Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

alexy31

Membres
  • Content Count

    1616
  • Joined

  • Last visited

About alexy31

  • Rank
    Cumulus mediocris

Recent Profile Visitors

The recent visitors block is disabled and is not being shown to other users.

  1. Petit soucis de mise à jour du GFS 12z sur les cartes IC ? Merci pour les infos
  2. Bonjour à tous, Auriez-vous connaissance d'une quelconque manière de supprimer des échos parasites afin de ne conserver que les échos réels de précipitations. Il y a bien quelques études qui sont sorties sur le sujet : https://hal.archives-ouvertes.fr/hal-00560112/document Mais j'ouvre la discussion pour nous permettre d'échanger sur le sujet et sur une méthode "simple" (ou plus complexe et technique) à mettre en place via le traitement d'image ou de données. La difficulté est d'isoler les pixels parasites sans supprimer les echos réels. Merci à vous!
  3. Bonsoir, Une question me taraude l'esprit : je suis dans le bon topic ! Existe-t-il, à votre avis, une corrélation entre l'altitude des nuages et le % de couverture nuageuse en ce point ? Auriez-vous connaissance de bibliographie à ce sujet ? J'aurais eu tendance à dire que les nuages de hautes altitudes sont en strate alors qu'à basse et moyenne altitude il peut coexister des genres cumuliformes et stratiformes. La discussion est ouverte
  4. Bonjour, Une question qui me vient à l'esprit : Pourquoi la plupart des modèles fournissent la t2m (température à 2 mètres) alors que l'homologuation veut que nous la mesurions à 1,5 mètre au dessus du sol ? La comparaison observation/prévision n'en devient plus pertinente...? Si vous avez une idée, je suis preneur ! ++
  5. Bonjour à tous, Je réitère ma question : quelqu'un a-t-il une idée sur l'origine de la source ? Peut-être un membre d'IC peut-il directement répondre à cette question ? Je vous remercie. Bon dimanche à la communauté ! Alexy
  6. Bonjour, L'interface météo-temps-réel s'est considérablement étoffé ces derniers temps sur infoclimat. Je me posais la question de la source de données du tracé de la frontologie ? Est-ce de l'open-source ? Auquel cas, l'évolution de l'open source sur le sujet de la frontologie aurait considérablement cru ces derniers temps puisque, à ma connaissance, aucune donnée n'était transmise sur le sujet ? Je vous remercie, Alexy
  7. Toulouse Blagnac est désormais en excédent d'ensoleillement pour ce mois de décembre (+2%). Nous sommes le 13 décembre.
  8. Journée proche des records sur Blagnac : 13% d'humidité c'est pas commun. Une idée du record ?
  9. Rafale de 22.9 m/s relevée à 17h17 à Blagnac soit 82 km/h. Beau score! 6.8°C à 17h48 toujours à Blagnac après une maxi de 13.2°C. Un peu d'action...il était temps!
  10. Bonsoir, Je ne m'étais jamais réellement posé la question jusqu'à cet après-midi mais les nuages présents au large du Portugal et jusqu'au coeur des hautes pressions Açoréennes s'appelleraient comment selon la classification classique ? Si la caractère bas de cette couche stratiforme me paraît certain, parlerait-on pour autant de stratus ? Pourquoi pas des stratocumulus relativement soudés ? Enfin, l'apport plus humide en basses couches par le Nord et une masse d'air relativement douce sur un océan frais suffisent-ils seuls à expliquer ces formations nuageuses ?
  11. J'y étais également! On a forcément du se croiser si tu étais au centre de Toulouse Ventdautan!
  12. Bonjour, Je travaille actuellement sur la caractérisation des événements de crues dans le bassin de l'Aveyron et de ses affluents. Mon travail consiste dans un premier temps à réaliser une étude de la pluviométrie du bassin à partir notamment des stations de Météo-France localisées en amont. Vient ensuite l’étude des hauteurs d’eau et débits des différentes stations du bassin. Le but premier est de mieux connaître la réaction de ces cours d’eau aux précipitations de façon à améliorer la prévision de crues. Le but final de l’étude est de rattacher chaque événement de crue dans le bassin à un type de situation météorologique (synoptique + méso-échelle). J’ai commencé à réfléchir à la question mais j’aimerais l’appui d’experts de la région sur l’origine des épisodes de fortes pluies sur la région. Est-ce davantage des épisodes violents par extension de Cévenols ou bien des épisodes de pluies moins fortes mais plus régulières par flux d’Ouest. D’autres flux sont-ils susceptibles de provoquer de gros cumuls sur la zone ? Par ailleurs, les seules possibilités d’analyses synoptiques jusqu’aux années 90 sont les réanalyses de la NCEP disponibles par exemple ici mais elles n’offrent que peu de possibilités tant le nombre de paramètres est vite restreint. A méso-échelle, pour accéder à des données remontant jusqu’en 1990 n’en parlons pas…
  13. Bonjour, Je travaille actuellement sur un nuage particulièrement typique du Nord de l'Australie. Celui-ci est permis grâce à la configuration géographique du lieu. Voici l'explication de la formation du phénomène en anglais : • To the west from the Gulf of Carpentaria is located the wedge-shaped Cape York Peninsula. • Sea breezes are blowing in both sides of peninsula - it is large enough to form two independent breezes, one on each side. • Both sea breezes clash above the middle of the peninsula and rise up. • This clash and upward movement destabilizes the air masses - condensation of moisture takes place and there forms a cloud, which resembles a spine above the Cape York Peninsula - North Australian Squall Line. • During the night the air cools down and descends above the peninsula. • Meanwhile in the night the air masses over the Gulf of Carpentaria are inversed - at the water level air is cooler and higher up the air is warmer. (To meteorologists this is inversed layer - because normally warm air is below and cool air - above it.) • Cooled air from Cape York Peninsula together with all North Australian Squall Line descends to the Gulf of Carpentaria. • As this cooled air meets the inversed layer above the Gulf of Carpentaria, it dives below it. • As the layer from peninsula is moving under the air masses above the Gulf of Carpentaria, there form series of waves which somewhat resemble ripples in the lake. • This movement destabilises moist air masses and clouds form at the contact of air masses. • Clouds form exactly in the ripples. As the air masses move, these clouds are rolled between them, like childs are rolling plasticine "sausages" with their hands. Si j'ai bien compris la première partie, je ne comprends pas comment une zone d'inversion thermique peut se former la nuit dans le Golfe? Merci
  14. Bonjour, Ce sujet n'existe visiblement pas d'après la recherche infructueuse que je viens de réaliser sur le forum. Pouvez-vous indiquer des sites et forums (traitant de météo notamment) en langue anglaise qu'ils soient américains ou britanniques. Tout ceci afin de me plonger un peu plus dans cette langue tout en gardant l'aspect environnemental qui m'intéresse particulièrement (et ce sujet doit en intéresser bien d'autres).
  15. À la différence d'une tempête classique se propageant à vive allure, nous sommes ici dans une contexte de blocage des centres d'action et à fortiori des isobares. Il est probable que malgré des sautes d'humeur ou des baisses de régime, l'autan ne nous laisse pas de répit avant une huitaine! De quoi assurer à la plaine Toulousaine de rester au sec. Ça fait les affaires de certains...n'est ce pas Ventdautan!/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">
×
×
  • Create New...