Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

L'effet d'iris confirmé par de nouvelles mesures


Recommended Posts

Pour info, John Christy m'a envoyé la copie du papier, les personnes intéressées peuvent me la demande en MP avec leur mail.

Si j'ai bien compris, il ont isolé des oscillations intrasaisonnières (ISOs) en zone tropicale (20S-20N) centrées sur un jour chaud (pic de T en troposphère). Ces ISOs ont une durée variable, mais au moins 40 jours de minimum à minimum pour être retenues. Ensuite, ils ont fait le bilan radiatif LW+SW TOA de chacune de ces périodes. Et ils ont trouvé une corrélation nette, avec une pente à -6,1 W / m2 / K (en régression linéaire), soit une rétroaction négative pour l'épisode chaud.

Je ne saisis pas très bien ce qui est dit plus haut sur la reconstruction ou le choix d'un "jour chaud" / "épisode chaud". Le choix des périodes (les ISOs) semble assez clair dans leur papier, ils ont simplement pris les 15 épisodes de plus de 40 jours les plus marqués sur l'ensemble de la période analysée (mars 2000 - décembre 2005). C'est du moins ce que j'ai compris, ci après l'extrait:

Bonjour, content de te retrouver

Si on pouvait mettre fin à ces polémiques, ça serait pas mal en effet.

Pour ce papier , regarde d'un peu plus près:

The sum of SW CRF and LW CRF plotted against tropospheric temperature anomalies for the middle 41 days of the fifteen ISO composite (Fig 4)

Comment traduis tu cela?

Sauf erreur , ils ont pris le jour central , c'est une manière de voir mais l'épisode convectif dure 41 jours et, en fait, ce qui compte c'est ce qui se passe au total: l'intégration sur les 41 jours du CRF. Je n'ai pas le sentiment que ça soit cela qui soit mis en évidence.

Mais ce n'est pas le point essentiel: au fond, tout le monde sait que ça doit se passer comme ça au cours d'un épisode convectif (ils donnent en plus des ordres de grandeur, OK), la question est de savoircomment évoluera l'ensemble de la convection , pas seulement le déroulement d'un évènement moyen (encore une fois tout le pb de la rétroaction)

En tout cas, je suis heureux de voir que tu vas à l'essentiel parce que c'est sans doute le truc le plus intéressant avec la simulation forcée par les SST

Link to post
Share on other sites

Comment traduis tu cela?

Sauf erreur , ils ont pris le jour central , c'est une manière de voir mais l'épisode convectif dure 41 jours et, en fait, ce qui compte c'est ce qui se passe au total: l'intégration sur les 41 jours du CRF. Je n'ai pas le sentiment que ça soit cela qui soit mis en évidence.

En effet, c'est ambigu, mais je pense qu'il faut traduire ainsi : "les 41 jours centraux de chaque oscillation". Ils ont délimité les ISO par un minimum de 40 jours (pour voir un épisode convectif significatif), puis ils ont choisi une période de 41 jours dans chaque ISO qu'ils ont intégrée en données tropo et TOA. Sinon, je ne vois pas bien le sens qu'il y aurait à isoler un seul jour dans l'ISO, cela perdrait toute significativité. En plus, la légende du schéma ci-dessus précise que les données concernent 30% de la période. Or 15x41 jours, cela fait 615 jours, soit effectivement 30% env. de 5 ans et demi (mars 2000 - décembre 2005, période de l'étude).

Mais ce n'est pas le point essentiel: au fond, tout le monde sait que ça doit se passer comme ça au cours d'un épisode convectif (ils donnent en plus des ordres de grandeur, OK), la question est de savoircomment évoluera l'ensemble de la convection , pas seulement le déroulement d'un évènement moyen (encore une fois tout le pb de la rétroaction)

Oui, ce qu'ils ont l'air de suggérer en conclusion, c'est que ces ajustements convectifs à court terme sont le mode normal de variabilité de la troposphère tropicale - sous-entendu, il n'y a pas de raison de penser que le forçage anthropique modifie le schéma. Mais là, je ne suis pas assez calé pour aller plus loin. Je ne pense pas (eux non plus) que 5 années suffisent pour discerner une tendance climatique robuste dans la formation des cumulonimbus et des cirrus dans les tropiques, surtout pas avec la difficulté à traiter les données satellites. Néanmoins, cela donne quand même un début de base empirique à l'hypothèse Lindzen, que d'autres n'avaient pas retrouvé ces dernières années. A suivre, comme toujours.(Content aussi de re-débattre ici)
Link to post
Share on other sites

Sur un thème proche, il y a aussi ce papier récent d'Allan et Soden :

http://www.agu.org/pubs/crossref/2007/2007GL031460.shtml

On le trouve en pdf ici :

http://www.nerc-essc.ac.uk/~rpa/PAPERS/precip_preprint.pdf

Il s'agit ici de la divergence entre les modèles et les observations des précipitations dans les zones ascendantes et descendantes des cellules tropicales, sur les vingt dernières années. Cela coince surtout pour les zones de subsidence, où il y a un fort déclin des précipitations dans la réalité par rapport à la modélisation. Les auteurs concluent que cela peut être un biais des mesures (du fait de leur complexité), une variabilité décennale ou des défauts persistants des modèles sur la zone tropicale. Bref, même conclusion que précédemment, il faut laisser du temps au temps !

Link to post
Share on other sites

En effet, c'est ambigu, mais je pense qu'il faut traduire ainsi : "les 41 jours centraux de chaque oscillation". Ils ont délimité les ISO par un minimum de 40 jours (pour voir un épisode convectif significatif), puis ils ont choisi une période de 41 jours dans chaque ISO qu'ils ont intégrée en données tropo et TOA. Sinon, je ne vois pas bien le sens qu'il y aurait à isoler un seul jour dans l'ISO, cela perdrait toute significativité. En plus, la légende du schéma ci-dessus précise que les données concernent 30% de la période. Or 15x41 jours, cela fait 615 jours, soit effectivement 30% env. de 5 ans et demi (mars 2000 - décembre 2005, période de l'étude).

Oui, ce qu'ils ont l'air de suggérer en conclusion, c'est que ces ajustements convectifs à court terme sont le mode normal de variabilité de la troposphère tropicale - sous-entendu, il n'y a pas de raison de penser que le forçage anthropique modifie le schéma. Mais là, je ne suis pas assez calé pour aller plus loin. Je ne pense pas (eux non plus) que 5 années suffisent pour discerner une tendance climatique robuste dans la formation des cumulonimbus et des cirrus dans les tropiques, surtout pas avec la difficulté à traiter les données satellites. Néanmoins, cela donne quand même un début de base empirique à l'hypothèse Lindzen, que d'autres n'avaient pas retrouvé ces dernières années. A suivre, comme toujours.

(Content aussi de re-débattre ici)

Définitivement, je ne pense pas qu'ils aient fait une moyenne sur toute la période des anomalies , peut être sur la période centrale, cad les 20 de précip supérieure à la moyenne de la Fig 2 (sans doute m^me à le relecture) , relis encore: (avant la conclusion)

This indicates that the net radiative effect of clouds during the evolution of the composite ISO is to cool the ocean atmosphere system during its troposphéric warm phase and to warm it during its cool phase

La sensibilité qu'ils obtiennent est d'ailleurs extrêmement forte (pour un degré d'anomalie positive on arriverait à diminuer la température de 100 m de profondeur d'océan de 0,1 °C , tu diras qu'il en resterait 0,9!)

De toute façon, leur objectif était de préciser l'évolution d'un évènement convectif et non de les comparer entre eux.

Simplement, s'ils avaient moyenné sur les 40 jours, la sensibilité eut été moindre

Quant à penser que le forçage anthropique modifie le schéma, la réponse est forcément non d'un point de vue qualitatif (ça ne peut pas se passer sans une diminution des nuages de glace à la fin de l'épisode) mais la question est celle de l'amplitude et de la fréquence de ces évènements. Et ça, ça reste entier.

Link to post
Share on other sites

Précision de J. Christy suite à un mail de ma part concernant la Fig. 4 et le critère choisi :

The 15 periods were chosen from there temperature feature. The dominant

feature of tropical tropospheric temperatures is the up and down variation

on a time scale of about 60 days. The 15 events with the largest

amplitude were chosen based only on temperature, then the other

characteristics where studied.

Middle 41 days here would essentially be day -20 to day +20 in figure 3.

Donc, si je comprends bien, ils ont choisi les épisodes les plus significatifs (ISOs) au sein d'une oscillation chaude en troposphère (la température seule importait pour la sélection, pas les précip.), ils ont pris les 20 jours avant et les 20 jours après décrits dans la figure 3 (ci-dessous) - et, sauf erreur car Christy n'a pas répondu sur ce point précis, ils ont bel et bien intégré ces épisodes pour aboutir à la fig. 4, sur 30% de la période (à nouveau, la précision de 30% suppose à mon sens une intégration des données sur -20 / +20 jours pour chaque épisode ; sinon, ils auraient dû préciser les "sous-périodes" sélectionnées selon les T et les précip, ce qui n'apparait pas).

image1tz9.png

La figure 3 montre une oscillation chaude. On voit en effet en haut la sélection du pic de T (point le plus haut de la courbe rouge, en abcisses les jours), en dessous les phases liquide / glace des nuages et en bas la T au sommet des nuages.

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...