Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Trombes/Tornades, Foudres extranuageuses - Déchainement nocturne Génois (6/7 Septembre 2020)


Recommended Posts

Posted
Nice (06)-Corniche Fleurie / parfois Saint-Félix de Lodez (34)

Bonjour à tous,

 

L’année 2020, pourtant peu prolifique globalement sur le territoire, se révèle particulièrement saisissante sur les abords de la Méditerranée. Sans être nombreuses, il faut tout de même admettre que le peu de situations orageuses qui se dessinent se révèlent particulièrement qualitatives et esthétiques. 

Après deux situations incroyablement photogéniques entre les nuits du 09/10 Juin entre Monaco et Nice (voir mon précédent topic sur ce forum) puis du 03/04 Aout sur la côte Maralpine (voir les fabuleux topics de Serge et Tristan), la saison orageuse continue et montera d’un cran sur cette situation Italienne, à Gênes, durant la nuit du 6 au 7 Septembre. 

 

L’automne météorologique commence, la Méditerranée est au plus chaud sur le golfe de Gênes avec des températures à la surface de l’eau (SST) atteignant voire dépassant les 26°C au large, la moindre goutte froide s’isolant sur ce golfe à cette période de l’année produit (quasi) systématiquement un spectacle à la hauteur de la réputation de ce golfe. Gênes est une ville habituée aux phénomènes orageux, souvent saisissant par l’esthétisme visuel combiné par la présence de phénomènes parfois ravageurs : crues éclairs ou autres phénomènes tourbillonnaires font souvent partis de l’alchimie Génoise. 

Par ailleurs, pas plus tard qu’une semaine avant la situation orageuse que je vais vous présenter, d’autres chasseurs ont intercepté de multiples trombes lors d’un outbreak assez mémorable, une nouvelle preuve que cette région dispose de prédispositions météorologiques pour l’apparition de phénomènes « extrêmes », je vous laisse à cet égard consulter le topic de @Météo78 de la semaine dernière sur cette rubrique. 

 

Mais revenons-en à la situation de cette nuit du 6 au 7 Septembre, une goutte froide isolée est prévue générer une forte zone de convergence au niveau du Gênes, situation très typique et de saison avec des flux de E/SE/S qui se canalisent tel un effet d'entonnoir et cisaillent pile au niveau de Gênes, le run d’Arome était on ne peut plus équivoque.

 

(Entouré en rouge : the place to be :D)

 IMG_2791.thumb.JPG.919e4df34e27bb7818f50d2850ac0736.JPG

 

En toute honnêteté, à la base je ne comptais même pas chasser cette situation : le déchaînement d’événements orageux était prévu entre 2h et 5h du matin et surtout je travaillais le lendemain… Même en tant que Niçois, les abords de Gênes sont à environ 2h de route (bon en fait plutôt 1h30 car les limitations de vitesse Italiennes… :D), et au-delà du temps et de la nuit blanche associée, cette autoroute est affreusement chère : environ 34€ de péages aller/retour pour un Vintimille-Arenzano, en rajoutant l’essence on arrive en gros à une situ à 70/80€, autant dire qu’il faut pas y aller pour 3 intranuageux noyés moisis :D Du moins c’est mon avis ^^ 

 

Après de longues tergiversations toute la journée, je décide de quand même tenter le coup, cela faisait un bon mois que je n’avais pas vraiment chassé et j’avais surtout peur de bien regretter le lendemain au réveil. Et vous comprendrez par la suite à quel point j’aurai pu regretter :D

 

Je pars de ce fait tranquillement après manger vers 21h de Nice pour un positionnement entre Varazze et Arenzano, sans connaitre parfaitement le coin j’avais déjà eu l’occasion d’y circuler et d'y tenter une situation l’an dernier sur ce secteur et je me disais que c’était ces villes qui se prêtaient le mieux au jeu : suffisamment près de la convergence et sans en être trop près en risquant un noyage massif (vaut mieux éviter les « cores punching » sur ces situs sous peine d’extrêmes regrets…). 

 

Je roule donc tranquillement pour l’aller, quelques bouchons en plus sur la route peu après Savona, et j’arrive aux environs de 23h à Cogoleto sous un déluge terrifiant… à ce moment je me demande même si je ne suis pas trop prêt de la convergence, mais un petit coup d’œil au radar me confirme qu’il ne s’agit que d’instabilité précoce poussée par le vent marin à l’avant de la convergence, rien de bien méchant. À ce moment précis je me remémore les propos de notre cher Jérémie Gaillard qui me répétait sans cesse l’an dernier à Gênes : « si y’a du stratus, c’est que ça va ruiner »… phrase qui peut sembler déroutante pour le chasseur habitué aux contrées françaises, mais à Gênes c’est effectivement souvent stratifié en amont des situations de par l’apport humide maritime advecté. Il ne reste plus qu’à être patient et attendre la bonne conjonction des vents et la mise en place de la vraie convergence.

 

Plusieurs points de vue jalonnent ce coin de la Ligurie, assez ressemblant topographiquement à ce qui se fait du côté de Nice (en un peu moins urbanisé). Étant arrivé un peu en avance j’ai eu le temps d’un peu tourner et de trouver un petit spot légèrement surélevé par rapport au village de Cogoleto, donnant une vue satisfaisante sur tout Gênes : de Voltri et sa cité industrielle/portuaire jusqu’aux quartiers plus à l’Est. 

 

Il est environ 23h30 quand je suis installé, il faut véritablement attendre environ 1h du matin pour que la mayonnaise commence à prendre. Des flashs constants et même impacts commencent alors dans un premier temps à bombarder l’arrière-pays et les montagnes derrière Gênes, c’est véritablement vers 1h15/1h30 du matin que la convergence prend forme face à moi en mer, comme bien anticipé par Arome.  

 

50336696191_7ff6c24883_b.jpg

  

A ce moment la convection est déjà bien en place et les premiers canaux d’éclairs extranuageux commencent à timidement sortir des volutes convectifs, sous l’œil bienveillant de la lune. C’est encore soft, belle ambiance comme on a l’habitude de dire, mais les bases bien brossées et la convection profonde à droite de la cellule ne trompent guère. 

 

50335998783_580f5611b1_b.jpg

 

La convection redouble d’intensité, et par Messenger et messages vocaux interposés on constate avec pas mal de chasseurs positionnés que de petits appendices commencent à pointer au sol, c’est encore timide mais effectivement il semble que ces petits cônes commencent à vouloir effleurer Gênes ! Il est environ 1h35. 

 

50335999073_1573cd8045_b.jpg

 

 Les choses dégénèrent dès lors très vite, 5 minutes plus tard le petit appendice de droite que vous voyez sur l’image précédente commence à prendre de l’ampleur et deviendra trombe puis tornade, je décide dès lors de changer d’objectif et de me focaliser uniquement sur la trombe, je monte alors ce bon vieux téléobjectif : le Nikkor AF-D 80-200mm f2.8 (qui date de 1991, un authentique "papy qui fait de la résistance" de l’ère pré-numérique) et me placerai pour toutes les autres photos de trombes que vous verrez entre 135mm et 200mm, souvent vers f3.2/f4.

 

50336000003_00620098b0_b.jpg

 

 Le buisson devient par ailleurs largement visible.

 

50336845132_4bc569bf04_b.jpg

 

Juste avant que le phénomène tourbillonnaire s’évanouisse, la trombe touche bel et bien terre du côté de Voltri et du port de Gênes et devient de facto tornade, exactement comme les trombes de la semaine précédente interceptées par plusieurs chasseurs, quasi au mètre près. 

 

50336690606_47eb58048e_b.jpg

 

L’émotion est déjà forte, on est amplement satisfait et observer une trombe, même à distance, est un grand moment de fascination entre la puissance de la nature et sa singularité beauté. 

 

Mais nous n’étions pas encore prêts à imaginer la suite… Il est alors environ 1h50 quand d’un coup je remarque un énooooorme cône tout au bout de la ligne de convergence (correspondant à l’Est de Gênes), on s’alerte tous au même moment entre chasseurs et il est évident que ce mastodonte se révèlera plus impressionnant que les petites trombinettes précédentes.

 

Voici la première vue du bout de la ligne qui est globalement baignée dans l'obscurité (réglages pas top), dès lors je ne la lâcherai plus du viseur reniflant le potentiel de la bestiole. 

 

50336000943_954ee3a417_b.jpg

 

 Le cône condensé est déjà très large, et la trombe prend de l’ampleur de secondes en secondes, le tuba devient dès lors suffisamment puissant pour toucher l’eau et devenir trombe et aspirer un large buisson aquatique, les poissons à la surface ont dû apprécier la balade :D 

 

50336691771_3846edc58b_b.jpg

 

La suite ne sera que contemplation, la trombe conserve un large volume sur de nombreux kilomètres de distance parcourue, je n’en reviens pas… le buisson est vraiment volumineux et bien dessiné. Les lumières de la ville de Gênes éclairant bien l’ensemble et le mettant bien en avant (au moins un avantage à cette pollution lumineuse affreuse ^^). Je décide de réaliser un timelapse pour suivre la progression de la trombe, des côtes jusqu’au port : 1 prise toutes les 1.6s, 200mm f3.5 et ISO 800… 

 

50336847017_85e6d5b9e5_b.jpg

 

50316115548_3246a1c7c9_b.jpg

 

50336001773_d273f36b53_b.jpg

 

La densité du buisson oscille, la forme de la trombe aussi, elle perd légèrement en puissance en approchant des côtes mais reste tout de même encore bien costaud. Et puis d’un coup, ce que je ne pensais même pas envisageable dans mes rêves… un impact bien lumineux qui tombe plein cadre à côté de la trombe ! 

 

50316115198_87c09fb7b9_b.jpg

 

Impressionné sur le coup, le timelapse continue de tourner et je n’ai pas encore la joie de voir le résultat sur l’écran arrière de l’APN, je me dis que mes réglages sont peut-être limite et je coupe le timelapse quelques secondes pour voir si j’ai bien eu la prise (ouf, oui !) et également pour fermer d’un petit cran le diaphragme à f4 et 2sec de pose, toujours ISO 800, je me dis que ça devrait le faire et il fallait une quantité suffisante de lumière pour bien mettre en valeur la trombe, ne pas faire un temps de pose trop long sous peine de trop lisser la structure et perdre la fluidité du mouvement de la trombe… bref pas évident et il fallait faire un compromis sur les paramètres d’acquisition pour ce timelapse. 

 

Quelques secondes après avoir relancé le timelapse, la trombe commence à aborder une structure un peu plus fine et dirais-je, plus esthétique (sans doute moins puissante aussi, toujours la même histoire en abordant la côte).

 

50336692466_48404e0f1b_b.jpg

 

Puis un flash ultra éblouissant se produit, j’hallucinais déjà sur l’impact précédent mais celui qui venait de tomber était tout bonnement d’un autre registre. Je me dis que vu mes paramètres photos ce n’était même pas la peine d’envisager une photo correcte :D Il s’avère que ce fut 2 impacts ramifiés assez puissants, le premier à gauche étant complètement cramé et irrécupérable, l’impact de droite fort heureusement fut un peu moins fort (et aussi plus esthétique je trouve), j’ai réussi à le récupérer à partir du fichier RAW. 

 

Voici la version non recadrée, puis la version recadrée qui finalement met plus en avant la dualité trombe/foudre. D’autres photographes de talents ont également capté le phénomène, avec des points de vue plus ou moins différents (Tristan Bergen, Dean Gill, Christophe Suarez, Yann Devesvre etc… et j’en oublie d’autres car nous étions assez nombreux au final sur la situ). Il est alors 2h du matin.

 

50320237707_95abf1a980_b.jpg

 

Lien photolive : https://www.infoclimat.fr/photolive-photos-meteo-261629-le-combo-de-reve.html?&start=120

 

50316782981_bddc59169f_b.jpg

 

Je suis aux anges, jamais je n’aurai pensé immortaliser une trombe aussi esthétique sur cette situ, et encore moins avec un bel éclair ramifié ! Par ailleurs je trouve la photo de Dean Gill encore plus incroyable, avec une proximité immédiate au phénomène tourbillonnaire et une vision précise d’où se situait le buisson, un must have à absolument visualiser sur Facebook ici : https://www.facebook.com/photo.php?fbid=935435693606647&set=a.103211833495708&type=3&theater

 

Quelques secondes après ce cliché, la trombe aborde Gênes, et s’évanouira assez rapidement dans la foulée. Voici un court timelapse récapitulant environ 4 minutes de progression de la trombe, avec les fameux impacts au milieu :

 

Le spectacle est total, je décide par la suite de prendre des photos de la cellule orageuse avec un plus grand angle, ayant été assez rassasié par ces trombes zoomées. Les éclairs extranuageux clôturent le bilan pour faire passer cette chasse à son plus haut niveau de contemplation, d’esthétisme et de « contentitude ».

 

Sur cette photo, en plus du petit extranuageux camouflé, on distingue une énième trombe circulant sur le même axe de la cellule orageuse. 

 

50316964152_c34ebb8552_b.jpg

 

Il me semble qu’il s’agit alors de la dernière trombe (bien apparente) de la soirée, la suite sera un seul spectacle de son et lumière (fort qualitatif visuellement il faut l’avouer).

 

50316782721_198353d6f1_b.jpg

 

 50336002903_aff641b20c_b.jpg

 

50336003138_0b2b30fd75_b.jpg

 

Les ramifiés, la plupart extranuageux, continuent de s’abattre, je décide néanmoins de changer de point de vue et de me diriger un peu plus en bord de mer, toujours à Cogoleto, cela permet de diversifier un peu les prises de vues.

 

Les cellules perdent un peu de souffle, mais produisent encore quelques bonnes décharges par moment, l’heure tourne et il est autour de 3h15 à ce moment.

 

50336003368_f078f511f8_b.jpg

 

La fatigue commence un peu à peser, cela dit le bourgeonnement de la cellule bien visible sur cette précédente photo ne trompe guère, et une nouvelle réactivation des cellules se produit et permettra à nouveau de capturer ces caractéristiques cellules isolées avec de beaux extranuageux, il est alors autour de 3h40.

 

50336849197_6bb6f2ae11_b.jpg

 

50316782496_53bd701d1c_b.jpg

 

 50336694611_d66959c72e_b.jpg

 

Puis la cellule s’évanouie, les éclairs deviennent plus classiques et noyés, cela étant la structure générale de l’orage reste encore saisissante et esthétique et une nouvelle pulsion de réactivation se produit encore autour de 4h20 du matin.

 

50336447528_4b1f85cb51_b.jpg

 

50336004648_ee5ca4b698_b.jpg

 

 50336005398_3793a66bdc_b.jpg

 

Et vous commencez à connaitre l’histoire : cette cellule s’étale et se meurt à petit feu en lâchant par moment encore quelques impacts bien sentis. Celui-ci sera mon « baroud d’honneur » de cette chasse.

 

50336004873_b1196b35b9_b.jpg

 

Il est alors 4h30, j’attends encore un peu (au cas ou...) puis décide finalement de rentrer sur Nice autour de 4h45, il faut dire que je suis censé me lever à 7h30 le lendemain… autant dire que les minutes de sommeil une fois arrivé au domicile seront précieuses… Il est à noter que la situation a encore dégénéré plus tard dans la nuit, et même jusqu’en matinée ! La convergence n’ayant quasi pas bougé d’un poil en plus de 12h de temps ! 

 

La fatigue était présente le lendemain, oui, mais quelle situ mes amis… des images plein la tête et l’impression d’avoir vécu quelque chose d’assez unique. Cette saison orageuse 2020 met décidemment la barre assez haute pour la Méditerranée ! Et dire que ce n’est que le début de l'automne, hâte de voir ce que nous réservera la suite.

 

Merci à vous de m’avoir lu, et à bientôt pour un nouveau récit si la nature le décide ;) (et le confinement ne nous rattrape pas ^^).  

Edited by cirrus007
  • J'aime 19
  • Merci 3
  • Surprise 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Vernosc-les-Annonay à 5km à l'Est d'Annonay dans le Nord Ardèche (07)

Sacré série une fois de plus bravo à toi! 
Sympa de voir un nouveau point de vue en plus des nombreux chasseurs sur place et qui n'ont pas tous eux non plus le même angle.

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
La Londe les Maures

Tu remets la barre très très haute la  :D

Après les situs de retour d'Est de Juin et Aout dernier, celle ci fait bien plaisir à voir également! Ce golfe est vraiment un nid à trombes!!!

J'ai malheureusement pas pu m'y rendre à cause du boulot, mais c'est vrai que c'etait magique sur les modèles, et ça le fut encore plus sur le terrain!

 

Bravo (Dieu Niçois xD)

  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Nice (06)-Corniche Fleurie / parfois Saint-Félix de Lodez (34)

Merci à vous pour vos commentaires ;) Je pense qu'on est jamais blasé au final, je pensais être assez "rassasié" après les 2 dernières situs de Juin et Aout, et en fait plus on en a et plus on en veux :P  La passion du phénomène prend le dessus, bien guidé par l'adrénaline aussi ! Après c'est sur que la barre ne pourra pas rester aussi haute, et j'ai pas envie de rentrer dans la surenchère à chaque fois :P  2020 est un très bon cru pour moi je l'avoue, la roue tournera ^^

Je dirais qu'il ne manque plus qu'un petit barrage de foudre à domicile, genre des séries ramifiés sur la baie des anges et je range l'APN pour les chasses jusqu'à 2021 haha 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.

Quelle fantastique série encore une fois ! Tout y est entre les trombes bien sûr et les impacts... entre la proximité et les vues d'ensemble.

Quelle beauté :x

 

Je dois dire que je suis un peu "dégouté" que les superbes orages auxquels j'ai assisté au même endroit le 29 août ne se soient pas produits en nocturne vue la quantité faramineuse d'impacts proches et d'extranuageux qui sont sortis :cry:

 

Merci à Zeus d'envoyer de beaux orages en Languedoc maintenant : 5 ans qu'on attend un épisode méditerranéen digne de ce nom et esthétique, faut partager avec les collègues un peu amis gênois et catalans !

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites

Ce graal absolu ! Niveau prix c'est équivalent à un Montpellier-Le Perthus, mais à l'arrivée il y a un flop d'un côté et une réussite assurée de l'autre ^^
Tu as bien fait de te motiver, surtout avec le boulot le lendemain c'est clair que c'est le genre de déplacement qui fait réfléchir... mais la rage n'en aurait été que plus grande au réveil :s
À partir de la 1ère trombe, aucune préférence dans les photos... elles sont toutes top ! Mais foudre + trombe... c'est le rêve :x

  • J'aime 1
  • Merci 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Nice (06)-Corniche Fleurie / parfois Saint-Félix de Lodez (34)

Merci les gars ;) Il est vrai que l'épisode à Gênes du WE précédent avant mon topic semblait encore plus fou en quantité de trombes et foudres, mais effectivement en diurne les possibilités photos sont différentes. 

 

Concernant le Languedoc c'est clair que le dernier épisode digne de ce nom commence à dater, j'ai quelques bons souvenirs de l'année 2018 quand j'étais sur Montpellier mais au final cette année semblait assez hors norme (et malgré ça, niveau qualité kéraunique ça restait moins dingue comparé à ces orages isolés à extranuageux qui semblent presque la norme au final vers Nice). On en parlait sur un autre topic, mais effectivement ces orages sont vraiment caractéristiques de la Côte d'Azur/Gênes et également retrouvables du côté de la Catalogne, entre 2 c'est assez moins courant même si y'a parfois de belles choses ! 

Bon, à voir pour le Languedoc ce WE, ça semble vouloir s'instabiliser pour vous, la roue finira par tourner ^^ 

 

Pour Gênes ça fait plusieurs années que le potentiel demeure, Dean Gill qui chasse depuis longtemps dans le secteur a une galerie de trombes assez révélatrice du potentiel sur ce secteur, c'est véritablement un incontournable météorologique qui commence à s'ébruiter et "buzzer" du côté des chasseurs ^^ 

  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.

L'automne 2018 n'a pas été terrible en Languedoc, c'est plus le printemps et l'été qui avaient été sympa... Pour un vrai épisode bourrin il faut remonter aux 12 et 13 septembre 2015. Mi septembre 2016 avait été sympa aussi avec un "outbreak" de trombes à la gênoise en petite Camargue mais ça n'avait pas été terrible niveau foudre...

Mais oui la tornade F3 en diurne est pour nous ce week-end : désolé xD

 

Pour Gênes c'est vrai que le secteur est de plus en plus fréquenté ! Le prochain orage en V à 450 mm / 12 heures devrait peut-être calmer certaines velléités (en espérant qu'il n'y ait pas de drame lié à l'attractivité de ces orages un jour :ph34r:). Ces orages de fin août / début septembre ont été idéaux car riches en trombes et foudre sans pour autant être catastrophiques en termes de précipitations (comme le secteur sait si bien en produire un peu plus tard dans l'automne).

 

 

  • J'aime 2
Link to post
Share on other sites
Posted
Nice (06)-Corniche Fleurie / parfois Saint-Félix de Lodez (34)
il y a 22 minutes, Vincent_L a dit :

Pour Gênes c'est vrai que le secteur est de plus en plus fréquenté ! Le prochain orage en V à 450 mm / 12 heures devrait peut-être calmer certaines velléités (en espérant qu'il n'y ait pas de drame lié à l'attractivité de ces orages un jour :ph34r:). Ces orages de fin août / début septembre ont été idéaux car riches en trombes et foudre sans pour autant être catastrophiques en termes de précipitations (comme le secteur sait si bien en produire un peu plus tard dans l'automne).

 

 

 

Yes tu as parfaitement raison, c'est un peu ce que je voulais dire dans "éviter le core punching", car comme tu le précises ces orages peuvent vite devenir dévastateur en très peu de temps. L'an dernier avec Jérémie lorsque nous avions chassé la situ du 14/15 octobre c'était quasi 400/500mm qui étaient tombé en moins de 12h du côté d'Arenzano, même si le secteur est habitué à éponger du lourd ça restait impressionnant et assez critique sur place... Et photographiquement ça a peu d’intérêt d'être plongé dans un mur d'eau ^^ 

Heureusement sur ces précédentes situ ce ne fut pas le cas.

 

Je reste tout même intrigué sur les dégâts potentiels de ces trombes, difficile d'estimer la vitesse du vent dans ces vortex, d'allure la grosse trombe sur mes photos ressemblait au plus fort à une bonne EF-1, en approche du port j'ai l'impression qu'on se rapproche plus d'une EF-0, avec très peu de dégâts potentiels. Si quelqu'un a une idée ou des infos je suis preneur ^^ 

Vu la récurrence délirante du nombre de trombes qui finissent leurs courses sur les docks j'ai pas l'impression que ce soit un si gros problème ... ^^ 

Edited by cirrus007
  • J'aime 1
Link to post
Share on other sites
Posted
Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.
il y a 18 minutes, cirrus007 a dit :

 

Yes tu as parfaitement raison, c'est un peu ce que je voulais dire dans "éviter le core punching", car comme tu le précises ces orages peuvent vite devenir dévastateur en très peu de temps. L'an dernier avec Jérémie lorsque nous avions chassé la situ du 14/15 octobre c'était quasi 400/500mm qui étaient tombé en moins de 12h du côté d'Arenzano, même si le secteur est habitué à éponger du lourd ça restait impressionnant et assez critique sur place... Et photographiquement ça a peu d’intérêt d'être plongé dans un mur d'eau ^^ 

Heureusement sur ces précédentes situ ce ne fut pas le cas.

 

Je reste tout même intrigué sur les dégâts potentiels de ces trombes, difficile d'estimer la vitesse du vent dans ces vortex, d'allure la grosse trombe sur mes photos ressemblait au plus fort à une bonne EF-1, en approche du port j'ai l'impression qu'on se rapproche plus d'une EF-0, avec très peu de dégâts potentiels. Si quelqu'un a une idée ou des infos je suis preneur ^^ 

Vu la récurrence délirante du nombre de trombes qui finissent leurs courses sur les docks j'ai pas l'impression que ce soit un si gros problème ... ^^ 

 

Exactement pour les précipitations !

 

Pour les trombes, celle qui est rentrée dans les terres le 29/08 a provoqué des dégâts (assez légers) sur un supermarché et il y a eu un blessé léger suite à la projection des débris de ce que j'avais pu lire. C'était en journée donc plus dangereux au vu des gens présents.

 

La grosse trombe de tes photos a en effet un aspect assez puissant et ressemble en effet davantage à une tornade issue d'un mésocyclone (même si on ne semble pas distinguer nettement de structure mésocyclonique) de par sa configuration massive et le buisson très large. Elle semble en effet s'être notablement affaiblie juste avant de toucher terre.

 

Il faut se méfier avec les trombes mésocycloniques qui rentrent dans les terres : la tornade EF4 qui a ravagé Sète le 22/10/1884 (et qui est une des plus grosses et plus meurtrières tornades françaises, 20 morts) est issue d'une trombe marine lors d'épisode méditerranéen (idem en septembre 1893 avec là aussi une EF3 meurtrière à la clé) - cf les dossiers sur Keraunos.

  • Merci 2
Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...