Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Search the Community

Showing results for tags 'structures'.



More search options

  • Search By Tags

    Type tags separated by commas.
  • Search By Author

Content Type


Forums

  • Prévisions
    • Prévisions à court et moyen terme
    • Evolution à plus long terme
    • Tendances saisonnières
  • Observations
    • Le temps en France
    • Le temps en Europe et dans le reste du monde
  • Climatologie
    • Paléoclimatologie
    • Climatologie
    • Evolution du climat
    • Phénomènes météorologiques violents
  • Les autres aspects de la météo
    • Météo, environnement et société
    • Instrumentation
    • Photos, vidéos et matériel de prise de vue
    • Questions - réponses sur la météo
  • On y parle de météo
    • Sites web
    • Expositions, conférences, évènements
    • Presse, livres, médias et cinéma
  • Discussions autour d'Infoclimat
    • Vie du site Infoclimat
    • Rencontres météo
    • Convivialités

Find results in...

Find results that contain...


Date Created

  • Start

    End


Last Updated

  • Start

    End


Filter by number of...

Joined

  • Start

    End


Group


About Me


Gender


Location


Site web


Bio


ICQ


AIM


Yahoo


Skype


Google

Found 4 results

  1. Après un début de saison poussif niveau orages avec des clichés certes, mais pas de dégradations vraiment très organisées, il semblait que début juillet allait se montrer particulièrement actif. N’ayant pas d’obligations particulières durant la semaine du 1er au 7 je me suis dit qu’il fallait profiter à fond de cette période avec un seul but, être toujours au plus proche du plus gros dans la région. Après une chasse fructueuse la veille dans le 05 avec quelques belles ambiances capturées, départ pour le Verdon le Mardi 2 Juillet , je prends la direction de Saint-Julien dans le Nord-Ouest du Var. Un orage se formera sur la commune dans l’après-midi, ne donnant que très peu de foudre, un seul capturé sur plus de deux heures d’orages alors que celui-ci était en train de décliner. En fin de journée la cellule meurt progressivement alors qu’un gros multicellulaire concerne le Nord du 04 et le 05 au niveau de Sisteron. Je prends la route du retour, tout doucement, j’ai un pressentiment que cet orage pourrait descendre vers le Sud et Valensole. Sur la route je crois apercevoir de la convection au Nord de Valensole, mais les contrastes sont faibles, difficile à dire. Faisant confiance à mon intuition je décide de me rapprocher du plateau. Arrivé en bordure mon intuition se confirme, la convection explose au Nord. Je fonce donc vers les Lavandes, ayant une photo particulière en tête, la foudre et les lavandes, chose que je rève de faire depuis la première fois que je suis venu ici. Sur la route une cellule a explosé juste au Nord du plateau, la foudre s’acharne dans un secteur particulier et il faut que je monte sur un point surélevé pour espérer la capturer. Je galère un peu à trouver un point de vue mais la ligne d’alimentation étant assez imposante, l’orage est parti pour durer. Point de vu trouvé, j’installe le matériel, une nouvelle cellule prend plus au Sud, plus proche. Le tonnerre commence à se faire entendre mais .. plus de foudre.. Pourtant celle-ci flashe toutes les 10sec environ mais la foudre ne sort plus.. c’est pas vrai ! Les minutes passent, la foudre ne sort pas et je commence à perdre espoir, je suis parfaitement bien placé, les rideaux sont beaux et imposants… Progressivement la base se délite, l’orage commence à perdre en puissance alors que l’heure bleue se montre. Je me dis néanmoins qu’elle pourrait lâcher quelque chose alors que les courants descendants commencent à prendre le dessus, c’est souvent le cas. Puis tout à coup : 1/ Ah bah quand même ! Une phase électrique s’enclenche enfin. Quelques impacts sont capturés, c’est mieux ! Puis la lumière baisse, la cellule est quasiment morte, j’ai eu la foudre avec les lavandes mais il me manque quelque chose, ce n’était pas assez impressionnant à mon goût. Je laisse encore l’appareil au cas où et décide de zoomer un peu plus sur la base, on ne sait jamais. Et là, formidable décharge plein cadre, l’appareil a déclenché, j’attends que la photo charge .. 2/ LA photo que j’attendais, ce sera la dernière manifestation électrique de l’orage qui mourra dans les 5minutes suivantes. Je rentre encore une fois très content de ma chasse, pensant déjà à celle du lendemain... Le lendemain donc, nouvelle situation assez explosive près du Verdon, les modèles sont un peu perdus mais on sent qu’il peut se passer quelque chose de gros dans le secteur du Nord du Var et du Sud 04. Je n’avais pas forcément prévu de remonter sur Valensole mais après un peu d’attente près de Régusse, il semblait que tous les indices étaient au vert sur le plateau. Plus je montais plus les congestus étaient organisés, au radar toutes les cellules semblaient se diriger vers la même zone, Valensole. A peine arrivé sur place le tonnerre se fait entendre juste au-dessus de moi, les congestus que je voyais ont maintenant enclumé, pas encore de rideau mais cela ne devrait pas tarder. C’est parti pour une session que je n’oublierai pas de si tôt... Progressivement une cellule se renforce devant moi, la foudre ne tarde pas à sortir mais un poil trop rapide, les impacts ne ressortent pas assez bien. Cependant la convection s’est enclenchée tout autour, l’orage est donc parti pour durer. Quelques minutes plus tard, alors qu’un nouveau rideau assez proche s’est formé : 3/ Je pourrais déjà être rassasié avec cette photo mais la foudre continue de sortir, un peu partout en fait, j’ai déjà de nombreux clichés et contrairement à la veille on sent que les orages ne vont donner que de ça aujourd’hui. Puis la cellule se propage vers le Nord du plateau où Dorian et Henri shootent, la foudre commence à s’acharner dans cette zone. L’outflow de la partie Nord commence à me concerner avec de grosses gouttes et de la foudre qui sort tout autour mais jamais dans le cadre, voyant le ciel à l’Ouest je me décide à bouger voulant anticiper la suite. Après à peine 5min de route je trouve un champ bien orienté. L’ambiance est complètement différente, les bases sont noires comme j’en ai rarement vu, un imposant nuage mur s’est formé sous le courant ascendant. La cellule s’organise devant et est très électrique, sauf qu’à présent ça tape souvent dans le rideau. Tant pis l’ambiance est extra et vu les bases à l’Ouest ce n’est que le début. De temps en temps néanmoins la foudre sort du rideau, derrière les fameuses antennes : 4/ Pas de foudre sur celles-ci néanmoins, ça aurait été trop beau. Après quelques minutes d’observations une nouvelle base semble s’organiser plus à l’Ouest, encore une fois elle entre en rotation bien rapidement et le point de condensation s’abaisse. J’anticipe une nouvelle-fois et me décale à l’Ouest, on sent qu’il va se passer quelque-chose de gros dans les prochaines minutes. Sur les 10 minutes de route je vois la base s’organiser, devenir encore plus noire que les précédentes et la foudre sortir de partout, je fonce sur les lignes droites du plateau. Après avoir trouvé un point de vue au milieu d’un champ de lavandes, j’installe le matériel. Le ciel est vert, noir, orangé, la foudre sort de partout je ne sais pas où en donner de la tête. 5/ Puis je remarque qu’une zone en particulier se fait pilonner littéralement de foudre, à raison d’un impact toutes les 5/10secondes dans périmètre très restreint. Parfait, plus qu’a zoomer : 6/ J’ai au moins une 20aine d’impacts comme celui-ci, toujours dans cette zone sur un laps de temps de 3/4minutes, pour dire comme l’activité était impressionnante. D’ailleurs vu la base, il semble que l’orage va à peine me tangeanter par l’Ouest en passant assez proche. 7/ La base commence d’ailleurs à se reformer au-dessus de moi avec une noirceur couplée de verdâtre, les inflows sont puissants, l’atmosphère devient très électrique tout autour et la foudre s’acharne toujours dans la même zone de l’orage. Puis .. 8/ Les impacts sont d’une puissance sous cet orage.. A partir de là tout s’accélère, ça commence à tomber tout autour de moi, des extranuageux tombent derrière, puis à droite, puis à gauche, puis devant, mes cheveux commencent à se dresser sur ma tête et un imposant pied de pluie/grêle commence à tomber derrière les arbres à ma gauche. La foudre s’acharne sur cette zone, il faut que je me déplace. 300m plus loin, la scène est surréaliste. 9/ Je suis impressionné par l’activité électrique. La dernière fois que j’avais pu voir une telle activité c’était en 2016 dans le Centre-Var avec une supercellule lâchant de la foudre toutes les 5secondes toujours dans la même zone. Là c’est encore plus vaste et encore plus actif, ça tombe littéralement de partout, même très loin de l’orage et je suis au milieu de tout ça. Quand tout à coup, une des photos de mes rêves : 10/ On entend les « abeilles » avant chaque impact, un bruit caractéristique entre le bourdonnement et le grésillement, c’est impressionnant. Un impact très proche juste derrière me fait sauter dans la voiture, laissant l’appareil dehors. Il se débrouillera tant pis, et le moins que l’on puisse dire c’est qu’il a plutôt bien géré (quelques exemples parmi des dizaines d’impacts capturés): 11/ La foudre s’acharne sur ma droite, toujours à moins d’un kilomètre mais juste derrière les arbres : 12/ Ça tombe aussi juste devant dans le champ derrière la petite rangée d’arbres mais trop rapide pour être capté (visible néanmoins sur les quelques vidéos prises), peu importe les photos s’enchaînent : 14 / Même dans la voiture je ne fait pas le fier tellement l’atmosphère est électrique. J'ai mal à la tête avec toute cette électricité. J’ai rarement vu ça. 15/ Je me décide à sortir alors que les premières gouttes tombent pour aller chercher l’appareil et vérifier les réglages, à peine le temps de le récuperer et sauter dans la voiture, boom, impact sur les arbres à ma droite, je le ressens dans tout le corps. Puis un autre sur les arbres à ma gauche cette fois, c’est un carnage. La pluie devient rapidement forte, je me déplace quelque peu alors que l’orage file vers le Sud, nouvel impact bien proche en contrebas : 16/ L’orage continuera de s’éloigner vers le Sud-Ouest par la suite ayant complètement dévié du flux. Ayant l’espoir de finir la journée plus tranquillement j’irai me placer par la suite près de Saint-Julien pour les derniers impacts de la journée alors que l’orage file vers Aubagne, dans une ambiance bien plus calme, de façon à terminer la journée sur une note plus soft et plus tranquille: 17/ Le lendemain sera encore orageux sur le 06, une nouvelle chasse et de nouvelles photos, mais ça ce sera sûrement pour un autre sujet. La semaine se termine avec 1300km de parcourus entre le 05, le 04, le 06 et le 83, des centaines de photos de foudre, de nombreux timelapses et des ambiances extra, j'en redemande ! D'autant qu'une nouvelle période très orageuse semble se profiler pour le Sud-Est la semaine prochaine ...😎
  2. Dans la continuité de cette année assez exceptionnelle sur le plan keraunique, le mois de Juillet offre des orages plutôt réguliers entrecoupés de périodes chaudes. Voici donc un petit récit sur ces dernières semaines orageuses dans le sud de la France. Tout commence le 03 Juillet, après une période très chaude sur la région, la traditionnelle faiblesse de la Péninsule Ibérique décide de nous envoyer un forçage intéressant par le sud-ouest en soirée sur des basses couches surchauffées et beaucoup d’instabilité. Les modèles sont unanimes, de fortes cellules devraient venir mourir sur le Languedoc. A la sortie du travail je prends la route direction l’ouest 34 alors qu’une supercellule s’est formée près de Toulouse et balaye l’Aude. Arrivé sur un de mes spots favoris au nord de Béziers je me retrouve sur la trajectoire de la partie nord qui s’est séparée de la partie sud. Une magnifique structure approche, entrecoupée de beaux internuageux et faibles coups de foudre. Puis la photo que j’attendais sur fond de couleurs chaudes de fin de journée : 1/ La structure commence à se déliter petit à petit mais de beaux impacts sortent de manière anarchique : 2/ La pluie me rattrape par la suite et le soleil commence à se coucher. A l’arrière de l’orage alors que les couleurs sont intenses je remarque que quelques spiders commencent à zébrer le ciel sous ces couleurs superbes, je tente donc le coup sous la pluie battante : 3/ Ce sera le seul vraiment visible ! Par la suite les cellules se décalent en mer et restent très actives, je tente de rejoindre le littoral mais me retrouve devant des routes barrées pour travaux à Béziers, le temps de parcours initial est doublé, je n’aurai pas le temps de rejoindre le bord de mer. Je me pause donc pour observer tout ça de loin un peu plus à l’est. L’ambiance est sympathique mais rien d'exceptionnel. Puis de nouvelles cellules explosent sur le bassin alésien et le Gard, je suis trop loin je n’aurai pas le temps de les rejoindre mais je tente quand même de me rapprocher, le tout étant en direction de la maison. Finalement voyant que les cellules descendent bien vers le Nîmois je décide de me pauser à Restinclières. Mon compère Varois qui s’est bien gavé sur le bord de mer me rejoint, quelques extranuageux sympathiques se font voir alors que les cellules commencent à décliner : 4/ Il est quasiment 3 heures du matin et je travaille dans 05 heures, il va falloir essayer de se reposer car un nouveau passage actif est prévu le lendemain soir près des reliefs. Le lendemain soir donc, les modèles semblent s’accorder pour voir le plus gros sur le Larzac, pouvant possiblement déborder en plaine par la suite. Je décide donc de me placer à la tombée de la nuit près du Caylar où je suis rejoins par Christian. Une puissante cellule s’est formée à la limite de l’Aveyron et se dirige droit sur nous, les flashs se font de plus en plus insistants mais rien de visible pour le moment. Progressivement la base se fait voir, pas de foudre en air sec à attendre vu la dynamique et l’organisation de la cellule. Tout à coup un énorme flash survient, un puissant positif vient de tomber dans le bon axe, heureusement que j’avais fermé un peu plus juste avant, l’ambiance est superbe ! 5/ D’autres manifestations électriques de se type se montreront avant que le puissant front de rafale ne nous atteigne. De violentes rafales nous concernent par la suite avec un peu de pluie de face, je tourne l’appareil vers le nord pour éviter les gouttes, juste avant le déluge de gros impacts frappent plein axe ! 6/ Par la suite nous remarquons que les cellules s’organisent comme souvent sur l’ouest Hérault, il est temps de redescendre et de se placer à l’avant de celles-ci. Elles sont plutôt faibles mais quelques coups de foudre se font voir, un peu noyés, de Gignac : 7/ En suite tout deviendra trop pluvieux et peu électrique. Nouvelle pause au niveau des orages pendant une dizaine de jours, mais déjà une nouvelle dégradation se fait entrevoir autour du 15 juillet. C’est justement le week-end où je rentre dans le 06 pour voir la famille et la petite femme, malheureusement c’est aussi pendant ce week-end que des orages sont prévus sur le Languedoc.. Par deux fois des orages nocturnes viendront mourir sur le Languedoc durant les nuits de vendredi à samedi et de samedi à dimanche, par deux fois je ne pourrai que regarder désespérément les cartes de foudre depuis chez moi dans le 06. Néanmoins le dimanche soir présente à peu près la même configuration en un peu plus dynamique. Après une belle finale et une France victorieuse je rentre sur Montpellier où c’est un bordel monstre avec du monde de partout. La fête est tentante mais le risque orageux l’est plus. Nous décidons de nous rejoindre avec Christian sur le Mont saint-Baudille, la dégradation devrait se faire avec des bases élevées donc pas de risque de nuages bas sur ce sommet. L’attente est assez longue là haut mais les orages déjà formés dans le sud ouest sont visibles. Ceux-ci se rapprochent progressivement jouant avec nos nerfs car rien de très organisé. Les premières cellules se font voir sur l’Ouest 34, assez frénétiques par moment mais sans foudre, ce sera le seul visible dans cette direction : 8/ Puis tout s’accélère, des cellules se forment tout autour de nous avec des flashs à ne plus savoir où en donner de la tête. L’une d’elles se démarque juste devant nous, nous sommes parfaitement bien placé en bordure du rideau, ne manque plus que la foudre .. Qui n’aura pas lieu, mais de beaux internuageux zèbrent le ciel juste en contrebas (assez étrange d’ailleurs de voir des inters passer sous l’altitude à laquelle on se trouve : 9/ Nous rageons de ce manque de foudre, les flashs sont très nombreux et le radar est énorme avec surement de la grêle juste devant alors que nous sommes quasiment au sec.. Mais l’ambiance reste sympathique avec même un inter provoquant la formation de traceurs sur l’antenne juste au dessus de nous (un bruit caractéristique entre craquement et bourdonnement). L’orage commence à s’éloigner et c’est à ce moment là qu’il décide de lâcher quelque chose de sympathique : 10/ La cellule s’éloignera doucement par la suite tout en mourant, une dernière manifestation sous les étoiles avant de rentrer dormir, fatigué de ces deux derniers jours : 11/ 2 jours plus tard un nouveau risque orageux se présente pour la fin de journée, toujours le même flux, toujours le même type de situation, l’Aude est en ligne de mire mais l’ouest 34 pourrait également être touché. A la sortie du travail je me dirige vers la plaine de l’Hérault où des cellules à l’étage moyen se sont formées. Je me place près du Salagou pour les intercepter, espérant de beaux impacts dans ce cadre magnifique. La cellule la plus forte remonte vers moi mais perd en intensité, la structure est néanmoins superbe et un bel internuageux se fait voir : 12/ La foudre auparavant visible derrière les reliefs ne se montre plus et la pluie arrive, je laisse le materiel jusqu’au dernier moment, j’ai toujours voulu un coup de foudre dans cet environnement depuis que j’habite dans la région. Tout à coup un gros flash se montre, voilà LA photo que je voulais ! 13/ La pluie me rattrape, le plus gros est prévu plus à l’ouest et de fortes cellules remontent de l’aude, je me dirige donc vers la Frontière du 34 et du 11 pour intercepter le tout. Arrivé sur place c’est assez impressionnant, une puissante cellule s’est formée devant Narbonne et donc une activité électrique quasi-continue, de beaux spiders se font voir avec un nombre impressionnant de positifs. J’installe rapidement le matos sans prendre le temps de tout vérifier, il se trouve que mon D7200 a eu la bonne idée de se mettre en iso auto entre temps et me sort donc des photos à haut iso en cette faible luminosité, la plupart des clichés est inexploitable pour cette soirée mais je réussi à en rattraper quelques uns (merci neatimage sur le coup) : 14/ Par la suite je me place à l’arrière de la cellule alors que la nuit tombe, toujours le même problème d’iso, surtout que la luminosité est très faible, l’apn monte à des isos extrèmes.. Vu de Vendres. 15/ (5 000 isos ….. !) Ca va que ce n’était pas les photos de l’année, j’aurai été bien dégouté sinon, je rentre et me rend compte du problème après coup, bien énervé par la situation.. Enfin bon, une situation encore plus intéressante est prévue 2 jours plus tard, cela devrait me permettre de me rattraper. Vendredi 20 juillet donc, une situation très intéressante se met en place sur la région entre la fin d’après-midi et la soirée voir la nuit suivante avec des orages pré-frontaux puis un balayage probable de toute la région. Le 34 est placé en vigilance orange par MF, tout semble bien se goupiller. Durant l’après-midi de puissants orages se forment sur le Nord 34, je pars les intercepter à la sortie du travail vers 17h00. Essayant d’abord de me mettre sur leur trajectoire à Ganges je me rends compte qu’il faudra être un poil plus au sud pour voir la foudre. Je me replace donc vers Saint-Martin-de-Londres en bordure d’une cellule assez puissante. Pile au moment où j’arrive sur le point de vue la cellule décide de lâcher de gros impacts en air sec sous le courant ascendant juste devant moi, parfait ! Première pause : 16/ On commence fort cette journée orageuse ! Les impacts sont réguliers à environ 3/5km plus au nord. De nombreux entrent dans la boite, je vous partage les plus ésthétiques : 17/ La zone de foudroiement est assez restreinte par moment ce qui me permet de zoomer un peu plus : 18/ Puis la cellule commence à doucement perdre en intensité. Tout ceci n’était que du pré-frontal, le forçage est encore bien loin et il a du retard, je décide donc de redescendre sur Montpellier pour ensuite repartir un peu plus tard. Pourtant sur la route, après un petit arrêt essence, je me rends compte que de fortes cellules se forment sur la Lozère et semblent doucement descendre aux abords du Gard. Celles-ci pourraient donner un nouveau coup de boost à la convection en approchant du 30. Je ne prends pas de risques et décide dons de me rediriger vers le Nord-Ouest Gard, vers Lédignan. Plus j’approche et plus le ciel devient menaçant sur le piémont cévenol, un cumulus congestus stagne sur la même zone depuis quelques minutes tout en se développant progressivement. J’arrive à Lédignan et voit quelqu’un arrêté sur le bord de la route avec un trépied, je ne le reconnais pas et vais voir si il y a des points de vue mieux orientés dans la direction du congestus sur la zone, sans succès. Je fais donc demi-tour et aperçoit le premier impact de cette jeune cellule, je rejoins donc ce chasseur qui se trouve être Vincent_L qui me reconnait directement (faut dire qu’il n’y a pas beaucoup de chasseurs immatriculés 06 dans la zone^^). Après avoir rapidement installé le matériel la soirée commence, de beaux coups de foudre ramifiés frappent sous la nouvelle cellule : 19/ Les cellules se forment les unes après les autres avec des salves d’impacts en air complètement sec particulièrement impressionnantes, il faut cadrer au bon endroit pour ne rien louper. Après une petite pause nous permettant de discuter un peu, un nouveau congestus explose devant nous, aucun doute cela va reprendre, ce sera chose faite quelques minutes plus tard : 20/ La foudre ne sort pas énormément mais quand elle sort c’est un régal : 21/ Nouvelle petite pause mais nouvelle poussée un peu plus à l’ouest, on décide de cadrer un poil plus à gauche quand tout à coup, alors qu’il n’y avait rien au radar : 22/ On se croirait en Arizona avec ces bases élevées lâchant de la foudre en air sec très ramifiée ! Alors que la nuit tombe progressivement les flashs se font de plus en plus insistants devant nous. La cellule est proche, à peine quelques kilomètres, mais la foudre ne sort plus. Un lourd rideau se forme très rapidement alors qu’un passant est venu nous tenir compagnie et observer l’orage avec nous. L’ambiance est énorme avec ce rideau flashant toutes les 5/10 secondes, le bruit de la pluie en contrebas et l’attente d’un impact proche. Celui-ci n’interviendra pas, les impacts se produisent à l’arrière sous de nouvelles poussées convectives. Certains sont particulièrement impressionnants ! 23/ Plus à l’ouest une nouvelle cellule prend un peu plus loin, l’ambiance est superbe donc j’oriente un des deux boitiers vers celle-ci, espérant toujours un impact proche en air sec sur la cellule la plus proche : 24/ Avant de venir dans la région j’avais observé les photos de mes compères et j’avais toujours attendu ces situations typiquement cevenoles avec des orages quasi-stationnaires à base élevée durant l’été, je ne suis pas déçu du voyage ! Par la suite tout s’accélère, la puissante cellule nous frôle (toujours sans donner de foudre) et de nouvelles se forment.. sur nous. Les flashs se font insistants au-dessus de notre tête et vu la proportion que les cellules ont à lâcher en air sec nous ne faisons pas les fiers. L’impact très proche n’arrivera pas malheureusement mais la forte cellule approchant d’Alès décide enfin de lâcher quelque-chose, le rideau est particulièrement massif : 25/ Par la suite c’est un peu la panique, la pluie devient forte tout à coup et des cellules prennent de partout. Il faut se replacer plus au sud. L’activité électrique est frénétique sur la route mais je ne vois pas d’impacts, je décide de me placer à Montagnac où je retrouve bon nombre de chasseurs de la région, nous sommes juste en bordure de la ligne orageuse mais pas de foudre visible. Le seul sera se puissant impact tombant sur Lédignan : 26/ La plupart de mes compères ont la photo cramée, j’avais fermé le diaphragme d’un des deux appareils exprès au cas où. Juste avant que la pluie nous rattrape un triple ramifié tombe bien dans le rideau : 27/ Comme précédemment il faut être à l’éclosion des cellules pour voir la foudre, cela va devenir compliqué vu que c’est un bordel pas possible au radar. Je me replace plus au sud vers Clarensac par attendre que la ligne passe. Encore une fois beaucoup de flashs. Un petit impact sort derrière une autre cellule alors que la pluie ne va pas tarder : 28/ Je laisse la ligne me passer dessus par la suite, activité électrique impressionnante avec parfois un flash par seconde, la foudre ne sera pas visible, le seul tombera en limite de cadre mais du coup inexploitable. Je me déplacerait ensuite à l’arrière pour espérer un peu de spiders mais trop de crasse en basse et moyenne altitude, rien de visible. Il est temps de rentre avec des images plein la tête et les appareils ! Quelle année vraiment, que de photos, de chasses, de kilomètres, mais qu'est ce que c'est bon ! A plus pour la prochaine série !
  3. Longtemps que je n'avais pas posté de sujet photo, pourtant la saison orageuse bas son plein sur les régions du sud ! Après une première quinzaine de mai très orageuse, quelques jours de pause se sont montrés avant le retour de l'instabilité. La pause fut courte puisque moins de 10 jours plus tard un nouveau marais barométrique se met en place sur la sud de la France. Le 18 mai donc, de l'instabilité est à nouveau prévue en fin de journée sur le Gard. Rien de transcendant à priori avec une situation encore un peu molle mais je prends le matos pour aller au boulot au cas ou. En fin d'après-midi des cellules descendent du relief vers les plaines du Nord-Ouest Gard . Je prends leur direction à la sortie du travail, ne connaissant pas encore trop le coin j'essaye de me placer en bordure des cellules qui de toute façon n'avancent pas très vite, je suis gêné par une colline et décide donc de repasser derrière. Sur la route je tombe par hasard sur un point de vue parfaitement orienté vers la cellule. Je suis juste derrière le courant ascendant et la cellule me tangente, rien à dire. La foudre ne tarde pas à sortir : 1/ Parfois bien ramifiée avec de superbes contrastes : 2/ Le soleil commence à sortir par l'arrière, l'arc-en-ciel ne tarde pas lui non plus. Les coups de tonnerre résonnent dans les collines, je suis au sec sous le soleil avec la foudre à 2/3km devant moi, c'est parfait ! 3/ Puis je remarque que l'activité diurne persiste près du Larzac alors que le soleil commence à se coucher, je tente donc le coup à Gignac pour quelques coups de foudre vers le Nord à l'heure bleue : 4/ Puis tout ça s'éloigne petit à petit, encore une belle chasse ! Le lendemain même schéma en un peu plus dynamique, de forts orages sont possibles en fin d'après-midi sur le Gard avec beaucoup d’instabilité et une belle convergence sur le centre du département. Le tout mets du temps à prendre, nous faisant presque douter de la situation. Les heures passent et la convection ne concrétise pas. Puis finalement tout semble s'organiser un peu plus vers Lédignan, où je me dirige donc. De belles bases prennent au-dessus du village alors que ça explose vers Alès. De grosses gouttes commencent à tomber puis un déluge soudain, une forte cellule se forme sur moi. Vite il faut en sortir alors que la foudre commence à tomber. Je me place en bordure du rideau, installe le matos et gros flash vite suivi d'un gros craquement, la foudre vient de tomber 600m devant moi : 5/ Ça a l'air de prendre plus à l'est par la suite, je me décale un peu essayant de trouver un spot. Je me pose finalement vers Brignon (30) en bordure d'une base charbonneuse. Cette base ne tardera pas à exploser en une forte cellule qui donnera rapidement de beaux coups de foudre : 6/ Alors que la cellule que je venais de quitter se réactive, Elle explose même et la pluie me rattrape. La foudre devient très fréquente plus au sud, il faut se replacer à l'avant plus à l'est. Sur le peu de route qu'il me faut pour atteindre la prochaine plaine je vois de magnifiques coups de foudre, je fonce pour trouver un endroit dégagé. Ce sera chose faite près de Bourdic avec de fréquents coups de foudre sous une grosse ligne orageuse ayant explosé sur tout le centre Gard : 7/ Les lumières deviennent superbes avec le soleil déclinant : 8/ 9/ La chasse se termine par la suite, la cellule faiblissant progressivement. Quelle chasse une nouvelle fois ! Enfin je retrouve la foudre diurne et proche que j'apprécie tant ! Le lendemain nouvelle instable sur le Gard mais moins de motivation vu la moisson des jours précédents et il faut quand même passer un peu de temps avec la petite femme. Je réussi néanmoins à la convaincre de faire une petite sortie vers le Nîmois alors qu'une violente cellule a pris à l'est de la ville. Un peu loin peu d'impacts seront visibles mais quelques uns se manifesteront plus à l'avant : 10/ Le lendemain reprise du boulot alors que de forts orages concernent le nord de Montpellier presque toute l'aprem, je vois le spectacle de ma fenêtre .. Nuage mur rotatif, foudre fréquente en air sec.. tout y est mais impossible de chasser.. A la sortir du travail alors que tout est mort j'intercepte une dernière forte cellule en fin de vie vers Pezenas, beau ciel et belle structure mais peu de foudre, j'arrive un poil trop tard : 11/ Le jour suivant même combat, beaucoup d'orage au nord de Montpellier mais trop tôt dans la journée, ça pète quasiment au même endroit à la même heure, ça commence à bien faire ! Le 27 mai au matin des orages à base élevée éclatent, très électriques seulement de petits bouts d'inters sont visibles, je ne tente même pas la sortie ayant beaucoup de route par la suite avec le travail. Le prochain risque orageux se situe autour du 30 mai sur l'Hérault. En journée des averses parfois orageuse se déclenchent un peu partout entre Languedoc et PACA, remontant même de la mer. C'est surtout en soirée et nuit suivante que le risque est intéressant et de toute façon je ne peux pas chasser la journée. Sur les modèles c'est l'Aude qui ressort clairement du lot pour la nuit avec la formation de bonnes cellules parfois stationnaires. Oui mais voilà le timing ne me plaît pas du tout, ça devrait péter en deuxième partie de nuit, autant dire que le sommeil on peut l'oublier, sauf qu'avant une journée de boulot ça ne m'arrange pas du tout. Néanmoins les dernières sorties déclenchent aussi de la convection entre 30 et 13, on sent qu'ils sont un peu perdus, les chasseurs aussi du coup. En soirée après avoir observé avec Christian des cellules non-orageuses (ou très peu) près de la vallée de l'Hérault on se quitte, lui part pour l'Aude et moi pour le Gard. La nuit tombe, je m'arrête à Vendargues avant de prendre l'autoroute, espérant que des signes de convection vers l'ouest me fassent changer d'avis, c'est laborieux, tant pis je prends la route pour le Gard alors des cellules faiblement orageuses se produisent vers les Alpilles. A peine 5min de route, je check le radar, ça explose littéralement sur Béziers, aucun doute rien ne se passe comme prévu ça sent la surprise sur l'Hérault d'autant que la convection explose jusqu'en mer. Je prends la première sortie et fait demi-tour. Le radar est beau mais ce n'est pas très orageux. Commençant à connaître un peu le département je mise sur une réactivation en arrivant vers la vallée de l'Hérault, le relief induisant un petit forçage en flux de sud-est. Petit à petit de plus en plus de flashs se font voir au loin. L'activité est anarchique mais on sent que ça tend à s'organiser en arrivant sur les massifs du centre du département. Un impact plus proche que les autres se montre puis un deuxième, je suis trop loin il faut que je me replace. Ça semble s'organiser sur le plateau d'Aumelas, je n'ai pas de point de vue dans la zone mais c'est une petite plaine je devrais m'en sortir. Les flashs se font de plus en plus puissants, de gros coups de tonnerre raisonnent dans la nuit. Après avoir galéré à trouver un petit coin dégagé je me retrouve près de Cournonterral avec une vue à peu près ouverte vers le plateau, vite je lance une première pause : 12/ On commence fort directement, je n'avais même pas remarqué les éoliennes au début, pourtant celles-ci se font pilonner ! Nombreux traceurs ascendants (6!) sur cette pause : 13/ Je tente un cadrage plus serré, ayant enfin remarqué que les éoliennes n’arrêtaient pas d'être impactées, double impact + long traceur ascendant ! 14/ L'orage se décale petit à petit vers le Nord : 15/ Je choisis donc de le suivre vers le Nord, croisant plusieurs chasseurs sur la route dont @Cirrus007 en plein milieu de la route avec les warnings (ça va qu'il est 1 heure du matin ! ^^) Surprise, alors que la pleine lune sort derrière moi un magnifique moonbow apparaît, le tout sur fond d'impacts (celui de gauche est d'ailleurs un ascendant sur l'antenne du mont Saint-Baudille ! 16/ Le lendemain est encore instable mais aux mauvaises heures, de nouveaux orages se produisent sur le Montpellierain. Le 01 juin de l'instabilité diurne est encore présente, celle-ci devrait se cantonner principalement près des reliefs en soirée, les horaires sont donc bons par rapport au boulot. Je rejoins Christian vers 17h30 à Claret, de grosses cellules sont présentes près des Cévennes, la foudre se montre, bien que principalement cachée par le relief, De la convection se fait voir plus proche et il semble qu'une cellule se forme plus proche de nous. Un gros rideau se forme mais pas de foudre : 17/ On s’énerve un peu du manque d'activité mais je cadre quand même dans sa direction, si elle lâche ça risque d'être sympathique. Puis tout à coup un coup de tonnerre se fait entendre, il semble bien plus proche que les autres, ça y est la cellule s'active ! La foudre ne tardera pas ! 18/ La cellule donnera encore quelques coups de foudre mais c'est maintenant juste devant nous que ça s'active, la convection explose alors qu'Albert, sortant de l'apéro, nous rejoins, La cellule que nous observions tout à l'heure se décale vers la plaine seulement que de l'intra. Les minutes sont longues alors qu'une magnifique structure se forme devant nous, la foudre se fait attendre, beaucoup trop. Puis un gros flashs suivi d'un beau spider, tout le monde a déclenché et mes compères ont juste un spider, je regarde l'écran et là.. 19/ Ok, là c'est du lourd ! La cellule se décale progressivement on ne voit plus les points d'impacts mais la foudre est encore bien présente, ce seront les deux derniers coups de foudre : 20/ Puis un arc-en-ciel se montre, 10min plus tôt ça aurait été parfait ! L'orage a d'ailleurs donné beaucoup d'électricité statique dans l'atmosphère, nos cheveux se sont beaucoup dressés sur nos têtes durant quelques minutes, notamment ceux d'Albert qui a pourtant les cheveux longs .. ^^ La journée se termine bien, retour à la maison alors que l'instabilité se tasse. Le 04 juin de nouveaux orages se forment près du Pic Saint-Loup, il fallait être bien placé pour voir la foudre car ceux-ci étaient très pluvieux, je l'ai été, très temporairement : 21/ Le 05 juin je dois me rendre à Carcassonne pour acheter mon nouveau boitier, ça tombe bien car ça devrait bien péter dans ce secteur dans l'après-midi. A peine le boitier acheté, il est testé sur le terrain avec une ligne d'orage se formant sur l'Aude mais pratiquement sans foudre, Je suis la ligne très peu active en électricité jusqu'à Béziers où je m'arrête. Le ciel est typique d'un épisode méditerranéen avec un plafond bas et convectif. Tout à coup une cellule explose vers Béziers, sans activité électrique mais la base m'intrigue. Il semble y avoir une rotation et celle-ci est très basse, je ne le comprendrai que le lendemain en traitant la vidéo, je viens d'assister à une petite tornade au Nord de la ville : 22/ La nuit suivante sera orageuse sur le nord est de l'Hérault mais avec bien trop de crasse et une activité trop anarchique pour en tirer des clichés. Il faudra attendre le 07 juin pour du nocturne avec de petites cellules qui se formeront en pleine nuit au milieu de la Camargue. Pas facile ce secteur, je m'en sors néanmoins avec 2 impacts ramifiés près d'Aigues-Mortes vers 04h30 du matin. 23/ Les cellules s'éloigneront par la suite au nord, vu de Saturargues au lever du jour : 24/ Le 11 juin un orage stationnaire déverse 90mm de pluie en 2heures sur le centre de l'Hérault et donne une petite tornade vers le sud-ouest de Montpellier, je rate tout étant au travail. En fin de journée la ligne est toujours active sur le Vaucluse où elle donnera quelques flashs lointains : 25/ 10 jours plus tard une situation d'orage diurne se présente sur l'Est Hérault et le Gard à la sortie du boulot. Après avoir intercepté une cellule en fin de vie sur le Pic Saint-Loup je me replace vers Lédignan où je retrouve un autre chasseur. J'arrive pile au bon moment pour voir plusieurs cellules orageuses exploser sur le bassin Alésien : 26/ En vue plus serrée : 27/ L'ambiance est parfaite et la structure plaisante, de magnifiques coups de foudre ramifiés sortent de la base : 28/ Pas mal de clichés durant cette chasse, je ne vous présente que les plus réussis. La cellule se rapprochera par la suite en donnant de la foudre plus sporadique dans une ambiance étouffante : 29/ Puis la pluie prendra le dessus par la suite. Le 24 juin un bon risque orageux est présent sur le Var, ce département me manquant un peu je décide de m'y rendre, un risque de forts orages de grêle est présent en fin de journée. Ca ne manquera pas, vu de Saint-Maximin-la-Sainte-Baume, une puissante cellule se renforce sous mes yeux avec une très forte aspiration et un rideau donnant de la grêle de 4cm de diamètre : 30/ La foudre sera souvent cachée par le relief mais la structure rattrape le tout : 31/ Celle-ci sortira néanmoins de temps en temps plus proche mais les lumières seront moins favorables à du beau cliché : 32/ Voilà pour cette longue période orageuse, l'été est maintenant lancé mais les orages ne sont jamais très loin ! EN espérant que cette année hors-norme continue de la sorte !
  4. La saison a commencé assez tôt sur le pourtour méditerranéen avec l’occurrence d’orages modérés dès le 26 janvier. Déjà la nuit du 25 au 26 de bons orages ont circulé devant le département du Var, lieu où je chasse souvent en temps normal, ah mais oui, je suis sur le Languedoc maintenant .. Puis au réveil j’apprends qu’un outbreak de trombes et tornades vient de se produire sur la région de Hyères, encore une fois en temps normal j’y aurais été, mais bon, soit, des orages sont prévus sur le Languedoc également pour cette journée du 26 janvier. En effet en fin de matinée des orages sont remontés du Golfe du Lion vers le littoral du 34 avec pas mal de foudre détectée sur les Bolteks. Seul problème une couche de brume en basse couche qui altérera franchement la visibilité sur ces cellules. Néanmoins un impact sera capturé depuis les plages de Carnon : 1/ La visibilité deviendra trop médiocre par la suite, on rentre avec la première foudre de l’année c’est déjà pas si mal ! L’instabilité est prévue de stagner quelque peu près des littoraux. En soirée une ligne d’averse se développe juste à l’Est de l’Hérault et devient orageuse sur le Nîmois, sans grande conviction je pars me placer sur les hauteurs de Castelnau-le-Lez pour observer la ligne. Celle-ci meurt avec la tombée de la nuit, néanmoins à l’arrière de nouvelles averses se renforcent, l’instabilité est faiblarde mais l’écho devient suffisamment puissant pour impacter, je lance les pauses au cas où. Après 15 bonnes minutes de pauses vierges et alors que je songeais de plus en plus à rentrer, un flash me sort de mon ennui : 2/ Ce sera le seul de cette cellule qui mourra juste après, sympa malgré tout ! Le lendemain soir la situation est prévue orageuse sur les PO et l’Aude. Après quelques heures d’attente et alors que les orages n’ont pas l’air de vouloir bouger du centre-est 11, je décide de foncer vers Agde pour au moins voir un petit quelque-chose. Arrivé sur le point de vue je suis rejoint par Chrispics, complètement par hasard une nouvelle fois, de la foudre est visible vers la frontière entre le 34 et le 11 : 3/ Alors que nous observions la cellule des powerflashs se font voir vers Vias, ceux-ci semblent se déplacer vers le Nord dans le sens de propagation de la cellule, nous n’avons pas aperçu de tuba mais pas impossible qu’une petite tornade ait concerné la commune. La foudre tombe de temps en temps en mer devant nous : 4/ Puis la cellule se tassera alors que la pluie nous concernera peu après, il est temps de rentrer. De nouveau de l’instabilité de prévue pour la fin de la première semaine de février, plus sur PACA une nouvelle fois, ça tombe bien je rentre sur la Côte d’Azur le 3 février ! A peine ré-enménagé sur Cannes il est temps de repartir en chasse sur l’Esterel, en effet en soirée la situation est prévue très instable pour la saison, pas mal d’énergie disponible, une belle convergence près des Maures, les ingrédients sont réunis pour que quelques cellules se forment en soirée. Les modèles sont un peu perdus mais la situation est intéressante. Nous nous rejoignons avec mon compère de Météo-Varoise au Cap Roux qui offre une belle vue à plus de 180° sur l’horizon Sud. La nuit tombe progressivement, au radar de bonnes cellules se développent sur le sud du Var et sur les Maures, une bonne activité électrique et de la grêle sont signalés sur la région Hyéroise. Des cellules prennent un peu plus à l’est, bientôt les premiers flashs se font voir derrière le Cap Camarat. Nous sommes à l’heure bleue, au radar la situation dégénère sur le sud-est du Var, les flashs se font de plus en plus insistants au loin, les bases sont bien sombres sur le cap Camarat, on sent que la situation ne va pas tarder à exploser. Quelques minutes plus tard de formidables salves d’impacts frappent la région de Saint-Tropez : 5/ Pour vous donner une idée de l’activité électrique, voilà une superposition vite fait de 2 photos prises à moins de 30sec d’intervalle, 2 pauses de 15 secondes : 6/ Nous sommes maintenant face à une cellule très organisée et bien active électriquement parlant, des impacts toutes les 20/30 sec. Mais le plus impressionnant est le nombre d’impacts simultanés, souvent par 4/5 voir plus ! 7/ 8/ Superposition de 2 photos, représentant 1 minute de pause pour vous donner une idée du spectacle : 9/ Un nuage mur se développe rapidement au-dessus d’Agay alors qu'une formidable décharge survient dessous, marquant la puissance du courant ascendant. On est vraiment en février ? 10/ 11/ La cellule se décale tranquillement vers l’Est, sur notre position un peu de pluie mais surtout de bons inflows alimentant la cellule, les conditions sont presques parfaites ! 12/ Un impact tombe un peu plus proche que les autres : 13/ La cellule continue son chemin plein Est, le courant ascendant se décale et nous allons bientôt passer dans le panache, toujours de puissants impacts juste devant nous : 14/ Les spiders sont nombreux dans le panache de la cellule, il est temps de passer au plus grand angle, l’ambiance est énorme : 15/ Certains d’entre eux viennent nous lécher les oreilles, par deux fois nous ressentirons un courant électrique sur le haut du crâne, sympa ! 16/ 17/ Au large les salves d’impacts sont encore impressionnantes : 18/ Au plus fort de l’activité la cellule donne flashs et impacts toutes les 5/10 secondes, pour un 3 février c’est une première ! 19/ On finit la série par quelques photos d’ambiances : 20/ L’orage s’éloignera au large de Nice tout en restant très actif, le vent d’ouest dégagera rapidement l’atmosphère. Quel début de saison sur le sud-est de la France, en espérant que ça continue !
×
×
  • Create New...