Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Climats du monde


dann17
 Share

Recommended Posts

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#510. Orcadas.

 

Alors que l'on commençait à ne plus y croire notre connexion internet fixe a été activée aujourd'hui ! Voici donc sans plus tarder une fiche prête depuis quasiment début juin:

Orcadas est une base argentine des iles Orcades du sud (South Orkney Islands), à 700kms de la péninsule Antarctique. Malgré l'éloignement du continent nous verrons rapidement que l'avancée de la banquise hivernale donne à ce lieu un caractère bien plus continental que les côtes ouest de la péninsule, ce phénomène a déjà été évoqué avec  les bases Esperanza et Marambio, il y a deux mois.

Esperanza est à 702kms, Marambio 721kms, Eduardo Frei 770kms.

88968_map0.jpg

 

Zoom sur le relief de l'archipel. Orcadas est sur l'ile Laurie. Une autre station, anglaise, se trouve sur l'ile Signy, et elle détient le record absolu de douceur de la zone antarctique   avec 19.8°c le 30/01/1982.

88968_dem.jpg

 

La station est située sur un isthme coincé entre deux montagnes, on se doute évidemment que le vent va essentiellement se retrouver canalisé dans les directions NO/SE.

88968_map1.jpg

 

Vue vers le nord-est:

88968_photo.jpg

 

88968_Orcadas_A.png

 

Malgré la position 3° plus au nord, Orcadas est presque aussi froide que Esperanza en hiver (Tm de -9.0°c en juillet contre -10.6°c)... les coups de froids y sont même plus intenses, avec une tnn annuelle médiane  de -29°c (-26°c à Esperanza) ou des 10-centile de tn plus bas en hiver. Voici une carte d'englacement hivernal pour mieux comprendre comment cet archipel se retrouve souvent plus froid que le continent:

88968_Ice_20180904.png

Englacement du 04/09/2018, et climatologie 1978-2012 à cette date, qui correspond peu ou prou à l'englacement max de fin d'hiver.

 

Si l'année en cours (2018) est un très mauvais exemple avec une banquise en berne, les iles Orcades se retrouvent normalement entourées de banquise en hiver: la ligne montrant l'extension moyenne des glaces est environ 2° plus au nord soit à la louche un peu plus de 200kms. De quoi gommer complètement l'influence modératrice océanique, sauf lorsque le vent souffle "du large": suivant le sens de vent les contrastes de températures vont être violents car l'océan libre de glace n'est pas si loin et les redoux hivernaux facilement proches du dégel.

 

NB: nouveau record de basse pression pour notre étude de la zone Antarctique, avec 920.4 hPa le 17/08/2015 !

 

Confirmation sur les roses des vents de la domination des vents de NO (océaniques en toute saison) ou de SE (vraiment froids en hiver).

88968_Orcadas_C.png

 

 

88968_Orcadas_B.png

 

 

Voici donc un hiver moyen, où le froid d'aout compense la douceur de juillet. On constate en effet de grands et fréquents écarts de t°, suivant que le vent ramène de la douceur de l'océan libre de glaces ou de la froidure de la banquise. On peut passer en une journée de -30°c à 0°c.

88968_JUN-AUG14.png

 

Et selon que l'un ou l'autre des types de temps l'emporte sur des durées assez longues, on obtient parfois de fortes anomalies mensuelles: voici deux exemples extrêmes de mois d'aout, avec 13.3°c d'écart entre la Tm de ces deux mois:

- aout 2001, très doux (aout 2003 fut encore 0.1°c plus doux). De fréquentes et fortes tempêtes également!

88968_AUG01.png

 

- aout 2006, très froid.

88968_AUG06.png

 

On imagine facilement les anomalies locales d'extension de la banquise lorsque l'un ou l'autre de ces régimes persiste trop longtemps.

 

Un cours exemple de printemps, avec octobre 2014:

88968_OCT14.png

 

 

Voici un été normal, et il faut le reconnaitre bien pourri. Je n'ai pas trouvé de stats détaillées dignes de confiance, mais il semblerais que cette zone soit l'une des moins ensoleillée au monde avec seulement 483h/an d'après le wiki anglais. La base de l'ile de Signy doit être bien foehnée pour avoir frôlé les 20°c, car ici les 10°c sont difficile à dépasser et la txx annuelle médiane n'est d'ailleurs que de 9°c.

88968_DEC06-FEB07.png

 

 

Enfin un court exemple d'automne, avec un premier coup de semonce hivernal début avril 2014:

88968_APR14.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 7
  • Merci 4
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites

  • Replies 4.5k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Top Posters In This Topic

Popular Posts

Merci pour tes précisions Dann, je pensais que les saison sèches de ces climats Ivoiriens étaient moins significatives.   #500. Pôle Sud.   500e fiche et donc un lieu vraiment spéc

# Hors-Série: Le Baïkal.   Je voulais en savoir un peu plus sur l'influence qu'a ce lac sur le climat local: j'ai donc cherché sur Ogimet des stations lacustres, et j'ai été rapidement confr

#410. Malye Karmakuly.   Voici une fiche un peu exceptionnelle pour conclure cette série Russe. Je pense que peu de monde à déjà entendu ce nom: Malye Karmakuly est la première implantation

Posted Images

 

 

Merci pour cette fiche @mottoth

Je suis assez surpris que de telles quantités de précipitations puissent parfois tomber par des températures aussi froides. Sans doute l'influence marine à proximité  mais cette dernière devrait "limiter " Le froid aussi extrême notamment lorsque tombent de telles quantités de précipitations.  Les épisodes neigeux avec le vent...doivent être dantesques. 

Edited by Meteorologist Office
modéré, quote totalement inutile et rendant le topic illisible
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)
Il y a 14 heures, Meteorologist Office a dit :

 

 

Merci pour cette fiche @mottoth

Je suis assez surpris que de telles quantités de précipitations puissent parfois tomber par des températures aussi froides. Sans doute l'influence marine à proximité  mais cette dernière devrait "limiter " Le froid aussi extrême notamment lorsque tombent de telles quantités de précipitations.  Les épisodes neigeux avec le vent...doivent être dantesques. 

 

Il est possible que les données de RR aient un problème: les normales 1961-1990 consultables sur le wiki anglais donnent une lame d'eau annuelle presque deux fois plus faible que mes résultats. Cependant je n'ai pas détecté d'incohérences répétées dans les différents reports journaliers. Il se peut aussi que les mesures des RR par grand vent se soient nettement amélioré depuis une cinquantaine d'année et que les mesures actuelles reflètent mieux les conditions réelles.

En tout cas les conflits de masses d'air incessants, et impliquant de l'air maritime humide, peuvent expliquer l'abondance des précipitations.

Edited by mottoth
Link to post
Share on other sites

il y a 37 minutes, mottoth a dit :

 

Il est possible que les données de RR aient un problème: les normales 1961-1990 consultables sur le wiki anglais donnent une lame d'eau annuelle presque deux fois plus faible que mes résultats.

 

C'est vrai que tes données sont beaucoup plus récentes, j'aurai tendance à dire qu'elles sont davantage représentatives du temps qu'il fait. Après le wiki en anglais, faut bien revérifier sur la NOAA mais il se base sur une période beaucoup plus longue d'une part incluant très probablement des cycles beaucoup plus perturbés que d'autres ( même si niveau synoptique ça ne fait aucun doute les conflits de masses d'airs accompagnées de grosses tempêtes sont monnaies courantes là-bas).  Après c'est vrai que la différence est énorme. Dans tous les cas même si les RR sont deux fois plus faible ça reste remarquable. Sur le wiki en anglais, il y a bien un creu de RR durant la saison hivernale par rapport aux autres mois les plus doux ce qui est bien évidemment logique. Etant donné que les changements de masses d'airs sont brute et violents, on peut aussi conjecturer que les fortes précipitations hivernales ponctuelles ayant lieu se produisent lors des redoux relatifs. On a tendance à retrouver une RR en hiver un peu équivalente aux régions très proche des Grands Lacs en Amérique du Nord ou au Québec ( cf au Wiki anglais). 

 

 

 

Link to post
Share on other sites

Il y a 11 heures, mottoth a dit :

 

Il est possible que les données de RR aient un problème: les normales 1961-1990 consultables sur le wiki anglais donnent une lame d'eau annuelle presque deux fois plus faible que mes résultats. Cependant je n'ai pas détecté d'incohérences répétées dans les différents reports journaliers. Il se peut aussi que les mesures des RR par grand vent se soient nettement amélioré depuis une cinquantaine d'année et que les mesures actuelles reflètent mieux les conditions réelles.

En tout cas les conflits de masses d'air incessants, et impliquant de l'air maritime humide, peuvent expliquer l'abondance des précipitations.

 

Étant une station à haute valeur symbolique, beaucoup de recherches ont été faites sur son histoire. Voir avec Verónica Beatriz Aldazábal (contact en bas de page)

 

Edit: Je n'ai plus pensé à donner les graphes du SMN :

https://qcvarnish.smn.gob.ar/graficos_smn.php?app=normales&omm_id=88968
https://qcvarnish.smn.gob.ar/graficos_smn.php?app=variables_extremas&omm_id=88968&grupo_variables=precipitaciones

Edited by Thundik81
ajout
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#511. Mount Pleasant.

 

Dernière fiche de cette série, nous sortons ici de la zone Antarctique mais pas très loin: les Malouines (Falkland en anglais) sont un archipel de l'Atlantique Sud au large de l'Argentine. L'Angleterre et l'Argentine se disputent cet archipel, avec pour point d'orgue l'une des guerre les plus stupide du XXe siecle... aujourd'hui l'antagonisme perdure, et l'on échappera pas à la guerre des noms pour cette fiche (on a déjà constaté vers la péninsule Antarctique les Argentins renomment allègrement à leur sauce la géographie de la région): Falklands pour les anglais, Malouines (Malvinas) pour les Argentins.

Mount Pleasant est une base de la Royale Air Force anglaise, ouverte en 1985 suite au conflit armé. On ne trouve donc pas encore de normales climatologiques officielles pour cette station ouverte après 1981.

Punta Arenas est à 850kms, Comodoro Rivadavia 935kms, Eduardo Frei 1150kms, Orcadas 1300kms.

88889_map0.jpg

 

L'ile Orientale est la plus peuplée, avec notamment les 2100h de Port Stanley et les 1000 à 2000 militaires de Mt Pleasant... Seulement 800h à 900h se répartissent sur le reste de l'archipel. Le relief est souvent assez rugueux même s'il ne s'élève jamais à plus de 700m. D'ouest en est l'archipel mesure 260kms dans sa plus grande dimension.

88889_dem.jpg

 

La station de Mount Pleasant est au plus près à 8kms de l'océan, et à 43kms de Port Stanley.

88889_map1.jpg

 

88889_Mt_Pleasant_Av2.png

 

Ce climat est à peine subpolaire d'après les critères de Köppen, avec un Tm du mois le plus chaud de seulement 10.7°c... cependant on est loin du climat polaire, ne serais-ce que par le manque de froid hivernal. Les étés peuvent être marqués par une douceur, voire une chaleur, étonnante: nous sommes ici sous le vent de la Patagonie, où l'abri des Andes permet de temps en temps de puissantes advections chaudes - pour rappel le record de chaleur à Comodoro Rivadavia est autour de 40°c. Une fois reprises dans le courant d'ouest dominant ces chaleurs arrivent sur l'archipel suffisamment vigoureuses pour donner occasionnellement un beau semblant d'été. L'hiver quand à lui ressemble un peu à ce que l'on a pu voir sensiblement à cette latitude sur l'ile Macquarie: du froid modéré, marqué par des gelées peu sévères et de la neige assez fréquente mais généralement ni abondante ni durable.

 

Et du vent sensible, en toute saison. A ces latitudes le zonal d'ouest domine évidemment:

88889_Mt_Pleasant_C.png

 

88889_Mt_Pleasant_B.png

 

 

Voici donc un hiver classique, qui évolue entre froid modéré occasionnellement neigeux et redoux. Le tout avec pas mal de vent et de mauvais temps... à beaucoup d'égard on dirait un hiver en Irlande du Nord ou dans l'ouest de l’Écosse.

88889_JUN-AUG08.png

 

 

Voici un mois de printemps classique, avec quelques journées agréables et aussi des gelées tardives.

88889_OCT04.png

 

 

Voici un été normal: c'est bien pourri, à part quelques beaux épisodes de douceur. Les coups de vent sont encore plus vigoureux qu'en hiver.

88889_DEC10-FEB11.png

 

 

Et enfin un rapide exemple d'automne, une saison vraiment symétrique au printemps avec encore quelques journées agréables mais aussi quelques frimas.

88889_APR03.png

 

 

Voilà pour ce bout du monde, avec un climat qui en effet est plutôt familier aux anglais (plus qu'aux Argentins !): les hivers ressemblent à ce que l'on peut trouver dans pas mal de régions des iles Britanniques, quand aux étés on se rapproche quand même plus de l'Islande.

 

Edited by mottoth
  • J'aime 5
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Merci pour ces deux dernières fiches !

 

Etonnant cette différence entre le climat de Mount Pleasant et Orcadas à 1300 km de distance : Orcadas est vraiment dans le monde polaire avec un été quasiment inexstant (plus froid que l'hiver de Mount Pleasant !!) et Mount Pleasant est déjà dans le domaine tempéré, bien que les étés soient encore très frais. 

Link to post
Share on other sites

Le ‎12‎/‎09‎/‎2018 à 19:37, mottoth a dit :

#510. Orcadas.

 

 

Malgré la position 3° plus au nord, Orcadas est presque aussi froide que Esperanza en hiver (Tm de -9.0°c en juillet contre -10.6°c)... les coups de froids y sont même plus intenses, avec une tnn annuelle médiane  de -29°c (-26°c à Esperanza) ou des 10-centile de tn plus bas en hiver. Voici une carte d'englacement hivernal pour mieux comprendre comment cet archipel se retrouve souvent plus froid que le continent:

 

 

 

 

Et plus froide en Tm annuelle que Eduardo Frei pourtant située plus prés du pole !

Link to post
Share on other sites

Il y a 11 heures, Yves38 a dit :

Merci pour ces deux dernières fiches !

 

Etonnant cette différence entre le climat de Mount Pleasant et Orcadas à 1300 km de distance : Orcadas est vraiment dans le monde polaire avec un été quasiment inexstant (plus froid que l'hiver de Mount Pleasant !!) et Mount Pleasant est déjà dans le domaine tempéré, bien que les étés soient encore très frais. 

 

C'est drôle j'ai eu la réaction exactement inverse en me disant que ça caillait beaucoup plus que je ne pensais. Il peut neiger en plein été, c'est assez impressionnant quand on pense qu'on est à 51° sud, au niveau de la mer.  La tm annuelle à Comodoro Rivadavia, qui est à 930 km, est de 13,2°c, une différence énorme (certes la comparaison est difficile entre ces deux climats qui n'ont strictement rien à voir), et par ailleurs Punta Arenas, pourtant plus au sud que Mount Pleasant, a un climat thermiquement assez similaire. 

Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#512. Turaif.

 

Début d'une série sur l'Arabie Saoudite: on commence à l'extrême nord du pays. Turaif est une ville de 49 000h à 255kms à l'est de Amman et sensiblement à la même altitude.

La capitale, Riyad, est à 1100kms au sud-est.

40356_map0.jpg

 

Le relief est peu accidenté mais la zone de Turaif est à une altitude moyenne de 800 à 900m.

40356_dem.jpg

 

Pas de problème de cloisonnement pour cette station d'aéroport en plein désert. Sur toute la série qui s'annonce dans ce pays on n'aura rarement de bémol à apporter à l’implantation des synoptiques, qui sont systématiquement en milieu aéroportuaire et souvent bien éloignées des terminaux.

40356_map1.jpg

 

40356_Turaif_A.png

 

Seulement 255kms depuis Amman, sans relief majeur entre, mais déjà une évolution notable du climat entre ces deux villes:

- la lame d'eau annuelle est ici divisée par deux, et aucun mois n'échappe à la sécheresse: ici même les hivers sont secs.

- le niveau de froid hivernal est similaire avec des gelées assez fréquentes (20 à 22j/an). La neige est possible et l'on peut trouver des photos de tenue au sol avec google images.

- la chaleur estivale est nettement plus forte (+5°c sur les Tm de juillet et aout), malgré un relatif effet rafraichissant de la méditerranée (distante de 375kms).

 

En effet on retrouve en été un fort courant thermique, d'ouest, de la mer vers le continent: on le trouvait aussi à Amman, et il est toujours présent ici en dominant les roses des vents de avril à septembre.

En hiver on retrouve une alternance entre flux d'est anticyclonique et sec ou un flux d'ouest humide et perturbé qui correspond à un régime zonal où la zone barocline s'abaisse dans l'est de la méditerranée.

40356_Turaif_C.png

 

 

Voici un hiver normal. Ce qu'il est intéressant de constater sur ces tableaux ce sont les quelques journées de temps gris, frais et humide voire brumeux, avec des tx qui peinent à franchir 10°c. Ce type de temps, que l'on retrouve davantage à Amman ou plus au nord (voir la fiche de Diyarbakir), va se faire de plus en plus rare en descendant vers le sud; en fait l'extrême nord de l'Arabie Saoudite est la seule zone du pays où ce type de temps se rencontre assez régulièrement en hiver.

40356_DEC13-FEB14.png

 

 

Le printemps est évidemment la saison la plus variable et la plus instable, et cela va se traduire dans tout le pays par une fréquence plus forte des tempêtes de sable.

Ici c'est encore bien vivable - à part la forte tempête du 12/05 -, mais l'on verra des lieux où le sable est vraiment un problème.

La maigre saison des pluies hivernale se prolonge de façon très irrégulière jusqu'à la fin du printemps, où une seule demi journée orageuse peut donner la plupart des pluies de la saison et la plus haute lame d'eau annuelle.

40356_MAR-MAY05.png

 

 

En été le soleil est sans partage, et le temps plus stable limite les soulèvements de sable. Et puis on l'a vu, le courant dominant vient de la mer et à tendance à repousser la poussière plus à l'intérieur du continent. L'exemple choisi (2011) est assez contrasté pour les températures, notamment cette tx de 45°c début aout qui est à priori un record absolu.

NB: l'Arabie Saoudite arrondi beaucoup de t° au degré près (ainsi les les Td), et parfois de manière systématique comme sur cette fiche. Difficile d'être donc précis sur les records, la barre des 45°c à été à 3 reprises sur la période d'étude et le wiki anglais donne aussi une txx de 45°c sans décimale.

40356_JUN-AUG11.png

 

 

Enfin un exemple d'automne: le mauvais temps revient la plupart du temps en octobre avec du sable et parfois de fortes dégradations pluvio orageuses comme au printemps.

Sur cet exemple on trouve le retour de condition humides hivernales après la journée pluvieuse du 24/11, avec des brumes et brouillards matinaux.

40356_SEP-NOV03.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 5
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#513. Tabuk.

 

Tabuk compte environ 530 000h, c'est la plus grande ville du nord-ouest de l'Arabie Saoudite, et la plus grande base de l'armée de l'air Saoudienne.

Eilat est à 205kms, Hurghada 305kms, Turaif 420kms.

40375_map0.jpg

 

Tabuk est dans une haute plaine, à 780m d'altitude. Plusieurs chaines de montagnes, dont le Jabal al-Lawz et le Jabal al-Sifa, protègent ce bassin intérieur des influences de la mer Rouge et notamment de sa forte humidité de basse couche en été.

40375_dem.jpg

 

L'aéroport sur lequel est la station synoptique est assez urbanisé. Le milieu est aussi un peu transformé par de larges zones de cultures irriguées, mais pas de quoi bouleverser le climat de la zone: on constatera que l'hygrométrie reste dans des valeurs typiques des climats désertiques chauds.

40375_map1.jpg

 

40375_Tabuk_A.png

 

Le gain en latitude (3°20') se traduit par une nette hausse des Tm par rapport à Turaif et un resserrement de l'amplitude thermique annuelle: +4°c en janvier, +2°c en juillet/aout.

L'hygrométrie absolue (Td) reste à un niveau similaire, et du coup l'HR tombe en moyenne de 10% par rapport à Turaif... ce qui avec la raréfaction des pluies fait tomber ce climat dans l'aridité en permanence: même en hiver cela n'est plus discutable, et d'ailleurs on ne trouvera plus ce type de temps parfois gris et humide qui s'impose parfois dans l'extrême nord du pays.

 

Sur les rose des vents le courant originaire de la méditerranée vient du NNO, qu'il soit d'origine zonale en hiver ou thermique en été: ce vents est légèrement moins chaud et sec que les autres.

40375_Tabuk_C.png

 

 

40375_Tabuk_B.png

 

 

Plus d'épisode gris et brumeux en hiver, contrairement à Turaif: le mauvais temps épisodique est ici vite balayé par des conditions pleinement désertiques. Le gel est assez rare, il survient en moyenne 3 ou 4 fois par an, et passé les nuits parfois un peu froides c'est une saison très agréable, sans chaleur excessive ni sable trop présent.

40375_DEC13-FEB14.png

 

 

Au printemps, c'est un grand classique: instabilité parfois orageuse, et épisodes de sable. Cependant cette plaine est assez peu ventée et le sable est peu envahissant.

40375_MAR-MAY17.png

 

 

Grand ciel bleu sans partage en été, c'est impressionnant avec certains mois ou la nébulosité tend vers le zéro absolu !

Le vent est généralement faible, et pas grand chose ne vient troubler la chaleur routinière. L'altitude fait que l'on reste dans des niveaux de chaleur "supportables" et encore bien éloignés des extrêmes connus ailleurs dans le pays: les tn redescendent bien la nuit et l'on ne trouve pas de séries de tn supérieures à 30°c.

40375_JUN-AUG01.png

 

 

Septembre est une continuation de l'été, aussi calme voire ennuyeux mais avec quelques degrés de moins. Il faut attendre octobre et surtout novembre pour revoir un peu d'agitation et des variations de températures un peu plus prononcées.

40375_SEP-NOV03.png

 

 

Pour un climat désertique chaud ce n'est pas si désagréable au final: la chaleur est certes forte en été mais sèche et encore relativement supportable, et les vents de sable assez rares finalement.

 

  • J'aime 3
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#514. Hail.

 

Hail compte environ 400 000h. Tabuk est à 510kms, Turaif 560kms, Riyadh 580kms.

40394_map0.jpg

 

La montagne ('jebel' en arabe) Aga (ou Aja) domine l'ouest et le nord ouest de la ville, d'une altitude moyenne de 1200 / 1300m contre 1000m en ville.

Au sud la ville on trouve des plateaux et reliefs plutôt montagneux, tandis qu'au nord s'étend l'erg du désert du Nefud. Au nord-est et à l'est de la ville, dans les parties les plus basses de cette carte, de larges zones artificiellement irriguées conquièrent le désert et font de la région l'un des greniers du pays.

40394_dem.jpg

 

Vue vers le NNO: la station est sur l'aéroport de la ville, à 9kms du centre et autant des premiers relief du Jebel Aga.

40394_map1_NNO.jpg

 

40394_Hail_A.png

 

Peu de différences avec la précédente fiche sur Tabuk, 200m plus bas mais 1° plus au nord: les Tm sont semblables, les amplitudes thermiques diurnes moyenne également. Il fait cependant un peu plus chaud en été ici, avec des Txm qui dépassent 40°c en juillet et aout. Les précipitations sont un peu plus fortes ici (67mm contre 41mm/an à Tabuk), probablement un petit effet orographique.

L'hygrométrie baisse encore d'une cran par rapport à Tabuk, avec notamment en été une moyenne d'HR proche de 15% contre 21%: nous sommes à peu près au coeur de la péninsule Arabique et les sources d'humidité sont loin, que ce soit la Méditerranée, la mer Rouge ou le golfe Persique.

 

Le climat au sein de l'erg du Nefud, qui commence à 50kms au nord de la ville, est probablement globalement plus chaud en raison de l'altitude plus basse (700m à 800m), mais plein de contrastes locaux en raison de la topographie d'un champ de dune. Un cas de micro-climat de creux d'un champ de dune a déjà été vu ici, c'est l'oasis gazière de Tazhong, en Chine, il se caractérise par des tn souvent bien plus basses, avec de très  fortes amplitudes thermiques régulièrement observées.

 

Les vents dominants sont canalisés par le relief du Jebel Aga... ce redressement des vents dominants suivant une direction méridienne signe peut-être aussi la transition déjà entamée entre les vents zonaux des latitudes plus septentrionales et la circulation à dominante NE/SO (alizés/mousson) des zones tropicales.

Ici les vents de dominante nord restent un peu moins secs que ceux de sud en raison de leur lointaine origine méditerranéenne, il ne méritent donc pas encore vraiment une dénomination d'alizés continentaux (cf l'Harmattan en Afrique).

40394_Hail_C.png

 

40394_Hail_B.png

 

 

L'hiver ressemble vraiment à ce que l'on a déjà vu à Tabuk: le mauvais temps est vraiment rare et il s'attarde peu. Le gel est un peu plus fréquent sur ce plateau, il peut même être particulièrement sévère avec une tnn de -10°c sur la période d'étude: on imagine alors sans mal les innombrables fond de cuvette de l'erg du Nefud connaitre fréquemment du gel sévère en hiver et potentiellement atteindre des valeurs proches de -15°c.

En dehors de ces nuits parfois froides le temps est souvent radieux et très agréable. J'avais dit que les journées grises et humide ne s'aventuraient normalement pas pas plus au sud que la région de Turaif, on en trouve cependant un rare exemple les 5 et 6/01.

40394_DEC13-FEB14.png

 

 

La proximité des sables du Nefud donne des épisodes de sable plus fréquents, notamment au printemps ou la fréquence de visibilités mauvaises (5kms ou moins) atteint 7% en avril contre 3% à Tabuk et 6% à Turaif. On retrouve donc ici tout ce qui fait le printemps des zones continentales de cette région: montagnes russes thermiques, dégradation orageuses ponctuelles (et souvent sèches), et épisodes de sables.

Dès le mois de mai on voit apparaitre un trait local du climat de Hail qui est caractéristique de l'été: certaines nuits sont particulièrement chaudes, lorsque le vent ne retombe pas.

40394_MAR-MAY16.png

 

 

Voici un été normal: c'est très monotone une fois les dernières perturbations printanières évacuées, et seules les occasionnelles nuits chaudes sous le séchoir du désert donnent un peu de relief à cette météo estivale.

40394_JUN-AUG11.png

 

 

Le "régime estival" très calme dure environ 4 mois, de juin à septembre, et il faut donc attendre octobre pour voir le retour de perturbations pluvio-orageuses. On n'échappe pas à la loterie des pluies de ce genre de climat: les orages peuvent s'enchainer mais rester secs ou les pluies peuvent se montrer généreuses d'un seul coup. Ce mois d'octobre en apparence largement excédentaire en précipitations est finalement plutôt normal, tout comme le serait un mois d'octobre sans aucune pluie mesurable.

40394_SEP-NOV02.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 4
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#515. Hafar Al-Batin

 

Hafar Al-Batin compte environ 290 000h avec sa voisine, Qaisumah.

Riyadh est à 400kms, Hail 445kms, Turaif 810kms et Dubai 975kms.

40373_map0.jpg

 

La ville est située au bord du Wadi al-Batin, la partie asséchée du Wadi al-Rumamh, qui serait le plus long fleuve du pays s'il coulait encore vraiment.

Le golfe persique est à 215kms. C'est du désert très plat tout autour, sans champ de dune.

40373_dem.jpg

 

La synoptique est située sur l'aéroport, dans la commune d'Al-Qaisumah. à 19kms du centre ville d'Hafar Al-Batin.

40373_map1.jpg

 

40373_Hafar_AlBatin_A.png

 

A seulement 360m d'altitude nous somme bien plus bas que les fiches précédentes en entrons donc dans le domaine des chaleurs estivales extrêmes. Il faut dire que nous nous rapprochons aussi du Koweit et de la région de Bassorah (Irak) et Abadan/Ahwaz (Iran), des spots de chaleurs bien connus au niveau mondial. Ce climat se distingue donc par sa chaleur infernale en juillet et aout, avec parfois des pointes à 50°c.

On va aussi y trouver plus d'épisodes de sable et de poussière qu'ailleurs: la fréquences des mauvaises visibilités (5kms ou moins) atteint 10% en avril, alors qu'on n'a pas dépassé 7% jusqu'à présent (à Hail).

 

On se rapproche du golfe persique, mais cependant l'humidité de basse couche qui y règne en été est rarement rabattue jusqu'ici et l'hygrométrie reste la plupart du temps bien basse. La cause en est ce puissant courant estival de nord à nord-ouest, qui fait la jonction entre le courant thermique en provenance de la méditerranée et ce qui deviendra l'alizé plus au sud en s'incurvant vers le nord-est.

40373_Hafar_AlBatin_C.png

 

 

Toujours des valeurs de nébulosité moyenne extraordinairement basses en été, quelques dixièmes tout au plus:

40373_Hafar_AlBatin_B.png

 

 

La proximité relative du golfe Persique semble favoriser une certaine cyclogenèse hivernale et donner un regain de précipitations par rapport aux localités plus à l'ouest: 105mm de RR annuelles ici, contre 67mm à Hail et 41mm à Tabuk. On trouve donc ici des pluies hivernales un peu plus franches, avec occasionnellement une vrai journée grise et maussade. Mais l'hiver est le plus souvent très agréable.

40373_DEC02-FEB03.png

 

 

Les tempêtes de sable printanières sont ici souvent fortes et assez durables. On retrouve aussi des fortes chaleurs (40°c ou plus) de façon assez précoce: le mois de mai est ici aussi chaud que juillet ou aout à Hail ou Tabuk.

40373_MAR-MAY07.png

 

 

L'été est assez monotone, et donc marqué continuellement par une chaleur accablante: les tx moyennes sont supérieures à 45°c, et les nuits avec plus de 30°c de tn ne sont pas rares. Le vent rythme l'été, avec des pauses donnant des nuits moins chaudes puis des reprises avec des nuits étouffantes.

40373_JUN-AUG08.png

 

 

Cette station est touchée par ce que j'appelle la "dérive des capteurs d'hygrométrie": depuis 2010 les valeurs moyennes de Td se sont envolées durant la saison chaude, si bien que j'ai évité de poster des exemples de saisons trop récents. Mais pour l'automne l'exemple date de 2016 et l'on trouve donc des valeurs de Td très hautes en septembre, à priori assez éloignées de valeurs réelles et pâtissant de capteurs vieillissants. Cet exemple est aussi marqué par un début septembre particulièrement caniculaire, avec des valeurs de tn les plus hautes de ma période d'étude. Si l'automne et le retour des pluies arrive souvent en octobre, il a fallu attendre la fin novembre cette année là pour revoir tomber la pluie.

40373_SEP-NOV16.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui. Je n'ai pas encore préparé toutes les fiches de cette série mais je doute que l'on retrouve des Tm estivales aussi chaudes par la suite: avec quasiment 38°c en juillet et aout je pense que l'on est au taquet pour l'Arabie Saoudite, à part peut-être en s'approchant encore plus du Koweit.

 

  • J'aime 3
  • Merci 3
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#516. Dammam.

 

Plus de 4 millions d'habitants se regroupent le long des 50kms de l'agglomération de Dammam, qui englobe aussi les communes de Dharan ou Khobar. C'est la capitale du pétrole Saoudien, avec de gigantesques infrastructures portuaire et aéroportuaires.

Riyadh est à 360kms, Hafar al-Batin 420kms, Dubai 570kms, Hail 810kms et Turaif 1225kms.

40417_map0.jpg

 

La zone est assez plate, surtout en bord de mer. Vers l'intérieur il faut parcourir plusieurs dizaines de kilomètres avant que l'on ne s'élève doucement vers les plateaux centraux de l'Arabie (région du Nadj). Nous sommes ici proche de l'Etat insulaire de Bahrein et de la péninsule du Qatar, et bien sur du Golfe Persique qui va apporter un surplus d'humidité de basse couche sans commune mesure avec l'hygrométrie de l'intérieur des terres.

40417_41150_dem.jpg

 

De Anak jusqu'à Khobar (hors carte, dans le coin sud-est), l'agglomération s'étend donc sur plus de 50kms. Dans cette partie du monde la démesure est du mise, ainsi l'aéroport de Dammam - qui a remplacé celui de Dharan en 1999 - est officiellement le plus grand au monde en surface foncière (plus de 700 km²): c'est évidemment un record bien tiré par les cheveux (on trouve des dizaines de méga-aéroports par le monde bien plus fréquentés, à commencer par ceux voisins de Riyadh, Doha et bien sur Dubai), mais l'intérêt pour nous est que avec toute cette place  la station synoptique y est du coup très bien implantée, loin du béton et loin de la ville (18kms des premières zones urbanisées). La mer elle est à 25kms de la synoptique.

40417_map1.jpg

 

40417_Dammam_A.png

 

Pour l'instant dans cette série Saoudienne la tendance va au réchauffement en progressant vers le sud: ici les hivers gagnent 2°c à 3°c par rapport à Hafar Al-Batin, et le gel ne semble plus vraiment possible (0.8°c de record bas pour cette station à la climatologie jeune puisque l'aéroport à été achevé dans les années 1990).

Les étés sont à peine moins chaud en t° (1.5°c de moins en aout qu'à Hafar al-Batin) , mais plus chauds en ressenti (+2 de heat index moyen en aout), en raison de l'humidité du golfe plus présente: ainsi le Td moyen s'établit entre 14°c et 15°c en aout, avec surtout des fluctuations énormes où l'on passe fréquemment et rapidement de la chaleur sèche du désert (Td voisin de 0°c) à une humidité plus que tropicale (Td supérieurs à 25°c).

L'aéroport de Dhahran (à 40kms au sud-ouest et seulement à 6kms de la mer) détient actuellement le record du monde - à priori validé - de haut Td avec une valeur horaire arrondie de 35°c atteinte deux fois dans la journée du 08/07/2003, mais aux même heures notre station d'étude ne mesurait que 12°c à 13°c de Td avec des vents pourtant orientés à l'est, donc pour ma part un (gros) doute subsiste sur ce record. L'aéroport voisin de Bahrein (Manama, 49kms de Dhahran), encore bien plus maritime, n'a pas dépassé 29°c de Td sur cette journée (valeur déjà énorme !), de quoi renforcer encore plus le doute.

 

Les vents sont responsables de ces écarts importants d'humidité, notamment la brise de mer d'est qui n'est pas majoritaire mais prends ses aises surtout en aout, expliquant le pic d'hygrométrie durant ce mois. Pour le reste les roses des vents ressemblent encore assez à celle de Hafar al-Batin, avec ce vent de nord-ouest à nord dominant toute l'année: c'est un vent de terre qui garantie la plupart du temps une humidité basse voire très basse.

40417_Dammam_C.png

On observe bien ci-dessus en juillet le grand écart du Td selon la direction du vent, continentale (280° ou 310°) ou maritime (40° à 160°).

 

 

Le Td varie essentiellement durant un cycle diurne, avec un phénomène classique de levé de brise marine apportant un pic en fin de journée / début de nuit. Ce phénomène n'est cependant pas quotidien et le vent de nord à nord-ouest reste quasiment toujours dominant, donc l'effet de ces brises intermittentes se voit sur les courbes de Td (et de t° ressentie), mais pas (ou peu) sur la prévalence des vents.

40417_Dammam_B.png

 

 

L'hiver est probablement - avec la fin de l'automne - la saison la moins désagréable. C'est bien sur le coeur de la saison où les pluies sont susceptibles de tomber, mais comme ailleurs dans la région le mauvais ne s'attarde rarement plus de 24 ou 48h. La proximité du golfe induit des phénomènes de brumes ou de brouillard nocturnes et matinaux assez fréquents.

40417_DEC15-FEB16.png

 

 

Le printemps est la saison la plus contrasté,  avec des dégradations fréquentes qui apportent parfois de la pluie orageuse, mais surtout du sable. La saison des vents de sable est ici plutôt décalée en mai et juin, mais on monte encore d'un cran dans la fréquence des épisodes de mauvaise visibilité avec 15% en juin contre 10% à Hafar Al-Batin (en avril), notre précédent record en la matière dans cette série.

Dès le mois de mai la chaleur infernale est déjà bien installée.

40417_MAR-MAY11.png

 

 

Sur cet exemple d'été pris en 2008 on a un très bel exemple de mois de juin pris dans le sable, avec un interminable épisode de vent de deux semaines !

Puis le vent de nord à nord-ouest va peu à peu lâcher son emprise au fur et à mesure que l'on s'avance dans l'été: le sable devient moins fréquent, mais les brises marines s'invitent de plus en plus souvent, avec une humidité insupportable... on passe de la peste au choléra en somme. Il est donc normal de retrouver au mois d'aout des journées entières où le Td s'envole largement au dessus de 20°c. Heureusement il y a aussi cet important cycle diurne de Td, qui fait que les quelques heures de chaleurs les plus intenses (40°c ou plus) coïncident normalement avec une humidité plus supportable.

40417_JUN-AUG08.png

 

 

Septembre et octobre sont généralement des mois assez calmes, où le sable se fait plus discret et les chaleurs baissent lentement. L'humidité reste occasionnellement forte, surtout en septembre. Puis en novembre on finit par retrouver le régime hivernal, avec un temps plus variable et occasionnellement pluvieux.

40417_SEP-NOV12.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 5
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#517. Manama

 

Un petit crochet dans l'Etat voisin du Bahreïn, avant de continuer avec l'Arabie Saoudite dès la prochaine fiche.

Manama est la capitale, son agglomération compte 500 000h soit une tiers de la population du pays.

Dammam est à seulement 85kms, Dubaï 485kms, Riyad 430kms, Hafar Al-Batin 500kms.

41150_map0.jpg

 

Bien sur c'est très maritime, d'autant plus que la ville est en position de cap. Le continent est à 42kms.

40417_41150_dem.jpg

 

La station étudiée est en fait située sur l'aéroport, dans la commune de Muharraq, sur une ile secondaire à quelques encablures de l'ile principale de Bahreïn.

La station de Dammam est donc à 85kms, et l'aéroport de Dhahran à 49kms.

41150_map1v2.jpg

 

Le centre-ville de Manama est à environ 7kms au sud-ouest de la station, et la mer à 1500m. On a donc une station à la fois très urbanisée et très maritime:

41150_map2.jpg

 

41150_Manama_A.png

 

Ces données sont évidemment à comparer avec celles de Dammam: la situation insulaire de Dammam lui vaut un climat aux contrastes thermiques plus faibles, mais une humidité bien plus forte et presque constamment insupportable en été:

- les hivers sont ici 2.5°c plus doux (en janvier)

- les étés 1.5°c moins chauds (en juillet)

- l'amplitude thermique diurne moyenne n'est que de 7.4°c contre 14.2°c à Dammam

- le Td moyen dépasse 25°c en aout, contre 14.7°c à Dammam, et malgré une t° un peu moins élevée le ressenti est bien pire, avec un Heat Index moyen de 45 en aout contre 37.9 à Dammam !

Nous sommes ici donc quasiment toujours dans de l'air marin, alors que seulement quelques dizaines de kms dans les terres on retrouve un air le plus souvent sec à Dammam: le front de brise qui sépare les deux masses d'air en basse couche évolue le plus souvent entre ces deux stations séparées de moins de 100kms. On retrouve probablement des valeurs de Td moyen intermédiaires à l'aéroport de Dhahran, qui faisait référence pour la climatologie de l'agglo de Dammam jusqu'en 1999.

 

Les roses des vents sont pourtant sensiblement identiques à celles de Dammam, avec surtout les même variations saisonnières: c'est ici aussi en aout que les brises de plein est le plus chargées d'humidité sont le plus présentes, après un début d'été moins humide sous l'influence du vent de nord-ouest. Ce dernier vent apporte lui aussi régulièrement son lot de poussière.

41150_Manama_C.png

Lorsque le vent souffle plein est en été cela fait très mal, avec des Td moyens parfois supérieurs à 28°c !

 

 

Ce n'est vraiment évident qu'en aout sur les tableaux horaires, mais là aussi la brise "marine" (d'est) tend à être plus présente le soir qu'en journée, permettant au Td de fléchir un peu durant les heures les plus chaudes. Mais globalement l'été reste insupportable à toutes heures.

41150_Manama_B.png

 

 

A l’exception du printemps j'ai repris les même exemples de saisons que pour la fiche de Dammam, afin de mieux voir les différences entre les deux villes.

Revoici donc l'hiver 2015-2016: comme à Dammam la plupart des pluies de cette saison sont tombées dans la dernière décade de décembre.

Les brouillards ne sont pas rares, avec l'humidité maritime.

41150_DEC15-FEB16.png

 

Comparatif pour le mois de décembre 2015: sans surprise l'environnement maritime tempère bien les t°, et notamment les coups de fraicheur.

40417_41150_DEC15.png

 

 

Le printemps est comme ailleurs dans la région: assez variable, occasionnellement pluvio-orageux et/ou sableux, et dès le mois de mai on a déjà affaire à une forte chaleur constante.

41150_MAR-MAY06.png

 

 

En été on retrouve le même déroulé qu'à Dammam: on commence souvent dans la poussière drainée par le vent continental de nord-ouest, puis plus la saison avance plus ce vent faiblit et laisse libre cours aux infernales brises maritimes très humides. L'exemple de 2008 est là aussi un peu extrême par la longue séquence sableuse de juin.

Remarquez ensuite les journées où le Td moyen dépasse parfois 28°c et le Heat Index moyen (colonne 'BioMet') s'envole.

41150_JUN-AUG08.png

 

Là aussi, voici un tableau comparatif pour bien appréhender l'énorme différence que font les 85kms entre Manama et Dammam:

40417_41150_AUG08.png

Malgré des conditions très différentes on arrive facilement à distinguer les même changement de temps au même moments entre les deux villes: passages de sable/poussières, séquences franchement maritimes ou continentales, etc...

 

 

Enfin l'automne 2012: chaleur encore très pesante en septembre, puis arrivée de types de temps de la saison froide en novembre seulement.

41150_SEP-NOV12.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Edited by mottoth
  • J'aime 4
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

Ce matin j'ai remis à jour la fiche de Manado (Indonésie), en y ajoutant l'incroyable saison sèche du Niño 2015. Vu que cela date de 3 ans ce n'est plus assez d'actualité pour reposter cela dans les forums de suivis, cependant je tiens à mettre en avant ici cette saison extraordinaire. La voici donc :

Citation

BONUS: l'exceptionnel épisode de Niño de 2015. De juillet à octobre seulement 14 mm de précipitations, soit 2.1% du cumul moyen de 676mm sur ces 4 mois ! J'ai également presque tous les records de tnn, txx et td bas sur ma période d'étude battus pour chacun des 4 mois de cette année 2015. De nombreuses séquences de foehn de sud sont également survenues, repérables sur les tableaux par les hautes tn, ainsi la tnx de octobre à également été battue pour ma période d'étude malgré des anomalies mensuelles de tn toutes largement négatives.

Enfin, cerise sur le gâteau, un rarissime épisode de fumée vient conclure cette période en octobre, normalement les fumées restent cantonnées aux iles de Bornéo et Sumatra.

 

97014_JUL-OCT15.png

 

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#518. Riyadh.

 

La capitale Saoudienne compte tout de même 6 à 7 millions d'habitants en plein désert.

Dammam est à 355kms, Manama 415kms, Hafar Al-Batin 385kms, Hail 575kms, Dubaï 870kms, Tabuk 1075kms et Turaif 1085kms.

40437_map0.jpg

 

La ville ou son aéroport international (où est situé la station étudiée) sont à une altitude moyenne de 615m. Nous sommes sur le plateau du Nadj, qui occupe une grande partie de la péninsule Arabique, depuis la région de Hail (au nord) à celle de Wadi Al-Dawaser (au sud). Le Jebel Tuwaiq est un escarpement qui traverse ce plateau du nord au sud également, il s'élève à un peu plus de 1100m au SSE de Riyadh. Ce relief modeste contribue cependant à forcer les vents dominants selon une direction NNO/SSE.

40437_dem.jpg

 

La station étudiée est sur les terres de l'aéroport sans être trop proche de celui-ci, et l'aéroport est lui même à 30kms du centre ville et 10kms des premières zones urbanisées. Et c'est tant mieux car cela permet d'échapper à la plupart des effets de l'ICU de cette grande agglomération.

40437_map1.jpg

 

Cela m'étonnera toujours de trouver de telles implantations humaines dans des climats aussi hostiles: l'agglomération s'étend sur près de 40kms dans la plus grande dimension, et le CBD (Center Business District) n'échappe pas à la surenchère au gratte ciel issue de la rivalité entre les grandes villes de la région et permise par l'argent du pétrole qui coule à flots.

40437_photo1.jpg

 

40437_Riyadh_A.png

 

L'escarpement du Tuwaiq doit probablement booster un peu les perturbations hivernales et printanières, car avec presque 100mm de RR annuelles cette ville est pour l'instant la deuxième plus arrosée de cette série, après Hafar al-Batin.

On reste cependant bien dans les climats désertiques déjà vus sur les dernières fiches (sauf Manama), avec une forte continentalité, un été complètement sec, et une forte sécheresse de l'air toute l'année. Là aussi les vents de sables sont fréquents, notamment avec l'agitation du printemps et du début d'été.

 

Les vents dominants sont donc les mêmes que plus au nord (Hafar al-Batin), avec une forte prédominance du courant de nord en été. Je pense que sans le relief ce courant serait plus orienté vers le nord-est, car à cette latitude il devient un alizé continental (type Harmattan en Afrique).

40437_Riyadh_C.png

En hiver les vents de nord-ouest à est sont un peu plus chargés d'humidité, celle ci provient soit des perturbations méditerranéennes (NO à N), soit du golfe persique (NE à E).

 

 

40437_Riyadh_B.png

 

 

L'exemple d'hiver est le même que celui de Dammam et Manama, avec notamment l'épisode de forte pluie à noël.

C'est une saison assez variable, avec de bons écarts de températures. Le gel est rare, il ne survient pas chaque année (tnn médiane annuelle 0.1°c) et il a été frôlé sur cet exemple.

40437_DEC15-FEB16.png

 

 

Voici un très bon exemple de printemps, avec:

- les anomalies faibles pour chacun des 3 mois (sauf les RR forcement très irrégulières)

- une agitation fréquente, avec de bonnes variations de t° et souvent du sable.

- un bon exemple de la violence des orages printaniers les 10 et 11/04.

- l'entrée dans le plein été dès le mois de mai avec une stabilisation du temps et une chaleur déjà constamment forte.

40437_MAR-MAY07.png

 

 

Au cours de l'été le vent se calme progressivement, et les épisodes de sable deviennent de moins en moins fréquents et durables. En juin c'est encore un désagrément majeur, alors qu'en aout c'est beaucoup plus vivable. Et contrairement aux ville voisines du Golfe Persique nous sommes ici préservés de la forte humidité  de basse couche.

Les amplitudes thermiques diurnes sont assez fortes (16°c à 16.5°c en moyenne) avec un bon refroidissement nocturne, les nuits sont probablement nettement plus chaudes en centre-ville.  On trouve quand même quelques nuits ventées et sableuses où le thermomètre a du mal à descendre et par là même quelques tn largement supérieures à 30°c au cours de l'été.

40437_JUN-AUG11.png

 

 

Le début de l'automne (ou plutôt la prolongation de l'été) en septembre et octobre est une saison plutôt agréable malgré les tx encore hautes: c'est la période de l'année où le vent est le plus faible et le sable le moins envahissant, il fait toujours aussi sec et les tn peuvent bien descendre chaque nuit: les amplitudes thermiques proches de 20°c sont fréquentes.

Puis les types de temps hivernaux reviennent en novembre:

40437_SEP-NOV12.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 4
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#519. Médine.

 

Médine est la 2e ville sainte de l'Islam, elle accueille la tombe du prophète Mohamed au sein de la mosquée du prophète. On y dénombre environ 1.2 million d'habitants, voire  bien plus en temps de pèlerinage.

Hail est à 375kms, Tabuk 520kms, Riyadh 710kms et Dammam 1035kms.

40430_map0.jpg

 

Coincée dans une vallée - à l'altitude de 600 - entre la plateau du Nadj et les chaines côtières du Hejaz, Médine à tout pour être une fournaise en été: le relief présent dans toutes les directions va encourager les subsidences chaudes et sèches au moindre courant d'air, et le Hejaz coupe l'influence modératrice de la mer Rouge, distante de 155kms (mais aussi sa forte humidité de basse couche).

40430_dem.jpg

 

La station est située sur l'aéroport, à 13.5kms du centre ville. Elle a été déplacée de 1.2kms vers le nord en 2012, bien plus à l'écart des infrastructures aéroportuaires: j'ai constaté une baisse des tx passé cette date (jusqu'à 1°c je dirais), et aussi une nette baisse des Td estivaux à partir de 2014.

40430_map1.jpg

 

40430_map2SW.jpg

Vue vers le sud-ouest et le centre ville. Les chaines du Hejaz sont visibles en arrière plan.

 

40430_photo.jpg

La mosquée du prophète.

 

40430_Medine_A.png

 

Voici donc à nouveau un climat désertique chaud, très chaud même: on atteint à nouveau les 38°c de Tm estivale en aout, ce qui est finalement plus chaud que Hafar al-Batin en considérant l'effet de l'altitude (640m ici, seulement 360m à Hafar al-Batin) même si cette dernière conserve des txx plus impressionnantes (pas de 50°c ici).

C'est également plus chaud que Riyadh, pourtant à la même altitude: 1.5°c de mieux en été, 4°c en hiver. Les reliefs protègent les régions proches de la mer rouge des descentes polaires qui déboulent du côté du golfe Persique, et à latitude et altitude égale cette région est donc bien plus douce en hiver que le centre ou l'est du pays. L'ICA est d'ailleurs en baisse, 1.20 ici contre 1.34 à Riyadh et 1.31 à Hafar al-Batin.

 

Le fait le plus marquant c'est la sécheresse de l'air souvent extrême: 21% de moyenne annuelle d'HR, c'est parmi les plus basses valeurs obtenues jusqu'à présent au niveau mondial (Riyadh: 26.4%, Las Vegas: 27.9%, In Salah 25.3%, Assouan 25.8%), seul l'extrême sud algérien fait mieux: Tamanrasset 21%, In Guezzam 16.1%. Cette sécheresse, combinée à la moins bonne pénétration des perturbations d'origine polaire, donne une lame d'eau annuelle particulièrement basse avec moins de 50mm. Cependant on distingue quelque chose d'inédit dans cette série sur le régime de RR: l'apparition de timides précipitations en juillet et aout, dues à de sporadiques orages sur les reliefs du Hejaz durant l'été.

 

Les roses des vents montrent une opposition est / ouest: les vents l'est sont des brises de montagne qui descendent du plateau du Najh, sèches toutes l'année et chaudes en été; les vents d'ouest sont des brises de vallée et/ou un courant thermique initié depuis la mer rouge vers l'intérieur du continent, il est logiquement plus présent en été et ce trait maritime à pour effet de décaler le maximum thermique en aout.

40430_Medine_C.png

Cela ne souffle pas souvent du nord-est et de l'est en été mais les conditions sont alors extrêmement chaudes et sèches.

 

 

C'est peu visible à part aux saisons intermédiaires: une tendance à l'alternance brise de montagne d'est (le matin) et brise de vallée d'ouest (le soir).

En juillet et surtout aout on note l'après midi un pic d'ennuagement: c'est la convection sur les montagnes voisines, qui donne des orages qui peuvent déborder occasionnellement en vallée.

40430_Medine_B.png

 

 

L'hiver n'est pas froid du tout, cette saison s'apparente même thermiquement à l'été pour certaines régions continentales de la France (mais thermiquement uniquement, pour la couleur du ciel, l'hygrométrie ou les précipitations c'est tout autre chose). L'agitation atmosphérique plus basse que vers le golfe Persique donne en principe des épisodes de sables un peu plus rares, mais parfois bien plus durables si aucun vent ne vient les dissiper: voici un bon exemple de ce phénomène mi-décembre 2010.

40430_DEC10-FEB11.png

 

 

Voici un printemps normal: cela reste similaire à ce que l'on a déjà vu ailleurs, c'est la saison aux plus forts contrastes thermiques, mais ici les rares orages sont généralement bien avares en précipitations.

40430_MAR-MAY07.png

 

 

Étonnamment les amplitudes thermiques diurnes sont assez faibles dans ce fond de vallée, et on peut enchainer les tn supérieures à 30°c avec la même facilité que près du Golfe Persique. Cet exemple de 2015 fait partie de la période où j'ai constaté une nette baisse de l'HR estivale, suite à un changement probable de matériel, et les anomalies reportées sont donc peut-être à minorer. En tout cas c'est très sec et souvent extrêmement chaud, avec peu de répit.

On trouve en aout 4 exemples d'orages estivaux qui auront réussi à déborder en vallée, dont un bien pluvieux le 27/08.

40430_JUN-AUG15.png

 

 

BONUS: juillet 2010. Un mois chaud pourtant marqué par la tnn de juillet pour ma période d'étude à l'occasion d'un bon orage au milieu de la vague de chaleur.

40430_JUL10.png

 

 

Voici enfin en exemple normal d'automne, avec la prolongation de l'été en septembre (encore des tn souvent très chaudes), et l'arrivée de types de temps "hivernaux" passé la mi-novembre.

40430_SEP-NOV02.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 6
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#520. Wejh

 

Wejh (ou Al Wajh) est une ville côtière de la mer Rouge, de taille moyenne (50 000h).

Hurghada (sur l'autre rive) est à 285kms, Tabuk à 240kms, Médine 365kms, Riyadh 1035kms et Dammam 1325kms.

40400_map0.jpg

 

Il faut s'enfoncer d'environ 50kms dans les terres pour tomber sur les reliefs du Hedjaz, qui isolent bien la région côtières des influences continentales.

40400_dem.jpg

 

Vue vers le nord-est. La station étudiée est sur l'aéroport, à 3kms de la ville et seulement 800m de la mer Rouge.

40400_map1NE.jpg

 

40400_Wejh_A.png

 

Voici un climat bien maritime, avec des tx particulièrement basses mais une hygrométrie très haute en été. Même le régime de précipitation est plus maritime, avec quasiment plus aucune pluie de printemps. Ce climat reste assez venté, mais la nature maritime du vent préserve le plus souvent la côte des épisodes de sable.

 

Les roses des vents montrent un courant de nord-ouest maritime dominant toute l'année, et des brises de terre nocturnes en hiver. La régularité de ce courant maritime explique les tx bien plus basses en été que dans l'intérieur des terres.

40400_Wejh_C.png

 

 

En été le Heat index moyen approche 45 durant les heures les plus chaudes, ce qui au final est presque aussi insupportable qu'à Manama.

En toutes saison le renforcement du vent marin (300°) dans l'après midi donne un pic de Td non négligeable.

40400_Wejh_B.png

 

 

L'hiver est sans conteste la saison la plus agréable: il fait presque tout le temps beau, la chaleur est généralement plaisante et l'hygrométrie reste supportable.

40400_DEC08-FEB09.png

 

 

Au printemps on n'échappe pas à une certaine instabilité, même si elle se traduit rarement par de la pluie ou du sable: il ne subsiste souvent de ces épisodes qu'un temporaire renversement du vent avec des conditions plus chaudes et plus sèches.

40400_MAR-MAY01.png

 

 

L'été le courant de nord-ouest est tellement régulier qu'on ne trouve que très peu de jours où la machine se dérègle: c'est surtout en juin que de temporaires reversement du vent permettent quelques tx supérieures à 40°c, et des txx annuelles qui tutoyent les 45°c mais seulement pendant quelques heures.

40400_JUN-AUG13.png

 

 

Au cours de l'automne le courant de nord-ouest est de moins en moins hégémonique et on retrouve donc à nouveau des pics de chaleurs plus fréquents qu'au coeur de l'été. Septembre est malgré tout comme un mois de plein été avec une humidité de basses couche souvent difficilement supportable.

40400_SEP-NOV14.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 4
  • Merci 5
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#521. Djeddah.

 

Djeddah (ou Jeddah) est la deuxième plus grande ville saoudienne, avec 4 millions d'habitants. C'est aussi le plus grand port de la mer Rouge, et la porte d'entrée de la région de la Mecque et donc le point de ralliement du pèlerinage du Hajj: on y trouve donc un aéroport tout en démesure, digne des plus grandes plateformes mondiales. J'évoquais aussi la course aux grattes ciels dans la région à propos de Riyadh: ce sera bientôt ici que l'on aura la plus grosse, avec la tour de Jeddah qui devrais dépasser le kilomètre de hauteur en 2020, détrônant la Burj Khalifa de Dubaï.

Médine est à 320kms, Wejh 570kms, Assouan 695kms, Hail 685kms, Riyadh 845kms et Dammam 1200kms:

41024_map0.jpg

 

Ici les chaines de montagnes parallèles à la mer rouge qui séparent les région côtières du plateau du Nadj sont en fait d'impressionnants escarpements qui délimitent abruptement ces deux milieux. A partir de Djeddah et en allant vers le sud jusqu'au Yémen le Hedjaz prend le nom de montagnes d'Asir.

La Mecque est encore dans ce que j'appelle la région côtière, à environ 70kms de Djeddah et de la mer Rouge, la chaleur y est presque aussi écrasante qu'à Médine en été et de surcroit on y trouve souvent une hygrométrie tropicale car en l’absence de véritable reliefs l'humidité de basse couche issue de la Mer Rouge pénètre sans encombre l'ensemble de cette région. Je ne ferais pas de fiche sur La Mecque, mais pour les curieux Ogimet diffuse les données de la station voisine de Arafat depuis que celles de l'aérodrome de la ville ne sont plus disponibles.

La prochaine fiche sera la ville de Taif, juste derrière l'escarpement et au début du plateau du Nadj, à 143kms de la station de Djeddah.

41024_41036_dem.jpg

 

La station étudiée est sur l'énorme aéroport, à 19kms au nord du centre ville et 10kms de la mer.

41024_map1.jpg

 

Zoom sur la zone aéroportuaire: la station est complètement à l'écart au milieu de ce qui semble être des réserves foncières pour une éventuelle future extension (il y a la place pour une 4e piste parallèles aux 3 déjà existantes). A l'ouest de l'aéroport les 10 énormes structures en forme de tentes sont je crois les terminaux dédiés uniquement au Hajj: un véritable pont aérien entre Djeddah et le reste du monde musulman est alors établi pendant plus d'un mois chaque année.

41024_map2.jpg

 

41024_Djeddah_A.png

 

Ce climat désertique maritime rappelle bien sur celui de Wejh, en plus chaud. On reste sous la domination d'un vent marin durant la majeure partie de l'année, apportant une certaine modération des maximales mais souvent au prix d'une humidité de basse couche difficilement supportable. Cependant ici les épisodes de vent de terre sont un peu plus fréquents et francs qu'à Wejh, et l'on peut parfois se retrouver avec des adiabatiques sèches (du foehn quoi) qui descendent des montagnes d'Asir pour donner des chaleurs exceptionnelles: ainsi Djeddah détient le record de chaleur national avec 52°c en juin 2010 !

 

Les roses des vents et les tableaux horaires montrent une tendance à une alternance de brises en toutes saisons:

- les brises de terre nocturnes sont de tendance nord-est en hiver, nord en été

- les brises de mer diurnes sont toute l'année de tendance nord-ouest. Elle se confondent avec un courant thermique à l'échelle synoptique en été et prennent donc largement le pas en cette saison.

41024_Djeddah_C.png

Évidemment dès que le vent s'oriente depuis la terre (350° à 80°) il fait plus sec en toutes saisons.

 

 

Malgré l'établissement de brises de mer durant les heures les plus chaudes celles ci bénéficient en moyenne un abaissement temporaire du Td, bienvenu par une telle chaleur. Les Heat Index moyens restent cependant difficilement supportables en été.

41024_Djeddah_B.png

 

 

Plus on baisse en latitude et moins l'hiver mérite d'être appelé ainsi, ici il est déjà chaud avec plus de 23°c de Tm en janvier. C'est la saison la moins désagréable même si certaines journées nous paraitraient déjà trop chaude et/ou humides. Les pluies d'origine polaire ont vraiment du mal à descendre jusqu'ici et les rares pluies sont plutôt le produit d'instabilité locale nourrie par l'humidité de la mer Rouge et excitée par des descentes d'air polaire en bout de course.

41024_DEC13-FEB14.png

 

 

Seule les plus grosses tempête de sable arrivent à passer la barrière des montagnes d'Asir et déborder vers la côte: quand cela se produit c'est souvent au printemps, en voici un bel exemple en mars 2012. La suite de cette saison fut tout à fait normale, en mai le temps se pacifie il ne faut plus compter que sur de rares renversement du vent pour connaitre des journées intéressantes, comme cette tx de 46°c le 23/05.

41024_MAR-MAY12.png

 

 

La station est à 10kms de la mer, donc les été ne sont pas aussi maritimes que ceux de Manama ou Wejh: les amplitudes thermiques sont un peu plus fortes, mais le Td est tout de même souvent trop haut, notamment au mois d'aout.

41024_JUN-AUG09.png

 

BONUS: juin 2010, avec les 3 seules tx supérieures à 50°c de ma période d'étude:

41024_JUN10.png

 

BONUS: aout 2018. Depuis 2014 ou 2015 j'ai noté que les amplitudes thermiques diurnes en sont nettement resserrées, sans que je sache pourquoi: on dirait que la station à été déplacées plus près de la mer mais rien sur l’imagerie satellitaire ne vient corroborer cela. Voici donc un exemple tiré de l'été dernier (2018) qui montre bien les conditions relevées depuis quelques années à cette station: ce n'est pas plus humide, mais clairement plus chaud la nuit et moins chaud en journée.

41024_AUG18.png

 

 

Enfin un exemple d'automne, qui montre bien le pic de Td annuel qui survient début septembre: la mer Rouge est alors au plus chaud, et septembre est au niveau du ressenti juste un mois d'été de plus. Puis à partir d'octobre le vent marin lâche un peu son emprise, avec le retour de conditions plus variables et même pourquoi pas de la pluie en novembre.

41024_SEP-NOV08.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

  • J'aime 2
  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Posted
Chavagneux nord Isère 220m et Lyon 3ème en semaine

Merci pour toutes ces nouvelles fiches. Sacré climat ce secteur, quelle horreur :D.  

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Posted
St Genis les Ollières (69), Aeroport St Exupery (69)

#522. Taif

 

Taif est une ville de 1.2 millions d'habitants, Djeddah est à 143kms, Médine 350kms, Riyadh 735kms et Dammam 1090kms.

41036_map0.jpg

 

Nous sommes au début du plateau du Nadj, près de sa limite ouest délimitée par l'escarpement des montagnes d'Asir. La station étudiée est sur l'aéroport de la ville, à 25kms du bout du plateau et 143kms de la mer Rouge. La Mecque est à 76kms et Djeddah 143kms.

41024_41036_dem.jpg

 

Google Maps a tout faux sur la localisation de la ville de Taif: elle est en fait à l'emplacement marqué "Nakhab", à 26kms au SSO de la station, à environ 1680 - 1700m d'altitude contre 1460m à l'aéroport.

41036_map1.jpg

 

Vue vers l'ENE depuis l'escarpement, là ou influences continentales du plateau et influences maritimes de la mer Rouge vont le plus se confronter.

41036_map2ENE.jpg

 

41036_Taif_A.png

 

Les différences avec Djeddah sont importantes, tant au niveau des températures (logiquement nettement moins chaudes) que des précipitations: bien qu'aride, le climat n'est plus autant désertique, avec 140mm annuels c'est pour l'instant l'endroit le plus arrosé du pays. L'instabilité du printemps donne un maximum pluviométrique non négligeable en avril et mai, fruit d’orages fréquents en cette saison.

 

Les roses des vents montrent bien les différentes influences dans la zone:

- le vent d'est continental, sec.

- le vent d'ouest maritime, plus humide, il est fortement prédominant en été.

- le vent de sud est sensiblement de même nature maritime que le vent d'ouest, il correspond souvent à des situations plus perturbées.

Un intense courant d'ouest se met en place en été, depuis la mer Rouge vers le continent surchauffé. C'est ainsi en juillet et aout que le vent moyen est le plus fort, et il contribue à bien réduire des amplitudes thermiques diurnes en été (12°c en moyenne contre 14°c à 15°c sur le reste de l'année).

41036_Taif_C.png

 

 

A part en été où le vent d'ouest est souvent sans partage, on trouve logiquement une alternance de brises sur 24h, avec notamment une brise "de vallée" en fin de journée qui remonte de l'humidité des plaines de la mer Rouge. On trouve donc sur certains mois un bon cycle diurne de Td, issu de l'aspiration de l’humidité côtière vers le plateau puis de son refoulement quelques heures plus tard.

41036_Taif_B.png

 

 

On a beau être à presque 1500m d'altitude l'hiver n'est pas spécialement froid, avec le gel parfois frôlé mais jamais vraiment atteint (une seule occurrence sur plus de 18 années d'observations). C'est donc une saison plutôt agréable, d'autant que le mauvais temps et le sable sont rares.

41036_DEC09-FEB10.png

 

 

Voici un printemps normal, avec son pic de pluviométrie de nature orageuse en avril et mai. Comme partout ailleurs dans le pays, la fin mai est marquée par des chaleurs déjà quasi-estivales. L'hygrométrie peu varier pas mal suivant l'orientation du vent et les déstabilisations de la masse d'air qui pompent de l'humidité depuis les basses couches des rives de la mer Rouge. Malgré les orages assez fréquents (mais pas toujours pluvieux) c'est tout de même le beau temps qui domine, cela reste un climat franchement aride même s'il semble plus facile à supporter que celui de bien d'autres régions d'Arabie Saoudite.

41036_MAR-MAY10.png

 

 

L'été est marqué par le vent d'ouest qui souffle souvent fort. Un orage est toujours possible mais cette saison est nettement plus stable que le printemps.

Les épisodes de sables restent assez rares, mais ceux qui surviennent sur cet exemple coïncident de façon un peu surprenante avec du vent d'ouest, alors que les vents continentaux paraissent plus à même de drainer du sable et de la poussière de l'intérieur asséché du pays : je pense que certains épisodes de sables proviennent d'Afrique et ont traversé la mer Rouge avant d'être repris dans ce courant d'ouest.

41036_JUN-AUG14.png

 

 

L'automne est selon mois la saison la plus agréable: c'est la période où le vent est le plus discret, la chaleur est rarement excessive et les nuits pas encore trop fraîches. Et le mauvais moins fréquent qu'au printemps.

41036_SEP-NOV10.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, avec ce climat tout de même nettement moins invivable que ceux passés en revue dernièrement (Djeddah, Riyadh, Médine, Dammam, Manama etc...). Taif est d'ailleurs selon le wiki anglais la "capitale d'été non officielle" du pays (comprenne qui pourras... :) ).

 

 

  • J'aime 2
  • Merci 4
Link to post
Share on other sites

Il y a 3 heures, mottoth a dit :

#522. Taif

 

[fiche]

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui, avec ce climat tout de même nettement moins invivable que ceux passés en revue dernièrement (Djeddah, Riyadh, Médine, Dammam, Manama etc...). Taif est d'ailleurs selon le wiki anglais la "capitale d'été non officielle" du pays (comprenne qui pourras... :) ).

 

Première fois que j'en entendais parler sous cette forme... il suffit de cliquer sur le lien pour comprendre : https://en.wikipedia.org/wiki/Summer_capital

Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
 Share

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...