mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

mottoth   

Après le 1er jet d'hier soir j'ai perfectionné ce matin mes nouveau diagrammes ombrothermiques, j'ai mis à jour les fiches de Mineralnye Vody et Astrahan avec mes dernières expérimentations. Dites moi ce que vous en pensez, de mon côté j'en suis plutôt satisfait et je pense garder ce modèle de graph pour les mises à jour suivantes.

NB: le jaune durant les mois secs de Astrahan c'est du photoshop, je ne pense pas que Excel puisse faire celà (quoique... hier je me trompais !).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#114. Semey

 

Une nouvelle mise à jour, ainsi que qu'une nouvelle présentation (v3.51) avec quelques nouveautés.

Semey, anciennement connue sous le nom de Semipalatinsk, est une ville Kazakh de 300 000h situé à peu près à la frontière entre la Sibérie et la steppe. C'est dans cette région qu'ont été testées les premières bombes atomiques sovietiques, c'est une région fascinante à explorer avec Google Earth Viewer pourvu qu'on s’intéresse un peu au sujet.

36177_map0.jpg

 

La station synoptique est bien proche de la ville (2 à 3kms des zones les plus urbanisées) mais malgré tout bien dégagée et peu bétonnée:

36177_map1.jpg

 

Vue vers l'ouest:

36177_map2.jpg

 

36177_Semey_A_v7_33.png

Commençons d'abord par les nouveautés:

1. Les diagrammes ombrothermiques ont trouvé une forme définitive. Il me reste à régler le problème des stations avec de fortes précipitations, afin que cela ne prenne pas 3 pages en hauteur... malheureusement pas moyen avec les graphiques d'Excel de réduire les échelles à partir d'un certain seuil, je bidouillerai donc sous photoshop. Ici pas de pb vu que c'est un climat peu arrosé.

2. Les 3 dernières lignes du tableau récapitulatif ont été complétement remaniées:

- les données qui y figuraient ont été regroupées sur les 2 premières lignes (enneigement continu, période végétative rebaptisée "période hors gel", et les divers records qui ne trouvent pas leur place plus haut).

- la 3e ligne contient maintenant les extrêmes annuels médians pour la t° et les RR (repère B): par exemple la tnn médiane (atteinte ou dépassée une année sur 2) est de -39.3°c à Semey, sur la période 2000-2013. Ce sont les extrêmes que l'on peut attendre sur une année normale, bien que le concept "d'année normale" restera à jamais théorique en météorologie:

Nouveautes_v3_51.png

- une dernière petite modif (repère A): Ici se trouve maintenant la couche de neige médiane maximale enregistrée au cours de l'hiver... bon ici les 29cms coïncident avec la fin février, mais pour d'autre stations où la couche de neige est par exemple maximale à mi-mars on trouvera ici cette valeur max, supérieure à celles de fin-février et de fin-mars qui figurent dans le tableau mensuel.

 

Parlons maintenant de Semey:

Si l'on se trouve encore dans les climat continentaux d'après Köppen, les RR sont quand mêmes plutôt faible et le maximum estival peu marqué... à tel point que la fin de l'été est sèche. L'Irtysh, qui coule 4kms plus au sud, semble être la frontière naturelle entre la Sibérie au nord et la steppe au sud, où l'on ne trouve plus de larges espaces verts.

Bien qu'on l'on soit sur le 50e parallèle, on retrouve encore très nettement la dynamique des climats d'Asie Centrale, avec en fin d'été/début d'automne une période particulièrement peu perturbée: minimum de RR, minimum de vent moyen, minimum de nébulosité.

Remarquez le fort ensoleillement annuel (presque 2700h): je ne pense pas qu'à cette latitude on puisse trouver bien mieux.

 

EDIT 16/12/2014: ajout des tableaux horaires et des roses des vents

36177_Semey_B_v7_33.png

 

36177_Semey_C_v7_33.png

 

 

Vu que les saisons sont très marquées j'ai décidé de toutes les montrer.

On commence donc avec l'hiver 2008-2009:

- un mois de décembre normal, sans grand froid

- un mois de janvier un peu doux

- un mois de février plutôt froid, avec la tnn de l'hiver : un respectable -38.9°c, qui approche à merveille la valeur médiane présentée plus haut.

Les types de temps sont très contrastés, c'est un trait qui perdure toute l'année et que l'on avait déjà vu à Omsk, 700kms au nord-ouest.

36177_DEC08_FEB09.png

 

 

On garde la même année pour le printemps: 2009.

- mars est inférieur aux normales, l'enneigement se termine d'ailleurs 5 jours plus tard que d'habitude, mais on y retrouve cependant les premières douceurs habituelle en fin de mois (3 tx proches de 10°c).

- avril est archi-normal, sans exces notable... en fait ce bilan très très neutre s'explique par un début de mois plutôt doux et une fin de mois plutôt fraiche.

- mai, malgré ses excès, est normal lui aussi: à cette époque de l'année les premiers 30°c côtoient presque toujours les dernières gelées, et parfois les précèdent, comme ici.

36177_MAR_MAY09.png

 

 

Eté 2004: 3 mois très proches des normales de t°. Par contre le régime de RR fut inversé entre juillet et aout... il faut surtout retenir la brièveté des précipitations. Les temps reste bien variable, et si la forte chaleur est fréquente les coup de frais restent possible au coeur de l'été. Occasionnellement la poussière s'invite lorsque le vent souffle trop fort, signe que le domaine de la steppe n'est pas loin.

36177_JUN_AUG04.png

 

 

Automne 2007: même si l'automne est plus calme que le printemps les changements de temps restent impressionnants.

Il peut encore faire très chaud début septembre (38°c le 3/09/2007 !), puis les premières gelées arrivent autour du 20/09 (le 16 cette année).

En octobre les premières neiges au sols suivent d'assez près les dernières belles journées, puis en novembre l'hiver s'installe habituellement en milieu de mois... ici l'enneigement continu débute avec 10 jours de retard le 29, malgré un beau coup de froid en 2e décade.

36177_SEP_NOV07.png

 

 

BONUS (rajouté le 15/09/2016): la juxtaposition des 2 mois de décembre les plus extrêmes depuis 2000:

- Décembre 2015: grande douceur, anomalies de +9.8°c sur les tn et +6.9°c sur les tx. Avec quand même 3 tn positives !

- Décembre 2012: une vague de froid prolongée et extrêmement sévère en milieu de mois. Anomalie de -10.4°c sur les tn et -10.4°c sur les tx.

36177_DEC15_DEC12.png

De tels mois avec environ -10°c d'anomalie ne sont pas si rares, depuis 2000 il y a eu aussi janvier 2011, février 2010 ou février 2012.

 

Voilà, c'est tout. Comme d'hab je me suis donné beaucoup de boulot en changeant encore une fois la présentation. Ma priorité reste à l'ajout des valeurs de vent moyen, donc ça suis son court tranquillement. J'ai le temps de toute façon: je compte bien pousser l'expérience le plus loin possible avec ce panel de stations qui s’étoffe lentement, et si les synops restent disponibles facilement à l'avenir grâce à des sites comme Ogimet et bien il me reste 15 bonnes années de boulot pour arriver à des normales trentenaires !

 

Modifié par mottoth
Remise à jour.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau climat. smile.png Côté records de froid, c'est très comparable à ici : parfois un peu plus froid, parfois un peu moins. Les moyennes de décembre à février sont un peu plus froides qu'ici (surtout en Tx), mais les Tn sont assez proches. Mars est moins froid qu'ici, et novembre est à peu près pareil.

Bien sûr, l'été - ou saison chaude - est bien plus chaud et bien plus sec. Ça, je leur envie...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Très beau climat. smile.png Côté records de froid, c'est très comparable à ici : parfois un peu plus froid, parfois un peu moins. Les moyennes de décembre à février sont un peu plus froides qu'ici (surtout en Tx), mais les Tn sont assez proches. Mars est moins froid qu'ici, et novembre est à peu près pareil.

Bien sûr, l'été - ou saison chaude - est bien plus chaud et bien plus sec. Ça, je leur envie...

Mais il est horrible ce climat, c'est un vrai congélateur l'hiver est l'été est beaucoup trop chaud. J'ai du mal avec les climats continentaux mais celui-ci est particulièrement insupportable!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Mais il est horrible ce climat, c'est un vrai congélateur l'hiver est l'été est beaucoup trop chaud. J'ai du mal avec les climats continentaux mais celui-ci est particulièrement insupportable!

Horrible ou très beau, les goûts et les couleurs ça se discute à l'infinithumbup.gif

Sinon, plusieurs remarques sur cette fiche climatique de Semey, tout aussi passionnante que les autres :

- mottoth l'a déjà dit mais je pense qu'il faut insister, l'ensoleillement est extraordinaire pour la latitude, c'est quasiment l'ensoleillement de Marseille à la latitude d'Abbeville. En Europe occidentale, dans la plupart des cas, à cette latitude c'est juste un peu plus de la moitié de ce chiffre !

- Le vent est très faible, si en hiver le froid est certes très intense la sensation ne doit pas beaucoup être aggravée par le vent, mais c'est vrai qu'il il doit falloir de bons vêtements quand même ! Pas question de sortir en oubliant les gants, le bonnet, l'écharpe et tout et tout !

- La période de Tm > 15°C est de 4 mois, je vais encore revenir à l'Europe occidentale mais une telle longueur ne doit pas exister beaucoup en Europe à cette latitude.

- Cette période douce est aussi une période d'humidité faible, en étant assortie d'un excellent ensoleillement, il doit s'agir d'une chaleur bien agréable, bien loin de la chaleur moite des climats de moussons et apparentés des façades orientales ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fantomon   

A Montsouris on a Tm > 15°C de Juin à Septembre (Mai dans les nouvelles normes 81/2010) ça fait 4 voire 5 mois.

Rien que ça, c'est que Paris lol.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Je rejoins le camps de ceux qui trouvent ce climat pénible... franchement les plages de confort thermique ne sont pas longues, car si non seulement les saisons sont courtes on a en plus une amplitude thermique souvent forte, ce qui fait que même les journées agréables commencent souvent dans la froidure.

- Le vent est très faible, si en hiver le froid est certes très intense la sensation ne doit pas beaucoup être aggravée par le vent, mais c'est vrai qu'il il doit falloir de bons vêtements quand même ! Pas question de sortir en oubliant les gants, le bonnet, l'écharpe et tout et tout !

- Cette période douce est aussi une période d'humidité faible, en étant assortie d'un excellent ensoleillement, il doit s'agir d'une chaleur bien agréable, bien loin de la chaleur moite des climats de moussons et apparentés des façades orientales ...

Pour le vent je tiens à nuancer... certe ce n'est pas un climat très venté, et les données de Omsk viennent confirmer ce fait (les 2 stations bénéficient apparemment d'une bonne implantation avec une ouverture au vent satisfaisante). Mais certains changement de temps sont franchement ventés, ce qui se traduit en hiver par de la poudrerie et en été par de la poussière... 2 phénomènes qui renforcent le côté pénible de ce climat. Je t'invite à aller voir les valeurs de vents de /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__2199890'>Verkhoïansk, ça c'est un climat vraiment peu venté où la saison des froids extrêmes est parfaitement calme.

Sinon l'hygrométrie est assez faible mais au final assez comparable à ce que l'on peux retrouver en Europe, où du moins dans ma région Lyonnaise où l'on tourne en moyenne aussi autour de 60% d'HR en juillet, avec des pointes de Td similaires (95-centile de 17.7°c à Semey, 17.9°c à Lyon).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#113. Mineralnye Vody

La difficulté de choisir entre ces 2 tiroirs d'une classif déjà imparfaite montre bien le caractère hybride de ce climat, qui a clairement une continentalité importante mais montre un relatif minimum pluviométrique estival après le maximum de printemps. Comme à Astrahan, on se situe bien ici aussi au carrefour d'un paquet d'influences qui se succèdent au cours de l'année: flux d'ouest tempéré et humide, vague de froid sibériennes, chaleur sèche d'Asie Centrale...

Salut à tous,

Effectivement, le climat de Mineralnye Vody dépend de plusieurs influences, que tu as bien décrites ci-dessus.

S'agissant de ce que tu nommes "chaleur sèche d'Asie centrale", je parlerais plutôt de l'influence de la subsidence due à la présence de la cellule anticyclonique subtropicale régnant en altitude sur les régions d'Asie centrale méridionale en été.

Alors en effet, cette subsidence vient réduire de façon assez sensible la lame de précipitations durant la période s'étendant de juillet à septembre inclus. Si cette influence de la cellule anticyclonique subtropicale n'existait pas, le régime pluviométrique aurait l'apparence suivante :

642947Image4.jpg

les mois de sécheresse écologique ne sont pas rares en été
Effectivement, bien que l'indice hydrique estival atteigne +11, c'est à dire bien que les été soient relativement humides en moyenne, il se peut en effet que des périodes de sécheresse écologique surviennent de temps à autre (Je considère qu'il faille atteindre Ihe = 30 pour que la sécheresse écologique ne puisse pas avoir lieu).

Quant à l'indice hydrique annuel (IhA), celui vaut 44. Autrement dit, j'en déduis que le climat est associé à une végétation subhumide, presque humide. On est donc en plein dans le domaine de la forêt tempérée caducifoliée (les températures estivales étant bien trop élevées pour une quelconque présence de conifères), bien que celle-ci ait été presque complètement défrichée pour l'agriculture.

L'indice de continentalité atteint 0.50 : le climat est donc nettement continental, mais sans l'être excessivement non plus.

L'indice de subtropicalité ne vaut que 3140, autrement dit, on est ici très loin d'atteindre le seuil subtropical (11000).

Bref, un climat tempéré continental à étés chauds modérément humide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#114. Semey

Semey, anciennement connue sous le nom de Semipalatinsk, est une ville Kazakh de 300 000h situé à peu près à la frontière entre la Sibérie et la steppe.

Si l'on se trouve encore dans les climat continentaux d'après Köppen, les RR sont quand mêmes plutôt faible et le maximum estival peu marqué... à tel point que la fin de l'été est sèche. L'Irtysh, qui coule 4kms plus au sud, semble être la frontière naturelle entre la Sibérie au nord et la steppe au sud, où l'on ne trouve plus de larges espaces verts.

Bien qu'on l'on soit sur le 50e parallèle, on retrouve encore très nettement la dynamique des climats d'Asie Centrale, avec en fin d'été/début d'automne une période particulièrement peu perturbée: minimum de RR, minimum de vent moyen, minimum de nébulosité.

Remarquez le fort ensoleillement annuel (presque 2700h): je ne pense pas qu'à cette latitude on puisse trouver bien mieux.

Ils sont très bien, cette fois, tes diagrammes ombrothermiques ! smile.png

Je viens de calculer (pour ceux que ça intéresse) les indices hydriques estival et annuel de cette ville. L'été est effectivement assez sec, puisque Ihe ne vaut que -5.

Quant à l'indice annuel (IhA), celui-ci dépasse de peu la limite xérophile (0), avec +8, ce qui signifie qu'on a affaire à un climat presque sec, donc presque steppique (on est en "subxérique").

Les précipitations sont donc tout de même tout juste suffisantes pour la forêt (cette dernière - bien que fragile et vulnérable - ayant été assez largement défrichée pour des besoins agricoles).

Je te rejoins donc tout à fait pour dire que l'Irtysh constitue très probablement la frontière entre la forêt caducifoliée de Sibérie méridionale et la steppe.

L'indice de continentalité (Ic) atteint ici 0.63, ce qui est une valeur déjà élevée.

L'hiver est très froid, mais les températures estivales (pas loin des 22°C en juillet) empêchent toute appartenance au milieu subarctique (la forêt boréale est donc impossible ici).

Je parlerais donc d'un climat tempéré continental marqué à été doux et à influences steppique et arctique. Mais il me faudrait simplifier cette appellation...

nb :

zone continentale : précipitations de la période "lumineuse" (avril à septembre inclus) > précipitations de la période "sombre" (octobre à mars inclus), et Ic > 0.30.

- semi-continental : 0.30 < Ic < 0.45

- continental : 0.45 < Ic < 0.60

- continental marqué : 0.60 < Ic < 0.75

- hypercontinental : Ic > 0.75

Si P"sombres" > P"lumineuses" et Ic > 0.50, alors le climat est dit "à influence continentale" ou "subcontinental".

"à été frais" : Tjuillet < 18°C

"à été doux" : 18°C < Tjuillet < 22°C

"à été chaud" : Tjuillet > 22°C

Un climat continental "à été frais" peut être subarctique si moins de 4 mois avec T>10°C

Un climat continental "à été chaud" peut être subtropical si l'indice de subtropicalité > 11000.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Ils sont très bien, cette fois, tes diagrammes ombrothermiques ! smile.png

Juste une petite remarque sur les diagrammes: comme prévu cela deviens délicat pour les stations avec de fortes précipitations... voyez comment j'ai du procéder pour /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1570888'>Vladivostok. Et encore, je ne me suis pas encore frotté aux climat tropicaux avec des lames d'eau mensuelles de 400, 500mm ou +...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fantomon   

Oui pas mal, sinon j'adore tes tableaux, tu pourrais rajouter des records plus anciens issus de mon site?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Je rejoins le camps de ceux qui trouvent ce climat pénible... franchement les plages de confort thermique ne sont pas longues, car si non seulement les saisons sont courtes on a en plus une amplitude thermique souvent forte, ce qui fait que même les journées agréables commencent souvent dans la froidure.

Pour le vent je tiens à nuancer... certe ce n'est pas un climat très venté, et les données de Omsk viennent confirmer ce fait (les 2 stations bénéficient apparemment d'une bonne implantation avec une ouverture au vent satisfaisante). Mais certains changement de temps sont franchement ventés, ce qui se traduit en hiver par de la poudrerie et en été par de la poussière... 2 phénomènes qui renforcent le côté pénible de ce climat. Je t'invite à aller voir les valeurs de vents de /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__2199890'>Verkhoïansk, ça c'est un climat vraiment peu venté où la saison des froids extrêmes est parfaitement calme.

Sinon l'hygrométrie est assez faible mais au final assez comparable à ce que l'on peux retrouver en Europe, où du moins dans ma région Lyonnaise où l'on tourne en moyenne aussi autour de 60% d'HR en juillet, avec des pointes de Td similaires (95-centile de 17.7°c à Semey, 17.9°c à Lyon).

Oui, c'est vrai, le climat de Semey n'est pas si calme, et avec ces températures, ce doit plutôt être pénible en hiver ...

Ils sont très bien, cette fois, tes diagrammes ombrothermiques ! smile.png

Je viens de calculer (pour ceux que ça intéresse) les indices hydriques estival et annuel de cette ville. L'été est effectivement assez sec, puisque Ihe ne vaut que -5.

Quant à l'indice annuel (IhA), celui-ci dépasse de peu la limite xérophile (0), avec +8, ce qui signifie qu'on a affaire à un climat presque sec, donc presque steppique (on est en "subxérique").

Les précipitations sont donc tout de même tout juste suffisantes pour la forêt (cette dernière - bien que fragile et vulnérable - ayant été assez largement défrichée pour des besoins agricoles).

Je te rejoins donc tout à fait pour dire que l'Irtysh constitue très probablement la frontière entre la forêt caducifoliée de Sibérie méridionale et la steppe.

L'indice de continentalité (Ic) atteint ici 0.63, ce qui est une valeur déjà élevée.

L'hiver est très froid, mais les températures estivales (pas loin des 22°C en juillet) empêchent toute appartenance au milieu subarctique (la forêt boréale est donc impossible ici).

Je parlerais donc d'un climat tempéré continental marqué à été doux et à influences steppique et arctique. Mais il me faudrait simplifier cette appellation...

nb :

zone continentale : précipitations de la période "lumineuse" (avril à septembre inclus) > précipitations de la période "sombre" (octobre à mars inclus), et Ic > 0.30.

- semi-continental : 0.30 < Ic < 0.45

- continental : 0.45 < Ic < 0.60

- continental marqué : 0.60 < Ic < 0.75

- hypercontinental : Ic > 0.75

Si P"sombres" > P"lumineuses" et Ic > 0.50, alors le climat est dit "à influence continentale" ou "subcontinental".

"à été frais" : Tjuillet < 18°C

"à été doux" : 18°C < Tjuillet < 22°C

"à été chaud" : Tjuillet > 22°C

Un climat continental "à été frais" peut être subarctique si moins de 4 mois avec T>10°C

Un climat continental "à été chaud" peut être subtropical si l'indice de subtropicalité > 11000.

Bonsoir Dann

Intéressant, et comment tu classerais un climat avec un Ic à 0,37 et pour lequel P"sombres" > P"lumineuses" (climat que je connais bien puisque c'est celui de l'endroit où j'habite ) ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Intéressant, et comment tu classerais un climat avec un Ic à 0,37 et pour lequel P"sombres" > P"lumineuses" (climat que je connais bien puisque c'est celui de l'endroit où j'habite ) ?

Oui, tu as raison Yves, de pointer du doigt cette faille dans mon raisonnement (que j'ai fait très rapidement, je dois le dire).

En fait, pour ton climat (Grenoble, donc), je parlerais d'un climat tempéré semi-continental à été doux et à influence montagnarde maritime. Je sais, c'est un peu long...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Oui, tu as raison Yves, de pointer du doigt cette faille dans mon raisonnement (que j'ai fait très rapidement, je dois le dire).

En fait, pour ton climat (Grenoble, donc), je parlerais d'un climat tempéré semi-continental à été doux et à influence montagnarde maritime. Je sais, c'est un peu long...

Bonjour Dann

Faille, je ne sais pas, tu parlais surtout des climats sibériens, tu étais dans cette logique et non dans celle des climats d'Europe occidentale. Ton appellation me parait assez correcte quoiqu'un peu longue ... Pourquoi mentionner l'été doux, ça enlèverait déjà trois mots ?

Sinon, pour Semey, "tempéré continental marqué à été doux et à influences steppique et arctique", je ferai la même remarque concernant l'été. De plus, je ne comprends pas bien le qualificatif "arctique".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Oui, tu as raison Yves, de pointer du doigt cette faille dans mon raisonnement (que j'ai fait très rapidement, je dois le dire).

En fait, pour ton climat (Grenoble, donc), je parlerais d'un climat tempéré semi-continental à été doux et à influence montagnarde maritime. Je sais, c'est un peu long...

Moi j'y vois aucune faille, le climat de Grenoble est avant tout océanique... dégradé certes mais bel et bien océanique.

Oui pas mal, sinon j'adore tes tableaux, tu pourrais rajouter des records plus anciens issus de mon site?

Non car je préfère garder la maitrise totale des données pour assurer leurs cohérence. Si j'intègre des données externes je ne pourrais plus vérifier les choses suivantes:

- emplacement et environnement de la station, avec surtout ses éventuels déménagements (l'imagerie Google Earth de qualité ne remonte jamais avant 2000).

- heure des relevés... dans beaucoup de bases de données (genre GSOD mais aussi probablement GHCN) je suspecte que toutes les valeurs quotidiennes (tn/tx/RR...) soient déterminées systématiquement à 0hTU sans tenir compte de la longitude. C'est pas dommageable pour trouver une tnn ou une txx, mais c'est beaucoup plus délicat pour les txn ou tnx.

- qualité des relevés: les bases de données trouvables sur le web contiennent toujours des erreurs malgré les QC. Il est facile d'écarter une valeur suspecte mais plausible en analysant les synops de la journée concernée, mais pour ce qui date d'avant 2000 c'est malheuresement impossible car je ne connais pas de base de donnée de synop qui remonte au delà de fin 1999.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Moi j'y vois aucune faille, le climat de Grenoble est avant tout océanique... dégradé certes mais bel et bien océanique.

Bonjour mottoth

"océanique dégradé", "semi-océanique", semi-continental" je pense qu'il s'agit bel et bien d'un concept analogue surtout pour les deux dernières appellations, c'est l'histoire de la bouteille "à moitié vide" et "à moitié pleine".

Par contre, je n'aime pas bien "océanique dégradé" car "dégradé" induit une échelle de valeur dans les climats ce qui est absurde à mon avis.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Bonjour mottoth

"océanique dégradé", "semi-océanique", semi-continental" je pense qu'il s'agit bel et bien d'un concept analogue surtout pour les deux dernières appellations, c'est l'histoire de la bouteille "à moitié vide" et "à moitié pleine".

Par contre, je n'aime pas bien "océanique dégradé" car "dégradé" induit une échelle de valeur dans les climats ce qui est absurde à mon avis.

"Dégradé" n'est pas dégradant... par là je veux dire que ce n'est pas un océanique pur, c'est un climat océanique qui subit des influences continentales. J'utilise souvent le terme "hybride" pour décrire un climat vraiment à cheval entre 2 influences distinctes, comme par exemple tous ces climats d'asie centrale dont Semey est le dernier exemple. Grenoble n'a pas un climat "hybride" océanique/continental car il reste nettement plus océanique que continental, mais il n'est pas non plus ce climat 100% océanique que l'on retrouve en Bretagne ou en Irlande. C'est donc un océanique dégradé, à moins que tu trouves un terme plus joli. Cela ne veut pas dire qu'il est "moins bien" que le climat océanique pur... ce qui serait en effet absurde, tout le monde sait bien que le climat du centre-est est le meilleur au monde !!! 191769.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

"Dégradé" n'est pas dégradant... par là je veux dire que ce n'est pas un océanique pur, c'est un climat océanique qui subit des influences continentales. J'utilise souvent le terme "hybride" pour décrire un climat vraiment à cheval entre 2 influences distinctes, comme par exemple tous ces climats d'asie centrale dont Semey est le dernier exemple. Grenoble n'a pas un climat "hybride" océanique/continental car il reste nettement plus océanique que continental, mais il n'est pas non plus ce climat 100% océanique que l'on retrouve en Bretagne ou en Irlande. C'est donc un océanique dégradé, à moins que tu trouves un terme plus joli. Cela ne veut pas dire qu'il est "moins bien" que le climat océanique pur... ce qui serait en effet absurde, tout le monde sait bien que le climat du centre-est est le meilleur au monde ! 191769.gif

Oui, bien entendu !!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Moi j'y vois aucune faille, le climat de Grenoble est avant tout océanique... dégradé certes mais bel et bien océanique.

Non car je préfère garder la maitrise totale des données pour assurer leurs cohérence. Si j'intègre des données externes je ne pourrais plus vérifier les choses suivantes:

- emplacement et environnement de la station, avec surtout ses éventuels déménagements (l'imagerie Google Earth de qualité ne remonte jamais avant 2000).

- heure des relevés... dans beaucoup de bases de données (genre GSOD mais aussi probablement GHCN) je suspecte que toutes les valeurs quotidiennes (tn/tx/RR...) soient déterminées systématiquement à 0hTU sans tenir compte de la longitude. C'est pas dommageable pour trouver une tnn ou une txx, mais c'est beaucoup plus délicat pour les txn ou tnx.

- qualité des relevés: les bases de données trouvables sur le web contiennent toujours des erreurs malgré les QC. Il est facile d'écarter une valeur suspecte mais plausible en analysant les synops de la journée concernée, mais pour ce qui date d'avant 2000 c'est malheuresement impossible car je ne connais pas de base de donnée de synop qui remonte au delà de fin 1999.

Oui effectivement le climat de Grenoble est semi-continental, on a donc une influence océanique bien présente comme en Alsace ou a Toulouse mais ce n'est pas non plus la Bretagne ou la Normandie et encore moins l'Irlande. Par rapport a la cote Est des USA typiquement continental y compris en Louisiane, il y a une sacré différence effectivement. Le climat continental est globalement présent a partir de Moscou en Europe ou il commence a vraiment faire froid l'hiver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Le climat continental est globalement présent a partir de Moscou en Europe ou il commence a vraiment faire froid l'hiver.

Je suis plutôt d'accord avec ça... c'est une notion assez empirique, j'en conviens, mais pour moi le vrai climat continental suppose du froid hivernal suffisant pour pouvoir donner un enneigement continu. Ce qui fait qu'en Europe la limite du climat continental passe quelque part au Belarus:

- il m'a été impossible de discerner une période d'enneigement continu à Varsovie: la neige y est fréquente en hiver, mais de nombreux hivers connaissent des redoux océaniques trop prononcés qui font disparaitre à plusieurs reprises la neige au sol. Donc malgré le régime de RR typiquement continental ce climat n'est pas vraiment continental, les influences océaniques modératrices sont encore trop présentes.

- en revanche à Moscou la période d'enneigement continu dure 4 longs mois, ce climat est sans conteste continental.

Je ferais la fiche de Minsk prochainement afin de préciser un peu cette limite (j'ai aussi Kiev en tête).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Moi j'y vois aucune faille, le climat de Grenoble est avant tout océanique... dégradé certes mais bel et bien océanique.

(...) c'est un climat océanique qui subit des influences continentales.

(...) Grenoble n'a pas un climat "hybride" océanique/continental car il reste nettement plus océanique que continental

Alors pour le coup, je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur ce point, Mottoth !

Pour commencer, ta phrase qui me choque le plus est « c'est un climat océanique qui subit des influences continentales »... personnellement, je pense précisément le contraire.

Car lorsqu'on parle d'influences, on parle bien d'éléments extérieurs. En fait, Grenoble se situe précisément dans une zone déjà bien continentale : loin des côtes, et même dans une position enclavée dans les reliefs. Si les masses d'air ne provenaient pas fréquemment de l'Atlantique (voire parfois de Méditerranée), l'interaction sol-atmosphère y serait complètement continentale.

Bref, on a bien une configuration continentale intrinsèque initiale, mais qui subit effectivement de fortes influences océaniques.

Le caractère continental s'affirme par la présence de nombreuses pluies estivales convectives (nombreux orages, et une grande lame de précipitations en période lumineuse dues à la convection thermique), mais également par un assez grand nombre de journées hivernales avec inversion thermique (brouillard "froid" en basses couches, même assez fréquemment givrant). Ces traits sont typiquement continentaux.

Si les précipitations hivernales restent copieuses, c'est surtout à cause du soulèvement orographique - je ne t'apprends rien - qui vient amplifier voire exacerber les précipitations d'origine atlantique qui seraient moindres sans le relief. Par ailleurs, l'indice de continentalité (ou plus simplement l'amplitude thermique annuelle) est tout de même relativement élevé (presque autant qu'à Minsk - 0.37 contre 0.39 - !).

Le climat n'est pas uniquement le résultat de la provenance des masses d'air. Sa physionomie globale dépend aussi (je dirais même d'abord) de la nature du sol et de sa situation géographique.

Par ailleurs, et ce comme dans toute la partie centre-est et nord-est de la France, la végétation potentielle naturelle présente à Grenoble est dite de type subcontinental (Ozenda et Lucas, 1986), plus précisément dans la série "chênaie pubescente avec charme" (le charme étant l'essence continentale prédominante dans les zones à étés doux, sinon, c'est le hêtre).

Alors étant donné que la physionomie climatique de Grenoble et la végétation qui en découle sont prioritairement d'essence continentale, il m'est impossible de ne pas considérer que le climat de cette ville est d'abord continental, malgré une influence atmosphérique maritime certes marquée.

On a donc bien à faire, selon moi, à un climat semi-continental à influences maritimes.

Le climat continental est globalement présent a partir de Moscou en Europe ou il commence a vraiment faire froid l'hiver.

Je suis plutôt d'accord avec ça... c'est une notion assez empirique, j'en conviens, mais pour moi le vrai climat continental suppose du froid hivernal suffisant pour pouvoir donner un enneigement continu. Ce qui fait qu'en Europe la limite du climat continental passe quelque part au Belarus:

- il m'a été impossible de discerner une période d'enneigement continu à Varsovie: la neige y est fréquente en hiver, mais de nombreux hivers connaissent des redoux océaniques trop prononcés qui font disparaitre à plusieurs reprises la neige au sol. Donc malgré le régime de RR typiquement continental ce climat n'est pas vraiment continental, les influences océaniques modératrices sont encore trop présentes.

Ces postulats et ces affirmations me paraissent bien trop arbitraires ! Je conçois tout à fait qu'on puisse vouloir définir le seuil de la continentalité de cette façon, mais je n'y adhère pas du tout.

Car ces éléments ne peuvent pas du tout se généraliser : de cette façon, vous excluez même la région de New York du climat continental, et même plus au nord ! Ce qui n'a pas de sens... vous excluez donc quasiment tout le centre des Etats-Unis. Entre autres...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Alors pour le coup, je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur ce point, Mottoth !

Pour commencer, ta phrase qui me choque le plus est « c'est un climat océanique qui subit des influences continentales »... personnellement, je pense précisément le contraire.

Car lorsqu'on parle d'influences, on parle bien d'éléments extérieurs. En fait, Grenoble se situe précisément dans une zone déjà bien continentale : loin des côtes, et même dans une position enclavée dans les reliefs. Si les masses d'air ne provenaient pas fréquemment de l'Atlantique (voire parfois de Méditerranée), l'interaction sol-atmosphère y serait complètement continentale.

Bref, on a bien une configuration continentale intrinsèque initiale, mais qui subit effectivement de fortes influences océaniques.

Le caractère continental s'affirme par la présence de nombreuses pluies estivales convectives (nombreux orages, et une grande lame de précipitations en période lumineuse dues à la convection thermique), mais également par un assez grand nombre de journées hivernales avec inversion thermique (brouillard "froid" en basses couches, même assez fréquemment givrant). Ces traits sont typiquement continentaux.

Si les précipitations hivernales restent copieuses, c'est surtout à cause du soulèvement orographique - je ne t'apprends rien - qui vient amplifier voire exacerber les précipitations d'origine atlantique qui seraient moindres sans le relief. Par ailleurs, l'indice de continentalité (ou plus simplement l'amplitude thermique annuelle) est tout de même relativement élevé (presque autant qu'à Minsk - 0.37 contre 0.39 - !).

Le climat n'est pas uniquement le résultat de la provenance des masses d'air. Sa physionomie globale dépend aussi (je dirais même d'abord) de la nature du sol et de sa situation géographique.

Par ailleurs, et ce comme dans toute la partie centre-est et nord-est de la France, la végétation potentielle naturelle présente à Grenoble est dite de type subcontinental (Ozenda et Lucas, 1986), plus précisément dans la série "chênaie pubescente avec charme" (le charme étant l'essence continentale prédominante dans les zones à étés doux, sinon, c'est le hêtre).

Alors étant donné que la physionomie climatique de Grenoble et la végétation qui en découle sont prioritairement d'essence continentale, il m'est impossible de ne pas considérer que le climat de cette ville est d'abord continental, malgré une influence atmosphérique maritime certes marquée.

On a donc bien à faire, selon moi, à un climat semi-continental à influences maritimes.

Ces postulats et ces affirmations me paraissent bien trop arbitraires ! Je conçois tout à fait qu'on puisse vouloir définir le seuil de la continentalité de cette façon, mais je n'y adhère pas du tout.

Car ces éléments ne peuvent pas du tout se généraliser : de cette façon, vous excluez même la région de New York du climat continental, et même plus au nord ! Ce qui n'a pas de sens... vous excluez donc quasiment tout le centre des Etats-Unis. Entre autres...

Bonjour Dann, bonjour à tousC'est bien tout le problème de la délimitation des climats en Europe dont nous avons déjà longuement discuté....

Et comme tu l'as déjà remarqué, je ne suis pas bien d'accord avec ton point de vue :

Si tu fais commencer le climat continental là où l'influence du substrat continental est prédominante, tu peux dire qu'à 40 ou 50 km du trait de cote (en gros là ou la brise de mer ne se fait plus sentir) nous nous trouvons en climat continental, Rouen, Rennes, Nantes ou Bordeaux seraient alors continentales. C'est tellement vrai que l'amplitude diurne à cette distance de l'océan est quasiment la même que celle qu'on mesure à des centaines de km du littoral, compare cette amplitude à Rouen et à Metz pour rester en gros à la même latitude et tu verras que c'est quasiment la même. Ces villes situées à environ 80 km du littoral ont néanmoins un climat semi-océanique car les vents dominants proviennent de l'océan, nettement plus proche qu'à Grenoble certes et sans écran montagneux mais c'est une configuration bien ressemblante..

Quant aux pluies d'été, même à Grenoble, non seulement elles sont un peu moins importantes que les pluies hivernales mais elles restent la plupart du temps liées aux perturbations venant de l'ouest avec descente d'air frais à l'arrière. Les pluies uniquement dues à la convection orageuse restent très minoritaires contrairement à ce que tu affirmes, nous ne sommes pas dans la ZCIT, loin de là !!

Pour revenir enfin à la définition du climat de Grenoble, c'est un mélange d'influences océaniques, continentales et montagnarde. Montagnard pour le volume et le régime de précipitations mais pas seulement, en diminuant et en canalisant les vents, ces montagnes augmentent l'amplitude annuelle et diurne, elles agissent aussi sur la fréquence des brouillards (dont tu parles) moindre en hiver que dans la vallée du Rhône. Dommage que je n'ai pas les statistiques 1971-2000 de Saint Martin d'Hères sur ce point mais ce serait surement intéressant. Soit dit en passant, la station MF de Saint-Geoirs ne reflète pas grand chose de tous ces points, sur bien des points son climat est plus "rhodanien" que celui d'une vallée alpine.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Fantomon   

Les 19,5°C d'amplitude max en France sont un symbole, on n'a pas les 20°C nécessaires, j'ai fait tout le livre de Kessler.

Il n'existe aucun climat réellement continental en France, contrairement à dans le nord est de l'Italie par exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors pour le coup, je ne suis pas du tout d'accord avec toi sur ce point, Mottoth !

Pour commencer, ta phrase qui me choque le plus est « c'est un climat océanique qui subit des influences continentales »... personnellement, je pense précisément le contraire.

Car lorsqu'on parle d'influences, on parle bien d'éléments extérieurs. En fait, Grenoble se situe précisément dans une zone déjà bien continentale : loin des côtes, et même dans une position enclavée dans les reliefs. Si les masses d'air ne provenaient pas fréquemment de l'Atlantique (voire parfois de Méditerranée), l'interaction sol-atmosphère y serait complètement continentale.

Bref, on a bien une configuration continentale intrinsèque initiale, mais qui subit effectivement de fortes influences océaniques.

Le caractère continental s'affirme par la présence de nombreuses pluies estivales convectives (nombreux orages, et une grande lame de précipitations en période lumineuse dues à la convection thermique), mais également par un assez grand nombre de journées hivernales avec inversion thermique (brouillard "froid" en basses couches, même assez fréquemment givrant). Ces traits sont typiquement continentaux.

Si les précipitations hivernales restent copieuses, c'est surtout à cause du soulèvement orographique - je ne t'apprends rien - qui vient amplifier voire exacerber les précipitations d'origine atlantique qui seraient moindres sans le relief. Par ailleurs, l'indice de continentalité (ou plus simplement l'amplitude thermique annuelle) est tout de même relativement élevé (presque autant qu'à Minsk - 0.37 contre 0.39 - !).

Le climat n'est pas uniquement le résultat de la provenance des masses d'air. Sa physionomie globale dépend aussi (je dirais même d'abord) de la nature du sol et de sa situation géographique.

Par ailleurs, et ce comme dans toute la partie centre-est et nord-est de la France, la végétation potentielle naturelle présente à Grenoble est dite de type subcontinental (Ozenda et Lucas, 1986), plus précisément dans la série "chênaie pubescente avec charme" (le charme étant l'essence continentale prédominante dans les zones à étés doux, sinon, c'est le hêtre).

Alors étant donné que la physionomie climatique de Grenoble et la végétation qui en découle sont prioritairement d'essence continentale, il m'est impossible de ne pas considérer que le climat de cette ville est d'abord continental, malgré une influence atmosphérique maritime certes marquée.

On a donc bien à faire, selon moi, à un climat semi-continental à influences maritimes.

Ces postulats et ces affirmations me paraissent bien trop arbitraires ! Je conçois tout à fait qu'on puisse vouloir définir le seuil de la continentalité de cette façon, mais je n'y adhère pas du tout.

Car ces éléments ne peuvent pas du tout se généraliser : de cette façon, vous excluez même la région de New York du climat continental, et même plus au nord ! Ce qui n'a pas de sens... vous excluez donc quasiment tout le centre des Etats-Unis. Entre autres...

Je n'ai jamais dit que le climat de New York n'était pas continental, il l'est complètement au contraire. Le Middle West l'est également et de façon plus accentuée je dirais.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour revenir enfin à la définition du climat de Grenoble, c'est un mélange d'influences océaniques, continentales et montagnarde.

Vous connaissez mieux le 38 que moi on est d'accord.

Maintenant, parler d'un melting pot d'influences ce n'est pas une approche très climatologique.

Beaucoup ont tendance à étudier ce qui est possible pour parler de climat sous forme d'influences. Or, le climat c'est la résultante moyenne, pas l'étendue du possible. Sur notre climat breton (vengeance), il y a des influences continentales à l'est mais la moyenne est un vent d'ouest à 200km de la mer, donc c'est la signature du climat océanique (hyper ou dégradé).

Je dirais plus que Grenoble est un climat de vallée de montagne de la zone tempérée chaude. Pour un français, la zone tempérée chaude est implicite, donc juste un climat de vallée de montagne. Nancy est classé en semi-continental pour un français mais ça reste la zone tempérée (façade ouest des continents avec amplitude moyenne) plutôt chaude.

Mon idée pour le vocabulaire.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne