mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

mottoth   

Je devrais pouvoir faire cela automatiquement: une petite procédure qui passe tous les relevés consécutifs d'une période donnée (disons 01/07 -> 30/06 An+1 pour l'HN) et qui à chaque fois qu'elle trouve une couche de neige reportée supérieure à la précédente rajoute la différence à une variable que l'on pourrait appeler cumul.

A priori assez facile, mais je devrais développer en amont un QC renforcé pour les données d'enneigement, car on y trouve beaucoup d'erreurs et j'avoue que je m'y suis peu investi jusqu'à présent (c'est le seul paramètre sur lequel je supprime manuellement les erreurs les plus manifestes après le traitement automatique, sans corriger les données de base).

Donc un futur développement probable, mais pas pour ce soir ou demain... pas avant le milieu de semaine prochaine en fait.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Quant à Kilpisjärvi (480 m), j'obtiens :

Quantité tombant dans le mois = P/100 x RRmensuelle (en cm) x ratio x (0.8 en décembre et avant, 1 en janvier et 1.2 en février et après) :

sept : 14% x 3.9 x 8 x 0.8 = 3 cm

oct : 36.6% x 3.8 x 9.5 x 0.8 = 11 cm

nov : 60.5% x 3.2 x 12 x 0.8 = 19 cm

déc : 76.9% x 4.3 x 12.5 x 0.8 = 33 cm

jan : 85.5% x 4.4 x 13 x 1 = 49 cm

fév : 83.6% x 4.4 x 13 x 1.2 = 57 cm

mar : 71.8% x 4.9 x 12.5 x 1.2 = 53 cm

avr : 48.0% x 2.4 x 11.5 x 1.2 = 16 cm

mai : 25.3% x 3.4 x 8.5 x 1.2 = 9 cm

Total : 250 cm tout ronds (et qui ne doivent pas souvent être entrecoupés par des gros redoux...!)

Là encore, à vérifier.

Sinon, je suis d,accord avec Mathieu pour l'appellation de ce climat. Le caractère continental l'emporte tout de même relativement facilement ici. À mon avis...

Je devrais pouvoir faire cela automatiquement: une petite procédure qui passe tous les relevés consécutifs d'une période donnée (disons 01/07 -> 30/06 An+1 pour l'HN) et qui à chaque fois qu'elle trouve une couche de neige reportée supérieure à la précédente rajoute la différence à une variable que l'on pourrait appeler cumul.

A priori assez facile, mais je devrais développer en amont un QC renforcé pour les données d'enneigement, car on y trouve beaucoup d'erreurs et j'avoue que je m'y suis peu investi jusqu'à présent (c'est le seul paramètre sur lequel je supprime manuellement les erreurs les plus manifestes après le traitement automatique, sans corriger les données de base).

Donc un futur développement probable, mais pas pour ce soir ou demain... pas avant le milieu de semaine prochaine en fait.

Ça serait excellent, en effet !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lothski   

Le cumul par différence entre Hauteur J+1 -hauteur J (ancienne méthode des Italiens ) ça sous estime sacrément la somme dès qu'on sort des plaines ..

dans les trous à neige où ça se tasse un max, ça devient carrément surréaliste l'écart :

j'ai calculé 642 cm au lieu de 1498 cm en 2 mois dans un endroit suivi au quotidien cet hiver vers Tokamachi

Des jours à + 25/ 30 cm donnaient une baisse de hauteur de neige au sol si un gros paquet pas encore tassé était venu avant . (vu plein de fois en 60 jours )

Pour les cumuls de neige, dès que ça touche un endroit très neigeux , on a déjà bien plus de 5 % ou même 10 % d'incertitude dans tant de séries de mesures sur le terrain ... c'est une vraie galère quand on veut comparer 2 endroits vu la disparité des méthodes de mesures et divers travers

Je galère bien sur le Japon pour comparer des années ça devrait être simple avec une même source ayant sa méthode et des relevés manuels mais il y a des séries parfois pleines de bugs comme là http://www.data.jma.go.jp/obd/stats/etrn/view/monthly_a1.php?prec_no=54&block_no=0544&year=1984&month=01&day=&view=p1

Mois d'avril (n°4 ) farfelu 239 cm de neige avec 28 mm de RR et censée être tombée même par des journées ayant 5° de Tn et bien plus en Tm / TX ...

PB pas de symbole d'alerte dessus ce mois là ...

Un bug pareil ça se voit au 1° coup d'œil bien sûr , mais pour d'autres , tels que bugs sur un jour pas évident de tout croiser pour vérifier ...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Le cumul par différence entre Hauteur J+1 -hauteur J (ancienne méthode des Italiens ) ça sous estime sacrément la somme dès qu'on sort des plaines ..

Des jours à + 25/ 30 cm donnaient une baisse de hauteur de neige au sol si un gros paquet pas encore tassé était venu avant . (vu plein de fois en 60 jours )

Pour les cumuls de neige, dès que ça touche un endroit très neigeux , on a déjà bien plus de 5 % ou même 10 % d'incertitude dans tant de séries de mesures sur le terrain ... c'est une vraie galère quand on veut comparer 2 endroits vu la disparité des méthodes de mesures et divers travers

Oh que oui... Pour ma part, cela fait 4 hivers que je fais des relevés tous les jours à la même heure pour ma station. Je n'ai presque pas eu d'absences et, quand ce fut le cas, j'ai demandé à mon voisin ou à mon « voisin » (à 12 km de là) default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> de faire les relevés à ma place.

Et effectivement, il y a des fois où l'on se demande si la couche de neige va finir par augmenter ! default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> Il neige, il neige, mais ça ne monte pas...

Vous pouvez jeter un oeil à mes relevés (dans ma signature) ; parfois, c'est édifiant.

Mais comparer avec d'autres stations, alors là... pinch.gif Quand je vois le sérieux d'EC, ça fait peur !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

(...) et qui à chaque fois qu'elle trouve une couche de neige reportée supérieure à la précédente rajoute la différence à une variable que l'on pourrait appeler cumul.

Le cumul par différence entre Hauteur J+1 -hauteur J (ancienne méthode des Italiens ) ça sous estime sacrément la somme dès qu'on sort des plaines ..

dans les trous à neige où ça se tasse un max, ça devient carrément surréaliste l'écart :

j'ai calculé 642 cm au lieu de 1498 cm en 2 mois dans un endroit suivi au quotidien cet hiver vers Tokamachi

Des jours à + 25/ 30 cm donnaient une baisse de hauteur de neige au sol si un gros paquet pas encore tassé était venu avant . (vu plein de fois en 60 jours )

Ah oui en effet ! J'ai lu un peu vite ce que tu avais écrit, Mottoth, sans remarquer que la méthode que tu proposes est effectivement trop simple, justement. Lothski a bien expliqué le problème.

En fait, ce qu'il faut faire, c'est tenir compte :

- de la différence entre l'épaisseur de la couche au jour n+1 et celle du jour n, comme tu l'as proposé. Mais il est très important de considérer également :

- de la quantité tombée (en mm d'équivalent en eau) du jour précédent

- et de la température du jour (et même aux heures plus précises si dispo) de la chute

C'est ce que j'ai fait tout à l'heure pour évaluer de la façon la plus plausible possible la quantité tombée chaque jour. C'est pour cela que je disais que c'était fastidieux...!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je classe Kilpisjarvi en climat continental subarctique car :

+ de 24° d'écart entre la moyenne du mois le plus froid et le mois le plus "chaud"

60 degrés d'écart entre les extrêmes moyens annuels, ce qui est considérable

Et le maximum de pluviométrie en été, peut être atténué par le caractère clairement subarctique vu que la moyenne de juillet reste sous les 12°, avec un été très bref et quasiment sans chaleur

A ce propos il est probable que ce climat eût été polaire lors du petit âge glaciaire avec le mois le plus chaud sous la barre des 10°

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Le cumul par différence entre Hauteur J+1 -hauteur J (ancienne méthode des Italiens ) ça sous estime sacrément la somme dès qu'on sort des plaines ..

Pour les cumuls de neige, dès que ça touche un endroit très neigeux , on a déjà bien plus de 5 % ou même 10 % d'incertitude dans tant de séries de mesures sur le terrain ... c'est une vraie galère quand on veut comparer 2 endroits vu la disparité des méthodes de mesures et divers travers

Je galère bien sur le Japon pour comparer des années ça devrait être simple avec une même source ayant sa méthode et des relevés manuels mais il y a des séries parfois pleines de bugs comme là http://www.data.jma.go.jp/obd/stats/etrn/view/monthly_a1.php?prec_no=54&block_no=0544&year=1984&month=01&day=&view=p1

Mois d'avril (n°4 ) farfelu 239 cm de neige avec 28 mm de RR et censée être tombée même par des journées ayant 5° de Tn et bien plus en Tm / TX ...

PB pas de symbole d'alerte dessus ce mois là ...

Un bug pareil ça se voit au 1° coup d'œil bien sûr , mais pour d'autres , tels que bugs sur un jour pas évident de tout croiser pour vérifier ...

Ah oui en effet ! J'ai lu un peu vite ce que tu avais écrit, Mottoth, sans remarquer que la méthode que tu proposes est effectivement trop simple, justement. Lothski a bien expliqué le problème.

En fait, ce qu'il faut faire, c'est tenir compte :

- de la différence entre l'épaisseur de la couche au jour n+1 et celle du jour n, comme tu l'as proposé. Mais il est très important de considérer également :

- de la quantité tombée (en mm d'équivalent en eau) du jour précédent

- et de la température du jour (et même aux heures plus précises si dispo) de la chute

C'est ce que j'ai fait tout à l'heure pour évaluer de la façon la plus plausible possible la quantité tombée chaque jour. C'est pour cela que je disais que c'était fastidieux...!

En effet on a une multitude de problèmes, qui ne sont pas étrangers au fait que je me suis peu investi dans ces histoires de quantité de neige:

- entre J et J+1 on a invariablement des problèmes de tassements.

- mais certains pays reportent la hauteur de neige plus souvent: 2 fois par jour pour les fiches Finlandaises sur lesquelles je travaille en ce moment, parfois 4 fois par jour ou même 8 voire 24... Et mon idée est bien sur d'utiliser tout ces reports, et pas uniquement celui de 6hTU (pour l'Europe). Si c'est l'occasion de pouvoir calculer des cumuls plus justes pour certaines fiches en revanche la comparaison entre pays avec des usages différents peut devenir hasardeuse.

- les RR ne sont pas toujours intégralement reportées en cas de neige... je pense qu'il y a un litige sur la définition de certains groupes d'encodage de RR, on y parle de "liquid precipitation": si pour moi ça sous-entend de faire fondre la neige tombée pour mesurer la résultante liquide, j'ai l'impression que certains observateurs s'en tienne uniquement aux précipitations tombées sous forme liquide. J'ai vu des stations Allemandes ou Italiennes reporter moins de 1mm de RR sur des jours où il tombe 30cms de neige ! J'ai eu le cas sur les fiches de Berlin et Munich: a mon sens c'était trop épisodique pour vraiment fausser les stats et à part une poignée d'erreurs qui sautaient aux yeux je n'ai rien touché. Mais je me souviens d'avoir tenté de bosser sur Milan et d'avoir abandonné car aucune chute de neige ne figure dans les précipitations reportées... ce biais systématique dans une zone quand même bien neigeuse impactait sérieusement la validité de mes statistiques de RR, et j'ai fini par lâcher l'affaire.

Bref, je vais voir ce que je peux faire, mais suivant les pays le résultat ne sera pas uniforme.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nicolass   

Salut !

Merci pour ces dernières fiches. J'ai visité toutes ces villes la premiere decade de juillet 2011, un super souvenir ! Je suis tombe pendant un coup de chaud, faudrait regarder les archives mais je me rappelle d'avoir sué à Narvik, Lulea, dans ces coins, vers le 08-07-11 qq chose comme ça.

Il me semble que la ville la plus froide l'hiver est Kautokeino en Norvège intérieure, encore plus froid que Kilpisjarvi, à vérifier...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
lothski   

Je ne sais pas si ça vaut la peine de passer un temps fou sur ces cumuls de neige : à part qq givrés à la Lothski ça n'intéresse pas grand monde default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20"> et on n'arrivera jamais à obtenir un moyen de comparaison universel et fiable cf /topic/84274-normes-sur-methodes-de-mesure-des-cumuls-de-neige/'>http://forums.infoclimat.fr/topic/84274-normes-sur-methodes-de-mesure-des-cumuls-de-neige/

La couche au sol c'est déjà pas mal et assez fiable pour des villes .

Pour elle aussi c'est très fumeux en haute altitude avec le pb du vent . En Italie les courbes de neige au sol relevés manuels et de la station auto à coté donnent parfois des écarts énormes après une bonne tempète

(Rque : les relevés au Santis sur lequels je me suis penché car disponibles ne sont pas du tout homogènes et il y a des sauts plus qu'étranges , au Grand St. Bernard ils ont arrèté en 1981 à cause du vent , Au Santis c'est une cuisine avec plusieurs points

(cf article de Ch Marty "Long-term snow and weather observations at Weissfluhjoch" )

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Je ne sais pas si ça vaut la peine de passer un temps fou sur ces cumuls de neige : à part qq givrés à la Lothski ça n'intéresse pas grand monde wink.png et on n'arrivera jamais à obtenir un moyen de comparaison universel et fiable cf /topic/84274-normes-sur-methodes-de-mesure-des-cumuls-de-neige/'>http://forums.infoclimat.fr/topic/84274-normes-sur-methodes-de-mesure-des-cumuls-de-neige/

Personnellement, je pense au contraire qu'il s'agit d'un élément intéressant et même important en climato.

Par exemple, si l'on prend justement le cas de Bergen, on constate que les hauteurs moyennes mensuelles de la couche de neige (en fin de mois) ne dépassent pas 0, voire 1 cm à tout casser.

Et pourtant, à Bergen, il tombe en moyenne (valeur estimée par le biais de mon modèle) 165 cm de neige ! Ce qui signifie que, plusieurs fois dans l'hiver (Mottoth a décompté 31 à 32 jours par an), la neige recouvre le sol, et parfois avec des couches imposantes (étant donnés les 165 cm tombés). Bref, on constate que, pour le cas de Bergen, l'épaisseur moyenne mensuelle de 0 cm est très « trompeuse », si j'ose dire.

Maintenant, prenons un coin comme Hailar (Hulunbuir) dans la steppe mongole (province chinoise de Mongolie intérieure) : là-bas, la couche de neige moyenne de janvier à mars avoisine probablement les 10-15 cm, et l'enneigement est donc permanent durant plusieurs mois. Pourtant, la quantité moyenne de neige tombée ne doit pas excéder les 25-30 cm !

Ainsi, à Bergen avec à peine plus de 0 cm de hauteur moyenne, la neige est pourtant un élément très important dans le climat et dans la vie quotidienne des gens de cette ville.

Inversement, à Hulunbuir, malgré les 10-15 cm permanents de la couche de neige, la neige passera quasiment « inaperçue » là-bas !

Bref, on peut donc bien s'imaginer l'importance climatologique de ce paramètre qu'est la quantité de neige tombée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Pour elle aussi c'est très fumeux en haute altitude avec le pb du vent . En Italie les courbes de neige au sol relevés manuels et de la station auto à coté donnent parfois des écarts énormes après une bonne tempète

(Rque : les relevés au Santis sur lequels je me suis penché car disponibles ne sont pas du tout homogènes et il y a des sauts plus qu'étranges , au Grand St. Bernard ils ont arrèté en 1981 à cause du vent , Au Santis c'est une cuisine avec plusieurs points

(cf article de Ch Marty "Long-term snow and weather observations at Weissfluhjoch" )

Bien évidemment, tout modèle et toutes statistiques ont leurs limites. Là, tu mentionnes justement ces cas limites, ces cas exceptionnels où les quantités de neige tombées et tenant au sol sont faramineuses. Par ailleurs, les conditions meteo elles-mêmes dantesques (vents violents fréquents) rendent les prises de mesures presque impossibles ou en tout cas très approximatives : je ne t'apprendrai rien en disant que de tels vents rendent la hauteur de neige au sol complètement erratique et irrégulière, et ce en quelques mètres ou quelques dizaines de mètres seulement. Sur ces sommets très exposés, on ne peut avoir qu'une approximation de la quantité tombée de même que de la hauteur de neige au sol.

Mais donc, hormis ces cas très particuliers, les mesures et les estimations sont tout à fait faisables et justifiées.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Citation
Salut !

Merci pour ces dernières fiches. J'ai visité toutes ces villes la premiere decade de juillet 2011, un super souvenir ! Je suis tombe pendant un coup de chaud, faudrait regarder les archives mais je me rappelle d'avoir sué à Narvik, Lulea, dans ces coins, vers le 08-07-11 qq chose comme ça.

Il me semble que la ville la plus froide l'hiver est Kautokeino en Norvège intérieure, encore plus froid que Kilpisjarvi, à vérifier...

Les localités les plus froides de la Laponie sont en effet Kautokeino et Karasjok, toutes les 2 en Norvège. De mémoire les records sont de l'ordre de -51°c, enregistrés en janvier 1999.

Mais l'une ne reporte pas H24 (seulement 6 obs/jour), et les synops de l'autre ne sont disponibles que depuis 2006. Donc aucune des 2 ne rentre pour l'instant dans les critères que je m'impose.

Donc je me suis rabattu sur la Laponie Finlandaise, mais a bien y regarder les stations qui reportent le maximum de paramètres en continu depuis 2000 ne sont pas très nombreuses non plus... c'est pourquoi la fiche d'aujourd'hui concerne encore un hameau minuscule, et une fois de plus j'ai été bien en peine pour localiser la station.

Pour l’anecdote la station suivante a en effet connu un coup de chaleur remarquable durant le séjour de de nicolass dans la région, avec une tx de 30.2°c le 9/7/2011 (tn de 16.2°c).

 

#193. Kevo

 

Localisation grossière. Helsinki est à 1060kms.

02805_map0.jpg

 

Kevo est quasiment à l'extrême nord de la Laponie Finlandaise, sur la commune de Utsjoki et dans une situation assez continentale. Les bras de mer les plus proches sont à 75kms.

Kilpisjarvi est à 255kms, Tromso à 310kms.

02805_map1.jpg

 

dnQxnwh.jpg

 

Localisation par rapport à Karasjok, l'un des deux pôle froid cités plus haut, à seulement 66kms.

02805_map1b.jpg

 

Vue vers le NNO de la vallée dans laquelle le lieu-dit de Kevo est implanté. La station est sur une butte (107m) qui domine la rivière 30m plus bas (75m). De part et d'autre de la vallée des collines atteignent environ 300m d'altitude. On devine donc les lacs d'air froids qui peuvent se former lorsque des calmes hivernaux s'installent sur la région, et les inversions notables qui peuvent s'établir sur ces dénivelés plutôt modestes.

02805_map2_NNW.jpg

 

02805_Kevo_A_v7.35.png

 

Cette fois çi il n'y à plus à tergiverser : le régime de RR est franchement continental, nous sommes en présence d'un climat continental à été court.

Depuis Kilpisjarvi la transition est donc vraiment achevée. Il est même remarquable de trouver un climat aussi purement continental en ne se trouvant malgré tout qu'à moins de 100kms de l'océan.

 

Les vents ont eux aussi un régime bien continental, et sont encore une fois canalisés par le relief, même modeste.

J'avoue que j'ai du mal à interpréter l'écrasante domination des vents de sud en hiver, je ne sais pas si il faut y voir un écoulement thermique à grande échelle de l'intérieur de la Laponie vers les côtes océaniques ou si ce sont des brises plus locales.

02805_Kevo_C_v7.35.png

 

A cette occasion, et en attendant un éventuel traitement des cumuls neigeux, j'ai introduit une petite évolution (v7.04) qui me permettra de jouer avec les roses des vents pour rendre certains cas de figure un peu plus lisibles en réduisant les échelles. Voici ce que cela change dans le cas concret de Kevo:

Windroses_v7_04.png

 

Rien d'inhabituel sur les tableaux horaires:

02805_Kevo_B_v7.35.png

 

 

J'ai encore pris l'hiver 2014-15 en exemple, qui malgré de forts contrastes termine avec un bilan vraiment neutre. Là encore le mois de février doux et dépressionnaire est compensé par un froid continental parfois très marqué en janvier.

On voit bien comment le contraste et la violence des changements de températures explique l'amplitude thermique diurne moyenne de 8°c à 9°c durant les périodes de nuit polaire.

Ces variations à la fois fréquentes et spectaculaires de t° sont vraiment une spécificité de la Laponie par rapport au reste de l'Europe.

02805_DEC14-_FEB15.png

 

 

J'ai intercalé un petit exemple de printemps avant l'été. Sur cette saison 2009 très neutre on retrouve à l'occasion des types de temps typiques des régions continentales des hautes latitudes comme la Yakoutie ou le Yukon: les belles journées calmes occasionnent des amplitudes thermiques diurnes spectaculaires (plus de 20°c), qui cette fois çi sont bien dues à l'alternance jour/nuit plutôt qu'à des changements de temps.

02805_MAR-_MAY09.png

 

 

Il était difficile de trouver un bon exemple d'été. Voici donc l'été 2000 qui fut le plus proche des moyennes 2000-2014 (tn: -0.2°c, tx -0.3°). Pour les RR j'ai pas mal de trous dans les données, j'arrive à 86% du cumul normal (-25mm) avec ce que j'ai.

La fraicheur de mi-juin fut exceptionnelle (txn de la période 2000-2014 le 14/06), la chaleur du 19 et 20/07 aussi (tnx de la période 2000-2014 le 20/07).

La première gelée, le 21/08, n'a eu que 1 semaine d'avance sur le calendrier.

Pas mal de brouillards le matin dès que les conditions s'y prêtent, ce qui n'est pas étonnant vu la topographie.

02805_JUN-_AUG00.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Ajout de la carte topo
  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Vue vers le NNO de la vallée dans laquelle le lieu-dit de Kevo est implanté. La station est sur une butte (107m) qui domine la rivière 30m plus bas (75m). De part et d'autre de la vallée des collines atteignent environ 300m d'altitude. On devine donc les lacs d'air froids qui peuvent se former lorsque des calmes hivernaux s'installent sur la région, et les inversions notables qui peuvent s'établir sur ces dénivelés plutôt modestes.

Voir cette publi : Quantification of the cold‐air pool in Kevo Valley, Finnish Lapland dans Weather.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Brrr, quel climat horrible même si quelques journées d'été sont agréables. D'un point de vue climatique, on est a la limite de l'arbre, en milieu subarctique a été très court (moins d'un mois>14°C). L'Ic est de 0.41 soit un climat nettement continental. Pour l'humidité, je ne sais pas trop mais on est surement en milieu humide je pense.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Merci beaucoup pour cette trouvaille qui approfondi à merveille ma fiche sur cet endroit.

D'abord cette publi confirme que j'ai réussi à trouver pile-poil les bonnes coordonnées de la station, ce qui est toujours une petite victoire personnelle lorsqu'on a passé plus d'une heure le nez dans l'imagerie sat et google street view !

L'étude se concentre essentiellement sur l'analyse des inversions de t° entre la rivière (74m d'altitude) et le haut de la colline au SSO de la station (184m), en passant donc par celle-ci (107m). En hiver des inversions de 15°c ont été mesurées sur ce profil de 110m de dénivelée, avec le seuil des 10°c fréquemment atteint (à 10 reprises durant le mois de janvier étudié, qui fut quand même froid).

Un second profil plus restreint a été étudié, entre la rivière (74m) et 92m - soit 15m en dessous de la station synoptique. Là encore, des inversions de 5°c ne furent pas rares, et ce en toutes saisons. La plus forte inversion sur ces seulement 18m de dénivelée fut de 9°c !

En extrapolant les tnn de ma fiche on peut conclure sans prendre trop de risque que le fond de vallée connait des tnn annuelle médianes inférieures à -40°c (probablement -41°c ou -42°c) et un record voisin de -45°c (période 2000-2015), voire moins.

La conclusion un peu surprenante de cette étude est que la tenue de ce lac d'air froid et des fortes inversions qui le mettent en évidence n'est pas vraiment corrélé à une synoptique calme et anticyclonique, et qu'il semblerait que les mécanismes par lesquels le lac d'air froid se forme et se maintient soient indépendants de la circulation atmosphérique de grande échelle ("the mechanisms by which the cool pool develops and is maintained can be inpedendent of the large-scale atmosperic circulation").

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci beaucoup pour cette trouvaille qui approfondi à merveille ma fiche sur cet endroit.

D'abord cette publi confirme que j'ai réussi à trouver pile-poil les bonnes coordonnées de la station, ce qui est toujours une petite victoire personnelle lorsqu'on a passé plus d'une heure le nez dans l'imagerie sat et google street view !

L'étude se concentre essentiellement sur l'analyse des inversions de t° entre la rivière (74m d'altitude) et le haut de la colline au SSO de la station (184m), en passant donc par celle-ci (107m). En hiver des inversions de 15°c ont été mesurées sur ce profil de 110m de dénivelée, avec le seuil des 10°c fréquemment atteint (à 10 reprises durant le mois de janvier étudié, qui fut quand même froid).

Un second profil plus restreint a été étudié, entre la rivière (74m) et 92m - soit 15m en dessous de la station synoptique. Là encore, des inversions de 5°c ne furent pas rares, et ce en toutes saisons. La plus forte inversion sur ces seulement 18m de dénivelée fut de 9°c !

En extrapolant les tnn de ma fiche on peut conclure sans prendre trop de risque que le fond de vallée connait des tnn annuelle médianes inférieures à -40°c (probablement -41°c ou -42°c) et un record voisin de -45°c (période 2000-2015), voire moins.

La conclusion un peu surprenante de cette étude est que la tenue de ce lac d'air froid et des fortes inversions qui le mettent en évidence n'est pas vraiment corrélé à une synoptique calme et anticyclonique, et qu'il semblerait que les mécanismes par lesquels le lac d'air froid se forme et se maintient soient indépendants de la circulation atmosphérique de grande échelle ("the mechanisms by which the cool pool develops and is maintained can be inpedendent of the large-scale atmosperic circulation").

C'est une publi dont je me souvenais... mais pas suivi particulièrement leurs recherches. J'aurais dû regarder la suite :

High latitude local scale temperature complexity:the example of Kevo Valley, Finnish Lapland

Oui toujours un plaisir de trouver la localisation exacte (pour être vraiment précis, voir ce lien).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

La conclusion un peu surprenante de cette étude est que la tenue de ce lac d'air froid et des fortes inversions qui le mettent en évidence n'est pas vraiment corrélé à une synoptique calme et anticyclonique, et qu'il semblerait que les mécanismes par lesquels le lac d'air froid se forme et se maintient soient indépendants de la circulation atmosphérique de grande échelle ("the mechanisms by which the cool pool develops and is maintained can be inpedendent of the large-scale atmosperic circulation").

Ce qui semble assez logique puisque, en hiver dans ce genre de situation topographique, la mise en place des conditions d'inversions sont plus corrélées (même si ce n'est que beaucoup moins directement corrélé qu'en été) à la T 850hPa et donc à l'advection d'une masse d'air très froid qu'à la présence d'un anticyclone.

En guise d'illustration, voici ce qu'il s'était passé le 06 février 2012 (-40,5°C à Kevo et -38°C à Inari, un peu plus au sud ; T850 = -22°C environ, donc une bonne inversion tout de même) :

http://www.ogimet.com/cgi-bin/gsynres?lang=en&ind=02805&ndays=31&ano=2012&mes=02&day=31&hora=18&ord=REV&Send=Send

Rrea00120120206.gif

Rrea00220120206.gif

On se rend clairement compte que les températures les plus froides au niveau 850 hPa ne sont que faiblement corrélées à la présence d'anticyclones...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Les localités les plus froides de la Laponie sont en effet Kautokeino et Karasjok, toutes les 2 en Norvège. De mémoire les records sont de l'ordre de -51°c, enregistrés en janvier 1999.

Températures les plus basses relevées en Fennoscandie :

-52,6 °C

à Vuoggatjålme (Suède) le 2 février 1966 ;

-51,5 °C

à Kittilä-Pokka (Finlande) le 28 janvier 1999 ;

-51,2 °C

à Karasjok (Norvège) le 28 janvier 1999 ;

-50,4 °C

à Salla Naruskajärvi (Finlande) le 6 janvier 1985 ;

-50,3 °C

à Kautokeino (Norvège) le 27 janvier 1999.

Il y a d'autres valeurs intercalées, et même une plus basse (-53 °C à Malgovik, en Suède), mais elles sont toutes assez anciennes, donc sujettes à caution.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci pour cette dernière fiche de Kevo, à l'hiver déjà bien froid malgré la relative proximité de l'océan. Ce froid est bien sur dû à l'intense déperdition de chaleur à cette latitude en hiver lors de la nuit polaire qui dure plusieurs semaines mais aussi au fait que les vents océaniques pénètrent peu sur le continent car étant de sud-ouest dominants, ils sont parallèles au littoral. Et il y a également la présence de montagnes en bordure de cote qui accentue le phénomène.

Je rejoins Mathieu, ce doit être un climat bien difficile à supporter, surtout durant la nuit hivernale, d'autant plus que l'été ne compense pas, il semble bien maussade en plus de sa fraîcheur, avec un pourcentage important de ciel couvert.

C'est une situation bien différente des climats sibériens (Verhojansk par exemple) qui connaissent un été avec un ensoleillement excellent, plus de 300 h/mois d'avril à juillet.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Citation
Ce qui semble assez logique puisque, en hiver dans ce genre de situation topographique, la mise en place des conditions d'inversions sont plus corrélées (même si ce n'est que beaucoup moins directement corrélé qu'en été) à la T 850hPa et donc à l'advection d'une masse d'air très froid qu'à la présence d'un anticyclone.

On se rend clairement compte que les températures les plus froides au niveau 850 hPa ne sont que faiblement corrélées à la présence d'anticyclones...

C'est pas exactement ça: ils ont constaté que la formation et le maintient d'un lac d'air froid - qu'il soit à -10°c ou -40°c - est moins contrarié que ce que l'on croyait par certains facteurs d'origine synoptique, comme les vents synoptiques - même sensibles -, où la nébulosité.

 

Citation
Températures les plus basses relevées en Fennoscandie :

-52,6 °C

à Vuoggatjålme (Suède) le 2 février 1966 ;

-51,5 °C

à Kittilä-Pokka (Finlande) le 28 janvier 1999 ;

-51,2 °C

à Karasjok (Norvège) le 28 janvier 1999 ;

-50,4 °C

à Salla Naruskajärvi (Finlande) le 6 janvier 1985 ;

-50,3 °C

à Kautokeino (Norvège) le 27 janvier 1999.

Il y a d'autres valeurs intercalées, et même une plus basse (-53 °C à Malgovik, en Suède), mais elles sont toutes assez anciennes, donc sujettes à caution.

Avec l'éclairage des études sur ce phénomène généralisé (à ces latitudes) de lacs d'air froid on peut s'avancer sans trop de risque à affirmer que chaque fond de vallée et fond de cuvette en Laponie a un record absolu de -50°c voire un peu moins.

Le fond de vallée de Kevo aussi, mon estimation de -45°c ne courant que pour la période récente (2000-2015). Durant la grande vague de froid de janvier 1999, la tnn fut de -48.2°c à la station... des valeurs de -52°c ou -53°c sont envisageables au niveau de la rivière gelée 30m plus bas.

 

Citation
Merci pour cette dernière fiche de Kevo, à l'hiver déjà bien froid malgré la relative proximité de l'océan. Ce froid est bien sur dû à l'intense déperdition de chaleur à cette latitude en hiver lors de la nuit polaire qui dure plusieurs semaines mais aussi au fait que les vents océaniques pénètrent peu sur le continent car étant de sud-ouest dominants, ils sont parallèles au littoral. Et il y a également la présence de montagnes en bordure de cote qui accentue le phénomène.

Je rejoins Mathieu, ce doit être un climat bien difficile à supporter, surtout durant la nuit hivernale, d'autant plus que l'été ne compense pas, il semble bien maussade en plus de sa fraîcheur, avec un pourcentage important de ciel couvert.

C'est une situation bien différente des climats sibériens (Verhojansk par exemple) qui connaissent un été avec un ensoleillement excellent, plus de 300 h/mois d'avril à juillet.

Tu fait bien de le souligner, l'influence océanique la plus notable qui demeure dans ces climats est la nébulosité abondante durant la belle saison. Et les redoux spectaculaires en hiver.

Modifié par mottoth

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

C'est pas exactement ça: ils ont constaté que la formation et le maintient d'un lac d'air froid - qu'il soit à -10°c ou -40°c - est moins contrarié que ce que l'on croyait par certains facteurs d'origine synoptique, comme les vents synoptiques - même sensibles -, où la nébulosité.

Ben si, c'est bien ce que j'avais compris... (j'ai juste développé un peu plus loin la réflexion). j'ai dû mal m'exprimer...

Mais attention quand même : ils ne disent tout de même pas qu'une nébulosité élevée ne contrarie pas la formation du lac d'air froid. Par ailleurs, ils ne disent pas non plus que des vents forts passant au-dessus des « crêtes » ne jouent aucun rôle.

En effet, ils précisent bien que c'est lorsque le flux dominant provient du nord-ouest qu'il se produit une sorte de subsidence au niveau de Kevo. Or qu'implique une telle subsidence ? => une faible teneur en vapeur d'eau dans l'air (ça, c'est moi qui extrapole). Par ailleurs, il faut savoir que dans ces contrées nordiques, lorsque la masse d'air qui règne est la masse d'air froid ou arctique (et c'est souvent le cas la majeure partie de l'année, que les conditions au sol soient très anticycloniques ou pas trop, et c'est ce qu'ils veulent dire), la teneur en vapeur d'eau reste faible voire très faible. Or, c'est précisément ce qu'il faut pour qu'un TAF fonctionne bien, qu'il fasse -10 ou -40°C. Mais également, il ne faut pas oublier - et ils le mentionnent - le rôle du soleil bas, à cette latitude, qui ne perturbe que très peu la dynamique de formation du lac d'air froid. Alors que sous des latitudes plus méridionales, le soleil « défait » plus facilement le TAF.

Mais ce que je voulais dire, parallèlement aux résultats de cette étude, c'est que pour qu'un TAF fonctionne le mieux possible, il est indispensable que la masse d'air (et notamment celle mesurée à 850 hPa) soit la plus froide possible (car possédant le moins de vapeur d'eau possible ; en effet, la vapeur d'eau renvoie beaucoup de radiation IR vers le sol, ce qui contrarie l'effet TAF). C'est d'ailleurs la raison pour laquelle les TAF sont beaucoup moins marquants l'été. Mais qu'effectivement, puisque, à Kevo, même en été, la teneur en vapeur d'eau reste assez faible, alors le TAF peut fonctionner, du moment que les vents en altitude ne soient tout de même pas trop forts. C'est ce qu'ils voulaient dire, grosso-modo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#194. Sodankyla.

 

Je pense qu'après cette fiche on aura tous une bonne idée des climats Lapons.

Sodankyla occupe une position bien centrale en Laponie. Helsinki est encore loin, à 780kms.

02836_map0.jpg

 

Cette zone est beaucoup moins rugueuse que le Finnmark plus au nord, on y trouvera de moins grandes disparités en fonction de la topographie.

Kevo est à 265kms, Kilpisjarvi à 310kms.

02836_map1.jpg

 

ctyqX5M.jpg

 

Vue vers le NO. La station est proche du lit de la rivière, quasiment à la même altitude (179m vs 172m), à environ 5kms du centre-ville. Comme vous le voyez c'est beaucoup plus plat:

02836_map2_NW.jpg

 

02836_Sodankyla_A_v7.36.png

 

NB; rien de visible sur cette nouvelle version (v7.10). Mais une énorme avancée en coulisse, justifiant ce gap dans la numérotation: la génération des résumés mensuels utilisés pour présenter les exemples de saison se fait désormais en un seul clic de souris et quelques secondes... cela doit représenter environ 1/2 heure de gagnée pour la préparation d'une fiche comme celle ci.

 

On retrouve logiquement un climat continental un peu moins froid qu'à Kevo, et un peu plus arrosé (en hiver surtout). La continentalité est plus forte, avec des hivers à peine moins froids mais des étés plus chauds qu'à Kevo: la barre symbolique des 20°c en tx est dépassée en juillet, on n'avait pas vu ça depuis Bergen.

Nous sommes ici également plus à l'écart de la grisaille du grand nord, avec 220h/an de soleil gagnées par rapport à Kevo (j'ai mis à jour la fiche avec les données 1981-2010 du finnish met institute). Et bien que l'on soit dans une plaine bien dégagée c'est également moins venté.

Bref, c'est déjà plus vivable ici que dans les terres vraiment inhospitalières du Finnmark.

 

On retrouve encore des vents dominants plutôt nord/sud (nord en été, sud en hiver), mais sans relief pour les canaliser c'est bien plus éparpillé.

02836_Sodankyla_C_v7.36.png

 

Je ne m'explique pas la hausse de t° visible à 3hTU durant la période sombre, et je ne peut écarter une erreur systématique dans la transmission de certains synops. En revanche les choses rentrent dans l'ordre durant la saison lumineuse.

02836_Sodankyla_B_v7.36.png

 

 

J'ai du changer mes exemples de saisons par rapport aux fiches précédentes, car il commençait à apparaitre ici des anomalies significatives sur les hivers 2014-2015 et l'été 2009.

C'est donc l'hiver 2003-2004 que j'ai retenu, avec les anomalies suivantes: tn -0.7°c, tx +0.2°c, RR +12.7%.

On retrouve encore un temps très contrasté, et sur les 3 mois d'hiver une amplitude de 40°c (typiquement de -35°c à +5°c) n'est pas exceptionnelle.

Dès mi-février le soleil plus présent qu'à Kevo donne déjà de belles amplitudes thermiques diurnes.

02836_DEC03-_FEB04.png

 

 

Cette séquence au printemps 2009 est bien plus sèche de la normale et un peu froide en avril, mais montre bien à nouveau comment les amplitudes diurnes deviennent très marquée par beau temps calme sur sol enneigé - parfois 25°c d'amplitude. C'est la période de l'année avec la meilleure fraction d'insolation.

02836_MAR-_APR09.png

 

 

Re-voici l'été 2000, que l'on avait vu à Kevo. Anomalies: tn -0.1°c, tx -0.5°c, RR -1.9%.

Un été assez contrasté, avec une fraicheur remarquable mi-juin.

Notez comme les orages sont beaucoup plus présents que dans le grand nord, encore un trait de la continentalité renforcée ici.

02836_JUN-_AUG00.png

 

 

Enfin un petit exemple pris en octobre: cette saison est le contraire du printemps, avec une grisaille persistante et des températures moins variables - du moins tant que la couche neigeuse n'est pas installée. Voici donc une octobre moyen, octobre 2001, bien représentatif: très nuageux, une HR souvent proche de la saturation, des amplitudes diurnes faibles... la nuit polaire s'approche dans une ambiance absolument déprimante.

02836_OCT01.png

 

Voilà, c'est tout pour la Laponie, du moins pour l'instant. Je pense poster une fiche-devinette avant la fin de la soirée.

 

Modifié par mottoth
Remise à jour, ajout de la carte topo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#194. Sodankyla.

Merci pour cette nouvelle fiche : j'allais te la demander !

En effet, j'ai déjà mis les pieds à Sodankylä il y a maintenant de nombreuses années. J'avais beaucoup aimé cette région de Laponie finlandaise intérieure. Malgré mon jeune âge à l'époque, je me rappelle de ces nombreuses routes de terre au nord de Rovaniemi (peu de routes en bitume là bas - sauf en ville - à cause des alternances gel-dégel printanières) que nous empruntions souvent dans ce coin, et de ces nombreux rennes pourtant sauvages littéralement avachis sur les quelques portions de route asphaltées dont ils profitaient de la chaleur.

Je me rappelle aussi de ces forêts interminables de pins tortueux et de ces bouleaux nains, et du sol forestier jonché de myrtilles de partout (nos semelles en étaient bleues, car il était absolument impossible de ne pas marcher dessus !), et de Lakka (dont je ne connais que le nom finlandais), un baie - délicieuse ! - qui ressemble aux framboises (mais pas au goût), et qui pousse près des tourbières. Impossible également de ne pas remarquer les tunturis (ces collines lapones de 200 à 400 m d'altitude maximum en général, aux formes très arrondies, vite rappées et libres d'arbres dès qu'on prend un peu d'altitude). Ces tunturis sur lesquels il ne faisait vraiment pas chaud, même au début du mois d'août, au point que les Finnois prenaient un malin plaisir à nous avertir de l'arrivée imminente de l'automne !

Enfin bref, une très belle région, mais au climat sans doute un peu excessif, exacerbé par le soleil très bas et la nuit polaire (tout de même courte à Sodankylä).

Pour en revenir à l'analyse climatique, il semblerait que le réchauffement ait été assez marqué durant ces dernières années, car les données 1971-2000 étaient bien plus basses, notamment en hiver (une Tm de -14,5°C en janvier).

Remarquez également le record de froid (donc antérieur à 2000) qui tournerait dans les -49,5°C (à vérifier) !

http://en.wikipedia.org/wiki/Sodankyl%C3%A4#Climate

Bref, sans surprise, un climat typiquement subarctique continental (à été très bref).

J'essaierai tout à l'heure de voir ce que donne l'estimation de la quantité de neige tombée par le calcul, afin d'effectuer une comparaison avec les valeurs effectivement observées présentes sur le lien que j'ai posté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette nouvelle fiche : j'allais te la demander !

En effet, j'ai déjà mis les pieds à Sodankylä il y a maintenant de nombreuses années. J'avais beaucoup aimé cette région de Laponie finlandaise intérieure. Malgré mon jeune âge à l'époque, je me rappelle de ces nombreuses routes de terre au nord de Rovaniemi (peu de routes en bitume là bas - sauf en ville - à cause des alternances gel-dégel printanières) que nous empruntions souvent dans ce coin, et de ces nombreux rennes pourtant sauvages littéralement avachis sur les quelques portions de route asphaltées dont ils profitaient de la chaleur.

Je me rappelle aussi de ces forêts interminables de pins tortueux et de ces bouleaux nains, et du sol forestier jonché de myrtilles de partout (nos semelles en étaient bleues, car il était absolument impossible de ne pas marcher dessus !), et de Lakka (dont je ne connais que le nom finlandais), un baie - délicieuse ! - qui ressemble aux framboises (mais pas au goût), et qui pousse près des tourbières. Impossible également de ne pas remarquer les tunturis (ces collines lapones de 200 à 400 m d'altitude maximum en général, aux formes très arrondies, vite rappées et libres d'arbres dès qu'on prend un peu d'altitude). Ces tunturis sur lesquels il ne faisait vraiment pas chaud, même au début du mois d'août, au point que les Finnois prenaient un malin plaisir à nous avertir de l'arrivée imminente de l'automne !

Enfin bref, une très belle région, mais au climat sans doute un peu excessif, exacerbé par le soleil très bas et la nuit polaire (tout de même courte à Sodankylä).

Pour en revenir à l'analyse climatique, il semblerait que le réchauffement ait été assez marqué durant ces dernières années, car les données 1971-2000 étaient bien plus basses, notamment en hiver (une Tm de -14,5°C en janvier).

Remarquez également le record de froid (donc antérieur à 2000) qui tournerait dans les -49,5°C (à vérifier) !

http://en.wikipedia.org/wiki/Sodankyl%C3%A4#Climate

Bref, sans surprise, un climat typiquement subarctique continental (à été très bref).

J'essaierai tout à l'heure de voir ce que donne l'estimation de la quantité de neige tombée par le calcul, afin d'effectuer une comparaison avec les valeurs effectivement observées présentes sur le lien que j'ai posté.

Quel chance tu as eu de visiter cet endroit. La Finlande a de magnifiques paysages naturels je trouve, quand on voit tout ce vert sur Google Earth, ça fait rêver! Sinon d'accord avec toi sur la dénomination du climat, c'est comme Kevo mais en moins rude néanmoins.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Citation
Merci pour cette nouvelle fiche : j'allais te la demander !

En effet, j'ai déjà mis les pieds à Sodankylä il y a maintenant de nombreuses années.

Pour en revenir à l'analyse climatique, il semblerait que le réchauffement ait été assez marqué durant ces dernières années, car les données 1971-2000 étaient bien plus basses, notamment en hiver (une Tm de -14,5°C en janvier).

Remarquez également le record de froid (donc antérieur à 2000) qui tournerait dans les -49,5°C (à vérifier) !

http://en.wikipedia.org/wiki/Sodankyl%C3%A4#Climate

J'aimerais vraiment y aller un jour moi aussi, faut que je m'organise ça !

Le record semble fiable, ce -49.5°c date de ce fameux mois de janvier 1999 - avec une tx de l'ordre de -44°c !

 

D'après le Finnish Met Institute, voici l'évolution des normales hivernales à Sodankyla (DJF):

1961-90: -13.9°c

1971-00: -13.1°c

1981-10: -12.6°c.

Donc oui, une augmentation rapide, et ça ne ralenti pas à la vue de mes données:

2000-15: -11.4°c

 

Sinon j'ai mis ce soir à profit mon nouveau joujou de génération ultra-rapide de fiches mensuelles: j'ai remis à jour la présentation de Ulan Bator, la 1ère fiche de ce sujet postée il y a plus de 4 ans. On a maintenant 4 saisons entières pour découvrir ce climat hallucinant.

Je profite aussi de l’occasion pour montrer le chemin parcouru depuis 4 ans dans la manipulations des données, voici une comparaison entre le résumé du mois de juillet 2010 posté en avril 2011 et celui généré aujourd'hui avec mes moyens actuels:

Avril 2011:

44292_JUL10.png

Aujourd’hui (mai 2015)

44292_JUL10v2.png

 

Plus de paramètres, moins de trous dans les données, les échelles de couleurs plus agréables... et surtout ça me prend beaucoup moins de temps aujourd’hui.

Voilà pourquoi je vais essayer de remettre à jour les fiches les plus anciennes avec de nouveaux exemples de saisons de temps en temps... je ne promet rien en terme de délai, mais petit à petit pas mal d'anciennes fiches devrait être enrichies et un peu ré-écrites.

 

 

#195. A vous de deviner.

 

Et comme annoncé, voici un aperçu de la prochaine fiche. Saurez vous trouvez de quelle stations de plaine (<500m) s'agit-t-il ?

99999_XXX004.png

Modifié par mottoth

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne