ORAGE31

Membres
  • Compteur de contenus

    28
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de ORAGE31

  • Rang
    Cirrostratus
  1. Bonjour, Petit front d'ondées faiblardes qui traverse en ce moment Midi-Py: Le déclenchement s'est fait grâce à l'arrivée d'une petite anomalie froide d'altitude: Désormais, on va attendre l'anomalie principale liée au front froid, qui ce soir, devrait permettre à la convection de s'initier sur Midi-Py:
  2. Bonjour, GFS modélisait des vents de l'ordre de 60 km/h à 500hPa, et du 40/50 km/h à 700hPa. Cela nous fait un cisaillement > à 15 m/s sur 0-5 km, et du 13 m/s environs sur 0-3 km. Sur WRF, les cisaillement étaient moyenne autour de 16 m/s sur 0-6 km. Absence de linéarité au niveau de forçage d'altitude, pas de convergence nette. Au moins, on voit ce que cela donne globalement au vu de ces éléments pour la prochaine fois.
  3. Plutôt sympa ce qui est modélisé par AROME demain soir sur Midi-Pyrénées: Rafales loc. à plus de 100 km/h modélisées. Cela semble partir de l'étage moyen en plus, cela pourrait être bien esthétique
  4. Bonjour, Ca y est, c'est passé en Orange
  5. Bonjour, Normal, ils n'utilisent pas les même modèles
  6. Bonjour, Sur GFS, l'interaction entre l'anomalie froide d'altitude et l'anomalie chaude existe mais est largement surestimée, on peut le voir sur l'ensembliste ou GFS est très clairement isolé, et des scénarios qui en moyenne donne du 5 litre d'eau au mètre carré. Je pars pour des ondées orageuses très électriques et esthétique sans doute, pouvant temporairement se regrouper en amas en remontant plus au Nord. Vu la tronche du forçage et l'anomalie chaude, j'opte pour un petit MCS très électrique sur le Nord de l'Aquitaine, et plutôt des ondées orageuses sur le Centre de l'Aquitaine, plus rares pour le Sud. Pour Mercredi, la situation est plutôt intéressante sur Midi-Py, et meme l'Ouest Aquitain. Le forçage qui arrive par l'Ouest est quasi linéaire, induisant un flux à 500hPa à 60/70 km/h, 40/50 km/h à 700hPa. Toutefois, pas de convergence à caractère frontale en basse couche, avec un front froid situé un peu plus au large. La ligne de convergence qui s'amorcera sera donc peu profonde et un peu déstructurée avec balayage assez lent. Possiblement une évolution des cellule orageuses, d'abord isolées, vers un MCS ( QLCS ?) balayant Mid-Py d'Ouest en Est, avec cumuls loc. important. Des experts pourront en dire plus, mais il me semble qu'au niveau des forçages de basse couche et du balayage de l'anomalie, cela semble un peu juste pour voir une ligne orageuse venteuse à balayage rapide ( QLCS du moins), malgré des cisaillements plutôt intéressant.
  7. Super, merci pour ce module ! On voit bien qu'il fat prendre en compte les cisaillements sur 0-3 km et 0-6 km à la fois, que cela soit la vitesse et la direction.
  8. Merci On peut se rattraper sur du cisaillement 0-6 km si jamais cela n'est pas très important entre 0-3 km; mais bon, en général, il me semble que le flux à 700hPa est quand meme marqué lorsque celui à 500HPa l'est également. Par contre, sans forçage linéaire mais avec des cisaillements importants, plutôt de petits lignes multicellulaires ?
  9. Merci pour les réponses. Donc les cisaillements 0-6 km ne sont pas intéressant pour les structures de type QLCS/Derecho ?
  10. Bonjour, Merci de vos réponses . Entre temps, une personne qui s'y connait très bien a pu me détailler les critères empiriques: QLCS: CAPE > 1000 J/kg, cisaillement 0-3 km > 20kt, cisaillement 0-6 km > 30kt Derecho: CAPE > 1500J/kg, cisaillement 0-3 km > 30kt, cisaillement 0-6 km > 40 kt Avec une convergence et forçage de tropopause linéaire. Bien sur, là, on parle des systèmes orageux estivaux. Sinon effectivement, si on n'a les memes valeurs de cisaillement, avec une convergence peu profonde et structurée, et une forçage d'altitude relativement anarchique et non linéaire, on n'aurait plutôt à faire des amas multicellulaires. Après, si je ne dis pas bêtise, il me semble que ces valeurs de cisaillement pris dans un environnement de type marais barométrique, peuvent donner des monocellulaires qui auraient tendance à se déstructurer ( c'est ce que dont parle Damien peut-être).
  11. Bonjour, Keraunos l'évoque dans ses tweets, c'est la nébulosité qui a amoindrie le risque orageux intense
  12. Bonjour, Je voudrais savoir qu'elles étaient les valeurs de cisaillements de vitesse ( et entre quels niveaux on doit les retrouver) pou produire un QLCS et un dérécho. Il me semble qu'il faut au moins du 25/30 m/s sur la tranche 0-6 km et du 10/15 m/s entre 0 et 3 km pour le dérécho. Je me trompe ? Et concernant les QLCS et bow échos ? Merci d'avance
  13. Mais c'est vrai que c'est impressionnant ces divergences entre modèles. À peine croyable. Sur WRF 0.05 °, aucun déclenchement de convection dans l'intérieur Aquitaine. Sur GFS, déclenchement de la convection partiellement, plutôt vers le Nord Aquitain. Sur AROME, cela traverse toute cette région. Sur EURO4, déclenchement dans l'intérieur des terres.... Bref, vous m'avez compris, il n'y a qu'à voir les différents modèles pour voir ces divergences extravagantes à une aussi courte échéance comme le dit Jérome. Je sens qu'un MCS, sous le forme d'un gros paquet pluvio-orageux, circulant entre le Nord Aquitain et le Nord Midi-Pyrénéens et vers le Massif-Central, précédé d'une ligne orageuse virulente, étirée jusque vers les Pyrénéens, traversant tout Midi-Pyrénées. Pressé de voir ce que l'organisation va donner.
  14. BONSOIR, Sur AROME, la convection arrive à s'initier dans le Golfe de Gascogne grâce à une bonne interaction entre le creux barométrique de surface, situé en aval de l'anomalie de tropopause. Sur WRF/GFS, cette anomalie de surface est vue d'avantage dans l'intérieur de l'Aquitaine avec une interaction plus ou moins bonne, en revanche, l'interaction devient très efficace sur Midi-Pyrénées. C'es bien la gestion de l'anomalie de surface qui est en cause. Perso, je penche plutôt pour AROME. Je trouve GFS/WRF à coté de la plaque .
  15. Merci de votre réponse. Cela se remarque uniquement quand un anticyclone est positionné au large des cotes Cantabriques ou sur le Portugal. Cela ressemble à un panache ibérique comme situation: Présence d'une dépression thermique en air chaud issu d'Espagne par exemple, flux de SW en altitude, présence d'un anti aux larges des cotes cantabriques. On n'a un vent d'ouest qui subit une accélération contre le piémont.