Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Damien49

Le réchauffement climatique selon Leroux

Recommended Posts

Bah je ne vois pas en quoi c'est compliqué d'utiliser le programme du GISS, que ce soit sur un PC ou sur un mainframe ? Tout ce qu'il y a à faire, c'est de le charger ( tu sais, même en 1987, le PC et internet existaient déjà, surtout au CEA, ou sinon, il y a le floppy disk qui se transporte très bien par courrier) puis de le lancer.

D'une manière générale, un outil de modélisation n'est en rien un simple logiciel que l'on lance comme vous dites miniTAX. Pour en utiliser régulièrement dans la mécanique des fluides et en électromagnétisme, je doute fort qu'une personne sans connaissances spécifiques au domaine en question puisse faire quoi que ce soit de pertinent (choix des données d'entrée et interprétation des résultats).

Mais bon...on est pas à une contre vérité prêt....

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

D'abord, chacun sa conception de sa participation aux forums IC.

tout à fait.

Je ne conçois pas la mienne, autant que faire se peut, sur la manipulation.

Et lorsque je vois poindre cette attitude, en général, je réagis.

Mais comme l'alarmisme, comme on l'appelle, me déplait bp moins que le discours lénifiant et suspect du "tout va bien et tout ira pour le mieux", qui, entr'autres, rappelle de tristes souvenirs historiques, j'ai plutôt tendance à tacler ce dernier.

Ceci dit je dois dire que les études intéressantes et accessibles ne pleuvent pas ces temps-ci.

Pas grand-chose de neuf ou de saillant, dont j'ai connaissance, en tous cas.

Et si je ne lisais pas et ne réagissais pas à certains posts, je ne pourrais apporter grand-chose à ce forum.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Tu oublies la glace dont la fonte ne s'exprime pas par une variation de température. J'ai bien tenu compte de ce que tu dis dans mes précédents posts.

Ceci dit, avec le bilan révisé de Hansen 2003 qui est de 0,75 W/m^2, la part de l'océan passe à 80 %(=0,6/0,75).

Je ne sais pas s'il existe un indicateur numérique qui mesure l'inertie du système à cause de l'océan à partir de cette proportion.

A nouveau, non, relis mon post précédent. L'énergie de fusion de la glace est prise en compte. L'inertie océanique, c'est 0,6 W/m2 pour Levitus/Hansen, 0, 33 W/m2 pour Lyman (et à peu près la même valeur de mémoire pour Gourestki, suggérant de multiplier par un facteur 0,6 les données Levitus, ce qui nous ramène à peu près à Lyman ; je ne pense pas en revanche que l'on puisse cumuler les corrections Lyman+Gouretski, il me semble qu'elles expriment en fait la même correction vu soit par de nouvelles mesures Argo, soit par réévaluation des anciennes mesures).

Ce que je ne saisis pas trop en revanche dans ce genre de calcul, c'est comment on comptabilise l'énergie diffusée vers le fond océanique (sous forme de chaleur).

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Mais comme l'alarmisme, comme on l'appelle, me déplait bp moins que le discours lénifiant et suspect du "tout va bien et tout ira pour le mieux", qui, entr'autres, rappelle de tristes souvenirs historiques, j'ai plutôt tendance à tacler ce dernier.

(...)

En effet, tout ne va pas bien en ce bas monde. Mais pour l'instant, et pour les prochaines décennies tous scénarios confondus, les principaux problèmes de notre Terre ne sont pas de nature climatique. Souvenir pour souvenir, on peut discuter doctement du sexe des anges quand les armées adverses se pressent aux remparts...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

En effet, tout ne va pas bien en ce bas monde. Mais pour l'instant, et pour les prochaines décennies tous scénarios confondus, les principaux problèmes de notre Terre ne sont pas de nature climatique. Souvenir pour souvenir, on peut discuter doctement du sexe des anges quand les armées adverses se pressent aux remparts...

C'est sûr qu'on ne manque pas de problèmes.

On pourrait en faire la liste, mais tout le monde la connaît.

Mais les problèmes on essaie de les résoudre avec plus ou moins de ténacité et de constance.

Par exemple bien que ce ne soit pas parfait, la science médicale (avec tout ce qu'elle sous-entend) nous permet de vivre bien plus longtemps et en meilleure santé, enfin bref , je vais épargner la liste.

Mais pourquoi diable ne traiterions nous pas les "dégats" climatiques que nous risquons de nous infliger?

Alors que nous avons des moyens d'action pour se faire et que nous ne sommes pas obligés d'y consacrer l'essentiel, loin de là, de nos ressources.

Y a un truc qui m'échappe, là.

Au fait, pour le moment, quelle part de notre PIB a été consacrée à ce pb au détriment d'autres pbs plus cruciaux?

Et quelle serait la part maximale pour ne pas obérer la résolution de nos autres pbs cruciaux?

Est-ce que selon toi, cette part devrait être nulle?

Share this post


Link to post
Share on other sites

les principaux problèmes de notre Terre ne sont pas de nature climatique

Le problème avec le réchauffement, c'est qu'il est...global. Cela donne une certaine ampleur au problème (!)Il n'y a pas un continent, pas un pays qui ne soit épargné.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Mais pourquoi diable ne traiterions nous pas les "dégats" climatiques que nous risquons de nous infliger?

Alors que nous avons des moyens d'action pour se faire et que nous ne sommes pas obligés d'y consacrer l'essentiel, loin de là, de nos ressources.

Y a un truc qui m'échappe, là.

Au fait, pour le moment, quelle part de notre PIB a été consacrée à ce pb au détriment d'autres pbs plus cruciaux?

Et quelle serait la part maximale pour ne pas obérer la résolution de nos autres pbs cruciaux?

Est-ce que selon toi, cette part devrait être nulle?

Aucun idée précise de réponse aux questions que tu poses. Ou plutôt, j'apprécie que l'on sorte du tout-fossile pour entrer dans une nouvelle ère énergétique, fut-ce au prix d'incitations publiques (donc avec un coût). Le RC sert d'ailibi socio-imaginaire à cette transition, pourquoi pas. Cela me dérange beaucoup en revanche que la science joue sa crédibilité sur le thème de la frayeur collective en s'engageant dans les joutes politico-médiatiques.

Tu dis qu'il y a un truc qui t'échappe. Imagine simplement que tu sois sceptique et que tu considères que le RC ne va pas être si terrible dans son amplitude et encore moins dans ses conséquences. Dans ce cas là, tu serais assez logiquement exapséré de constater la focalisation sur les "dégâts" hypothétiques et l'indifférence relative sur les dégâts réels.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Tu dis qu'il y a un truc qui t'échappe. Imagine simplement que tu sois sceptique et que tu considères que le RC ne va pas être si terrible dans son amplitude et encore moins dans ses conséquences. Dans ce cas là, tu serais assez logiquement exapséré de constater la focalisation sur les "dégâts" hypothétiques et l'indifférence relative sur les dégâts réels.

Oui mais justement, je vois pas trop de focalisation en ce moment.

Les paillettes sont retombées et c'est plutôt "morne plaine".

Le RC est considéré par la majorité des gens comme une menace lointaine, pas vraiment dangereuse.

C'est peut-être cette majorité qui détient la vérité d'ailleurs (le bon sens populaire, j'ai la faiblesse d'y croire un peu)

Il suffit aussi de voir le peu d'enthousiasme des rares sites "alarmistes" comme on les appelle, à développer et entretenir, scientifiquement s'entend, la thématique du RC, pour comprendre que le feu va bientôt s'éteindre, ou du moins régresser fortement.

En l'absence d'évènements climatiques majeurs il faut reconnaître que 0.02°C d'augmentation annuelle (comment on fait mon bon monsieur pour voir çà sur son thermomètre, siouplait ?) n'est pas très apte à mobiliser les foules.

Et le "tourne-en-rond" entre sceptiques et alarmistes sur les mêmes thèmes récurrents finit par fortement lasser.

Tiens, moi, par exemple, j'en ai marre. default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui mais justement, je vois pas trop de focalisation en ce moment.

Les paillettes sont retombées et c'est plutôt "morne plaine".

Sauf que l'Europe vient tout juste de s'engager à 20% de renouvelable et 10% de biocarburants en treize ans. Ce n'est pas de la paillette médiatique, mais de la décision politique. Ce débat devrait animer parmi d'autres les prochaines élections présidentielles américaines. Et la négociation avec les émergents va durer jusqu'à 2012 pour tenter de mettre un point un post-Kyoto. On ne peut donc pas dire que c'est simplement un effet d'annonce limité aux conférences de presse quinquennales du GIEC. En revanche, il n'y a aucun débat démocratique direct avec les populations, les décisions se prennent à un niveau où les citoyens ne perçoivent pas le RC comme un phénomène appelant des solutions différentes, donc des antagonismes politiques classiques.
Le RC est considéré par la majorité des gens comme une menace lointaine, pas vraiment dangereuse.

C'est peut-être cette majorité qui détient la vérité d'ailleurs (le bon sens populaire, j'ai la faiblesse d'y croire un peu)

Il suffit aussi de voir le peu d'enthousiasme des rares sites "alarmistes" comme on les appelle, à développer et entretenir, scientifiquement s'entend, la thématique du RC, pour comprendre que le feu va bientôt s'éteindre, ou du moins régresser fortement.

En l'absence d'évènements climatiques majeurs il faut reconnaître que 0.02°C d'augmentation annuelle (comment on fait mon bon monsieur pour voir çà sur son thermomètre, siouplait ?) n'est pas très apte à mobiliser les foules.

A nouveau, le dernier sondage Eurobaromètre montre que les gens se déclarent très préoccupés (50%) ou préoccupés (37%) par le RC. Mais là, cela tient uniquement au battage médiatique, et sans les piqûres de rappel des supposées catastrophes à venir, je pense en effet que le "bon sens" reprendrait vite le dessus. "Bon sens" qui peut être tout à fait critiquable parfois (ne pas voir plus loin que le bout de son nez n'est pas une expression de la sagesse), mais que je ne critique pas dans le cas du climat, car ce sont pour le coup les modélisateurs qui me semblent avoir perdu un peu de recul et de sens commun par rapport aux implications de leur exercice scientifique (cas d'ailleurs fréquent dans toute discipline).
Et le "tourne-en-rond" entre sceptiques et alarmistes sur les mêmes thèmes récurrents finit par fortement lasser.

Tiens, moi, par exemple, j'en ai marre. default_mad.gif

Moi pas trop. Au-delà du débat alarmiste-sceptique et de ses "thèmes fétiches", il y a toujours du nouveau dans les sciences climatiques, même si les études vraiment étonnantes, inattendues ou novatrices ne sont en fait qu'une petite poignée chaque année. Ce qui me lasse plutôt, c'est que 80% des papiers des revues spécialisées sont la enième application de tel modèle à telle situation, sans grand intérêt pour le lecteur (s'il n'est pas lui-même modélisateur en charge de paramétriser la situation en question). Mais les papiers d'observations ou de comparaisons intermodèles assez vastes ou d'hypothèses paléo. sont par exemple plus intéressants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Sauf que l'Europe vient tout juste de s'engager à 20% de renouvelable et 10% de biocarburants en treize ans. Ce n'est pas de la paillette médiatique, mais de la décision politique.

ce n'est pas de la paillette ok si et seulement si, il y a une structure derrière capable de faire respecter ces engagements.

Ce n'est pas de la paillette s'il y a des pénalités en cas de non-respect de ces engagements.

Cette structure existe certainement, ce doit être une émanation de la commission européenne, mais que se passe t'il en cas de non-respect des engagements?

Y a t'il des pénalités?

A vrai dire je n'en n'ai pas entendu parler, mais tu as certainement des infos là-dessus.

Tout le monde peut s'engager sur quelque chose, c'est facile de s'engager surtout s'il n'y a pas de bâton qui menace.

Tout le monde peut promettre mais, comme dirait l'autre, les promesses n'engagent que ceux à qui elles s'adressent (je ne retrouve plus l'expression exacte mais c'est le sens)

Celà me fait penser au plan français qui a déjà pris un certain retard.

Au fait comment s'articulent le plan français et le plan européen?

A nouveau, le dernier sondage Eurobaromètre montre que les gens se déclarent très préoccupés (50%) ou préoccupés (37%) par le RC.

ce doit être le "bon sens" qui parle, certainement aiguillonné par le discours médiatique effectivement.

Moi pas trop. Au-delà du débat alarmiste-sceptique et de ses "thèmes fétiches", il y a toujours du nouveau dans les sciences climatiques

Euh, je me suis mal fait comprendre, je ne suis pas lassé par la science climatique, quoique je sais tenir mon rang, évidemment bien faible, dans ce domaine.

Mais bien par un certain blablatage ou radotage sur toujours les mêmes thèmes.

Que ce soit dans un sens ou dans l'autre d'ailleurs.

Je ne sais pas qui peut être intéressé à raconter et à entendre toujours les mêmes rengaines.

Mais bon, tous les goûts sont dans la nature.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Cette structure existe certainement, ce doit être une émanation de la commission européenne, mais que se passe t'il en cas de non-respect des engagements?

Y a t'il des pénalités?

A vrai dire je n'en n'ai pas entendu parler, mais tu as certainement des infos là-dessus.

Tout le monde peut s'engager sur quelque chose, c'est facile de s'engager surtout s'il n'y a pas de bâton qui menace.

Tout le monde peut promettre mais, comme dirait l'autre, les promesses n'engagent que ceux à qui elles s'adressent (je ne retrouve plus l'expression exacte mais c'est le sens)

Celà me fait penser au plan français qui a déjà pris un certain retard.

Au fait comment s'articulent le plan français et le plan européen?

Euh... il me semble que c'est toi qui devrais t'intéresser de près à ces questions default_shifty.gif. Un google sur le thème apporte sans doute les réponses, je n'ai pas suivi plus que cela.La France et l'Europe ont besoin d'un bâton, dis-tu, alors qu'elles n'ont pas tellement d'efforts à faire avec leurs politiciens "concernés", leurs économies poussives et leur tradition nucléaire / renouvelable déjà présente dans certains pays. Je suppose que les USA et surtout les NPI auront besoin d'un super-bâton. Un monde futur plein de gentilles intentions et de sévères bâtons, en quelque sorte. Tous les goûts sont dans la nature, c'est vrai.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Euh... il me semble que c'est toi qui devrais t'intéresser de près à ces questions default_shifty.gif. Un google sur le thème apporte sans doute les réponses, je n'ai pas suivi plus que cela.

Non moi, je suis persuadé qu'il s'agit de paillettes et qu'il est donc inutile de chercher et de perdre du temps là-dessus.

Je peux bien me tromper mais celà m'étonnerait fortement.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour a tous,

Premier mail sur le forum d'IC. Une grande première pour moi.

Je viens de relire toute cette série de posts et je me suis bien amusé ...

J'apporterai deux informations par rapport a tout ce qui a éte dit :

1) l'estimation de Lyman et al (2006) est fausse. En gros, il vient d'etre trouve un biais systématique dans les capteurs de pression des flotteurs argo (inutile de chercher, c'est tout nouveau et pas encore publier. Si vraiment vous le voulez, je pourrais vous joindre une figure). Bilan, la pression relevee etait fausse. La pression a tendance a etre legerement surestimee (je peux me renseigner pour savoir de combien). Dans la thermocline, les consequences sont immédiates: pour une profondeur donnée (pression donnée), la temperature sera trop faible. Pour faire plus clair, supposons une erreur de 5m sur la profondeur (il me semble que l'erreur est de cet ordre, voir un peu superieure). La temperature que l'on croit mesurer a une profondeur z est en fait mesure a la profondeur z+5m. A 300m, le gradient moyen est de -0.02°C par m, 5m d'erreur donne -0.1°C (ce sont des moyennes entre 50°N et 50°S). Ceci explique un certain nombre des resultats trouves par Lyman et al: le refroidissement est absent en surface et le signal trouve est conforme aux etudes precedentes. Normal: le gradient vertical de temperature est quasi nul dans la couche de melange, donc une legere erreur de pression n'a pas d'incidence sur la T. Ensuite, l'erreur augmente avec la profondeur : normal on est dans la thermocline ... Puis, ca devient faible dessous, normal les gradients verticaux de tremperature a l'echelle globale ne presentent pas de tendance globale (a 1000 m, le dT/dz est de l'ordre de -0.004°C/m).

2) Quelqu'un a dit qu'utiliser un modele climatique etait aussi simple que d'utiliser une soft standard: tu telecharges et hop t'appuies sur le bouton, ca marche et tu plottes tes resultats. Bien, alors je le mets au defi. Voila un site ou il pourra telecharger un code oceanique, et s'il lit bien entre les lignes il pourra meme se lancer dans la modelisation couplee climat carbone. Il suffit d'aller sur le site WEB du LOCEAN a www.lodyc.jussieu.fr/NEMO La apres s'etre inscrit, il pourra telecharger le code OPA (OGCM) et le faire tourner sur son PC. Puis afficher les resultats. et nous envoyer le tout pour montrer par exemple en utilisant un forcage NCEP ou ERA40, que la tendance lyman n'est pas trouvee par les modeles, que la fonte de la glace de mer est un leurre, etc ...

Allez et il pourra meme en deux lignes de code fortran, modeliser tiens pourquoi pas le rapport Pa/Th ou je ne sais quoi d'autre. Ca sera d'autant plus facile qu'un code traceur passif est associe a l'OGCM. Donc vraiment tout cela se fera en deux coups de cuillers a soupe en 5mns et tournera bien sur sur son PC ... (Ironie !)

Allez, sur ce bonne journee a tous

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Bonjour a tous,

Premier mail sur le forum d'IC. Une grande première pour moi.

Je viens de relire toute cette série de posts et je me suis bien amusé ...

J'apporterai deux informations par rapport a tout ce qui a éte dit :

1) l'estimation de Lyman et al (2006) est fausse. En gros, il vient d'etre trouve un biais systématique dans les capteurs de pression des flotteurs argo (inutile de chercher, c'est tout nouveau et pas encore publier. Si vraiment vous le voulez, je pourrais vous joindre une figure). Bilan, la pression relevee etait fausse. La pression a tendance a etre legerement surestimee (je peux me renseigner pour savoir de combien). Dans la thermocline, les consequences sont immédiates: pour une profondeur donnée (pression donnée), la temperature sera trop faible. Pour faire plus clair, supposons une erreur de 5m sur la profondeur (il me semble que l'erreur est de cet ordre, voir un peu superieure). La temperature que l'on croit mesurer a une profondeur z est en fait mesure a la profondeur z+5m. A 300m, le gradient moyen est de -0.02°C par m, 5m d'erreur donne -0.1°C (ce sont des moyennes entre 50°N et 50°S). Ceci explique un certain nombre des resultats trouves par Lyman et al: le refroidissement est absent en surface et le signal trouve est conforme aux etudes precedentes. Normal: le gradient vertical de temperature est quasi nul dans la couche de melange, donc une legere erreur de pression n'a pas d'incidence sur la T. Ensuite, l'erreur augmente avec la profondeur : normal on est dans la thermocline ... Puis, ca devient faible dessous, normal les gradients verticaux de tremperature a l'echelle globale ne presentent pas de tendance globale (a 1000 m, le dT/dz est de l'ordre de -0.004°C/m).

salut louzoufall et bienvenue

Je dois dire que j'avais pas pensé à cette histoire de profondeur.

De toute façon je ne pense pas possible un tel refroidissement, étant donné le profil, par la surface, comme je l'ai dit x fois et sous réserve qu'on m'explique le mécanisme.

Apparemment celà ne gênait personne et surtout pas les sceptiques, évidemment.

Ceci dit tout ce que tu peux apporter comme renseignements chiffrés complémentaires m'intéresse au plus haut point.

à plus

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Apparemment celà ne gênait personne et surtout pas les sceptiques, évidemment.

(...)

Je me permets tout de même de rétablir les choses. Ci-dessous, mes premiers posts dans la discussion que tu avais lancée. C'est aimable de caricaturer "les sceptiques" comme des gens qui se ruent sans esprit critique sur la moindre nouvelle, mais il se trouve que ce n'est pas exact dans ce cas.

Et je reste également prudent sur mon site, dans la recension du papier :

http://www.climat-sceptique.com/article-4878804.html

Etant particulièrement agacé par les extrapolations sur mesures courtes avec instruments mal calibrés, dont les alarmistes sont coutumiers (cf Groenland et GRACE, plancton et SeaWifs, etc.), j'essaie généralement d'éviter le même genre de pratiques.

Le problème de toute cette discussion est quand même l'extrême pauvreté des mesures qui en sont l'origine. En fait, on constate dans les 23 années passées deux phases de refroidissement de l'eau de mer sur la couche surface-750 mètres, en 1983-85 et 2003-05. Dans ce dernier cas, où la mesure est plus fiable, le refroidissement se constate pour l'essentiel vers 400-500 m et il n'est jamais que de 0,07 à 0,1°C au plus fort de l'amplitude. Il se situe approximativement au niveau de la thermocline (dans les régions extratropicales), c'est-à-dire la zone où les variations thermiques rapportée à la profondeur sont de toute façon les plus marquées.

Le caractère très court des séries mesurées (2 à 3 ans de phase froide) associé à la variabilité naturelle des mouvements océaniques dans la couche considérée fait que j'ai du mal à y voir des événements exceptionnels, a fortiori les prodromes d'une ère glaciaire !

Pour info, cette intro. au débat parue dans Nature. Elle confirme que les spécialistes n'ont pas de réponse claire pour le moment sur l'origine du phénomène, et gardent quelques doutes sur sa réalité (maillage correct des balises ARGO).

Mon avis, les mesures de toute façon sont trop courtes pour justifier un débat très approfondi. D'autant que la figure 2 de l'article initial montre qu'il ne s'agit nullement d'une baisse uniforme, mais de la juxtaposition de zones de baisse et de zones de hausse, d'amplitude similaire (de -50 à +50 W/m2). Cela signifie entre autres choses que les mesures sont dépendantes de la répartition des balises (sur des ordres de grandeur de 0,01 à 0,1°C, rappelons-le).

Quand on aura dix ou quinze de baisse continue, on pourra parler d'une tendance climatologique. Mais là, c'est un peu la tempête dans un (gros) verre d'eau.

Etc.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour a tous,

(...)

1) l'estimation de Lyman et al (2006) est fausse. En gros, il vient d'etre trouve un biais systématique dans les capteurs de pression des flotteurs argo (inutile de chercher, c'est tout nouveau et pas encore publier. Si vraiment vous le voulez, je pourrais vous joindre une figure). Bilan, la pression relevee etait fausse. La pression a tendance a etre legerement surestimee (je peux me renseigner pour savoir de combien). Dans la thermocline, les consequences sont immédiates: pour une profondeur donnée (pression donnée), la temperature sera trop faible. Pour faire plus clair, supposons une erreur de 5m sur la profondeur (il me semble que l'erreur est de cet ordre, voir un peu superieure). La temperature que l'on croit mesurer a une profondeur z est en fait mesure a la profondeur z+5m. A 300m, le gradient moyen est de -0.02°C par m, 5m d'erreur donne -0.1°C (ce sont des moyennes entre 50°N et 50°S). Ceci explique un certain nombre des resultats trouves par Lyman et al: le refroidissement est absent en surface et le signal trouve est conforme aux etudes precedentes. Normal: le gradient vertical de temperature est quasi nul dans la couche de melange, donc une legere erreur de pression n'a pas d'incidence sur la T. Ensuite, l'erreur augmente avec la profondeur : normal on est dans la thermocline ... Puis, ca devient faible dessous, normal les gradients verticaux de tremperature a l'echelle globale ne presentent pas de tendance globale (a 1000 m, le dT/dz est de l'ordre de -0.004°C/m).

(...)

Bonjour et bienvenue.

Pour un premier post, c'est réussi default_mad.gif

C'est une nouvelle importante et, tout comme Meteor, je suis évidemment preneur du maximum de détails sur ce biais des flotteurs Argo. Idem si tu as des infos que la réévaluation à la baisse des balises XBT par Gouretski 2007.

Ce que je ne comprends pas bien pour le moment, c'est en quoi le biais de pression que tu décris affecte la tendance observée. Que z soit en réalité z+5 en 2003 et en 2005, cela change rien a priori pour le delta(z+5) 2003-2005 mesuré.

Je suppose donc que ce n'est pas un biais intrinsèque des flotteurs, mais un dérèglement progressif (c'est-à-dire que l'on avait z en 2003 et que cela a lentement dérivé vers z+5 en 2005). Non ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de relire toute cette série de posts et je me suis bien amusé ...

(...) 2) Quelqu'un a dit qu'utiliser un modele climatique etait aussi simple que d'utiliser une soft standard: tu telecharges et hop t'appuies sur le bouton, ca marche et tu plottes tes resultats. Bien, alors je le mets au defi. Voila un site ou il pourra telecharger un code oceanique, et s'il lit bien entre les lignes il pourra meme se lancer dans la modelisation couplee climat carbone. Il suffit d'aller sur le site WEB du LOCEAN a www.lodyc.jussieu.fr/NEMO La apres s'etre inscrit, il pourra telecharger le code OPA (OGCM) et le faire tourner sur son PC. Puis afficher les resultats. et nous envoyer le tout pour montrer par exemple en utilisant un forcage NCEP ou ERA40, que la tendance lyman n'est pas trouvee par les modeles, que la fonte de la glace de mer est un leurre, etc ...

Allez et il pourra meme en deux lignes de code fortran, modeliser tiens pourquoi pas le rapport Pa/Th ou je ne sais quoi d'autre. Ca sera d'autant plus facile qu'un code traceur passif est associe a l'OGCM. Donc vraiment tout cela se fera en deux coups de cuillers a soupe en 5mns et tournera bien sur sur son PC ... (Ironie !)

Allez, sur ce bonne journee a tous

Bonne journée à toi Louzoufall default_mad.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de trouver sur le site argo (www.argo.net) un message d'avertissement que j'ai colle en fin de ce message.

1) En gros, il y a 211 flotteurs argo qui presentent un biais froid, principalement dans l'Atlantique.

2) Dans l'etude de Lymann et al, les flotteurs argo ne sont pas les seuls instruments a avoir ete utilises (CTD, XBT, ...). La tendance au refroidissement s'accentue donc avec l'augmentation de la proportion de flotteurs ARGO problematiques dans la base de donnees. On voit ca d'ailleurs assez bien sur une des figures du papier. Ainsi, jusqu'en 2003 inclus, il n'y a pas d'ecart entre la courbe avec et celle sans les flotteurs. Ensuite, l'ecart augmente. En gros, en analysant basiquement cette figure, la tendance au refroidissement n'est essentiellement due qu'aux flotteurs.

3) il est assez drole de constater que la tendance au refroidissement suit la courbe du nombre de flotteurs ARGOS potentiellement problematiques (ceci est accessible sur le site ARGO mais bon, la toolbox est assez penible a utiliser ...). Enfin, En soit, ca n'est pas une preuve.

3) le biais n'a a priori pas evolue, la tendance a la baisse ne vient tres probablement que de l'inclusion d'un nombre croissant de flotteurs.

Voila un certain nombre d'elements de reponse sur ce point la. Je ne travaille pas directement sur les flotteurs argos donc ce que je sais ne me vient que de discussions avec des collegues. En outre, je sais que les donnees sont en cours de retraitement. Pour avoir une reevaluation de l'etude de Lymann, il va falloir attendre.

Dans mon mail, j'ai ete peut-etre trop categorique. Effectivement, l'etude de Lymann est fausse sur la periode recente (au moins 2003-2005). Par contre, sur le reste, pas de probleme (tout au moins dans l'etat actuel des connaissances). Mais bon, le fait est que le resultat "sexy" provient justement de cette periode problematique. Ensuite, l'ampleur de l'erreur n'est pas connue. Enfin, je ne dis pas du tout qu'il n'y a pas eu refroidissement, mais que les donnees qui ont permis de mettre en evidence le "refroidissement" sont pour partie biaisees vers le "froid". Apres une fois les donnees retraitees, ce qu'on obtiendra, c'est une autre histoire.

A +

louzou

PS: Voila l'annonce que l'on peut trouver sur le site ARGO

Important notice to Argo users (pressure offset errors):

It has just been learned that Argo profiles from SOLO floats with FSI CTD (Argo Program WHOI) may have incorrect pressure values. Profile data may be offset upward by one or more pressure levels, resulting in a significant cold bias for these instruments. Problematic floats are mostly in the Atlantic Ocean (198 out of the 211 presently active FSI SOLO instruments). The problem does not affect any other combination of instrument and sensor. That is, SOLO SBE, PROVOR (FSI or SBE), APEX and all other instrument combinations are unaffected. In GTS TESAC messages, potentially affected instruments can be identified by instrument type 852 (SOLO FSI, see WMO Code Table 1770). The problem is presently being analyzed, and once the detailed nature is understood, further information regarding identification and/or correction (if possible) of affected profiles will be provided. Please subscribe to the Argo Data Management mailing list ( argo-dm@jcommops.org , see http://argo.jcommops.org section "LINKS" ) if you want updates.

Users are advised they should either exclude all SOLO FSI data from analyses or apply other quality control measures appropriate to their specific application. As a reminder, near real-time (R/T) Argo data are subjected to only coarse, automated quality control procedures. The Argo project endeavors to provide the best quality data possible, but R/T data may contain errors and should be used with due caution. For full documentation of the Argo data system, see http://www.coriolis.eu.org/cdc/argo_rfc.htm

US Argo is checking all metadatafiles to build an accurate list of problematic floats.

For now please see: http://www-argo.ucsd.edu/Acpres_offset.html

LIST OF WMO IDs: http://www-argo.ucsd.edu/fsi_wmo_list.txt

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

OK, merci louzoufall, cela semble clair qu'il existe un pb avec les nouveaux flotteurs ARGO et en particulier un biais froid.

C'est en tous cas assez cohérent avec le profil de delta T.

Le gradient est en effet maxi vers la thermocline, à l'endroit même où Lyman relève le plus fort delta T.

Il est vrai également que les mesures réalisées en exceptant les nouveaux profilers ne donnent pas tout à fait la même allure de variation de température.

voir courbe grise sur ce graphe extrait de Lyman 2006:

voltempocvk8.jpg

lorsqu'on tient compte de cette courbe grise on obtient pas loin de 0.5W/m2, au lieu de 0.33W/m2 et ce uniquement pour la partie 0-750 m.

Ce doit être supérieur si l'on tient compte de l'ensemble de l'océan.

Mais n'anticipons pas les résultats et attendons les nouveaux calculs et les nouvelles mesures (qui ne sauraient tarder)

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

tant que j'y étais à recalculer, j'ai repris les valeurs du graphe ci-dessus pour établir les tendance linéaires de variation d'OHCA 0-750m avec et sans ARGO.

Il n'y a que peu de différence entre les 2 tendances puisque je trouve une augmentation de 0.64 10^22J/an avec ARGO et 0.72 10^22J/an sans ARGO.

Ceci correspond respectivement à 0.396 W/m2 avec ARGO et 0.444 W/m2 sans ARGO.

Toujours pour 0-750m et sans tenir compte de ce qui se passe de 750 à 3800m (profondeur moyenne)

Au fait que s'y passe t'il?

ohcapr4.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je viens de trouver sur le site argo (www.argo.net) un message d'avertissement que j'ai colle en fin de ce message.

(...)

Dans mon mail, j'ai ete peut-etre trop categorique. Effectivement, l'etude de Lymann est fausse sur la periode recente (au moins 2003-2005). Par contre, sur le reste, pas de probleme (tout au moins dans l'etat actuel des connaissances). Mais bon, le fait est que le resultat "sexy" provient justement de cette periode problematique. Ensuite, l'ampleur de l'erreur n'est pas connue. Enfin, je ne dis pas du tout qu'il n'y a pas eu refroidissement, mais que les donnees qui ont permis de mettre en evidence le "refroidissement" sont pour partie biaisees vers le "froid". Apres une fois les donnees retraitees, ce qu'on obtiendra, c'est une autre histoire.

Merci des nouvelles infos. J'ai été sur les bases, notamment sur l'interface Coriolis, mais je ne parviens pas à voir comment on peut localiser les balises mentionnées comme problématiques

http://www.coriolis.eu.org/cdc/DataSelecti...aSelections.asp

Au total, il semble qu'il y a aujourd'hui 1941 balises Argo au total. Je ne sais pas combien il y en avait entre 2003 et 2005, ni le poids relatif du biais à la baisse dans les 211 ayant un pb de réglage de pression. Il faut en effet attendre que tout cela soit recalculé - de même que j'attends toujours les discussions sur le supposé biais du réseau XBT.

Y a-t-il des workshops prochainement prévus là-dessus, pour rendre à peu près consensuelles les mesures depuis les années 1950 aussi bien que les mesures récentes?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Dans mon mail, j'ai ete peut-etre trop categorique. Effectivement, l'etude de Lymann est fausse sur la periode recente (au moins 2003-2005). Par contre, sur le reste, pas de probleme (tout au moins dans l'etat actuel des connaissances). Mais bon, le fait est que le resultat "sexy" provient justement de cette periode problematique.

Je ne comprends pas bien ce que tu entends par "le reste".

D'après Lyman lui-même:

The recent downturn in OHCA roughly coincides with the spin up of Argo

[www.argo.net] in 2002. The project has dramatically improved sampling and introduced

a large amount of data from new instruments, namely autonomous profiling CTD floats.

le "refroidissement" correspond à l'introduction des capteurs ARGO.

La période avant 2002 ne semble donc pas concernée par ces capteurs.

(sur le site ARGO, les capteurs ont commencé à être introduits à partir de 2000.)

Je suis de plus étonné de ce que j'ai lu sur la précision au moins pour T et P, sur le site ARGO.

La précision sur la température serait de +-0.005°C (5 millième de degrés donc) et sur la pression de +-5m.

Si, comme tu le dis, 5m représentent 0.1°C, dans la zone fatidique des 300-400m, je ne vois pas bien l'utilité de mesurer à +-0.005°C.

D'autant qu'une telle précision sur un capteur de température embarqué me semble assez incroyable.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...