mottoth

Climats du monde

2 564 messages dans ce sujet

Merci mottoth pour cette dernière fiche de Manokwari même si elle est un peu plus brève que les autres ! Et ne t'inquiètes pas trop pour les (rares) c*******s que tu laisserais passer, elles sont pardonnées d'avance !

Sinon, pour revenir à Manokwari, étonnant ce climat, si près de l'équateur avec un ensoleillement digne de la région parisienne !

C'est en outre le plus "équatorial" des climats que tu as présentés avec une quasi constance des températures tout au long de l'année , le minimum mensuel de pluies à 128 mm (ce qui serait un mois déjà bien humide sous nos climats tempérés) et aucune Tnn inférieure à 20°C à la réserve près que tu as exprimée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#158. Jayapura.

 

Suite du voyage, on poursuit vers l'est jusqu'à Jayapura, qui n'est pas loin de la frontière avec la Papouasie Nouvelle Guinée. Manokwari est à 750kms, Jakarta à 3760kms.

97690_map0.jpg

 

La station est située sur l'aéroport, bien à l'écart de la ville (22kms) et de la mer (21kms). Au nord une chaine de montagnes culminant à près de 2000m isole la plaine lacustre où est situé l'aéroport des influences maritimes venant de ce coté. Au sud le terrain devient rapidement très rugueux mais les collines ne s’élèvent pas très haut (environ 500m).

97690_map1.jpg

 

Vue vers le nord. Le lac n'est qu'à 2km de la station.

97690_map2_N.jpg

 

97690_Jayapura_A_v7_01.png

 

On retrouve une fois de plus un climat très équatorial avec une très faible amplitude thermique annuelle (0.6°c), aucun mois avare en précipitations ou un ensoleillement médiocre en effet digne de Paris.

 

Malgré le relatif abri de la chaine montagneuse au nord, le maximum de RR correspond quand même à la saison où les alizés viennent de cette direction. Le relief canalise l'alizé d'ouest en est, et le vent est souvent fort en cette saison, ce qui est notable pour un climat équatorial.

Le reste de l'année des alizés de sud-est ont tendance à dominer.

97690_Jayapura_C_v7_01.png

 

Les stats horaires montrent le net réveil des brises en journée. La proximité du lac donne un petit boost sur l'humidité diurne mais n'entretient pas de brises nocturnes. L'éloignement de la mer permet aux tx de monter assez haut pour ce type de climat avec une txx de presque 37°c.

97690_Jayapura_B_v7_01.png

 

 

Voici un exemple de pic de RR pris en 2012. Il montre à nouveau la grande variabilité du temps dans cette région du monde, où des pauses de 2 semaines (voire plus) sans précipitations ne sont pas rares au coeur de la saison la plus humide. Malgré la deuxième moitié de février 2012 très sec, la saison enregistre un cumul excédentaire grace à quelques épisodes diluviens, notamment 2 journées à plus de 100mm.

97690_FEB_MAR12.png

 

 

Enfin un exemple du minimum pluviométrique (tout relatif) de juin/juillet. Le bilan de RR de ces 2 mois est neutre, mais bizarrement le Td fut bien bas durant ces 2 mois, pour Juillet ce fut même le plus sec (en Td) depuis 2000... bon l'anomalie n'est pas énorme, elle n'est que de -0.5°c !

97690_JUN_JUL14.png

 

Voilà, c'est tout pour Jayapura. Mais c'est pas tout pour aujourd'hui, je vais enchainer de suite sur une 2eme fiche.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#159. Wamena.

 

Voici une étape un peu atypique dans ce tour de l'Indonésie puisque il s'agit pour une fois d'une station montagnarde: Wamena, située dans les "highlands". Elle est au coeur de la Baliem Valley, une vallée de 80kms sur 20kms et d'altitude moyenne 1600/1700m. C'est une zone tribale découverte en 1938 seulement du fait de son enclavement.

Jayapura est à 240kms.

97686_map0.jpg

 

Les montagnes au nord de la ville atteignent 3700m, tandis qu'au sud-ouest le Puncak Trikora dépasse 4700m. La vallée est ouverte uniquement dans le sens nord-ouest/sud-est, et l'on retrouvera cette orientation dans les vents dominants.

97686_map1.jpg

 

Vue vers le sud. La station est située sur l'aéroport, accolé à cette ville de taille moyenne (37 000h).

97686_map2.jpg

 

97686_Wamena_A_v7_01.png

 

Le niveau de chaleur est assez surprenant. Si l'on considère la Tm annuelle de Jayapura (27.0°c) et le gradient thermique moyen (0.6°c/100m) on devrait s'attendre à trouver une Tm annuelle de 17.0°c... Or on a 19.4°c. Cette zone montagneuse est un point chaud par rapport à la plaine, ce qui renforce l’énergie convective et donne un ensoleillement encore plus mauvais qu'en plaine et des pluies très fréquentes: 208 j/an avec RR>1mm, et aucune mois avec moins de 15 jours de pluie en moyenne.

 

On retrouve bien sur tout les traits du climat équatorial avec un régime pluviométrique proche de celui de Jayapura.

La station ne reporte pas d'observation à 21hTU, au lever du jour: j'ai donc triché un peu et dupliqué les conditions moyennes de 18hTU, qui doivent être très similaires puisque enregistrées durant les heures le plus froides, pour obtenir des courbes non tronquées et des moyennes sur 24h non biaisées.

Le pic de chaleur diurne est peu durable comparé à la fraicheur nocturne, conséquence de l'ennuagement important et des averses très fréquentes en fin de journée.

97686_Wamena_B_v7_01.png

 

Les roses des vents sont... bizarres ! j'ai jamais vu de climat aussi monotone sur ce paramètres: le vent souffle tout le temps de la même direction (secteur 150°), sauf parfois du secteur opposé (330°) lorsque les brises se renversent.

97686_Wamena_C_v7_01.png

 

 

Juste un court exemple de saison, car encore une fois j'ai énormément de trous dans les données et les mois complets sont rares. Voici donc un exemple pris en 2007 qui montre la régularité des pluies, essentiellement nocturnes. Contrairement aux régions de plaines soumises à des pluies diluviennes mais irrégulières, ici les lames d'eau ne sont jamais impressionnantes mais à coup de 10, 20 ou 30mm bien plus réguliers on cumule aussi rapidement.

L'amplitude thermique moyenne diurne dépasse facilement les 10°c, ce que je trouve remarquable dans un climat aussi ennuagé.

97686_SEP_OCT07.png

 

Voilà, c'est tout pour le moment.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#160. Merauke.

 

On enchaine, avec la plus grande ville de la côte sud de la Nouvelle Guinée Indonésienne: Merauke (87000h).

Nous sommes à 515kms de Wamena, 660kms de Jayapura, 1125kms de Darwin et 3720kms de Jakarta.

Banda Aceh, la première ville étudiée dans cette série Indonésienne, est à 5230 kms !

97980_map0.jpg

 

C'est une région très plane, sans relief notable. La station est bien sur sur l'aéroport, à 3 ou 4kms du centre ville et 2100m de la mer d'Arafura.

97980_map1.jpg

 

97980_Merauke_A_v7_01.png

 

Il fallait s'y attendre, on retombe dans le domaine tropical après avoir mis cap au sud. Cependant il y a des petites différences avec les climats de Surabaya ou Waingapu vus plus à l'ouest:

- l'ensoleillement y est nettement moins bon

- la saison sèche et surtout celle de meilleur ensoleillement est un peu décalée vers septembre/octobre. Elle est également un peu moins prononcée.

- les amplitudes thermiques diurnes sont plus faibles ici.

 

Cette zone ne possède donc pas une tropicalité aussi affirmée que celle des petites iles de la Sonde, avec une saison sèche plus nébuleuse.

On retrouve des vents dominants déjà vus plus au nord:

- alizés de nord-ouest durant la saison humide

- alizés de sud-est, souvent sensibles, durant la saison sèche.

97980_Merauke_C_v7_01.png

 

 

Durant la seconde partie de la saison sèche (septembre-novembre) l'alizé de sud-est faiblissant permet deux choses:

- un meilleur ensoleillement grâce à la diminution des entrées maritimes

- la mise en place d'un régime de brises: brise de terre (est) le matin, sous laquelle la température peut grimper assez haut, brise de mer (sud) ensuite.

97980_Merauke_B_v7_01.png

 

 

Exemple de saison humide pris en 2011. Rien de surprenant: c'est irrégulier et les pluies sont parfois très violentes, encore une fois dépasser 100mm en 24h n'a rien d'exceptionnel.

97980_FEB_MAR11.png

 

 

Enfin un long exemple de saison sèche.

- C'est d'abord assez nuageux et parfois faiblement pluvieux en aout

- puis septembre et octobre sont les 2 plus beaux mois. Septembre 2014 fut particulièrement "froid" en tn.

- en novembre la chaleur est de plus en plus lourde, et la saison humide approchant il est difficile de terminer le mois sans connaitre un bon déluge.

97980_AUG_NOV14.png

 

 

Cette région reste bien sur soumise à une importante variabilité inter-annuelle en fonction notamment de l'ENSO. Je ne rentre pas à nouveau dans les détails mais par exemple l'année 2010 fut ici aussi particulièrement pluvieuse, sans aucune saison sèche.

 

Voilà, cette fois-ci c'est tout pour aujourd'hui, ayant enfin trouvé le temps de poster une bonne partie du travail accumulé ces dernières semaines. Il reste encore 2 fiches indonésiennes avant de passer à autre chose.

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut super encore une fois !

Pour Wamena j'arrive pas a lire le tableau des moyennes, je suis le seul ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#159. Wamena.

Le niveau de chaleur est assez surprenant. Si l'on considère la Tm annuelle de Jayapura (27.0°c) et le gradient thermique moyen (0.6°c/100m) on devrait s'attendre à trouver une Tm annuelle de 17.0°c... Or on a 19.4°c. Cette zone montagneuse est un point chaud par rapport à la plaine, ce qui renforce l’énergie convective et donne un ensoleillement encore plus mauvais qu'en plaine et des pluies très fréquentes: 208 j/an avec RR>1mm, et aucune mois avec moins de 15 jours de pluie en moyenne.

Voici donc un exemple pris en 2007 qui montre la régularité des pluies, essentiellement nocturnes. Contrairement aux régions de plaines soumises à des pluies diluviennes mais irrégulières, ici les lames d'eau ne sont jamais impressionnantes mais à coup de 10, 20 ou 30mm bien plus réguliers on cumule aussi rapidement.

L'amplitude thermique moyenne diurne dépasse facilement les 10°c, ce que je trouve remarquable dans un climat aussi ennuagé.

Oui, en fait, c'est évidemment la situation de relatif isolement de l'influence maritime directe qui fait que cette vallée est une sorte de zone chaude. Car il s'avère que le bilan radiatif est assez largement excédentaire dans les régions équatoriales et tropicales. Donc si les flux extérieurs (comme ceux issus de ces vents "frais" océaniques) permettant le rééquilibrage du bilan énergétique sont plus faibles, l'équilibre thermique se produit pour une température moyenne nécessairement plus élevée.

J'ajouterai également que si la convection est plus soutenue (plus régulière) dans cette zone intérieure que sur la côte, c'est aussi dû à l'influence orographique. Car d'un point de vue convectif thermique, je ne suis pas sûr que le phénomène soit plus marqué à cette altitude (avec donc en plus, forcément, une T plus basse que sur la côte) : la T plus basse et les 1600 m d'écart font que l'impulsion en provenance du sol est probablement un peu moins intense que celle qui peut avoir lieu sur la côte. Mais je me trompe peut-être sur ce coup...

Sinon, indice de subtropicalité : E = 20600 => largement subtropical (sans surprise)

Et indice de tropicalité : IT = -53 => on est loin de la limite tropicale (il faudrait environ 3°C de plus à l'année, donc environ 600 m plus bas).

Bref, un climat subtropical humide de montagne équatoriale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Citation
J'ajouterai également que si la convection est plus soutenue (plus régulière) dans cette zone intérieure que sur la côte, c'est aussi dû à l'influence orographique. Car d'un point de vue convectif thermique, je ne suis pas sûr que le phénomène soit plus marqué à cette altitude (avec donc en plus, forcément, une T plus basse que sur la côte) : la T plus basse et les 1600 m d'écart font que l'impulsion en provenance du sol est probablement un peu moins intense que celle qui peut avoir lieu sur la côte. Mais je me trompe peut-être sur ce coup...

Il me semble bien qu'au contraire l’énergie est plus forte en montagne: si on a par exemple 19.5°c sur la montagne à 1600m mais seulement 17°c en air libre à 1600m quelques dizaines de kms plus loin au dessus de la plaine (soit grosso modo la T850 habituelle pour les régions équatoriales), on comprends facilement que l'apparition de ce gradient thermique horizontal va favoriser la convection au dessus des zones chaudes (par zones chaudes j'entends chaudes à l'altitude 1600m).

 

#161. Saumlaki.

 

Avant dernière étape en Indonésie, Saumlaki est la plus grande ville des iles Tanimbar. C'est une région très maritime, entre la mer de Banda (au nord) et la mer d'Arafura (au sud).

Saumlaki est à 485kms de Darwin, 2730kms de Jakarta.

97900_map0.jpg

 

Pour une fois la station n'est pas située sur l'aéroport mais en pleine ville. C'est cependant une ville de taille modeste qui ne doit pas avoir un ICU important, celui ci sera d'autant négligeable que la station est bien ventée. Le milieu est très maritime puisque la ville est construite sur une presqu'ile qui ne mesure que 3.5kms de large à ce niveau. La station est à 260m seulement du bras de mer le plus proche. L'ile ne comporte pas de relief notable, l'altitude max de dépasse pas 150m.

97900_map1.jpg

 

Vue vers le NNE:

97900_map2_NNE.jpg

 

97900_Saumlaki_A_v7_01.png

 

On retrouve sans surprise un climat tropical à cette latitude. Comme à Merauke la saison sèche est moins intense, moins lumineuse et légèrement décalée vers septembre comparé aux climats plus à l'ouest. Mais on note quand même une bizarrerie: la saison des pluies s'attarde pendant "l'automne", le pic de la saison humide intervient même en mai ! Même à Darwin, qui est la station la plus proche déjà étudiée dans ce fil, on ne retrouve absolument pas ce maximum. Les reliefs de l'ile me paraissent trop insignifiants pour être responsable d'un quelconque effet orographique, et je peine donc à trouver une explication à cette prolongation si tardive de la saison des pluies.

 

Les roses des vents n'apportent pas non plus de réponse: on retrouve une opposition classique entre des alizés d'ONO humides durant la saison de soleil haut et des alizés d'ESE (en principe secs) durant celle de soleil bas, mais la bascule se fait avant la fin de la saison des pluies et mai connait les mêmes vents dominants que les mois les plus secs !

97900_Saumlaki_C_v7_01.png

 

La qualité des données n'est certes pas mirobolante (86% en général, et même 91% sur les RR), mais elle va de pair avec le reste du pays et ne peut pas d'après moi introduire un tel biais qui engendrerais des telles erreurs sur le régime des pluies. D'ailleurs les quelques données disponible sur le web comme ici montrent aussi un maximum (secondaire cette fois ci) en mai.

Je n'ai donc pour l'instant pas d'explication pour cette fin de saison des pluies aussi tardive et aussi intense.

Les tableaux horaires montrent une grande constance de l'alizé d'ESE entre mai et aout, avec très peu de situations de vent calmes. Cela s'en ressent sur les tn qui restent hautes et donnent de faibles amplitudes thermiques diurnes en cette saison où la ville est presque constamment soumise aux vents marins.

97900_Saumlaki_B_v7_01.png

 

 

Voici un exemple de saison de pluie par alizé d'ONO, en janvier février. Cet exemple pris en 2010 montre encore une fois comme la variabilité peut être forte d'un mois sur l'autre: après un mois de janvier excédentaire s'ensuit un mois de février bien "sec", avec une belle pause ensoleillée de 2 semaines du 5 au 19/02. Observez les lentes oscillations de la pression atmosphérique, de quelques hPa seulement mais bien réelles, mises en évidence par le formatage de couleur: derrière le chaos apparent des relevés quotidiens de lents mouvement d’ensemble de la synoptique régionale se devinent grâce à ces oscillations.

97900_JAN_FEB10.png

 

 

Voici maintenant la fin de la saison des pluies, sous régime d'ESE. Un exemple caricatural puisque l'on passe d'un mois de mai torrentiel (environ 675mm, les 2 jours manquant n'ayant à priori pas reçu plus de 5mm) à un mois de juin très sec.

97900_MAY_JUN12.png

 

 

Enfin la saison sèche et la remontée progressive de la température vers le maximum d'avant la saison humide.

Le plus intéressant est de constater la bascule du vent le 17/11 concomitant au démarrage de la saison des pluies. Là, contrairement à la fin de la saison des pluies, c'est limpide, on voit très bien comment elle commence.

97900_AUG_NOV13.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. SI vous avez des explications à avancer pour ce régime de précipitation assez surprenant je vous écoute, je suis preneur smile.png

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#161. Saumlaki.

On retrouve sans surprise un climat tropical à cette latitude. Comme à Merauke la saison sèche est moins intense, moins lumineuse et légèrement décalée vers septembre comparé aux climats plus à l'ouest. Mais on note quand même une bizarrerie: la saison des pluies s'attarde pendant "l'automne", le pic de la saison humide intervient même en mai ! Même à Darwin, qui est la station la plus proche déjà étudiée dans ce fil, on ne retrouve absolument pas ce maximum. Les reliefs de l'ile me paraissent trop insignifiants pour être responsable d'un quelconque effet orographique, et je peine donc à trouver une explication à cette prolongation si tardive de la saison des pluies.

Tu n'as pourtant même pas choisi la pire wilayah des Moluques (région où le régime des pluies est assez atypique).

En se rapprochant de l'équateur, et sous le vent, on va jusqu'à ces moyennes 1981-2010 dans la ZOM de Buru Selatan (la ZOM est l'unité géographique de base utilisée par la BMG pour ses travaux sur la saison des pluies) :

nu5mZU.png

Tableau des normales 1981-2010 pour les ZOM des Moluques : http://imageshack.com/a/img673/4008/8WKbTx.png

Cartes des ZOM du secteur : http://imageshack.com/a/img913/9571/02x0tu.png

Source : Prévisions de la saison des pluies 2014-2015 d'Indonésie(29 Mo ; long à télécharger)

À mettre en regard également des normales annuelles de l'archipel : http://bogor.jabar.bmkg.go.id/wp-content/uploads/2014/10/Peta-Rata2-Hujan-Indonesia-1981-2010.jpg

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet en matière de régime atypique j'ai gardé le pire pour la fin, ça sera Ambon default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet en matière de régime atypique j'ai gardé le pire pour la fin, ça sera Ambon wink.png

Je regardais tout à l'heure les auteurs indonésiens. Ils distinguent 3 types de régime pluvio sur l'archipel :

- régime de mousson

- régime équatorial

- régime local (celui d'une partie des Moluques -parfois appelé trivialement anti-mousson)

Dans les revues internationales voir notamment les publications d'Edvin ALDRIAN.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je regardais tout à l'heure les auteurs indonésiens. Ils distinguent 3 types de régime pluvio sur l'archipel :

- régime de mousson

- régime équatorial

- régime local (celui d'une partie des Moluques -parfois appelé trivialement anti-mousson)

Dans les revues internationales voir notamment les publications d'Edvin ALDRIAN.

Merci pour ces liens, j'ai en effet trouvé l'explication dans l'une de ses publications.

Je vous ferai part de tout ça lors de la dernière mise à jour, et je reprendrai une partie de ses travaux pour faire une petite synthèse sur les climats Indonésiens.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#162. Ambon.

 

Dernière étape Indonésienne, du moins pour l'instant. J'ai gardé le plus atypique et le plus spectaculaire des climats pour la fin. Située sur l'ile du même nom, Ambon est à la pointe sud de l'archipel des Moluques, à 585kms de Saumlaki, 950kms de Makassar et 2380kms de Jakarta.

97724_map0.jpg

 

On retrouve un milieu très maritime. La station est située sur l'aéroport, à 9.5kms du centre ville mais de l'autre côté de la baie. La mer n'est qu'à 1km.

97724_map1.jpg

 

Vue vers l'ouest et les faibles reliefs qui s'élèvent entre 500m et 900m dans cette zone.

97724_map2_W.jpg

 

97724_Ambon_A_v7_01.png

 

 

Vous vous souvenez peut-être de la fiche de Makassar, à peu prêt à la même latitude et moins de 1000kms vers l'ouest: on y trouvait un climat tropical avec une saison sèche qui coïncidait classiquement avec la saison de soleil bas. Ici le régime de précipitations prends le contre-pied complet du schéma classique, et présente une intense saison des pluies durant la saison de soleil bas. On avait commencé à voir quelques bizarreries avec la fiche précédente (Saumlaki), mais là c'est vraiment le monde à l'envers. D'autant plus que les roses des vents montrent l'alternance classique (pour la région) de mousson de NO et de SE au cours de l'année... mais avec un régie pluviométrique totalement inversé:

97724_Ambon_C_v7_01.png

 

Cette saison des pluies "hivernale" s'accompagne d'une nébulosité encore plus forte que bien ailleurs en Indonésie, avec même 2 mois qui recueillent moins de 100h d'ensoleillement - un trait que l'on a vu nul part ailleurs dans la région.

97724_Ambon_B_v7_01.png

 

Il faut aller chercher la cause de ce régime atypique dans les courants marins: L'Indonésie est traversée par un système de courants qui drainent de l'eau du Pacifique vers l'océan Indien, appelé Indonesian Throughflow (ITF). C'est une branche secondaire qui nous intéresse, celle dépeinte en mauve ci-dessous, dérivée du courant sud-équatorial et partant d'un bassin d'eau chaude (warm pool) situé au nord de l'ile de Nouvelle Guinée:

96xxx_ITF.jpg

Voici l'explication que j'ai trouvé dans le papier de E. Aldrian et R.D. Susanto, Identification of three dominant rainfall regions within Indonesia and their relationship to sea surface temperature:

97724_Region_C.png

 

Ce que l'on peut traduire ainsi: La région C (dans laquelle se trouve Ambon) a un maximum (pluviométrique) au milieu de l'année (Juin Juillet - JJ), contrairement aux deux autres régions dont le pic se situe en début/fin d'année (je reviendrais sur ces régions dans une synthèse). Il y a de fortes indications de la possibilité d'une influence océanique en région C. La région C, ou Moluques, est sur la branche est de l'ITF. L'ITF coule principalement via le détroit de Makassar mais une branche secondaire coule en mer des Moluques. La branche Moluques de l'ITF apporte des courants de surface depuis le bassin d'eau chaude situé au nord-est de l'ile d'Irian Jaya (Nouvelle Guinée). (...). Donc, la température de surface (SST) en mer des Moluques est déterminée principalement par les conditions régnant au dessus de ce bassin d'eau chaude. Durant la saison humide (novembre à mars) le soleil haut est en hémisphère sud: L'ITF draine de l'eau plus froide depuis ce bassin (situé dans l’hémisphère nord) jusqu'en mer des Moluques; cette SST plus basse inhibe la formation d'une zone convective. D'un autre côté, durant la saison sèche (mai à septembre), une SST plus chaude favorise cette zone convective. D'où le pic de mai-juillet et le creux d'octobre-janvier.

.

Les régions en marge, comme Saumlaki qui m'intriguait autant, sont donc aussi influencée par la branche "Moluques" de l'ITF. D'où la saison des pluies qui se prolonge jusqu'en mai à Saumlaki.

Retour à Ambon, avec quelques exemple de saison:

 

D'abord la meilleur saison, octobre-novembre, avec le creux annuel de RR et un ensoleillement correct. Cet exemple pris en 2014 montre des types de temps déjà vus un peu partout en Indonésie, je ne m'y attarde donc pas.

97724_OCT_NOV14.png

 

 

Voici ce qui ailleurs est la saison des pluies (janvier-février): ici ce n'est plus qu'un pic secondaire, vraiment mineur comparé au maximum de juin/juillet. Encore un exemple de la variabilité interannuelle avec un mois de février très sec et chaud qui suit un mois de janvier normal.

97724_JAN_FEB10.png

 

 

Enfin la vraie saison des pluies. J'ai choisi encore un exemple contrasté:

- juin 2013 est "plutôt sec" (environ 60% de la moyenne de RR, il est tombé environ 15mm durant les 2 jours du 10 et du 16 qui n'ont que des données partielles).

- juillet 2013 est un interminable déluge qui donne plus de 1900mm de cumul mensuel ! (le 10/07 et le 26/07 ont cumulés minimum 22mm chacun d'après les données partielles seulement disponibles). On y trouve plus de pluie continue que de brèves averses orageuses, et dans ces conditions les tx peinent à trouver un niveau acceptable... ce qui au final se retrouve rarement dans le reste de l'archipel.

97724_JUN_JUL13.png

 

Pour montrer que les données sont fiables et que de tels cumuls n'ont rien de farfelus, voici les données détaillées des 29 et 30/07/2013:

97724_29_30_JUL13.png

Dans la colonne RR06 on a les lames d'eau pour des intervalles de 6h. Dans la colonne RR// ce sont des intervalles de 3h. Et évidemment RR24 = RR sur 24h.

Il est facile de vérifier la cohérence des relevés par une simple addition, par exemple pour le 29: 0.2+13+111+113+157 = 394.2, c'est cohérent avec la valeur RR24= 395 reportée à 0hTU le 30. Ce genre de test est d'ailleurs automatisé dans mes fiches.

 

Voilà, c'est tout pour Ambon. Je vais faire une synthèse pour conclure ces 16 fiches dans l’archipel Indonésien, mais probablement que demain car il ne me reste plus assez de temps pour finir aujourd'hui.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Petite synthèse rapide donc, avec en premier la carte de l'archipel où j'ai superposé les miniatures des diagrammes ombrothermiques, afin de visualiser d'un coup d'oeil la variété des régimes pluviométrique.

NB: je dis "Indonésie", mais bien sur il faut garder en tête qu'une bonne partie de la Malaisie est concernée, ainsi que l'état de Singapour.

96xxx_Indonesia_Diagrammes.jpg

 

Il est impossible de trop rentrer dans les détails, on a vu que le relief peut avoir son importance:

- soit en renforçant les RR par effet orographique (Padang)

- soit par l'effet inverse comme le foehn parfois observé à Banda Aceh ou Manado, engendré par des sommets modestes (900 à 1000m). Des chaines plus imposantes ne donnent pas de foehn, probablement en raison du fait que les alizés/vents de mousson sont trop faibles et contournent ces reliefs plutôt que les franchissent.

 

On a vu aussi que les courant marins et la température de la mer peuvent avoir un impact considérable:

- il y a l'ENSO, avec par exemple les épisodes de Niña qui peuvent inhiber la saison sèche dans le sud de l'archipel.

- il y a des courant plus permanent dont cette branche est de l'ITF qui inverse les saisons dans les Moluques (cf. la fiche de Ambon).

Je vous ai cité hier un passage de l'article de E. Aldrian et R.D. Susanto, Identification of three dominant rainfall regions within Indonesia and their relationship to sea surface temperature. Voici une carte extraite de cet article qui tente de faire la synthèse des régimes pluvieux, ainsi que la description des 3 zones A, B et C:

96xxx_Indonesia_Climates.jpg

96xxx_Indonesia_Climates.png

 

Voici les principales idées reprises en français:

- Région A. Climat tropical avec un seul pic pluvieux et une saison sèche. Cette zone est sous l'influence de deux moussons (que j'ai souvent appelé alizés dans mes fiches): de NO entre novembre et mars et de SE entre mai et septembre. C'est la zone la mieux définie, avec un cycle annuel très marqué notamment révélé par l'existence d'une vraie saison sèche qui s'étend du sud de Sumatra jusqu'au petites iles de la sonde en passant même par une partie sud de Bornéo (Kalimatan).

Cette zone est par contre très sensible à l'ENSO: ce n'est pas dans le passage cité mais plus loin dans l'article, et je vous ai à plusieurs reprises exposé ce fait dans les fiches climatiques.

- Région B. Climat équatorial avec 2 pics pluvieux. Il est parfois difficile de distinguer ces 2 pics tellement le creux secondaire peut être discret. Les deux pics (octobre/novembre et mars/avril/mai) correspondent aux passages de la ZCIT vers le nord et vers le sud. Le pic d'octobre-novembre est généralement le plus intense, sans que l'on ait de certitudes sur la raison de cette asymétrie. Un courant de surface froid descendant de la mer de chine pourrait être responsable de la faiblesse du pic de mars à mai.

Cette zone est peu sensible à l'ENSO mais très sensible à la MJO, ce qui fait qu'en définitive peu d'années ressemblent vraiment à une année type avec le régime à 2 pics pluvieux (ce que les auteurs ont mis en évidence en trouvant de forts écarts standards - standard deviation - dans leur analyses statistiques).

- Région C. Régime local, dont j'ai décris le mécanisme hier sur la fiche d'Ambon. Regardez comme le diagramme d'Ambon est en complète opposition avec celui de Makassar pourtant relativement proche.

Cette zone est assez sensible à l'ENSO, mais a tendance à réagir encore une fois de façon opposée à la région A: par exemple l'année 2010 de forte Niña qui valu une année sans saison sèche à la zone A a durant le même temps donné une saison normale voire un peu sèche à Ambon.

 

Voilà, c'est tout pour cette région. J'hésite encore sur les prochaines étapes: remonter vers les Philippines, la Thaïlande... ou changer carrément de continent pour par exemple le Brésil... on verra.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien intéressante, ta synthèse. Merci !

J'ai 2 petites remarques :

1- ils ne parlent tout de même pas de "climat" tropical ou équatorial dans l'article, mais bien de régime pluviométrique. Je veux dire par là qu'un régime pluvio de type tropical ne signifie pas nécessairement que le climat ne puisse pas y être équatorial (c'est le cas de Banjarmasin, par exemple). Tout est question de seuil. Et ce seuil doit être défini (selon moi) par la présence d'espèces tropicales décidues au sein de la forêt tropicale (=> climat tropical), ou bien par la présence de la forêt sempervirente équatoriale (=> climat équatorial)

Je pense par ailleurs qu'au nord immédiat de Banjarmasin, le climat est clairement équatorial, malgré le léger creux estival restant => du coup, leur limite (A/B) ne peut pas correspondre avec la limite des climats tropical / équatorial.

3- Mis à part le cas particulier d'Ambon, le seul régime pluvio d'hémisphère nord est celui de Kota Kinabalu (pourtant située à 6°N) => càd que quasiment toute cette zone du sud-est asiatique est asse nettement influencée par les masses d'air tropicales et notamment subtropicales de l'hémisphère sud. Ce qui est évidemment dû au fait que la position moyenne de la ZCIT dans cette région est située assez loin au nord de l'équateur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

1- ils ne parlent tout de même pas de "climat" tropical ou équatorial dans l'article, mais bien de régime pluviométrique. Je veux dire par là qu'un régime pluvio de type tropical ne signifie pas nécessairement que le climat ne puisse pas y être équatorial (c'est le cas de Banjarmasin, par exemple).

Oui c'est vrai, dans le sud de Bornéo le climat est plus équatorial que tropical bien que la mécanique est plus d'essence tropicale, avec un régime pluviométrique apparenté et des incursions occasionnelles d'air subtropical.

3- Mis à part le cas particulier d'Ambon, le seul régime pluvio d'hémisphère nord est celui de Kota Kinabalu (pourtant située à 6°N) => càd que quasiment toute cette zone du sud-est asiatique est asse nettement influencée par les masses d'air tropicales et notamment subtropicales de l'hémisphère sud. Ce qui est évidemment dû au fait que la position moyenne de la ZCIT dans cette région est située assez loin au nord de l'équateur.

Le continent asiatique "aspire" en effet la ZCIT vers lui durant une bonne partie de l'année. Mais l'enseignement de cette série sur l’Indonésie est que les courants marins et les variations de SST associés peuvent être aussi déterminants que la position de la ZCIT, et peut-être faudrait-il creuser plus profondément et plus systématiquement cette question... on a bien vu que raisonner uniquement en fonction de la ZCIT m'amenait a des impasses sur certaines fiches (Manado, la côte nord de la nouvelle Guinée, et bien sur Ambon et Saulmaki).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour ce joli dossier. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Voilà, c'est tout pour cette région. J'hésite encore sur les prochaines étapes: remonter vers les Philippines, la Thaïlande... ou changer carrément de continent pour par exemple le Brésil... on verra.

Moi je vote pour les Philippines... default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi je vote pour les Philippines... tongue.png

Gagné ! Il y aura 6 étapes et je bosse dejà dessus depuis 2 heures default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le continent asiatique "aspire" en effet la ZCIT vers lui durant une bonne partie de l'année. Mais l'enseignement de cette série sur l’Indonésie est que les courants marins et les variations de SST associés peuvent être aussi déterminants que la position de la ZCIT, et peut-être faudrait-il creuser plus profondément et plus systématiquement cette question... on a bien vu que raisonner uniquement en fonction de la ZCIT m'amenait a des impasses sur certaines fiches (Manado, la côte nord de la nouvelle Guinée, et bien sur Ambon et Saulmaki).

En fait, il faut comprendre que les températures de surface de l'eau, les courants marins et... la ZCIT sont pourtant bel et bien liés dans cette zone du sud-est asiatique !

Voici ce que j'avais sommairement expliqué il y a 2 semaines environ : « Dans toute cette zone, les températures de surface de l'océan restent très élevées toute l'année : donc cela accroît l'instabilité de la masse d'air (au moins dans les basses couches). C'est d'ailleurs ce qui doit expliquer l'étalement en surface de l'influence de la ZCIT. ».

=> La Zone de convergence intertropicale est une zone, pas une frontière. Il ne faut pas la confondre avec le front intertropical.

Or il s'avère que - comme tu l'as très bien expliqué par ailleurs - dans cette région qui nous intéresse, le flux océanique équatorial fait venir et converger (globalement) les eaux chaudes du Pacifique, en provenance de l'est (Cellule de Walker) :

b463c0e9f9_Circulation_de_Walker.jpg

Ceci a pour conséquence d'étaler considérablement la zone de convection équatoriale qui devient ici non pas une zone étroite comme dans la plupart des autres régions équatoriales, mais bien une zone assez diffuse et vaste. Et par conséquent, en été, la ZCIT s'étend du sud de la Chine à Sumatra (càd sur 25 à 30° de latitude !), de même que des Philippines (voire Taïwan) à la Papouasie Nouvelle Guinée, etc...

En guise d'illustration du phénomène, voici une carte représentant les vitesses et les directions verticales moyennes des vents sur Terre au mois de juillet : on y décèle ainsi aisément la position des différentes cellules de la troposphère, comme les cellules de Hadley de même que la ZCIT. Rien de plus simple pour la ZCIT qui correspond à des vents ascendants (donc en teintes de bleutés ou violacés) situés près de l'équateur thermique.

Omega-500-july-era40-1979.png

Donc en fait, je ne dirais pas vraiment que « le continent asiatique aspire la ZCIT » (en été), mais plutôt (et la nuance est importante) qu'il attire vers lui la limite nord de la ZCIT, donc qu'il contribue à l'élargir davantage.

Il est donc probable que - et c'est là que je te rejoins -, dans cette dynamique globale de la circulation océanique pacifique équatoriale d'est favorisée par la cellule de Walker, au gré de la disposition complexe de ces îles du sud-est asiatique, certains courants océaniques (tels que ceux illustrés par l'image intéressante que tu avais postée sur les "Indonesian throughflow") plus locaux et plus frais inhibent ou réduisent voire perturbent par endroits (en tout cas saisonnièrement) l'impact de cette convection de grande envergure issue de cette ZCIT très vaste, mais donc nécessairement plus diffuse et erratique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En fait, il faut comprendre que les températures de surface de l'eau, les courants marins et... la ZCIT sont pourtant bel et bien liés dans cette zone du sud-est asiatique !

Voici ce que j'avais sommairement expliqué il y a 2 semaines environ : « Dans toute cette zone, les températures de surface de l'océan restent très élevées toute l'année : donc cela accroît l'instabilité de la masse d'air (au moins dans les basses couches). C'est d'ailleurs ce qui doit expliquer l'étalement en surface de l'influence de la ZCIT. ».

=> La Zone de convergence intertropicale est une zone, pas une frontière. Il ne faut pas la confondre avec le front intertropical.

Or il s'avère que - comme tu l'as très bien expliqué par ailleurs - dans cette région qui nous intéresse, le flux océanique équatorial fait venir et converger (globalement) les eaux chaudes du Pacifique, en provenance de l'est (Cellule de Walker) :

b463c0e9f9_Circulation_de_Walker.jpg

Ceci a pour conséquence d'étaler considérablement la zone de convection équatoriale qui devient ici non pas une zone étroite comme dans la plupart des autres régions équatoriales, mais bien une zone assez diffuse et vaste. Et par conséquent, en été, la ZCIT s'étend du sud de la Chine à Sumatra (càd sur 25 à 30° de latitude !), de même que des Philippines (voire Taïwan) à la Papouasie Nouvelle Guinée, etc...

En guise d'illustration du phénomène, voici une carte représentant les vitesses et les directions verticales moyennes des vents sur Terre au mois de juillet : on y décèle ainsi aisément la position des différentes cellules de la troposphère, comme les cellules de Hadley de même que la ZCIT. Rien de plus simple pour la ZCIT qui correspond à des vents ascendants (donc en teintes de bleutés ou violacés) situés près de l'équateur thermique.

Omega-500-july-era40-1979.png

Donc en fait, je ne dirais pas vraiment que « le continent asiatique aspire la ZCIT » (en été), mais plutôt (et la nuance est importante) qu'il attire vers lui la limite nord de la ZCIT, donc qu'il contribue à l'élargir davantage.

Il est donc probable que - et c'est là que je te rejoins -, dans cette dynamique globale de la circulation océanique pacifique équatoriale d'est favorisée par la cellule de Walker, au gré de la disposition complexe de ces îles du sud-est asiatique, certains courants océaniques (tels que ceux illustrés par l'image intéressante que tu avais postée sur les "Indonesian throughflow") plus locaux et plus frais inhibent ou réduisent voire perturbent par endroits (en tout cas saisonnièrement) l'impact de cette convection de grande envergure issue de cette ZCIT très vaste, mais donc nécessairement plus diffuse et erratique.

Hello,

Penses-tu que la ZCIT dans cette zone est très vaste ou qu'il y a une conjonction d'éléments qui font que la ZCIT se "dilue" et prend de l'espace?

Par exemple, la "faiblesse" de la cellule de hadley N, la non-présence d'anticyclone subtropical au nord (aux latitudes "des chevaux") peuvent faire qu'il n'y a pas d'obstacle à la ZCIT, et aux systèmes perturbés qui l'entourrent, et du coup permettre son accroissement.

Non?

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Penses-tu que la ZCIT dans cette zone est très vaste ou qu'il y a une conjonction d'éléments qui font que la ZCIT se "dilue" et prend de l'espace?

Par exemple, la "faiblesse" de la cellule de hadley N, la non-présence d'anticyclone subtropical au nord (aux latitudes "des chevaux") peuvent faire qu'il n'y a pas d'obstacle à la ZCIT, et aux systèmes perturbés qui l'entourrent, et du coup permettre son accroissement.

Non?

Salut Crabo,

Oui, il est possible que cette "dilution", cet étalement de la ZCIT soit le fait de la faiblesse de la cellule de Hadley nord dans cette région. Après, c'est aussi la question de "qui de la poule ou de l'oeuf...?". Pour ma part, je ne le sais pas.

En fait, je pense que, dans ce sud-est asiatique, il n'y a quasiment pas de zone de convergence inter-tropicale, mais plutôt une zone de convection inter-tropicale (la convergence des alizés y étant très faible).

En d'autres termes, là où la convergence est marquée (comme dans la plupart des autres régions où se situe la ZCIT), le phénomène est surtout mécanique (alizés très présents de part et d'autre de la ZCIT), alors que là, dans le sud-est asiatique, le phénomène est surtout thermique et thermodynamique (eaux très chaudes => forte instabilité initiale).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut Crabo,

Oui, il est possible que cette "dilution", cet étalement de la ZCIT soit le fait de la faiblesse de la cellule de Hadley nord dans cette région. Après, c'est aussi la question de "qui de la poule ou de l'oeuf...?". Pour ma part, je ne le sais pas.

En fait, je pense que, dans ce sud-est asiatique, il n'y a quasiment pas de zone de convergence inter-tropicale, mais plutôt une zone de convection inter-tropicale (la convergence des alizés y étant très faible).

En d'autres termes, là où la convergence est marquée (comme dans la plupart des autres régions où se situe la ZCIT), le phénomène est surtout mécanique (alizés très présents de part et d'autre de la ZCIT), alors que là, dans le sud-est asiatique, le phénomène est surtout thermique et thermodynamique (eaux très chaudes => forte instabilité initiale).

On est d'accord.

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#163. Davao.

 

On continue donc dans la région, cap un peu plus au nord sur les Philippines. Davao est au sud de l'archipel, elle baigne quasiment toute l'année dans cette ZCIT pas si bien définie en effet, ce qui à 7° de latitude nord lui vaut un climat franchement équatorial.

Davao est a 620kms de Manado, 1070kms de Kota Kinabalu et 970kms de Manille.

98753_map0.jpg

 

L'ile de Minadao sur laqualle elle est située est assez montagneuse, volcanique. Le Mt Apo (2954m) n'est qu'à 45kms à l'OSO.

98753_map1.jpg

 

Vue vers l'ouest et le Mt Apo à gauche. La station est sur l'aéroport à 900m de la mer et 6kms du centre ville. C'est donc assez maritime et urbanisé.

NB: j'ai eu du mal à localiser les stations Philippines avec certitude, même s'il semble acquis que la plupart soient dans ou à proximité des aéroports. La position indiquée est donc la plus probable à mes yeux, mais sans certitudes.

98753_map2_W.jpg

 

98753_Davao_A_v7_02.png

 

Cela ne nous dépayse donc pas trop de l'Indonésie, avec un climat équatorial à la chaleur et l'humidité bien constantes. Kota Kinabalu, située 1000km plus à l'ouest, présente quasiment les même fluctuations de la température, avec 2 timides pics en avril et octobre. Le régime pluviométrique n'est pas vraiment identique mais on distingue aussi un creux au "printemps" (février-mars-avril).

 

Aucune saison n'est vraiment marquée: on a moins de 2°c d'écart entre les Tm mensuelle les plus hautes et les plus basses, et l'écart entre le mois le plus sec et le plus arrosé n'est pas très important (moins d'un facteur 2). C'est finalement le vent qui connait les plus grosses variations saisonnières:

- des alizés de NNE dominent de novembre à avril, avec une saison un peu plus ventée de décembre à mars.

- des alizés de Sud dominent entre de juin et septembre, mais de façon moins marquée.

 

En reprenant les infos de Dann sur l'étalement de la ZCIT dans cette région, on peut interpréter les données de vents ainsi:

- de novembre à avril la ZCIT est plus au sud et les alizés de la cellule de Hadley du Pacifique nord ont une influence modérée, sans pour autant drainer vraiment de l'air subtropical.

- en mai et octobre on ne distingue plus aucun vent dominant, nous sommes au coeur de la convergence intertropicale.

- de juin à septembre nous restons dans cette vaste zone de convection intertropicale sans des les alizés du sud ne parviennent à vraiment s'installer.

98753_Davao_C_v7_02.png

 

Les stats horaires montrent une hausse systématique du Td durant les heures les plus chaudes, donnant des indices de chaleur bien pénible, avec la barre des 40 souvent atteinte.

98753_Davao_B_v7_02.png

 

 

Le début de l'année est parfois assez gris et pluvieux, l'instabilité tropicale se conjuguant avec d'épisodiques perturbations venues du nord qui donnent des journées relativement "fraiches" de pluie continue.

98753_JAN_FEB12.png

 

 

Voici le modeste pic de chaleur de mars à mai, qui correspond à une saison un peu plus sèche. C'est même une période plutôt belle, entrecoupée de rares mais fortes dégradation orageuses qui sont responsables d'une grosse partie du cumul de RR.

Le thermomètre n'excède que rarement 35°c mais la moiteur peut rendre la chaleur très pénible.

98753_MAR_MAY13.png

 

 

Enfin un exemple de milieu d’année sous la zone de convection intertropicale, avec un caractère orageux des RR très affirmé et de fortes et irrégulières averses qui assurent le plus gros du cumul. Là encore peu de dépaysement avec la plupart des fiches du nord de l'Indonésie.

Sur les 3 derniers jours de cet exemple on a un rare cas de franche incursion des alizés de sud, le genre d'incursion qui plus au sud à Manado donnait des journées de foehn.

98753_JUN_JUL12.png

 

Davao est trop proche de l'équateur pour subir les typhons du Pacifique nord, ce qui ne sera pas le cas pour pour les villes plus au nord que l'on abordera bientôt.

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

NB: j'ai eu du mal à localiser les stations Philippines avec certitude, même s'il semble acquis que la plupart soient dans ou à proximité des aéroports. La positions indiquée est donc la plus probable à mes yeux, mais sans certitudes.

C'est sûr que les Philippins eux-mêmes ne sont pas très précis sur les coordonnées. J'aurais dit la même chose (en tous cas c'est de ce côté -l'ancien aéroport)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#163. Davao.

L'ile de Minadao sur laqualle elle est située est assez montagneuse, volcanique. Le Mt Apo (2954m) n'est qu'à 45kms à l'OSO.

Davao est trop proche de l'équateur pour subir les typhons du Pacifique nord, ce qui ne sera pas le cas pour pour les villes plus au nord que l'on abordera bientôt.

C'est l'île de Mindanao. default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Vas-tu faire Puerto Princesa ou Coron (Palawan), qui ont un climat bien différent ? J'y vais dans trois semaines... default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !


Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.


Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne