Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Search the Community

Showing results for tags 'montagne'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Prévisions
    • Prévisions à court et moyen terme
    • Evolution à plus long terme
    • Tendances saisonnières
  • Observations
    • Le temps en France
    • Le temps en Europe et dans le reste du monde
  • Climatologie
    • Paléoclimatologie
    • Climatologie
    • Evolution du climat
    • Phénomènes météorologiques violents
  • Les autres aspects de la météo
    • Météo, environnement et société
    • Instrumentation
    • Photos, vidéos et matériel de prise de vue
    • Questions - réponses sur la météo
  • On y parle de météo
    • Sites web
    • Expositions, conférences, évènements
    • Presse, livres, médias et cinéma
  • Discussions autour d'Infoclimat
    • Vie du site Infoclimat
    • Rencontres météo
    • Convivialités

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Gender


Location


Site web


Bio


ICQ


AIM


Yahoo


Skype


Google

Found 7 results

  1. Après un hiver très océanique, très humide et doux, qui a plâtré le haut de nos montagnes mais joué au yoyo permanent en dessous de 1000m, voici la « belle » saison qui arrive. Possibles épisodes hivernaux encore pendant un mois, mais on est quand même sur la pente descendante. La neige a pris cher ce week-end, et aurait besoin de regel et de remise à niveau par endroits. Les crocus et jonquilles vont pointer le bout de leur tige, personnellement j’aime bien cette saison « entre deux » ou on passe du printemps à l´hiver en quelques kilomètres. Trêve de blabla, qu’est ce qui nous attend ces prochains jours? Rien de super folichon à priori, mais on va surveiller tout de même car mars est le mois des contrastes... Voici un aperçu rapide avec le diagramme GEFS: Curieux ce creux abyssal (pour une fin mars) vers le 19 mars... d’ailleurs a 500hPa il ne se passe strictement rien à ce moment là, les niveaux sont totalement découplés. Si ce pic a 850 hPa était positif, le déterministe finirait à coup sûr par rallier l’ensemble des autres scénarios à sa cause, mais s’agissant d’un pic négatif, gageons qu’il s’agit juste d’un errement du déterministe qui va vite sagement rejoindre le troupeau....
  2. Après une pause sur le front des orages, une situation semble se dessiner pour le jeudi 21 juillet 2016. je regarde le temps en direct sur le pc, et là je vois que ça prend vers Langogne. c'est décider, je part plus tôt du taf et fonce la bas . en arrivant sur place je rencontre un collègue Benoit Colomb avec qui on finira la nuit ensemble. notre chasse commença vers 18h et se finira vers 05h du matin. pour les secteurs nous aurons arpenter l'est de la Lozère de Langogne vers Villefort pour finir sur le mont Lozère vers 1250m d'altitude. place aux clichés qui sont numérotés du début de la traque jusqu'à la fin. je vous met les principales photos car plus de 60 sont encore en cours de traitements ! 1) secteur col du Thor (la Bastide) 48 2) 3) 4) hauteur de Génolhac (30). 5) secteur de Bessèges (30) 6) 7) 8) 9) le déchainement kéraunique continu, il est environ 01h du mat.. 10) des fois même à f11 c'est dur d'avoir des impact non cramés 11) 12) foudre très proche en contrebas avec gros claquage en règle 13) 14) gros positif qui alluma un incendie dans une grange 15) le graal avec ce ramifié qui illumina la chaine cévenole. 16) impact ramifié atypique de part sa forme 17) on fini cette série avec la tour de la Garde Guerin (48) illuminé par un double extra-nuageux. j'espère que vous apprécierez cette nouvelle série en plein cœur du massif des Cévennes ... bon visionnage à tous et à toutes BONUS : 18) vue d'ensemble du point de vue 19) la frayeur de la nuit quand la foudre s'abat au dessus de nous à moins de 100m avec les traceurs qui passe sur notre tête. on peut deviner l'impact sur l'aile arrière du véhicule !! .
  3. l'HIVER à CILAOS c'est cela, 19°, les lentilles (produit de terroir local) poussent bien tranquillement. https://ssl.panoramio.com/photo/131821180 Autres photos de jours précédents... https://ssl.panoramio.com/photo/131772619 https://ssl.panoramio.com/photo/131773456 https://ssl.panoramio.com/photo/131560238
  4. Bonjour a tous, de retour d'un petit week end dans les Vosges, l'occasion d'un petit passage sur les crêtes, secteur du Hohneck (1365m), petite balade sous un ciel d'azur et en chemise silvouplait ! :') ! L'ascension se fait facilement sur une neige bien croutée ! Pas mal de monde la haut, en même temps avec une météo si clémente ! Vue coté Lorrain, avec la route des crêtes et le Hohneck tout a droite Le site du Hohneck sous différent angles Notez la hauteur des névés a gauche, les gens donnent l'échelle o_o ! Certain se baladent en dessous, je serait pas rassurer perso Petite vue sur le Grand Ballon il me semble ? Sommet des Vosges avec 1424m d'altitude, les alpes se laissent plus que dévinés derrière ! Bref une balade des plus sympathique, quand je pense aux conditions si extrème qui peuvent reigner sur ce site ! Bonne soirée !
  5. Très bonne année 2019 à tous les Icéen(ne)s ! Cela fait des lustres que je n'ai pas réalisé un petit topic photographique sur ce forum, l'année 2018 ayant été personnellement désastreuse d'un point de vue orageux, et bien rude en terme professionnel pour trouver le temps de s'évader dans mes contrées habituelles. Mais la fin du mois de décembre m'a enfin permis de dépoussiérer l'appareil photo et objectifs, et de profiter du grand air au dessus de l’indéboulonnable crasse nuageuse qui semblait prendre ses aises sur le pays. Voici donc un petit retour sur deux sorties réalisées en Ariège, sur les pentes du massif des Trois-Seigneurs (2199m) : l'une le 18 décembre dernier par la face sud, la seconde dix jours plus tard le 28 décembre par la face nord. Enfin, j'en profite pour publier une petite sortie bonus improvisée au crépuscule de la Saint-Sylvestre sur la montagne Noire (Tarn/Aude). Commençons donc par la première sortie, et première randonnée de l'année le 18 décembre, par la face sud du massif des Trois-Seigneurs. Départ en milieu de matinée sur le territoire de la commune de Suc-et-Sentenac, à 1380m d'altitude (qui, pour l'anecdote, n'existe plus depuis le 1er janvier, et est devenue « Val-de-Sos » après la fusion de celle-ci et de trois autres communes limitrophes). Une douceur plutôt marquée pour l'altitude et la période de l'année au programme, et un manque criant de neige. Les données nivoses m'encouragent donc à ne pas m'équiper de raquettes, ce qui s'avèrera être une grossière erreur. Après une petite demi-heure tranquille, le dénivelé augmente, et la couche de neige devient nettement plus épaisse qu'envisagée. Assez molle sous la douceur, je m'enfonce parfois jusqu'au genoux. Le balisage se perdant sous l'épaisseur, la montée est devenue catastrophique. Je continue malgré les difficultés, fini par faire plier un de mes deux bâtons... Tant pis, je poursuis, le paysage restant superbe. 1) Seulement 3km mais déjà 2h30 de marche, pour enfin arriver au niveau de l'Etang d'Arbu (1730m). C'est la mi-journée, gants et écharpes rangés, manteau ouvert... oui, il fait plus de 10°C à cette altitude, sous un vent très discret, improbable. L'étang n'est pas encore recouvert de glace, et l'ambiance est parfaite sous un voile nuageux quelques peu opaque. La couche de neige atteint environ 40cm. 2) 3) 4) Malgré l'impression hivernale, le ressenti est toutefois quasi-printanier à cette altitude. Un pur bonheur néanmoins de pouvoir profiter d'un peu de neige, qui s'avère en quantité bien limitée cette saison sur les Pyrénées. 5) Je tente de poursuivre mon ascension, mais constate à nouveau une trop grande difficulté sans raquettes, et surtout avec un bâton en moins... En plein solstice et la mi-journée passée, il me paraît compliqué de poursuivre. Je redescends et profite une dernière fois de l'étang. 6) Descente finale plus sympathique et surtout bien plus rapide en temps, à la faveur d'une luge improvisée. Erreur de débutant, toujours partir équipé même lorsque les conditions semblent correctes à première vue. Passé Noël, je me suis décidé à y retourner, cette fois par la face Nord. Histoire de décrassage après le foie gras à répétition, mais surtout afin de compenser la désillusion de la semaine passée. Rendez-vous le 28 décembre sur la commune de Rabat-les-Trois-Seigneurs, où la température se montre nettement plus basse, mais très acceptable (-2°C sur le parking du Pla de Ressec à 1020m d'altitude). Même si la douceur était généralisée durant les 10 jours précédents, et toujours sans neige, je pars entièrement équipé cette fois (pas la même erreur deux fois!). Environ 1h30 de marche et la sortie de forêt pour observer les toutes premières traces de neige, à 1600m d'altitude environ. Je continue une heure de plus sur un sentier parfois recouvert de belles plaques glacées, et assez dangereuses. J'arrive enfin à la première étape, l'étang Bleu de Courbière à 1800m d'altitude. Contrairement à l'étang d'Arbu sur l'autre face exposé au soleil, celui-ci est totalement pris par les glaces. 7) Un étang qui porte bien son nom, à la faveur d'un ciel bleu particulièrement limpide ce jour-là. Le voici encaissé en contrebas du massif, composé du pic de Peyroutet en face (2165m) et des Trois-Seigneurs en réalité caché juste derrière (2199m). 8 ) Les conditions sont très correctes, je continue l'ascension pour atteindre le col de la Couillade (1961m), puis le Peyroutet indiqué précédemment. Si les secteurs abrités face Nord restent enneigés, les sommets exposés sont grandement dégarnis... 9) Assez triste de constater ce manque criant de neige passé 2000m, à l'approche de janvier. Illustration sur cette vue d'ensemble en direction du pic de Pioulou (2166m). Seuls les plus hauts sommets de la chaine, en arrière-plan, semblent quelques peu sortir du lot. 10) 11) Petit zoom d'ailleurs sur ces sommets, avec si je ne me trompe pas le pic de Malcaras au centre (2865m). Si cette partie des Pyrénées n'est pas concernée par les nuages bas, la couche d'inversion est toutefois mise en évidence par la présence de brumes et de pollution plus en contrebas, en vallée. 12) Vers le Sud-Ouest, toujours un ciel aussi limpide. Néanmoins, l'humidité et la crasse nuageuse arrive à s'infiltrer davantage sur la vallée du Salat. 13) L'heure tourne (il est déjà près de 14h), et poursuivre jusqu'au Trois-Seigneurs semble un peu juste. Assez peu de dénivelé, mais une heure de marche supplémentaire, et quelques blocs rocheux à gravir. Sans compter la baisse rapide de luminosité, encaissé en face Nord. Retour donc par l'étang Bleu de Courbière, alors que les derniers rayons solaires finissent déjà à 15h par passer à l'arrière du massif. Le moment de profiter de l'ambiance ! 14) 15) La descente se fait sans trop de difficultés, si ce n'est une petite fatigue articulaire aux genoux sur le finish (dur dur la reprise après plus de 18 mois sans randonnées). 13Km et un D+ d'environ 1100m qui fait du bien au physique. Pour terminer, en "bonus" voici une sortie improvisée lors du début de la soirée de la Saint-Sylvestre. Si la grisaille était toujours aussi tenace en plaine sur la plupart des régions, cette fois le soleil ne se manifestait pas bien haut : dès 500/600m d'altitude environ. Avant de fêter le passage à la nouvelle année, petit détour par les premières hauteurs de la Montagne Noire, sur la commune des Brunels (limite Aude/Tarn). Et c'est alors qu'une splendide vue s'offre à moi, la mer de nuages recouvrant toute la plaine de l'Aude, les Pyrénées parvenant toujours à sortir du lot. Une vue centrée sur la porte Ariégeoise des Pyrénées, Foix étant pile dans l'axe. 16) Les minutes passent, et le dernier soleil de l'année finit enfin par se coucher. Place au crépuscule alors que les teintes deviennent de plus en plus violacées. La pose allongée trahit les mouvements nuageux vers l'Ouest, une sorte d'écoulement de fluides telle une rivière. En arrière plan se trouve le pic de Soularac (toujours en Ariège), point culminant du massif de Tabe à 2368m d'altitude. 17) Légèrement plus à l'Ouest, quelques lenticulaires parviennent à accrocher certains pics : sur la gauche semble se présenter la pique Rouge de Bassiès (2676m), tandis que le sommet recouvert est le pic de Puntussan (2682m). 18) La luminosité continue de chuter, mais j'assiste à une combinaison de facteurs plutôt inattendue. Tout d'abord un amincissement temporaire de la couche d'inversion me permettant d'obtenir une vue simultanée sur mais également sous la mer de stratus (quelques lumières du village d'Issel sont visibles en contrebas). Mais également l'apparition d'un mirage optique créé sur les premiers reliefs du piémont Pyrénéens. Un combo parfait pour terminer l'année en beauté. 19) Une petite dernière vue d'ensemble pour la route, avec temps de pose et réglages différents, mais également sans filtre à densité neutre contrairement aux trois précédentes. 20) Exit 2018, place à 2019 désormais ! A nouveau, je vous souhaite une très bonne année !
  6. Bonjour à tous, Comme vous le savez certainement ici, l'hiver a frappé assez fort pour un premier coup. Outre les quelques flocons apportant un soupoudrage anecdotique donc je ne vous ferais pas l'offense de montrer, ce sont les montagnes jusqu'à moyenne altitude qui ont été le plus sévèrement touchées avec des hauteurs de neige supérieures à 30cm dès 1000/1200m sur la plupart des massifs de l'Est. Profitant d'un week-end de trois jours tombant pile sur le plus fort de la dégradation, je prends la route des Vosges vendredi, alors qu'un front froid suivi d'une traîne active plâtre copieusement le massif... -cliquez sur les photos pour une résolution optimisée- La LPN est particulièrement stable et donc bien délimitée, rien à 850m, plus de 20cm à 1000m! L'arrivée au col de la Schlucht vers 16h30 se fait dans des conditions épiques: vent, brouillard et neige soutenue sont au rendez-vous, la neige et le givre recouvrent tout, même les fenêtres... Quelle entrée en la matière! 1] La couche de neige avoisine facilement les 35cm. 2] ...Et la végétation croule sous le poids de la neige! 3] Tout cela est de bon augure pour le lendemain. La nuit tombe vite et m'empêche de continuer ma petite balade. Le lendemain donc, le ciel se dégage plus ou moins dans une ambiance bien hivernale. Direction la route des crêtes! Petit arrêt au niveau des chalets du Haut Chitelet, 1240m. Le paysage est juste somptueux. 4] Un peu plus loin, j'arrive aux chalets du Pâquis des Fées (appelés maintenant "pied du Hohneck"). Le paysage est toujours aussi beau et hivernal, la vue porte sur la vallée de la Vologne 5] L'ascension prévue est courte (à peine 118m, ce qui n'est pas énorme même pour un habitant des plaines tel que moi ) mais le paysage y change radicalement du fait de l'exposition et de l'isolement des sommets. Dès les premières dizaines de mètres, les arbres se raréfient et la neige devient brossée. La couche de givre augmente significativement. 6] Col du Wormspel (1263m), l'impression est déjà beaucoup plus montagnarde sur le versant Alsacien. Une mer de nuages recouvre la plaine d'Alsace (oserais-je dire comme d'habitude? ). 7] Cette petite moquerie m'aura coûté cher. D'un coup, les cumulus poussent sur la crête et envahissent tout! 8] Le sommet du hohneck est proche et encore dégagé. Le givre s'épaissit encore et atteint entre 5 et 10cm d'épaisseur. 9] L'espoir est futile car le ciel se bouchera définitivement quelques minutes plus tard. D'un point de vue photographique, cela reste très intéressant avec de belles ambiances fantomatiques aux teintes métalliques. 10] Givrage conséquent sur les rochers. 11] Un peu plus loin, la fameuse corniche Vosgienne se dévoile. 12] Au sommet, l'ambiance est quasi-polaire avec un brouillard à couper au couteau mais le ciel bleu jamais bien loin. La neige soufflée décore le sol tandis que le refuge est gainé d'une coque de givre et de neige. 13] Version plus nuageuse. 14] Vue de la face nord et ouest. 15] Après cette excursion assez dépaysante malgré la faible distance, je redescends, toujours accompagné de cette ambiance bien particulière. 16] Direction la face est des crêtes, bien plus abrupte et permettant à la neige de se déposer sans vent... L'occasion de fouler une bonne poudreuse! Il fait -2°C mais la fraîcheur est insensible grâce à l'absence de vent. Ici, le Lac Blanc (environ 1050m) surplombé par le Rocher du Château Hans (environ 1220m) 17] Ces premières neiges d'automne à moyenne altitude ont un avantage: les lacs ne sont pas gelés et permettent des photos que l'on ne pourrait pas réaliser en hiver faute de reflets. 18] A l'opposé du lac, un chemin de rando hivernale se perd dans la forêt et invite à l'évasion... Tout à fait ce que je recherchais! 19] A cette altitude, les dernières couleurs d'automne sont encore présentes offrant de beaux mélanges de couleurs. 20] Les sapins restent bien droits tandis que les feuillus retardataires ploient sous la neige pourtant légère. 21] Une dernière prise entre les sapins. 22] Le lendemain matin, le redoux est présent avec +2°C de la vallée de la Vologne jusqu'au sommet du hohneck, la température est particulièrement homogène sur cette tranche d'atmosphère... Donc le redoux se fait sentir! Je monte une dernière fois au sommet avant de rentrer pour profiter du panorama qui sera nettement plus dégagé que la veille malgré le ciel couvert. Banc d'altostratus sombre et menaçant sur un paysage de neige très clair. L'ambiance est assez oppressante. 23] Grâce au front chaud, l'air est très sec à moyenne altitude et la visibilité porte loin. Depuis le col, la Forêt Noire semble à portée de main... La plaine d'Alsace baigne encore dans le stratus. 24] Givre en drapeau d'une dizaine de centimètres d'épaisseur. 25] Voire même la quinzaine sur les poteaux proches du sommet. 26] Vue de la corniche. 27] Depuis le sommet, la limite d'enneigement et les couleurs d'automne sont cette fois bien visibles. Les contrastes sont magnifiques! 28] Je finirais sur la route des crêtes avec ces drôles d'escargots de neige. Ils se forment avec les paquets de neige tombant des arbres et roulant sur la pente. Leur formation est relativement peu courante car elle nécessite une neige à la fois humide pour que l'adhésion soit efficace mais aussi légère pour qu'elle puisse s'enrouler sans retenir le paquet dans le manteau neigeux. Il semble qu'une couche sous-jacente de poudreuse soit aussi importante, l'épaisseur de neige humide correspondant à l'épaisseur de l'enroulement. 29] 30]
×
×
  • Create New...