Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Alain Coustou

4ème Rapport du GIEC-IPCC

Recommended Posts

En tous cas, il y en a un qui est partout en ce moment : Jean Jouzel.

Partout ! A la télé, dans les journaux, à la radio, etc

Share this post


Link to post
Share on other sites

16000 ans est tout à fait surestimé.

On a actuellement une fonte (y compris le glissement méca) qui se produit avec un réchauffement de x °C.

Or le réchauffement n'est pas prévu en rester là.

en tous cas je n'ai pas vu dans l'AR4 (mais ai-je bien regardé?) une prise en compte des dernières mesures de perte de masse.

Il sera intéressant de voir s'il y a eu ou non rectification, si tant est que cette rectification se justifie.

Si tu vas en page 4-21 et 4-22, les premières mesures GRACE sont mentionnées. Mais le Second Draft a dû être bouclé vers janvier-février 2006, donc il n'y a pas eu l'avalanche de la seconde partie de l'année. L'accélération dont on parle tant vient surtout d'un shift au cours de l'année 2004, dont l'effet est sensible su 2003-2006 semble-t-il.

Le GIEC fait en l'occurrence son boulot : statuer sur une tendance climatique avec des données courtes depuis un instrument nouveau est une méthode médiatique, mais pas scientifique. Ce n'est quand même pas aux intervenants de ce forum que je rappellerai que 30 ans est le norme climatologique. Que Rignot, Velicogna ou Chen fassent grand bruit de leurs publications, c'est bien normal. Que cela fasse oublier une vingtaine d'autres publications (et la vertigineuse incertitude des mesures GRACE, avec un facteur 2,5 en seulement 6 mois), ce n'est pas souhaitable dans la logique rédactionnelle qui est celle du GIEC.

Si jamais GRACE retrouve une stabilisation, voire des gains de masse en 2009-2012, à quoi bon écrire que la tendance 2003-2006 est "très alarmante". Vous ne voulez quand même pas que le GIEC donne de tels bâtons aux sceptiques pour se faire battre d'ici son futur AR5 ? default_rolleyes.gifdefault_crying.gif La dernière fois qu'ils se sont précipités sur une donnée récente et "parlante", c'était la courbe de hockey. Mauvais souvenir pour la crédibilité et l'objectivité du GIEC...

PS : j'ai lu quelque part dans l'AR4 3000 ans comme hypothèse d'une fonte totale du Groenland, mais je ne retrouve pas où. Il est labyrinthique, ce rapport !

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Ce n'est quand même pas aux intervenants de ce forum que je rappellerai que 30 ans est le norme climatologique.

C'est sûr mais avoue que si tous les 2 ans pendant 6 ans on trouve une multiplication par 2.5 il y aura de quoi se poser des questions. default_laugh.png

Mais je suis d'accord on n'en est pas là.

Sinon fig 10.7.7 il y a l'évolution de la calotte du Groenland dans le cas d'un RC suite à 4XCO2, établi.

Il fondrait de 80% en 1730 ans.

Je ne sais pas si c'est ce que tu cherches.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Si jamais GRACE retrouve une stabilisation, voire des gains de masse en 2009-2012, à quoi bon écrire que la tendance 2003-2006 est "très alarmante". Vous ne voulez quand même pas que le GIEC donne de tels bâtons aux sceptiques pour se faire battre d'ici son futur AR5 ? default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> La dernière fois qu'ils se sont précipités sur une donnée récente et "parlante", c'était la courbe de hockey. Mauvais souvenir pour la crédibilité et l'objectivité du GIEC...

Bah, c'est de toute façon un compromis déchirant à faire pour le GIEC. Entre une minorité soi-disant ultra-minoritaire de sceptiques "out of touch" (ditxit K.A.) et la foule avide de sensations fortes, pourquoi pas quelques symboles hockeyiens forts, quitte à ce qu'on oublie 3 ans après qu'ils ne reposent sur aucune base scientifique. Avec un résumé qui sort AVANT le rapport qu'il est sensé représenter, il faut s'atttendre à tout.L'industrie de l'alarmisme a besoin des nouvelles car pas de nouvelle, bonne nouvelle comme on dit.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les glaciers de l’Himalaya n’échappent pas au recul qui touche les autres glaciers de la planète, que ce soit dans les Andes ou dans les Alpes. Selon une étude menée par des chercheurs indiens, l’étendue des glaciers de l’Himalaya a diminué de 21% entre 1962 et aujourd’hui, passant de 2.077 km2 à 1.628 km2.

L’équipe de Anil Kulkarni (Indian Space Research Organization) a comparé les données du plus vieux recensement glaciaire connu, qui date de 1962, avec des données satellites récentes. Les chercheurs ont étudié 466 glaciers situés dans l’Etat Indien de l’Himachal Pradesh, frontalier du Cachemire et du Tibet. (...)

http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/...a_reculent.html

fe41b4d0fb.jpg

main_larsen_bild01_l.jpg

Antarctique - Effondrement de la plate-forme glaciaire Larsen et réchauffement anthropique

Pour la première fois, une équipe de chercheurs a établi un lien entre le récent effondrement spectaculaire des plates-formes de glace de l'Antarctique et l'activité humaine. (...)

http://www.futura-sciences.com/news-effond...opique_9821.php

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

L'industrie de l'alarmisme a besoin des nouvelles car pas de nouvelle, bonne nouvelle comme on dit.

A propos de la principale industrie concernée (médias et divertissements), je viens de noter sur Google Actualités l'adjectif "terrifiant", qui détrône le désormais trop classique "alarmant". Qu'est ce que cela sera vendredi? A mes "confrères" en panne d'imagination, ce florilège de la sémantique hyperbolique:

cauchemardesque, effarant, effrayant, effroyable, épouvantable, féroce, horrible, horrifiant, horrifique, inhumain, inquiétant, menaçant, monstrueux, redoutable, sinistre, terrible...

Un scénario terrifiant pour notre planète

Voix de l'Est - 22 jan 2007

... depuis des mois à la préparation d’un rapport d’évaluation pour les besoins du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC). ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Sinon fig 10.7.7 il y a l'évolution de la calotte du Groenland dans le cas d'un RC suite à 4XCO2, établi.

Il fondrait de 80% en 1730 ans.

Je ne sais pas si c'est ce que tu cherches.

Merci, non je ne pensais pas à cela, mais c'est intéressant.

A 4xCO2 constant (donc environ 1120 ppm), le Groenland mettrait selon ce modèle 270 ans à perdre 20% de ses glaces. Soit environ 1,4 m (la fonte totale de la glace estimée à 1,7 Mkm2 de surface x 3 km d'épaisseur maxi donne 7 m selon Dowdeswell 2006).

Cela laisse un peu de temps pour revendre sa maison en Bretagne. Déjà le temps d'atteindre l'équivalent de 4xCO2 tous GES confondus, si on les atteint jamais un jour, ce dont je doute un peu. Côté cycle du carbone, il semble qu'on a encore de la marge par rapport l'Eemien (températures plus chaudes de 1-3 K, pas de blocage apparent du cycle à l'époque). Côté emballement CH4 des hydrates et du permafrost, je n'y crois guère. Côté ressources en énergie fossile de l'humanité, il faudrait que l'on consomme beaucoup en séquestrant peu pendant longtemps... et ce n'est pas le chemin que l'on prend.

Reste la limite de ces modèles "linéaires", bien sûr (ici, le couplage HadCM3 pour l'AOGC et Huybrechts-De Wolde pour les glaces). C'est vrai que je me méfie des modèles... default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

En tous cas, il y en a un qui est partout en ce moment : Jean Jouzel.

Partout ! A la télé, dans les journaux, à la radio, etc.

Quelle est l'utilité d'être partout et de parler encore et encore ?(AFP, 27 janvier 2007) « Un résumé en dix pages du rapport de synthèse, qui dira l'essentiel et le plus clairement possible, mais qui va nécessiter d'ardents débats et un marchandage "ligne par ligne", selon Jean Jouzel. »

Il n'y a pas de honte à marchander, l'important est que ce soit dit clairement.

(Caroline de Malet, 30 janvier 2007, Le Figaro) « selon Jean Jouzel, membre du bureau du Giec, "ce n'est pas une négociation, mais une synthèse des travaux scientifiques nouveaux" ».

Cohérence, vous avez dit cohérence, ce marchandage n'est pas une négociation.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cohérence, vous avez dit cohérence,

Pour quoi faire? Tu ne connais pas la doctrine favorite de l'alarmisme:"Get it first is more important than get it right".

Quand les prédictions s'avèrent fausses, comme on en a vu tellement, soit tout le monde aura oublié, soit il est toujours temps de dire: "la cata a été évitée grâce à nous, sentinelles de la vérité". Un deal gagnant-gagnant, en jargon moderne quoi.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour quoi faire? Tu ne connais pas la doctrine favorite de l'alarmisme:

"Get it first is more important than get it right".

Quand les prédictions s'avèrent fausses, comme on en a vu tellement, soit tout le monde aura oublié, soit il est toujours temps de dire: "la cata a été évitée grâce à nous, sentinelles de la vérité". Un deal gagnant-gagnant, en jargon moderne quoi.

Quel beau discours !

Oui, tu as certainement raison.

D'après ce que tu dis, il vaut mieux ne rien faire et surtout ne pas essayer de prévoir.

Et d'ailleurs c'est justifié parceque les prévisions s'avèrent fausses a ton point de vue, à tout point de vue ?

Seulement, la modélisation n'est jamais vraie... puisque ce n'est pas la réalité.

Mais là bien sur, je ne t'apprends rien. on se demande d'ailleurs pourquoi tu dis : c'est faux c'est faux

Bah oui c'est un fait... quelque part, ce sera toujours faux!

Seulement avec le travail de beaucoup beaucoup,

de monde, les modèles s'enrichissent d'année en année. Mais ca bien sur, vaut mieux pas le reconnaitre...

Dés fois qu'on s'approcherait de la réalité........

Allez courage! dénigrons les modèles !

default_crying.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

[A propos de la présence des scientifiques du climat, dont jean Jouzel dans les médias]

Quelle est l'utilité d'être partout et de parler encore et encore ?

Une simple hypothèse : vulgariser, expliquer les enjeux du climat car nous sommes tous concernés ?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bien que hors sujet, sur les glaciers de l'Himalaya.

«Indian Space Research Organization» trahi par le langage journalistique : l’étendue des glaciers de l’Himalaya a diminué de 21% entre 1962 et aujourd’hui, passant de 2.077 km2 à 1.628 km2.

Laboratoire de glaciologie et de géophysique de l'environnement U. Joseph Fourier, surface de glaciers de l'Himalaya 11 000 km²

Site Himalaya : Des experts estiment approximativement la couverture glaciaire de l'Himalaya à 32 000 km². Quelques auteurs l'estiment beaucoup plus importante, soit environ 10% de l’aire himalayenne (60 000 km²)

Il est alors manifeste que l'étude indienne ne porte pas sur l’étendue des glaciers de l’Himalaya, mais sur une zone petite ou très petite, ce qui n'ote rien à son sérieux.

Il ne suffit pas de reprendre une dépêche d'agence pour dire quelque chose de pertinent.

La recherche des sources est une activité essentielle, mais évidemment elle demande plus d'efforts et de peines que le simple jet de titre et d'extraits dans un forum.

Le résumé de l'article original est explicite In this investigation, glacial retreat was estimated for 466 glaciers in Chenab, Par-bati and Baspa basins from 1962.

Il conclut par This indicates that a combination of glacial fragmentation, higher retreat of small glaciers and climate change are influencing the sustainability of Himalayan glaciers.

L'article original de Current science, research papers est lisible en version : ici. en version html.

Il en existe une version pdf

Share this post


Link to post
Share on other sites

Charles M : en cas d'élévation du niveau de la mer de quelques mètres ce n'est pas en Bretagne qu'on va craindre grand chose...

Sinon, l'incertitude sur le réchauffement exact ne doit pas nous servir d'argument pour rejeter tous les dangers d'un GW.

On mesure le réchauffement global à 2m du sol, mais on devine qu'il contamine toute la couche-limite, qui est de l'ordre de 1 km d'épaisseur donc on réchauffe quand même 1 km d'atmosphère !

On arrive déjà à réchauffer l'air au-dessus des villes, lequel contamine le voisinage en fonction de l'orientation des vents. Et donc participe un peu au réchauffement global.

Les effets du climat urbain se font essentiellement au niveau de la température, puisque l'air n'est pas très humide ce qui favorise une convection sèche.

Mais si on réchauffe la couche limite à l'échelle planétaire, alors on va forcément trouver des zones plus humides et là la convection va favoriser/amplifier des nuages convectifs, surtout si on émet plus d'aérosols.

Ceci pour montrer que réchauffer la couche-limite a des conséquences évidentes sur la convection nuageuse, EN MOYENNE, indépendamment de la répartition des centres d'action. Libre à chacun de penser si ce seul fait est souhaitable ou pas, sachant que la convection est un phénomène quand même puissant.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il est alors manifeste que l'étude indienne ne porte pas sur l’étendue des glaciers de l’Himalaya, mais sur une zone petite ou très petite (...) Il ne suffit pas de reprendre une dépêche d'agence pour dire quelque chose de pertinent. La recherche des sources est une activité essentielle, mais évidemment elle demande plus d'efforts et de peines que le simple jet de titre et d'extraits dans un forum.

Juste un conseil (dans la continuité des tiens) : c'est encore mieux quand on lit avec attention les dépêches d'agence (mais évidemment cela demande plus d'efforts - Il ne suffit pas de survoler les dépêches, il faut les lire ) default_biggrin.png/emoticons/biggrin@2x.png 2x" width="20" height="20"> :Article que j'ai cité /index.php?s=&showtopic=18619&view=findpost&p=405958'>ci-dessus :

" (...) L’équipe de Anil Kulkarni (Indian Space Research Organization) a comparé les données du plus vieux recensement glaciaire connu, qui date de 1962, avec des données satellites récentes. Les chercheurs ont étudié 466 glaciers situés dans l’Etat Indien de l’Himachal Pradesh, frontalier du Cachemire et du Tibet. (...)" http://tempsreel.nouvelobs.com/actualites/...a_reculent.html

Bilan : de la bonne vulgarisation scientifique par l'équipe de Science & Avenir / Nouvel Obs default_laugh.pngNB - J'observe qu'à force de chercher désespérément les erreurs de ponctuations dans la presse (ou a compter encore plus désespérément les interventions des experts du climat dans les médias), certains internautes en viennent à oublier le contenu des articles. Peut-on cacher les glaciers himalayens qui fondent avec une virgule mal placée ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aix-en-Provence (et fût un temps avec des relevés sur Ventabren)

Dans ce rapport on va voir quelle part est accordée aux changements climatiques passés avec présence de l'Homme...car de ce qui transpire déjà c'est ce catastrophisme déplacé et malhonnête vis à vis de la population humaine et du refus clair de toute évolution de la Nature...être aussi aveugle paraît trop improbable...mais la connaissance du futur passe par une excellente connaissance du passé. Avant de développer attendons le texte...

A+!

Alex.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Dans ce rapport on va voir quelle part est accordée aux changements climatiques passés avec présence de l'Homme (...)

Alex, tu as raison, l'action de l'homme sur le climat ne date sans doute pas d'hier (déforestation, culture du riz etc. - voir en particulier la figure 4 page 13 du papier de Ruddiman cité ci-dessous), mais elle augmente considérablement depuis le début de l'ère industrielle; à tel point que le réchauffement devient aujourd'hui une menace pour l'homme lui-même.

Une réflexion intéressante sur le sujet :

THE ANTHROPOGENIC GREENHOUSE ERA BEGAN THOUSANDS OF YEARS AGO

WILLIAM F. RUDDIMAN

http://courses.eas.ualberta.ca/eas457/Ruddiman2003.pdf

Abstract. The anthropogenic era is generally thought to have begun 150 to 200 years ago, when

the industrial revolution began producing CO2 and CH4 at rates sufficient to alter their compositions

in the atmosphere. A different hypothesis is posed here: anthropogenic emissions of these gases

first altered atmospheric concentrations thousands of years ago. This hypothesis is based on three

arguments. (1) Cyclic variations in CO2 and CH4 driven by Earth-orbital changes during the last

350,000 years predict decreases throughout the Holocene, but the CO2 trend began an anomalous

increase 8000 years ago, and the CH4 trend did so 5000 years ago. (2) Published explanations for

these mid- to late-Holocene gas increases based on natural forcing can be rejected based on paleoclimatic

evidence. (3) A wide array of archeological, cultural, historical and geologic evidence points

to viable explanations tied to anthropogenic changes resulting from early agriculture in Eurasia,

including the start of forest clearance by 8000 years ago and of rice irrigation by 5000 years ago. In

recent millennia, the estimated warming caused by these early gas emissions reached a global-mean

value of ∼0.8 ◦C and roughly 2 ◦C at high latitudes, large enough to have stopped a glaciation of

northeastern Canada predicted by two kinds of climatic models. CO2 oscillations of ∼10 ppm in the

last 1000 years are too large to be explained by external (solar-volcanic) forcing, but they can be

explained by outbreaks of bubonic plague that caused historically documented farm abandonment

in western Eurasia. Forest regrowth on abandoned farms sequestered enough carbon to account for

the observed CO2 decreases. Plague-driven CO2 changes were also a significant causal factor in

temperature changes during the Little Ice Age (1300–1900 AD).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Le monde à sec

Le réchauffement synonyme de famine pour 200 à 600 millions d'habitants

http://fr.news.yahoo.com/30012007/202/le-r...millions-d.html

SYDNEY (AFP) - Entre 200 et 600 millions de personnes supplémentaires souffriront de famine et entre 1,1 et 3,2 milliards d'habitants manqueront d'eau d'ici 2080 en raison du réchauffement climatique, indique une étude du Groupe intergouvernemental sur l'évolution du climat (Giec).

Sept millions d'habitations pourraient être inondées et la Grande Barrière de corail, plus grand organisme vivant au monde, pourrait complètement disparaître d'ici quelques décennies, écrivent les experts, selon des extraits du rapport publiés mardi dans le quotidien The Age. (...)

SEQUIA.jpg

CANBERRA (Reuters) - Le réchauffement climatique entraînera d'ici 2080 des pénuries alimentaires pour des centaines de millions de personnes et de graves pénuries d'eau en Chine et en Australie ainsi que dans certaines parties d'Europe et des Etats-Unis, prédit un nouveau rapport sur le climat. (...)

Côté positif, Pearman souligne que la communauté internationale pourrait faire énormément de choses pour éviter le changement climatique si des initiatives sont adoptées rapidement.

http://www.lemonde.fr/web/depeches/0,14-0,...116@7-37,0.html

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pour quoi faire? Tu ne connais pas la doctrine favorite de l'alarmisme:

"Get it first is more important than get it right".

Quand les prédictions s'avèrent fausses, comme on en a vu tellement, soit tout le monde aura oublié, soit il est toujours temps de dire: "la cata a été évitée grâce à nous, sentinelles de la vérité". Un deal gagnant-gagnant, en jargon moderne quoi.

C'est aussi la technique de Greenpeace : envoyer des coups médiatiques. Se tromper n'est pas grave, et donc pardonné ; le grand public ignore d'ailleurs les erreurs de Greenpeace.De toutes façons, on se trouve dans un manichéisme imposé par les écolos et complaisamment diffusé par les media : les écolos sont les gentils, leurs contestataires sont les méchants. Même si le méchant a raison, d'ailleurs.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aix-en-Provence (et fût un temps avec des relevés sur Ventabren)

David3 ce n'est pas en ce sens que je disais ça. Certes les fondement profonds de l'action de l'Homme sur le réchauffement datent alors de l'apparition du feu et ou des premières combustions de ressources fossiles (traces de combustion de houilles à l'abri des Canalettes dans l'Aveyron il y a 170 000 ans)...mais plus qu'à écouter les crieurs de toute sorte que l'Homme est en Danger: Benh il faut expliquer où et comment? le réchauffement climatique n'est pas un tsunami ou une chute de météorite...Et avec ou sans intervention humaine, un changment climatique implique toujours une adaptation. Or aujourd'hui l'Homme occidental dans son confort ne semble pas prêt du tout à s'adapter à tout changement d'une nature qu'il pense contrôler, qu'il veut contrôler selon ses volontés et ses repères d'enfance... On oppose culture et Nature alors que la solution est d'incérer la culture dans la nature...vaste problème!

A+!

Alex.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On oppose culture et Nature alors que la solution est d'incérer la culture dans la nature...vaste problème!

A+! Alex.

Oui, l'homme est dans la nature et la nature est dans l'homme : quand la nature est menacée, c'est l'homme lui même qui est menacé.

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Sinon, l'incertitude sur le réchauffement exact ne doit pas nous servir d'argument pour rejeter tous les dangers d'un GW.

On mesure le réchauffement global à 2m du sol, mais on devine qu'il contamine toute la couche-limite, qui est de l'ordre de 1 km d'épaisseur donc on réchauffe quand même 1 km d'atmosphère !

On arrive déjà à réchauffer l'air au-dessus des villes, lequel contamine le voisinage en fonction de l'orientation des vents. Et donc participe un peu au réchauffement global.

Les effets du climat urbain se font essentiellement au niveau de la température, puisque l'air n'est pas très humide ce qui favorise une convection sèche.

Mais si on réchauffe la couche limite à l'échelle planétaire, alors on va forcément trouver des zones plus humides et là la convection va favoriser/amplifier des nuages convectifs, surtout si on émet plus d'aérosols.

Ceci pour montrer que réchauffer la couche-limite a des conséquences évidentes sur la convection nuageuse, EN MOYENNE, indépendamment de la répartition des centres d'action. Libre à chacun de penser si ce seul fait est souhaitable ou pas, sachant que la convection est un phénomène quand même puissant.

Tes remarques sont très intéressantes et c'est bien dommage qu'à peu près tous les phénomènes à méso-échelle et surtout en dessous (la turbulence et la convection, donc) soient l'objet de paramétrisation dans les modèles climatologiques, donc d'un tuning approximatif pour coller à des observations lacunaires. Car ces transferts de chaleur / d'énergie / d'air et eau sont quand même déterminants pour prétendre estimer au final la sensibilité climatique, c'est-à-dire la température de surface à l'équilibre. En l'état, je ne saisis pas très bien la confiance que l'on peut apporter aux projections séculaires de la convection nuageuse ou de la convection profonde.

Share this post


Link to post
Share on other sites

En parlant de tsunami (Alex je crois), c'est en ce moment la déferlante. Je m'y attendais, mais je suis toujours épaté. Tout le monde y va de son petit communiqué gardé bien au chaud pour la semaine fatidique : la Grande Barrière de corail meurt, 2000 îles disparaissent, 400 millions de personnes affamées, 1,5 milliard de personnes assoifées... tout cela vers 2080, bien sûr. Ce serait bien de faire le même tintamarre pour les gens qui souffrent aujourd'hui, mais ils sont sans doute moins importants que leurs générations futures. Après tout, en tant qu'Occidental, je devrais m'en féliciter. L'argent que l'on va dépenser pour notre transition énergétique et industrielle (puisque nous sommes les premiers "pollueurs") n'ira pas ailleurs. D'ailleurs, si les Américains commencent à annoncer 50 à 80% de réduction pour 2050, c'est sûrement que le marché devient mûr à leurs yeux et que les choses vont s'accélérer.

Mais c'est HS sur ce sujet, revenons à nos moutons. Je note dans la dépêche d'agence sur l'apocalypse alimentaire 2080 :

"Le message est que chaque région de la Terre sera affectée", a déclaré mardi à Reuters le Dr Graeme Pearman, qui a participé à la préparation du rapport.

"Regardez la Chine, comme pour l'Australie, la pluviométrie diminuera considérablement dans les régions agricoles", a-t-il poursuivi.

L'argument est intéressant.

> Soit la pluviométrie s'abaisse partout, mais alors le cycle de l'eau ne va pas s'intensifier, la rétroction VE ne sera pas au rendez-vous, il n'y aura pas de réchauffement important... et la pluviométrie ne bougera guère (erreur système).

> Soit le cycle de l'eau s'intensifie, etc., etc. et cela laisse 80 ans pour adapter les zones de production agricole à cette évolution, dans un contexte plutôt favorable à la végétation (plus de CO2, plus d'humidité, plus de chaleur) et avec les progrès agronomiques en cours (plants résistants aux éventuelles sécheresses).

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...