Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Search the Community

Showing results for tags 'froid', 'neige', 'douceur' or 'orages'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Prévisions
    • Prévisions à court et moyen terme
    • Evolution à plus long terme
    • Tendances saisonnières
  • Observations
    • Le temps en France
    • Le temps en Europe et dans le reste du monde
  • Climatologie
    • Paléoclimatologie
    • Climatologie
    • Evolution du climat
    • Phénomènes météorologiques violents
  • Les autres aspects de la météo
    • Météo, environnement et société
    • Instrumentation
    • Photos, vidéos et matériel de prise de vue
    • Questions - réponses sur la météo
  • On y parle de météo
    • Sites web
    • Expositions, conférences, évènements
    • Presse, livres, médias et cinéma
  • Discussions autour d'Infoclimat
    • Vie du site Infoclimat
    • Rencontres météo
    • Convivialités

Calendars

  • Community Calendar

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Gender


Location


Site web


Bio


ICQ


AIM


Yahoo


Skype


Google

  1. Bien que les perspectives soient fort sèches pour ce début de mois de mai, espérons que le suivi devienne un peu plus passionnant en particulier en terme de salves orageuses. À vos observations, chères/cher Centre-Ouétistes!
  2. Mesdames, Messieurs, Cette fin d’année atone dans notre ciel Français, couplé aux fêtes de fin d’année synonyme de vacances pour moi me permettent de vous proposer un condensé parfois dense de photos/météos des 365 derniers jours passés dans mon rayon "vital". J’ai décidé de prendre la plume. Bonne lecture/immersion dans l’incroyable monde des volcans d’Auvergne. Bella#1 L’année débuta d’une manière totalement opposée à la situation actuelle de cette fin 2021, c'est d'ailleurs pourquoi le temps est disponible pour rédiger ceci. Nous sommes juste après le passage de la tempête Bella. Tempête Bella qui restera dans les mémoires dans le Massif Central, notamment sur les massifs occidentaux. Des vents de folies ont porté des centaines de millions de flocons à relativement basse altitude et ont transfiguré les volcans avec une épaisseur de neige pas observée depuis belle lurette. Plusieurs jours d’exploration dans la chaîne des Puys, dans le Sancy à la recherche de sensations rares pour le secteur, comme par exemple marcher par-dessus des arbres, des clôtures comme si de rien était. A la recherche surtout d’ambiances et de lumières peu communes, froides, grisonnantes ou pourquoi pas chaleureuses et douces. Je me permets de dire que ma géolocalisation Clermontoise me permet d’accéder rapidement sur les montagnes occidentales gavées du Puy de Dôme (63). Le choix est un luxe, mais parfois il s’impose. Les premiers jours je décide de me cantonner à la chaîne des Puys entre Puy de Dôme et Pariou, tout simplement par soucis de responsabilité. Les conditions sont encore rudes, le vent souffle fort et la neige transportée continue à « congérer » de manière importante, la plupart des routes de montagne « ne croisent pas », et sont même fermées. Donc je ne tente pas le diable. Ce sont alors de véritables jours blancs, où le ciel se confond avec la terre, la neige, le brouillard, le vent… Tous les ingrédients sont là sauf la lumière. Qu’à cela ne tienne, des moments jamais vu, avec de la neige par-dessus les arbres, des passages dans les champs facilités car les piquets de barbelés sont sous mes pieds…. Le froid est vif, mais largement supportable à condition d’être équipé convenablement, chaleur et étanchéité sont de rigueur. Marcher à hauteur de cime d'abres Cette première prise de contact s’avère tristoune, le manque de lumière me laisse sur une note amère, mais devant tant de neige « waou ». Il est rare d’observer de grosses accumulations neigeuses sur la chaîne des Puys, ce massif étant ouvert plein Ouest, est donc mange des redoux facilement. Sans compter l’altitude modeste de ce linéaire volcanique. La période hivernale par excellence sur ces volcans c’est typiquement : · Jour 1 : neige 10cm · Jour 2 : redoux fonte totale · Jour 3 : pluie et neige mêlées · Jour 4 : reneige Cette virée restera donc dans ma mémoire, pour le côté vécu, pour n’avoir jamais vu autant de neige dans ces volcans que j’arpente depuis 15ans et que je connais par cœur. Bella#2 Le 05 janvier, au départ de Fontsalive (merci encore @jul63 ), je me lance alors dans une excursion un peu folle, rejoindre le lac Servières en raquette par la route du col de Guéry encore fermé. C’est un paysage presque apocalyptique qui s’offre à moi. Personne, je trace en raquette sur une départementale, aucune trace de vie humaine, seuls les passages d’animaux sauvages (très très TRES nombreuses) permettent de me rendre compte que le temps s’est arrêté. Environ 20km dans une poudreuse immaculée, la nature étant sevrée de passage humain depuis une semaine. Des paysages méconnaissables, tordus, enchevêtrés, ensevelit sous des quantités de neige, de givre et de glace que je n’avais jamais observé personnellement. Bella#3 Le jour suivant, le plafond nuageux reste encore très dense, je me décide toutefois à gravir le Puy de Dôme, jour blanc, givre monstrueux, certains drapeaux ne sont pas loin du mètre. Les arbres croulent sous la couche de neige, bref cette vision d’un autre monde se situe à 10km à vol d’oiseau de Clermont-Ferrand. Zéro lumière. Bella#4 Vain le temps de LA sortie de l'hiver, la chappe de plomb s'est morcelée en montagne, laissant un paysage métamorphosé, avec en prime un halo solaire de compétition. Une paire de longue vue ! Des volcans, des courbes Toutes les bonnes choses ont une fin, et voici la fin de ce coup de frais/froid très neigeux sur les montagnes volcaniques d'Auvergne, avec un coucher de soleil d'une douceur (mais aussi d'une froideur) divine quelques jours plus tard La débacle totale s'amorça fin janvier, avec une centaine de mm de pluie sur des centaines de centimètres de neige et de glace vigilance rouge côté Ouest des volcans, à la Godivelle, la banquise se fragmente La fin de l'hiver sonna, on tourne la page avec une fois de plus des souvenirs pleins les yeux et la tête. On passe au printemps, qui cette année nous aura offert son lot d'orage, avec une pluviométrie assez marquée! Juin les orages se succèdent Voici sans doute l'orage le plus esthétique que j'ai pu voir! Ciel de mort et rideau de pluie dense! Le tout à 10km au sec Les ambiances ce succèdent, les couleurs aussi Le tout, toujours dans une humidité débordante Une saison orageuse, bien remplie, régulière également. Quelques animaux, des vautours moines et fauves aux chamois et marmottes aux détours des sorties Les premiers fimas du nouvel hiver arrivent déjà, retrouver l'hiver sur l'automne est toujours une joie immense, avec des contrastes toujours aussi singulier : L'hiver s'installe et cette année m'offre des visions tout droit sortie de la science fiction : Début décembre offre des chutes de neige régulières quasi quotidienne, en plaine, en moyenne montagne et en montagne Et pour clôturer l'année (sans parler de ce temps atroce en cours), une patate nous surplomba, alors si en dessous c'est la sinistrose, au dessus c'est l'emerveillement. Un festival d'ambiance givré, en apesanteur, suspendu Chaque matin est un chef d'oeuvre durant une semaine : J'espère que la lecture n'a pas été trop fastidieuse et vous donnera du baume au coeur dans ce marasme météo actuel! Je vous invite même à faire un tour sur ma galerie PHOTOLIVE si vous voulez plus de détails sur certaines photos et pour mettre un petit vote si l'envie est là! Très joyeuses fêtes de fin d'année à toute la communauté InfoClimat! Mike
  3. Salut à tous ! J'ai trouvé étonnant que ce sujet n'ait pas encore été ouvert, alors le voilà ! Les gelées ont débuté en octobre dans pas mal de régions, ou tout au moins dans les trous à froids. C'est le cas en Périgord avec pour le moment des gelées uniquement dans les vallées et "trous", ce qui est plus précoce que durant les dernières années, mais pas du tout anormal. Elles devraient revenir ces prochains jours...
  4. Je propose de créer ce nouveau fil de discussion car on en parle souvent sur certains sujets. Et apres tout, on suit bien l'englacement au niveau des poles pourquoi pas celui de l'enneigement. Cela peut etre un marqueur dans le suivi du rechauffement climatique. D'ailleurs, est ce une surprise ou non, ces dernières années à t° mondiales records,on a constaté une surface d'enneigement excedentaire en automne et avec une date démarrage assez stable. Donc pour ce premier post, voici un état actuel de l'enneigement. Comme on peut le constater, apres des mois d'automne excedentaire en terme de superficie, on est maintenant revenu à un niveau dans la normes de la derniere décennie
  5. Et voilà, pile poil à minuit j'ouvre en grandes pompes ce topic dont les débuts promettent beaucoup
  6. Il neige à Amiens. Pour l'instant cela ne tient pas, mais c'est toujours sympa à observer
  7. Un petit topic de suivi du temps au Chili qui permettra de montrer tous les excès. Forcément, étendu sur 4000 km du nord au sud, on passe par tous les climats. De la célèbre sécheresse du désert d'Atacama au froid humide de la Patagonie en passant par un dégradé de zones tempérées, avec les influences du Pacifique et des Andes. Bref passionnant Pour en savoir plus sur les différents climats, il y a les super fiches de @mottoth Santiago au centre du pays, climat typé méditerranéen Calama dans le désert d'Atacama à 2200 m d'altitude Arica "la ville la plus sèche du monde" en bord d'océan Puerto Montt à 900 km au sud de Santiago, climat océanique Punta Arenas tout au sud de la Patagonie En ce moment, l'Araucanie (grosso modo à mi-chemin entre Santiago et la Patagonie) vit une vague de chaleur importante. Certaines stations montrent des amplitudes thermiques absolument renversantes 34 à 35° d'amplitude à Lonquimay dans la vallée du rio Biobio à environ 900 m d'altitude
  8. Bonjour à tous Après une longue séquence douce et une fin mars avec un ITN 2 à 3 °c supérieur à la moyenne 81-10 du 25 au 29 mars, un changement de synoptique brutal s opère. Le creusement de BP a l est de terre neuve accompagné de la montée de hautes pressions sur le proche Atlantique jusqu'entre Irlande et Islande entraîne la descente sur la France d un talweg d origine polaire, sur lequel circule une dépression plongeant du nord vers la France et pouvant être assez dynamique , amenant une advection froide conséquente et remarquable pour la saison à tous niveau de la troposphère sur une large part de l hexagone Après de nombreux réajustements, et des incertitudes assez importantes jusqu'aux plus proches échéances quand à la trajectoire et au creusement du centre depressionnaire, la perturbation est vue arriver par les hauts de France dans la matinée de jeudi, puis transiter par le massif central pour finalement s évacuer probablement vers le golfe de gênes dans la matinée de samedi Hauteur du geoptentiel 500 hpa et anomalie de température de surface dans l après midi du jeudi 31 mars, tels que modélisés par gfs la veille à midi (6z) Voila, peut être maladroitement, pour poser le contexte Un épisode neigeux (accompagné de phénomènes venteux) conséquent pour la saison devrait s ensuivre On peut suivre cet épisode neigeux ici si ça vous dit, puisqu'il devrait être de grande ampleur et concernera donc bon nombre de regions Des Tn potentiellement très bases et des chutes de neiges assez remarquables pour la saison au vue des années récentes sont attendues De belles photos aussi 😊🤩 Bon suivi à tous
  9. Avril 2022 commence dans 6h donc je lance le topic dès maintenant pour ne pas rater une seule minute de ce début avril qui commence par une belle offensive hivernale printanière (pas mal celle-ci 😂😂). Alors c'est parti neige ou pas, cumul ou pas place au live dans quelques heures !! 😊😊 PS : soutien aux arboriculteurs/trices et aux vignerons. 🙏
  10. Assez surpris de voir que le sujet n'a pas encore été ouvert... L'hiver débarque à grands pas sur le Haut-Jura depuis déjà une bonne 10aine de jours, pour la neige à mon altitude déjà 64cm cumulés (plus d'1/3 de l'hiver précédent, avec 34cm en novembre et 30cm en décembre) avec 11 jours de neige au sol (1/5ème de l'hiver précédent) et 7 jours avec au moins 1cm de neige tombé. Espérons que cela ne conduise pas à un duo janvier/février excécrable ! Concernant les températures, des gelées à la louche dont deux fortes (un joli -7,8°C le 30 novembre par exemple).
  11. Bonjour à tous et toutes. Bon j'ouvre avec des tags de saison même si j'ai assez peu confiance. Ta -4.0°c, toujours un peu de vent (NE 50 km/h en rafales) mais moins qu'hier et heureusement que la couche est fine, sinon les conditions de circulation auraient vraiment été délicate ce matin car outre les accumulations, les routes étaient bien glissantes et le sont encore en altitude, le sel ayant du mal pour l'instant à faire effet. C'est propre en dessous de 900 m d'altitude environ. ta -6.7°c sur les crêts Bonne journée
  12. Après deux décades pas franchement similaires, petit point pour la Dordogne... Les 12 premiers jours ont été marqués par un temps agité, très gris, humide et tout juste frais. Depuis lundi dernier c'est le retour de conditions anticycloniques continentales et donc d'un plein soleil (juste les habituels brouillards matinaux dans les vallées) et des gelées matinales. Pour comparaison entre mes deux stations : DAGLAN (104 m, en fond de vallée) : Tnm : 0,8°C (11 gelées) Tnn : -5,0°C Txm : 10,4°C Txx : 12,7°C ST ANDRÉ (242 m, coteau plein Ouest) : Tnm : 2,1°C (4 gelées) Tnn : -1,7°C Txm : 10,9°C Txx : 16,4°C Côté pluie c'est hétérogène sur le département mais ça part de 50 mm sur le Bergeracois à une centaine de mm sur l'extrême Nord de la Dordogne en passant par 70/80 mm pour le Périgord Noir. Donc il ne manque pas grand chose pour atterrir dans les normes. Pour le soleil 70 heures pour le moment à Bergerac dont 50 h sur la dernière semaine ! La norme est de 78h et elle sera donc atteinte d'ici demain matin.
  13. La situation en Irlande est assez exceptionnelle en ce moment et mérite un topic dédié. Actuellement le pays est paralysé, les transports (aéroport compris), les magasins, les écoles ... tout est à l'arrêt et le gouvernement conseille de rester confiné chez soi. http://www.met.ie/default.asp https://www.independent.ie/irish-news/storm-emma/storm-emma-lands-heavily-our-live-blog-has-weather-travel-and-services-updates-as-they-happen-36661466.html webcam traffic https://www.tiitraffic.ie/cams/ live webcam https://www.earthcam.com/world/ireland/dublin/?cam=templebar https://www.dublinzoo.ie/158/Wolves.aspx https://fr.webcams.travel/webcam/fullscreen/1473431066 autres webcams https://fr.webcams.travel/popular/ireland
  14. On commence le premier mois de l’hiver météo ! En dernière minute, Arôme met en évidence un front d’averses dans la journée de demain, pouvant créer des surprises sous les fortes intensités, notamment dans le Nord et l’Aisne. l’iso 0º s’abaissera tout au long de la journée en parallèle de la nouvelle coulée froide, flirtant avec les 300m, suffisant pour assister à d’éventuels phénomènes hivernaux.
  15. Bon, on arrête de plaisanter là ? On attaque l'hiver ? Ca démarre avec de la pluie et de "fortes" chaleurs ... mais on va vite se reprendre et vite oublier ces derniers mois pénibles...
  16. Je rêve ou aucun topic n'avait été ouvert pour ce mois de Novembre ?? C'est l'heure de se lancer car un changement de temps va s'opérer d'ici à ce week-end et il se pourrait bien que des surprises aient lieux majoritairement à plus de 250m d'altitude, à commencer par vendredi soir ! Alors comment va se finir ce moi de Novembre ? Sous la neige pour certains ? Sous la pluie ? Sous les normes de saison ? A vos prévisions !
  17. L’année 2020 se termine et la saison orageuse s’apaise petit à petit dans le Sud-Est. Si sur le reste du pays fut au final très peu concerné par les orages de très belles situations se sont fait voir. Janvier : Il n’est pas rare que les premières dégradations orageuses se produisent durant cette période près de la Méditerranée avec quelques clichés ramenés chaque année durant ce mois d’hiver. Quelques orages s’étaient déclenchés en soirée du 17 janvier sur le littoral es Alpes-Maritimes, mais la forte humidité en basse couche avait empêché d’obtenir des clichés vraiment intéressants. Une dizaine de jours plus tard c’est dans l’Hérault qu’une situation intéressante se profilait. Des orages sont prévus en pleine nuit du 26 janvier, accompagnés d’une petite dynamique et d’une instabilité suffisante pour assurer un beau petit spectacle hivernal. Ce fut le cas avec plusieurs heures d’orages grêligènes sur le centre du département jusqu’au petit matin. Quelques clichés intéressants comme cet orage circulant sur Palavas : 1/ Février/Mars/Avril : Anticyclone + Covid + Manque de dynamique générale, on oublie cette période. Mai : La fin du confinement coïncidait parfaitement avec le retour de l’instabilité dans le Sud-Est. Dès le soir du retour à la liberté les premiers orages purent être observés sur le Sud-Est du Var. Néanmoins la situation ne fut pas très photogénique… Pas de problème car dès le lendemain une autre situation intéressante se profilait pour le Sud du Var avec la remontée d’orages à l’étage moyen en fin de nuit sur cette zone. Placement parfait au-dessus de Toulon pour observer un magnifique orage venant s’échouer sur la zone : 2/ Moins d’une semaine plus tard ce fut au tour des orages diurnes de faire leur retour. Après de longues heures d’attente sur l’Ouest Var de puissants orages se sont formés en fin d’après-midi lors de la rupture du couvercle dont une supercellule très active ayant donné plus de 15cm de grêle près de Barjols. 3/ Fin mai ce fut au tour de l’Est Var d’être concerné par de beaux orages en fin de journée, capturé près du Muy. 4/ Juin : Le mois de Juin se montre généralement très actif en région PACA avec des orages diurnes devenant plus récurrents et actifs parfois entrecoupés de dégradation méditerranéenne. Le 9 Juin de l’air froid déborde d’Italie et engendre la formation de puissants orages diurnes entre l’Est Var et le 06. Quelques bons impacts furent capturés près de Fayence en cours d’après-midi : 5/ En soirée un potentiel orageux était envisageable entre la Ligurie et le 06 en liaison avec la coulée d’air froid arrivant sur la méditerranée. Ayant de la famille à la maison je ne surveillais la situation que du coin de l’œil. Pourtant en soirée des cellules isolées se formèrent devant Monaco tout en se décalant vers Nice. Un peu pris de cours j’optais pour un point de vue proche de chez moi, la suite de la soirée fut mémorable : 6/ 7/ Le lendemain de nouveaux orages diurnes photogéniques frappaient l’Est du Var et les Alpes-Maritimes, vu du vieux Cannet des Maures dans le Var : 8/ La suite du mois fut tout aussi instable mais trop fraîche pour la formation d’orages très organisés. Je ne retiendrai que ce puissant orage venant s’échouer sur les gorges de la Siagne en fin de journée du 16 Juin : 9/ Juillet : Ce mois fut bien plus calme dans la région et sur une bonne partie du pays d’ailleurs. Le 1er Juillet je décidais d’aller me balader dans les Alpes, un risque orageux concernant la région. En fin de journée j’observais un bel orage multicellulaire au Nord de Dignes dans un secteur très peu urbanisé : 10/ Le coucher de soleil qui suivi fut particulièrement plaisant : 11/ Quelques semaines plus tard, des orages circulant au Nord de la région me donnaient l’occasion d’allier sprites (une première pour moi), orages lointains et comète Néowise : 12/ Août : Ce mois d’août restera comme l’un des plus photogéniques de ces dernières années entre PACA et l’Italie ! On commence le 4 août, un retour d’Est est envisagé dans la nuit entre Ligurie et 06, situation classique et potentiellement très photogénique. Après un début particulièrement poussif, la fin de nuit offrira de magnifiques cellules entre le littoral et l’Est des Alpes-Maritimes : 13/ 14/ Le 16 août, une dégradation diurne intéressante se présente près du Verdon. Là encore l’après-midi fut poussive avec des cellules désorganisées et peu photogéniques. Il faudra attendre la soirée pour voir une cellule se démarquer sur le plateau de Valensole. Moment particulièrement plaisant autour d’une petite bière en terrasse à Aiguines, appareils photo posés au bord de la route. 15/ Deux semaines plus tard c’est au tour du Golfe de Gênes de s’agiter. L’une des situations que nous attendions depuis plusieurs années avec une convergence marquée se mettant en place en début de matinée sur la ville. Tous les éléments étaient réunis pour observer un outbreak de trombes. Ce fut effectivement le cas avec 13 trombes photographiées le long des côtes, toutes adoptant des formes différentes et tailles, un grand moment ! 16/ 17/ La foudre fut aussi esthétique en fin d’orage : 18/ SI je pensais que quelques jours plus tard un spectacle encore plus extraordinaire allait s’offrir à nous sur le même secteur.. Septembre : Nous en venons donc à Septembre, mois habituellement très actif en termes d’orage sur le Sud-Est, le début de la haute-saison qui nous avait bien déçus ces dernières années. Tout ceci allait changer en 2020. Le 7 Septembre, une dégradation similaire à celle du 29 août se met en place sur Gênes, bien que plus isolé, le risque orageux s’annonce très intéressant et nous surveillons également un risque de trombe nocturne. Nombre de chasseurs allaient assister à un des orages de l’année en Europe cette nuit là .. 19/ 20/ L’article dédié sur chasseurs d’orage pourra vous en apprendre plus sur cette cellule orageuse exceptionnelle, photographiée de nombreux angles différents par bon nombre de chasseurs. Deux semaines plus tard c’est cette fois-ci côté français qu’une situation potentiellement violent se met en place. Dans la nuit du 19 au 20 une ligne orageuse intense devrait remonter vers les littoraux avec un risque tornadique marqué à la clef. Un placement dans la zone la plus tornadique de France s’imposait donc, et celui-ci fut réussi avec l’observation d’une tornade nocturne près de Hyères : 21/ La suite de la nuit fut également intéressante avec l’évacuation de la ligne stroboscopique vers l’Est du Var, vu de Sainte-Maxime : 22/ Sainte-Maxime fut à nouveau à l’honneur le soir même avec une convergence des vents très marquée dans le Golfe de Saint-Tropez couplée à une forte instabilité. J’avais prévu de partir sur la zone en toute fin de journée mais quelques signalements de trombes en fin d’après-midi sur la zone m’obligeaient à partir en trombe de la maison en fin d’après-midi. J’arrivais donc dans le secteur pile au moment de la mise en place des premiers orages. Quelques minutes plus tard, ayant traversé les cellules pour me placer dans l’air plus sec, je me retrouvais face à un des plus beaux spectacles que j’ai pu observer en plus de 10 ans de chasse : 23/ 5 trombes simultanées étaient visibles au plus fort de la convergence dont certaines très proches des côtes. Un peu plus tard après la tombée de la nuit de beaux impacts de foudre frappaient le Golfe : 24/ Le lendemain, quelques orages résiduels transitaient dans le Golfe de Gênes en pleine nuit : 25/ De magnifiques orages concernèrent le littoral Varois en fin de nuit, trop fatigué des derniers jours de travail je manquerais cependant le spectacle. Pas de problème car l’instabilité persistait sur PACA avec à nouveau de beaux orages le lendemain soir sur le Sud du Var. Impact extranuageux devant le Cap Sicié : 26/ Cellule plus tardive sur la même zone : 27/ Cette dégradation mis fin à plusieurs jours d’orages en continu sur la région, longtemps que nous n’avions pas connu une instabilité aussi récurrente ! Octobre : Octobre semblait continuer sur la lancée de septembre avec une instabilité persistante, notamment en première partie de mois. Les Alpes-Maritimes allaient d’ailleurs connaître l’une des catastrophes du siècle en journée du 2… Deux jours plus tard après un retour au calme relatif de petites cellules orageuses transitaient au large de l’Esterel : 28/ Le 11 Octobre un retour d’Est potentiellement très actif était envisagé pour le 06. Ce type de dégradation ayant la cote en ce moment, bon nombre de chasseurs se retrouvaient sur le terrain de la région Niçoise à l’Esterel. Après plusieurs d’attente à discuter en pleine nuit, la situation s’activait plus franchement au lever du jour de Nice à Antibes, s’en suivi plus de 4 heures d’orages avec des cumuls à nouveau importants dans le secteur d’Antibes. 29/ Le lendemain l’instabilité persistait grâce à l’air froid toujours présent dans la région. De magnifiques orages très électriques ont transité en soirée sur le littoral des Alpes-Maritimes : 30/ 3 jours plus tard de nouveaux orages étaient envisagés en pleine nuit, ayant d’abord été retissant à chasser car prenant la route des vacances le lendemain matin tôt, le radar allait me convaincre de tenter le déplacement et d’assumer une nouvelle nuit blanche. Bien m’en a pris avec de magnifiques cellules orageuses stationnaires derrière les îles d’Hyères durant plus de 5 heures. 31/ 32/ La suite fut plus calme et le nouveau confinement n’arrange pas les choses. Voilà donc pour cette saison 2020 un peu spéciale mais définitivement prolifique ! 26 trombes observées et 5 tornades observées en près de 40 chasses réussies, un rendu particulièrement plaisant ! Quelques orages restent possibles d’ici la fin de l’année dans la région, espérons encore des clichés avant la nouvelle année !
  18. Bonsoir, Il y a un moment déjà, au cours d'une recherche, j'étais tombé par hasard sur cet ouvrage intéressant de MF : "la convection orageuse dans tous ses états". Sans équations mathématiques ou presque, ce livre très abordable pourra je pense en intéresser plus d'un. Il n'en n'est pas à ma connaissance fait mention sur IC, je pense donc à vous le faire partager ici. Certaines connaissances ou pratiques ont pu évoluer depuis sa publication (2007). Le manuel est disponible via les deux liens ci-dessous, pour une consultation en ligne ou un téléchargement au format PDF : - https://fr.calameo.com/books/003339915515330c90ccb - https://www.pdf-archive.com/2014/04/02/le-vourch/ Il n'existe pas à priori de version papier. Pour donner un bref aperçu, le livre est découpé en trois grandes parties. La première est théorique et s'attache, après un rappel de quelques bases fondamentales et nécessaires à la compréhension des phénomènes convectifs, à décrire les facteurs et processus intervenant dans le développement des orages : instabilité convective, cisaillement de vent, mécanismes déclencheurs, effets topographiques, etc. La deuxième partie, plus pratique, détaille les moyens et méthodes de prévision de la convection orageuse : analyse synoptique, interprétation des sondages, indices d'orage, etc. Enfin, la troisième partie passe en revue les différents types de systèmes convectifs, de l'orage monocellulaire à la supercellule et aux systèmes de méso-échelle, mais aussi de façon succincte les phénomènes convectifs tels que la mousson ou les cyclones. Les épiphénomènes orageux tels que la grêle, la foudre et les tornades n'échappent pas à une description détaillée. Vous souhaitant une bonne lecture !
  19. Maintien de l’humidité et de la fraicheur ou retour des hautes pressions ? Alors que le SO va connaître un épisode pluvieux majeur et que la semaine prochaine va être marquée par le lent comblement de cette goutte froide, c’est à cette question que devra répondre ce topic puisque l’on se trouve face à des modélisations très divergentes à l’échelle synoptique. En effet, comme cela a pu être expliqué sur les précédents topics, l’importante déstructuration du vortex polaire complexifie la prévision. On se retrouve avec un éparpillement d’anomalies basses aux latitudes moyennes et selon le jeu des interactions on peut se retrouver tant au cœur d’une advection douce que sur l’axe de circulation d’anomalies basses sous blocage. Nos principaux déterministes font échos à ces 2 scénarios en modélisant pour l’un la perpétuation d’une situation à blocage avec le maintien d'échanges méridiens (GFS à gauche) et pour l’autre le retour à une circulation zonale plus classique aux latitudes nordiques (CEP à droite) : Sans qu'on puisse rentrer dans les détails, on devine sans mal que le premier scénario serait favorable à un maintien de conditions fraiches et maussades notamment sur la moitié nord alors que le second signerait le retour d'une certaine douceur. Cependant, quel que soit le scénario on se retrouve avec un champ de pression relâché, laissant la porte ouverte aux développements convectifs (au moins orographiques). Douceur ou fraicheur ? Développement orageux ou morne bruine ? A vos claviers ;).
  20. Bonjour à tous, On le sent de plus en plus ce topic devrait être particulièrement hivernal avec de très beaux potentiels hivernaux. Les ensembles sont vraiment flagrants dans un sens hivernal (même s'il a toujours à redire ). Les régimes ATR et NAO- (en fonction du degré d'élévation) dominent (le DET étant très isolé avec sa reprise dépressionnaire): L'ensCEP laisse aussi des signaux fort pour une mise en place d'un décrochement Plusieurs tournures sont possibles à l'heure actuelle: Décrochage nord atlantique faiblard tournure rapide à l'AS puis AE (anti européen, écrasement) --> CEP DET (qui n'est pas si majoritaire sur son ens) Tournure AG-AI avec racine présente favorisant un énorme décrochement en Europe (Pertu 17/Contrôle GEFS etc) Tournure AG-AI sans racine avec circulation sous blocage et potentiel hivernal avec conflits neigeux fort Dorsale limité mais décrochement conséquent en Europe de l'ouest (GEM) Reprise rapide de l'activité dép (très minautaire à l'heure actuelle, GFS) Les éléments clés à maitriser: L'activité dépressionnaire en haute latitude laissant plus ou moins de très forte élévation Le degré de présence du VP sur l'Europe du nord (dépend du degré d'élévation en partie) La présence de BP en Europe centrale/ouest/méd en fonction des petits décrochement du topic précédent (très mal maitrisé) La maitrise des gouttes froide au large des açores dans certains scénarios A noter le talweg Américain semble très peu jouer, car des scénarios avec un talweg limité tel que le contrôle sont assez dingue et d'autres avec un talweg Est Américain plus fort comme le scénario 2 proposent un scénario pas fou. On note aussi qu'avec ce décrochement du VP vers l'Europe du nord, le Nord de la France sera logiquement plus exposé à de potentiels hivernaux que le sud, même si en cas de creusement med il y en aurait pour tout le monde. On change de gradient, il y a quelques jours on penchait sur une moitié est plus favorisé que l'ouest dans les modélisations. Maintenant cet écart est relativement peu présent c'est plus nord-sud on le voit sur le panel. Il va avoir de quoi débattre et bien s'amuser sur ce topic Bon dimanche Gugo
  21. Bonjour à tous, Après une fin mars estivale, le passage au mois d'avril pourrait nous réserver quelques surprises. Il semble qu'un puissant flux de nord va se mettre en place et nous amener une bonne fraîcheur : Tout cela reste évidemment à confirmer quand on rentrera dans l'échéance du topic, mais on pourrait voir de la neige dès les premières hauteurs... « En avril, ne te découvre pas d'un fil ! »
  22. Bonjour à tous ! Moitié du mois signifie un premier point sur la quinzaine écoulée... Ici de beaux déficits thermiques, notamment dans les vallées, où les nuits sont les plus froides. A Bergerac on est actuellement sur du 1,9°C (-4,1°C)/17,9°C (+0,4°C), ce qui fait un sacré déficit global de -1,9°C ! C'est ainsi le deuxième mois d'avril le plus froid depuis 1989 (début des relevés), juste derrière ce dernier... 6 gelées au compteur, ce qui est plus important que février et à égalité avec décembre ! Seulement 20,9 mm (-74 %) tombés sur le dernier weekend et aucune pluie à l'horizon, comme ailleurs... 130,5 heures de soleil, soit plus que 47,5 h à grapiller pour atteindre la norme.
  23. Après une semaine franchement hivernale sur les 2/3 du pays, une semaine à venir probablement estivale, la dernière semaine de notre hiver météo sera-t-elle juste banale ? Concernant le début du topic (lundi – mercredi), assez peu de doutes sur la synoptique avec une cellule de hauts géopotentiels parfaitement dessinée sur l’Europe occidentale alimentée par un profond thalweg sur l’Atlantique en lien avec le repositionnement du vortex polaire sur le Canada : En vue hémisphérique, on voit bien cette évolution quant à la localisation du vortex polaire. Situation actuelle – J+8 : Dans une vue plus franco-centrée on identifie sans mal cette vaste zone anticyclonique et ce courant jet rejeté au nord de nos frontières ce qui se traduit également en surface par une situation calme (vaste plage de vent faible ou nul en bleu) : En temps sensible, cela annonce un temps naturellement sec, doux à chaud pour la saison, avec un facteur limitant qui réside dans la nébulosité. Le SO est le mieux placé grâce aux Pyrénées pour bénéficier d’un potentiel foehn facteur tant de chaleur que d’absence de nébulosité. Plus au nord, cela restera dépendant d’éventuels passages faiblement perturbés liés à la latitude de la limite barocline (rail dépressionnaire) mais celle-ci devrait se situer plutôt en dehors de nos frontières. Un bon indicateur de cette nébulosité, histoire de changer des cartes habituelles, est l’humidité présente à l’étage moyen (ici à 700 hPa) et en surface (humidité relative < 65% pour les zones non colorisées) : Avec un fort degré de certitude, cela traduit un temps estival en montagne. En plaine, l’incertitude réside dans les inversions ; la présence de cette cellule anticyclonique favorisant les subsidences. Dans les faits, vu le positionnement de ces HGP, cela semble tout de même assez peu probable en l’absence d’apport humide en basse couche. Plus intéressant pourrait être la seconde partie de topic. En effet, de manière récurrente, ensembles et déterministes modélisent un ralentissement de la circulation Atlantique avec une nouvelle déstabilisation du vortex polaire côté Atlantique et Pacifique : On garde sur les ensembles toujours une tendance à une légère propagation des hauts géopotentiels vers le Groënland traduisant un décalage ouest des racines de notre oméga anticyclonique : C’est tout de même moins nette que les derniers jours donc ça demande largement confirmation. Tout au plus peut-on dire que ce mouvement ondulatoire ouvre une fenêtre vers un changement de temps. Dans le panel des possibles on peut aller du renouvellement de la « dorsale européenne », à l’AG en passant par l’AS : Histoire de prendre un peu position, je dirais que le schéma le plus probable semble être le maintien de conditions anticycloniques sur le proche Atlantique. J’ai du mal à voir le Groënland se libérer d’un coup, ça ne correspond pas à la récurrence des dernières semaines. Je verrais donc bien le retour de conditions plus fraiches en basse couche avec un anticyclone qui perdrait ses racines françaises favorable à une coulée polaire centrée sur l’Europe centrale. L’évolution en AS reste aussi présente mais c’est un peu l’arlésienne des dernières semaines... Bref, je pense qu’il y aura encore quelques os à ronger pour cette dernière semaine de notre hiver météo :
  24. Bonjour à tous. Il y a de ça quelques années, on m'a raconté dans mon entourage (des membres de ma famille qui habitent à proximité d'une rivière) que cette fameuse rivière repoussait les orages. Je me suis toujours demandé si c'était vraiment le cas et me suis dis que quitte à répondre à cette question, je pourrais le faire sous forme de reportage vidéo. Mais avant de me lancer dans un tel projet, je suis dans l'obligation de savoir si ce qui est dis là est bien vrai, et si oui comment cela fonctionne. Il me semble que cette question avait déjà été traitée il y a 9 ans sur ces mêmes forums, mais je n'y ai pas trouvé de réponse concrète, seulement quelques hypothèses.. Si quelqu'un a une réponse concrète à me fournir vis à vis de cette question, je suis preneur. Sachez que j'ai vraiment besoin du plus de détailles possibles, et même si ce projet n'a pas lieu, que ça serait quand même assez sympa d'avoir une bonne fois pour toute une explication à cette légende qui est répétée un petit peu partout.. Évidemment, vous pourrez émettre des hypothèses, en même temps ce n'est pas à moi de fixer les règles sur ce forum, mais le plus d'avis possible serait les bienvenus : Merci d'avance à ceux qui participeront à ce projet ou simplement à répondre à cette question :)
  25. Continuité, évolution ou révolution ? L’échéance encore lointaine permet pour le moment à chacun de trouver un scénario correspondant à ces termes. Cependant, ce topic semble tout de même marquer une certaine continuité puisqu’il devrait débuter sous le règne des hautes pressions. D’un point de vue synoptique, on retrouve les mêmes acteurs que ces dernières semaines avec dans l’ordre : - un VP concentré qu’on visualise sans mal grâce à la ceinture du courant jet très homogène de part et d’autre de l’hémisphère - une déviation nette de cette circulation zonale aux abords des Açores avec une récurrence à voir les thalwegs plonger sur le proche Atlantique - de manière subséquente un redressement du flux aux abords de l’Europe occidentale Sans trop m'avancer, je pense que le schéma global (synoptique) est cerné pour le début de ce topic. Ce qu'il restera à déterminer et qui influera fortement le ressenti, notamment sur la moitié nord, sera la latitude de la limite barocline. Si celle-ci est rejetée vers le nord, le temps sera calme et globalement doux mais sans excès (AF) ; si celle-ci tangente notre pays alors on se trouvera au coeur du dynamisme et de l'advection douce avec des températures remarquablement douces (flux de SO). On retrouve cette hésitation sur la carte d'écart-type. Très bonne fiabilité sur les racines et la trajectoire "française" de la dorsale, incertitude sur sa capacité de propagation vers le nord (limite barocline) : La seconde partie de topic est plus intéressante à analyser puisqu'elle est pour le moment bien plus ouverte et incertaine. En effet, on observe une très nette différence de gestion du vortex polaire entre l'Européen et l'Américain. Le premier envisage une destructuration initiée notamment par la dorsale Pacifique favorisant la propagation d'un mouvement ondulatoire, y compris côté Atlantique (CEP + moyenne ens) : Tout le contraire de l'Américain qui ne voit pas cette déformation du courant jet et maintient le ceinture polaire de part et d'autre de l'hémisphère (GFS + moyenne ens) : Ce qui est intéressant et mérite d'être souligné c'est que chacun des déterministes est soutenu par la moyenne de son ensemble. On a donc une gestion du VP très différente selon les modèles et cela pourrait avoir des conséquences pour l'ensemble du mois de février : - si la destructuration ne s'opére pas maintenant et lorsque l'on sait qu'il faut souvent une succession de dorsales pour obtenir un décrochage polaire conséquent, on pourrait presque dire que l'hiver sera plié en plaine. - a contrario, si un mouvement ondulatoire s'initie comme l'envisage l'européen alors on verra probablement apparaitre des situations favorables en fin de topic. Mais il faut garder à l'esprit que la proximité structurelle de la dorsale Atlantique cet hiver plaide davantage pour des décrochages polaires sur l'Europe centrale : NAEFS (certes issu du panel GEFS + GEM) illustre bien ce risque avec un retrait des HP vers l'Atlantique qu'on pourrait supposer positif mais sans pour autant causer de décrochages polaires, la faute à la concentration du VP limitant les échanges méridiens.
×
×
  • Create New...