meteor

hypothèse Ruddiman

Messages recommandés

Le principal puit de carbone, si c'est la question, n'est pas la flore mais bien et bel l'océan.

Il est fortement reconnu que les principaux puits de Carbone sont les océans :

Un puits de carbone correspond à un écosytème capable de puiser et de fixer le CO2 en excès dans l’atmosphère afin de lutter contre l’effet de serre. Ce phénomène reste totalement naturel. C'est une sorte de balance.

http://afpc.free.fr/puits.htm

http://www.manicore.com/documentation/serre/puits.html

http://rvfsl.free.fr/environnement2.html#puits

Maintenant à savoir, ce qui tend à bousculer cette hausse du CO2 vers le bas, ce choc climatique "inversé" reste une réelle question très intéressante. Qu'est ce qui pousse la planète à reéquilibrer une forte hausse du CO2 pour la ramener à moins de 200 ppm ?

Car ici nous avons à faire à un espèce de reéquilibrage. Le graphique ci dessus le prouve.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben depuis un certain temps, on considère que ce sont les variations des parametres orbitaux de la terre (excentricité, inclinaison de l'axe, précession des équinoxes..) qui pilotent les équilibres climatiques entre le climat "chaud et la climat "froide" (qui sont d'après ce qu'on connait les équilibres naturels de la terre). ensuite le CO2 s'adapte, grace comme la dit Météor à sa solubilité dans l'océan, ce qui donne des courbes parallèles mais sans lien (direct) de causalite.

Ce qui est nouveau maintenant, c'est que l'homme libère du carbone précédemment stocké, et qu'on a déjà dépassé tous les records en concentration de CO2. On verra bientot comment l'atmosphère et l'océan vont s'adapter à ce nouveau forçage.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Maintenant à savoir, ce qui tend à bousculer cette hausse du CO2 vers le bas, ce choc climatique "inversé" reste une réelle question très intéressante. Qu'est ce qui pousse la planète à reéquilibrer une forte hausse du CO2 pour la ramener à moins de 200 ppm ?

Je pense que cela doit venir du rechauffement des eaux de l'océan austral comme il puisent 30 à 50 % de la quantité de gaz carbonique véhiculé dans l’atmosphère terrestre, du fait de ca température froide. Et le rechauffement des eaux des ocean reduit aussi le plancton qui absorbent le CO2.

Pour plus d'infos sur ceci : http://la.climatologie.free.fr/ocean/ocean4.htm#gaz et http://la.climatologie.free.fr/rechauffeme...ffement5.htm#11

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Il y a un fait qui a été observé un phénomène dans l'océan qui est la clé de ce choc climatique qui pourrait s'inverser. Je suis en train de réunir un maximum d'information sur le sujet. Je vous tiens au courant default_mad.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ben depuis un certain temps, on considère que ce sont les variations des parametres orbitaux de la terre (excentricité, inclinaison de l'axe, précession des équinoxes..) qui pilotent les équilibres climatiques entre le climat "chaud et la climat "froide" (qui sont d'après ce qu'on connait les équilibres naturels de la terre). ensuite le CO2 s'adapte, grace comme la dit Météor à sa solubilité dans l'océan, ce qui donne des courbes parallèles mais sans lien (direct) de causalite.

Ce qui est nouveau maintenant, c'est que l'homme libère du carbone précédemment stocké, et qu'on a déjà dépassé tous les records en concentration de CO2. On verra bientot comment l'atmosphère et l'océan vont s'adapter à ce nouveau forçage.

Je suis tout à fait d'accord. En dehors d'épisodes volcaniques extrêmes (les trapps), comme avant la transition Permien-Trias, et les éventuelles conséquences de la chute d'un astéroïde (hypothèse généralement admise pour expliquer la disparition des dinosaures et la fin de l'ère secondaire), les fluctuations anciennes (succession de périodes glaciaires et d'interglaciaires) semblent effectivement corélées aux paramètres orbitaux dits de Milankovitch. Les changements dans la répartition des masses continentales jouent aussi un rôle, mais à une échelle de temps considérablement plus étendue.Quand à la réduction périodique du CO2 atmosphèrique, elle me parait due d'une part au tarissement de certaines sources de ce gaz, d'autre part - et peut-être surtout - à son recyclage par les puits de carbone.

Le tarissement ? Voici un exemple: Pendant les périodes de montée en température, une partie du CO2 provient très certainement de l'oxydation du CH4 libéré par le dégel des sols jusque là gelés et dans lesquels il s'était accumulé (permafrost). Quand ce réservoir tend à s'épuiser, il émet de moins en moins de CH4, précurseur du CO2. De même si la déstabilisation des clathrates à la fin d'une ère glaciaire (la baisse du niveau des océans au maximum d'une telle ère entraine une baisse de pression suffisante pour que certains gisements de clathrates de méthane deviennent instables) cesse avec la remontée du niveau des mers qui suit le recul des inlandsis et des glaciers pendant l'interglaciaire qui suit. D'autres mécanismes de rétroaction peuvent également contribuer à expliquer ces fluctuations autour d'un équilibre instable : évolution de la faune et de la flôre, réactivité des sols, etc...

Il existe donc une tendance naturelle de longue durée à une oscillation à la fois des températures et du taux de CO2 atmosphèrique. Tendance probablement bouleversée par les activités humaines. Celles ci-émettent des GES et si le réchauffement est plus fort que lors des épisodes naturels, on pourrait voir se surajouter la déstabilisation d'au moins une partie des gisements de clathrates dans quelques décennies. Alors qu'il semble que - hormis la transition Permien-Trias et de rares épisodes de même nature, cette déstabilisation périodique ne soit généralement intervenue qu'à la fin des périodes glaciaires, quand le niveau des océans avait suffisamment baissé...

Alain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je voudrais savoir les différents processus qui libèrent du CO2 et qui en consomment.

Je ne connais que ceux là:

Procéssus libèrant du CO2

-Le volcanisme

-L'activité humaine

-Les précipitation des carbonates dans les océans ou lacs.

Ca2+ + 2HCO3- = CaCo3+H20+Co2

Procesus consommant du CO2

-Incorporation par la biosphère

-Altération chimique des roches carbonaté, sillicates...

CaSiO3+H2O+2Co2+SiO2+Ca2++2HCO3-

Si il y en a d'autres.....?

PS: Si il y a plus de CO2 atmo la terre se réchauffe, mais dans ce cas, la solubilitédu CO2 ds l'eau diminue, le CO2 gazeux libéré diffuse donc vers l'atmosphère. Cela augmente l'effet de serre et le réchauffement est ainsi amplifié.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je voudrais savoir les différents processus qui libèrent du CO2 et qui en consomment.

Je ne connais que ceux là:

Procéssus libèrant du CO2

-Le volcanisme

-L'activité humaine

-Les précipitation des carbonates dans les océans ou lacs.

Ca2+ + 2HCO3- = CaCo3+H20+Co2

Procesus consommant du CO2

-Incorporation par la biosphère

-Altération chimique des roches carbonaté, sillicates...

CaSiO3+H2O+2Co2+SiO2+Ca2++2HCO3-

Si il y en a d'autres.....?

PS: Si il y a plus de CO2 atmo la terre se réchauffe, mais dans ce cas, la solubilitédu CO2 ds l'eau diminue, le CO2 gazeux libéré diffuse donc vers l'atmosphère. Cela augmente l'effet de serre et le réchauffement est ainsi amplifié.

La majeure partie des échanges CO2 sont naturels (la planète ne nous a pas attendus pour avoir un cycle du carbone !) :

60 Gt - dans chaque sens - entre la végétation et l'atmosphère,

90 Gt - dans chaque sens aussi - entre l'océan de surface et l'atmosphère,

40 à 50 Gt - dans chaque sens - entre l'océan de surface et la vie marine,

Mais si l'homme n'a pas créé le cycle du carbone, il y a rajouté "ses" échanges qui font toute la différence dans le cadre du changement climatique :

6 Gt environ due à la combustion des énergies fossiles et à la production de ciment,

1 Gt environ due à la déforestation (on explique plus bas pourquoi).

puit_graph1.gif

Flux annuels en 2000, et stocks existants de carbone, en gigatonnes (milliards de tonnes) de carbone

Source : http://www.manicore.com/documentation/serre/puits.html

Williams

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour tout le monde et bonne année!

Je fais une petite parenthèse dans le sujet carbone car j'étais à Paris jeudi dernier pour une réunion et dernière mise à jour des données paléoclimatiques, jusqu'à maintenant on avançait un réchauffement de 11°C en 20 ans pour le Dryas.

Or dernières études à paraître (M. Magny) -sans qu'on ait eu de détail c'était une infos à la volée- le réchauffement durant ces 20 ans n'aurait pas excédé 6°C... On réduit l'écart de moitié! C'est énorme. Mais bon ça reste suffisament "hard" pour deux décennies d'où l'impact sévère sur les milieux et leurs changements brutaux qui eux sont enregistrés et visibles.

Je m'intéroge juste sur les méthodes ayant permis cette révision...

A+!

Alex.

PS: je n'oublie pas de faire un petit post sur l'évolution des milieux entre 50 000 et 12 000BP mais là j'ai des échéances urgentes...du mammouth sur le feu...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je voudrais savoir les différents processus qui libèrent du CO2 et qui en consomment.

Je ne connais que ceux là:

Procéssus libèrant du CO2

-Le volcanisme

-L'activité humaine

-Les précipitation des carbonates dans les océans ou lacs.

Ca2+ + 2HCO3- = CaCo3+H20+Co2

Procesus consommant du CO2

-Incorporation par la biosphère

-Altération chimique des roches carbonaté, sillicates...

CaSiO3+H2O+2Co2+SiO2+Ca2++2HCO3-

Si il y en a d'autres.....?

PS: Si il y a plus de CO2 atmo la terre se réchauffe, mais dans ce cas, la solubilitédu CO2 ds l'eau diminue, le CO2 gazeux libéré diffuse donc vers l'atmosphère. Cela augmente l'effet de serre et le réchauffement est ainsi amplifié.

Il y a aussi les réactions d'oxydation ou de combustion du méthane (CH4) qui aboutissent à donner du CO2 et de l'eau.

Le méthane est lui même le résultat de la fermentation bactérienne de débris organiques animaux ou végétaux.

Puis il y a aussi les émissions de CO2 par la végétation stressée par une canicule. Ainsi, après la grande canicule en France, les forêts ont cessé quelque temps de se comporter en puits de carbone pour se transformer en fontaines de carbone.

De plus, avec le réchauffement, les sols ont tendance à rejeter du CO2 et du CH4 dans l'amosphère. Ca a été mesuré l'été dernier en Angleterre.

Alain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

J'ai lu également un article concernant la théorie Ruddiman.Je trouve cela assez réaliste et possible. Après tout c'est prouvé l'agriculture et l'élevage représente un pourcentage non-négligeable dans les GES. Si une ère glaciaire devait arrivée elle n'est pas encore là et c'est peut etre grace à nos productions intensives de gaz. Mais un jour ou l'autre il y aura forcément une prochaine ère glaciaire. On sait que tout est lié. Ruddiman a émis une hypothèse hors du commun et inattendue mais qui pourrait etre la réalité!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Voici donc les déductions que j'ai pu entrevoir sur le sujet :

Re équilibrage Climatique

et

L'Océan Profond où la clé du Re-équilibrage

Juste un commentaire rapide au sujet du refroidissement de l'océan profond.

Si cela est confirmé, cela pourrait aller dans le sens de ce que j'avais prévu (et écrit) concernant les courants océaniques: Je m'attendais non à un arrèt, mais à une plongée moins profonde des eaux du GS aux hautes latitudes. Il y aurait donc un moindre transfert de calories vers les eaux très profondes (pour simplifier, aux profondeurs inférieures à 1 ou 2 Km), avec pour corolaire un réchauffement plus rapide des couches médianes et superficielles, surtout (mais pas uniquement) vers les mers déjà chaudes. Dans cette hypothèse (ce n'est encore qu'une hypothèse), la banquise fondrait plus vite et se reformerait plus tardivement tandis que les gisements d'hydrates de méthane (dont 98 % sont à moins de 1000 m de profondeur, en majorité entre 200 et 500 mètres) seraient plus rapidement déstabilisés.

Alain

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.