mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

Andy   

Salut Andy,

Dans mes données je trouve bien une Tm de 22.5°c en aout, donc >22°c, donc Dfa.

Salut Mottoth!

Ah! excuse moi, avec toutes les données que je voyais sur Sapporo, j'étais sur que ca rentrait quand meme en Dfb....c'est en effet très sensible l'augmentation des temperatures dans ces dernières années, hiver comme été.....effet urbain + GW??

merci, ciao!

AE

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Andy   

Si ca peut vous intéresser: ici on trouve tout sur Sapporo (source officielle)..moi j'ai mis le tableau sur la neige, mais vous pouvez choisir les éléments climatiques qui vous intéressent en cliquant en haut.....

http://www.data.jma....o=47412&view=14

c'ets très riche comme site ca! ciao!

AE

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci Mottoth pour ces données. Mais, peut-être plus encore que tes données, j'ai trouvé ton analyse bien intéressante.

Il est en effet difficile de parler d'un climat uniquement continental à cause du régime des précipitations ayant une tendance maritime tout de même bien présente : c'est bien la présence de la Mer du Japon qui occasionne ces précipitations qui n'ont pas lieu côté russe.

Et c'est sans doute également cette mer qui entraîne un légère baisse de la convection diurne estivale, comme dans toute région maritime.

Sinon, pour mon étude, je ne pourrai pas me servir de tes données de température car elles sont, comme tu l'as dit, très nettement influencées par l'effet urbain très fort : ces températures (surtout les Tn) sont entre 1 et 2°c trop hautes par rapport à tous les environs !

Bonjour à tousTout d'abord, encore une fois merci à Mottoth pour cet exposé, pertinent et bien documenté.

Dann, si j'ai bien calculé ton indice de continentalité (qui prend en compte uniquement l'amplitude thermique entre l'hiver et l'été ainsi que la latitude je rappelle), je trouve environ 0,57 pour Sapporo, continental marqué donc.

En fait il s'agit d'une des nombreuses exceptions (une de plus) à la règle qui voudrait que le rapport pluies d'été/pluies d'hiver augmente comme la continentalité.

A bientot

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Bonjour à tous

Tout d'abord, encore une fois merci à Mottoth pour cet exposé, pertinent et bien documenté.

Dann, si j'ai bien calculé ton indice de continentalité (qui prend en compte uniquement l'amplitude thermique entre l'hiver et l'été ainsi que la latitude je rappelle), je trouve environ 0,57 pour Sapporo, continental marqué donc.

En fait il s'agit d'une des nombreuses exceptions (une de plus) à la règle qui voudrait que le rapport pluies d'été/pluies d'hiver augmente comme la continentalité.

A bientot

C'est bien la raison pour laquelle j'avais spécifié ceci :1) un indice de continentalité élevé n'implique pas nécessairement que le climat soit continental (ex donné il y a quelques jours : Tamanrasset; mais je pourrais rajouter des climats comme celui de Djibouti par exemple (C = 0,65), etc...)

2) il faut donc distinguer climat continental et continentalité. Ce sont deux concepts différents.

Je maintiens sinon que, dans une écrasante majorité de cas, les climats maritimes ne présentent pas (ou quasiment pas) de maximum pluviométrique estival.

Le cas de Sapporo est effectivement difficile à trancher, il est "bâtard". Je suis d'accord pour dire que la continentalité y est tout de même un peu supérieure à l'océanicité, tant l'influence du puissant anticyclone sibérien est forte. Par ailleurs, les amplitudes journalières même estivales restent très faibles, ce qui est là encore, un signe fort d'influence maritime. Bref, difficile à trancher pour moi, je le répète.

Mais prenons le cas d'un climat presque similaire : Halifax ou St John's. Là-bas, malgré un indice de continentalité plutôt élevé, le climat est, à mon avis, tout de même plutôt maritime, puisque le régime pluvio est clairement maritime. Et pour connaître un de ces lieux, je peux te dire que l'influence de l'océan est omniprésente, l'ambiance est clairement celle qu'on ressent à Brest par exemple, hormis lors des quelques jours dans l'hiver où l'air arctique continental déboule jusque sur l'océan (et c'est précisément ça qui fait baisser fortement les Tm hivernales, un peu "artificiellement" si j'ose dire).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yusuke   

Salut à tous,

Je passais un mois assez chargé qui m'a empêché de vous répondre sur le champ.

Merci Mottoth pour cet article très détaillé sur la ville de Sapporo, dont je te suis très reconnaissant!

Oui, c'est vrai que les données de Sapporo sont influencées par l'effet urbain,

ce qui fait que Sapporo serait la seule station sur l'île de Hokkaido qui présente un climait de Dfa.

J'ai trouvé une carte de classification de Koppen ainsi qu'une carte de Tm de la région.

(Basée sur les données de 1979 à 2000)

(source http://www.hokkaidog...s84/gs84_12.pdf)

img5159a2da664a6.jpg

img5159a2eaf025a.jpg

On voit bien un carré de la couleur unique là où il y a la ville de Sapporo.

Comme tu l'as mentionné, l'aéroport de Chitose se trouve dans une plaine peu urbanisé ce qui explique la Tn très accuentué

durant l'hiver mais peût-être que la situation géographique joue aussi un rôle important.

L'aéroport de Chitose est encore loin de la Mer de Japon par rapport à Sapporo, et il est à l'abri de quelques reliefs qui empêchent la pénétration de nuages.

Chitose ne reçoit que 33,6mm de précipitations en janvier, alors que 113,6mm tombe sur Sapporo.

L'épaisseur de neige au sol de ce matin (31 mars 9:00 heure locale) était de 78 cm à Sapporo contre 5 cm à Chitose.

Mais encore plus de neige à Ishikari avec 109 cm ce matin, banlieue maritime de Sapporo que vous trouverez sur l'image de Mottoth.

Et voici l'écart de Tn de Sapporo et L'aéroport de Chitose de cette saison.

Sapporo

Tn ≤ -10°C = 18

Tnn = -13,5 le 25 décembre

Aéroport de Chitose

Tn ≤ -10°C = 78

Tn ≤ -20°C = 14

Tnn = -24,5 le 9 janvier

En parlant de l'écart de Tn, on a aussi un écart énorme entre Tn de Tokyo (super urbanisé) et celle de L'aéroport de Narita.

Pour cette saison...

Tokyo

Tn ≤ 0°C = 4

Tnn = -1,4 le 6 janvier

Aéroport de Narita

Tn ≤ 0°C = 72

Tn ≤ -5°C = 28

Tnn = -8,9 le 25 février

Ciao,

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Comme tu l'as mentionné, l'aéroport de Chitose se trouve dans une plaine peu urbanisé ce qui explique la Tn très accuentué durant l'hiver mais peût-être que la situation géographique joue aussi un rôle important.

L'aéroport de Chitose est encore loin de la Mer de Japon par rapport à Sapporo, et il est à l'abri de quelques reliefs qui empêchent la pénétration de nuages.

Chitose ne reçoit que 33,6mm de précipitations en janvier, alors que 113,6mm tombe sur Sapporo.

C'est vrai que cela (la situation géographique) doit également jouer un rôle important dans la différence autant en termes de températures que de précipitations entre les 2 villes.D'une manière générale, toute la partie orientale du nord du Japon subit énormément moins l'effet maritime (donc les effets de lacs massifs, notamment) que les côtes occidentales. Or Chitose est plutôt sur un bassin versant regardant vers "l'est" (enfin, tout du moins sur le versant "sous le vent").

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#68. Tokyo

 

On reste au Japon, direction Tokyo.

47662_map0b.jpg

 

47662_dem.jpg

 

Tokyo compte 37 millions d'habitant, et au total c'est environ un tiers de la population Japonaise qui qui dans cette large plaine, de la baie de Tokyo jusqu'à Maebashi à l'ouest, Utsunomiya au nord et Choshi à l'est.

47662_map0c.jpg

 

La station synoptique est hyper urbanisée comme le disait Yusuke dans son dernier message, je vous laisse juges:

47662_map2.jpg

 

47662_Tokyo_A_v7.35.png

 

Les tn sont donc largement réchauffées par l'ilot de chaleur urbain, et l'HR est artificiellement rabaissée d'autant : regardez durant la saison humide où le Td moyen reste malgré tout bien en deçà des tn moyennes. L'humidité ambiante (considérée en HR ou Td) est aussi le fait marquant de la saison hivernale: sous l'effet de la circulation dominante d'ouest ou de nord ouest la région de Tokyo est soumise à un foehn omniprésent, bien visible sur les statistiques.

 

Si Köppen trouve un climat subtropical sans saison sèche, il y a cependant beaucoup à dire sur le régime de RR, on y reviendra un peu plus loin.

 

EDIT 22/05/2014: ajout des tableaux horaires

47662_Tokyo_B_v7.35.png

 

EDIT 22/02/2015: ajout des roses des vents

47662_Tokyo_C_v7.35.png

 

 

L'hiver est selon moi la saison la plus agréable, il fait souvent beau et donc très sec. Les RR sont modérées et réparties sur quelques jours seulement. La neige est possible mais rare, et le gel peu fréquent et peu intense (contrairement aux campagnes voisines). Voici un bon exemple avec l'hiver 2004-2005. Regardez janvier: t° dans la norme, et la quasi totalité de la lame d'eau mensuelle répartie sur seulement 2 jours... oui à Tokyo quand il pleut c'est souvent des trombes d'eau:

47662_DEC04-_FEB05.png

 

 

Ensuite le temps s'ennuage progressivement de mars à juin.

Voici un exemple de printemps: les températures sont très modérées. On connait occasionnellement des épisodes d'asian dust, où la poussière du Gobi est drainée jusqu'ici (les 17 et 18/03):

47662_MAR-_MAY09.png

 

 

Juin est le mois le plus triste de l'année, l'été connait un certain retard (maximum thermique en aout) et commence sous la grisaille. C'est le mois où l'on enregistre le plus de jours avec précipitations sans pour autant atteindre les plus gros cumuls mensuels.

Aout est le mois de plein été. avec de bonnes canicules et un beau temps plus présent qu'au début de l'été. Les RR commencent à se "radicaliser": elle dont moins fréquentes mais plus violentes...

Voici l'exemple de l'été 2011, au bilan normal mais au déroulé un peu atypique puisque le vrai été avec plus de soleil et des températures parfois très chaudes est arrivé assez vite en juillet.

47662_JUN-_AUG11.png

 

 

En fin le pic de RR se produit à l'automne avec de véritables déluges de 24-48h, souvent des restes de typhons, qui ponctuent les mois de septembre et octobre.

Sur cet exemple le typhon Fitow est passé très près de Tokyo le 06/09. Les pluies du 11/09 sont dues elles aussi aux bandes de précipitation d'un cyclone, Danas.

Les 26 et 27/10, c'est au tour de la tempête tropicale Faxai de semer le déluge.

47662_SEP-_NOV07.png

 

Voici un exemple de mois d'octobre extrême avec près de 800mm de cumul... on remarque qu'entre 2 déluges le beau temps revient facilement:

47662_OCT04.png

 

Je tiens à rappeler une nouvelle fois que ces valeurs de RR quotidiennes n'ont rien de fantaisiste, il est facile et intéressant de vérifier les données horaires sur ogimet. Voici donc le déroulé heure par heure des deux plus gros épisodes d'octobre 2004:

- Les 8 et 9 octobre, où l'on peut voir qu'il est en fait tombé 256mm en 24h de 12hTU à 12hTU. On remarque également les fortes variations de pression au passage de cette tempête - probablement un cyclone en cours d'extra-tropicalisation:

47662_08_09_OCT2004.png

 

- du 19 au 20, encore 201mm en 36h, et une belle signature du coeur chaud de ce probable ex-cyclone entre 14hTU et 18hTu le 20:

47662_19_20_OCT2004.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Révision complète

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Merci m'sieur, une station de plus, excellent ! flowers.gif

Quelques petits commentaires, comme d'habitude :

Effectivement, je parlerais également d'un climat continental subtropical puisque :

- l'indice de subtropicalité que j'utilise le confirme également, puisqu'il vaut 13530, soit plus que le seul de 11000

- un climat très humide (IhA = 108)

- et une bonne continentalité : C = 0.55, et un régime pluvio assez nettement continental, malgré les pluies subtropicales pouvant se produire en saison froide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Bonsoir à tous

Merci pour cette présentation du climat de Tokyo, mottoth.

Le régime des RR est intéressant : 1er maximum en mai-juin, léger répit en juillet-août et déluge en début d'automne, c'est un schéma assez différent des climats continentaux "classiques"(Europe centrale et orientale et considérés comme typiquement continentaux par "europeo-centrisme") où l'automne est plutôt sec. Ce léger répit d'été est difficilement explicable, remontée des hautes pressions subtropicale ? Bizarre, nous sommes en façade orientale.

Le régime d'ensoleillement est complètement atypique pour un climat tempéré : l'ensoleillement est généreux en hiver (175 h en décembre, 188 h en janvier) mais bien faible en été (123 h en juin, 144 h en juillet) surtout pour une latitude aussi basse. L'ensoleillement annuel est également plutôt médiocre au regard de la latitude.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Bonsoir à tous

Merci pour cette présentation du climat de Tokyo, mottoth.

Le régime des RR est intéressant : 1er maximum en mai-juin, léger répit en juillet-août et déluge en début d'automne, c'est un schéma assez différent des climats continentaux "classiques"(Europe centrale et orientale et considérés comme typiquement continentaux par "europeo-centrisme") où l'automne est plutôt sec. Ce léger répit d'été est difficilement explicable, remontée des hautes pressions subtropicale ?

Une tentative d'explication... si le premier maximum de RR, si bien corrélé à l’ensoleillement et l'ennuagement, coincide avec la période de soleil haut et donc correspond à la dynamique tropicale voire continentale, le 2e maxi de RR est surtout le fait des systèmes tropicaux (typhons, tempêtes tropicales) qui connaissent leur pic de fréquence en septembre/octobre et qui échouent souvent vers l'archipel du Japon.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Je tiens à apporter quelques explications supplémentaires.

Tout d'abord, sans vouloir aucunement dénigrer le bon travail de mottoth, je vous poste ici les statistiques climatologiques de Tokyo (ces données de Wiki sont correctes, elles proviennent des données japonaises officielles) :

http://en.wikipedia....i/Tokyo#Climate

On constate que c'est surtout en juin que survient de 1er maxi pluvio. Puis le second se produit en septembre.

En fait, en juin, il s'agit de la trajectoire du front polaire très actif (due à la même trajectoire moyenne du jet stream) qui remonte du sud et passe au-dessus de Tokyo à ce moment-là. Cette période très pluvieuse qui dure 1 mois et demi s'appelle tsuyu ou baiu. Il faut comprendre que ces fronts sont très actifs, puisque la différence entre l'air continental encore frais et l'air océanique plus méridional très humide et chaud est forte. Par ailleurs, la convection orageuse devient également plutôt intense, comme le spécifiant Mottoth.

Puis (Yves, tu as également eu une bonne intuition), dès le mois de juillet, ce front quasi-stationnaire est repoussé vers le nord, sous l'effet des hautes pressions subtropicales (celles là même qui correspondent à la grosse cellule anticyclonique subtropicale constamment présente au-dessus des zones océaniques, comme la cellule des Bermudes-Açores par ex). À ce moment-là, la chaleur et l'humidité pompées des régions chaudes et humides deviennent insupportables, et les pluies moins fréquentes.

Pendant ce temps, puisqu'on est ici en façade est, les eaux maritimes subtropicales s'étant de plus en plus réchauffées, les cyclones tropicaux commencent de plus en plus à se développer. Puis ceux-ci finissent par rejoindre le front polaire qui redescend de nouveau en septembre, d'où le 2ème maxi pluvio.

Regardez la figure 1 de cet article...

http://www.intechope...-in-south-korea

Nous avons à peu près l'équivalent de ce climat et de cette dynamique atmosphérique dans l'extrême est du Canada. En effet, les incursions et les débordements de cyclones d'origine tropicale remontent assez fréquemment entre août et octobre. Et tout comme à Tokyo, en plein été, il pleut moins fréquemment sur la côte (Nouvelle Ecosse, par ex) sous l'effet, comme je le disais, de la cellule anticyclonique subtropicale des Bermudes. C'est exactement le même schéma, sauf que le cas japonais est bcp plus marqué et brutal, la chaleur et l'humidité sont beaucoup plus importantes (la latitude joue).

Bref, ce genre de climat continental (qui le reste au Japon, comme à Tokyo) comporte presque une bonne composante océanique (surtout ici, au Canada, comme en Nouvelle Ecosse). Il suffit d'aller à quelques petites centaines de km à l'est au large en partant de Tokyo, et l'on doit très probablement très vite trouver un climat océanique, ou en tout cas avec une bonne dose "d'océanicité".

Ces climats "continentaux" sont donc très particuliers. Alors que les climats continentaux qu'on retrouve en Europe centrale ou de l'est par exemple sont, eux, beaucoup plus caractéristiques des "vrais" climats continentaux. Même s'ils ne sont pas excessifs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Comparons Tokyo avec Pyongyang, situé sur le continent, à une latitude proche quoique un peu plus au nord :

Comme on peut s'y attendre, l'hiver est beaucoup plus froid et l'amplitude annuelle beaucdoup plus importante en Corée.

Le régime de l'ensoleillement à Pyongyang ressemble un peu à celui de Tokyo avec un mois de juillet moins ensoleillé que juin ou aout, en moins atypique cependant, le maximum d'ensoleillement se situant en mai et non en janvier comme à Tokyo !

A Pyongyang, l'hiver est bien plus sec qu'à Tokyo et on retrouve le schéma pluviométrique "continental" classique avec un fort maximum centré sur l'été un peu décalé vers la fin cependant, le printemps restant assez sec. En fait, il semble là que le phénomène de mousson présente une certaine inertie, un certain "retard au déclenchement" qui le décale vers la fin de la saison chaude.

En fait, le régime pluviométrique de Tokyo semble bien plus complexe, soumis à plusieurs influences.

Tentons également la comparaison avec Buenos Aires, également présenté dans ce fil, à une latitude proche et également en façade orientale :

L'amplitude annuelle est bien sur plus réduite à Buenos Aires, le continent sud-américain étant beaucoup moins étendu.

La courbe d'ensoleillement à Buenos Aires est complétement classique pour un climat tempéré avec un net maximum centré sur la saison estivale.

Le régime pluviométrique par contre est proche, quoique beaucoup plus "sage" en Argentine : hiver assez sec mais pas complètement à la différence de Pyongyang et à l'instar de Tokyo, premier maximum de printemps, léger répit d'été suivi d'un second maximum plus fort en automne. La différence essentielle avec Tokyo étant le volume global plus faible, l'absence des cyclones en automne en Atlantique sud et des déluges qui vont avec.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Spring   

J'avais jamais vu ce topic !

ENORME boulot mottoth, et chapeau bas ! Très instructif en plus de nous faire voyager !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Le régime de l'ensoleillement à Pyongyang ressemble un peu à celui de Tokyo avec un mois de juillet moins ensoleillé que juin ou aout, en moins atypique cependant, le maximum d'ensoleillement se situant en mai et non en janvier comme à Tokyo !

A Pyongyang, l'hiver est bien plus sec qu'à Tokyo et on retrouve le schéma pluviométrique "continental" classique avec un fort maximum centré sur l'été un peu décalé vers la fin cependant, le printemps restant assez sec. En fait, il semble là que le phénomène de mousson présente une certaine inertie, un certain "retard au déclenchement" qui le décale vers la fin de la saison chaude.

En fait, si je peux me permettre, comme je l'ai laissé sous entendre hier, la trajectoire des systèmes frontaux remonte progressivement vers le nord-ouest (car poussée par la pression de la cellule anticyclonique subtropicale qui étend son influence jusque sur le Japon en juillet et en août), et concerne le nord de la Corée en plein milieu de l'été. Si ces pluies associées au front sont si fortes, cela s'explique par la très forte humidité pompée dans l'océan (et plus particulièrement dans la mer du Japon alors très chaude), couplée à un certain effet orographique supplémentaire, de même qu'à une forte convection (les sols étant surchauffés). Cela revient à une sorte de mousson. Bien que ce ne soit pas le même phénomène (la vraie mousson, càd la mousson indienne) qui se produit bien plus au sud : la vraie mousson (indienne) étant due au passage de la ZCIT, alors que la "mousson est-asiatique" est due à cette trajectoire des systèmes polaires frontaux quasi-stationnaire.
En fait, le régime pluviométrique de Tokyo semble bien plus complexe, soumis à plusieurs influences.

J'ai proposé une explication hier soir le mécanisme concernant toute la période estivale pour Tokyo. Etes-vous d'accord avec ce que j'avais écrit, Mottoth et toi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

J'ai proposé une explication hier soir le mécanisme concernant toute la période estivale pour Tokyo. Etes-vous d'accord avec ce que j'avais écrit, Mottoth et toi ?

Bonjour à tous, bonjour Dann

En fait je comprends bien ce que tu veux dire concernant la remontée de l'anticyclone subtropical au coeur de l'été (effet discret toutefois, rien à voir avec ce qui se passe sur les façades occidentales des continents).

Par contre, je ne comprends pas bien ton explication pour le mois de juin, durant ce mois, le rayonnement solaire est maximum, je dirais même que l'air continental est nettement plus chaud que l'air maritime et non l'inverse comme tu le dis.

Cependant, comme tu le dis, l'anticyclone sibérien disparait complètement du continent asiatique (il commence à disparaitre bien avant juin, dès fin avril en fait) pour faire place à un vaste marais barométrique un peu dépressionaire dans lequel les dépressions du front polaire circulent facilement.

C'est d'ailleurs ce vaste ensemble dépressionnaire qui va "attirer" la ZCIT pour constituer la mousson d'été, mais comme tu le dis, cette ZCIT reste plus bien plus au sud que Tokyo.

En fait, ce maximum de juin est créé peut-être par contraste avec le relatif minimum de juillet du à l'extension de l'anticyclone subtropical. Ce minimum d'été existe, je crois, ailleurs également en façade orientale, en Floride ou à Buenos Aires comme je le disais plus haut.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut a tous et merci Mottoth pour cette présentation for intéressante comme a ton habitude; je voudrais ajouter que ce régime pluviometrique a 2 pics (un vers la fin du printemps et un autre vers l'automne) est aussi présent en d'autres régions comme la vallée du Missisipi.

Voici par exemple la charte pluviometrique de la ville de Little Rock, capitale de l'état de l'Arkansas.

little-rock-map.gif

Average_monthly_precipitation_for_Little_Rock%2C_Arkansas.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

En fait je comprends bien ce que tu veux dire concernant la remontée de l'anticyclone subtropical au coeur de l'été (effet discret toutefois, rien à voir avec ce qui se passe sur les façades occidentales des continents

).

Absolument.
Par contre, je ne comprends pas bien ton explication pour le mois de juin, durant ce mois, le rayonnement solaire est maximum, je dirais même que l'air continental est nettement plus chaud que l'air maritime et non l'inverse comme tu le dis.

Là aussi, je suis d'accord avec toi, et donc je ne suis pas d'accord avec ce que j'ai écrit... laugh.png . Effectivement, je pense également qu'il n'est pas possible que l'air situé sur le continent (nord de la Chine, ) puisse être considéré "sec et frais" en juin. Mais alors, je ne comprends pas encore pourquoi j'ai lu qu'ils parlaient de contraste entre l'air frais et sec sur le continent et l'air chaud et moite en mer, et ce en juin ! En fait, ce point n'est pas bien clair.
Cependant, comme tu le dis, l'anticyclone sibérien disparait complètement du continent asiatique (il commence à disparaitre bien avant juin, dès fin avril en fait) pour faire place à un vaste marais barométrique un peu dépressionaire dans lequel les dépressions du front polaire circulent facilement.

C'est d'ailleurs ce vaste ensemble dépressionnaire qui va "attirer" la ZCIT pour constituer la mousson d'été, mais comme tu le dis, cette ZCIT reste plus bien plus au sud que Tokyo.

C'est aussi ce que je pense.En fait, il faut bien voir qu'il existe "deux moussons" : la "vraie", la mousson indienne causée par la ZCIT, et la "mousson" est-asiatique qui n'en est pas vraiment une. Je pense que ce caractère violent des précipitations estivales au Japon (et en Corée, et dans le nord-est de la Chine) est dû à cette position particulière du jet stream qui semble être très "stable", stationnaire : sa trajectoire ne doit pas connaître beaucoup de fluctuations diurnes. Du coup, le train de dépression et son lot de précipitations associées doivent rester quasi-stationnaires. Plus au sud (extrême sud du Japon, et en allant vers le sud de la Chine), les précipitations dûes à l'influence de la ZCIT et de la "vraie" mousson doivent se "mêler" ou plutôt se "transformer" imperceptiblement avec les précipitations due aux systèmes frontaux.

Il est impressionnant de constater que, dès lors que l'on se situe encore dans l'air "polaire" (càd au nord du front polaire), les températures montent "tranquillement" au printemps. Dès le moment où l'on se situe en plein dans la trajectoire des dépressions (donc sur la position moyenne du front), à partir de ce moment-là, les températures moyennes subissent une élévation assez marquée (ce qui est logique), pour voir le maximum en août (ce qui est logique également, puisqu'il s'agit d'un masse d'air pleinement océanique qui vient envahir les régions concernées, et que celle-ci finit par être complètement installée qu'en août). Par exemple, on constate qu'à Tokyo, entre mai et juin, on gagne 3.2°c. Entre juin et juillet, alors que cela devrait se réchauffer un petit peu moins vite et moins fort qu'entre mai et juin, on gagne en fait 3.9°c ! Idem pour le Td qui monte énormément entre mai et août. Cela trahit bien le fait qu'en juillet, Tokyo se situe la plupart du temps dans l'air tropical (càd dans l'air provenant de la cellule anticyclonique subtropicale océanique), alors qu'en mai, c'est l'air polaire qui est le plus fréquemment présent.

Autre exemple, un peu plus au nord-ouest, à Niigata, le 1er maxi pluvio se produit en juillet, le temps que le front polaire remonte encore un peu vers le nord-ouest : cela correspond au fait que Niigata se retrouve sous la trajectoire moyenne des dépressions en juillet. Et c'est donc seulement en juillet que s'engouffre l'air tropical sur cette côte ouest (ou nord-ouest) du Japon. Cela se vérifie aussi par le fait qu'entre juillet et août, la température augmente de près de 2°c, ce qui est énorme ! Cela correspond tout à fait à un changement radical de masse d'air, tel une mousson, effectivement. Puis on constate un petit creux pluvio en août. À Niigata, la trajectoire du jet stream (et donc la position moyenne du front polaire) repasse en redescendant vers le sud en septembre. Et dès septembre, à nouveau, la température moyenne et le Td moyenne chutent radicalement.

On peut aussi observer qu'à Wakanai, à l'extrême nord de l'île d'Hokkaido, il semblerait que l'on soit ici à la limite nord de la trajectoire moyenne du front polaire. En effet, on n'y observe plus le pic pluviométrique marqué en été. Le maximum ayant lieur vers septembre, et même octobre, celui-ci correspondant plutôt sans doute à l'occurrence de quelques relents d'ex cyclones tropicaux parvenant à remonter vers le nord.

Bref, tout ça pour dire qu'apparemment, dans cet extrême Orient, la position des systèmes atmosphériques est beaucoup plus prévisible, stationnaire, et tranchée que dans les autres régions au climat similaire. C'est très intéressant, d'ailleurs !

En fait, ce maximum de juin est créé peut-être par contraste avec le relatif minimum de juillet du à l'extension de l'anticyclone subtropical. Ce minimum d'été existe, je crois, ailleurs également en façade orientale, en Floride ou à Buenos Aires comme je le disais plus haut.

Oui, c'est très probablement le même genre de mécanisme qui joue, en effet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
crabo   

Hello,

Désolé de changer de région,

Mais quelqu'un saurait-il ou je pourrais trouver des données climatiques de stations marocaines du sud comme Chichaoua ou taroudant.

Même plus bas vers la frontière avec le Sahara occidental dans la région plutôt continentale.

Merci,

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
yusuke   

Salut à tous, quoiqu'un peu tard...

Merci mottoth pour ton choix de ville.Tokyo est la ville où j'habite.

Vos discussions m'apprennent beaucoup de choses, et je crois que je n'ai rien a rajouter......

JMA (Japan Meteorological Agency) prévoit et annonce chaque année la date de commencement de la saison des pluies(comme dann17 a méntionné, elle s'appelle Tsuyu ou Baiu) ainsi que la date de terminaison,c'est-à-dire quand le front polaire (comme tu dis, dann17) va passer ou à passé chaque région du pays,sauf Hokkaido ou la phénomène n'est pas toujours tangible (comme la ville de Wakkanai ou Sapporo).

Voici la date (moyenne entre 1951-2012) de commencement et de terminaison de la saison des pluies.

Okinawa de 9 Mai à 23 Juinpartie sud de Kyushu de 31 Mai à 14 Juilletpartie nord de Kyushu de 5 Juin à 19 Juillet (dont Fukuoka)Shikoku de 5 Juin à 18 JuilletChugoku de 7 Juin à 21 Juillet (dont Hiroshima)Kinki de 7 Juin à 21 Juillet (dont Osaka)Tokai de 8 Juin à 21 Juillet (dont Nagoya)Kanto de 8 Juin à 21 Juillet (dont Tokyo)Hokuriku de 12 Juin à 24 Juillet (dont Niigata)partie sud de Tohoku 12 Juin à 25 Juillet (dont Sendai)partie nord de Tohoku 14 Juin à 28 Juillet

CiaoYusuke

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#69. Reykjavik.

 

Après une longue période de flemme je retente de reprendre ce topic... Aujourd'hui on file vers l'Islande et le climat océanique froid de Reykjavik.

04030_map0.jpg

 

76NqspI.jpg

 

La station est située sur une butte (54m) près du centre ville, pas de pb d'exposition à priori:

04030_Reykjavik.jpg

 

Vue vers le NNE:

04030_map2.jpg

 

04030_Reykjavik_A_v7.36.png

 

Pour Köppen le Cfc est "océanique subpolaire (ou subarctique)", disons donc simplement océanique froid. On retrouve les faibles amplitudes thermiques (diurne ou annuelle) des climats océaniques mais à des niveau de t° plus bas: avec une moyenne proche de 0°c en hiver la neige et le gels sont fréquents, tandis que l'été reste vraiment frais. NB: je dispose de trop peu de données d'enneigement pour tirer le moindre enseignement des stats sur la neige.

On retrouve également les autres traits des climats océaniques: humidité sensible, minimum de RR en mai/juin mais sans sécheresse, nébulosité importante. Comme attendu le mois de mai est le plus ensoleillé, mais curieusement ce sont ensuite octobre et novembre qui présentent les plus fréquentes occurrences de ciel clair.

Enfin les variations de pressions sont fortes durant toute l'année, avec des minimums impressionnants en hiver où il n'est pas rare de descendre sous les 970hPa... nous sommes alors bien en présence du minimum statistique de l'atlantique nord que l'on nomme couramment "dépression d'Islande".

 

EDIT 21/10/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents.

04030_Reykjavik_B_v7.36.png

 

04030_Reykjavik_C_v7.36.png

 

 

Voici un hiver normal. Il est dominé par le vortex polaire: pression basse, avec gel et neige fréquents. En dehors de cette routine deux types de temps apparaissent parfois:

- blocage anticyclonique océanique avec beaucoup de douceur et de grisaille (fin décembre, début janvier)

- beau temps arctique froid (1ere décade de février).

04030_DEC08_FEB09.png

 

 

Et un été typique, partagé entre des jours frais et faiblement pluvieux et des journées plus agréables où l'on peut approcher les 20°c. Le bilan de cet été très normal cache cependant un coup de douceur exceptionnel en aout, où les 25°c sont approchés, ce qui est très rare.

04030_JUN_AUG04.png

 

Voilà, c'est tout pour Reyjavik !

 

Modifié par mottoth
Remise à jour, ajout de la carte topo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#70. Munich.

 

Munich compte 1.5 million d'habitants intra-muros, 6 millions pour l'agglomération. Les Alpes débutent 45kms au sud de la ville et 65kms au sud de l'aéroport, où est implantée la station étudiée.

10870_dem.jpg

 

La station est située dans une aire très dégagée sur l'aéroport international, à 730m du seuil de la piste 26 gauche et environ 29kms au NE du centre ville. Sa situation excentrée la préserve bien des ilots de chaleur (aéroport ou ville de Munich):

10870_Munich1.jpg

 

10870_Munich_A_v7.36.png

 

C'est un climat semi-continental européen, un peu rafraichi par l'altitude, avec les particularités déjà vue ailleurs pour ce type de climat:

- max de RR estival

- minimum hygrométrique de printemps

- neige et gel fréquents en hiver mais pas permanents.

- hiver bien gris (spécificité européenne)

La spécificité de Munich est que les coups de froid y sont souvent nettement plus sévères qu'ailleurs dans la plaine allemande, les tn ayant tendance à descendre plus facilement en raison de nuits plus souvent dégagées. Depuis 2000 chaque mois d'hiver a enregistré au moins une tn < -20°c, ce qui est remarquable sur cette courte période pour une grande ville de plaine européenne.

A ce propos on mesure une fois de plus le caractère exceptionnel du coup de froid de début mars 2005 avec une tn de -25.1°c qui demeure pour l'instant le record absolu depuis janvier 2000... en mars donc !

 

EDIT 09/11/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents

10870_Munich_B_v7.36.png

 

10870_Munich_C_v7.36.png

 

 

La variabilité inter-annuelle est forte... un peu comme chez nous en France l'hiver peut être tout ou rien, vu qu'en Europe les différents types de temps possibles (weather pattern) ont souvent tendance à s'éterniser durant de longue semaines (nos fameuses "récurrences") avant de céder la place à un autre type de temps.

Voici un hiver au bilan normal mais qui cache de grandes disparités en fonction des changements de régimes.

10870_DEC11_FEB12.png

 

 

L'altitude, même modeste, se fait un peu plus sentir en été avec des nuits souvent fraiches et des pics de chaleurs bien modérés: on dénombre moins de 8 jours de forte chaleur par an en moyenne, et même en ces occasions le thermomètre monte rarement nettement au dessus de 30°c. Voici l'été 2006, au bilan normal mais avec une paire juillet/aout que tout oppose (chaleur sèche vs. fraicheur humide).

10870_JUN_AUG06.png

 

 

On en reste là, je ne montre pas les saisons intermédiaires qui ressemblent beaucoup aux nôtres... je vous laisse juge de l'avance de l'hiver ou du retard de l'été par rapport à chez vous en comparant les dates moyennes de 1ere et dernière gelées: par rapport à chez moi (Lyon) y'a 3 bonnes semaines d'écart dans les 2 sens.

A+

 

Modifié par mottoth
Remise à jour, ajout de la carte topo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci pour ce travail, mottoth.

Je pense que les Tn assez basses de Munich sont effectivement dues à l'altitude mais pas seulement, il y a aussi l'effet du blocage des masses d'air froides par les Alpes situées à une cinquantaine de kms plus au sud : les chaines alpines ont là une disposition est-ouest ce qui fait que l'air froid tend à s'accumuler et stagner..

Climat "encore" Cfb selon Köppen mais déjà Dc (tempéré continental) selon Trewartha car la Tm de janvier est < 0°c.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#71. Zugspitze.

 

Les premiers contreforts des Alpes sont à 63kms au sud de la synoptique de Munich comme le disait Yves... Je m'attendais à trouver plus de conditions de foehn plus ou moins dégradé à Munich mais en fait elles sont vraiment rares, l'orientation du relief induit un forçage est/ouest des vents plutôt que de favoriser le foehn à grande échelle dans la plaine de Bavière. Il faut vraiment se rapprocher plus des Alpes pour retrouver le foehn comme par exemple à Linz en Autriche.

Aujourd'hui on ne s'éloigne pas trop de Munich et de la Bavière puisqu'on grimpe au sommet du Zugspitze, une montagne assez proéminente le long de la frontière Allemagne / Autriche, à 120 kms de l'aéroport de Munich:

10961_Zugspitze1.jpg

 

11120_dem.jpg

 

Vue ici depuis le sud-ouest:

10961_Zugspitze2.jpg

 

10961_Zugspitze_A_v7.36.png

 

Il est intéressant de comparer ce climat de montagne tempérée (c'est la montagne qui est en milieu tempéré, pas le climat) à celui de la plaine Bavaroise:

- Les amplitudes thermiques (diurnes ou annuelle) y sont plus faibles en raison de la topographie: sur un sommet les phénomènes radiatifs forcent moins les t° car il y a tout simplement "moins de sol" qui interagit avec l'atmosphère, on est quasiment en atmosphère libre. Et bien sur les inversions à grande échelle qui refroidissent la plaine de la Bavière en hiver ne montent pas jusqu'ici, d'ou un écart moyen de t° plus faible entre la plaine et la montagne en hiver qu'en été.

- Les régimes d'hygrométrie et de nébulosité sont inversés par rapport à la plaine. En été on se retrouve souvent la tête dans les nuages en raison de la convection diurne -> faible ensoleillement, forte nébulosité et forte humidité. En hiver par contre le soleil est quasi assuré par des conditions anticycloniques, contrairement à la plaine qui peut garder la grisaille humide -> meilleur ensoleillement, nébulosité plus faible, et de fréquentes périodes à l'hygrométrie très basse lors de subsidences anticycloniques... et oui on est vraiment en atmosphère libre dans ces conditions, et le Td baisse souvent sous les -30°c voire même sous -40°c.

- Les RR sont plus lissées tout au long de l'année: en hiver la circulation atmosphérique plus dynamiques qu'en été renforce l'effet orographique et au final les quantités égalent celles reçues en été. En cumul de RR on ne retrouve donc pas le régime continental que l'on avait à Munich. Mais si l'on considère le nombre de jour avec RR non nulle là on distingue la même tendance qu'à Munich, à savoir des RR plus fréquentes en été.

 

EDIT 14/11/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents

10961_Zugspitze_B_v7.36.png

 

10961_Zugspitze_C_v7.36.png

 

 

Je voulais choisir les même mois que pour Munich pour continuer la comparaison, mais l'hiver 2011-2012 n'était vraiment pas assez représentatifs pour le climat du Zugspitze. Voici donc l'hiver 2008-2009, bien plus proche des normales.

Malgré un temps très variable ce sont essentiellement 2 types de temps qui alternent: froid humide avec neige et brouillard, ou beau et sec, voire très sec. Les mois de janvier et février 2009 s'opposent fortement, le premier étant sous influence anticyclonique et le deuxième est très humide et neigeux.

Remarquez les terribles tempêtes avec des rafales très largement supérieures à 100 km/h.

10961_DEC08_FEB09.png

 

 

Voici l'été 2006 comme pour Munich. En réalité c'est encore franchement hivernal début juin, puis l'été bat son plein du 15/06 à fin juillet, avant une fin d'été très maussade et froide (on retrouve la même opposition entre juillet et aout 2006 qu'en plaine)..

Les brumes et brouillard fréquents correspondent à l'ennuagement par convection.

10961_JUN_AUG06.png

 

Voilà c'est tout pour ce sommet, je trouvais intéressant pour une fois de prendre un peu de hauteur et de quitter le plancher des vaches. A+.

 

 

Modifié par mottoth
Remise à jour, ajout de la carte topo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#72 Antalya.

 

Direction la Turquie ce soir... Antalya est la plus grande station balnéaire Turque, elle est notamment complètement envahie par les Russes en été. Nous allons voir que c'est pourtant pas la meilleure saison...

Je n'ai pas pu localiser avec certitude la station synoptique, mais je suis à peu près certain qu'elle se trouve dans le périmètre de l'aéroport, à environ 9kms à l'est du centre ville et 5kms au nord de la mer :

17300_Map1.jpg

 

17300_Map2.jpg

 

On trouve d'important reliefs au nord et à l'ouest du site d'Antalya, ce qui vaudra un renforcement orographique des précipitations marqué:

17300_Map3.jpg

 

Les données climatiques peuvent être comparées avec un autre climat de la méditerranée orientale déjà vu ici, Larnaca.

17300_Antalya_A_v7_32.png

 

On retrouve les éléments connus des climats méditerranéens de cette région, avec un seul pic hivernal de RR et un été pratiquement sans nuages. Le Td enregistre des variations notables en été et en automne au gré des brises de mer/terre. Comme à Larnaca l'humidité peut être très forte, des Td de 25°c et + ne sont pas exceptionnels.

 

Ce qui distingue Antalya est sa très forte pluviométrie hivernale: il ne pleut pas trop souvent (pas plus de 10j avec RR>1mm en décembre ou janvier) mais quand il pleut c'est souvent de façon violente... pas exemple en décembre on compte en moyenne plus de 30mm par jour de pluie notable (>1mm). La topographie engendre une dynamique "cévenole" en automne et hiver, où il n'est pas rare de cumuler plus de 100mm en 24h, le record sur ces 13 dernières années étant de 300.4mm le 9/10/2011 !

 

EDIT 03/05/2014, tableau horaire:

17300_Antalya_B_v7_32.png

 

EDIT 07/12/2014: ajout des roses des vents

17300_Antalya_C_v7_32.png

 

 

Entre les épisodes de déluge l'hiver reste agréable avec un beau temps fréquent et des t° rarement froides. Les périodes de fraicheur sont combinées à une hygrométrie souvent basse lorsque le vent du nord descend du plateau anatolien.

Voici l'hiver 2001-2002, qui malgré son bilan normal montre bien l’irrégularité des précipitations: passé le mois de décembre très arrosé c'est assez sec.

La fraicheur de janvier a été compensée par la douceur de février.

17300_DEC01_FEB02.png

 

 

Voici un exemple de mois d'avril normal, avec un temps souvent très agréable:

17300_APR09.png

 

 

 

L'été est moins monotone que de l'autre coté de la méditerranée (souvenez vous Le caire). La barre des 40°c est en général dépassée 2 ou 3 fois par mois en juillet et aout. L'hygrométrie est parfois forte avec des Td tropicaux (24°c et +) souvent atteints... bref c'est pas vraiment des conditions idéales pour la plage et cependant les Russes ont l'air de raffoler de ces conditions extrêmes pour eux.

17300_JUN_AUG11.png

 

J'ai dis plus haut que le Td variait beaucoup en fonction des brises... en général les heures les + chaudes correspondent au minimum de Td, puis dans l'après midi l'air marin envahi la plaine avec des t° en baisse mais une humidité suffocante. Voici un exemple de variations diurnes pris un peu au hasard durant aout 2004:

17300_AUG04_details.png

 

 

Enfin j'ai choisi un mois extrême qui cumula pas loin d'1 mètre de précipitations: Novembre 2001. 4 épisodes de pluie diluvienne sont responsables de ce mois exceptionnel:

17300_NOV01.png

 

Voici le détail des ces 4 épisodes avec le décodage des synop tri-horaires... je vous laisse vérifier la cohérence des données, c-à-d leur fiabilité, ainsi qu’apprécier la durée et l'intensité des pluies. A 3 reprises on a eu plus de 100mm en 6h:

- 102mm le 29/11 entre 12hTU et 18hTU

- 103mm le 9/11 entre 6hTU et 12hTU

- 102mm le 5/11 entre 12hTu et 18hTU

L'épisode du 24-25/11 est particulièrement intéressant car il montre le passage de la dépression associée avec d'importantes variations de pression, t° et humidité en quelques heures:

17300_NOV01_details.png

 

Voilà c'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Révision complète.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#69. Reykjavik.

Pour Köppen le Cfc est "océanique subpolaire (ou subarctique)", disons donc simplement océanique froid. On retrouve les faibles amplitudes thermiques (diurne ou annuelle) des climats océaniques mais à des niveau de t° plus bas: avec une moyenne proche de 0°c en hiver la neige et le gels sont fréquents, tandis que l'été reste vraiment frais.

On retrouve également les autres traits des climats océaniques: humidité sensible, minimum de RR en mai/juin mais sans sécheresse, nébulosité importante. Comme attendu le mois de mai est le plus ensoleillé, mais curieusement ce sont ensuite octobre et novembre qui présentent les plus fréquentes occurrences de ciel clair.

Enfin les variations de pressions sont fortes durant toute l'année, avec des minimums impressionnants en hiver où il n'est pas rare de descendre sous les 970hPa... nous sommes alors bien en présence du minimum statistique de l'atlantique nord que l'on nomme couramment "dépression d'Islande".

Salut,

Je reviens sur Reykjavik quelques instants... Je complète donc un peu le tableau avec quelques infos de mon cru :

- un climat évidemment très océanique, avec un indice de continentalité de 0.17 (très faible). À titre de comparaison, Brest est à 0.18, et l'île de Valentia (Irlande) à 0.14.

- un climat bien humide, mais sans excès, avec un indice d'humidité estivale (Ihe) de 29 (donc des étés ne présentant aucune possibilité de sécheresse), et un indice d'humidité annuelle (IhA) de 94, donc pas loin du climat per-humide.

- Il y a moins de 3 mois durant lesquels la Tm mensuelle dépasse 10°c, mais il y en a tout de même. Cela signifie qu'on est bien en présence d'un climat subpolaire océanique, et donc le biome naturel est la fôret subpolaire océanique (feuillus). C'est ce à quoi ressemblait la végétation des côtes islandaises avant l'arrivée des Vikings.

Voir ici (post 485, pour les images notamment) :

/topic/57641-les-climats-subtropicaux/page-25?'>http://forums.infoclimat.fr/topic/57641-les-climats-subtropicaux/page-25?

ps : Si le minimum pluvio a lieu en juin, et si l'ensoleillement est le plus élevé en mai, donc un peu avant l'été, cela est dû au fait, à mon avis, que l'Océan est encore un peu trop frais à la fin du printemps, si bien que le phénomène convectif (au niveau de la confrontation entre l'air maritime subtropical et l'air polaire) est quelque peu moindre qu'en plein été.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.