mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

il y a 29 minutes, mottoth a dit :

Etant donné que sur le web la plupart des sources sont anglophones, et que pour d'autres domaines d'activité je ne raisonne et ne travaille qu'en anglais sur l'ordinateur, j'ai pris l'habitude de mélanger les appellations Françaises et Anglo-saxonnes (le syndrome JC Vandamme !!! :) ), et parfois voire souvent je privilégie ces dernières. Mais, sauf oubli, je mentionne toujours le nom français dans la présentation de la fiche.

 

Et ce n'est pas toujours facile -_-

On a encore du travail...

Voir cette page de la CNT : http://cnig.gouv.fr/?page_id=10578

Dernier fichier (ce reporter au lien ci-dessus à la prochaine MàJ) : http://cnig.gouv.fr/wp-content/uploads/2016/02/CNT-PVM_révisé_2016-01-29.pdf

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Bonjour, cette fois çi le gros travail d'édition et de remise à jour est quasi terminé:

- l'index des fiches est à nouveau completement fonctionnel, toutefois si j'en ai raté une merci de me le signaler.

- toutes les fiches qui méritaient un lifting et une bonne remise à jour on été traitées, à part Los Angeles qui mériterait de nouveaux exemples de saisons.

 

Ce qui veut dire que je vais très prochainement terminer la série Australienne, j'ai commencé à retravailler sur la prochaine fiche (Port Hedland) mais il y a apparemment quelques trucs à corriger pour passer cette fiche de la v7.31 à la v7.33. Donc pas avant demain.

 

Un petit mot sur Pretoria: lorsque j'ai remis à jour cette fiche j'ai été une fois de plus estomaqué par la folie des 12 derniers mois écoulé, très probablement en relation avec le fort épisode de Niño et autres détraquages récents des zones tropicales (la QBO par exemple). Sur la période 2000 - mi-2015 - pas l'une des plus fraiches de la climatologie moderne - la txx de Pretoria plafonnait à 35.2°c, la barre des 35°c ayant été franchie 2 ou 3 fois. Ce record à depuis été battu - pulvérisé même - à plusieurs reprises: 36.1°c le 1/11/2015, puis 36.6°c le 10/11, 37.0°c le 11/11, 37.6°c le 6/01 et enfin 38.7°c le 7/01 !!! Avec notamment une autre valeur de 36.4°c en décembre, l'ancien record à été dépassé 8 fois durant la saison chaude 2015-2016.

Entre aout 2015 et avril 2016 chaque mois a été le plus chaud de ma période d'étude, avec parfois des anomalies énormes (+3.8°c en octobre, +4.0°c en décembre). 7 mois ont battu leur txx (aout 2015, octobre 2015, novembre 2015, décembre 2015, janvier 2016, février 2016, et avril 2016), et 10 mois ont battu leurs record de tnx (tous sauf mai et juin).

J'ai bien sur pensé à un déménagement de la station vers une zone plus basse, mais les autres paramètres montrent une continuité parfaites avec les années précédentes, notamment celui du vent moyen (très sensible à toute modification de l'environnement ou de l'emplacement d'une station) et surtout celui de la pression au niveau de la station dont la valeur moyenne demeure absolument inchangée.

Donc Pretoria vient apparemment de connaitre une longue période à priori absolument exceptionnelle.

Modifié par mottoth
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#260. Port Hedland

 

Suite (et bientôt fin) de ce tour de l'Australie, en progressant encore dans l'ouest. Port Hedland compte environ 14000h, et est à 460kms de Broome et 1470kms de Darwin.

94312_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport, à 8kms de la ville et de l'océan. Pas de relief notable aux environs.

94312_map1.jpg

 

94312_Port_Hedland_A_v7_33.png

 

Au fur et à mesure que l'on progresse vers l'ouest le climat s'assèche ici. On garde un régime avant tout tropical, avec un maximum de RR pendant la saison chaude et une alternance d'alizés, mais:

- la saison des pluies est vraiment chiche, si bien que l'on passe sous le seuil d'aridité de Köppen. Elle est de plus très irrégulière et certaines années restent sèche - on le verra dans des exemples plus bas.

- un maximum secondaire commence à poindre autour de juin, il est d'origine tempéré: se sont des pluies qui se produisent en marge de l'hiver océanique que l'on trouve sur la côte est et que l'on avait décrit à Perth.

On glisse donc vers la subtropicalité, j'appellerais ça un climat subtropical semi-aride (aride parait un peu excessif, il tombe quand même en moyenne plus de 300mm/an).

 

Les roses des vents confirment l'alternance des alizés de NO/ONO durant la saison de soleil haut et d'ESE durant la saison de soleil bas. Les vents de NNE visibles en hiver sont des brises de mer diurnes.

94312_Port_Hedland_C_v7_33.png

Encore une fois le ressenti apporté par ces vents est très différent: l'alizé d'ONO et les brises marine de nord sont humides, tandis que l'alizé d'ESE est sec.

 

Même durant la saison de soleil haut les brises de mer infléchissent la provenance du vent moyen vers le nord en journée: on passe du secteur O au secteur NO voire NNO.

L'alternance des brises - qui prennent donc facilement le pas sur les alizés - donne de fortes variations diurnes d'hygrométrie.

94312_Port_Hedland_B_v7_33.png

 

 

Voici un exemple d'hiver assez normal: on y retrouve le pic secondaire de pluviométrie de juin, qui ne tient qu'a un seul épisode perturbé. Les températures sont dans les clous à part les tn de juillet bien fraiches. C'est une belle saison, avec des températures agréables et une hygrométrie souvent très basse.

94312_JUN_AUG08.png

 

 

Le printemps, durant lequel s'installe progressivement une chaleur de plus en plus humide. Passé septembre cela devient pénible à supporter.

94312_SEP_NOV12.png

 

 

En été, rien n'est joué: suivant les années la mécanique tropicale s'installe ou pas, l'alizé de ONO est souvent contrarié par des incursions sèches subtropicales. De plus une grosse majorité des RR est apportée par des tempêtes ou cyclones tropicaux. Voici donc 3 exemple de saisons chaude et (en principe) humide.

 

- 2004. Un saison normale, où le mois de janvier sec est compensé par février bien arrosé. On y trouve des jours de très forte chaleur sous l'influence du vent de terre, et des épisodes pluvio-orageux. Le gros des pluies, du 25/02 au 1/03, est du au cyclone Monty.

94312_JAN_MAR04.png

 

 

- 2005, qui suit un décembre 2004 déjà complètement sec. Une année sans saison des pluies, il faudra attendre le pic secondaire de RR en mai/juin/juillet pour enregistrer des pluies significatives. La chaleur est encore plus accablante.

94312_JAN_MAR05.png

 

 

- 2012, très humide et frais, influencé apparemment par une Niña finissante (2011 aussi avait été très humide durant cette phase de Niña).

Plusieurs systèmes tropicaux ont apporté cette pluviométrie très excédentaire:

- le cyclone Heidi le 11 et 12/01, avec des rafales de 132km/h.

- le cyclone Iggy resta cantonné loin à l'ouest sur l'océan, mais ses bandes pluvieuses sont responsables du mauvais temps de fin janvier.

- le cyclone Lua est responsable des pluies du 11 au 17/03.

94312_JAN_MAR12.png

 

Dans la fiche précédente sur Broome, j'avais calculé le ratio entre la saison humide la plus humide et la plus sèche: il était de 6.5, signe d'une bonne irrégularité des pluies. Pour Halls Creek, il était de 3.46. Ici à Port Hedland, entre les 478mm de 2007 ou 2011 et les 2.6mm de 2005, le ratio dépasse 180 !

 

Modifié par mottoth
Orthographe
  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Il y a 3 heures, Thundik81 a dit :

Au fait une publi qui change un peu sur le climat de la région au sens large

Influence of the Tian Shan on Arid Extratropical Asia

Très intéressant !

J'allais précisément dire à peu près la même chose que ce qu'il y a d'écrit dans l'« abstract » de cet article, après que tu nous avais dit, Mottoth, qu'il était surprenant de voir que les régions des environs de Tashkent (et toute la partie du Kazakhstan méridional au Turkménistan oriental, en passant par le Kirghizistan, etc.) n'avaient finalement pas une continentalité (indice ICA) si forte que cela.

Et c'est donc là que j'étais sur le point de répondre. Cet article vient à point nommé.

Je le mets ici dispo en pdf pour ceux qui n'y ont pas accès :

(euh, comment on fait pour insérer un pdf ici...?)

 

Alors effectivement, ces montagnes (Tian Shan) constituent une barrière climatique non négligeable, responsable du changement de régime pluvio, et également responsable de l'accroissement (à l'est) de la continentalité.

J'émettrais juste un petit bémol vis-à-vis de ce qui est dit dans l'article : je ne pense pas que l'influence de la mousson (qu'il s'agisse de la mousson est-asiatique ou de la mousson indienne) parvienne jusque dans le Takla-Makan. Contrairement aux auteurs, je pense que le (très léger, voir insignifiant) pic pluvio estival (dans les déserts orientaux, comme le Takla Makan, donc) est dû au fait que la cellule anticyclonique dynamique subtropicale est légèrement moins omniprésente ici l'été qu'elle ne l'est plus à l'ouest, donc à l'ouest du Tian Shan. Si bien que la subsidence est moins marquée au Takla-Makan, ce qui laisse la possibilité à l'humidité présente de se condenser parfois, et donc de précipiter. Mais je peux me tromper : il est possible que les deux interviennent : l'humidité apportée avec parcimonie par des relents de la mousson indienne couplée à l'effet de la « convection thermique continentale ».

 

Ici (ci-dessous), on voit bien que le plateau tibétain est le dernier rempart de la mousson indienne. Pus au nord, donc au Takla Makan, la mousson n'a plus cours.

 

Figure-1-1-Schematic-diagram-of-the-Asia

 

Ici, regardez l'image de droite.

image2.jpeg

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#261. Learmonth.

 

On poursuit vers l'ouest: Learmonth est à 515kms de Port Hedland et 1090kms de Perth.

94302_map0.jpg

 

Learmonth est une base de la RAAF orpheline: aucun escadron n'y est stationné, cette base est juste entretenue "au cas où". Il s'y pose aussi une poignées de vols commerciaux qui desservent la ville de Exmouth, 34 kms plus au nord... ville qui n'en est pas vraiment une puisque qu'on y dénombre moins de 2500h. On est sur une péninsule, donc on part sur un à priori assez maritime.

NB: le rectangle blanc en haut à droite est un salin de 4.5kms de longueur.

94302_map1.jpg

 

Pas beaucoup de relief, cependant les collines visibles à l'ouest culminent en moyenne à 250m. Le golfe de l'Exmouth est à 1.8kms de la station.

94302_map2.jpg

 

94302_Learmonth_A_v7_33.png

 

Malgré la position sur une péninsule ce n'est pas vraiment maritime: l'amplitude thermique diurne annuelle est élevée (14.4°c de moyenne annuelle, plus qu'à Port Hedland pourtant plus en retrait de l'océan). Et l'HR moyenne est assez basse: 56% de moyenne annuelle.

Ce climat semble vraiment hybride: la saison humide d'origine tropicale n'est pas plus arrosée que le pic de RR hivernal d'origine océanique tempéré, du plus elle est si tardive qu'en avril on retrouve des RR qui peuvent tenir alternativement des 2 origines. Évidemment nous allons voir que les pluies estivales sont tout aussi irrégulières qu'à Port Hedland, et que les tempêtes tropicales et cyclones en sont les principaux pourvoyeurs.

Un mot sur la chaleur, quand même: avec des txm d'environ 38°c en janvier/février cette fiche détient la palme de la chaleur sur toutes les fiches Australienne que j'ai réalisé. Cette région qui s'étend vers l'est le long de la côte jusqu'à Port Hedland et au delà est celle où sont régulièrement enregistrées les plus grosses chaleurs du continent en été, avec chaque été des pointes entre 45°c et 50°c. A Port Hedland la txx était de 49.0°c, elle est ici de 48.9°c. Ce sont des records absolus, vérifiés sur le web du BOM.

 

Les vents dominants tangentent la côte océanique et sont assez constants; cependant ils traversent un bout de terre avant d'arriver à Learmonth, ce qui explique le caractère peu maritime de la station - finalement la baie si proche ne produit pas de brises très durables.

94302_Learmonth_C_v7_33.png

 

 

Le brises ne sont pas très durables je disais mais cependant elle apparaissent quand même sur les tableaux horaires vers 6hTU... bizarrement elles ne provoquent pas une montée du Td mais plutôt l'inverse, ce que je ne sais pas vraiment expliquer.

94302_Learmonth_B_v7_33.png

 

 

L'hiver 2015 est idéal pour montrer les faibles RR hivernales qui s'estompent complétement en aout. Comme à Port Hedland c'est une saison agréable où le beau temps domine et les t° sont très supportables.

94302_JUN_AUG15.png

 

 

Voici le printemps 2013, un poil chaud sur les tn mais quand même très représentatif. Les chaleur deviennent fortes dès octobre mais le Td reste sage.

94302_SEP_NOV13.png

 

 

Encore une fois je vais montrer 3 exemples de saison chaudes:

 

- Début 2014, normal. On commence par un gros coup de chaud en première décade. Puis la volatilité des RR se révèle pleinement avec un seul épisode perturbé fin janvier qui "fait le boulot". Février n'aura pas cette chance, cependant on peut le considérer lui aussi normal puisque avec 1.6mm de cumul il est proche de la valeur médiane de RR mensuelle qui n'est que de 1.2mm en février.

L'écart entre les médiane et le moyennes est remarquable et est un bon indicateur de la précarité de cette saison humide chaude.

94302_JAN_FEB14.png

 

 

- Début 2005. Même exemple que pour Port Hedland d'une saison humide absente, et chaude (nombreuses pointes à plus de 45°c en janvier).

94302_JAN_MAR05.png

 

 

- 2011: "frais" et humide, couplé à une phase de Niña. Cette saison avait commencé prématurément mi-décembre 2010 avec une cinquantaine de mm déposé par la dépression tropicale 03U. Puis le défilé a continué:

- les pluies de début janvier sont au crédit de la dépression tropicale 06U

- le cyclone Bianca passa les 27 et 28/01

- autour du 16/02, Diane passa au large

- puis Carlos fit un "direct hit" les 22 et 23/02.

94302_JAN_FEB11.png

 

 

BONUS: mars 2015 et le cyclone Olwyn qui fit lui aussi un "direct hit" le 12/03, avec une rafale de 180 km/h !

Les pluies du 4 et 5/03 ne sont elles rattachées à aucun système nommé cette année là.

94302_MAR15.png

 

Learmonth détient le record continental Australien de plus forte rafale de vent, avec 267km/h mesurés lors du passage du cyclone Vance en mars 1999.

 

Modifié par mottoth
Ortographe
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
il y a 19 minutes, dann17 a dit :

Ici (ci-dessous), on voit bien que le plateau tibétain est le dernier rempart de la mousson indienne. Pus au nord, donc au Takla Makan, la mousson n'a plus cours.

 

Figure-1-1-Schematic-diagram-of-the-Asia

 

Ici, regardez l'image de droite.

image2.jpeg

 

 

La limite de la mousson indiquée en rouge n'est qu'une moyenne, ça fluctue au jour le jour. Je pense en effet que le plateau du Tibet est une limite infranchissable pour la mousson indienne (la masse d'air subirait de toute façon un réchauffement et un asséchement adiabatique en redescendant du plateau vers le Takla Makhan.), en revanche de l'humidité de la zone "EASM" doit pouvoir s’infiltrer par l'est en tangentant le nord du relief tibétain et arriver épisodiquement dans le pays Ouïghour. On y reviendra très bientôt, après les 2 fiches australiennes qu'il me reste à poster: je ne comptais pas revenir sur cette région tout de suite mais j'ai 2 fiches prêtes, une pour Kasghar - qui vient de connaitre un été très humide -, et une pour Yining, situé de l'autre côté du Tian Shan. Donc en plein dans le mille, Pile poil de quoi alimenter la discussion ;)

Modifié par mottoth
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Il y a 4 heures, mottoth a dit :

La limite de la mousson indiquée en rouge n'est qu'une moyenne, ça fluctue au jour le jour. Je pense en effet que le plateau du Tibet est une limite infranchissable pour la mousson indienne (la masse d'air subirait de toute façon un réchauffement et un asséchement adiabatique en redescendant du plateau vers le Takla Makhan.), en revanche de l'humidité de la zone "EASM" doit pouvoir s’infiltrer par l'est en tangentant le nord du relief tibétain et arriver épisodiquement dans le pays Ouïghour. On y reviendra très bientôt, après les 2 fiches australiennes qu'il me reste à poster: je ne comptais pas revenir sur cette région tout de suite mais j'ai 2 fiches prêtes, une pour Kasghar - qui vient de connaitre un été très humide -, et une pour Yining, situé de l'autre côté du Tian Shan. Donc en plein dans le mille, Pile poil de quoi alimenter la discussion ;)

Oui, je sais bien qu'il s'agit d'une moyenne. Mais tout de même, cette limite moyenne se situe vraiment très loin du Takla Makan.

Alors bien sûr, comme je le disais (et je suis bien d'accord avec toi), il est très probable qu'un peu d'humidité en provenance du Pacifique (tout comme toi, je doute que de l'humidité puisse provenir de l'océan indien et de la mousson indienne) se rende au pied du Tian Shan par le biais de l'EASM en s'écoulant vers l'ouest au nord du plateau tibétain. Mais je n'irais pas jusqu'à dire qu'il s'agisse de la mousson qui s'infiltre jusque là. Pour moi, la mousson d'été est-asiatique est synonyme de l'advection d'humidité du Pacifique (évidemment), mais également des systèmes nuageux et des précipitations qui accompagnent cette humidité. Or, au Takla-Makan, je ne crois pas que des perturbations d'origine océanique (donc du Pacifique) parviennent jusque là. Tiens, par exemple, parlerait-on de la mousson qui s'infiltrerait jusque dans le sud de l'Algérie, sans qu'il n'y pleuve jamais ?

Je pense que les précipitations estivales au Takla Makan sont dues à la convection thermique (qui peut s'y produire de temps en temps en été lorsque la subsidence induite par la cellule anticyclonique subtropicale - celle qui règne de la péninsule arabique à l'Asie centrale - faiblit légèrement et permet à la convection de se mettre en marche et d'arriver à terme). Cette convection thermique (qui n'a rien à voir à mon avis avec l'EASM) permet de soulever l'humidité présente (dont une bonne partie provient en revanche des derniers restants de la mousson).

C'est pour cela que je parle de ce couplage entre continentalité et influence de la mousson. Un couplage qui tend à contrer la subsidence de la masse d'air subtropicale.

Tout ceci est très intéressant. Et tes fiches de Kasghar et Yinning seront les bienvenues !  :)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Il y a 12 heures, dann17 a dit :

C'est pour cela que je parle de ce couplage entre continentalité et influence de la mousson. Un couplage qui tend à contrer la subsidence de la masse d'air subtropicale.

 

Oui, quand on voit que de Pékin à Yakutsk en passant par Ulan Bator les diagrammes de RR sont similaires c'est qu'il y a bien une transition progressive entre la mousson est-asiatique et la convection continentale, les 2 mécanismes se conjuguent dans la moitié est de l'Asie.

 

262. Carnarvon

 

La dernière ligne droite du voyage Australien est entamée avec ce virage vers le sud. Learmonth est à 300kms de Carnarvon, Perth à 810kms.

94300_map0.jpg

 

Construite à l'embouchure du fleuve Gascoyne, cette "ville" n'est qu'un gros village de 4500h. La station est sur l'aéroport, à 3.5kms de l'océan. Pas de relief notable, c'est même très plat.

94300_map2.jpg

 

94300_Carnarvon_A_v7_33.png

 

Encore un climat hybride, qui reçoit à la fois les pluies d'origines tropicales en été et les pluies océanique en début d'hiver... mais c'est surtout l'aridité qui domine, d'autant plus que l'on sait que ces pluies sont très irrégulières et peu efficace car trop violentes.

 

C'est très venté en été: ce courant de sud est un vent synoptique qui s'écoule entre le minimum dépressionnaire continental Australien et l'anticyclone subtropical de l'océan indien:

94300_Carnarvon_C_v7_33.png

 

Il résulte de ce vent faibles amplitudes thermiques diurnes durant la saison chaude pour un climat aussi ensoleillé. Le phénomène de brise marine fait dévier ce vent au SSO dans l'apres midi, et parfois au SSE voire SE la nuit. Donc il apparait quand même des variations diurnes du Td sensibles, et un pic de chaleur parfois précoce (en avril notamment).

94300_Carnarvon_B_v7_33.png

 

 

Voici l'hiver 2003: si son bilan est quasi normal, son déroulé l'est un peu moins: aout est plus humide qui juillet - qui fut bien sec.

C'est la saison la plus agréable, avec des températures douces, peu de vent, et un soleil très présent entre les rares périodes perturbées.

94300_JUN_AUG03.png

 

 

Petite halte au printemps, avec un mois de novembre hyper-normal. Lorsqu'une synoptique un peu inhabituelle vient enrayer le flux quasi constant de sud et que le vent devient continental on retrouve des coups de chaleur bref mais intenses comme vu ailleurs le long des côte du sud et de l'est de l'Australie.

94300_NOV02.png

 

 

Enfin un été normal pour finir: 2009. Normal malgré la faiblesse des RR: seulement 58% de la moyenne Jan/Fev/Mar mais bien plus proches des abats médians.

Ici aussi la plupart des RR estivales proviennent de systèmes tropicaux: la grisaille et les RR très atténuées du 26 au 29/01 viennent des restes du cyclone Dominic. Pour le reste je n'ai par retrouvé de système nommé.

On retrouve encore des coups de chaleurs aussi intenses que brefs, chaque année connait au moins une pointe largement supérieure à 40°c.

94300_JAN_MAR09.png

 

 

BONUS: décembre 2010 marqué par la dépression tropicale 03U et les inondations historiques du fleuve Gascoyne.

94300_DEC10.png

 

 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#263. Geraldton.

 

Dernière étape Australienne. Geraldton est une ville de 36000h à mi-chemin entre Carnarvon (445kms) et Perth (370kms).

94403_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport, à 8kms du centre ville et 7.5kms de l'océan.

94403_map1.jpg

 

94403_Geraldton_A_v7_33.png

 

On arrive sans surprises dans le domaine pseudo-méditerranéen, avec le régime de RR caractéristique. A part de sporadiques pluies estivales d'origine tropicale en retrouve un franc maximum hivernal d'origine océanique/tempéré. Ce climat est très similaire à celui de Perth, en moins arrosé et un peu plus chaud: il peut même exceptionnellement se produire de petites gelées en hiver.

 

Toujours ce vent en été, pour les même raisons qu'à Carnarvon. En hiver les dépressions océaniques plus fréquentes orientent souvent le vent au NNE, au point qu'il devienne dominant.

94403_Geraldton_C_v7_33.png

 

Sur les tableaux horaires on retrouve les inévitables brises marines qui arrivent à infléchir légèrement le vent en été (plein sud au lieu de SSE) et le renverser en hiver au coeur de l'après-midi.

94403_Geraldton_B_v7_33.png

 

 

Voici l'hiver 2008, très normal pour les t° mais un peu sec à cause du mois d'aout. On voit que les perturbations océaniques arrivent ici avec une plus grande régularité que plus au nord.

94403_JUN_AUG08.png

 

 Et pour finir un exemple d'été très normal - à part la grosse averse du 1/03 - , 2015. Là encore les tx dépassent facilement 40°c si le flux se continentalise.

Ici aussi des systèmes tropicaux peuvent venir semer le chaos, même si la plupart du temps on ne récolte que des miettes comme ici le 13/03 les restes du cyclone Olwyn.

94403_JAN_MAR15.png

 

 

Modifié par mottoth
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Pour conclure ce tour d'Australie j'ai assemblé une carte avec tout les diagrammes ombrothermiques (j'ai laissé de côté la Tasmanie qui avait déjà eu le droit à sa carte). C'est volontairement un gros fichier, cliquez sur la carte pour la voir s'agrandir.

94xxx_Aus_Diagrammes.jpg

  • J'aime 14

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Le 21/09/2016 à 05:42, mottoth a dit :

#260. Port Hedland

 

Au fur et à mesure que l'on progresse vers l'ouest le climat s'assèche ici. On garde un régime avant tout tropical, avec un maximum de RR pendant la saison chaude et une alternance d'alizés, mais:

- la saison des pluies est vraiment chiche, si bien que l'on passe sous le seuil d'aridité de Köppen. Elle est de plus très irrégulière et certaines années restent sèche - on le verra dans des exemples plus bas.

- un maximum secondaire commence à poindre autour de juin, il est d'origine tempéré: se sont des pluies qui se produisent en marge de l'hiver océanique que l'on trouve sur la côte est et que l'on avait décrit à Perth.

On glisse donc vers la subtropicalité, j'appellerais ça un climat subtropical semi-aride (aride parait un peu excessif, il tombe quand même en moyenne plus de 300mm/an).

 

Les roses des vents confirment l'alternance des alizés de NO/ONO durant la saison de soleil haut et d'ESE durant la saison de soleil bas. Les vents de NNE visibles en hiver sont des brises de mer diurnes.

 

Voici donc les résultats des indices appliqués à cette station :

 

- Indice hydrique de la saison chaude, soit de la saison des pluies : Ihe = -25 => malgré les 180 mm qui tombent entre décembre et février, c'est effectivement très sec pour une saison des pluies, comme tu l'as mentionné.

- indice hydrique de la saison sèche hivernale : Ihsec = -22 => c'est évidemment sec là-aussi mais, comme on peut s'en apercevoir, la saison sèche est en fait très légèrement moins sèche que la « saison des pluies » !

- indice hydrique annuel : sans surprise, on obtient IhA = -68 => ce résultat s'accorde avec celui de Köppen, car le seuil de l'aridité (IhA = -65) est franchi ici. Un perçu de la végétation décidément bien maigre là-bas peut, à mon avis, attester de cette aridité que j'estimerais légèrement plus marquée que celle qui prévaudrait sous un climat semi-aride.

 

- indice de tropicalité : IT = 17,4 => IT étant assez largement > 0, je dirais pour ma part que le climat y est assez nettement plus tropical (d'affinité tropicale) que subtropical. En effet, il n'y gèle jamais, les températures sont tout au long de l'année d'un niveau élevé à très élevé, et les pluies fraîches d'origine tempérée restent somme toute très faibles et peu fréquentes.

 

- continentalité : bien qu'il ne soit pas recommandé d'appliquer l'indice de continentalité absolue à cette latitude et par ce type de climat (d'affinité tropicale), j'obtiens ICA = 1,41. Cela corrobore approximativement la valeur de l'indice de continentalité thermique normalisé (Ict norm = 2,45 Ict) : Ict norm = 1,30.

Bref, donc malgré la position (ou le milieu, ou le « substrat ») plutôt bien maritime, malgré les intrusions maritimes fréquentes de septembre à mars comme on peut le voir sur les roses des vents, le climat y est assez largement continental.

 

Bref, je parlerais d'un climat aride continental d'affinité tropicale.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#264. Kashgar.

 

Comme annoncé on fait escale dans l'ouest Chinois, avec Kashgar - parfois appelée Kashi -, la grande ville la plus à l'ouest du pays. Cette escale mythique de la route de la soie est un lieu qui à titre personnel me donne des fantasmes de voyages, et que je me devrais de visiter un jour. Nous sommes à 90kms de la frontière Kirghize, 430kms d'Almaty, 600kms de Srinagar, 685kms de Tazhong - dans le même bassin du Tarim -, 760kms de Samarcande - autre étape de la route de la soie qui réveille en moi des envies de voyages.

51709_map0.jpg

 

Nous sommes à l'extrémité ouest du bassin du Tarim (aka désert du Takla Makan). Vers le nord, l'ouest et le sud nous sommes cernés de montagnes:

- 135kms au SSO se trouve le Kongur Shan (7719m), et plus loin le massif du Pamir.

- Au nord le Tian Shan, qui s'étend le long d'une axe OSO-ENE.

Les routes qui rejoignent le Tadjikistan et le Kirghizistan passent toutes 2 par des cols à plus de 3500m.

51709_map1.jpg

 

Dans le cadre des relocalisations systématiques des stations trop urbaines, celle de Kashgar a été déplacée début 2014 de 19kms vers l'ONO, dans un milieu beaucoup plus rural et dégagé, également situé 100m plus haut. Suite à ce déménagement la valeur annuelle de vent moyen a bondi de 6.5km/h à 9.6km/h, mais je n'ai pas détecté d'autre aberrations statistiques: opération réussie donc.

51709_map2.jpg

 

Vue vers le SSO et le Kongur Shan. On voit également qu'à faible distance de la ville des petites sierras sont orientées est-ouest.

51709_map3_SSW.jpg

 

51709_Kashgar_A_v7_33.png

 

C'est un climat désertique froid, aux amplitudes thermiques (tant diurnes que annuelles) moins marquées qu'à Tazhong au cœur du Takla Makhan. Il faut se rappeler que cette dernière est nichée dans un trou à froid au milieu d'un creux de l'immense champs de dunes de ce désert. Ici, dans cette plaine en pente douce qui monte vers le nord et l'ouest, les petites brises dues au relief font tout le contraire d'un TAF et limitent les variations de températures.

C'est timide mais on retrouve une tendance à un maximum de RR estival. Malgré la rareté des précipitations ce minimum était net à Tazhong, alors qu'ici des RR hivernales viennent brouiller les pistes. Nous sommes à priori trop près du Tian Shan pour éviter les restes de perturbation hivernales en provenance de l'ouest ou du nord: celles ci meurent bien sur le Tian Shan mais les miettes arrivent quand même à précipiter un peu derrière avant de complètement se dissiper plus loin au dessus du bassin de Tarim. De plus le relief forme un entonnoir qui doit piéger l'humidité qui parvient ici. Donc pour moi on est ici à la transition entre les climats à maximum de RR estival vus plus à l'est et au sud, et ceux à maximum de RR hivernal ou surtout printanier vus plus à l'ouest et au nord.

 

Les roses des vents ne montrent pas de vent vraiment dominant: confirmation à la fois des multiples influences synoptiques et du caractère tournant des brises locales.

51709_Kashgar_C_v7_33.png

Par leur proximité ce sont les chaines situés au nord qui engendrent les plus beau effets de foehn, bien visibles sur les conditions par vent de nord en janvier.

 

Les tableaux horaires permettent de distinguer la brise de montagne (secteur 300°) nocturne de la brise de vallée (secteur 150°) diurne.

51709_Kashgar_B_v7_33.png

 

 

Voici un hiver normal à Kashgar: 2012-2013. Les faibles perturbations neigeuses peuvent créer un lac d'air froid dans le bassin du Tarim (je vous renvoi à la fiche de Tazhong, voire celle de Turpan), et de telles conditions peuvent durer jusqu'à ce qu'une perturbation suffisamment puissante ne vienne casse l'équilibre radiatif. illustration ici avec la plongée du mercure après l'arrivée de la neige durant la dernière décade de décembre, puis le coup de foehn du 13/01 qui fait disparaitre la timide couche neigeuse et change radicalement la donne pour la suite de l'hiver. Notez également l'épisode de sable en février: ils durent plus longtemps ici qu'au cœur du Takla Makhan, probablement à cause l'effet entonnoir.

51709_DEC12_FEB13.png

 

 

Un printemps normal, 2009. On retrouve des choses déjà vues précédemment dans cette région: HR très basse, instabilité, grosses variations de températures, sable...

51709_MAR_MAY09.png

 

 

L'été 2003 est un bon exemple, bien équilibré. Ce n'est pas du grand beau temps quand même.

51709_JUN_AUG03.png

 

 

J'aime beaucoup l'automne en Asie centrale: le temps affiche souvent une grande sérénité. Cet exemple montre comment il reste stable pendant d'assez longue périodes, entre de courtes dégradations qui font néanmoins à chaque fois baisser la température d'un bon palier.

51709_SEP_NOV01.png

 

 

Modifié par mottoth
  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Le 21/09/2016 à 10:35, mottoth a dit :

#261. Learmonth.

 

Malgré la position sur une péninsule ce n'est pas vraiment maritime: l'amplitude thermique diurne annuelle est élevée (14.4°c de moyenne annuelle, plus qu'à Port Hedland pourtant plus en retrait de l'océan). Et l'HR moyenne est assez basse: 56% de moyenne annuelle.

Ce climat semble vraiment hybride: la saison humide d'origine tropicale n'est pas plus arrosée que le pic de RR hivernal d'origine océanique tempéré, du plus elle est si tardive qu'en avril on retrouve des RR qui peuvent tenir alternativement des 2 origines. Évidemment nous allons voir que les pluies estivales sont tout aussi irrégulières qu'à Port Hedland, et que les tempêtes tropicales et cyclones en sont les principaux pourvoyeurs.

Un mot sur la chaleur, quand même: avec des txm d'environ 38°c en janvier/février cette fiche détient la palme de la chaleur sur toutes les fiches Australienne que j'ai réalisé. Cette région qui s'étend vers l'est le long de la côte jusqu'à Port Hedland et au delà est celle où sont régulièrement enregistrées les plus grosses chaleurs du continent en été, avec chaque été des pointes entre 45°c et 50°c. A Port Hedland la txx était de 49.0°c, elle est ici de 48.9°c. Ce sont des records absolus, vérifiés sur le web du BOM.

 

Les vents dominants tangentent la côte océanique et sont assez constants; cependant ils traversent un bout de terre avant d'arriver à Learmonth, ce qui explique le caractère peu maritime de la station - finalement la baie si proche ne produit pas de brises très durables.

 

Voici maintenant les résultats des indices pour Learmonth :

 

- Indice hydrique de la saison chaude, soit de la « saison des pluies » : Ihe = -46 => ici, on ne peut même plus parler de saison des pluies (mis à part les quelques cyclones dont tu as parlé, l'influence de la ZCIT ne se fait quasiment plus sentir).

- indice hydrique de la saison sèche hivernale : Ihsec = -10 => plus on va vers le sud, plus on s'approche du régime perturbé tempéré.

- indice hydrique annuel : c'est encore plus aride que Port Headland, puisque IhA = -78 => donc un climat clairement aride. On ne parle tout de même pas de climat désertique (seuil à -90).

 

- indice de « tropicalité » : IT = 7,2 => IT est encore > 0, je pense donc que le climat y est encore à tendance tropicale (d'affinité tropicale), même si la limite ne passe plus bien loin au sud. Car là non plus, il n'y gèle jamais, les températures sont tout au long de l'année d'un niveau élevé à très élevé (une Tm annuelle de 24,2°C est encore très correcte), et les pluies fraîches d'origine tempérée restent somme toute encore très faibles et peu fréquentes.

 

- continentalité : bien qu'il ne soit pas recommandé d'appliquer l'indice de continentalité absolue à cette latitude et par ce type de climat (d'affinité tropicale), j'obtiens ICA =1,13. La valeur de l'indice de continentalité thermique normalisé vaut : Ict norm = 1,32.

Donc comme tu le dis, malgré la position (ou le milieu, ou le « substrat ») encore plus maritime que Port Headland, le climat y est plus continental que maritime.

 

Bref, je parlerais là-aussi d'un climat aride continental d'affinité tropicale.

Modifié par dann17
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#265. Yining.

 

Nous passons de l'autre côté du Tian Shan mais restons en Chine: Yining est une ville de 430 000h à 65kms de la frontière Kazakh.

Almaty est à 360kms, Kashgar 675kms.

51431_map0.jpg

 

A Kashgar on était cerné de montagnes sauf vers l'est où s'ouvrait le bassin du Tarim. Ici c'est pareil, plusieurs chaines de montagnes entourent Yining: le Borohoro Shan au nord-est, le Dzungarian Altau au nord-ouest, le Tian Shan au sud. Et un bassin s'ouvre vers l'ouest et le Kazakhstan.

51431_map1.jpg

 

Vue vers le SSO et le Tian Shan. La station est assez urbaine, à 3kms du centre ville.

51431_map2_SSW.jpg

 

51431_Yining_A_v7_33.png

 

I'Indice de Continentalité Absolu (ICA) de Dann est moins élevé qu'à Kashgar: 1.38 contre 1.55. La faute au régime de RR pas vraiment continental: on retrouve un régime plutôt entre deux, hybride, comme à Kashgar, mais avec un minimum en fin d'été on penche moins vers la dynamique continentale que de l'autre côté du Tian Shan. Autour du Tian Shan les autres stations déjà étudiées ont les ICA suivant: Almaty 1.26, Turpan 1.56, Tazhong 1.80.

J'ai posté ces deux fiches (Kashgar et Yining) pour rebondir sur une discussion sur l'influence du Tian Shan car je les avait en réserve, mais au final ce sont 2 climats hybrides et il vaut mieux comparer Almaty et Tazhong pour bien saisir les 2 mondes que sépare le Tian Shan.

 

L'ouverture vers l'ouest permet un temps hivernal plus contrasté qu'au sein des dépressions de Turpan ou du Tarim qui ont tendances à fonctionner en systèmes fermés, générant et entretenant leur propre froid lorsque les conditions d'y prêtent: ici le grand froid qui déboule de la Sibérie sur le Kazakhstan vient parfois s'échouer ici.

Mais cette influence est à relativiser - sinon on ne trouvera pas un climat aussi hybride -, et il semble en effet sur les roses des vents que le courant dominant reste celui d'est à nord-est:

51431_Yining_C_v7_33.png

 

Les tableaux horaires nous précisent un peu la nature des vent d'ENE dominants: ce sont souvent des brises de montagne, et on trouve durant les mois d'été leur pendant diurne - des brises de vallée provenant de l'ouest.

51431_Yining_B_v7_33.png

 

 

La séparation du Tian Shan est bien réelle même si les exemples de Kashgar et Yining ne sont pas les mieux choisis: j'ai tenté de reprendre les même exemples de saisons mais ça ne collait pas, une saison normale d'un côté ne donnant pas la même chose de l'autre.

Voici dons un hiver différent: 2000-2001, parfaitement normal. Les coups de froids sont plus intenses, et la neige doit pouvoir stationner au sol assez longtemps (dommage que ces données ne soient pas dispo).

51431_DEC00_FEB01.png

 

 

Le printemps 2009 est le seul exemple partagé avec Kashgar, bien que les t° d'avril et mai soient ici un peu basses. On ne retrouve plus l'hygrométrie très basse du Takla Makan ni la poussière, en revanche le temps y est tout aussi variable voire plus.

51431_MAR_MAY09.png

 

 

Voici l'été 2013, très normal à l'exception du coup de frais de fin aout qui appartient plus à l'automne qu'à l'été:

51431_JUN_AUG13.png

 

 

Et une exemple d'automne lui aussi normal, où l'on retrouve les principaux traits de l'Asie centrale en cette saison: un temps plus stable que le reste de l'année, et les plus grosses amplitudes thermiques diurnes annuelles.

51431_SEP_NOV11.png

 

 

Modifié par mottoth
Orthographe
  • J'aime 3

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Le 22/09/2016 à 05:32, mottoth a dit :

262. Carnarvon

 

Encore un climat hybride, qui reçoit à la fois les pluies d'origines tropicales en été et les pluies océanique en début d'hiver... mais c'est surtout l'aridité qui domine, d'autant plus que l'on sait que ces pluies sont très irrégulières et peu efficace car trop violentes.

 

C'est très venté en été: ce courant de sud est un vent synoptique qui s'écoule entre le minimum dépressionnaire continental Australien et l'anticyclone subtropical de l'océan indien

 

Voici enfin les résultats des indices pour Carnarvon :

 

- Indice hydrique de la saison chaude (été) : Ihe = -43 => les quelques rares pluies tropicales sont cette fois associées à des températures tout de même moins brûlantes que plus au nord, si bien que même s'il pleut encore moins qu'à Learmouth, la sécheresse estivale commence à être très légèrement moins marquée.

- indice hydrique de la saison hivernale (hiver) : Ihh = +2 => l' « hiver des climats tempérés » est désormais bien là, puisque cette saison n'atteint pas, ici, en moyenne, le seuil de la sécheresse écologique.

- indice hydrique annuel : toujours bien aride, puisque IhA = -71 => donc un climat aride. 

 

- indice de « tropicalité » : IT = -18,4 => ici, le climat n'est pas d'affinité tropicale, la limite a été franchie sans doute vers le 23ème parallèle sud, soit à 200 km au nord. Un climat subtropical, donc.

 

- continentalité : ici, il commence à être acceptable et même préférable d'appliquer l'indice de continentalité absolue. J'obtiens ICA = 0,85. La valeur de l'indice de continentalité thermique normalisé vaut : Ict norm = 0,97.

 

Bref, je parlerais cette fois d'un climat aride subtropical maritime.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Pour finir sur le Tian Shan, voici les mois d'aout 2016 de part et d'autre de cette barrière climatique:

 

- Bien sec au nord, avec notamment quasiment 0 mm à Almaty (moyenne: 33mm).

51431_AUG16.png

36870_AUG16.png

 

 

- Tres humide et frais au sud, avec à Kashgar le mois le plus pluvieux de ces 16 dernières années minimum:

51709_AUG16.png

 

Également bien humide et frais à Tazhong (8.1 contre une moyenne de 2mm, et encore il manque des données de RR)

51747_AUG16.png

 

Sur cet exemple c'est vraiment flagrant je trouve, la très inhabituelle humidité qui est restée sur le bassin du Tarim ne s'est pas du tout retrouvée de l'autre côté, qui au contraire s'est révélé bien sec. Cela met encore en évidence l'extraordinaire enclavement du Tarim, qui en toute saison est capable de conserver des anomalies (froides, chaudes, sèches ou humides) longtemps en l’absence de perturbation extérieure.

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

Modifié par mottoth
  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Le 23/09/2016 à 16:54, dann17 a dit :

 

- Indice hydrique de la saison chaude (été) : Ihe = -43

- indice hydrique de la saison hivernale (hiver) : Ihh = +2

- indice hydrique annuel : toujours bien aride, puisque IhA = -71

- indice de « tropicalité » : IT = -18,4

- continentalité : ici, il commence à être acceptable et même préférable d'appliquer l'indice de continentalité absolue. J'obtiens ICA = 0,85. La valeur de l'indice de continentalité thermique normalisé vaut : Ict norm = 0,97.

 

Merci à tous pour vos retours, et merci à Dann pour les compléments d'analyse.

@Dann: pourrais-tu me donner les formules de tous ces indices, comme ça je pourrais les intégrer dans mes fiches.

 

Ce soir on joue à deviner la prochaine étape:

 

#266. Mais où c'est donc ?

 

Il s'agit d'une station en altitude (>500m, largement même donc ne pas trop regarder les pressions rapportées au niveau de la mer).

99999_XXX10.png

 

Je donnerais la réponse demain matin voire demain soir si le temps m'a manqué, en attendant j'attends vos propositions !

Modifié par mottoth

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Les Tnn absolues ne sont pas si basses que ça (même si ce n'est que sur 2000-2016). Donc je n'irais pas si loin vers l'est. 

Par ailleurs, l'amplitude thermique mensuelle en hiver est très élevée (env. 13°C), ce qui laisse supposer un coin plutôt méridional.

Je dirais Leh, dans le Cachemire... quoique cela signifierait que les précipitations auraient pas mal diminué en quelques dizaines d'années.

 

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Le 23/09/2016 à 09:53, mottoth a dit :

#264. Kashgar.

 

C'est un climat désertique froid, aux amplitudes thermiques (tant diurnes que annuelles) moins marquées qu'à Tazhong au cœur du Takla Makhan. Il faut se rappeler que cette dernière est nichée dans un trou à froid au milieu d'un creux de l'immense champs de dunes de ce désert. Ici, dans cette plaine en pente douce qui monte vers le nord et l'ouest, les petites brises dues au relief font tout le contraire d'un TAF et limitent les variations de températures.

C'est timide mais on retrouve une tendance à un maximum de RR estival. Malgré la rareté des précipitations ce minimum était net à Tazhong, alors qu'ici des RR hivernales viennent brouiller les pistes. Nous sommes à priori trop près du Tian Shan pour éviter les restes de perturbation hivernales en provenance de l'ouest ou du nord: celles ci meurent bien sur le Tian Shan mais les miettes arrivent quand même à précipiter un peu derrière avant de complètement se dissiper plus loin au dessus du bassin de Tarim. De plus le relief forme un entonnoir qui doit piéger l'humidité qui parvient ici. Donc pour moi on est ici à la transition entre les climats à maximum de RR estival vus plus à l'est et au sud, et ceux à maximum de RR hivernal ou surtout printanier vus plus à l'ouest et au nord.

Très bonne description !

Je nuancerais toutefois en concluant que Kashgar n'est pas vraiment en transition, mais fait bien partie des régions au maxi pluvio estival, même si c'est léger.

Sinon, j'obtiens : 

Ihe = -33,7 (sécheresse estivale marquée, mais pas extrême)

IhA = -87,5 => on est ici tout près du désert (IhA = -90)

ICA = 1,55

 

Le 23/09/2016 à 10:52, mottoth a dit :

#265. Yining.

 

I'Indice de Continentalité Absolu (ICA) de Dann est moins élevé qu'à Kashgar: 1.38 contre 1.55. La faute au régime de RR pas vraiment continental : on retrouve un régime plutôt entre deux, hybride, comme à Kashgar, mais avec un minimum en fin d'été on penche moins vers la dynamique continentale que de l'autre côté du Tian Shan. Autour du Tian Shan les autres stations déjà étudiées ont les ICA suivant: Almaty 1.26, Turpan 1.56, Tazhong 1.80.

J'ai posté ces deux fiches (Kashgar et Yining) pour rebondir sur une discussion sur l'influence du Tian Shan car je les avait en réserve, mais au final ce sont 2 climats hybrides et il vaut mieux comparer Almaty et Tazhong pour bien saisir les 2 mondes que sépare le Tian Shan.

 

L'ouverture vers l'ouest permet un temps hivernal plus contrasté qu'au sein des dépressions de Turpan ou du Tarim qui ont tendances à fonctionné en systèmes fermés, générant et entretenant leur propre froid lorsque les conditions d'y prêtent : ici le grand froid qui déboule de la Sibérie sur le Kazakhstan vient parfois s'échouer ici.

Mais cette influence est à relativiser - sinon on ne trouvera pas un climat aussi hybride -, et il semble en effet sur les roses des vents que le courant dominant reste celui d'est à nord-est:

 

La séparation du Tian Shan est bien réelle même si les exemples de Kashgar et Yining ne sont pas les mieux choisis

Entièrement d'accord avec ton analyse. 

Pour Yining : 

 

Ihe = -19,0

IhA = -29,3 => ici, le climat n'est pas aride, mais « simplement » xérique => pas de forêt possible, car trop froid l'hiver => steppe.

 

J'ai également regardé la courbe des Td (j'ai pris les données 1971-2000, car plus « lisses »)des deux stations :

 

1474862506-kashgar-yining-td.png

 

On voit que, dans le cas de Kashgar, le Td est plus élevé « qu'il ne devrait l'être » en août et septembre notamment (hachures bleues). Cela indique bien l'influence de l'humidité provenant de la mousson asiatique lointaine.

 

Le Tian Shan constitue bel et bien une frontière entre deux mondes (Yining est effectivement quasiment à limite), comme tu l'as justement dit. Autant du point de vue climatique qu'humain : on passe l'Asie centrale, à l'Asie orientale.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour tout ce travail, passionnant à lire,  bravo!!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne