblement normal, aussi. Après, si ce n'est pas normal, il faut le montrer. Un scientifique (ou même tout fonctionnaire) part du principe qu'on ne cache rien. C'est peut-être naïf mais cela fournit un cadre de travail. Sans cela, il n'y a pas de cadre. On travaille comment sans cadre ? Enfin, je ne sais pas si vous réalisez que l'accord de Paris n'est pas un manifeste d'écologisme général. C'est un manifeste de protection climatique et point. Qui a dirigé l'accord de Paris : les climatologues, les diplomates et les économistes.
  3. http://berkeleyearth.org/air-pollution-overview/ L'intérêt de cette reconstruction est qu'elle a un point de vue global, pas centré sur les villes, et aussi non biaisé. BerkeleyEarth s'est fait une spécialité de supprimer les biais, d'abord sur la climatologie, mais maintenant sur d'autres variables environnementales, considérant qu'il faut mieux des erreurs "oscillantes" que des erreurs biaisées à cause de 1 mauvais capteur au mauvais endroit. Elle permet également de montrer la différence sanitaire abyssale entre le régime de la surpopulation asiatique et le reste du monde technologique. Avec l'historique, on voit les pics de pollution en Europe.
  4. Disons qu'elle a de la gueule sur un endroit inhabituel. On est passé ici du stade précurseur au stade de forte dépression très rapidement malgré l'absence de déplacement, ce qui suppose beaucoup de fonctionnement barotrope. Deux choses à vérifier pour expliquer une telle réaction barotrope : l'intensité de l'anomalie d'altitude, l'instabilité verticale précédant la cyclogénèse. Il était bizarre également de voir le délai de 4-5 heures entre le creusement explosif de pression et l'accélération du vent. Pas le modèle de chez nous. ps: la tempête a été nommée Ulmer probablement par TheWeatherChannel si on suit bien l'historique... C'est un bébé à côté d'une maman tornade lol, mais c'est marrant de la voir dans ce contexte, vue d'avion et focalisée sur un si petit lac. On ne devinerait pas qu'un si petit lac offre assez d'instabilité pour une trombe, c'est bizarre les USA...
  5. 45-50 noeuds, force 9 Beaufort sur le nord Texas / est Nouveau-Mexique !
  6. J'ai l'impression que sur Eberhard, ARPEGE était bon la veille sur les runs 6 z et 18 z. Seul le run de 12 z a sous-estimé. Du coup, la modélisation déterministe semble avoir fait le job à H-24.
  7. Ce qui est peut-être suspect sur le scénario ARPEGE est la taille de la tempête par rapport à la prévision du vent. Comme vous dites, c'est une bombinette, mais je ne sais pas si les bombinettes existent réellement, les "bombes" connues ont un certain diamètre. C'est sur ce genre de cas qu'un GEM peut être un contrôle intéressant avec sa résolution plus large, moins propice à concentrer l'énergie.
  8. Le premier réflexe est de regarder la synoptique. Le flux a été d'une puissance méridienne rare. https://www.esrl.noaa.gov/psd/map/images/rnl/500z_07b.rnl.html https://www.esrl.noaa.gov/psd/map/images/rnl/250wnd_07b.rnl.html Le réchauffement a forcément joué d'une façon ou d'une autre pour aggraver le résultat de la synoptique (probable), voire pour provoquer la synoptique (à voir).
  9. Ils ont changé la géométrie du modèle tout en conservant la performance moyenne, j'ai quand même envie de les applaudir. Après, si les petites dégradations tombent sur LA spécialité de l'utilisateur, ce dernier sera frustré forcément.
  10. Il faut réaliser les progrès de modélisation et de phénoménologie, mais il faut aussi (et surtout) étudier la manière dont on peut en tirer un profit. Un assureur euro-américain sur "le froid" peut potentiellement tirer un bénéfice de l'actualité des SSW car la probabilité que ça touche l'Europe ou l'Amérique du nord est significative, même si on ne sait pas quelle région va être touchée. Je réfléchis théoriquement mais on sait que le public des prévisions météo à long terme adore ce genre d'approches. Après, il y a bien un autre intérêt évident à ces progrès, qui n'était pas forcément prévu au départ...
  11. Qu'ils prennent leur temps ! Ils semblaient sur le rythme d'une version modifiée par an, c'est presque flippant quand on sait les enjeux associés à ce modèle. Ca laisse une période extrêmement courte pour tester le modèle en conditions opérationnelles. Je ne sais pas quel pourcentage de la météo a une fiabilité dépendante de GFS puisque la grande majorité des WRF ont besoin de GFS. Imaginez un GFS avec des bugs, ce serait la catastrophe absolue.
  12. AirParif a fait ses mesures au centre de Paris, bien aux abords des grands axes routiers. https://www.airparif.asso.fr/_pdf/publications/rapport-pdp-130703.pdf Ensuite, un graphique spécial Auvergne-Rhone-Alpes qui a plein d'autoroutes en vallée. https://www.atmo-auvergnerhonealpes.fr
  13. Tous les rapports portant des labels a priori scientifiques, insistent sur le fait que la pollution baisse significativement, même sur une période aussi récente que 2002-2012. On en conclut que : Si des annonces multiples parlent encore de "scandale", c'est pour maintenir la pression. Si l'Union Européenne a baissé les seuils de punition, c'est pour maintenir la pression. Si la pollution a beaucoup baissé, c'est parce qu'il y a eu énormément de politiques efficaces. On demande à une seule chose aux autorités, c'est de gérer les pics de pollution à cause des blocages météo mal placés. Mais sur la politique générale, la pollution de l'air a été très bien combattue en 40 ans dans le monde occidental.
  14. Le GIEC comportera toujours des climatologues qui ont un avis important, perso c'est çà qui m'importe et qui est rassurant. Tant qu'ils font du suivi et de la prévision climatique, on comprendra, mais dès qu'ils feront des calculs de scénario virtuel, on ne comprendra pas.
  15. https://www.cairn.info/revue-francaise-d-administration-publique-2010-2-page-205.htm#
×
×
  • Créer...