Jump to content

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

L'évolution des SST et le forçage solaire


Pierre-Ernest
 Share

Recommended Posts

Il est habituel de prendre les températures moyennes relevées sur les stations terrestres, d'en faire la moyenne et de décider que c'est l'évolution de cette moyenne qui est importante.

Or, une analyse un peu fine montre que ces valeurs présentent un certain nombre de défauts majeurs :

1) D'abord, le nombre de stations est très faible par rapport à la surface du globe

2) Ces stations sont un peu... balladeuses (voir un post récent sur la station de Lyon-Bron).

3) Elles sont situées généralement au voisinage de villes, et ne peuvent que refléter une certaine influence anthropique.

Les températures de surface de la mer ne présentent pas cet inconvénient.

1) La mer est grande (75 % de la surface du Globe)

2) Les stations (bateaux) sont mieux réparties que les stations terrestres

3) La SST intègre plus ou moins le forçage solaire moyen, et son évolution donne donc une idée peut-être plus fidèle de l'évolution du forçage que ne le fait la température aérienne.

Voici l'évolution des SST depuis 1840 : (Je donnerai ma référence demain, il est très tard)

SST1840.jpg

Courbe construite à l'aide de spline-vostok - copyright Pierre Allemand - Septembre 2007

On constate que l'évolution des SST depuis 1840 comporte quelques phases singulières :

- d'abord une baisse régulière jusqu'en 1910

- ensuite, une montée régulière qui devient spectaculaire entre 1936 et 1944 (si les médias n'avaient pas eu autre chose à dire, on aurait probablement eu droit, à cette époque, à des annonces apocalyptiques...

- ensuite, une relative stabilité jusqu'en 1980, où on assiste de nouveau à une montée rapide qui culmine en 1998 : C'est le début , puis la montée en puissance de l'hystérie réchauffagiste...

- depuis l'année 2000, la tendance semble de nouveau à la stabilité, voire à une certaine décrue.

Il serait peut-être temps de modérer un peu les discours.

Un climatologue distingué, dont j'ai malheureusement oublié la référence, que j'ai traduit il y a 2 ou 3 ans disait à peu près que "c'est de la mer que viendront les explications" (je crois que c'est David Archer, mais ce n'est pas sûr).

Je laisse cette courbe à votre méditation.

Link to post
Share on other sites

Guest
This topic is now closed to further replies.
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    • No registered users viewing this page.
×
×
  • Create New...