Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Search the Community

Showing results for tags 'orage'.

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Prévisions
    • Prévisions à court et moyen terme
    • Evolution à plus long terme
    • Tendances saisonnières
  • Observations
    • Le temps en France
    • Le temps en Europe et dans le reste du monde
  • Climatologie
    • Paléoclimatologie
    • Climatologie
    • Evolution du climat
    • Phénomènes météorologiques violents
  • Les autres aspects de la météo
    • Météo, environnement et société
    • Instrumentation
    • Photos, vidéos et matériel de prise de vue
    • Questions - réponses sur la météo
  • On y parle de météo
    • Sites web
    • Expositions, conférences, évènements
    • Presse, livres, médias et cinéma
  • Discussions autour d'Infoclimat
    • Vie du site Infoclimat
    • Rencontres météo
    • Convivialités

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Gender


Location


Site web


Bio


ICQ


AIM


Yahoo


Skype


Google

  1. Bonsoir les amis Après plusieurs jours de pluie, nous avons eu une belle journée 24.8°C Tx 😁 Mais bon... il devrait pleuvoir le week end
  2. Bonsoir, N'ayant jamais l'occase de sortir du live, les images apparaitront petit à petit, non chronologiquement. En vidant les cartes mémoires de ce soir, il y a quelques petites choses... Première scène le matin du jeudi 17 juin 2021. Impact touchant Neuilly-sur-Marne (93): Belle nuit.
  3. Bonjour, Ouverture du topic SO- Mai avec un averse orageux en mer 😜... Sinon, des averses un peu partout 9°c
  4. Partie 1 - Janvier à Juin 2019 (comment ça j'ai 2 ans de retard ? 😬) | ATTENTION : Ce topic contient beaucoup d'images grand format, et peut ne pas convenir aux connexions les plus lentes. 15 Mars Superbe couché de soleil sur le Pic Saint Loup ! 06 Avril Tornade sur Castries ! Pour plus d'infos sur cette tornade : - https://forums.infoclimat.fr/f/topic/53910-suivi-du-temps-dans-les-régions-méditerranéennes-avril-2019/?do=findComment&comment=3082770 - Tornade près de Castries (Hérault) le 6 avril 2019. - KERAUNOS Observatoire Français des Tornades et des Orages Violents - (1) Tornade le 06/04/2019 entre Castries et Baillargues, Herault - YouTube - (1) Tornade dans l'est Hérault (France) le 6 avril 2019 - YouTube 07 Avril Orage de fin de nuit sur le littoral de Palavas-les-Flots 25 Mai Situation orageuse, depuis le PdV sur les hauteurs de Claret 10 Juin Orage nocturne depuis les hauteurs de Millau 14 Juin Orage diurne, entre St Georges d'Orques et Gignac 20 Juin Orage depuis les alentours de la maison ! 22 Juin Chasse dans le Gard avec @C.C. Chrispic ! 28 Juin Oh, la belle enclume!
  5. Bonjour, la saison 2021 n'a toujours pas réellement attaqué pour bon nombre d'entre nous et j'avais oublié que je n'avais toujours pas fini ma rétrospective de 2020. Je vais donc vous partager mon dernier récit, c'est donc parti pour AOUT & OCTOBRE! ___________________________________________ Après un joli mois de juillet bien fourni en orage, voilà Aout qui arrive et sont lot d'orage. Pas beaucoup de sortie pour ma part, mon emplois du temps fait que il sera compliqué pour moi de courir après les situs mais néanmoins j'arriverai à tirer mon épingle du jeu. C'est parti pour la journée du 10 Aout, une bonne petite situ typique des journées d'été est entrevue par les modèles du cote de la Haute-Loire, c'est donc tout logiquement je "targueterai" la bas. Rejoint par mon binôme (Maxence), je lui fait part d'un sentiment qui me chagrine à savoir que j'ai pas confiance en ma voiture pour cette traque. En effet, je commence à pressentir comme des faiblesses de la part de l'embrayage ou du moins d'une pièce qui s'en rapporte. On prends donc sa voiture et nous faisons route direction Yssingeaux. Sur la route les congestus bordent la limite de partage des eaux (coup classique) et commencent à proposer de beau rideau de précipitation: 1/ Etant un peu pris de court, on pâti à trouver un point de vue acceptable comme on les aime. Néanmoins un champs nous offrira une opportunité non loin d'Yssingeaux. Pour se dégager un peu plus la vue et voir vraiment à qui on avait à faire j'envoie mon bourdon dans les air: 2/ Petite séquence Timelaps au sol Un timide coup de foudre sortira de cette cellule mais pas mieux. On décide donc de continuer notre route plus au Sud car la est vu le plus gros potentiel en milieu/fin d'après-midi. On se positionnera non loin du petit village du Pertuis ou nous resterons une bonne partie de l'après-midi à surveiller, contempler, observer les élément à la recherche du moindre indice qui nous indiquerai comme quoi ça va démarrer. Des petits congestus se formeront tout autour de nous mais sans jamais atteindre le stade d'orage. 3/ Puis dans le même temps, en surveillant le radar d'un œil et en voyant quelques tourelles convectives au loin à l'Ouest, on prends conscience que c'est en train de se jouer sur la bassin du Puy. On patiente encore un peu histoire de voir si notre placement est bon puis on se rend compte très vite qu'il ne l'est pas. Du coup on rebrousse chemin direction le Nord et le secteur de Monistrol-sur-Loire. A présent les bases sombres sont bien visible et la foudre se montre. Une fois arrivé sur le spot de Monistrol c'est parfait on est devant et le système se dirige droit sur nous tout en lâchant de beaux ramifiés sur la colline d'en face. 4/ 5/ Voila que les premières gouttes viennent s'écraser sur la lentille de l'objectif, il est temps pour nous de se replier pour tenter de toujours devancer ce vaste système à présent. Malheureusement comme je le pressentais, au moment de repartir d'un point de vue quelques kilomètre après celui de Monistrol, vla que le câble d'embrayage pète. Ainsi s'achève la traque du jour pou moi alors qu'il y avait matière. De son coté Max lui continuera la traque après s'être assuré que la dépanneuse vienne me chercher. Nous voilà trois jours plus tard, mon véhicule réparé et une nouvelle situation intéressante se dessine sur le papier. Je récupère cette fois mon binôme et nous voilà parti du coté du Lyonnais. Initialement, on espéraient récupérer les orages venu tout droit du Sud Ligérien. Malheureusement arrivé sur nous, ils perdront en puissance. Quelques pétards mouillés sur le Sud Ouest Lyonnais mais rien de plus à ce mettre sous la dent. 6/ On décide donc de prendre de l'avance sur la potentiel suite des évènements à savoir une deuxième salves mais cette fois-ci plus sur le Nord Isère et les premiers reliefs Alpin. Nous voilà en route et au moment de traverser la ville de Lyon c'est tout bonnement des seaux d'eau que nous prendrons sur la voiture. Dans le même temps, la foudre tombait bien ramifié avec même un coup de foudre sur la tour Incity capturé par un ami chasseur resté dans les mont d'Or d'où nous venions de partir. On décide donc de faire une halte dès que possible pour observer cet orage en évacuation et c'est du coté de Mions ou nous nous arrêterons. A peine le temps de sortir le matériel, qu'un quadruple ramifié nous tombe devant. 7/ Bien entendu sur cette image un seul d'imprimé sur le capteur mais en vidéo, 3 on bien eu lieu juste avant lui. L'orage s'évacue, ne montrant plus d'activité électrique comme si ce quadruple était le bouquet final tel un feu d'artifice. Nous reprenons donc la route direction le Nord Isère et plus particulièrement La Côte St André dans la plaine de la Bièvre. Positionné sur les hauteurs du village, la vue est superbe sur un gros 180° Sud nous laissant bien entrevoir se qui nous arrivera dessus au moment venu. On surveille donc se qui se trame du coté de la VDR non loin de Tain l'Hermitage sur le radar car le flux dominant devrait nous ramener toute cette activité. Malheureusement la plus part se désagrègera avant même que l'on puisse voir le système. Juste quelques bases avec un fin rideau à se mettre sous la dent. 8/ En Timelapse voilà se que ça donne Un résumé de la séquence en Timelapse Progressivement, l'activité électrique décline et un joli coucher de soleil se met en place. 14/ Et avec les restes d'averses orageuses un bien joli arc-en-ciel apparait 15/ On pensait prolonger le plaisirs en nocturne, malheureusement, c'était trop faiblard pour aller y chercher non loin de Grenoble. Ainsi s'achèvera cette journée du 13 Aout au final assez électrique. Trois jours plus tard, pas de possibilité pour moi de partir en traque en journée. C'est donc depuis mon lieu d'invitation que j'essuierai un bon orage assez grêligène (le 3ème cette saison sur ce secteur). Tombé en quantité avec par moment des spécimens allant jusqu'à presque 3cm accompagné de 40mm le tout en moins d'une heure. 16/ 17/ 18/ Le soir venu, une faible activité se met en place en Vallée du Rhône. Je part me placer sur un point de vue non loin de la maison en bordure de falaise en surplomb du Rhône avec vue sur la Drôme. Une fois de plus c'est lointain mais pour le coup assez esthétique avec quelques extra-nuageux 19/ 20/ 21/ Voilà pour Aout 2020 me concernant. A présent place à la rentrée, les orages se font de plus en plus rare et il me faudra attendre Octobre pour clôturer définitivement ma saison orageuse 2020. Vu le faible nombre d'image en ma procession pour narrer le mois d'Octobre, je l'intègre directement à ce topic. Il me faudra donc attendre le 23 Octobre pour voir les dernières manifestations kéraunique de cette drôle d'année 2020. En réalité c'est sans grande conviction que je me poste sur un de mes nombreux point de vue surplombant le Rhône. L'instabilité est bien la vue que plus au Sud j'ai pu entrevoir et même entendre gronder l'orage. Le plafond bas défile j'ai même par moment des bancs de brumes aspirés par l'instabilité qui me passent devant en longeant les coteaux. Puis d'un coup, je me fait surprendre par un coup de foudre sur la colline d'en face ou se trouve des éoliennes. Je ne me fait pas prier pour installer le matos que je n'avais pas encore déballé. Je cadre donc dans cette direction et quelques minutes plus tard re-belote mais cette fois-ci c'est dans la boite! Une des éoliennes du parc du Grand bœuf bordant l'A7 se fait foudroyer 22/ Le crop 22bis/ Je suis aux anges car c'est toujours spectaculaire que de voir un tel phénomène même si je vous l'accorde c'est assez courant. Une dizaine de minutes s'écoulent et de nouveau la foudre jailli. Mais cette fois-ci (à l'œil) je suis quasi certain que ça tombe à coté. Je regarde succinctement mon image sur l'écran de l'appareil et ça me confirme bien se que j'ai vue. La fête se finira sur cette décharge et le système convectif continuera sa route vers l'Est. Je rentre chez moi, décharge les images sur le PC , attaque le tri et le traitement et la surprise, sur la deuxième image c'est pas un mais six impact qui ont été capturés. En effet le principal sur la droite le plus visible mais en ajustant les curseurs sur mon logiciel de développement je me rend compte que 5 autres sont venu titiller les pales du parc éolien. 23/ Le crop 23bis/ Alors même si c'est pas des plus esthétique, je retiendrai de cette photo que c'est un record pour moi concernant le nombre d'impact simultané de jour et surtout le fait que certainement soient des ascendants. Voilà, à présent place à l'hiver bien trop long et à de nouvelles contraintes de déplacements pour ce début de printemps. Pour ceux qui voudrait prolonger les traques mais cette fois-ci en vidéo, je vous joint les deux épisodes tournés lors de journées du 10 et 13 Août sur la chaine à Maxence: 10 Aout (Haute-Loire) 13 Aout Lyonnais et Nord Isère Merci de m'avoir lu , je vous dit à très vite j'espère! Jérémy
  6. Bonsoir ! Je vous partage l'expérience d'une séquence surréaliste dans l'Est de la Haute-Loire hier Dimanche 16 Août 2020, avec la formation d'une supercellule anticyclonique à moins de 5km de ma position. Une nouvelle fois, les orages me rappellent qu'il n'y a pas nécessairement le besoin d'avoir la foudre en visuel pour pouvoir assister à des instants magiques. Il est 17h20, lorsqu'un orage organisé en petite ligne remonte en direction du nord-est en longeant la frontière Haute-Loire / Ardèche. A hauteur d'Yssingeaux, une structure très suspecte se forme sur le flanc ouest de la petite ligne, à l'avant immédiat du bord d'attaque de la cellule. 1/ L'orage a maturité constitue un arcus très rapidement à 17h25, les rideaux de précipitations ne sont plus très loin. Je garde un oeil attentif sur les bases surbaissées suspectes, et je contemple cet arcus qui ne rentre même pas totalement dans le cadre à 16mm. Le tonnerre est constant, mais la foudre n'est pas en visuel, tout se produit visiblement derrière les rideaux compacts. 2/ A 17h27, j'assiste à un dédoublement supercellulaire. A ma droite (à l'ouest du système, géographiquement), l'ambiance devient carrément surréaliste, une partie de l'arcus se déchire, comme si il était arraché de force, et je commence à distinguer deux noyaux orageux bien distincts dans le ciel dont celui de droite présentant une rotation nette, plus aucun doute il s'agit bien d'un "split", j'assiste à la naissance d'une supercellule anticyclonique. 3/ 17h30, la supercellule fille se détache complètement de la cellule mère, et prend une trajectoire plein nord alors que les autres orages continuent leur route en direction du nord-est. L'imagerie radar le confirme une nouvelle fois. 4/ A 17h32, la rotation est intense, parfaitement visible à l'oeil nu sans faire d'accéléré. 5/ 6/ A 17h35 je suis contraint de me replier dans la voiture, et se sont des seaux de grêle qui se déversent sur le secteur. En 10 ans de chasse à l'orage, c'est la toute première fois que j'ai le privilège de pouvoir assister d'aussi près à un split supercellulaire. C'était intimidant, effrayant, fascinant. Merci, merci au ciel pour m'avoir offert ce spectacle.
  7. Bonjour, Belle cellule orageuse entre flassan et le Luc, pratiquement aucune activité électrique. Photo prise à l'E de ma position depuis le col de la bigue à 18h35
  8. Bonjour à tous, Longtemps que je n’avais pas posté un sujet photographique, il faut dire que la saison orageuse 2020 est un peu en dent de scie sur le 06. Très peu de dégradations photogéniques, rien de très organisé. Néanmoins les retours d’Est, comme à leur habitude ne déçoivent que rarement. Une situation intéressante semblait se profiler pour la fin de journée du 03 aout et la nuit suivante. Une masse d’air froide et dépressionnaire glisse dans le Golfe de Gênes, classique convergence entre Mistral et Lombarde, instabilité très élevée, tous les ingrédients sont là pour engendrer du lourd entre la Ligurie et le 06. Journée de boulot finie, je rejoins mon compère Varois à Antibes, lieu où nous sommes rarement déçus car étonnement très peu concerné par les précipitations dans ce genre de situation. Le jour tombe peu à peu alors que les orages concernent déjà l’Italie et le Mercantour. Les modèles sont unanimes, de fortes cellules devraient se développer ans les prochaines heures et rapidement le ciel se charge sur la zone. La convection se met en place et les premières averses se déclenchent. Néanmoins il y a un problème, celles-ci ne parviennent pas à véritablement exploser et se démarquer, tout reste assez mou pendant de longues heures. Seuls quelques flashs se font voir de temps à autre sous de fortes averses, rien de photogénique. Les heures passent et nous commençons à vraiment douter de la situation, il manque quelque chose. Seule une petite cellule se démarque devant Menton vers 01h00 du matin, nous gratifiant de nombreux flashs et de quelques impacts dont ce bel extranuageux. 1/ Puis la cellule se meurt peu à peu et le ciel perd son aspect instable sur la zone, d’autant que le vent d’Ouest parvient maintenant à se propager jusqu’à notre secteur, synonyme d’air sec. Nous prenons donc la route du retour... Très déçu de cette chasse qui semblait pourtant bien s’annoncer sur le papier je scrute le ciel en quête du moindre signe prometteur. Au détour d’un virage un congestus bien compact attire mon attention devant Cannes, me décidant à faire un petit détour par le littoral pour voir de quoi il en est même si le radar n’indique aucun écho. Ce sera la meilleure intuition de la nuit ! 10min plus tard je me retrouve face à une magnifique convection isolée derrière les îles de Lérins, le radar ne me fait pas hésiter plus longtemps, il faut rapidement installer le matos car l’orage est imminent. En effet cela ne tardera pas, rapidement l’activité devient frénétique en haut de la colonne : 2/ Déjà les canaux électriques ont tendance à s’échapper vers le ciel étoilé, la convection est tellement puissante et étroite que les impacts extranuageux sont inévitables, plus qu’à attendre. Ça ne sera pas long. 3/ La cellule flash toutes les 2/3 secondes, il n’y a pas un bruit autour excepté celui des vagues et le son du tonnerre des puissants impacts extranuageux frappant devant le cap d’Antibes : 4/ C’est magnifique, la cellule ne bouge pas et est complètement isolée. Les extranuageux tapent parfois bien loin de l’orage : 5/ Plus à gauche ? 6/ Ou alors au milieu : 7/ La cellule alterne par la suite entre phases plus actives ou plus calmes selon les poussées convectives, quelques extras à se mettre sous la dent à nouveau mais l’orage semble peu à peu s’éloigner : 8/ Tout ceci dure une grosse demi-heure puis les nuages parasites prennent le dessus. Je prends la décision de rentrer, ayant tellement hâte de traiter tous les clichés de la dernière heure. Arrivé chez moi je m’empresse de commencer le post-traitement mais rapidement de nouveaux flashs se réverbèrent entre les volets, de nouvelles puissantes cellules se sont formées devant le littoral du 06. Celles-ci sont un peu plus lointaines mais deviennent frénétiques. Je tente quelques clichés depuis la fenêtre mais de la convection plus aboutie sur l’Est du département me fait prendre la décision de bouger à nouveau. Le jour ne va pas tarder à se lever mais j’ai encore un peu de marge. Après 10min de route j’arrive sur mon point de vue, l’activité électrique est démentielle avec une ligne d’orage partant du large et remontant peu à peu sur Nice. 9/ Une cellule se forme devant moi près de Vence, elle ne tardera pas à donner de lourds impacts, me permettant de composer avec le village de Bar-sur-Loup au premier plan : 10/ Le spectacle est toujours aussi plaisant vers le large : 11/ Les flashs prennent le dessus et la cellule la plus proche peine à vraiment exploser, quelques bons impacts sporadiques se font voir de temps en temps : 12/ Le jour se lève peu à peu alors que l’orage plonge vers le littoral, ne donnant maintenant que des flashs. Rapidement les lumières deviennent impressionnantes : 13/ La cellule se décale petit à petit, donnant pendant quelques minutes de bonnes salves d’impacts sous son courant ascendant, signe d’un regain d’activité. Le rideau de grêle est très marqué. 14/ Cet orage finira par s’échouer sur le littoral cannois aux alentours de 7h du matin, puis mourir en venant buter contre l’air sec. Quelle nuit !
  9. C'est partie pour la saison 2019 dans le NE, après les orages d'air froid et de neige du début d'année, les premiers orages de saison chaude sont la ! [ 19 Avril 2019 Champagne Foudroyante] ! En complément du magnifique récit de Jérémie qui visiblement n'était pas bien loin (lien en bas du récit) En ce 19 Avril 2019 le prévis pour le NE sont plutôt sympathique des orages sont prévue des vosges au sud de la champagne, il titille même la Meurthe-Et-Moselle a l'heure de se retrouver avec les copain : Finalement direction la frontière entre le 55 et le 52 pour retrouver d'autre amis du groupe, on n'assiste au premier vrai orages de la journée, le temps d'arrivé au plus près, l'orage tire sa révérence : C'est finalement du coté de la Marne qu'une belle cellule isolé explose au soleil couchant : Même topo, le temps d'arrivé la cellule est morte, l'air est très sec en basse couche et la durée de vie des cellules est très brève ! on prend finalement la direction d'un petit relais routier non loin de la afin de manger et boire une bonne bière ! on n'y prendra d''ailleurs un peu trop nos aise puisqu'un flash a l'horizon nous fait comprendre qu'on n'a clairement rater le coche sur une première cellule orageuse au sud est de la Marne ! De peur que l'orage meurt avant que l'ont arrivent assez prêt on décidé d'assurer le coup et de finalement photographier assez loin, mais les premiers impacts sont dans la boite A la suite de cette orage nous décidon d'anticiper une formation des orages un peu plus au sud, sur le département de L'aube (10), mais c'est finalement a la frontière 51/10 que la foudre se montre ! encore une fois assez loin (15-20km) de l'orage, mais une excellente vue nous permet de profité d'une activité éléctrique remarquable pour la saison ! L'air semble tellement sec en basse couche que les précips semblent avoir du mal a atteindre le sol ! quand a nous, nous subissons des écarts de températures assez déroutant ! passant du chaud au froid ! du froid au chaud ! Notez au fond a droite les 2 coup de foudre ascendant sur éolienne ! L'ambiance est superbe ! l'orage s'étteint doucement, une nouvelle cellule plus proche s'active alors devant nous : Nous gratifiant de superbes impacts de foudres ! : L'activité se décalent ensuite vers la région parisienne, le temps pour nous de rentré ! fatigué mais avec le sourire ! le récit de @Météo78 tout proche de nous :
  10. Bonjour ! Retour sur les sorties photos du mois de septembre 2018 ! ---------------------------------------------------------------------- 06 septembre Réveil brutal vers 3h15 avec les premiers coups de tonnerre ! L'orage passera rapidement devant ma position ! La vue du balcon ne sera pas parfaite pour la composition, et le cadrage mauvais, mais ce sera toujours ça ! L'ambiance était bien sympathique ! Mais cela ne sera pas la seule surprise de la journée ! En milieu d'après-midi, je vois au radar et à la fenêtre que cela commence à s'agiter ! J'essaye, dans un premier temps un timelapse. Je décide ensuite de prendre la voiture direction le Gard ! Je m'arrête sur la route afin de prendre le monstre en photo ! Visuellement, de mon point de vue ça claque ! J'espère que cela donnera en dessous ! Arrivé en dessous, je me retrouverai à plusieurs reprises sous les pluies intenses, parfois accompagnées de petite grêle. Pas de point de vue dégagé pour me placer, je prends juste le temps de photographier un arc-en-ciel naissant sur le rideau de pluie devant moi ! Je déciderai alors de rejoindre @C.C. Chrispic du côté de Nîmes en espérant que la cellule explose. Bon. Ce ne fut pas le cas, mais plutôt l'occasion de faire de la photo d'étoiles Quoi qu'il en soit, une journée pleine d'action ! Nuit du 12 au 13 septembre Milieu de soirée, à la vue du radar, je me pose la question : Il serait peut-être temps de partir en chasse, non ? Je contacte @C.C. Chrispic, et décide de le rejoindre en bord de mer, à Carnon-Plage. Sur la route, les flashs à l'horizon font monter mon excitation ! Il semblerait qu'il y ait de quoi faire ce soir ! Une fois arrivés, nous commençons à photographier ver la mer, en direction de Sète. Les flashs se concentrent la bas pour le moment. Les premiers rideaux de pluies nous frôlent sans jamais nous atteindre, et nous passent devant, bonne nouvelle pour nous, on devrait rester au sec pour le moment ! Au bout d'une heure, l'activité de la cellule que l'on photographie tend à se calmer. Mais c'est sans compter sur la naissance à notre opposé d'une autre cellule plus proche, et virulente elle aussi ! Beaucoup de flashs, peu d'impacts hélas, le plafond nuageux très marqué et un rideau de pluie magnifique ! Le ton est donné, nous sommes au bon endroit ! Encore une fois, la cellule perd en intensité. A ce moment nous ne savons pas trop quoi faire. De nouveau shooter côté Sète où cela flashe encore ? Se replacer ? Attendre ? Au vu du radar, c'est la dernière option qui est retenue. Nous attendons. Une heure après la dernière cellule, nous nous faisons surprendre par un double impact proche ! Se pourrait-il qu'une cellule ait éclos devant nous ? Quasiment plus d'activité pendant 20min, quand tout à coup, plusieurs coups de canon retentissent chaque 3 à 5min pendant 15min.. Un dernier impact très esthétique, qui, selon moi, et mon plus beau cliché de l'année 2018.. ..puis plus rien. Je pense que c'est la définition de "bouquet final" ! Un très bon souvenir de cette fin d'été 2018 ! ---------------------------------------------------------------------- 15 septembre Le ciel s'embrase : 24 septembre Structure nuageuses intéressantes ! ~Quentin
  11. Bonjour, je me permets d'ouvrir ce Thread pour recenser tous mes posts Sorties Photos ! ___________________________ Mes publications PhotoLive 2021 En cours d'ajout... 2020 En cours d'ajout... 2019 Sorties Photos de 2019 2018 Mai Juin Juillet Août Septembre Oct / Nov / Dec ___________________________ Orageusement votre, Quentin
  12. 2017 fut une année particulièrement pauvre en terme d'orages et de phénomènes convectifs, même si quelques clichés ont pu être effectués. Malgré tout, l'année s'était terminée par un orage assez actif le 26 décembre en matinée dans le Golfe de Saint-Tropez avec même quelques clichés de foudre à la clef ! 1/ 2/ Enfin bon, tout ça ne laissait pas présager un tel début d'année 2018. En effet, quelques jours après le jour de l'an les modèles laissaient présager un épisode pluvio-orageux sur le Sud de la France pour les 7 et 8 janvier. Pas si rare que ça en cette periode mais généralement l'aspect orageux se limite à 3 pétards sous des tonnes de flottes, oui, on reste quand même en plein hiver.. Pourtant plus les runs avançaient et plus l'instabilité était vue importante, parfois forte pour la saison avec plus de 1000j/kg et un dynamisme a en faire pâlir les situations de l'automne 2017. C'était sûr, il allait se passer quelque chose de gros par endroit avec un risque d'orages parfois forts pour la nuit du 7 au 8 janvier. Déjà la nuit précédente des orages étaient prévus dans les Corbières, annonçant la couleur de cet épisode, ceux-ci ont en effet perduré une bonne partie de la nuit et se renforceront en fin de nuit pour donner de fortes cellules grêligènes et même une tornade sur le 66. En fin d'après-midi du 7 janvier je suis rejoins chez moi à Castelnau par mon ami Varois, venu spécialement pour ce premier épisode de 2018. Je prends la décision de nous placer à Vendres, qui semble bien placé pour la situation à venir étant orienté vers le sud-ouest, endroit d'où devrait arriver une ligne rageuse en fin de soirée. Arrivés sur le spot nous attendons les orages, déjà visibles sur le 66 et le 11 et qui remontent progressivement. Peu à peu la ligne orageuse se dessine, les premiers impacts sont visibles sur l'Aude : 3/ L'activité électrique est assez impressionnante pour la saison avec des flashs et impacts toutes les 10/20sec par moment. Les impacts se montrent insistants a sud-ouest, on va y avoir droit c'est sur : 4/ Ceux-ci sont de plus en plus proches : 5/ (Christian a le même d'un peu plus proche) 6/ La pluie n'est plus très loin à présent : 7/ S'en suivra une averse digne des orages d'été avec vent fort, grêle et foudre parfois proche. Bien proche, dommage pour les gouttes mais l'ambiance est là : 8/ A l'arrière le ciel semble limpide, décidément cette dégradation est vraiment bien plus esthétique que d'habitude, on se déplace un peu pour avoir une vue vers la cellule : 9/ La convection est belle, on sent qu'un extra peut sortir, ce sera chose faite quelques minutes plus tard : 10/ On attend un peu de voir comment la situation évolue, le risque étant présent pour toute la nuit. Au bout de quelques minutes une nouvelle convergence semble prendre plus à l'est, on hésite, se demandant si il ne vaut mieux pas rester là car les modèles la voyaient plus à l'ouest mais voyant le radar s’exciter, la décision est prise de se diriger vers Frontignan. Arrivés la bas on décide de se décaler un peu plus pour se mettre à la limite de la ligne histoire de voir un peu mieux la foudre. Je connais un petit point de vue le long de la nationale dominant un peu la région, on s'y dirige donc. A peine arrivé une cellule donne déjà de la foudre vers Montpellier même si quelques arbres nous gâchent un peu la vue. 11/ De beaux spiders finissant en coups de foudre : 12/ Tout à coup une cellule s'active et donne de la foudre en air sec, le temps de réagir elle se déplace vers Palavas : 13/ Avec de magnifiques coups de foudre, dignes de l'été ! 14/ On laisse la ligne se rapprocher progressivement, mais surement. Des cellules ne vont pas tarder à nous passer dessus avec de la foudre en mer. La foudre se rapproche petit à petit, on espère un impact proche donc on ferme le diaphragme, de plus en plus.. L'impact tant attendu se produit.. mais sur un poteau à 150m sur notre droite.. Une nouvelle cellule approche avec de nouveaux impacts, un peu cachés par les arbres. L'un d'eux finit par tomber à un peu moins d'un kilomètre: 15/ Puis la pluie prends le relais, mon compère décide de rentrer sur le Var mais je continue la chasse, l'activité étant encore présente et un nouveau forçage devant arriver par la mer en fin de nuit. Je me cale au bord d'un étang espérant de la foudre proche en photo. Après de nombreuses prises infructueuses (je suis au milieu de la cellule donc ça tombe un peu partout) un impact tombe à environ 700m près de Palavas ! 16/ Par la suite je prendrai la route en quète de sensations un peu plus fortes et e retrouverait sous la plus forte cellule en Camargue. A la fin de l'orage je tente quelques poses avec les nombreux spiders déchirant le ciel : 17/ Ce sera la dernière prise de cette chasse même si les orages continueront jusqu'à environ 13h00 le lendemain, soit plus de 12 heures d'orages sur l'est 34 ! Quel début de saison, en espérant que la suite soit du même acabit, car le tonnerre a encore grondé ce week-end sur le 34 et nous ne sommes que mi-janvier .. ! PS: Je vais changer d'hébergeur pour les images, la qualité est vraiment altérée avec celui-ci..
  13. Bonjour à toutes et à tous !! Petit nouveau sur ce forum, je viens vers vous pour vous demander votre avis sur un projet que j’aimerais réaliser à partir du site Blitzortung.org Mon projet consiste à comptabiliser le nombre de jour d’orages sur de nombreuses villes d’Europe à partir des archives de ce site (juste par passion pour les orages^^). Tout est déjà en place (choix des villes, tableur statistique, méthodologie…) seulement voilà, il y a encore 2 points que j’aimerais éclaircir et qui me mettent le doute. Le 1er : Lors de récents orages qui ont frôlé ma position, des impacts ont été détecté sur des zones où il n y avait strictement aucun nuage, comment expliquer cela (précision de la détection, parasites…) ? Le 2ème : Certaines zones ne sont pas très bien couvertes par le réseau de détection (Sud de l’Espagne, Maghreb…), est-il vraiment utile de prendre en considération ces zones géographiques sachant qu’elles risquent d’être désavantagées par rapport à des zones où le réseau est bien plus dense (Allemagne, Europe centrale…) ? Je comptabilise 1 jour d’orage lorsqu’un impact se situe à l’intérieur d’un cercle de 20km de diamètre autour d’un centre-ville. Selon vous ce projet est-il viable ou est ce que les points que j’ai précédemment évoqués risquent de trop fausser les données ?? Merci d’avance pour vos réponses
  14. Bonjour ! Sur ce topic, j'exposerai les photos de mes différentes sorties photos du mois de Mai 2018 ! Materiel : - Canon EOS 700D - EFS 18-55mm f/3,5-5,6 - EF STM 50mm f/1,8 - Trépied - Déclencheur manuel filaire -------- 08 Mai 2018 - Beaulieu / St Christol Une cellule très esthétique et grêligène passe par chez moi, j'en profite pour aller la photographier. @C.C. Chrispic me rejoint, je suis joie car c'est le premier chasseur d'orage que je rencontre ! (Ca peu paraître bête mais ça boost l'envie de faire plus et mieux !) Nous partons ensuite pour le point de vue de Montaud, ou je rencontrerais plusieurs chasseurs. Hélas, en terme électrique, la cellule s’essouffle et ne donne plus rien. Je décide un peu plus tard de rentrer, mais je tombe nez à nez avec une toute petite cellule que je décide de photographier à différents moments de sa formation, un vrai régal !
  15. Et bien non, ce ne serait plus celui de 321 km enregistré dans l'Oklahoma en 2007; un éclair aurait parcouru plus de 500 km le 22/10/2017 ayant pris naissance dans un MCS dans le nord du Texas pour atterrir au sud du Kansas tout en traversant l'Oklahoma !! https://journals.ametsoc.org/doi/10.1175/BAMS-D-19-0033.1
  16. Bonjour, après trois sujets que j'avais créé en début de saison, mon planning a fait que je n'ai pu continuer sur ma lancée. Je rectifie le tir donc par ce sujet. Les photos qui vont suivre on été faites sur trois mois (Mai, juin et Juillet). Je débute par le 8 Mai dans la Loire avec un faible risque Me voilà parti du coté de Balbigny ou déjà sur l'autoroute la convection était belle à voir, et une fois arrivé sur mon spot d'observation l'ambiance est la: 1/ 2/ 3/ Sur cette situation les coups de foudre se font rares mais je parviendrais à en capturer quelques-un: 4/ et celui-ci après un petit replacement d'une vingtaine de kilomètres plus au Sud 5/ Petit panorama pour finir cette journée du 8 Mai 6/ On passe sur la journée du 12 Mai où pour le plus grand des hasard je me trouve sur le secteur du lac Léman pour faire affaire et comme par hasard une toute petite dégradation est vue. Pour mettre toutes les chances de mon coté, direction le haut lac et plus précisément Chexbres. Arrivé en avance le ciel est peu prometteur jusqu'à qu'un premier orage du coté de Lausanne en plein sur le lac qui déclenche la soirée. 7/ 8/ 9/ S'en suis un système qui naît devant mes yeux tout proche d'Evian, malheureusement pas de foudre 😯 pour mon plus grand regret car la ça aurait été magnifique... 10/ Ce système viendra à ma rencontre tout en grossissant. Repli obligatoire donc et comme à chaque fois durant le repli un très beau coup de foudre tombera juste devant ma position mais avec la flotte impossible de continuer la prise de vue. Tempi je me replace un peu plus à l'est entre Chexbres et Montreux. J'attends que ça passe et la nuit tombe peu à peu. Une nouvelle cellule arrive sur le secteur de Villeneuve et je suis assez bien placé pour l'observer. Pas mal d'intra-nuageux mais un seul coup de foudre viendra à sortir. 11/ La deuxième quinzaine de Mai s'écoule sans trop d'activité orageuse. Nous voilà au mois de Juin et une série d'orage assez pluvieux et fort se présente. On est le 5 Juin, me voila parti dans la Vallée du Gier (42) pour des orages dans un flux un peu atypique de Sud-Est. Ses orages se motteront très pluvieux et les coup de foudre qui en sortiront seront souvent positif 12/ Deux jours plus tard même endroit mais cette fois-ci la situation va sérieusement dégénérer. En effet les modèles entrevoient une zone bien exposé à de gros orages et malheureusement cela se produira au niveau du Sud-Est Lyonnais. Mais avant tout cela, les élément se montreront particulièrement généreux en beaux coup de foudre. 13/ 14/ 15/ Puis comme prévu donc des pluies torrentiel vont s'abattre sur le Sud-Est Lyonnais et notamment sur la commune de Chaponnay (69). En effet le petit ruisseau qui passe dans le village va littéralement transformer les rues en torrent 16/ 17/ 18/ Un mois s'écoule et l'activité orageuse reprend et qui plus est en fanfare! En effet les prévisions laissent entrevoir une belle dégradations. Me voila parti une nouvelle fois dans la Loire et j'assisterai à ce que je qualifierai d'un out-break de supercellule. En effet pas moins de 6 voir 7 supercellelules intercepté durant cette traque. Du coté de Balbigny une fois de plus. Notez le petit tuba présent sous la base 19/ Encore plus visible sur cette photo 20/ 21/ Puis replis du coté de Montrond-les-Bains ou les mont du Forez se pilonner. 22/ Au bout du chemin un Meso 23/ Tellement il y en a je peu me payer le luxe d'en cadrer deux en faisant un panoramique 24/ Ensuite repli sur Andrézieux-Bouthéon un peu plus au sud pour échapper à la pluie. 25/ Puis je tente de prendre de l'avance en anticipant l’avancement de la ligne en me positionnant sur le Sud Lyonnais mais malheureusement je serai trop au sud et la ligne finira par mourir en commençant par le Sud justement. Néanmoins j'arriverai à capturer de belle choses qui passeront sur les Mont d'Or (Nord Lyonnais). 26/ 27/ La deuxième quinzaine de juillet débute et pour moi sonne les vacances. Direction le Roussillon et plus précisément Argelès-sur-Mer. Arrivé le Dimanche 15 (jour de victoire de nos bleus), voilà que le Lundi je me fait réveiller par des grondements 😍. Très vite j'embraque la femme et le gosse sous prétexte de faire quelques courses pour la smeaine mais aussi pour tenter de faire quelques images. En effet les sommets de Collioure sont la proie de la foudre direction la plage pour contempler.... 28/ 29/ 30/ 31/ Les vacances débutent le plus merveilleusement bien. La suite de la semaine se passe sous le soleil et la chaleur. Puis arrive le vendredi où une bonne partie de la France est mis en vigilance orange par MF. Sur mon lieux de vacance pas grand chose à attendre mais bon sait-on jamais..... Arrive le soir et je part pour faire quelques photos du port en nocturne. Mon attention est attirée par des flash en direction de l’Ouest. Un rapide coup d’œil sur le radar confirme qu'un petit système transit en direction de Perpignan. Rapidement la décision est prise d'aller se poster dans les coteaux de Collioure pour voir arriver ce petit monde... Après 3/4h d'attente bonne pioche, la foudre se montre au loin sur les massifs montagneux du Nord-Ouest de Perpignan. Je suis un peu loin mais le 24-70mm Nikkor couplé au D750 fait le job. 32/ 33/ Ça se rapproche... 34/ 35/ 36/ Puis ça passe ne mer et s’éteint progressivement 37/ Retour à la maison et la chaleur s’installe tranquillement. Seul quelques orages diurne se manifestent mais de très faibles intensité. Je décide donc de rester tranquille pour profiter de la piscine et de la famille. Arrive le fameux soir de l'éclipse que je m’apprêtais à observer, mais la nature en décidera autrement. En effet à cause d'orages présent sur le centre de la France des résidus d'enclume m’empêcheront de vivres ce moment que j’attendais. De plus de petits orages vont venir à se créer entre Haute-Loire et Ardèche anéantissant tout espoirs d'observation du phénomène. Tempi cela va se transformer en chasse à domicile. 38/ 39/ Pendant ce temps mon compère de chasse réalisera une image qu'il est pas près de refaire de si tôt mais sans doute l'avez-vous déjà vu car elle a pas mal tourné dans les médias, réseau sociaux et autre... Voila pour cette rétrospective de mes trois derniers mois de chasse. Aller direction la dégradation du milieu de semaine prochaine qui mettra sans doute fin à cette période caniculaire. Pour retrouver mes images plusieurs possibilités: Facebook: https://www.facebook.com/begotjeremyuninstantuneimage/ Instagram: https://www.instagram.com/un_instant_une_image/ Site: https://jeremybegot.wixsite.com/uninstantuneimage Au plaisir, Jérémy.
  17. Quelques sorties orageuses en ce mois de juin selon mes envies... Cliquer sur le titre des photos pour avoir le reportage complet 1/ Le 8 juin en Gironde : https://xavier-delorme.book.fr/galeries/saison-2017/le-8-juin-2017-1 2/ Le 14 juin à La Palmyre : https://xavier-delorme.book.fr/galeries/saison-2017/le-14-juin-2017 3/ Le 22 juin en Lozère : https://xavier-delorme.book.fr/galeries/saison-2017/le-22-juin-2017-1 4/ Le 24 juin dans la Drôme : https://xavier-delorme.book.fr/galeries/saison-2017/le-24-juin-2017-1 Rendez-vous en juillet pour la suite...
  18. Chers tous, j'ai pas mal de retard dans mes dossiers orageux. En effet mes activités pro liées à la photo m'imposent d'établir des ordres de priorité entre tout les différents shootings qui s'enchaînent. Néanmoins, je viens de boucler ma post prod dernièrement et je vous propose de repartir avec moi dans ces mois chauds et tonitruants que nous allons retrouver avec plaisir dans quelques semaines. Partie 1/ Printemps: Ce printemps 2016 ne fut pas formidable. Humidité superlative, ensoleillement en grêve, il trancha radicalement avec les préludes estivaux que nous connaissions alors. Néanmoins nous avons rencontré au gré des voyages et des rencontres quelques jolis avatars. Mars & Avril/ En dépit d'une belle actualité orageuse durant les 15 premiers jours d'avril la fin des shootings "été" ainsi qu'un voyage Vénitien m'ont fait rater la majeure partie des épisodes qui se déroulèrent durant cette période. Ce ne fut que vers la fin du mois de mai que nous portâmes nos trepieds jusqu'à Besançon en compagnie d'Olivier Momon pour croiser quelques fulgurances brumeuses. Quelques jours plus tard et après les innondations records et cette semaine si grise, nous repartîmes en compagnie d'Amaury Kerjean et de Bruno Meignien sur les côteaux Champenois. Après une folle poursuite, nous vîmes un ovnis s'élever par delà les champs . Cette belle base fut rapidement happée dans les précipitations. Une second souffle poussif essaya de colorer un peu notre soirée. Hélas, pour prometteuses, ces circonvolutions ne furent pas très concluantes et le ciel ne poussa pas plus loin ses avantages.
  19. Bonjour à tous ! Après l'orage de grêle sur Tarbes Ouest (grêlons de 1 à 2cm en moyenne). http://www.keraunos.org/actualites/chasseurs-orages/2017/orage-23-mars-2017-hautes-pyrenees-tarbes-foudre-photos-eric-castaings Départ de la cité Universitaire sous quelques grêlons, puis rien une fois arrivé sur Tarbes-Est à part quelques bon coups de tonnerre (belle ambiance comme on les aime). Une fois sorti du sport je me redirige à la cité U avec en 100m passage d'une route sèche à route très humide. Du coup je me dirige vers Ibos à l'Ouest de Tarbes avec la un net contraste (grêle très présente y compris sur les routes 1 bonne heure après l'orage) . Photo de médiocre qualité prise de nuit, donc pas top, mais ça donne un aperçu ! C'est loin d'être l'endroit ou il y en a plus mais au moins j'ai pu me garer ^^ Du méridien on observe très bien la foudre de ce même orage cette fois-ci à la frontière Hautes-Pyrénées/Gers. On est loin des 26°c d'il y a 2 semaines sur Tarbes : Le lendemain direction la montagne pour un TP d'Astrophysique au Pic du Midi (oui il y a pire comme endroit pour faire un TP). Arrivé à la Mongie (1750m d'alt): Ensuite depuis le téléphérique, la vue est splendide : En haut à près de 2900m d'alt brouillard, visibilité très médiocre, bref les conditions idéales pour observer les étoiles ! Du coup vers 23h/00h00 voici ce que l'on pouvait voir (déjà 15cm tombé par -11°c) On profite au moins de l'air pur et de la neige (si rare à Tarbes cette année). Le matin au petit déj : Eh oui pas de croissants ^^ Seuls les touristes ont droit à ce privilège Dans la chambre, c'est petit (surtout quand on est grand) mais bien confortable, bon pour la vue, je ne vous cacherai pas ma déception Vue depuis les couloirs : Heureusement dans la chambre on a le droit à notre petite boisson (fort sympathique !). Non, non malheureusement ce n'est pas du génépi ^^ Du coup en sortant la météo est toujours aussi mauvaise mais avec un redoux (-9°c). Les déneigeuses sont en pleine action : Puis retour à la Mongie pour redescendre sur Tarbes. Mission : sortir la voiture (sans pneu neige ni chaîne sinon ce n'est pas drôle). De toutes façons il n'y a pas besoin d'équipements, les routes sont très bien entretenues. 1 nuit au pic, moment merveilleux en compagnie de l'équipe au Pic, traversant les interminables passages/tunels du pic, ceux interdits aux touristes. De nuit, c'est très agréable avec ces petites lumières rouges ( ça m'a fait penser au jeu d'horreur PT pour ceux qui connaissent à la même heure en +, vers 23h59 ^^) Une belle chance en tant qu'étudiant quand on y pense. Une équipe de TF1 était également sur place et ce matin une association "Les cordées de la réussite" pour des jeunes issus de quartiers défavorisés pour leur faire découvrir le pic et les amener à faire des études supérieures, et qui sait, leur faire naître une nouvelle vocation. Voila, c'est tout pour les photos, on a pu observer aucunes étoiles, mais les autres activités ont suffit à compenser cette déception notamment le planétarium et les lieux inaccessibles au public. 1 nuit, pres de 20h sur place, mais j'ai l'impression d'être resté bien plus longtemps, la météo aidant à nous détacher du quotidien. Et tout ça à seulement 1h15 de Tarbes.
  20. Salut ! ⚡ Il reste encore une petite quinzaine de jours pour clore la saison automnale 2020 mais au regard des prévisions et du confinement, je peux dire que la saison est terminée (n'en restera qu'un éventuel bonus entre fin novembre et fin février). J'ai donc bouclé le traitement de mes photos de septembre et octobre et vous les propose dans un condensé... pas si condensé que ça 😅 Promis, je n'ai gardé que le meilleur, avec quelques suppléments pour la transition/déroulé de ce qui sont au final pour moi des reportages complets, plus qu'un simple "Hall of fame" photographique. C'est donc parti : 6 septembre Il y a des nuits comme ça où l'on se demande ce que l'on fait la... et ce 6 septembre en fait partie ^^ Les modèles météo sont plutôt sympas pour la Catalogne en journée et surtout en soirée. Pour l'unique fois de l'année, j'effectue une chasse en co-voiturage (le principe ne me dérange pas mais le covid étant la, je limite tout au max... je ferais donc une exception pour cette situ), avec @Néant27. On a aussi un oeil sur la situation vers le golfe de Gênes, à peine une semaine après le premier déchainement de trombes, mais bon... c'est pas le même temps de trajet ni le même coût, et je ne connais absolument pas le coin. On décolle donc en fin de matinée pour se placer un peu après la frontière dans les environs de Figueras et suivre l'évolution diurne prévue dans un premiers temps sur les Pyrénées. Les ambiances seront belles mais la foudre ne se montrera pas, tout au plus quelques éclairs internuageux... "classic shit", aurais-je envie de dire ^^' -1- -2- En toute fin d'après-midi on reprend la route direction Barcelone pour le plat principal de la soirée. On arrive un peu in-extremis au point de chute pour une séquence digne d'un mauvais jour automnal dans l'Hérault : foudre noyée, crasse, flotte continue gênant la prise de vue... nous ne sommes pas tombé sur la bonne situation. Et quand de l'autre côté ce fut le graal de l'année, peut-être même de toute une vie, le coup de massue est encore plus fort. Ainsi vont les traques... l'unique capture pour la route quand même, histoire de : -3- 9 septembre Les 9 et 10 septembre, je tenterais des coups de poker dans la région, entre Gard et Aude, pour un résultat à nouveau nul. La patience est une vertu... un art de vivre 🙃 Dans la nuit du 9 au 10, des orages pourraient se former... je ne me souviens pas si cela pouvait ou non toucher terre mais toujours est-il que je mets le réveil pour 2h. Un regard au radar m'indique que des orages se sont formés mais ils sont bien trop lointains, à 100km de la côte. Je jette quand même un oeil au balcon pour voir si je vois quelque chose, et effectivement, des lueurs se montrent dans le ciel étoilé. J'active alors le mode "flemme extrême" et installe le trépied au balcon pour tenter la capture de sprites. Je n'ai jamais traqué spécifiquement ces phénomènes lumineux mais par opportunité, je tente la chose. L'environnement urbain n'est vraiment pas l'endroit idéal pour cela, c'est donc du pur "sur un malentendu". Et après plusieurs années de bonne audition ( 😄 ), la défaillance est certainement arrivée. Sur les près de 200 déclenchements, seuls 4 ou 5 ont imprimé une lueur liée à l'une des cellules en mer. Et sur ces quelques captures, l'une d'elle a attiré mon attention : en faisant défiler trois photos (avant, pendant, après), je décèle bien un petit trait vertical qui apparait pile au-dessus de la lueur correspondant à une décharge électrique au sein de l'orage. Cela reste très fade... mais en poussant les réglages sur le RAW (qu'on se le dise, la qualité est pourrie ^^), le petit trait apparait bien rouge et net ! Avant de m'enflammer, j'ai comparé avec d'autres photos, en poussant à l'identique les réglages pour m'assurer qu'il ne s'agirait pas d'un artefact lié à la lentille de l'objectif et des lumières urbaines, mais ce pique rouge n'apparait clairement que sur cette photo la. En réalité, j'ai une seconde photo qui pourrait en dévoiler deux au-dessus d'une autre lueur mais c'est beaucoup trop ténu pour s'en assurer. J'ai, sans trop de doutes, enfin capturé mon premier red sprite. C'est presque insignifiant, mais ça fait plaisir 😃 Nul doute que j'aimerais en capturer dans de meilleures conditions mais il me faudra la bonne situation, le bon timing, pour tenter quelque chose de plus qualitatif ! Je réserve néanmoins ces observations aux orages distants et garde la priorité à la foudre proche si un orage traine dans les parages. -4- Et en détails : -5- 19 septembre Un épisode cévenol/méditerranéen est annoncé pour ce jour la, le premier de l'automne et enfin le retour des orages en Languedoc... ce début septembre fut bien calme et donc décevant, en automne chaque jour qui passe voit se rapprocher les situations où l'instabilité vient faire défaut pour un beau spectacle, donc "gâcher" les deux premières décades de la transition été/automne m'a bien dégouté. Bref, enfin de l'action à venir même si je me prépare psychologiquement à la tartine de stratus pour gâcher le spectacle. Cela ne ratera évidemment pas, l'Hérault est un vrai calvaire pour cela. La situation se déroulant en week-end, je me positionne dès le début des hostilités, en pleine nuit vers 3h du matin. Les orages se mettent en place sur les Cévennes où ils vont perdurer de longues heures et provoquer des inondations remarquables dans les gorges de l'Hérault. Comme je le disais, crasse au programme donc la fin de nuit ne sera composée que de lueurs. Par moments, quelques trouées apparaissent et permettent d'observer la convection s'agglutiner du littoral vers l'intérieur des terres pour aller alimenter le machine monstrueuse en marche sur les reliefs : -6- Avec une potentielle prolongation de la ligne orageuse en plaine, on décide de se replacer sur le littoral pour voir ce qu'il en est (j'étais avec Fabien). Vers midi, constatant l'évolution de la situation, on se quitte. Je mange, attend un peu de voir puis décide de repartir dans l'intérieur. La ligne orageuse s'est légèrement décalée vers l'est et touche maintenant le nord du pays gangeois. Je me place pile au sud de la ligne, du côté du Pic St-Loup. Le ciel est noir à l'horizon, on sent que c'est l'apocalypse sur les reliefs mais l'activité électrique ne se dévoile pas. Témoin de ce plafond toujours "moisi", le pic a sa tête dans les nuages : -7- @Albert Sanchez., présent dans la Gard, m'indique voir de la foudre sortir du déluge. Pourtant séparés de peu de kilomètres... je ne tarde alors pas à prendre la direction de l'est. Le ciel devient moins crasseux, plus tourmenté, et arrivé à mon point de chute je constate effectivement que se trouver légèrement sur la bordure de la ligne offre une vision toute autre : l'horizon diluvien se dévoile et la foudre avec ! -8- -9- Des averses me touchent de temps à autre, la ligne se décale un peu. Globalement, la foudre restera peu esthétique. Ce que je retiens, c'est surtout l'ambiance typique du déluge automnal sur les montagnes, on sent la lourdeur des masses d'eau ! @quentinrey m'a rejoint, on va finalement se replacer sur le littoral héraultais pour la soirée à venir où la phase "méditerranéenne" de l'épisode devrait se dérouler. Avec Fabien également, le trio que nous formons constatons une fois encore la foire au flashs que forme les orages qui se sont maintenant mis en place dans les plaines intérieures. C'est du lourd mais il n'y a rien de visible... On se replace à nouveau pour avoir la vue sur l'arrière de ces orages qui au final vont épargner notre position. L'ambiance est toujours la mais pas de foudre. Vers la mer, le ciel se dégage un peu et dévoile une tour convective que je me mets à photographier avec l'un de mes appareils. À ce moment la, Fabien nous interpelle, il semble voir un abaissement en direction de l'aéroport. En y regardant, effectivement, il y a quelque chose de sombre et suspect... Fabien réalise un pose rapidement et confirme la chose ! Une tornade (ou une trombe) est en place !! Sur l'appareil avec lequel je photographiais, j'étais au 16-35mm... j'ai donc, comme un imbécile, voulu aller changer d'objectif sur l'autre appareil qui se trouvait plus loin. Le temps d'effectuer tout ce bazar, le phénomène avait disparu... Grosse erreur de ma part, ça me servira de leçon En triant mes photos et avec l'horaire du phénomène, je pense avoir dans le cadre la convection à l'origine du phénomène : -10- Sur les photos prises à la va-vite ensuite, il y aura un éclair à l'horizon qui éclaire ce qui pourrait être les restes de cette tornade, mais c'est quand même un peu tiré par les cheveux... -11- -12- Morale de l'histoire : qu'importe le caillou vissé à votre boitier, au moins une pooooooooose !!! ^^ Les orages vont petit à petit s'éloigner, avec quelque peu d'esthétisme mais la belle foudre ne sera pas de la partie, un cas d'école de passage automnal inesthétique dans l'Hérault : -13- -14- -15- Il est près de 23h, je suis levé depuis 3h du matin... il est temps de rentrer. Pour décharger les photos, recharger les batteries, manger un bout... et repartir 😵 Quelques cellules orageuses se sont en effet formées à l'arrière après minuit, dans l'Aude. Elles évoluent lentement en prenant la direction du littoral ouest héraultais. Le ciel est redevenu étoilé dans la zone et voila que se profile un autre cas d'école des situations automnales par-ici : les cellules "annexes", pré ou post épisode, qui offrent souvent des choses bien plus intéressantes pour le capteur que la situation principale qui met tout le monde au taquet ^^ Alors que l'activité électrique reste faible sous ces cellules, la vision des flashs depuis chez moi me motive à aller observer ça à nouveau sur le littoral. La foudre est la mais lointaine, ne formant que des spaghettis à l'horizon. Une des cellules commence à former une ligne, qui va démarrer une activité électrique frénétique, et sa forme au radar se dévoile au loin avec une structure linéaire : -16- Le bord de la ligne sur la mer se dévoile avec une enclume sous les étoiles, l'ambiance est magnifique : -17- Je me place sur la plage pour voir ce qu'il y a en mer. Le stroboscope est de toute beauté, la foudre beaucoup moins, représentant de petits spaghettis très lumineux sous la base. La ligne n'est pas encore toute proche, en même temps... mais il en sera de même quand elle se rapprochera. La foudre, la belle foudre, si difficile à avoir, décidément... -18- -19- -20- La ligne ne va finalement pas toucher ma position mais continuer en mer en s'affaiblissant, me donnant un seul impact relativement proche mais totalement cramé, ainsi que quelques éclairs internuageux zébrant le ciel jusqu'à la plage. Dans l'évolution de la ligne et du certainement forçage secondaire qui la provoque, une petite cellule isolée prend naissance au large de la Camargue. Je vise dans sa direction et elle se met à clignoter. Le ciel n'est pas encore totalement couvert donc la convection se dévoile parfaitement. Je me met à rêver ce que je rêve toute l'année et plus particulièrement à l'automne, à savoir ces orages dans ces zone avec convection massive et qui lâchent des extranuageux. Fabien en fait de même sur la plage à quelques kilomètres de moi. Et ce rêve n'est pas exagéré car celle-ci commence à lâcher des éclairs extranuageux à un rythme soutenu, ces petits filaments qui jaillissent du bouillonnement et promettent que les suivants finiront par se connecter au sol... et bien non. Bienvenue dans les montagnes russes émotionnelles de l'Hérault et de 2020. Plus d'une dizaine d'extra et jamais aucun ne voudra nous offrir le graal tant attendu. N'en restera que ces quelques belles visions malgré tout : -21- -22- Vers 5h du mat', il était temps de prendre le chemin du lit après un peu plus de 24h de traque. Le lendemain, une légère évolution diurne aura lieu mais n'aboutira à rien par ici, seulement une ou deux cellules bien pluvieuses mais muettes. 21 septembre Avec les orages esthétiques s'enchainant sur la Côte d'Azur, j'étais à deux doigts de faire un tout-droit pour le Var ce jour la à la sortir du boulot. La prise d'ampleur de la convection sur le Gard va finalement me ramener à la raison. Je suis friands de ces convections massives et bien lumineuses dans un ciel plutôt limpide : -23- Et vais donc observer ça avec les collègues habituels sur l'est héraultais. C'est une vraie barrière de cumulonimbus qui s'offrent à nous du nord Gard jusqu'au Vaucluse et au-delà : (panoramique) -24- Une jeune et puissante poussée convective sur le nord-est du Gard nous dévoilera un abaissement de condensation marqué avec même une forme suspecte pendant 1 ou 2 min : -25- Dommage qu'il ne faisait pas déjà nuit, le spectacle aurait été grandiose. La foudre reste lointaine, et comme souvent avec l'évolution diurne, elle s'éteint avant que la nuit ne soit la : -26- -27- 22 septembre La configuration reste instable ces jours suivants, c'est une fois encore ces jours la qui peuvent donner les meilleures choses. Et cela va se vérifier aujourd'hui. À la sortie du boulot, des cellules sont en place dans l'intérieur ouest héraultais et se dirigent lentement vers le littoral. Situation assez molle. Sans trop de conviction, je me dirige vers le littoral pour observer ça. Une cellule finit par transiter jusqu'au littoral en direction de Sète. Elle est plutôt bien active mais ne dévoile pas grand chose, tout juste deux extranuageux à un moment, que je n'aurais pas. Les coups de canon sont parfois forts alors que rien n'est visible. La cellule finit par arriver sur le littoral, la lumière est sympa alors que des gouttes commencent à tomber sur ma position : -28- La pluie me pousse à me replacer + à l'est, 10min de route... Fabien va directement sur la plage quant à lui. Et forcément... l'activité électrique se renforce à ce moment la! Arrivé à mon point de chute, je me rends compte que je rate un sunset orageux, je repars aussitôt à ma position de départ, direction la plage... Une course qui me fait bien stresser car la foudre extranuageuse se dévoile :ninja: Montage des trépieds, des appareils, le stresssssss... Et finalement, l'extase ! La foudre me boude au début sur l'orage qui se trouve en mer (hors cadre, au travers des poses...), on remarque qu'un nouveau rideau apparait au niveau de Sète, la convection est forte au-dessus, il faut viser dans le tas... -29- (le nouveau rideau n'est pas encore en place sur cette photo, on voit que ça bouillonne dans la zone où il apparaitra bientôt). Un @Néant27 se cache dans le paysage -30- 🥰 Enfin ! Enfin de la belle foudre après plusieurs jours de course effrénée. La même en grand-angle avec l'autre boitier : -31- -32- -33- -34- -35- -36- Après cette séquence foudre qui est un véritable soulagement, la pluie commence à arriver. Repli au port de Carnon où l'on se rejoint avec Fabien. Pluie et vent empêchent toute prise de vue, même de la voiture, alors que la foudre continue de s'abattre relativement proche mais de manière plus espacée. La cellule finira par s'en aller tout en déclinant. Retour au bercail? Pas tout à fait ! Le ciel se dégage et la Lune commence à émerger... mais de la convection se dévoile au-dessus de la mer : -37- Les minutes passent et l'attente se justifie de plus en plus, la convection prend de l'ampleur, c'est une vraie ligne de cumulus qui bourgeonnent de la pointe camarguaise en direction de l'ouest, loin en mer. Il est alors 22h passé, et jusqu'à plus d'1h du matin soit près de 3h, la convection va donner naissance à des cellules qui vont se succéder toujours au même endroit, au large de l'Espiguette, avec une belle alimentation. Je fais face à ce dont je rêvais, c'est superbe à voir, je m'imagine déjà la belle foudre ressortir à nouveau, voir un extranuageux... mais non, bienvenue dans l'Hérault. Seulement 4 flashs vers la fin de cette séquence, sur 3h de convection... Peut-être la plus grosse frustration depuis que je chasse. Avoir les conditions parfaites... sans l'essentiel 😐 Pour compenser l'absence d'activité électrique et figer la convection, et malgré les lumières de la côte, obligé d'exploser les ISO (avec objo ouvrant à F4 minimum) avec 6400 à 10000 ISO donc les photos suivantes sont plutôt bien bruitées, mais elles refletent plus fidèlement ce que l'on pouvait voir devant nous. -38- -39- -40- Comble de l'ironie, des orages se développent également plus au large (~100km) en prenant la direction de PACA et sont bien visibles avec des flashs et de la foudre, visuellement "sous" la convection toute proche et inactive... -41- -42- Toujours avec une haute sensibilité, la manifestation du premier flash après 2h de convection se traduit par une photo... lumineuse ! -43- (en réalité, c'était peut-être déjà le 2ème flash... ma mémoire flanche !) Puis, correctement exposé avec l'autre boitier, les 2 ultimes manifestations de cet "orage". Du flash uniquement, au moins ça de pris. -44- -45- Une journée au final en deux teintes : l'extase, le bonheur d'un côté, la frustration extrême de l'autre. À l'image de cette année tout particulièrement, où de très nombreuses situations m'amènent à "pester"... mais avec quelques belles choses entre qui me font passer pour un ingrat 😄 24 septembre Dernière journée instable de cette séquence et de septembre. Encore une journée qui part sur du "mouais"... mais qui de part l'insistance à se positionner devant, va finir par m'offrir de très belles choses. En sortant du boulot, des cellules sont en place sur l'ouest et le nord du département. Le ciel est vraiment peu engageant avec un voile d'altitude, une ambiance bien triste... je me pose au spot de Montaud pour avoir une vue globale. La foudre est peu présente sous ces orages encore une fois, je ne capturerais qu'un seul impact en direction du Gard, photo floue... ok tout s'en mêle ^^' La situation semble se tasser, mais à bien regarder le ciel à l'horizon vers l'ouest, c'est encore instable. Une nouvelle cellule éclot en centre-hérault et prend la direction du littoral, semble t-il... je me trouve dans son axe, dans l'axe du panache, et cela ne me plait pas particulièrement. Je risque de ne pas avoir la bonne vue sur la cellule si celle-ci s'active, électriquement parlant. Sans trop d'hésitation, direction le littoral. Le ciel reste encore un peu brouillon, mais la cellule se dévoile bien mieux : -46- Au radar, cela forme au-fur-et-à-mesure que la masse instable progresse vers l'est, une grappe de 2 ou 3 cellules : C'est celle la plus à l'est qui va nous intéresser. La structure prend forme... -47- Et me laisse sans voix : -48- A ce moment la, j'ai l'impression de voir la belle jupe d'une supercellule. J'ai réalisé un timelapse, pas de rotation discernable pour ma part bien qu'on sent des mouvements différents entre les couches. J'ai plutôt l'impression qu'il s'agit d'un pseudo arcus déchiqueté. Je vous montrerais ce timelapse à l'occasion, je n'ai pas traité mes vidéos cette année, je pense réaliser une petite vidéo avec les différents rushs de l'année. Quoi qu'il en soit, quel que soit le type de cet orage, il était structurellement très esthétique et illuminait ma fin de journée ! Ça partait mal avec ce ciel de mort... et pourtant ! -49- -50- -51- -52- La structure va se rapprocher de moi jusqu'à passer devant, tout en se décomposant. La foudre restera très rare, et les rares impacts seront loupés (hors cadre). -53- -54- -55- La nuit va commencer à s'installer. Pour autant, je ne rentre pas. Le ciel est encore instable au loin (bien que visuellement, ça ressemble à un ciel de giboulées...) et le radar toujours chargé d'averses ça et la. L'une de ces averses, sur le nord de l'Hérault, ne payant pas de mine au radar, se met à s'illuminer alors que la nuit est tombée. Illuminer... ce n'est peut-être même pas terme approprié ! En effet, c'est carrément de la foudre, très véloce mais bien visible, qui se dévoile à l'horizon. Je mets alors en place le bazooka, au delà de 300mm... et ça rentre : -56- La journée tourne encore mieux donc Mais ce n'est pas fini : une nouvelle cellule éclot au large de Sète. Bien active au niveau des précipitations, elle reste muette longtemps... longtemps... trèèès longtemps. À s'en arracher les cheveux une nouvelle fois. En fait, je me dis qu'elle n'attendait simplement qu'elle soit un peu plus proche de ma position. Au sec, j'ai donc droit à un nouveau bonheur kéraunique : -57- -58- -59- Et le bouquet final avant que les gouttes ne soient la et que la cellule se taise à nouveau : -60- Un dernier internuageux vient s'inviter à la fête et me donne une capture originale, l'avion qui tournait dans la zone pour son approche finale vers l'aéroport Montpellier Méditerranée est figé par l'éclair, apparaissant "en chair et en os" au delà des classiques signaux lumineux : -61- 11 octobre Nous voici en octobre. Les jours sans orages se sont à nouveau enchainés à un rythme trop long à mon goût. Pour ce 11 octobre (nuit du 10 au 11), c'est une nouvelle fois PACA qui pourrait tirer son épingle du jeu avec un retour d'est. C'est un week-end, c'est peut-être la dernière occasion de l'année à pouvoir être tenté dans ce coin, et rien n'est prévu chez moi... alors, pour la première fois en dix ans, je tente le coup sur les Alpes-Maritimes (il était temps !). Les modèles s'accordent pour voir quelque chose se déclencher durant la nuit, plutôt en fin de nuit... mais pourquoi pas dès 2/3h sur certains. N'étant absolument pas fan des imprévus, surtout à longue distance, je prends les devants et me retrouve à Antibes dès... minuit. J'y retrouve des passionnés, notamment @Vianouz, c'était enfin l'occasion de se voir autrement que virtuellement ! Nous patientons donc plusieurs heures... quelques nuages bas viennent gâcher le ciel de temps à autre (ma parole, je les ramène avec moi!). Un orage italien clignote looooin à l'horizon. Le premier signe du retour d'est dans le coin se manifeste un peu après 2h du matin avec l'apparition d'un petit écho pluvieux au large de Nice, qui va ensuite persister sur la côte à l'est de Nice durant plus de 2h. En approchant des 4h du mat', des cellules éclosent bien plus au large et deviennent orageuse. C'est loin et peu esthétique, quelques petits canaux à l'horizon, puis un bouillonnement qui s'illumine un peu sous une trouée du ciel : -62- Au large de Nice, la convection est toujours en place... ça mijote dans la zone depuis le premier écho dans la nuit, mais avec le ciel devenant un peu moins crasseux et l'apparition de la Lune, cela devient visuellement plus évident : -63- Et puis vers 5h, les averses sur Nice apparaissent et se renforcent. Le ciel est prometteur. Je n'avais jamais traqué dans ce coin mais les nombreuses images qui passent chaque années nourrissent mon imaginaire, c'est alors un réel plaisir d'enfin s'y retrouver, de contempler la convection massive qui flotte sur le trait de côte, sur les lumières à l’infini dessinées par les baies et caps qui s'enchainent le long d'une côte accidentée. Bon, il est évident que je rêve de voir un extranuageux, je suis un peu dans la meilleure zone de France pour ça (et les exemples des semaines passées renforcent cette envie ^^) mais il n'y en aura point sur cette situation, du moins pas d'aussi esthétique que l'on pourrait l'imaginer : -64- Et la foudre finit enfin par apparaître ! Un peu lointaine forcément mais pas tant que ça, et le cadre s'y prête bien avec les reliefs derrière. La zone aéroportuaire de Nice va se faire pilonner à plusieurs reprises. Le rythme de la foudre n'est pas dingue mais mis bout à bout, ça fait quand même une sacrée densité de foudroiement dans un espace restreint ! On observera ça jusqu'à ce que la pluie ne prenne trop le dessus sur notre position : -65- -66- -67- -68- -69- -70- -71- La pluie est desormais trop importante, le retour d'est commence à se décaler, on se sépare. Je prends la direction de Théoule avec toujours des flashs dans mon dos. Le temps de se replacer, le jour se lève. Je ferais un arrêt express avant que la pluie ne re-débarque et aurait la surprise de capturer ça (vu sur l'ordinateur), impact bien au large de la zone de précipitations : -72- Direction le Cap Roux où je retrouve à nouveau nombre de passionnés. Orage en direction de Théoule donc, formant une pseudo ligne : -73- Mais aussi plus à l'ouest en direction de Fréjus et en mer où des cellules popent et lachent parfois de la foutre extranuageuse en air complètement sec (incapturable, car presque improbable de viser à cet endroit... ^^ et pourtant!). Foudre aussi dans le rideau, plus "classique" visuellement : -74- -75- Entre les deux, en mer, le Soleil se joue du ciel instable pour donner de magnifiques lumières : -76- -77- Les orages vont approcher tout en se calmant, cela se transforme en vaste masse pluvio-instable... je me redécalle un peu en direction de Fréjus puis prend finalement le chemin du retour, le risque orageux de la fin de journée suivante étant revu à la baisse et n'ayant pas la foi de patienter toute la journée. Une belle première expérience dans le coin ! 14 octobre Une nouvelle fois, les côtes azuréennes à l'honneur. Une sacrée réccurence notamment cet automne. Et encore de la grosse qualité photographique à la clé pour les chasseurs locaux En semaine, évidemment... on oublie ^^ Mais la situation venteuse associée dans le coin permet une bonne observation à longue distance, j'irais donc voir ça depuis la plage et ça valait le coup, très beaux bouillonnements par delà l'infini de la Méditerranée : -80- -81- 23 octobre Oh ! De l'action en Languedoc ? Ah ! L'unique situation dans le coin ce mois-ci, en diurne. En résumé : la foudre n'en fait toujours qu'à sa tête ! Je me positionnerais en bordure de la vallée de l'Hérault, la convection se met en place, les rideaux se rapprochent... et zéro foudre. Pourtant, les radars sont beaux... mais non, rien de visible. Le plafond est bas et ce n'est vraiment qu'en toute bordure du déluge que les structures se révèlent et la visibilité devient correcte. Je me décale un peu pour reprendre de l'avance, puis capture ça avant de devoir à nouveau fuir : -82- -83- Fuite que je pensais avoir anticipé, mais pas suffisamment. Je ne suis qu'à quelques centaines de mètres de l'entrée d'autoroute quand le déluge commence à arriver. Je vais subir durant quelques minutes une furie comme rarement vécu avec certainement de bonnes rafales descentes me projetant des murs d'eau. Impossible de m'échapper avec le voitures qui roulent à 20km/h devant moi. Puis, la grêle s'en mèle : machine à laver totale ! Je finirais par récupérer l'autoroute et rapidement sortir de ce bazar : de bonnes sensations ! La suite de la traque sera un échec, toujours pas de foudre et la ligne s'éloigne dans le Gard. Ainsi s'ahève la saison. Ou presque. Le 7 novembre, nouvel épisode méditerranéen. Confinement oblige, je tente des photos du balcon mais la situation va finalement surtout rester en mer et se décaler vers les Bouches-du-Rhône. Rajoutez à cela la crasse nuageuse toujours horriblement présente et vous obtenez un bon flop des familles, l'essence consommée en moins 😄 Conclusion Si vous arrivez au bout, je vous félicite ! 🥳 Je n'ai pas eu le temps (ou moins la motivation) de traiter mes photos et faire mes récits au fil de l'année donc ça finit en énorme condensé, certainement un peu indigeste j'en conviens 😅 Un automne en demi teinte : cela aurait pu être mieux et j'en attendais +... et d'un autre côté, je reviens avec de bons souvenirs et quelques très belles photos. On va donc retenir le positif ^^ Si je fais un bilan à l'année (c'est la troisième année que je le fais de façon assidue, j'avais bien tenté en 2013 mais avais laissé tomber), cette saison rocambolesque m'aura fait parcourir 10 542km sur 12 départements différents (et 1 trip en Espagne). J'ai pour habitude de "noter" les traques mais sans trop me prendre la tête, du coup pour cette année le bilan est de 13 "top", 17 "50/50" et 30 "flop", pour donc 60 chasses (dont quelques chasses au balcon). Sur ce... le meilleur à vous pour cette fin d'année en espérant que 2021 soit un peu plus joyeux et plus prolifique pour notre passion. Never stop chasing comme dirait l'autre ⚡
  21. Salut à tous! A défaut de pouvoir les chasser, on peut toujours se les remémorer.. En cette étrange période bien morose et kafkaïenne, ce n'est pas le temps qui manque. J'ai donc décider de revenir sur le retour d'Est orageux du 05 Septembre dernier dans le golfe de Saint Tropez, à coup sur un des plus bel orage de l'année dans la région PACA! Voici donc un petit récit avec quelques photos (parmi les 464 prises cette nuit la :P), ceci étant mon premier, soyez indulgents ^^ Je ne suis pas assez calé pour l'expliquer dans les détails, mais si j'ai bien compris, grossièrement un retour d'Est est caractérisé par une dépression positionnée dans le Golfe de Gênes. En plus d'une convergence importante entre Mistral et Lombarde, cette dernière va permettre l'arrivée d'air très froid en altitude, ici sur des basses couches encore relativement douces, qui devrait fortement déstabiliser la masse d'air. (Si je me trompe n'hésitez pas à me corriger!). Avec comme finalité: chutes de neige ou orages. J'avais eu droit aux deux en Janvier 2019 au même endroit! Bref, revenons à nos moutons. Ici c'est l'option orages qui nous intéresse. Je vous laisse quelques cartes issues du modèle Arome pour étayer mes propos qui vous parleront surement. Il n'est pas isolé et celui ci ne fait pas dans la demie mesure, quelque chose de costaud est à attendre dans la région de l'Estérel/Golfe de Saint Tropez dans la soirée/nuit.. Pour chasser depuis quelques années dans le Var et la région PACA, je trouve que ces retours d'Est sont les orages les plus plaisants à photographier. Le ciel est souvent étoilé au dessus de la convergence, et la visibilité très bonne. J'ai notamment en tête celui de Novembre 2017 ou des orages avaient éclatés près du Massif de l’Estérel durant toute la nuit, le tout éclairé par la lune dans un ciel limpide.. Quoi qu'il en soit, ce sont les orages du coin à ne pas rater et ceux ci valent clairement le déplacement! D'ailleurs des chasseurs Lyonnais firent exprès le déplacement pour cette situation. Le feu d'artifice kéraunique devrait avoir lieu vers minuit/1h mais connaissant les choses, je pars de chez moi bien en avance pour ne pas en rater une miette! Après 45m de route, j'arrive sur un spot qui surplombe tout le Golfe de Saint Tropez jusqu’à l'Estérel, zone qui devrait être en principe bien touchée. Je choisis délibérément de me placer un peu en retrait pour éviter la pluie et profiter du spectacle bien au sec. Il est à peine 22h que le ciel se met déjà à flasher au large, c'est quoi se bordel? Ce retour d'Est aurait-il 3 heures d'avance?! Je regarde les radars et constate qu'en fait un orage éclate dans la région de Savone en Italie. Il y a pourtant plus de 200km qui nous séparent mais la visibilité étant tellement bonne que ce dernier parait relativement plus près. J'observe même plusieurs extranuageux, cependant sans voir les points d'impacts, il ne faut pas exagérer quand même 1> Cela annonce la couleur en tout cas! Petite mise en bouche bien appréciée pour faire passer le temps, en attendant que les choses sérieuses ne commencent. Je suis rejoins par un ami vers 23h30. On discute de la situ, on partage une petite mousse dans la bonne humeur C'est finalement vers minuit qu'on observe la fameuse ligne de convergence se mettre en place. 2> Les bourgeonnements sont puissants, l'orage poursuit sa croissance. Et passe rapidement au stade calvus. 3> Toujours pas d'impact mais cela ne devrait pas tarder vu la rapidité de son développement. En voyant l'aspect d'une colonne assez étroite, je me dis qu'un extranugeux est tout à fait possible.. 00h19, BOOM! Première décharge, extranuageuse comme pressenti! Il s'en ai fallu de peu pour qu'elle tombe hors cadre du 50mm ^^ 4> Le stade capillatus est vite atteint, la convection toujours aussi profonde. 5> Arrivé à maturité, l'orage devient un vrai stroboscope et est parti pour durer. Pour preuve, sommet pénétrant de toute beauté. 6> Je chausse le grand angle pour capturer la bestiole dans son ensemble (24mm en plein format). Comme souvent dans cette configuration, le ciel au dessus de la cellule est étoilé et limpide. On profite du magnifique spectacle offert par dame Nature, bien au sec 7> Véritable pile électrique, les flashs sont incessants! Beaucoup d'intra et internuageux mais la foudre est également présente et tombe généreusement. Vers 00h45 c'est la baie de Fréjus qui se fera copieusement pilonnée. Les collègues @Tristan06 et @Yohan-83 parfaitement placés, capturèrent des superbes impacts proches. 8> Après avoir fait un peu de surplace, l'orage commence finalement à se décaler gentillement à l'ouest, et partir progressivement en mer. Il est alors 2h20, le monstre est toujours aussi actif et nous tangente. 9> Je suis cette fois ci au 14mm! La ville au premier plan est Cavalaire, pendant qu'un triple impact tombe proche de Ramatuelle. J'aime particulièrement le contraste entre couleurs chaudes/froides sur celle ci. 10> Joli éclair rampant, j'avais nommé cette photo "Devil's Wings" sur Instagram et vous vous doutez pourquoi 11> Il est maintenant 2h50, bien que le plus gros de l'orage nous tangente, la pluie arrive finalement sur notre position et le vent d'Est soufflant les gouttes d'eau sur nos lentilles, ne nous permet plus de faire des photos dans de bonnes conditions.. Je capturerai tout de même ce double impact venant s'échouer près du mignon petit village de Gassin avant de plier baguage! 12> Que faire maintenant? L'orage n'a toujours pas dit son dernier mot et semble bien vouloir continuer son petit bout de chemin.. On décide de se décaler plus à l'Ouest. C'est de toute façon sur notre route du retour, et l'on pourra profiter du spectacle qui s'éloigne en mer vers la Corse. Sur la route, nous croisons un énorme sanglier décidément peu craintif.. Je me méfie toujours car un accident est vite arrivé.. Mon copain me suit, on se pose sur une digue du port du Lavandou. Il est maintenant presque 4h, l'orage est toujours aussi actif, il lache régulièrement des grappes foudre par 4 voir 5 impacts simultanés. (L'ile que vous voyez sur la droite est celle du Levant). 13> Le ciel est à nouveau étoilé, je monte les ISO pour faire ressortir ce dernier. 14> Mon collègue doit rentrer sur Toulon, il souhaite dormir quelques heures avant d'aller travailler ^^ Au point ou j'en suis, je décide de rester jusqu'au bout, tant pis pour le sommeil..! S'évacuant petit à petit en mer, je remonte le 50mm pour profiter des derniers flashs, particulièrement photogéniques. J'adore ces ambiances: le bruit des vagues, les lumières lointaines, cela est apaisant.. 15> Il est désormais 5h15, un dernier éclair surgit de la Méditerranée, sous un ciel redevenu limpide comme si de rien n'était. 16> Carte des impacts de la dégradation, avec également une forte activité du coté de chez nos amis Italiens. J'embauchais à 6h45 ce jour la, sans la moindre minute de sommeil, je peux vous assurer que malgré le litre de boisson énergisante ingurgité, la journée de travail fut dure, très dure ahahah. Comme énoncé plus haut, les retours d'Est orageux du coin sont vraiment spéciaux et celui ci ne dérogera pas à la règle. Plus de 5h d'orage non-stop, un régal pour n'importe quel chasseur En espérant que ce petit récit vous aura fait penser à autre chose et vous aura plongé dans ce que l'on peut vivre lors d'une chasse palpitante! Si vous avez une quelconque remarque, positive ou négative, n'hésitez surtout pas! A bientôt, Vianney
  22. En cette belle journée de juin avril, le ciel est au bleu fixe sur Paris sous une pression de 1027hPa et une température de +26°C. C'est dans ces conditions tout à fait estivales que je retrouve @Henri bubuf face à l'île de la Cité dans un café face à Notre Dame... envahie comme jamais par les touristes! Mais que font deux chasseurs d'orages par ces conditions? Eh bien il se trouve que malgré le champ de pression très élevé, une courbure cyclonique arrive à se former au sein d'un flux d'est continental, accompagné d'une anomalie d'altitude. Cette anomalie est bordée à l'ouest par un fragment de courant jet à relativement basse altitude. Avec la chaleur au sol nous pouvons compter sur des valeurs d'instabilité plutôt élevées pour la saison... - Nous préférons le WRF 2km au Arôme car Arôme gère très mal d'instabilité nocturne et les orages à base élevée En début de soirée, les premières averses orageuses devraient se former à l'étage moyen à près de 4000m d'atitude (ce qui est excessivement élevé surtout à cette époque de l'année). En fin de soirée et dans le courant de la nuit prochaine, le retour d'une courbure anticyclonique rapportera de l'air très sec à l'étage moyen et une forte subsidence. Nous nous dirigeons tout droit vers une situation qui devrait perdurer toute la nuit avec des orages secs ou presque, organisés le long d'une ligne sèche et convergente. Même en juillet nous serions heureux de voir de telles modélisations sur le nord du pays. Nous partons sur les coups de 16h de Paris, un jour de départ conjoint entre le week-end à rallonges de Pâques et le début des vacances, il nous faudra approximativement 45min pour arriver jusqu'au périphérique et 2h pour sortir de Paris... Une fois libérés de la circulation, direction la N4 en direction du Mont Août, près de Sézanne. Sur notre route, nous sommes dans une ambiance préorageuse en cas d'école. La température oscille entre +25 et +26°C et des petits bancs d'Ac Castellanus et floccus nous survolent. 1] *1 Après encore un peu plus d'une heure de route, nous arrivons enfin au sommet du Mont Août, butte témoin de 220m d'altitude dominant de plus de 100m la plaine avoisinante à des dizaines de kilomètres à la ronde, idéal pour surveiller l'évolution du ciel! 2] A l'est de notre position, nous pouvons voir les altocumulus devenir plus consistants. L'un d'eux finira même par monter de façon sérieuse et produire un petit Cb Calvus 3] Dessous, une faible activité électrique sera observée (quelques intranuageux de 5 à 10kA) ainsi qu'une averse très localisée 20h, les choses commencent à se mettre en place de façon plus générale. Les bancs d'altocumulus commencent à s'agiter et à gonfler, les premières virgas sont aperçues sous certains d'entre eux. 4] *2 L'avantage de cette masse d'air sèche est que le ciel est très facile à lire et interpréter, nous voyons que nous nous situons entre 10 et 20km trop à l'ouest (traces d'assèchement sur le rebord ouest des nuages, tendance des tourelles à pencher vers l'Est...). Nous repartons donc en direction du Mont de l'Assaut situé un peu plus à l'est à Montépreux pour se placer au niveau de la convergence visée. A l'est, la Lune se lève pendant que le cumulonimbus de la photo 3 s'étend en un magnifique Cb capitalus encore rosi par le crépuscule. 5] Les nuages à notre verticale me semblent très prometteurs, la structure alvéolée en nids d'abeille se résorbe pour laisser progressivement place à une base nette et uniforme. Les premières pluies tombent... 3* Je décide donc de poursuivre encore la route à 7km à l'est, sur les hauteurs de Mailly-le-Camp. Les premiers flashs apparaissent et nous passons à la vitesse supérieure en roulant à toute vitesse sur les routes de craie très poussiéreuses de la Champagne Sèche (qui porte bien son nom aujourd'hui). Notre véhicule soulève d'énormes nuages de poussière qui semblent être portés vers l'orage naissant. L'instant est magnifique, la Lune est située dans notre dos et le crépuscule colore encore l'horizon ouest. Un arc-en-ciel nocturne se déploie dans le rideau de pluie sur ce fond crépusculaire, celui-ci est même visible à l'oeil nu! 6] Quand soudain, une grande décharge internuageuse complexe déchire le ciel en marquant véritablement le début des hostilités. 7] Ces décharges se multiplient rapidement et une activité électrique soutenue se met en place (un éclair tous les 4 à 5s environ, cela est très bon pour la suite! Je cadre plus large pour prendre toute la beauté de la scène, l'arc-en-ciel s'étend avec deux pieds visibles, l'éclaircie derrière et les ramifications qui sortent de la base nuageuse en éclairant le rideau de pluie. 8] Puis nouvelle délivrance avec le premier impact de foudre! Un beau négatif classique de 35kA environ tombe dans le rideau de pluie. 9] Cet impact restera la seul pour l'instant. Pendant près d'un quart d'heure, l'orage retournera à une activité intra/internuageuse stricte mais des rideaux de pluie récents commencent à apparaître, il s'agit de la mise en place d'une nouvelle pulsation convective. 10] Vint enfin le retour de la foudre, sous forme de puissants impacts positifs cette fois! (entre 100 et 150kA) les coups de tonnerre sont tonitruants et le flashs aveuglants... Il faut adapter les réglages! 11] Remarquez la typicité des ramifications d'un impact positif par rapport à un impact négatif comme sur la photo 9. 12] L'orage nous gâte durablement, produisant des décharges de toute beauté. Ici, un impact extranuageux à nouveau positif et très puissant. 13] Le foudroiement finira par se tasser progressivement non sans lancer quelques coups de foudre surpuissant atteignant pour certains les 200kA. 14] Pendant une nouvelle entracte composée d'intranuageux, une cellule très lointaine mais parfaitement visible nous gratifie de son activité électrique dans une ambiance étrange... Les champs restent éclairés par la Lune. 15] 16] De temps en temps, quelques traceurs tendent à chercher le sol, mais sans succès. 17] Face à nous, l'orage commence à montrer des signes de faiblesse en s'éloignant (la ligne sèche et subsidente prend le dessus) et les décharges finissent par s'espacer, non sans produire des impacts positifs encore plus puissants que les précédents (le plus fort sera mesuré à 235kA). Les éclairs sont transformés en spaghettis par la puissance des décharges. 18] 19] Le dernier impact de cet orage sera... un négatif! Allez comprendre! 20] *4 Suite à la mort de cet orage, nous filons vers le sud-sud-ouest en direction de l'Yonne pour la suite de la soirée. Sur notre route, nous ferons étape vers minuit à hauteur de Troyes. Une petite cellule s'est développée et a lancé quelques flashs durant notre route, nous espérons une activité électrique mais il n'en sera rien. 21] La température plutôt fraîche dans la campagne (jusqu'à 12° localement) sera perturbée par un heat burst. Lors de notre traversée de la cellule sur la rocade de Troyes, de grosses gouttes se sont mises à tomber et la température est montée à +21°C en quelques minutes! Lors de cette spectaculaire envolée du thermomètre, nous avons même pris une photographie de la valeur affichée, avant qu'elle n'atteigne sa valeur maximale. >phénomène repris par le METAR de Troyes qui a bien identifié le phénomène bien que présent un poil trop à l'est du phénomène. Une heat burst s'est déjà produit à Troyes en 2015 dans la nuit du 16 au 17 juillet. Très médiatisé car la température a atteint +33°C en pleine nuit. Celui de la nuit du 19 au 20 avril 2019 est comparable en intensité mais partant de valeurs plus basses donc moins médiatisé, nous sommes tout de même passés de +12°C à +21°C en quelques minutes soit 9° d'augmentation! *5 Après encore 70km de route, nous arrivons à proximité de Joigny où nous nous retrouvons situés pile sous la nouvelle convergence 22] Après une petite activité électrique préliminaire, un coup de foudre extranuageux négatif sort à l'est de la cellule 23] Je zoome sur la zone au cas où il en sort d'autres et... Jackpot! 24] Version bifide avec plasmoïde (mieux connu sous l'appellation anglophone "power flash"). 25] La cellule continuera sa vie en déviant vers l'ouest au niveau d'Auxerre. Quelques beaux coups de foudre sont aperçus mais souvent positifs et très lumineux cramant totalement les images. Il est plus de 3h du matin, la fatigue se fait sentir, nous décidons donc de ne pas suivre l'orage. 26] 27] 28] >un deuxième heat burst sera enregistré à Auxerre au passage de cet orage. La ligne orageuse nous donnera encore quelques impacts mais passé 4h du matin nous sommes partis dormir dans la voiture dans un champ du Pays d'Othe des étoiles plein les yeux pour cette première chasse à allure estivale... en avril! Après un sommeil bien trop court, le jour se lève en nous offrant une vue rosée sur la ligne orageuse en éloignement vers la Sologne. 29] > plan de chasse
  23. Salut ! Juillet s'en est allé, deux tiers de l'été se sont déjà écoulés. Ce mois a été un bon cru avec une introduction et une fin très plaisante, baigné par la chaleur et les cigales. Voila en retour photo, comme d'habitude, le déroulé des évènements au travers de plusieurs département de la nouvelle grande Région Occitanie : c'est parti ! 3 juillet Journée instable au programme. Les orages devraient se former sur le relief et surtout, venir du sud-ouest. Passé 16h, à la sortie du boulot, je prends la direction du Pic St-Loup pour observer dans un premier temps des orages qui se situent vers Ganges (34). L'ambiance est chaude, la convection est sympathique sans être non plus folle, les précipitations tombent bien à l'avant de la zone de convection. 1- La cellule qui se régénère sur place atteindra une phase assez électrique avec pas mal d'intranuageux et quelques impacts, voici le plus sympa. Étant donné la luminosité, f18 obligatoire : 2- L'orage s'affaiblit, la situation devient intéressante dans le sud-ouest. Je fais alors une halte fast-food en vallée de l'Hérault, je ne sais pas si je dois rester dans le coin ou bouger plus loin. Le temps de terminer le "repas", je constate que ça dégénère bien dans l'ex-Midi-Pyrénées avec notamment une supercellule qui semble bien partie pour traverser tout l'Aude... allez, c'est trop tentant, direction l'ouest héraultais ! Je vais hésiter jusqu'au dernier moment quant au point de chute, je vais finalement me diriger sur Narbonne. Quelle bonne idée... l'ambiance est somptueuse : 3- Derrière l'antenne, la supercellule en fin de vie qui approche. Il est 20h environ. Deux zones se démarquent : en direction de la supercellule (où l'activité électrique est exclusivement intranuageuse) et en direciton de la Montagne Noire où rideaux de précipitations et soleil déclinant se chevauchent pour donner une scène féérique : 4- La supercellule mourante (à priori) semble à nouveau spliter (se diviser en deux), c'est visuellement parlant : 5- 6- Le plafond nuageux est succulent ! 7- Enfin un peu de foudre, dans la bonne zone ! 8- Un peu d'internuageux de temps en temps, mais n'est pas supercellule (même mourante) française pour rien, ça ne veut pas foudroyer ! 9- Encore un petit spaghetti. 10- Le moteur droit de ce nouveau split prend la direction du littoral audois, vers Leucate, si bien que je vais me retrouver au milieu donc relativement épargné (et c'est tant mieux vu l'écho radar qui va suivre). Visuellement, ça commence à avoir de la gueule comme on dit, on sent qu'il y a une certaine rotation : 10- Les premières gouttes sont la, je vais donc me concentrer avec un seul trépied en direction du monstre qui recommence à avoir une forme vraiment équivoque. À peu près à ce moment la une voiture arrive, il s'agit d' @Arkus qui arrive tout droit de Toulouse, il était également à la poursuite de la bête. Une rencontre au hasard toujours plaisante, c'était cool de te rencontrer La cellule entre dans une phase qui, la aussi il me semble, est assez caractéristique des supercellules : elle va se mettre à pilonner des positifs sur son bord droit, à un rythme assez soutenu. Des détonations dantesques qui font 50% d'une chasse et justifient à elles seules le fait de vivre l'orage en live, autre que derrière un écran : c'est jouissif 11- 12- 13- La pluie est maintenant trop présente, je tente quelques captures depuis l'habitacle mais la vue est moins favorable. Il est temps de se quitter, je vais alors tenter de rejoindre le littoral agathois. L'écho radar est devenue vraiment monstrueux, heureusement que tout cela file en mer ! Bon, petit détail : c'est l'été ! Donc... monde sur la route + accès au spot fermé sur le littoral. Bien dégouté, l'orage est juste au large et je suis donc obligé de faire un gros détour pour rejoindre un autre spot... je vais arriver tout juste pour capturer un dernier positif qui s'abat sur les environs de l'île singulière (Sète), obligé d'utiliser un objectif au focus manuel car l'un de mes reflex ne répond plus très bien à cause de la pluie reçue à Narbonne (on continue dans la lose ^^). Ouf, c'est dans le cadre et c'est net : 14- A noter : il ne s'agit pas du monstre qui part en mer mais d'une instabilité "résiduelle" en périphérie, puisque une certaine activité orageuse a progressé vers le centre hérault dans le même temps que j'observais la supercellule. 15- La, il s'agit des restes de la cellule en mer. Ça se reforme sur la mer, mais tout cela reste un peu lointain et le rendu ne sera pas terrible, c'est donc la seule photo que je retiens, pour illustrer. 4 juillet Nouvelle dégradation en vue pour la soirée. Cette fois-ci, ça devrait être plus généralisé et ça risque de s'échouer aux portes de l'Hérault... je prends donc la direction du Larzac qui semble bien placé au regard de l'évolution de la situation en live. Je rejoins @Tristan06. Une ligne orageuse approche, l'ambiance est sympathique. Comme souvent dans ce genre de situation, hélas, rien de très foudroyant ou photogénique. Il faut composer avec les quelques impacts qui tombent un peu au hasard à l'avant : 16- Je tente d'immortaliser le sillage turbulent qui est en train de passer sur nos têtes. Hauts ISO oblige, on redécouvre le paysage alors qu'il fait nuit complète : 17- La pluie n'est plus très loin, on reprend la direction de la vallée de l'Hérault. Comme prévu/pressenti, les orages viennent s'échouer sur la vallée de l'Hérault. L'occasion tout de même de voir encore un peu de foudre à l'avant de la pluie et dans une chaleur retrouvée (il faisait 18°c au Caylar) : 18- Je tenterais ensuite une interception sur l'est héraultais de nouvelles cellules qui éclosent mais ça reste peu électrique et lointain. Un peu plus de route pour rien, mais c'est le jeu ! 13 juillet (nuit du 13 au 14) Un répit d'une dizaine de jours. Autant vous dire que pour un addict à l'orage (et compte-tenu de cette exceptionnelle année), ça parait une éternité ! ^^ Mais la nature faisant bien les choses, ce vendredi donc, une situation orageuse nocturne est entrevue par les modèles dans le sud-ouest, venant s'approcher de la région toulousaine. C'est le début du week-end... alors il n'y a pas beaucoup à hésiter : direction la frontière Aude/Haute-Garonne avec @Albert Sanchez pour retrouver notre collègue ex-héraultais @Mammatus34, c'est l'occasion d'à nouveau se réunir pour une bonne traque ! L'attente va être longue puisque nous arrivons vers 20h/21h (la situation nocturne devient visible après 23h), c'est donc encore l'occasion de grignoter des choses pas très saines Après quelques photos d'astro, on entre dans les choses sérieuses avec des flashs de plus en plus insistants à notre ouest. Au radar, les orages se sont bien formés comme prévus en Espagne, ont traversé les Pyrénées et évoluent/se renforcent en approchant de notre position. C'est au final une belle ligne orageuse qui se présente face à nouveau, ça sent la grêle dessous. Les premiers impacts apparaissent à l'horizon : 19- 20- 21- Ok ! Un bel arcus approche de notre position... 22- 23- Le calme avant la tempête. Dommage pour l'impact dans l'axe de l'éolienne. La foudre était très disparate, difficile de zommer dans une zone en particulier. 24- 25- 26- Sauve qui peeeeeeeeeut ! Le front de rafales arrive d'un seul coup, on tente une dernière pause mais c'est ensuite la débandade. Les rafales sont vraiment violentes, mes deux trépieds de 3kg chacun tentent de basculer, obligé de les coucher par terre pour ensuite les replier, nos affaires dans les coffres qui décollent... un gros bordel, une séquence vraiment comique Mais bon, c'est personnellement la première fois que j'expérimente de telles rafales à l'approche d'un orage (les stations dans le coin ont relevé près de 100km/h), d'habitude soit je me replie avant, soit j'ai toujours la chance de ne pas être face au plus gros de l'orage. On laisse donc passer la tempête, la foudre ne veut pas s'abattre à proximité bien que nous soyons au pied d'un champ d'éoliennes. La pluie perdure un bon moment à l'arrière de l'orage, le shooting à l'arrière n'est donc pas une réussite. Par la suite, des cellules isolées se reforment dans la région toulousaine, l'occasion d'une photo supplémentaire avant de retourner au domicile (2h de route à 1h du mat' passé, aïïïïe) : 27- 14 juillet (nuit du 14 au 15) Soir de feu d'artifice. Dans le même temps, une belle convection flash en direction de l'Ardèche. Je ne sais plus si de l'orage était prévu ou non dans la nuit, toujours est-il que j'avais prévu des réveils pour surveiller la situation. Le réveil de 4h sera l'ultime, des orages transitent sur les Cévennes. En pleine semaine, pas de déplacement donc, observation à distance. Il y aura quelques beaux impacts et spiders à l'horizon : 28- 15 juillet (nuit du 15 au 16) ON EST LES CHAMPIONS, ON EST, ON EST.... bref ^^ Soirée de folie ! Et des orages sont prévus dans la nuit, transitant à nouveau sur le Larzac avec possibles débordements sur les plaines héraultaises. La soirée parfaite se poursuit donc, direction un autre sommet "mythique" du département, le Saint-Baudille, pour observer cela à 360°c. Je rejoins à nouveau Tristan. Le hasard veut que ce soit pile la date symbolique de ma série mémorable qui a déjà 5 ans, au même endroit. Je n'aurais pas le plaisir de revivre cela, les impacts se font rares mais un plus joli que les autres se dévoile à l'ouest : 29- Les orages finissent par nous passer juste devant, c'est finalement une seule cellule qui transite sur la plaine héraultaise mais l'écho radar est violent, ça sent la grêle ! Les flashs sont nombreux, la foudre quasi absente. Dommage, on ne peut pas faire plus près... un impact tombe tout de même quand la cellule s'éloigne vers le nord de Montpellier : 30- Le ciel étoilé revient sur notre position, la cellule s'éloigne, bien délimitée entre le Pic Saint-Loup à gauche et les lueurs de Montpellier à droite : 31- 18 juillet Les jours passent, les choses évoluent peu. Encore une situation où les orages devraient arriver par le sud-ouest, encore une fois l'ouest du département aux premières loges avec un déclins prévu en progressant vers l'est. Direction la vallée de l'Hérault à la sortie du boulot, des orages à bases élevées évoluent sur le centre du département. Bases particulièrement esthétiques ! 32- La foudre est peu présente, quelques impacts se montreront tout de même comme ici avec 3 impacts simultanés (le 3ème ne s'est presque pas imprimé, on peut le deviner vers la droite sous la base) : 33- Ces orages faiblissent, la situation évolue favorablement dans l'Aude comme prévu (bien que ce soit bien pluvieux). Je vais donc me rapprocher du bittérois sans trop m'en rapprocher non plus. La foudre est bien visible, un enchainement d'impacts exclusivement positifs à un rythme soutenu, c'est cool à voir mais un peu loin pour la photo. Le seul vrai bel impact zoomé est raté, la photo est floue... au milieu d'un océan de photos nettes *rage* Voici donc une unique prise de ce déplacement : 34- Je me replace ensuite vers l'étang de Thau pour observer l'arrivée de la bête, la ligne orageuse semble vouloir surtout partir en mer. À mon arrivée, lors de l'installation d'un trépied, je loupe un impact extranuageux qui tombe sur la mer, très à l'avant du coeur de l'orage, et qui se rallume 5 à 6 fois (sans exagérer). Cet impact est issu d'un intranuageux qui a longuement parcourus le plafond nuageux avant de terminer en impact. L'observation fut superbe, la rage qui suivit aussi ^^ Une fois installé, même topo : pas mal d'interminables intra/internuageux qui serpentent tout le ciel, finissant parfois en positifs. Ou parfois des positifs directs. Peu de réussite en photo... voici donc l'unique capture : 35- 20 juillet Ultime (ou presque) étape de ce mois de juillet. La première traque avait été de grande qualité, cette ultime (ou presque) le sera encore plus. C'est vendredi, début du week-end, quoi de mieux pour décompresser que la perspective de beaux orages estivaux?! Une nouvelle fois, dès la sortie du boulot, on enchaine ! Les orages sont déjà présents sur les reliefs nord-héraultais, comme prévu, avec de fortes cellules. Je rejoins donc Albert sur le nord-est du département. Depuis la plaine, pas facile de voir ce qui se passe, le ciel est noir à l'horizon mais pas de grosse convection visible (étant donné le flux, je me retrouve sous la partie enclume). Arrivé à destination, on y voit mieux et effectivement il y a du lourd qui transite sur le massif de la Séranne. La foudre est le plus souvent noyée dans les précipitations : 36- 37- Un peu plus au nord, une cellule finit par lâcher un bel impact : 38- 39- La première cellule sur la Séranne est passée, une nouvelle se reforme plus à l'ouest en suivant le même chemin : 40- La base semble sympathique... l'écho radar l'est assurément ! Dans le même temps, une cellule isolée se forme juste devant nous dans la plaine... mmmm ça craint un peu, le rendu photo ne rend pas justice à la réalité : de visu, c'est vraiment tout proche et on se situe juste sous l'enclume, largement dans la zone de foudroiement. Malheureusement (ou heureusement? ^^) pour nous, cette cellule ne sera pas électrique... le rideau va nous froler et s'en aller. Depuis le début, on se fait tangenter par les orages, le placement est idéal : 41- La nouvelle cellule qui arrive par l'ouest se rapproche de nous, cette fois on dirait bien que l'on va y avoir droit. Ça sent à nouveau la grêle vu la couleur du radar et la tronche du rideau, la base est très esthétique au fur et à mesure que cela approche... et la foudre va enfin se renforcer devant nous, la ça devient vraiment le pied et ce pourquoi on se déplace tant ! 42- 43- 44- Il s'agit en fait de 4 impacts simultanés, le dernier est hors cadre mais capturé avec l'autre appareil. 45- 46- La cellule est trop proche, on se décale un peu avec les premières gouttes qui tombent. Au final la situation se calme en arrivant sur nous, ne reste que des rideaux, quelques internuageux et une ambiance lumineuse sympathique : 47- En Lozère, de forts orages éclatent : 48- Dans le coin, il n'y plus rien. Sur l'Hérault, sur l'ouest, il n'y a rien. La dégradation qui devait concerner tout le département aurait-elle du plomb dans l'aile? Gros doute... c'est donc l'occasion de faire un break... fast food ^^ A la sortie, rassasiés, la situation reste moyennement engageante. Sur les Cévennes, des orages évoluent à nouveau, on va donc miser sur cela. Retour à la case départ. Le temps d'effectuer le trajet de retour, on constate que la convection semble avoir repris sur l'ouest/nord de l'Hérault. Une fois la-haut, le constat se vérifie : l'espoir renait ! 49- Mais c'est sur les Cévennes et le piémont que les choses vraiment intéressantes se présentent. Un orage semble naître dans les environs d'Anduze (vraiment environ, j'ai toujours du mal à me repérer). Je zoom à 100mm sur la zone avec l'un des appareils, il ne fait pas encore nuit mais on peut déjà commencer à faire des poses de 3/4 secondes... et le jackpot arrive ! Des impacts ramifiés partant de haut se mettent à tomber : 50- 51- Ces impacts se produisent à la naissance des cellules, il ne faut pas les rater car ensuite c'est moins foudroyant ou esthétique. Un peu plus au nord, derrière les montagnes, une autre cellule se met à lâcher des ramifiés : 52- 53- 54- La nuit est maintenant bien entamée. Au radar on sent que ça commence à prendre de partout. Depuis un petit moment, une cellule stationne vers Alès, elle prend de l'ampleur, elle flash frénétiquement. Et petit à petit, elle s'étend vers le sud-ouest avec de nouvelles cellules qui se greffent. Dans le ciel, on sent que ça va prendre plus proche de nous. Rapidement, un flash apparait dans les nuages juste devant nous, la lueur est caractéristique, on sent que c'est proche ! On vise alors dans la plaine de Pompignan... 55- Yes !!! Quel bonheur quand on voit ce flash se produire : un orage est bel et bien en train de naître devant nous, entre Pompignan et Saint-Hyppolite-du-Fort. Comme pour les précédents, c'est vraiment à l'initiation de celui-ci que la foudre s'y montre à sa plus belle expression : c'est bien simple, le rideau n'est encore quasiment pas présent. Sur la droite, la teinte orangée correspond à l'orage stationnaire sur le bassin alésien. 56- Puré, mais oui La voila la foudre ramifiée nocturne proche et limpide qu'on recherche tant, une fois n'est pas coutume elle arrive en juillet ! 57- Ça y est, le rideau de précipitations commence à s’étoffer. 58- Et la foudre perd rapidement du terrain, un dernier impact moins esthétique avant que cela ne prenne le même chemin que les autres cellules : festival de flashs ! La situation pluvio-orageuse commence à se généraliser, on va alors quitter les lieux pour redescendre plus au sud et espérer pouvoir continuer la traque. Petit arrêt près du Pic Saint-Loup, sur un malentendu, toussa... mais non, la situation est plus "flash" qu'impacts : 59- Dernier déplacement à Montaud pour observer le balayage, on y arrive dans un gros gros déluge. La foudre ne tape pas loin. La ligne orageuse qui est en train de nous balayer est très nettement délimitée à l'arrière, on devrait pouvoir shooter au sec assez rapidement... et cela ne manque pas. @mangasource nous rejoint et on profite de quelques beaux ramifiés supplémentaire qui tombent sur la bordure de la ligne, dans sa partie sud : 60- L'un de mes objectifs a pris l'humidité auparavant, je ne m'en suis rendu compte que trop tard, d'où ces trainées disgracieuses sur les grosses sources lumineuses, éclair compris. 61- 62- 63- La ligne s'éloigne, dans une ambiance de flashs frénétiques, un arrière de balayage assez classique dans le coin. Par la suite, quelques cellules supplémentaires prendront à nouveau à l'ouest et en mer, mais rien de très exploitable photographiquement parlant. Une soirée bien remplie, on rentre le coeur apaisé ^^ Le lendemain, une tentative de traque à l'évolution diurne sur le Gard mais la situation floppe, quelques jolis rideaux observés, deux coups de tonnerre et c'est tout. Une autre tentative le 28 juillet mais flop encore plus complet... la fournaise est la et hélas, les risques orageux deviennent plus borderline dans ces situations. On termine donc ce mois bien prolifique par une chaleur écrasante et un joli coucher de soleil : 64- La suite en août ? Cela a plutôt bien commencé ce mercredi, on croise les doigts pour la suite... toujours plus accro, toujours plus haut, toujours plus fooooooort (boyard)
  24. 01 Juin 2018 Direction les alentours de Vacquières, vue sur les collines, une cellule est juste en face de moi et lâche plusieurs impacts, j'arrive à en avoir quelques uns ! Je finis la journée au Point de Vue de Montaud, et apprécie le couché de soleil qui embrase le ciel : 07 Juin 2018 5h15 environ, gros coup de tonnerre, je me lève en trombe ! A peine le temps d'installer le matos que de bons impacts tombent en face de moi ! Pas de de grand angle, ça ne rentrera pas dans le cadre, dommage. Mais splendide spectacle son et lumière ! Ce seront pour moi les derniers impacts du mois de Juin ! Mais le mois de Juillet me réservera quelques belles surprises
×
×
  • Create New...