Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Banquises et changements climatiques


Recommended Posts

Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Comme cette histoire de 1999/2006 me turlupinait pas mal, j'ai été chercher les renseignements au NSIDC:

nsidcul3.jpg

Shot at 2007-07-21

on retrouve bien le fait que le mini de 2006 était plus faible que le mini de 1999 aussi bien pour l'area que pour l'extent.

Concernant la situ actuelle la débacle côté Alaska est très spectaculaire et quasiment jamais observée à cette époque de l'année.

Mais çà tient plutôt mieux côté Spitsberg.

Bon au total tout de même on est en déficit mais ne préjugeons pas même s'il est possible que les étendues d'océan libérées de glace, en cette saison, accélèrent le phénomène.

Link to post
Share on other sites
  • Replies 1.8k
  • Created
  • Last Reply

Top Posters In This Topic

Posted
Merry la vallée 280m d'alt.

Je remets ma question ici car sur l'autre sujet sur la banquise personne n'a répondu.... default_flowers.gif

Voici la carte d'anomalie de salité du bassin de l'artic.....

anomalieib1.jpg

On peut voir qu'il y a une forte anomalie positive surtout du coté de l'Alaska, la où elle a fondu énormement!

Est que cette concentration anormale de sel pourrait expliquer cette fonte?

Et d'où peut provenir ce sel?

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Je remets ma question ici car sur l'autre sujet sur la banquise personne n'a répondu.... default_flowers.gif

On peut voir qu'il y a une forte anomalie positive surtout du coté de l'Alaska, la où elle a fondu énormement!

Est que cette concentration anormale de sel pourrait expliquer cette fonte?

Et d'où peut provenir ce sel?

Je sais pas si c'est si facile que çà d'y répondre.

Je donne mon avis.

La concentration anormale en sel suit presque exactement l'anomalie de température de cette région.

Donc plus de température entraine plus d'évaporation et plus de ccion en sel.

L'anomalie peut être due aussi à une entrée d'eaux chaudes donc plus salines provenant du Pacifique Nord.

L'anomalie chaude et l'anomalie saline sont donc liées et leurs effets conjugués aboutissent à cette situation.

Le fait que la glace se retire entraine de plus une rétroaction positive par diminution de l'albédo.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Concernant ces cartes d'anomalies de salinité il faut faire attention au fait que ce ne sont que des sorties de modèles.

On ne mesure pas la salinité avec une banquise par dessus.

pour les SST voir cette carte d'anomalie où on retrouve assez bien la zone en question.

sstgn7.jpg

Shot at 2007-07-21

on profitera de cette carte pour noter la toujours très vaillante Nina ainsi que la partie ouest et sud de l'Amérique du sud dans une "gangue" de SST froides.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

oui enfin si on regarde avec plus de précision il n'est pas si évident que l'anomalie saline suive l'anomalie de température.

Puisqu'on modélise une anomalie importante sous la banquise actuelle.

Link to post
Share on other sites
Posted
Les Estables (1350m)

Ce n'est pas très fiable ces cartes de salinité vu qu'on a aussi des données là où il y a de la banquise, ce qui n'est pas possible.

Pour les SST, au SE du Groenland ca fait pas mal de temps qu'il y a une bonne anomalie et elle s'agrandit de plus en plus.

Pour la banquise dans l'HN il est clair qu'il y a une grande différence avec l'année dernière sur la superficie.

2006 : http://ice.meteorologic.org/archive/NH-20060726.png

2007 : http://ice.meteorologic.org/archive/NH-20070720.png

Mais au niveau de la concentration c'est mieu cette année, surtout en mer de Barents et à l'Est et au Sud du bassin arctique.

Pour l'HS, en terme de superficie ca se vaut, mais par contre en terme de concentration c'est aussi bien meilleur.

2006 : http://ice.meteorologic.org/archive/SH-20060726.png

2007 : http://ice.meteorologic.org/archive/SH-20070720.png

A voir début Août pour les résultats de Juillet.

default_flowers.gif

Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas très fiable ces cartes de salinité vu qu'on a aussi des données là où il y a de la banquise, ce qui n'est pas possible.

Pour les SST, au SE du Groenland ca fait pas mal de temps qu'il y a une bonne anomalie et elle s'agrandit de plus en plus.

Pour la banquise dans l'HN il est clair qu'il y a une grande différence avec l'année dernière sur la superficie.

2006 : http://ice.meteorologic.org/archive/NH-20060726.png

2007 : http://ice.meteorologic.org/archive/NH-20070720.png

Mais au niveau de la concentration c'est mieu cette année, surtout en mer de Barents et à l'Est et au Sud du bassin arctique.

Pour l'HS, en terme de superficie ca se vaut, mais par contre en terme de concentration c'est aussi bien meilleur.

2006 : http://ice.meteorologic.org/archive/SH-20060726.png

2007 : http://ice.meteorologic.org/archive/SH-20070720.png

A voir début Août pour les résultats de Juillet.

default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Tout cela m'a l'air parfaitement bien commenté. Très impressionante concentration concernant l'hémisphère sud ! default_dry.png
Link to post
Share on other sites

Vous avez vu la carte de la NOAA concernant l'extension et la concentration des glaces flottantes dans l'Arctique?

http://polar.ncep.noaa.gov/seaice/hires/nh.xml

La dislocation et le recul sont extrémement prononcés. La concentration est de plus en plus faible et cette fois-ci, c'est pratiquement sûr : le principal passage nord-ouest (celui qui traverse l'archipel canadien en son centre) sera bien complétement ouvert au mois d'août.

L'area de la banquise battra de très loin son précédent record de réduction (à mon avis et à vue de nez, d'au moins un demi million de Km². Peut-être près d'un million).

Je commence à regretter d'avoir repoussé à 2025 (à 5 ans près) la date probable de disparition estivale de la banquise, pour tenir compte de l'adoucissement des eaux arctiques.

En fait, cet adoucissement n'est pas du tout évident. Il semble que les courants, les tempêtes et l'évaporation se conjuguent pour le contrer. Ce qui est probablement bon pour le GS, mais mauvais pour la banquise.

Dans ma fourchette 2020-2030, je crains maintenant que ce soit la dâte la plus proche qui voit disparaître l'essentiel de la banquise, avec les conséquences terribles que cela aura sur l'évolution climatique.

Plus que jamais, la clé de l'évolution future proche du climat est dans l'Arctique...

Alain

Link to post
Share on other sites

Vous avez vu la carte de la NOAA concernant l'extension et la concentration des glaces flottantes dans l'Arctique?

http://polar.ncep.noaa.gov/seaice/hires/nh.xml

La dislocation et le recul sont extrémement prononcés. La concentration est de plus en plus faible et cette fois-ci, c'est pratiquement sûr : le principal passage nord-ouest (celui qui traverse l'archipel canadien en son centre) sera bien complétement ouvert au mois d'août.

L'area de la banquise battra de très loin son précédent record de réduction (à mon avis et à vue de nez, d'au moins un demi million de Km². Peut-être près d'un million).

Je commence à regretter d'avoir repoussé à 2025 (à 5 ans près) la date probable de disparition estivale de la banquise, pour tenir compte de l'adoucissement des eaux arctiques.

En fait, cet adoucissement n'est pas du tout évident. Il semble que les courants, les tempêtes et l'évaporation se conjuguent pour le contrer. Ce qui est probablement bon pour le GS, mais mauvais pour la banquise.

Dans ma fourchette 2020-2030, je crains maintenant que ce soit la dâte la plus proche qui voit disparaître l'essentiel de la banquise, avec les conséquences terribles que cela aura sur l'évolution climatique.

Plus que jamais, la clé de l'évolution future proche du climat est dans l'Arctique...

Alain

Catastrophisme, catastrophisme.... quand tu nous tient...

Tu aurais du écouter un prévisioniste à Météo France, hier j'étais au CDM d'aix en Pce et j'ai croisé justement un prévisioniste trés sympa et je lui parlais du réchauffement climatique!

Il m'a dit surtout, de ne pas confondre le réchauffement climatique et le réchauffement " moyen " de l'atmosphère qui sont deux choses complètement différente!

Certe, la banquise fond mais elle peut trés bien se reformer l'hiver prochain, c'est pas parce que vous constatez que c'est la grande débâcle qu'il faut crier au loup à chaque fois!

Il me semble que tu ne prend pas en compte la variabilité naturelle du climat, qui nous dit que dans 10 ans, le climat ne change pas??? La tendance peut aussi s'inverser, tu vas surtout pas me faire croire Alain (avec tous le respect et la considération que j'ai pour toi), que les seules causes anthropiques sont à l'origine des boulversements climatiques que nous connaissons dans le monde! Honnêtement je ne pense pas que nous influençons grandement le climat au risque de te surprendre, même si nos industries sont puissantes, car à des époques trés reculées de l'histoire de l'humanité, la terre a déjà connu des périodes de réchauffement intense (encore plus intense qu'aujourd'hui) pourtant les industries n'existaient pas, tous ce que nous connaissons et qui fait notre confort actuellement n'existaient pas tout simplement et il y'a bien eu un réchauffement plus important qu'aujourd'hui...

Pour moi la variablité naturelle est à prendre en compte, peut on affirmer que seulement 330 ppm de gaz carbonique que nous rejetons dans l'atmosphère contribue à réchauffer CONSIDERABLEMENT le climat???

Les médias actuellement relatent de plus en plus souvent ces infos, car elles sont plus que jamais d'actualité et intéressent de plus en plus de monde, ce que je trouve vraiment abérrant, c'est que l'on fait des conférences, et qui dit conférences, dit entrées d'argent, même on publie des livres sur le réchauffement climatique, et les gens achètent.... le réchauffement climatique n'est ni plus ni moins qu'une stratégie commerciale, en faisant peur aux gens, on fait vendre, c'est un peu la théorie du Darwinisme...

Si le réchauffement actuel était avéré et plus que jamais préoccupant, les météorologistes appartenant au corps de météo France n'émettraient pas autant de réserves...

Tu dis que tu est certain à chaque fois que ça se passera comme ça et pas autrement, permets moi de te dire que cette certitude (alors que dans cette science on avance avec beaucoup de prudence) m'étonne beaucoup : " c'est pratiquement sûr " ! Rien n'est sûr.... default_rolleyes.gif

Link to post
Share on other sites

Il y'a trop de monde derrière le rechauffement climatique maintenenant... inutile de perdre son temps à débattre ni de s'énerver.Ce sujet est ultra politisé et mediatisé.C'est comme le tour de France, c'est pourri jusqu'à la moelle...

On attend les résultats de nos ainés dans 50 ans lorsque nos pères "scientifiques" seront enterrés au Panthéon et nous papy...

Il n'y a qu'à voir le traitement de l'information climatique,la canicule sur l'Europe centrale passe en premier plan et on nous explique qu'il y'à 50 ans il aurait fait 5 degrés de moins, ce qui est completement faux en regardant les archives puisque toute goutte froide est forcement accompagnée de remonté chaude à l'avant, en l'occurence celle qui plonge sur le GB et le France est particulierement vive depuis 2 mois, et la chaleur à son avant l'est tout autant...Quand au froid dans l'hemisphère sud il passe à a trappe...

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Il m'a dit surtout, de ne pas confondre le réchauffement climatique et le réchauffement " moyen " de l'atmosphère qui sont deux choses complètement différente!

Pourrait-on expliciter?

Si le réchauffement actuel était avéré et plus que jamais préoccupant, les météorologistes appartenant au corps de météo France n'émettraient pas autant de réserves...

C'est une plaisanterie?

MF ne participerait-elle pas à la modélisation de l'évolution climatique?

pour redevenir un peu sérieux et revenir par la même occasion dans le débat voici ce qui est écrit au sujet des banquises dans le rapport ESCRIME co-produit par MF:

"Les couvertures de banquise des deux hémisphères présentent

une variabilité interannuelle importante, en réponse aux forçages

océaniques et atmosphériques. Si en Antarctique, aucune

tendance nette de la surface englacée n'est actuellement décelable,

en Arctique, sur la période 1972-2002, l'extension de glace de mer

arctique en moyenne annuelle s'est réduite de 0,9.106 km2 (Cavalieri

et al., 2003), et ce retrait s'est accéléré depuis la fin des années

1990, en particulier l'été (Stroeve et al., 2005). Des boucles de

rétroaction positive impliquant la glace de mer ont été mises en évidence,

à la fois par l'observation et la modélisation. Par exemple,

pendant l'été, les parcelles d'eau libre au sein de la banquise ont un

faible albédo, absorbent une fraction importante du rayonnement

solaire incident, et donc se réchauffent. Cela augmente la fonte latérale

des plaques de banquise, conduisant à une augmentation de

l'absorption de rayonnement solaire par la surface marine (Maykut

and Perovich, 1987). Curry et al. (1995) ont documenté d'autres

boucles de rétroaction positive mettant en jeu l'albédo de la glace.

Ce dernier dépend de l'épaisseur du bloc considéré, des déformations

qu'il a subies, et de la nature de sa surface (couverture de

neige, présence de mares de fonte...). Il est souligné dans cette

étude que la simulation de la banquise ne peut être validée uniquement

par comparaison des épaisseurs modélisées et observées sur

la fin du 20ème siècle : il faut également s'assurer que la sensibilité

de l'épaisseur modélisée de la banquise aux forçages climatiques

est correcte, surtout en vue de réaliser des projections sur le 21ème

siècle. Par ailleurs, de nombreux travaux ont suggéré des boucles

de rétroaction mettant en jeu des interactions Arctique/Atlantique

Nord (e.g. Goosse et al., 2002 ; Goosse and Holland, 2005)."

En bref on relève une baisse tendancielle importante de la banquise arctique avec une variabilité interannuelle assez forte.

Il est possible que la banquise arctique connaisse en 2007 une conséquence de cette variabilité importante.

Néanmoins il est important aussi de se rappeler la rétroaction positive importante que constitue une baisse aussi grande de l'area (ou de l'extent).

Cette rétroaction peut mettre fortement en danger les glaces dites pérennes.

Bien sûr que la banquise peut reprendre en hiver, et elle va le faire comme tous les hivers, mais l'épaisseur risque d'être très faible et de plus en plus faible si n'intervient pas un forçage négatif insoupçonné pour le moment.

Compter sur un refroidissement hypothétique n'est pas guidé pour par la raison.

Par contre des faits objectifs militent pour la disparition, à terme, de la banquise estivale.

Aucune démonstration rigoureuse, à ma connaissance, n'est venu contredire ces faits.

Le reste c'est du blabla...

Link to post
Share on other sites

Tu dis que tu est certain à chaque fois que ça se passera comme ça et pas autrement, permets moi de te dire que cette certitude (alors que dans cette science on avance avec beaucoup de prudence) m'étonne beaucoup : " c'est pratiquement sûr " ! Rien n'est sûr.... default_whistling.gif

Quand j'ai employé l'expression "pratiquement sûr" (ce qui correspond pour moi à un degré de probablité supérieur à 90% ), c'était au sujet de l'ouverture du passage nord-ouest en août 2007. Alors, attendons un mois, juste un petit mois et tu pourras voir si je me suis ou non trompé.Je n'ai pas l'habitude d'énoncer des prévisions à un siècle de distance. Mes prévisions à 10, 20 ou 50 ans s'accompagnent de tests à moins d'un an. Je rappelle que j'avais pronostiqué prés de 6 mois à l'avance l'accélération de l'évolution (notamment à propos du recul estival de la banquise et du dégel du permafrost) qui a été effectivement constaté à partir de 2005.

En plus, je sais parfaitement qu'au cours de l'hiver, la banquise se reconstituera. Mais comme l'a justement rappelé Méteor, chaque fois plus amincie et fragilisée jusqu'à sa disparition estivale future.

Enfin, personne, absolument personne, n'a jamais dit que 330 ppm de CO2 (en réalité, on en est d'ailleurs à 380, il faudra donc réactualiser tes données) ont réchauffé considérablement le climat ! (c'est une déformation malhonnête des dires des climatologues). Tout simplement parceque le réchauffement actuellement constaté n'est encore en moyenne qu'à peine de 1°C. Mais le rythme d'augmentation de la concentration en CO2 a presque triplé en une seule décennie (1,1%/an en moyenne pour 1990-2000, 3,1%/an pour 2001-2005), les banquises, les glaciers et le permafrost reculent notablement (et de plus en plus vite) en moyenne, d'autres GES potentiellement plus dangereux que le CO2, tels le CH4 risquent de voir leur présence s'accroître dangereusement avec la reprise de la fermentation bactérienne dans les sols dégelés et le risque de déstabilisation des clathrates sous-marins.

Faire semblant de croire que nous considérons l'accroissement du CO2 comme le seul facteur anthropique responsable de l'effet de serre est donc une caricature.

Et tenter d'aveugler les gens par ce genre de procédé peu sérieux est la pire des mauvaises actions alors que le risque est bien réel, même si son ampleur est encore discutable.

Pour Printemps, je n'ignore pas la situation différente dans l'HS. J'en ai d'ailleurs parlé dans différents posts et il s'agit d'une question qui a été largement débattue sur InfoClimat. Ce n'est donc pas très honnête de suggérer qu'on fait passer à la trappe le froid dans l'hémisphère sud, dont il ne faut d'ailleurs pas oublier qu'il est actuellement en hiver.

Alain

Link to post
Share on other sites
Posted
Saint-Ambroise, Saguenay-Lac-St-Jean, QC, Canada

Je suis moi aussi malheureusement complètement d'accord avec les propos d'Alain... il semble bien que, pour le moment, rien n'arrête ce processus. Je voudrais tellement qu'on se trompe, seulement... default_rolleyes.gif

Link to post
Share on other sites

Pourrait-on expliciter?

C'est une plaisanterie?

MF ne participerait-elle pas à la modélisation de l'évolution climatique?

pour redevenir un peu sérieux et revenir par la même occasion dans le débat voici ce qui est écrit au sujet des banquises dans le rapport ESCRIME co-produit par MF:

"Les couvertures de banquise des deux hémisphères présentent

une variabilité interannuelle importante, en réponse aux forçages

océaniques et atmosphériques. Si en Antarctique, aucune

tendance nette de la surface englacée n'est actuellement décelable,

en Arctique, sur la période 1972-2002, l'extension de glace de mer

arctique en moyenne annuelle s'est réduite de 0,9.106 km2 (Cavalieri

et al., 2003), et ce retrait s'est accéléré depuis la fin des années

1990, en particulier l'été (Stroeve et al., 2005). Des boucles de

rétroaction positive impliquant la glace de mer ont été mises en évidence,

à la fois par l'observation et la modélisation. Par exemple,

pendant l'été, les parcelles d'eau libre au sein de la banquise ont un

faible albédo, absorbent une fraction importante du rayonnement

solaire incident, et donc se réchauffent. Cela augmente la fonte latérale

des plaques de banquise, conduisant à une augmentation de

l'absorption de rayonnement solaire par la surface marine (Maykut

and Perovich, 1987). Curry et al. (1995) ont documenté d'autres

boucles de rétroaction positive mettant en jeu l'albédo de la glace.

Ce dernier dépend de l'épaisseur du bloc considéré, des déformations

qu'il a subies, et de la nature de sa surface (couverture de

neige, présence de mares de fonte...). Il est souligné dans cette

étude que la simulation de la banquise ne peut être validée uniquement

par comparaison des épaisseurs modélisées et observées sur

la fin du 20ème siècle : il faut également s'assurer que la sensibilité

de l'épaisseur modélisée de la banquise aux forçages climatiques

est correcte, surtout en vue de réaliser des projections sur le 21ème

siècle. Par ailleurs, de nombreux travaux ont suggéré des boucles

de rétroaction mettant en jeu des interactions Arctique/Atlantique

Nord (e.g. Goosse et al., 2002 ; Goosse and Holland, 2005)."

En bref on relève une baisse tendancielle importante de la banquise arctique avec une variabilité interannuelle assez forte.

Il est possible que la banquise arctique connaisse en 2007 une conséquence de cette variabilité importante.

Néanmoins il est important aussi de se rappeler la rétroaction positive importante que constitue une baisse aussi grande de l'area (ou de l'extent).

Cette rétroaction peut mettre fortement en danger les glaces dites pérennes.

Bien sûr que la banquise peut reprendre en hiver, et elle va le faire comme tous les hivers, mais l'épaisseur risque d'être très faible et de plus en plus faible si n'intervient pas un forçage négatif insoupçonné pour le moment.

Compter sur un refroidissement hypothétique n'est pas guidé pour par la raison.

Par contre des faits objectifs militent pour la disparition, à terme, de la banquise estivale.

Aucune démonstration rigoureuse, à ma connaissance, n'est venu contredire ces faits.

Le reste c'est du blabla...

A chaque fois que l'on pose des questions aux météorologistes à savoir si ces évènements sont en rapport avec le réchauffement climatiques, je suis désolé de te contredire mais leurs propos sont trés nuancés, et trés sage je trouve, bref ils ne se mouillent pas beaucoup en disant que le temps que nous connaissons en ce moment dans le monde entier est lié au réchauffement de la planète....

C'est pour ça que je dis que météo France emet beaucoup de réserves concernant la question du réchauffement climatique....

Ce n'est pas une question aussi évidente que ça... La variabilité nataurelle reste toujours de mise, on connaîtra des années plus froides et des années plus chaude, tel est le cycle immuable du climat de la planète...

Ca serait inédit de connaître des décénnies en dessus des normales, dans ce cas on pourra conclure à un " dérèglement climatique" et accusé un réchauffement climatique conséquent...

Ca fait depuis les années 1990 je crois que le climat s'est radouci après une série d'hivers trés rudes dans les années 1980, c'est pour ça je dis ça peut changer rien n'est impossible!

Link to post
Share on other sites

Ca fait depuis les années 1990 je crois que le climat s'est radouci après une série d'hivers trés rudes dans les années 1980, c'est pour ça je dis ça peut changer rien n'est impossible!

Il ne faudrait peut etre pas tout confondre. Ca n'est pas parce que la France a eu quelques hivers froids dans les années 80, que ca change quoi que ce soit.

Le réchauffmeent n'a fait strictement aucune pause dans les années 80.

Tu ne serais pas par hazard dans la catégorie très répandue ici des passionnés de neige et de froid qui ont peur de ne plus avoir d'hivers dignes de ce nom et qui préfèrent ne pas croire au réchauffement histoire de se rassurer un peu default_flowers.gif

Link to post
Share on other sites

A chaque fois que l'on pose des questions aux météorologistes à savoir si ces évènements sont en rapport avec le réchauffement climatiques, je suis désolé de te contredire mais leurs propos sont trés nuancés, et trés sage je trouve, bref ils ne se mouillent pas beaucoup en disant que le temps que nous connaissons en ce moment dans le monde entier est lié au réchauffement de la planète....

!

Là desus, tu as raison (partie en gras).

Cela n'empêche en rien la tendance générale qui, elle, est au réchauffement et Meteo France est comme toutes les Agences de Meteo mondiales et comme l'OMM. La contrainte appliquée ne peut conduire qu'à cela mais il peut évidemment y avoir encore des périodes relativement froides et des hivers rigoureux ou des étés frais voire très frais surtout régionalement.

Pour les passionnés de neige, il suffit de revenir à l'hiver 2005-2006, c'était pas mal, non? Pourtant 2006 est restée parmi les années chaudes (la 6e, me semble t il)

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

A chaque fois que l'on pose des questions aux météorologistes à savoir si ces évènements sont en rapport avec le réchauffement climatiques, je suis désolé de te contredire mais leurs propos sont trés nuancés, et trés sage je trouve, bref ils ne se mouillent pas beaucoup en disant que le temps que nous connaissons en ce moment dans le monde entier est lié au réchauffement de la planète....

C'est pour ça que je dis que météo France emet beaucoup de réserves concernant la question du réchauffement climatique....

Ce n'est pas une question aussi évidente que ça... La variabilité nataurelle reste toujours de mise, on connaîtra des années plus froides et des années plus chaude, tel est le cycle immuable du climat de la planète...

Ca serait inédit de connaître des décénnies en dessus des normales, dans ce cas on pourra conclure à un " dérèglement climatique" et accusé un réchauffement climatique conséquent...

Ca fait depuis les années 1990 je crois que le climat s'est radouci après une série d'hivers trés rudes dans les années 1980, c'est pour ça je dis ça peut changer rien n'est impossible!

Tu ne me contredis pas car je n'ai jamais dit que la variabilité climatique n'existait plus.

au sujet de la banquise, j'ai même dit ceci:

En bref on relève une baisse tendancielle importante de la banquise arctique avec une variabilité interannuelle assez forte.

Il est possible que la banquise arctique connaisse en 2007 une conséquence de cette variabilité importante.

Effectivement les gens de MF savent ce qu'est une tendance et savent comme tous les scientifiques qui s'occupent des sciences de l'atmosphère et du climat en particulier qu'il ne faut pas attribuer n'importe quelle cause à un évènement particulier.

Ceci dit à l'inverse, il ne faut pas exclure que la fréquence d'occurrence et/ou l'amplitude d'un phénomène soient liées à une tendance plus générale.

Les 2 attitudes seraient tout aussi condamnables sur le plan scientifique.

Mais je répète ma question au sujet de ceci:

Il m'a dit surtout, de ne pas confondre le réchauffement climatique et le réchauffement " moyen " de l'atmosphère qui sont deux choses complètement différente!

j'avoue que je ne vois pas bien ce que cela veut dire car le RC se manifeste bien par un réchauffement de la surface et de la troposphère.
Link to post
Share on other sites

Pour ta question météor, il m'a parlé en terme d'énergie, le réchauffement climatique en réalité concerne plus l'atmosphère, la chaleur ainsi libéré dans l'atmosphère d'après ce que j'ai pu comprendre du prévisioniste du CDM d'Aix en Pce, apporte un surplus d'énergie, lors par exemple, des processus de dégagement de chaleur latente de condensation, les nuages sont alors beaucoup plus convectif, créant de vigoureux courants ascendants et augmentant par la même occasion la turbulence en altitude ce qui déclenchent des phénomènes meteo plus violents!

Oui le réchauffement concerne aussi les basses couches de l'atmosphère mais il faut plus nuancer ce propos, comme on l'a évoqué, il existera toujours des disparités au niveau régional, advection de masse d'air chaudes à l'avant des gouttes froides par exemple sur telle région, et à d'autre advection froide, la meteo en surface, est toujours dictée (qu'il y'ai réchauffement ou pas) par le placement des centres d'action météorologique, il en sera toujours ainsi en période de réchauffement climatique m'a t-il fait comprendre, là je pense que je vous apprend rien du tout, c'est pourquoi, je pense que le ressenti du réchauffement climatique est bien plus probant dans notre atmosphère en ce moment, car au sol suivant ou on se trouve on peut également se geler pendant des semaines et ne pas du tout ressentir de réchauffement climatique alors que pourtant il semblerait qu'il existe!

On peut alors s'interroger effectivement sur la récurrence des phénomènes meteorologiques, mais il m'a fait comprendre que ce surplus de chaleur dans l'atmosphère au niveau global (concerne la planète), pouvait influencer la météo sur l'ensemble de la planète et provoquer des situations meteo plus ou moins récurrentes, comme la situation fortement orageuse qui dure depuis au moins un mois et demi m'a t-il fait alors remarquer!

Voilà j'espère avoir répondu clairement à ta question, mais c'est ce que j'ai pu comprendre du prévisioniste à météo France default_crying.gif

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Voilà j'espère avoir répondu clairement à ta question, mais c'est ce que j'ai pu comprendre du prévisioniste à météo France default_crying.gif

Ben non je n'ai toujours pas compris, surtout en ce qui concerne le réchauffement moyen de l'atmosphère, mais c'est pas grave. default_dry.png

De toute façon on est hors-sujet.

Link to post
Share on other sites

D'après la cartographie quotidienne de la NOAA, non seulement l'extent de la banquise arctique se réduit assez spectaculairement (notamment au nord de l'Alaska, mais pas seulement là) par rapport à l'an passé à la même date, mais la concentration des glaces flottantes est elle-même en train de reculer de manière me semble-t'il inhabituelle.

http://polar.ncep.noaa.gov/seaice/hires/nh.xml

Le changement d'échelle prévu et vérifié en ce qui concerne le recul estival de la banquise depuis l'été 2005 parait donc bien se poursuivre en 2007.

Alain

29 juillet: je reprends le post: Sur la carte de la NOAA, la branche la plus au sud (mais aussi la plus étroite et la plus tortueuse) du passage nord-ouest est maintenant presque entièrement libre de glaces sauf un court segment encombré à environ 50%. Une situation qui reproduit celle de 2005 et 2006, mais avec un mois d'avance.

Et dans le passage principal, par le centre de l'archipel canadien, les secteurs libres de glace s'étendent jour après jour. Sauf improbable retournement de situation, le passage pourrait être libéré dans à peu près une quinzaine de jours.

Quand aux données de Cryosphère (mais le site n'a pas très bonne presse en raison de certaines anomalies dans son suivi), elle laissent apparaître une anomalie négative de l'area arctique supérieure d'environ un demi-million de Km² par rapport à l'an passé à la même date.

L'activité solaire est pourtant au plus bas de son cycle, tandis que la Nina apporte à l'HN du froid venu des profondeurs du Pacifique. Que l'évolution climatique se poursuive (et même s'accélére) dans ces conditions est de plus en plus inquiétant. J'espérais pourtant - sans trop y croire - que 2007 serait une année de pause relative.

Je me demande ce que les derniers "sceptiques" (moi, je les appellerais plutot les inconscients ou les aveugles, pour être gentil) vont encore bien raconter pour essayer une fois de plus de cacher la réalité et de minimiser l'importance du changement climatique en cours...

Alain

Link to post
Share on other sites
Posted
Sainte-Croix-aux-Mines (68) - 340 m

Au fait, à partir de quand la banquise commencera à se reconstituer (variabilité saisonnière j'entend)? Fin Août? Actuellement, sommes nous encore dans la débâcle?

En tous cas, c'est très inquiétant ce qu'il se passe presque jour après jour. Quand on sait que cette accélération de la fonte Arctique a été ajouté au dernier moment pour le rapport du GIEC (si mes souvenirs sont exacts) qui ne l'a nullement anticipé, la perspective de ne même pas savoir à quelle vitesse vont évoluer réellement les choses est encore pire.

Quant aux septiques, ça sent la fin de règne, vu que des pans entiers de leurs argumentaires se sont effondrés, nous n'avons droit ces temps-ci qu'à de pâles reliques...

Link to post
Share on other sites

D'après la cartographie quotidienne de la NOAA, non seulement l'extent de la banquise arctique se réduit assez spectaculairement (notamment au nord de l'Alaska, mais pas seulement là) par rapport à l'an passé à la même date, mais la concentration des glaces flottantes est elle-même en train de reculer de manière me semble-t'il inhabituelle.

http://polar.ncep.noaa.gov/seaice/hires/nh.xml

Le changement d'échelle prévu et vérifié en ce qui concerne le recul estival de la banquise depuis l'été 2005 parait donc bien se poursuivre en 2007.

Alain

29 juillet: je reprends le post: Sur la carte de la NOAA, la branche la plus au sud (mais aussi la plus étroite et la plus tortueuse) du passage nord-ouest est maintenant presque entièrement libre de glaces sauf un court segment encombré à environ 50%. Une situation qui reproduit celle de 2005 et 2006, mais avec un mois d'avance.

Et dans le passage principal, par le centre de l'archipel canadien, les secteurs libres de glace s'étendent jour après jour. Sauf improbable retournement de situation, le passage pourrait être libéré dans à peu près une quinzaine de jours.

Quand aux données de Cryosphère (mais le site n'a pas très bonne presse en raison de certaines anomalies dans son suivi), elle laissent apparaître une anomalie négative de l'area arctique supérieure d'environ un demi-million de Km² par rapport à l'an passé à la même date.

L'activité solaire est pourtant au plus bas de son cycle, tandis que la Nina apporte à l'HN du froid venu des profondeurs du Pacifique. Que l'évolution climatique se poursuive (et même s'accélére) dans ces conditions est de plus en plus inquiétant. J'espérais pourtant - sans trop y croire - que 2007 serait une année de pause relative.

Je me demande ce que les derniers "sceptiques" (moi, je les appellerais plutot les inconscients ou les aveugles, pour être gentil) vont encore bien raconter pour essayer une fois de plus de cacher la réalité et de minimiser l'importance du changement climatique en cours...

Alain

BonjourJe ne vais certes pas jouer les "sceptiques" mais la réduction des surfaces englacées est la conséquence d'un réchauffement certes mais ça ne prouve pas que ce réchauffement est anthropique. On est bien d'accord là dessus?

Ceci dit

Le fait que l'activité solaire soit faible me paraît hors de propos , disons plus précisément hors de proportion.

L'augmentation de l'effet de serre liée à l'activité anthropique représente plus de 1% (1,5% en fait) de l'énergie solaire absorbée, les fluctuations de la constante solaire moins de 0,1% (0,07%). Les mécanismes faisant intervenir l'absorption des UV jouent à la marge.

Pour que ces mécanismes aient une influence comparable à celle des GES, il faudrait donc un mécanisme amplificateur considérable. Si la sensibilité du climat peut être aussi grande à des variations fines pourquoi ne le serait elle pas à des variations plus de 10 fois plus grandes?

De plus, je me répète, la contrainte de l'augmentation de l'effet de serre est constante et même en constante augmentation et elle est cumulable.

L'analogie qui me vient à l'esprit est celle du moteur ionique: une poussée très faible mais constante qui conduit à des vitesses élevées. Ici la poussée n'est plus si faible que cela.

Pour ce qui est de la probable disparition de la banquise Arctique, ce qui est nouveau, c'est l'accélération du processus mais sinon, la question a été posée dès la fin des années 80. C'est à cette époque que le WCRP 5World Climate Research Programme) a mis en place un programme d'études (ACSYS devenu CLIC: Climate and the Cyosphere)) sur le sujet.

Je ne sais pas trop en ce qui concerne La Nina, je n'ai pas regardé mais le Nino ayant été faible, il me semble que la Nina n'est probablement pas bien puissante , elle non plus.

Link to post
Share on other sites
Posted
Muret(180 m) et Font-Romeu (1760m)

Je ne sais pas trop en ce qui concerne La Nina, je n'ai pas regardé mais le Nino ayant été faible, il me semble que la Nina n'est probablement pas bien puissante , elle non plus.

oui c'est vrai.

contrairement à ce que je pensais d'ailleurs, l'ENSO est plutôt en phase neutre avec une tendance vers La Nina.

Voir ici le commentaire hebdo de la NOAA.

Link to post
Share on other sites

oui c'est vrai.

contrairement à ce que je pensais d'ailleurs, l'ENSO est plutôt en phase neutre avec une tendance vers La Nina.

Voir ici le commentaire hebdo de la NOAA.

ENSO n'est plus neutre mais plutot sous la forme de La NINA car les differents index le montre depuis 2 voir 3 mois :

- l'anomalie du SST a l'est de l'equateur du Pacifique a été d'avril a juin -1.18, -1.57 et -1.36. Et Quand cet indice est negatif cela signifie qu'il y a La Nina ;

- Puis on peut suivre l’évolution des phases ENSO avec le SOI qui est un index de l'atmosphère, calculé avec les pressions de Darwin (nord de l’Australie) et de Papeete (station de FAAA à Tahiti, gérée par Météo-France). La SOI a été d'avril a juin 1.20, 1 et 2. Et lorsqu’il est positif c’est une phase La Niña ;

- On a aussi le J.M.A, (Japan Meteorological Agency) un nouvel index basé aussi sur la SST. Il est appliqué sur une moyenne de cinq mois (4°Nord-4°Sud) et (150° Ouest-90°Ouest). Cet indice a été d'avril a juin de -0.20, -0.20 et -0.60. Quand ces indices sont negatif cela signifie qu'il y a La Nina.

Depuis 1950 les La Nina les plus importants semble etre celui de 1988 et La Niña du 05/1998 au 04/1999. Leur SOI le plus important a ete de 2.1 pour 1988 et 3.9 pour celui de 1998/99. Et pour la SST ca ete en 1988 de -1.68 et pour celui de 1998/99 de -1.36.

Donc depuis avril-mai La Nina a plutot commencé et on est pas sous la NADA.

Williams

Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...