mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

Yves38   
Il y a 3 heures, mottoth a dit :

Je vais mettre un gros bémol à ce que tu as dis:

- la vrai raison qui fait que ce froid somme toute modéré arrive à pousser aussi loin vers le nord tient aux Andes mêmes, dont la friction engendre un flux "agéotropique" vers le nord: le froid de basse couche advecté à l'est des Andes reste en quelques sorte "collé" à celles-ci, et dérive vers le nord en faisant fi du vent géotropique. Ce qui amène donc ces conditions si particulières qui ne concernent qu'une bande de plaine de quelques centaines de km de large à l'est des Andes. Cochabamba, à 2500m d'altitude et 110kms des plaines, est à la fois trop en altitude et trop à l'écart dans les Andes pour être concerné par ces coups de froids alors que Santa Cruz, à la même latitude, les prends de plein fouet.

Pas seulement à cause des Andes, loin de toute chaine montagneuse, les invasions d'air polaire arrivent (de façon exceptionnelle bien sur) à concerner toute l'Australie alors que cela n'arrive jamais en Afrique tropicale. C'est bien parce que ces advections sont plus puissantes dans l'hémisphère sud.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
il y a 45 minutes, dann17 a dit :

 

Tiens, puisque vous en êtes à parler de ces advections froides qui remontent jusqu'en Amazonie, sachez que les Brésiliens appellent cela des « friagem ». 

Petite remarque : tu voulais dire « géostrophique » (et « agéostrophique »), et non géotropique (ce terme existe, mais n'a rien à voir avec la climato). Peut-être faire une petite description de ce que sont les vents (a)géostrophiques (je ne pense pas que beaucoup de monde connaisse ces termes).

 

Sinon, je suis d'accord avec ta réponse à Yves, mais ce qu'on peut dire, c'est que la présence de l'Antarctique fait baisser les températures moyennes : l'HS est légèrement plus froid que l'HN pour cette raison, au point que l'équateur thermique passe en moyenne (pour la Terre entière) vers la latitude 3°N.

Merci d'avoir corrigé le "géostrophique", je me suis emmêlé dans les trads anglais/français. Le vent géostrophique est basiquement celui que l'on trouve en suivant les isobares d'une carte synoptique. Un vent agéostrophique est un vent contraint par le relief: par exemple la vallée du Rhône ne connait que des vents nord/sud bien que le zonal d'ouest soit l'acteur majeur de la climatologie de cette zone.

 

Citation

Pas seulement à cause des Andes, loin de toute chaine montagneuse, les invasions d'air polaire arrivent (de façon exceptionnelle bien sur) à concerner toute l'Australie alors que cela n'arrive jamais en Afrique tropicale. C'est bien parce que ces advections sont plus puissantes dans l'hémisphère sud.

C'est l'absence de barrière montagneuse est-ouest barrant les flux méridiens qui explique la progression aussi vers le nord des coups de froid Australiens, alors que l'Afrique du Sud en possède dès la région du Cap.

Modifié par mottoth

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#276. Porto Velho

 

Retour an Brésil, Porto Velho est une ville de 430 000h dans l'ouest du basin de l'Amazone, à 1170kms de Iquitos, 750kms de Manaus et 990kms de Santa Cruz. C'est au sud-est de cette ville que l'on trouve l'une des pires zone de déforestation du Brésil, qui s'étend sur plus de 800kms en allant vers le sud est: c'est le vert clair bien visible sur cette composition de Google Earth Viewer.

82824_map0.jpg

 

Mon soft de visualisaton de DEM re-marche (il suffisait d'un reboot), donc voici une nouvelle carte topo faite maison. C'est encore assez plat, les premières bosses à plus de 300m d'altitude dont à plus de 70 kms vers le sud:

82824_dem.jpg

 

La station est sur l'aéroport, 6.5kms au nord du centre ville, 2.4kms à l'ouest et 30m au dessus du fleuve Madeira:

82824_map1.jpg

 

82824_Porto_Velho_A_v7_33.png

 

On commence à trouver un climat plus du tout équatorial, comme à Boa Vista. C'est un climat tropical humide, avec une courte saison sèche peu intense de 3 mois et un rapide pic de t° en aout avant le retour d'un temps plus humide. Le pic centré sur janvier correspond vraiment parfaitement à l'extension maximale vers le sud de la ZCIT qui est précisément sur cette zone (je vous renvoi aux cartes de cette page).

Et l'on trouve des tnn et txn entre mai et septembre pas du tout en phase avec ce que l'on attend d'un climat tropical aussi chaud: même causes et mêmes effets qu'à Iquitos, ces coulées froides qui circulent occasionnellement jusqu'ici le long des Andes.

 

On ne trouve plus d'alizés ici, nous sommes bien trop loin de l'Atlantique. La tendance nord durant la saison des pluies est le début de la mousson sud-américaine, elle reflète également un peu le jet de basse couche (LLJ) qui circule plus loin au sud-ouest en s'approchant des Andes.

82824_Porto_Velho_C_v7_33.png

 

82824_Porto_Velho_B_v7_33.png

 

 

Voici un exemple de début de saison sèche, en juin et juillet 2007. Exemple choisi pour sa proximité avec les moyennes, ou plutôt des médianes en ce qui concerne les précipitations. C'est une saison bien plus lumineuse que les creux de RR vu plus au nord sur les précédentes fiches. En plus du temps radieux, le Td s'abaisse de temps en temps à des niveaux agréables.

Le 26/07 on a un exemple bien modéré de coup de fraicheur venu du sud.

82824_JUN_JUL07.png

 

Voici le mois de juin 2001, marqué par la plus forte vague de fraicheur de ma période d'étude. Considérant qu'on n'est qu'à 8° de l'équateur c'est encore une fois très impressionnant:

82824_JUN01.png

 

 

Ensuite nous passons au petit pic thermique de aout/septembre. Voici celui de 2016, où les choses sont bien rentrées dans l'ordre après les dérèglements du Nino 2015/2016. C'est typiquement durant cette saison que l'on atteint les txx annuelles, de l'ordre de 37°c, sous une hygrométrie parfois bien basse.

On distingue:

- 2 petits coups de fraicheurs de sud les 22/08 et 4/09.

- quelques petits épisodes de fumées, fruits de la déforestation (surtout autour du 10/09).

- la recrudescence des la convection diurne dès mi-septembre.

82824_AUG_SEP16.png

 

Voici un exemple extrême de mois d'aout, à la fois chaud, sec et noyé sous les fumées d'incendie: 2010, début de le dernière grande sécheresse du bassin de l'Amazone.

82824_AUG10.png

 

 

Enfin une saison des pluies au bilan normal: 2009-2010. L’excédent pluvieux de décembre compense le déficit de février. On retrouve des types de temps plus conformes à ceux déjà vus sur les précédentes fiches Amazoniennes, on est en "terrain connu". C'est bien entendu très humide, les exemples secs vus ci-dessus ne doivent pas nous faire oublier que l'on est encore au cœur de l'Amazonie.

82824_DEC09_FEB10.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

 

  • J'aime 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nicolass   

Passionnante cette série de fiches sur le bassin de l'Amazone, merci beaucoup mottoth !! :)

En effet incroyable ces vagues de fraicheur...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#277. Teresina.

 

On traverse une nouvelle fois complètement l'Amazonie: Teresina est une ville de 950 000h, à 750kms de Belem, 1915kms de Manaus et 2360kms de Porto Velho.

82579_map0.jpg

 

Nous sommes à 260kms de l'océan, et environ 210kms à l'est se trouve une modeste barrière montagneuse (700 à 1000m d'altitude) sur la route des alizés. Or on a vu dans le passé en Indonésie ou en Inde (Pune) qu'il ne faut pas plus pour fournir un abri orographique au côté sous le vent. Plus proche de la ville on trouve dans un rayon de 100kms  de modestes collines dont l'altitude ne dépasse pas 250m, cela reste donc assez plat.

82579_dem.jpg

 

La station est sur l'aéroport à 3.5kms du centre ville. Si la station est bien dégagée, c'est néanmoins bien urbanisé tout autour.

82579_map1.jpg

 

Depuis le début de cette série sur le Brésil j'ai énormément de mal à localiser les parcs à instruments dans l'enceinte des aéroports. En passant en revue les (maigres) options qu'il me reste pour faire une étude du pays entier, je suis tombé sur une photo très détaillée d'une des installations qui sont désormais le standard sur les aéroports Brésiliens. Voici donc à quoi cela ressemble:

82xxx_Typical_Apt_WX_Station.jpg

C'est très compact et on ne trouve plus d'abri type Stevenson, ce qui explique mes difficultés à localiser les emplacements sur l'imagerie sat. Typiquement on est placé près d'un bout d'une des pistes de l'aéroport, plus précisément au niveau de l'aire de touché (TDZ ou touch down zone) à environ 400m du seuil de piste: l'antenne 'A' est un glideslope, elle est située comme le reste du matériel à environ 80m à côté de la piste, et elle guide les avions sur le plan vertical jusqu'à la TDZ - c'est l'un des deux composants de l’atterrissage automatique dit ILS. Elle n'a donc rien à voir avec la météo, mais à côté on trouve le système de mesure de visibilité horizontal (B), placé ici pour mesurer précisément la portée visuelle de piste (RVR ou runway visual range) dans la TDZ. En haut du mat anémomètre on trouve l'anémo et la girouette (E), sont également fixées au mat les sondes thermo et hygro (C), et un peu sur le côté le pluviomètre (D). Je ne sais pas quel est le dernier équipement placé de façon opposée au pluviomètre, probablement un héliographe ou un appareil de mesure de la couche nuageuse. Voilà pour la parenthèse matos et aéronautique, je suis bien content de cette trouvaille car je commençait à m’énerver à ne pas localiser avec certitude les bons emplacements.

Cette photo n'est pas prise à Teresina, mais l'installation est quasi identique sinon qu'elle n'est pas placée près du glideslope.

 

82579_Teresina_A_v7_33.png

 

Teresina est d'après sa page wikipédia la ville la plus chaude du Pays, et également parait-il le "3e lieu le plus foudroyé au monde" (en impacts/km²/an). Si je valide sans trop de mal la 1ere affirmation avec une Tm annuelle de quasi 29°c, en revanche j'ai un gros doute sur la 2eme: avec une saison sèche de 6 mois très peu orageuse et une saison humide pas plus orageuse que ce que l'on a pu voir sur les dernières fiches j'ai un gros doute, wikipédia a fait beaucoup de progrès mais on trouve encore parfois ce genre d'affirmation non sourcée et à priori largement erronée.

Nous sommes à la lisière de la région la plus aride du Brésil, le Nordeste. Cette région se trouve le plus souvent au sud de la ZCIT et au nord-est de la SACZ, si bien qu'elle reste souvent à l'écart des zones de convection profonde et cela se traduit notamment par une longue saison sèche. Localement la petite chaine de montagne bien plus à l'ouest peut contribuer aussi à l'assèchement, on ne retrouvera d'ailleurs pas d'alizés d'est ou d'ESE sur les roses des vents.

 

Malgré mon petit topo de l'autre jour je peine à expliquer le caractère si tardif de la saison des pluies, alors que à cette longitude la ZCIT se replie vers le nord dès le mois de février. Cette carte - qui manquait au topo de l'autre jour -, permet d'y voir un peu plus clair: elle montre les zones de convections associées à la ZCIT, et comme vous pouvez le voir leur répartition est parfois inattendue et peut s'étaler très loin de la ZCIT elle même (l'extension vers le sud-est de ces zones marque aussi la SACZ). En octobre le nordeste est en effet à l'écart des zones convectives, mais en avril il est bien plus concerné en raison de la stagnation de la ZCIT plus à l'ouest:

80000_Convection.jpg

 

 

Comme annoncé on ne retrouve pas vraiment les alizés sur les roses des vents mais plutôt une orientation vaguement parallèle aux vallées de la région. 

82579_Teresina_C_v7_33.png

 

Les tableaux horaires nous montrent en fait un système de brises locales, parfois bien tournant selon le cycle jour/nuit. Fait inhabituel en plaine continentale: on trouve une brise nocturne durant la saison la plus chaude, visibles sur les stats de 3hTU.

Signe du milieu plus sec que dans les villes précédemment vues: un franc abaissement du Td dans l'après midi pendant les mois secs, signe d'une faible évapotranspiration et d'une végétation en sommeil.

82579_Teresina_B_v7_33.png

 

 

Voici un exemple normal de saison sèche, en 2002. Ici contrairement à l'ouest du pays aucun coup de froid n'est possible: la chaleur est constante. Pas non plus d'orages sec, ce qui me fait vraiment douter des allégations de wikipédia.

82579_JUN_AUG02.png

 

 

Le pic de chaleur centré sur octobre, vraiment typique d'un climat de savane avec un niveau élevé de chaleur mais sans excès (les 40°c ne sont pas souvent dépassés).

Cet exemple de 2006 est normal à l'exception de l'orage très pluvieux du 30/10/2006.

82579_SEP_NOV06.png

 

 

Enfin une saison humide quasi-normale (avril présente un excédent de RR), celle de 2011. Le mauvais temps est peu durable et les tx passent bien moins souvent sous les 30°c que sur dans le bassin de l'Amazone: le soleil se montre toujours un peu dans la journée. D'ailleurs, les orages sembles plutôt nocturnes, tout le contraire de Belém où ils sont essentiellement diurnes. A défaut d'être l'un des lieu les plus foudroyés au monde on doit quand même souvent avoir de beaux "son et lumière" durant les nuits de la saison humide.

Cela reste quand même un enfer tropical, avec beaucoup d'humidité.

82579_FEB_APR11.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

  • J'aime 11

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#278. Fortaleza.

 

Fortaleza est une ville de 2.6 millions d'habitants, à 495 kms de Teresina, 1135kms de Belém et 2385kms de Manaus.

82398_map0.jpg

 

La côte Atlantique est assez plate et régulière, les premiers reliefs se trouvent environ 20kms au sud et au sud-ouest et culminent à une peu plus de 900m. Ils n'ont aucune incidence - du moins pas à la station étudiée - sur le climat de la ville car l'alizé d'est à ESE est très présent.

82398_dem.jpg

 

La station est sur l'aéroport, à 5kms du centre ville et 6kms de l'océan.

82398_map1.jpg

 

Une petite photo avec les 2 collines en arrière plan:

82398_photo.jpg

 

82398_Fortaleza_A_v7_33.png

 

Même constatation qu'à Manaus: par rapport aux normales CLINO 1961-1990 j'ai une énorme baisse des RR: -32% (1086 mm vs 1608mm). Et comme à Manaus la station d'où sont dérivées ces normales (82397) n'est pas la même que celle étudiée aujourd'hui (82398). Autant à Manaus les données quotidiennes étaient vraiment de mauvaise qualité autant ici c'est assez correct: seulement 5% de données manquantes, et j'ai une bonne confiance dans les résultats obtenus. Donc on ne peut rien conclure sinon qu'il faut vraiment éviter de mélanger les données de stations différentes pour étudier l'évolution de la pluviométrie dans le temps.

 

Pour le régime de RR on retrouve quelque chose de similaire à Teresina, avec 1 à 2 mois de retard. En plus de la mise à l'écart des zones de convection profondes de la ZCIT et de la SACZ durant la 2eme moitié de l'année, le pic d'intensité des alizés qui coïncide doit aussi fortement inhiber la convection le long des zones côtières. A contrario la période où l'alizé est le plus faible correspond au pic de RR.

Cet alizé très présent modère fortement les températures toute l'année, si bien que l'amplitude thermique diurne moyenne n'est que de 5.5°c et l'amplitude absolue annuelle médiane d'à peine plus de 10°c (10.6°c exactement) !

(NB: la txx de 33.9°c a été enregistrée le 30/09/2016, dernier jour de la période d'étude, et les jours qui ont suivi cette txx a été portée à 34.6°c le 3/10/2016. Le 4/10 on aurais même une autre tx de 34.7°c mais je la considère suspecte).

 

Les roses des vents montrent l'omniprésence de l'alizé Atlantique:

82398_Fortaleza_C_v7_33.png

 

L'inflexion des vents vers le sud certains mois correspond à la mise en place de brises nocturnes de sud de mars à juin.

Contrairement à toutes les stations plus continentales vues ces derniers jours, pas de pic de nébulosité ici en journée, signe que la convection ne prends pas. On a plutôt tendance à retrouver un pic d'ennuagement au levé du jour, et c'est d'ailleurs à ce moment de la journée que j'ai observé le plus de petites pluies en épluchant les données horaires.

82398_Fortaleza_B_v7_33.png

 

 

Voici un exemple de milieu d'année, période où la saison des pluie cesse et où l'on connait un très relatif minimum thermique centré sur juillet. Déjà en juillet les pluies deviennent vraiment éparses, et le temps souvent beau. Niveau t° c'est bien sur d'une grande monotonie.

82398_JUL_AUG07.png

 

 

Maintenant un exemple de milieu de saison sèche, en octobre et novembre. Toujours aussi monotone.

L'omniprésence des alizés modère également le Td qui ne s'envole que rarement vers des niveaux trop désagréables.

82398_OCT_NOV08.png

 

 

Enfin un exemple de pic de saison des pluies. Les orages sont nettement moins fréquents qu'à l’intérieur du continent, ce sont des ondes pluvieuses qui apportent la majorité des précipitations, en conjonction avec des tx assez basses qui viennent un peu casser la monotonie des t°..

82398_MAR_APR02.png

 

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

Modifié par mottoth
  • J'aime 8

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nicolass   

Merci pour la fiche, un climat bien peu passionnant à mes yeux :( 

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Retour sur les ICA de trois fiches (aprmi les dernières proposées par mottoth) très proches de l'équateur :

- Fortaleza, en bordure de l'océan Atlantique : 0,39

- Iquitos, au coeur du continent sud-américain, très loin de l'océan Atlantique, plus proche du Pacifique mais séparé de ce dernier par une imposante chaîne de montagnes : 0,36

- Manaus, éloigné de tout océan : 0,12

Quel est le sens de cet indice pour ces latitudes ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Le 18/10/2016 à 22:53, nicolass a dit :

Merci pour la fiche, un climat bien peu passionnant à mes yeux :( 

Oui en effet, c'est pas très "sexy" ce genre de climat... Mais la longue saison sèche au beau temps stable sans excès assuré quasi quotidiennement est paradisiaque pour le tourisme balnéaire.

 

il y a 1 minute, Yves38 a dit :

Retour sur les ICA de trois fiches (aprmi les dernières proposées par mottoth) très proches de l'équateur :

- Fortaleza, en bordure de l'océan Atlantique : 0,39

- Iquitos, au coeur du continent sud-américain, très loin de l'océan Atlantique, plus proche du Pacifique mais séparé de ce dernier par une imposante chaîne de montagnes : 0,36

- Manaus, éloigné de tout océan : 0,12

Quel est le sens de cet indice pour ces latitudes ?

J'ai remanié l'ICA en travaillant sur la fiche de Teresina, il ne faut pas tenir compte du résultat des fiches précédentes (de Boa Vista à Porto Velho). L’intérêt est de toute façon limité si prêt de l'équateur, on est bien d'accord.

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   
Il y a 22 heures, Yves38 a dit :

Retour sur les ICA de trois fiches (aprmi les dernières proposées par mottoth) très proches de l'équateur :

- Fortaleza, en bordure de l'océan Atlantique : 0,39

- Iquitos, au coeur du continent sud-américain, très loin de l'océan Atlantique, plus proche du Pacifique mais séparé de ce dernier par une imposante chaîne de montagnes : 0,36

- Manaus, éloigné de tout océan : 0,12

Quel est le sens de cet indice pour ces latitudes ?

Salut,

 

Effectivement, comme Mottoth l'a souligné, l'intérêt de cet indice est moindre en zone équatoriale, c'est sûr. Il a été initialement conçu pour les moyennes et hautes latitudes, là où la continentalité joue un rôle de premier plan. Et par ailleurs, il semble bien plus précis ou efficace pour les zones de moyennes et hautes latitudes. 

Cela dit, il peut toutefois être intéressant de connaître le niveau de continentalité en zone inter-tropicale. 

Ainsi, il ne faut pas être trop surpris de trouver des valeurs de ICA basses en zone équatoriale, car bien souvent, ces régions sont presque sans cesse concernées par les alizés (apportant de l'humidité des océans, même si le trajet est parfois long comme en Amazonie) et/ou par la ZCIT qui, comme son nom l'indique, représente la convergence des deux alizés. Bref, sur les continents de ces régions équatoriales, l'humidité océanique s'infiltre toujours assez facilement.

Cette advection d'air océanique (même indirecte, car lente) ne rencontre que très peu d'obstacles en Amazonie (relief très plat) : c'est ce qui explique les valeurs faibles d'ICA, même dans l'intérieur.

Le cas l'Iquitos est cependant un peu plus complexe, étant donné que - et Mottoth l'a très bien expliqué - les Andes constituent une paroi contre laquelle l'humidité apportée (indirectement) par les alizés vient s'y «entasser» et le long de laquelle glissent quelques perturbations provenant des zones tempérées situées bien plus au sud.

 

L'indice ICA de Manaus, bien que logiquement faible, reste donc tout de même plus élevé (0,60) que celui des villes côtières de l'Atlantique, et celui de Teresina l'est encore plus (0,88). Ce qui a du sens.

Il faut en fait aller en Afrique orientale pour trouver des valeurs > 1, là où les alizés sont moins réguliers.

Modifié par dann17

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Le mardi 18 octobre 2016 à 22:53, nicolass a dit :

Merci pour la fiche, un climat bien peu passionnant à mes yeux :(

 

Les climats équatoriaux ou sub-équatoriaux sont parmi les plus monotones de la planète

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   
Le 30/10/2016 à 07:09, zorglub71 a dit :

 

Les climats équatoriaux ou sub-équatoriaux sont parmi les plus monotones de la planète

Cette dernière fiche de Fortaleza nous montre un climat tout de même assez contrasté du point de vue pluviométrique avec une forte opposition "printemps" sec / "automne" humide rappelant certains climats du Viêt Nam (Hué par exemple mais qui est moins contrasté) ou de la façade orientale de l'Inde (Chennai). 

 

D'autre part, d'après le livre de Pierre Estienne/Alain Godard, cette région du nord est brésilien connaît des sécheresses catastrophiques dues au phénomène occasionnel de divergence des alizés, entre l'anticyclone des "Açores" au nord est et  l'Anticyclone de "Saint Hélène" au sud est.

Modifié par Yves38

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Le 01/11/2016 à 06:49, Yves38 a dit :

Cette dernière fiche de Fortaleza nous montre un climat tout de même assez contrasté du point de vue pluviométrique avec une forte opposition "printemps" sec / "automne" humide rappelant certains climats du Viêt Nam (Hué par exemple mais qui est moins contrasté) ou de la façade orientale de l'Inde (Chennai). 

D'après le livre de Pierre Estienne/Alain Godard, cette région du nord est brésilien connaît des sécheresses catastrophiques dues au phénomène de divergence des alizés, entre l'anticyclone des "Açores" au nord est et  l'Anticyclone de "Saint Hélène" au sud est.

Je traîne un peu pour la suite (j'ai pris les vacances de la Toussaint), mais on verra dans les fiches suivantes que l'analogie avec les climats de Chennai ou Hué est bonne pour les ville côtières du nord-est Brésilien, où l'on connait un pic pluviométrique automnal voire de début d'hiver.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#279. Natal.

 

Nous sommes ici à peu prêt à la pointe nord-est de l'Amérique du Sud, à 435kms de Fortaleza, 840kms de Teresina, et 1750kms de Brasilia.

82599_map0.jpg

 

C'est assez plat, le relief ne dépassant généralement pas 100m dans les 20 ou 30 premiers kms à l'intérieur des terres. Le seul relief vraiment marqué (environ 500m d'alt) sur cette carte est à 90kms des côtes.

82599_dem.jpg

 

La ville compte plus de 800 000h, et la station est situé sur (l'ancien) l'aéroport à 15kms du centre ville et 8.8kms de l'océan. J'ai aussi marqué en blanc, à 9kms, la station 82598 d'où sont tirées les normales 1961-1990 - dont celles d'Insolation que j'ai incluses dans la fiche.

82599_map1.jpg

 

82599_Natal_A_v7_33.png

 

On retrouve un climat semblable à celui de Fortaleza, tout aussi monotone et où règnent en maitres les alizés Atlantiques. La saison sèche de fin d'année est moins prononcée que celle de Fortaleza, et le pic de RR survient 2 mois plus tard (juin au lieu d'avril). A ce stade de décalage temporel avec le rapprochement maxi de la ZCIT ou la mise en place de la SACZ il faut chercher ailleurs la raison de ces pluies tardives. J'y vois une similarité avec les climats tropicaux de côte est de Madras ou Hué, qui reçoivent une saison des pluie très tardive lorsque les alizés rabattent un air maritime à son maximum de chaleur et d'humidité après la saison de soleil haut.

On voit sur les roses des vents que les alizés sont plus méridiens durant la saison de soleil bas, probablement en relation avec les mouvements saisonniers de l'Anticyclone subtropical de St Helène - qui va devenir un acteur important au fur et la mesure que l'on remonte la côte Atlantique Sud.

82599_Natal_C_v7_33.png

 

82599_Natal_B_v7_33.png

 

 

Encore pas mal de variations inter-annuelles, avec notamment des périodes chaudes ou fraiches qui peuvent durer vraiment longtemps - jusqu'à 2 ans: au début j'ai pensé à un problème d'harmonisation des données en ma possession mais je retrouve les mêmes anomalies sur les autres stations étudiées dans cette zone - par exemple il a fait anormalement chaud en 2003, 2004, puis à nouveau en 2006. Puis entre 2007 et 2013 c'est frais sauf en 2010.

 

Voici néanmoins des exemples de saisons neutres, pris en 2014.

 

La saison sèche rappelle celle de Fortaleza, et permet à la région de profiter d'une industrie du tourisme florissante. Ce beau temps très monotone ne ravi pas le passionné de météo mais fait le bonheur de pleins d'autres, d'autant que l'hygrométrie n'est pas si élevée et que l'alizé ventile bien.

82599_OCT_DEC14.png

 

 

La saison des pluies repose généralement sur une poignée d'ondes pluvieuses très vigoureuses plutôt que sur des averses orageuse fréquentes. Le fait que le gros de la saison des pluies se tient souvent en quelques épisodes marquants rappelle encore les saisons pluvieuses de Madras ou Hué. L'exemple suivant est un peu caricatural néanmoins, mais présente un bilan assez équilibré avec le gros épisode de mai qui compense un avril bien sec.

Notez l'absence d'orages... Rien à voir avec les saisons humides du bassin de l'Amazonie gouvernées par des phénomènes convectifs qui semblent bien plus aléatoires.

82599_MAY_JUL14.png

 

 

Voilà, c'est tout pour Natal.

  • J'aime 5

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Oui, c'est tout et c'est bien, merci pour cette dernière fiche de Natal !

 

Un pic pluviométrique en automne-hiver qui contraste bien avec ce que l'on observe souvent (mais pas toujours, la preuve) dans le domaine tropical. C'est un littoral très exposé aux alizés de sud-est, très plat, avec donc des pluies orographiques qui doivent rester faibles. Ce maximum peut peut-être s'expliquer par la moindre vigueur du vent en cette saison et sa direction davantage parallèle au littoral favorisant la convection, à moins que ce soit la température relative de l'océan, légèrement plus élevée en cette saison.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Brazil13   

Bonjour à tous,

 

Pour ce premier message je voudrai remercier Mottoh pour ces fiches sur le Brésil, où j'ai habité pendant 3 ans à Sao Paulo. J'espère que vous vous attarderez sur le climat de l'Etat de SP, qui a connu de gros épisodes météos lors de mon séjours entre sécheresse, chaleurs extrêmes et orages exceptionnels. L'Etat de Sao Paulo est également très intéressant en raison de sa chaîne de montagne (la plus haute du Brésil hors Pico da Neblina) qui longe la côte et créant une barrière orographique importante pour son plateau derrière elle. Je serai ravi d'avoir votre analyse de ces climats entre par exemple Presidente Prudente, Bauru, SP capital, Campos de Jordao (plus haute ville du Brésil) suivi d'Ubatuba qui sont situé sur une même ligne de l'intérieur vers la côte du continent.

 

Par ailleurs, pour être allé à Natal et sur la plage de Pipa, je n'ai pas trouvé le climat particulièrement "doux". Ce qui ne ressort pas des tableaux (géniaux) est l'intensité du soleil qui même avec des lunettes de soleil bien sombres vous saute à la figure et brûle la rétine. De façon générale, le soleil des tropiques est bien plus agressif que celui de France, méditerranée incluse et ainsi donc un 33 C° à Sao Paulo (certes légèrement en altitude), au soleil sera plus chaud que la même température dans l'arrière-pays provençal.

 

Certes à Natal, l'alizée soufflait fort et était neutre en terme de ressenti mais on sent à chaque instant les ultraviolets attaquer sa mélanine!

Modifié par Brazil13

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peki2   

C´est également mon premier message sur ce forum, que je suis néanmoins depuis plusieurs années, avec une attention particulière sur ce sujet concernant les climats du monde.

 

Je veux également remercier Mottoh pour toutes ces fiches et le travail de titan que celà représente depuis le début! Chapeau! :heart:

 

C´est un vrai régal de retrouver ces analyses à chaque nouvelle fiche, avec aussi les interventions toujours enrichissantes de dann17 et des autres intervenants!

 

N´étant qu´un amateur, ces fiches constituent, en dehors des données três détaillées et qui sont en elles-même déjà super enrichissantes, un véritable cours d´initiation à la climatologie avec les commentaires qui complémentent ces fiches!

 

Habitant depuis plusieurs années au Brésil, j´attendais évidemment les fiches sur ce pays. J´attends avec impatience les prochaines fiches, sans préférence aucune d´ailleurs, le pays étant immense et possédant des climats variés, vu les distances (en gros 5.000 km du nord au sud et d´est en ouest).Des plus chaudes comme Teresina aux plus fraîches comme São Joaquim (Etat de Santa Catarina) et des plus humides aux plus sèches du Nordeste.

Modifié par Peki2
corrections

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bonjour, quelqu'un sait ou est passer mottoth ? :huh: 

Je lui ai envoyé un message et apparemment il ne s'est pas connecté depuis le 18 novembre...

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peki2   

Pour les villes les plus chaudes du Brésil, il faudrait avoir toutes les fiches climatiques des états du Piaui, du Ceara, du Rio Grande do Norte (et de l'est du Maranhao) comme les fait si bien Mottoth et ainsi comparer les stats sur 17 ans...

 

J'ai fait un petit calcul sur ces régions, et les résultats sont les suivants sur la dernière année:

Teresina (PI) est à 28,60 de Tm sur la période 10.2015-01/2017.

Jaguaribe (CE) est à 29,64 de Tm sur la période 01.2016-01/2017.

Floriano (PI) est à 29,52 de Tm sur la période 01.2016-01/2017.

Gilbues (PI) est à 29,33 de Tm sur la période 01.2016-01/2017.

Morada Nova (CE) est à 28,64 de Tm sur la période 02.2016-01/2017.

Pour Picos (PI) et Caicó (RN) la moyenne est aussi supérieure à 29 et donc à celle de Teresina, même s'il manque les données de février 2016...

 

Hâte de revoir Mottoth sur ce fil!..

Modifié par Peki2
Ajout

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Salut à tous,

 

J'ai un peu déserté le forum car comme la dernière fois mon coté gamer a repris le dessus, mais je continue en parallèle à accumuler des fiches que je finirai bien par poster ici. Il m'en reste une bonne dizaine pour le Brésil, j'ai couvert le pays dans sa globalité. Actuellement je suis en train de bosser sur une autre région du monde jusqu'ici ignorée dans ce sujet... vous en avez eu une toute petite preview il y a quelques jours sur le topic de suivi du temps aux USA :)

Modifié par mottoth
  • J'aime 7

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peki2   
Il y a 3 heures, mottoth a dit :

Salut à tous,

 

J'ai un peu déserté le forum car comme la dernière fois mon coté gamer a repris le dessus, mais je continue en parallèle à accumuler des fiches que je finirai bien par poster ici. Il m'en reste une bonne dizaine pour le Brésil, j'ai couvert le pays dans sa globalité. Actuellement je suis en train de bosser sur une autre région du monde jusqu'ici ignorée dans ce sujet... vous en avez eu une toute petite preview il y a quelques jours sur le topic de suivi du temps aux USA :)

On attend donc ton retour avec impatience par ici... :)

J'espère que Brasilia en fait partie, son climat un peu atypique en vaut la peine...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
il y a 50 minutes, Peki2 a dit :

 

J'espère que Brasilia en fait partie, son climat un peu atypique en vaut la peine...

Voici la liste des fiches Bresiliennes que j'ai faites, tout mélangé (postées et non postées):

Brazil_List.png

 

Comme vous voyez depuis fin novembre le gros du travail est fait, il reste les infographies et c'est le plus rébarbatif, d'où le retard.

Modifié par mottoth
  • J'aime 4

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peki2   
Il y a 9 heures, mottoth a dit :

Salut à tous,

 

J'ai un peu déserté le forum car comme la dernière fois mon coté gamer a repris le dessus, mais je continue en parallèle à accumuler des fiches que je finirai bien par poster ici. Il m'en reste une bonne dizaine pour le Brésil, j'ai couvert le pays dans sa globalité. Actuellement je suis en train de bosser sur une autre région du monde jusqu'ici ignorée dans ce sujet... vous en avez eu une toute petite preview il y a quelques jours sur le topic de suivi du temps aux USA :)

Super! En attendant de voir tes prochaines fiches donc!...:D

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#280. Maceió.

 

Reprise de cette série Brésilienne, Maceio est une ville de 1 million d'habitants située à 190kms au SE de Récife, et 405 kms de Natal. Plus loin, Teresina est à 915kms, Brasilia 1480kms.

82993_map0.jpg

 

Encore un fois le relief ne joue pas un grand rôle, les collines côtières sont modestes et les plus hauts reliefs de cette carte culminent à moins de 1100m, à 120kms de la station.

82993_dem.jpg

 

Une fois de plus la station est sur l'aéroport, à 18kms du centre ville et 17kms de l'océan. C'est assez "campagnard", en lisière des zones urbanisées. J'ai marqué également les coordonnées de l'autre station synoptique de la ville (en blanc), d'où sont tirées les normales d'ensoleillement.

82993_map1.jpg

 

82993_Maceio_A_v7_33.png

 

On retrouve un climat d'alizé très similaire à Natal et c'est pour cela que j'ai zappé Recife: sur de grandes distances le climat de cette côte ne varie guère.

L'alizé est un peu moins fort mais c'est probablement du à la position bien en retrait de l'océan. Le maximum pluviométrique de juin se confirme ici, et par rapport à Natal la baisse d'intensité des pluies après juin est plus lente, et abouti sur une saison sèche moins marquée.

 

On constate en regardant le vent d'un peu plus près que le maximum pluviométrique correspond à la période de l'année où l'alizé est le plus faible: sa dominante prend une composante sud plus forte, et surtout il se renverse de temps en temps. On a déjà vu dans de précédentes fiches Brésilienne qu'un alizé trop fort inhibe la convection, là il semble également que le mauvais temps se développe mieux dans des périodes de calmes relatifs où l'alizé est très affaibli. Il est intéressant de retrouver ce calme relatif ici loin de la ZCIT, avec des effets similaires.

82993_Maceio_C_v7_33.png

 

 

82993_Maceio_B_v7_33.png

 

 

Voici un exemple d'été - à partir de cette fiche l'opposition été/hiver devient pertinente, et ici les étés sont plutôt chauds et beaux.

Décembre est au cœur du minimum de RR annuel, c'est logiquement le mois le plus sec de l'exemple.

Puis l'été continue dans un temps globalement beau, seulement entrecoupé que quelques ondes perturbées. C'est encore une destination où l'on peut faire du tourisme balnéaire sans grand risque. Les t° gardent une grande monotonie, cependant la position plus australe et plus continentale engendre d'épisodiques pics de chaleurs: les 35°c sont dépassés plus d'une année sur deux, alors qu'à Natal la txx annuelle avoisine 32.5°c.

82993_DEC06_FEB07.png

 

 

Voici un exemple de saison des pluies / hiver. Sur cet exemple au bilan neutre l'excédent de RR de aout compense le déficit de juillet.

Par rapport à Natal les choses commencent à changer: le mauvais temps est plus fréquent, et le cumul pluviométrique ne se limite pas principalement à quelques épisodes diluviens qui font la saison. Sur la période mai-aout, on décompte ici 80 jours avec RR>1mm, contre 56 à Natal.

82993_JUN_AUG09.png

 

 

Enfin en bonus un exemple de mois de juin particulièrement humide:

82993_JUN10_Wet.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

  • J'aime 2

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Peki2   

Merci pour ce retour três attendu et cette nouvelle fiche! :)

 

Pour Recife, c'est aussi une station bien urbaine, donc moins intéressante.

 

Petite précision concernant les précipitations de 2016, le trimestre JJA - qui est on le voit sur le graphe le plus arrosé de l'année - n'a eu que 525,6 mm, au lieu des 786,6 mm, soit un déficit de 33% exactement.Cette sécheresse concerne une grande partie du Nordeste brésilien!

  • J'aime 1

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.