CP3

Membres
  • Compteur de contenus

    2 106
  • Inscription

  • Dernière visite

À propos de CP3

  • Rang
    Cumulus congestus
  • Date de naissance
  1. Cela risque de ne pas trop durer , car du côté des anomalies globales de SST ( qui conditionnent le plus important flux de chaleur en direction de l' atmosphère ) , cela semble etre entrain de revenir à des niveaux très positifs équivalent à ceux enregistrés lors du gros nino de l' année dernière .
  2. Pas sûre , mais on sait jamais . En tous cas, ce qui s' observe actuellement sont ,peut-être , les premiers signes d' un début d' emballement avec donc une possible amorce d' acceleration du rechauffement ou ,pour le moins , d' un début de réaction inédite de la circulation atmospherique voir océano atmosphérique au forçage radiatif en question . En effet le dit " Nino côtier " actuel ( inconnus jusque là ) , puis la probable série folle qui s' annonce peut-être avec un possible nouveau nino d' ici la fin de l' année , pourraient bien être symptomatique de perturbations que les modèles de circulation atmospherique ont des difficulté à cerner .
  3. Au sujet de cette dernière étude publiée dans Nature , il ait surtout question de l' évolution du gradient méridien de température, près du sol, en été . Or si en saison chaude ,les contrastes méridien de température diminuent logiquement sous l' effet d' un plus de rechauffement en arctique ( fonte des glaces d' où diminution de l' albedo ) ,qu' en serait-il en hivers où il n' y a plus de soleil au pôle ? En cette saison , l' intensité du Jet stream serait-il observé et prévus en augmentation du fait notamment de la probable forte augmentation des contrastes méridiens ( par rapport au climat historique ) notamment en haute troposphère ( libération accrue de chaleur latente depuis les eaux tropicales ) , alors qu' au pôle quasiment plus aucune chaleur se diffuse dans cette partie de la troposphère ? A priori , ce serait oui pour de nombreuses études ( par exemple , celles de Jennifer Francis ) .
  4. Dans le secteur d' Avignon ( 84 ) , les chênes blancs étaient déjà en feuilles au 25 mars , de même que les platanes , avec des feuilles déjà bien développées au 31 mars .C' est du jamais vue , il semble que ce soit encore plus précoce que l' année dernière . Au 15 mars , il commençait même à y avoir des coqueliquots ( quand je vivais vers Aix-en provence , les coquelicots étaient une plante typique du mois de mai ) . Des anciens m' ont dit qu' ils n' avaient jamais vue ça , et qu' il ne s' imaginait pas voir cela un jour .
  5. Cela semble etre du costaud ce qui remonte de la mer . Déjà localement plus de 100 mm/ en moins de 3 h au large . Cela semble plus intense que ce qui ait indiqué par les dernières sorties de ce matin .
  6. Il y en a un ici , par exemple : http://www.moyhu.org.s3.amazonaws.com/data/freq/ncep.html . Assez etonnante cette nouvelle poussée de température , alors qu' il n' y a encore que 2 mois , le temps était à de faibles conditions nina . Depuis , l' indice enso est passé en état neutre . Malgrès tout , les anomalies de Températures à 2 m , sont très proches des valeurs records du début de l' année dernière . Effet du réchauffement climatique ?
  7. Certains post avaient récemment fait remarquer les anomalies positives particulièrement marquées en zone Nino 1-2 .Cela semble ne pas avoir été sans consequences . Une nouvelle expression semble être utilisée : " Un El Nino côtier " https://www.meteomedia.com/nouvelles/articles/-el-nino-cotier--tue-plus-de-70-personnes/80536
  8. D' après les résultats d' un étude publiée récemment , les océans se rechaufferaient d' avantage qu' estismé jusqu' à maintenant . https://www.theguardian.com/environment/climate-consensus-97-per-cent/2017/mar/10/earths-oceans-are-warming-13-faster-than-thought-and-accelerating
  9. D' après la plupart des organismes de prévisions, en ce début mars , la probabilité qu' un évènement nino ait lieu d' ici la fin de l' année augmente légèrement , par rapport à la moyenne des prévisions du mois dernier . La probabilité dépasse désormais les 50 pourcents . http://iri.columbia.edu/our-expertise/climate/forecasts/enso/current/
  10. D' après Keraunos , il s' agirait d' un phenomène de sting jet .
  11. A quelques heures de l' écheance , encore de sérieuses divergences entre modèles: Gfs et Cep indiquent du relativement light près des cotes , puis du plus fort dans les terres , ceci contrairement à Arpege .
  12. Sur la dernière sortie 6z de Gfs , les vents soutenus dépassent localement les 150 km/h à 925 hp .D' après ce scenario ,Gfs est donc plutôt extrême . Sur la dernière sortie Arpege , c' est sensiblement moins fort .
  13. A environ 36 h de l' échéance, il est tjrs difficile de faire de la prévision que ce soit au niveau de l' intensité et des zones concernées . D' après une partie des modèles , le creusement pourrait etre mieux formé dans les terres que près des côtes . A voir que le plus fort des vents pourrait se produire en advection froide , c'est à dire avec un plus grand risque de très fortes rafales au sol , ramené à l' intensité du courant en altitude . Au sujet du dernier scenario Cep , celui-ci indique du temporairement et localement violent assez loin dans les terres , mais pas près des côtes .
  14. A 48 h de l' échéance la quasi totalité des modèles indiquent du gros pour Lundi ( au moins sur la base du vent à 850 hp ou plus bas ) . Néanmoins , dans la grande majorité des scénarios issus des divers modèles , il s' agit d' une dépression à petite voir très petite échelle , à dimension encore plus réduite que celle de début février .Ce type d' évènement n' est donc pas très appréhendable car a tendance a être influencé par des éléments hors mails . Cependant , même si ce phénomene est assez fragile , à priori , il y a du potentiel pour que ce soit sur le point de devenir probable .
  15. Au cas où le " super nino " de l' année dernière qui vient donc de se terminer serait suivis par un Nino d' intensité même faible , cela pourrait , en effet , amener à se poser des questions : Coincidence issus de la variabilité naturelle ? ou manifestation d' un mécanisme induit par l' effet de serre ( en lien avec un éventuel dégagement d' un nouveau surplus de chaleur enfoui ) . La sensibilité climatique , aurait-elle été masqué temporairement par un processus de stockage anormal qui pourrait n' etre que passager ? En tous cas, ces questions pourraient d' avantage se poser au cas où le recent épisode serait à nouveau suivis par un gros épisode ( ce qui ait simulé par certains modèles ) .