Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
charles.muller

6 stations de référence françaises pour le climat

Recommended Posts

A défaut de faire les exercices proposés par Charles Muller sur une station urbaine française, on peut le faire sur une station urbaine voisine pour laquelle on dispose de tous les éléments je crois : celle de Genève. ECA fournit des données brutes sur la période 1901-2007. Météosuisse la série homogénéisée correspondante.

Le graph ci-dessous présente l’écart année par année entre la tm annuelle de la série homogénéisée et celle de la série brute. On remarquera en particulier le traitement de l’énorme rupture qu’a constituée le déplacement de la station de l’Observatoire de Genève (405m d’altitude) à la station de Genève Cointrin (420m d’altitude) en janvier 1962. On trouve les coordonnées de ces 2 stations dans le fichier source de ECA : +46:12:00, +06:09:00 pour l’Observatoire, et +46:15:00,+06:08:00 pour Cointrin.

genev1lg2.jpg

Pour le fun, j’ai voulu voir la différence de tendance entre les 2 séries, d’abord sur la base de périodes glissantes à 30 ans (i.e. pour chaque période de 30 ans, je calcule la pente de la droite de régression linéaire) et de périodes glissantes à 60 ans (cf les 2 graphes ci-dessous). On observe :

- que la tendance sur 30 ans récente (à partir de 1962-1991 et jusqu’à 1975-2004, fin de mon étude) n’est pas impactée par l’homogénéisation ;

- que cette tendance récente sur 30 ans (environ 0,6°C par décennie pour 1975-2004) est inédite en termes d’amplitude sur la série homogénéisée ; sur la série brute, on trouve une pente négative aussi forte sur la période 1945-1974, mais elle n’a pas de sens compte tenu du déplacement intervenu en 1962 ;

- que la tendance sur 60 ans est plus forte sur la période 1901-1960 (environ 0,2°C par décennie) que sur la période 1945-2004 (environ 0,17°C par décennie) même sur la série homogénéisée.

- Des 2 point ci-dessus, j’en déduis qu’il faut être très prudent lorsque que l’on parle de tendance compte tenu de l’importance de la date de départ choisie pour calculer ladite tendance, même sur des longues périodes.

genev2ye6.jpg

genev3hw1.jpg

Maintenant, pour aller plus loin, il faudrait se procurer la « notice » explicative des méthodes utilisée par Météosuisse pour homogénéiser, i.e.

Begert M, Schlegel T, Kirchhofer W. 2005. Homogeneous Temperature and Precipitation Series of Switzerland from 1864 to 2000. International Journal of Climatology 25: 65-80.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Begert M, Schlegel T, Kirchhofer W. 2005. Homogeneous Temperature and Precipitation Series of Switzerland from 1864 to 2000. International Journal of Climatology 25: 65-80.

Je n'ai pas trouvé hélas, et je ne suis pas abonné.

Si les coordonnées sont exactes, la station de Genève-Cointrin serait située dans le rectangle rouge. Je me demande si c'est correct, car le sol semble bétonné et l'ensemble situé dans un petit bois, deux conditions pas idéales. En outre, la carte à plus grand échelle me donne Cointrin plus au sud.

genveci3.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour

Suite à une autre discussion, je propose de débattre ici de la qualité des stations françaises de référence utilisées pour analyser les tendances du climat. Ces stations dites RCS sont les suivantes :

Bourges

Marseille Marignane

Mont Aigoual

Rennes

Strasbourg

Toulouse Blagnac

Je pensais qu'il y avait davantage de stations:

Météo France suit l'évolution SUR LE LONG TERME (depuis 1950) avec 22 stations (pour la France métropolitaine). En 1950, il n'y avait sans doute pas le même nombre de stations qu'aujourd'hui. Par exemple (source Meteo-France):

--------------------

"Le mois d’avril 2007 s’avère le plus chaud en France depuis 1950 avec une moyenne supérieure de 4°C aux normales saisonnières et pour l’heure particulièrement sec, a indiqué lundi Météo France.

(...)

La date de 1950 correspond à l’établissement de relevés de températures fiables dans 22 stations réparties sur l’ensemble du territoire."

--------------------

"L’hiver globalement le plus froid en France depuis 1950 est sans conteste l’hiver 1962-1963 avec un écart de température, calculé sur l’ensemble de la saison, de - 5 °C, loin devant l’hiver 1955-1956. (les écarts sont calculés sur la base de l’indicateur thermique, constitué de la moyenne des températures de 22 stations métropolitaines)."

--------------------

22 stations, c'est autant de stations que de régions administratives, c'est comme prétendre que Lyon est représentative de toute la région Rhône-Alpes...

Sauf précision supplémentaire, il y a donc abus de dire "en France depuis 1950", quand il s'agit plutôt de "dans 22 stations, essentiellement dans des agglomérations qui ont parfois doublé de taille et multiplié par 50 ou 100 leur trafic automobile, etc..."

Donc le sujet est excellent.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Sinon, j'ai décidément des problèmes avec les coordonnées MF ! Pour Rennes Saint-Jacques, en Bretagne donc, j'arrive en plein milieu d'un champ cette fois. Peut-être résolution trop faible pour voir la station.

A nouveau, s'il y a des Bretons...

RENNES

SAINT-JACQUES-DE-LA-LANDE (RENNES-ST JACQUES)

Ouverture : 01/10/1944

48°04'06" N

01°44'00" O

23489 hm

2967 hm

rennesqb0.jpg

Ce n'est pas vraiment un champ, c'est une aire gazonnée entre la piste principale de l'aéroport et une piste secondaire. Difficile d'être plus au centre de l'aéroport...

Ici une formule permettant de calculer la distance entre 2 points à partir de leurs latitudes et longitudes respectives:

http://www.lacosmo.com/ortho/ortho.html

...avec R rayon terrestre de 6378 km.

Je ne sais pas s'il y a une correction de l'altitude sur ces 6378 km dans les calculs de Météo France.

D'autre part, latitudes et longitudes ne sont entrées "qu'à" la seconde près.

Ceci suffit peut-être pour expliquer le décalage que tu observes.

...ou alors cette aire gazonnée est précisément l'endroit ou se fond les mesures ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je pensais qu'il y avait davantage de stations:

(...)

En effet il y en a plus pour MF, je me focalise sur ces stations-là parce qu'elles sont utilisées semble-t-il par le réseau NOAA/NCDC dans leurs évaluations historiques du climat mondial. C'est donc l'occasion de voir concrètement sur quelles bases sont produites les fameuses tendances globales et séculaires sur lesquelles tout le monde spécule.

Hélas, j'avoue que je suis un peu déçu par le manque d'entrain des uns et des autres (ie sur la dimension "physique" d'évaluation et prise en compte des déséquilibres énergétiques de surface et sur la dimension "enquête" sur l'historique des stations françaises, ou même suisses dans le cas intéressant relevé par lozere). Je n'ai pas trouvé de mon côté le temps de formuler un mail complet et précis aux ingénieurs de MF, je vais tâcher de le faire bientôt car je veux quand même en avoir le coeur net. Pour être franc, j'ai l'intuition que l'urbanisation progressive dans les 5-10 km alentour d'une station n'est pas prise en compte dans les données pluridécennales, sauf s'il y a rupture locale, ie aux abords immédiats (50-150 m) de la station, et rupture perceptible comme saut "net" sur la mesure ; mais il faut se méfier de ses intuitions, qui sont parfois des préjugés, donc je vais poursuivre et vous tiendrai au courant des réponses que je reçois le cas échéant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour être franc, j'ai l'intuition que l'urbanisation progressive dans les 5-10 km alentour d'une station n'est pas prise en compte dans les données pluridécennales, sauf s'il y a rupture locale, ie aux abords immédiats (50-150 m) de la station, et rupture perceptible comme saut "net" sur la mesure ; mais il faut se méfier de ses intuitions, qui sont parfois des préjugés, donc je vais poursuivre et vous tiendrai au courant des réponses que je reçois le cas échéant.

Le seul article (très synthétique) que j'ai trouvé sur le sujet est sur le lien suivant: http://www.smf.asso.fr/Ressources/Moisselin38.pdf

La méthode d'homogénéisation qui y est décrite devrait pouvoir couvrir aussi des changements d'environnement progressifs (i.e. sans rupture nette) puisqu'elle fonctionne par comparaisons itératives (donc on devrait pouvoir repérer une série qui décale progressivement), à condition que pour chaque station considérée, on dispose de suffisamment de séries proches géographiquement. C'est peut-être là qu'il y a un souci puisque MF annonce seulement 70 séries homogénéisées de température, ce qui ne fait même pas une par département; en outre, il s'agit peut-être de séries essentiellement urbaines et donc peut-être toutes soumises à des changements progressifs d'environnement simultanés rendant plus difficile le travail d'homogénéisation. Enfin, cela fait toujours bcp d'interrogations et peu de réponses. Je pensais aussi que les ingénieurs météo qui se promènent sur ce forum pourraient nous en dire plus...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...