Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Julien764

Tendance Hiver 2011/2012

Recommended Posts

Posted

Location : Corbeil Essonne

je maintien mon pronostique l'hiver ressemblera a celui que l'on a connu en 2005

Si tel est le cas ça sera 3 mois de froid et de galères . -3°C pour l'écart lors de cet hiver

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest Guest

je maintien mon pronostique l'hiver ressemblera a celui que l'on a connu en 2005

Et bien ca ne fait pas avancer le schmilblick tout ça . default_crying.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

je maintien mon pronostique l'hiver ressemblera a celui que l'on a connu en 2005

Qu'est ce qu'il te fait penser que la synoptique de cet hiver sera plus ou moins analogue à celle de 2005/2006 ?Le début du mois de novembre très doux ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : 60300 Senlis, 61170 Marchemaisons

je maintien mon pronostique l'hiver ressemblera a celui que l'on a connu en 2005

Tu peux argumenter ton pronostic ?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Haute Joux, Les Fourgs 1140m

Et bien ca ne fait pas avancer le schmilblick tout ça . default_crying.gif

c'est peut être "mes gentianes" default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> hi hi hiquelqu'un a la réactualisation cfs dec-jan-fev ? en T°850HP comparatif à la médiane saisonnière

merci d'avance

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est peut être "mes gentianes" default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> hi hi hi

quelqu'un a la réactualisation cfs dec-jan-fev ? en T°850HP comparatif à la médiane saisonnière

merci d'avance

http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/people/wwang/cfs_fcst/

http://www.meteorologic.net/cfs.php

Je ne sais pas si ça peut t'aider mais on ne sait jamais...

Bonne recherche hihi

Share this post


Link to post
Share on other sites

Qu'est ce qu'il te fait penser que la synoptique de cet hiver sera plus ou moins analogue à celle de 2005/2006 ?

Le début du mois de novembre très doux ?

Il n'y a pas de certitude mais c'est surtout le temps que l'on a connu ces derniers jours du moins sur l'Ile de France gris, du matin au soir bruineux... Alors oui c'est sur que je peux me tromper d'ailleurs personne à ce jour ne peut prévoir une tendance véritable aussi bien les ingénieurs de météo france que nous même .

Alors oui j'ai fait un pronostique mais c'est comment dire un pronostique personnel un sentiment...je n'ai pas l'intélligence pour analyser les différents modèles j'essaie de comprendre les argumentations des uns et des autres même si certains termes me sont difficiles. Alors il me semblait mais bon 6 ans après j'ai pu avoir la mémoire courte que ya des petites ressemblances sur une partie de la France avec ces hautes préssions sur le Nord de l'Europe apportant un ciel bas... Mais bon j'espère me tromper et surement je le serais mais dans quelle sens ? hiver glacial et sec ou doux et humide ... personne a la réponse mais ce qui est sure même si l'hiver n'a pas encore démaré ce temps que l'on connait sur le nord de la france en tout ca est de plus en plus frustrant : pas de tempête pas de coup de froid ...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour Chris,

Je pense que tu n'as pas tout à fait compris non plus ce que je voulais dire et je me suis probablement mal exprimé default_flowers.gif

Je n'ai jamais remis en cause la douceur des deux premières décades de novembre, même si cela va fraichir un peu vraisemblablement(surtout dans l'est) la semaine prochaine, c'est le fait de dire humide qu m'a fait réagir, tout dépend de ce que l'on entend par humide, car oui l'ambiance est humide dans l'ensemble avec ces nombreuses journées de stratus parfois accompagnés de bruines, pour ce qui est de la quantité de précipitations à part le Sud-Est on sera plutôt généralement en déficit en cette absence prolongée de zonal.

Météo France précise bien que toutefois pour la France métropolitaine la prévisibilité saisonnière y reste limité, cela me semble le cas notamment sur les températures où la synthèse des modèles ne me parait pas très franche : 3/5 pour le froid et 2/5 pour le chaud; certes au niveau précipitations on a aussi 3/5 pour sec mais 0/5 pour humide puisque 2 modèles ne se prononcent pas.

J'aurais donc tendance à penser qu'aucun scénario est à privilégier pour les températures malgré la douceur de novembre et que par contre la fiabilité est meilleure pour un hiver sec, pourtour méditerranéen étant l'exception, ce n'est que mon opinion sans aucune prétention de détenir la vérité, je ne fais qu'essayer d'interpréter la synthèse de MF default_flowers.gif

Bonjour Bernard

,

Aucun soucis quant à notre échange. Il est constructif et étayé c'est donc un plaisir. default_flowers.gif

Mistral13075

s'inscrivant, lui, à contre courant de ce qu'est et doit rester notre forum..

Cette parenthèse faite, je comprends mieux ton second post ci-dessus. Mais je réitère pour autant et pour les mêmes raisons (afin que tu comprennes que je suis d'accord avec toi et ton ressenti non "humide" mais pour autant il s'agit d'une moyenne nationale), ce même sentiment exprimé pour les régions méditerranéennes, voire même un bon 1/3 sud de notre pays, quant aux conclusions nationales de notre hiver précédent. Un courant jet anormalement trop bas, nous a conduit, à vivre un hiver rude qu'au travers des reportages TV ! C'est via cette vue d'ensemble NATIONALE, prenant donc en compte toute la France et la Corse, que je me suis permis de considérer après l'EXCEPTIONNEL ÉPISODE MÉDITERRANÉEN qui vient de se terminer et qui a touché 1/3 de l'hexagone (avec des relevés dépassant par endroits les 900 mm !), que l'on tendait à des conclusions mensuelles pour NOVEMBRE plutôt HUMIDE.. et ce malgré, on est bien d'accord, le fait que plus de la moitié du territoire soit en déficit..

Je me suis peut être trompé. Nous verrons ce que traduisent les instances d'ici peu..

Ensuite, je note que tu n'es pas d'accord sur la pertinence et la synthèse de MF mais là, c'est un autre débat auquel je n'ai pas participé..

default_flowers.gif

Oui tout à fait d'accord default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">.

Je crois d'ailleurs que Bernard et Chris, vous ne parlez simplement pas de la même chose ! (Dialogue de sourds en fait).

Bernard : C'est sûr que MF et les prév saisonnières, ça fait 2. Ils l'ont toujours implicitement dit, avec le caractère "ben en france métropolitaine, c'est dur de prévoir". Cela étant, c'est vraiment pas franc vu les résultats très contrastés des modèles qu'ils ont mis en ligne pour cet hiver, tu as tout à fait raison.

Chris : eh oui, je crois moi aussi qu'ils ont pris en compte novembre doux et humide. Reste quoi comme solution pour retomber dans du froid avec des pluies +/- normales ? : Flux d'est voire nord-est à gogo (AS par exemple), secs partout SAUF en Méditerranée, classique dans cette configuration. Et toi aussi tu as raison là-dessus.

Voyez, c'est pas dur les gars, vous avez tous au moins une part de vérité dans votre analyse des prév de MF. default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">.

Bonjour kaktus

,

Merci pour ta participation à notre échange. Effectivement, je pense comme toi, que quand je parle d'une belle "anomalie froide" qui serait vue sur les 2 mois de DECEMBRE et JANVIER, il y a de grandes chances que cela soit le cas via un flux continental E/NE assez long et marqué.. default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Share this post


Link to post
Share on other sites

Il n'y a pas de certitude mais c'est surtout le temps que l'on a connu ces derniers jours du moins sur l'Ile de France gris, du matin au soir bruineux... Alors oui c'est sur que je peux me tromper d'ailleurs personne à ce jour ne peut prévoir une tendance véritable aussi bien les ingénieurs de météo france que nous même .

Alors oui j'ai fait un pronostique mais c'est comment dire un pronostique personnel un sentiment...je n'ai pas l'intélligence pour analyser les différents modèles j'essaie de comprendre les argumentations des uns et des autres même si certains termes me sont difficiles. Alors il me semblait mais bon 6 ans après j'ai pu avoir la mémoire courte que ya des petites ressemblances sur une partie de la France avec ces hautes préssions sur le Nord de l'Europe apportant un ciel bas... Mais bon j'espère me tromper et surement je le serais mais dans quelle sens ? hiver glacial et sec ou doux et humide ... personne a la réponse mais ce qui est sure même si l'hiver n'a pas encore démaré ce temps que l'on connait sur le nord de la france en tout ca est de plus en plus frustrant : pas de tempête pas de coup de froid ...

Ah ben voila, c'est bien de donner les arguments qui te mènent à ton "pronostic" (et si tu tiens absolument à utiliser ce terme, peu météorologique, s'il te plait avec un "C" a la fin! Il y a au moins 10 "pronostique" sur cette page). default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Donc, tu te bases sur l'observation actuelle et récente pour extrapoler la synoptique sur les mois à venir, ce que certains appellent la "récurrence". C'est un élément intéressant de mon point de vue, mais qui doit être complété par la recherche des paramètres qui vont faire durer ou revenir régulièrement (récurrence) telle situation synoptique ou au contraire la faire basculer vers une autre configuration (et laquelle). Je ne sais pas si en météo on pourrait définir des situations synoptiques "stables" ou "metastables" sur l'Europe et évaluer les barrières d'énergie nécessaires pour passer d'un état à un autre puis traduire ca en densité de probabilité permettant d'estimer la probabilité de chaque synoptique en fonction du temps (le temps qui passe, pas celui qu'il fait :-)). Le problème est que l'atmosphère a tellement de degrés de liberté que même des synoptiques apparemment proches, sur quelques paramètres observés, peuvent être en réalité très différentes et évoluer de manière diamétralement opposée. C'est pour cela qu'il est si difficile de trouver des tendances systématiques dans les annales météo (et les appliquer aux prévisions), que ce soit par les moyennes ("automne doux -> hiver froid"), les synoptiques ou les indicateurs (SST, NAO etc). Je ne suis pas en train de dire que c'est impossible, mais compliqué et je trouve cette quête passionante.

Sinon, les modèles numériques sont (ou en tout cas devraient être) très complexes mais l'analyse de leurs sorties n'est pas bien compliquée mistral, ils te disent de facon plus ou moins détaillée si ce sera plus froid, plus doux, plus humide ou plus sec. Ce qui est plus compliqué, c'est d'évaluer lesquels sont plus ou moins fiables. Personnellement j'ai l'impression, de facon simplifiée et raccourcie, que IRI annonce toujours du doux, CFS plutot du froid et MF ne se prononce pas. Je ne connais pas le détail de ces modèles, ni leurs différences de modélisation, mais ce serait intéressant de savoir quels paramètres chacun utilise et avec quel poids, quelles approximations, quels couplages, quelle maille, etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites

c'est peut être "mes gentianes" default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> hi hi hi

quelqu'un a la réactualisation cfs dec-jan-fev ? en T°850HP comparatif à la médiane saisonnière

merci d'avance

euT2mMonNorm.gifCFS voit un hiver dans les normes.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Haute Joux, Les Fourgs 1140m

http://www.cpc.ncep.noaa.gov/products/people/wwang/cfs_fcst/

http://www.meteorologic.net/cfs.php

Je ne sais pas si ça peut t'aider mais on ne sait jamais...

Bonne recherche hihi

Merci Chef...oubli du lienpar contre pour l'Europe il n'y a que T2m, zut

Globalement c'est dans les normes, si on excepte janvier plus humide et froid (NO majoritaire,favorable aux montagnes)

Share this post


Link to post
Share on other sites

Voilà, c'est parti, la stratosphère va très nettement se refroidir sur les deux semaines qui arrivent.

Ca n'augure rien de bon "hivernophilement" parlant.

La puissance du vortex polaire stratosphérique va très nettement augmenté au fil des jours.

La vitesse moyenne des vents zonaux au 60e parallèle sera plus élevé que la normale à 10 hpa.

Si aucun SSW ne se déclenche en décembre, vous pouvez déjà vous dire que le début d'hiver ne sera pas joyeux vu la tendance au plongeon des températures moyennes dans la stratosphère.

C'est maintenant, que je vais faire une petite démonstration.

J'ai trouvé des paramètres très identiques entre les hivers 1988/1989 et 1999/2000.

Pourquoi j'ai fait une telle comparaison, vous allez le voir après, car les paramètres des deux hivers en question vont aussi être très similaires par rapport à l'hiver que nous allons connaitre.

Par ailleurs, je vais aussi montrer les effets identiques entre ces deux hivers sur la stratosphère occasionnés par les forçages externes au couple tropo-stratosphère.

Je vais vous présenter tous les résultats sous forme de séries.

Identification des variables:

- QBO

- SSN

- ENSO

- phase de l'activité solaire (croissante ou décroissante)

- excès de SSN sur un hémisphère par rapport à un autre

Observation sur l'hiver 1988/1989:

-QBO- jusqu'à 30 hpa

-QBO+ en-dessous de 30 hpa

-La Nina (-1,7 DJF)

-Phase montante d'activité solaire

-Proche d'un maximum d'activité solaire

-SSN important

-Excès de taches solaires dans l'hémisphère nord par rapport à l'hémisphère sud

Stratosphère (10 hpa):

8029471989.jpg

Observation sur l'hiver 1999/2000:

-QBO- jusqu'à 30 hpa

-QBO+ en-dessous de 30 hpa

-La Nina (-1,6 DJF)

-Phase montante d'activité solaire

-Proche d'un maximum d'activité solaire

-SSN important

-Excès de taches solaires dans l'hémisphère nord par rapport à l'hémisphère sud

stratosphère (10 hpa):

3788152000.jpg

Si nous faisons une comparaison de la situation stratosphérique entre les hivers 1988/1989 et 1999/2000, nous pouvons faire des observations identiques.

Nous pouvons d'abord remarqué que la stratosphère est plus froide au début de l'hiver et ceux jusqu'à mi-janvier environ.

Ensuite, nous pouvons voir que la stratosphère se trouve dans une phase plus chaude que la normale en moyenne à partir de la mi-janvier jusqu'au début du printemps.

Nous ne pouvons pas établir néanmoins de corrélation entre ces forçages externes sur l'occurrence de SSW car nous avons eu 1 SSW en 1989 et 2 SSW en 2000.

Néanmoins, la période des SSW apparaît à partir du mois de février. Il y a donc un gros décalage par rapport à la normale de l'apparition des SSW.

Prévisions pour l'hiver 2011/2012:

-QBO- jusqu'à 30 hpa

-QBO+ en-dessous de 30 hpa

-La Nina (intensité à surveiller)

-Phase montante d'activité solaire

-Proche d'un maximum d'activité solaire

-SSN élevé

-Excès de taches solaires dans l'hémisphère nord par rapport à l'hémisphère sud

Venons en aux prévisions des paramètres facilitant la prévision saisonnière. Il existe tout de même pas mal de corrélation entre les deux hivers en question et l'hiver qui arrive à nos portes.

Seulement, on est strictement sûr que le niveau de SSN n'atteindra pas le niveau des hivers 1988/1989 et 1999/2000.

La Nina reste à surveiller car il y a des incertitudes concernant son intensité.

Si les paramètres de l'hiver qui arrive ressemblent de plus en plus aux paramètres des hivers 1988/1989 et 1999/2000. La situation stratosphérique de l'hiver qui arrive pourrait ressembler aux hivers 1988/1989 et 1999/2000.

Maintenant, j'ai fait surtout cette comparaison par rapport au prévisions saisonnières concernant le début d'hiver.

La température moyenne stratosphérique est en passe de devenir plus froide que la normale, comme l'a été le cas pour les hivers 1988/1989 et 1999/2000.

Et je vais aborder cette question car l'éventualité d'un vortex polaire de plus en plus concentré dans la troposphère (favorable au zonal mais les AS sont aussi compatibles avec un vortex concentré, mais surtout pas les GA) devient de plus en plus probable.

C'est là que la théorie sur la mémoire hivernale de la stratosphère entre en compte.

Elle a déjà été explorée par des scientifiques américains comme Baldwin, Stephenson, Thompson, Dunkerton, Charlton et O'Neil.

Ces 6 scientifiques sont l'auteur d'une étude scientifique qui se porte sur la mémoire de la stratosphère pendant l'hiver.

On suppose dans ce cas, qu'il n'existe pas de variation pulsatiles de températures pdt l'hiver et de upward wave breaking dépassant la tropopause. Que se passe-t-il alors?

La stratosphère devient de plus en plus froide et les valeurs de NAM deviennent de plus en plus positives.

Il arrive un moment où les valeurs de NAM deviennent très positives près de la tropopause.

Elles n'ont que d'autre choix de déferler dans la troposphère, favorisant des VI (ou Vortex Intensification) dans la troposphère.

C'est là que cette supposition entre en jeu car il est bien possible qu'elle se produise en début d'hiver comme cela a été le cas pour les deux hivers que nous avons étudié au début.

En plus de cela, nous sommes en QBO- ce qui accélère la circulation brewer-dobson et le downward control, du coup les déferlements de NAM dans la troposphère peuvent se faire plus rapidement en décembre. Si nous n'avons pas de SSW en décembre (et c'est ce que je pense d'ailleurs), l'intensité du vortex polaire troposphérique va vachement augmenté, favorable aux périodes de zonal. La tendance est à une stratosphère bcp plus froide que la normale pour ce début d'hiver et mes prévisions (stratosphère plus froide que la normale et surdéveloppement du vortex polaire stratosphérique et troposphérique + mémoire de la stratosphère pdt l'été) que j'avais établi en septembre-octobre commencent déjà à se réaliser.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

Oui Cirus... très intéressant en effet et bravo pour cette analyse de grande qualité.

Par contre, juste un défaut. Les choses ne sont pas figées.

Je m'explique. Ces dernières années, nous avons vu très tôt dans la saison des Stratwarmings... si c'est le cas cette année aussi, ta théorie ne tient plus... Mais ceci dit, encore bravo pour ton intervention ! faudra l'envoyer à la météo Luxembourgeoise ! default_thumbup.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Très intéressante analyse oui, même elle risque de jeter un coup de froid à tous les hivernophiles qui passeront par là. ermm.gif

Cela dit, "retour du zonal" certes, mais c'est un zonal humide tel qu'on l'entend, nous apportant beaucoup de pluies et d'agitation ? Tu cites l'hiver 1988/1989 par exemple, mais celui-ci avait été très sec partout, une catastrophe en plaine ET en montagne. D'ailleurs je crois que même pour l'hiver 2000, il n'y a eu que décembre 1999 de vraiment agité (et quelle agitation !), janvier 2000 fut bien calme et février pas très marquant je crois.

En tout cas, vu les précipitations catastrophiques de cette année 2011 sur une majeure partie du pays, de nombreuses pluies ne seraient pas de refus pour cet hiver. Ça me manque bien, une petite tempête tiens. crying.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une simple question Cirus sur ces analyses intéressantes.

As-tu comparé d'autres années semblables en plus des hivers 1988/1989 et 1999/2000 ?? Si oui lesquels ??

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Bravo pour ton analyse Cirus, comme Williams j'aimerai bien que tu analyse cela sur plus d'années, la stratosphère et la troposphère reste des paramètres très complexe et je pense qu'il faut voir ça sur des époques différente du réchauffement climatique au petit âge glaciaire, les données viennent a manquer je pense.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Buhl-lorraine, Moselle ( 260 m )

Voilà, c'est parti, la stratosphère va très nettement se refroidir sur les deux semaines qui arrivent.

Ca n'augure rien de bon "hivernophilement" parlant.

La puissance du vortex polaire stratosphérique va très nettement augmenté au fil des jours.

La vitesse moyenne des vents zonaux au 60e parallèle sera plus élevé que la normale à 10 hpa.

Si aucun SSW ne se déclenche en décembre, vous pouvez déjà vous dire que le début d'hiver ne sera pas joyeux vu la tendance au plongeon des températures moyennes dans la stratosphère.

C'est maintenant, que je vais faire une petite démonstration.

J'ai trouvé des paramètres très identiques entre les hivers 1988/1989 et 1999/2000.

Pourquoi j'ai fait une telle comparaison, vous allez le voir après, car les paramètres des deux hivers en question vont aussi être très similaires par rapport à l'hiver que nous allons connaitre.

Par ailleurs, je vais aussi montrer les effets identiques entre ces deux hivers sur la stratosphère occasionnés par les forçages externes au couple tropo-stratosphère.

Je vais vous présenter tous les résultats sous forme de séries.

Identification des variables:

- QBO

- SSN

- ENSO

- phase de l'activité solaire (croissante ou décroissante)

- excès de SSN sur un hémisphère par rapport à un autre

Observation sur l'hiver 1988/1989:

-QBO- jusqu'à 30 hpa

-QBO+ en-dessous de 30 hpa

-La Nina (-1,7 DJF)

-Phase montante d'activité solaire

-Proche d'un maximum d'activité solaire

-SSN important

-Excès de taches solaires dans l'hémisphère nord par rapport à l'hémisphère sud

Stratosphère (10 hpa):

8029471989.jpg

Observation sur l'hiver 1999/2000:

-QBO- jusqu'à 30 hpa

-QBO+ en-dessous de 30 hpa

-La Nina (-1,6 DJF)

-Phase montante d'activité solaire

-Proche d'un maximum d'activité solaire

-SSN important

-Excès de taches solaires dans l'hémisphère nord par rapport à l'hémisphère sud

stratosphère (10 hpa):

3788152000.jpg

Si nous faisons une comparaison de la situation stratosphérique entre les hivers 1988/1989 et 1999/2000, nous pouvons faire des observations identiques.

Nous pouvons d'abord remarqué que la stratosphère est plus froide au début de l'hiver et ceux jusqu'à mi-janvier environ.

Ensuite, nous pouvons voir que la stratosphère se trouve dans une phase plus chaude que la normale en moyenne à partir de la mi-janvier jusqu'au début du printemps.

Nous ne pouvons pas établir néanmoins de corrélation entre ces forçages externes sur l'occurrence de SSW car nous avons eu 1 SSW en 1989 et 2 SSW en 2000.

Néanmoins, la période des SSW apparaît à partir du mois de février. Il y a donc un gros décalage par rapport à la normale de l'apparition des SSW.

Prévisions pour l'hiver 2011/2012:

-QBO- jusqu'à 30 hpa

-QBO+ en-dessous de 30 hpa

-La Nina (intensité à surveiller)

-Phase montante d'activité solaire

-Proche d'un maximum d'activité solaire

-SSN élevé

-Excès de taches solaires dans l'hémisphère nord par rapport à l'hémisphère sud

Venons en aux prévisions des paramètres facilitant la prévision saisonnière. Il existe tout de même pas mal de corrélation entre les deux hivers en question et l'hiver qui arrive à nos portes.

Seulement, on est strictement sûr que le niveau de SSN n'atteindra pas le niveau des hivers 1988/1989 et 1999/2000.

La Nina reste à surveiller car il y a des incertitudes concernant son intensité.

Si les paramètres de l'hiver qui arrive ressemblent de plus en plus aux paramètres des hivers 1988/1989 et 1999/2000. La situation stratosphérique de l'hiver qui arrive pourrait ressembler aux hivers 1988/1989 et 1999/2000.

Maintenant, j'ai fait surtout cette comparaison par rapport au prévisions saisonnières concernant le début d'hiver.

La température moyenne stratosphérique est en passe de devenir plus froide que la normale, comme l'a été le cas pour les hivers 1988/1989 et 1999/2000.

Et je vais aborder cette question car l'éventualité d'un vortex polaire de plus en plus concentré dans la troposphère (favorable au zonal mais les AS sont aussi compatibles avec un vortex concentré, mais surtout pas les GA) devient de plus en plus probable.

C'est là que la théorie sur la mémoire hivernale de la stratosphère entre en compte.

Elle a déjà été explorée par des scientifiques américains comme Baldwin, Stephenson, Thompson, Dunkerton, Charlton et O'Neil.

Ces 6 scientifiques sont l'auteur d'une étude scientifique qui se porte sur la mémoire de la stratosphère pendant l'hiver.

On suppose dans ce cas, qu'il n'existe pas de variation pulsatiles de températures pdt l'hiver et de upward wave breaking dépassant la tropopause. Que se passe-t-il alors?

La stratosphère devient de plus en plus froide et les valeurs de NAM deviennent de plus en plus positives.

Il arrive un moment où les valeurs de NAM deviennent très positives près de la tropopause.

Elles n'ont que d'autre choix de déferler dans la troposphère, favorisant des VI (ou Vortex Intensification) dans la troposphère.

C'est là que cette supposition entre en jeu car il est bien possible qu'elle se produise en début d'hiver comme cela a été le cas pour les deux hivers que nous avons étudié au début.

En plus de cela, nous sommes en QBO- ce qui accélère la circulation brewer-dobson et le downward control, du coup les déferlements de NAM dans la troposphère peuvent se faire plus rapidement en décembre. Si nous n'avons pas de SSW en décembre (et c'est ce que je pense d'ailleurs), l'intensité du vortex polaire troposphérique va vachement augmenté, favorable aux périodes de zonal. La tendance est à une stratosphère bcp plus froide que la normale pour ce début d'hiver et mes prévisions (stratosphère plus froide que la normale et surdéveloppement du vortex polaire stratosphérique et troposphérique + mémoire de la stratosphère pdt l'été) que j'avais établi en septembre-octobre commencent déjà à se réaliser.

c'est une bonne analyse mais j'y mettrais beaucoup de réserve. Déjà les hivers de 1988/1989 et 1999/2000 sont hors course.

La forte hausse de l'activité du 20eme siècle a provoqué la montée en puissance et la déviation du jet vers les Pôles à la fin des années 80 et 90. Depuis, après ce profond cycle solaire 23 et 24, les jets ont été déplacé vers l'équateur et c'est pas cette année 2011 qui dira le contraire. Vortex polaire concentré ou pas, les jets continuent à être dévié vers l'équateur et ca continue bien en novembre. Nous avons pas une situation digne des années 80 ou 90 c'est à dire un véritable flux zonal d'une puissance phénoménal circulant d'ouest en est ( centre atlantique/Russie) avec des tempêtes creuses circulant sur les iles Britannique. Nous avons abandonné totalement cette situation à fort flux zonal.

A présent, ce sont les HP qui prennent le relais, soit on un blocage nord atlantique sous forme d'ondulation ou type GA, soit des HP continental souvent issu de Russie ou proche de la Russie. Les dépressions circulent très au sud de l'atlantique ou sont déviés très au nord de l'Europe c'est exactement le schéma qui s'est passé en avril dernier lorsque le vortex polaire était hyper concentré et c'est le même scénario qui se repasse cet automne. N'oublions pas que cette situation s'est stoppée net de mai à aout où on renouait avec des blocages nordiques soudain et que ça pourrait très bien arrivé cet hiver ou n'importe quand. C'est bien beau de parler de stratosphère froide etc etc, mais les paramètres de la stratosphère/troposphère restera quelque chose de complexe et imprévisible

pour ma part cet hiver, je continue à croire qu'il y aura de nouveau blocages sur le nord atlantique soit des blocages de type continental souvent qui peuvent aboutir à des vagues de froid Russe costaud. Je verrais bien un blocage Russe de Grande ampleur en décembre ou janvier de type 2001 et vortex concentré ou pas

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à Cirus pour son anaylse. default_tongue_smilie.gif

En ce qui concerne les anomalies de ces deux hivers pour le détail:

Décembre 1988: +0.8°c

Janvier 1989: +0.2°c

Février 1989: +1.0°c

Anomalie Hiver 1988/1989: +0.7°c

Décembre 1999: +0.2°c

Janvier 2000: -0.2°c

Février 2000: +2.0°c

Anomalie Hiver 1999/2000: +0.7°c

Tous cela n'est pas pour montré qu'ils ont la même anomalie car si on regarde en détail rien qu'au niveau de la répartition des T° ils sont quand même pas tout à fait pareille mais ce sont des hivers assez doux sans excès.

Par contre Cirus je trouve un peu étrange que les périodes chaudes de la stratosphère se fasse en février pour ces deux hivers car stratosphère chaude est plus favorable à des synoptique AO-/NAO- contrairement à une stratosphère froide qui favorise le zonal.

Ai-je faux?

Tous sa pour en venir au faite que l'on a des périodes bien zonal en février 1989 et 2000.

De plus les SSW a cette époque n'ont pas tellement changé de synoptique. Ces hivers là ont été marqué presque que par le zonal.

Sinon pour en revenir au caractéristique de cette hiver.

La nina devrait être dans les même zone que 1989 et 2000.

Cependant nous sommes très loin des niveaux d'activité solaire de ces deux années ou nous étions en plein maximum des cycles 22 et 23.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Merci à tous default_tongue_smilie.gif

Oui Cirus... très intéressant en effet et bravo pour cette analyse de grande qualité.

Par contre, juste un défaut. Les choses ne sont pas figées.

Je m'explique. Ces dernières années, nous avons vu très tôt dans la saison des Stratwarmings... si c'est le cas cette année aussi, ta théorie ne tient plus... Mais ceci dit, encore bravo pour ton intervention ! faudra l'envoyer à la météo Luxembourgeoise ! default_thumbup.gif

Peut-être qu'un stratwarming apparaîtra en décembre, c'est tout à fait possible.

Une hypothèse reste une hypothèse et elle pourra toujours être remise en cause default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Dans une démarche de recherche scientifique, il ne faut jamais chercher à toujours avoir raison, il faut explorer toutes les possibilités.

Si un stratwarming apparaît en décembre, tant pis, ma théorie sera fausse (par comparaison avec les hivers 1988/1989 et 1999/2000).

Mais bon, les paramètres ne sont pas strictement identiques entre ce qui est prévu pour cet hiver et les deux hivers que j'ai étudié ... peut-être maladroit de ma part.

Très intéressante analyse oui, même elle risque de jeter un coup de froid à tous les hivernophiles qui passeront par là. ermm.gif

Cela dit, "retour du zonal" certes, mais c'est un zonal humide tel qu'on l'entend, nous apportant beaucoup de pluies et d'agitation ? Tu cites l'hiver 1988/1989 par exemple, mais celui-ci avait été très sec partout, une catastrophe en plaine ET en montagne. D'ailleurs je crois que même pour l'hiver 2000, il n'y a eu que décembre 1999 de vraiment agité (et quelle agitation !), janvier 2000 fut bien calme et février pas très marquant je crois.

En tout cas, vu les précipitations catastrophiques de cette année 2011 sur une majeure partie du pays, de nombreuses pluies ne seraient pas de refus pour cet hiver. Ça me manque bien, une petite tempête tiens. crying.gif

J'évoquais surtout que le vortex polaire troposphérique serait alors très concentré dans une telle situation

Ca peut donner plusieurs possibilités: zonal, blocage continental, AS (toujours probable).

Une simple question Cirus sur ces analyses intéressantes.

As-tu comparé d'autres années semblables en plus des hivers 1988/1989 et 1999/2000 ?? Si oui lesquels ??

Williams

Bravo pour ton analyse Cirus, comme Williams j'aimerai bien que tu analyse cela sur plus d'années, la stratosphère et la troposphère reste des paramètres très complexe et je pense qu'il faut voir ça sur des époques différente du réchauffement climatique au petit âge glaciaire, les données viennent a manquer je pense.

Désolé, les hivers 1988/1989 et 1999/2000 sont les seuls que j'ai comparé pour l'instant et où j'ai trouvé des paramètres strictement similaires.

Il faudrait que je continue sur ma lancée et je vais certainement le faire.

c'est une bonne analyse mais j'y mettrais beaucoup de réserve. Déjà les hivers de 1988/1989 et 1999/2000 sont hors course.

La forte hausse de l'activité du 20eme siècle a provoqué la montée en puissance et la déviation du jet vers les Pôles à la fin des années 80 et 90. Depuis, après ce profond cycle solaire 23 et 24, les jets ont été déplacé vers l'équateur et c'est pas cette année 2011 qui dira le contraire. Vortex polaire concentré ou pas, les jets continuent à être dévié vers l'équateur et ca continue bien en novembre. Nous avons pas une situation digne des années 80 ou 90 c'est à dire un véritable flux zonal d'une puissance phénoménal circulant d'ouest en est ( centre atlantique/Russie) avec des tempêtes creuses circulant sur les iles Britannique. Nous avons abandonné totalement cette situation à fort flux zonal.

A présent, ce sont les HP qui prennent le relais, soit on un blocage nord atlantique sous forme d'ondulation ou type GA, soit des HP continental souvent issu de Russie ou proche de la Russie. Les dépressions circulent très au sud de l'atlantique ou sont déviés très au nord de l'Europe c'est exactement le schéma qui s'est passé en avril dernier lorsque le vortex polaire était hyper concentré et c'est le même scénario qui se repasse cet automne. N'oublions pas que cette situation s'est stoppée net de mai à aout où on renouait avec des blocages nordiques soudain et que ça pourrait très bien arrivé cet hiver ou n'importe quand. C'est bien beau de parler de stratosphère froide etc etc, mais les paramètres de la stratosphère/troposphère restera quelque chose de complexe et imprévisible

pour ma part cet hiver, je continue à croire qu'il y aura de nouveau blocages sur le nord atlantique soit des blocages de type continental souvent qui peuvent aboutir à des vagues de froid Russe costaud. Je verrais bien un blocage Russe de Grande ampleur en décembre ou janvier de type 2001 et vortex concentré ou pas

Je dénigre pas le fait qu'il existe un différentiel de SSN entre les deux hivers d'études et l'hiver qui arrive.

J'ai bien mis en valeur (couleur rouge dans ma série) que c'était le seul paramètre strictement incomparable.

Le couple tropo-stratosphère n'est pas imprévisible (jusqu'à une échéance raisonnable bien sûr) à très grande échelle (si tu restes à l'échelle suprasynoptique).

Par contre, si tu passes à l'échelle synoptique (ou plus petit qui sait...) en t'appuyant sur la stratosphère, là oui, c'est imprévisible.

Pas mal de mécanismes à l'intérieur de ce couplage sont connus.

Quant à prévoir un ou plusieurs SSW sur l'hiver entier, personne sait le faire. Je m'y risque un petit peu mais dans l'absolu, il ne faut pas le faire.

Au delà de tout ça, j'aimerais savoir où ou comment tu sais qu'une faible activité solaire fait rejeté le jet vers les basses latitudes.

J'ai beau chercher sur internet, je ne trouve aucune étude scientifique là-dessus.

Si tu pouvais me passer un lien menant vers une étude scientifique, ça serait super sympa.

Merci d'avance default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Merci à Cirus pour son anaylse. default_tongue_smilie.gif

En ce qui concerne les anomalies de ces deux hivers pour le détail:

Décembre 1988: +0.8°c

Janvier 1989: +0.2°c

Février 1989: +1.0°c

Anomalie Hiver 1988/1989: +0.7°c

Décembre 1999: +0.2°c

Janvier 2000: -0.2°c

Février 2000: +2.0°c

Anomalie Hiver 1999/2000: +0.7°c

Tous cela n'est pas pour montré qu'ils ont la même anomalie car si on regarde en détail rien qu'au niveau de la répartition des T° ils sont quand même pas tout à fait pareille mais ce sont des hivers assez doux sans excès.

Par contre Cirus je trouve un peu étrange que les périodes chaudes de la stratosphère se fasse en février pour ces deux hivers car stratosphère chaude est plus favorable à des synoptique AO-/NAO- contrairement à une stratosphère froide qui favorise le zonal.

Ai-je faux?

Tous sa pour en venir au faite que l'on a des périodes bien zonal en février 1989 et 2000.

De plus les SSW a cette époque n'ont pas tellement changé de synoptique. Ces hivers là ont été marqué presque que par le zonal.

Sinon pour en revenir au caractéristique de cette hiver.

La nina devrait être dans les même zone que 1989 et 2000.

Cependant nous sommes très loin des niveaux d'activité solaire de ces deux années ou nous étions en plein maximum des cycles 22 et 23.

En plein hiver, ce sont les SSW qui influencent particulièrement la troposphère (displacement event, splitting event...).

Qu'elle soit plus chaude que la normale ne change pas grand chose, ça n'influence pas plus que cela la troposphère.

Pour que la température moyenne stratosphérique joue un rôle sur la configuration supra synoptique dans la troposphère, il faut que cela soit durablement en-dessous ou au-dessus des normes.

Par exemple, pendant l'hiver 1999/2000, la stratosphère était durablement froide jusqu'à la mi-janvier, cela a permis de renforcer le vortex polaire stratosphérique et troposphérique par la même occasion.

Ca a provoqué une cyclogénèse importante au-dessus de l'Atlantique ce qui a donné ce que nous savons: Lothar, Martin, Anatole en décembre 1999.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Buhl-lorraine, Moselle ( 260 m )

Merci à tous default_tongue_smilie.gif

Peut-être qu'un stratwarming apparaîtra en décembre, c'est tout à fait possible.

Une hypothèse reste une hypothèse et elle pourra toujours être remise en cause default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

Dans une démarche de recherche scientifique, il ne faut jamais chercher à toujours avoir raison, il faut explorer toutes les possibilités.

Si un stratwarming apparaît en décembre, tant pis, ma théorie sera fausse (par comparaison avec les hivers 1988/1989 et 1999/2000).

Mais bon, les paramètres ne sont pas strictement identiques entre ce qui est prévu pour cet hiver et les deux hivers que j'ai étudié ... peut-être maladroit de ma part.

J'évoquais surtout que le vortex polaire troposphérique serait alors très concentré dans une telle situation

Ca peut donner plusieurs possibilités: zonal, blocage continental, AS (toujours probable).

Désolé, les hivers 1988/1989 et 1999/2000 sont les seuls que j'ai comparé pour l'instant et où j'ai trouvé des paramètres strictement similaires.

Il faudrait que je continue sur ma lancée et je vais certainement le faire.

Je dénigre pas le fait qu'il existe un différentiel de SSN entre les deux hivers d'études et l'hiver qui arrive.

J'ai bien mis en valeur (couleur rouge dans ma série) que c'était le seul paramètre strictement incomparable.

Le couple tropo-stratosphère n'est pas imprévisible (jusqu'à une échéance raisonnable bien sûr) à très grande échelle (si tu restes à l'échelle suprasynoptique).

Par contre, si tu passes à l'échelle synoptique (ou plus petit qui sait...) en t'appuyant sur la stratosphère, là oui, c'est imprévisible.

Pas mal de mécanismes à l'intérieur de ce couplage sont connus.

Quant à prévoir un ou plusieurs SSW sur l'hiver entier, personne sait le faire. Je m'y risque un petit peu mais dans l'absolu, il ne faut pas le faire.

Au delà de tout ça, j'aimerais savoir où ou comment tu sais qu'une faible activité solaire fait rejeté le jet vers les basses latitudes.

J'ai beau chercher sur internet, je ne trouve aucune étude scientifique là-dessus.

Si tu pouvais me passer un lien menant vers une étude scientifique, ça serait super sympa.

Merci d'avance default_smile.png/emoticons/smile@2x.png 2x" width="20" height="20">

En plein hiver, ce sont les SSW qui influencent particulièrement la troposphère (displacement event, splitting event...).

Qu'elle soit plus chaude que la normale ne change pas grand chose, ça n'influence pas plus que cela la troposphère.

Pour que la température moyenne stratosphérique joue un rôle sur la configuration supra synoptique dans la troposphère, il faut que cela soit durablement en-dessous ou au-dessus des normes.

Par exemple, pendant l'hiver 1999/2000, la stratosphère était durablement froide jusqu'à la mi-janvier, cela a permis de renforcer le vortex polaire stratosphérique et troposphérique par la même occasion.

Ca a provoqué une cyclogénèse importante au-dessus de l'Atlantique ce qui a donné ce que nous savons: Lothar, Martin, Anatole en décembre 1999.

suffisait de demander:

http://translate.googleusercontent.com/translate_c?ie=UTF8&rurl=translate.google.fr&sl=en&tl=fr&twu=1&u=http://www.irishweatheronline.com/news/environment/climate-news/wilde-weather/feature-how-the-sun-could-control-earths-temperature/290.html&usg=ALkJrhiBGIk0k7BUdToJzWktH2vdJMnH6A

ca risque de t’intéresser

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Yainville, Seine-Maritime, Normandie

Malgré la récente augmentation de l'activité solaire qui montre que nous nous dirigeons vers un maximum solaire plutôt faible, l'activité reste faible en terme de rayonnement UV ce qui me laisse a penser que la situation pourrai progressivement de débloquer soit en fin de mois de Novembre ou vers mi décembre en tout cas c'est une possibilité que je n'écarte pas

anomnight.11.10.2011.gif

Ce type de SST en fer a cheval favorise les NAO-

nao5.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Attention quand même à ne pas comparer des situations très différentes.

L'automne 1988 et en particulier octobre/novembre, ont été froids, avec de nombreuses gelées en plaine, jusqu'à -5°C, sur plusieurs jours.

Cet année, c'est tout l'inverse.

En 88 la NAO était négative de septembre à novembre, inclus.

Cette année, elle est positive depuis septembre.

Je ne crois pas du tout à un hiver 89, cette année, au contraire.

Share this post


Link to post
Share on other sites

suffisait de demander:

http://translate.goo...JzWktH2vdJMnH6A

ca risque de t'intéresser

Merci Mike default_rolleyes.gif
Attention quand même à ne pas comparer des situations très différentes.

L'automne 1988 et en particulier octobre/novembre, ont été froids, avec de nombreuses gelées en plaine, jusqu'à -5°C, sur plusieurs jours.

Cet année, c'est tout l'inverse.

En 88 la NAO était négative de septembre à novembre, inclus.

Cette année, elle est positive depuis septembre.

Je ne crois pas du tout à un hiver 89, cette année, au contraire.

La théorie sur la compensation temporelle est remise au goût du jour?

C'est faire une vision vraiment trop simpliste des tendance saisonnières.

Si on veut aborder la théorie sur la compensation temporelle, il ne faut jamais d'approche à partir de statistiques.

Déjà une approche à partir des sciences physiques ou de la dynamique fluiditique, cela serait plus intéressant.

On pourra toujours faire des statistiques à partir de deux critères:

-un automne de tel type donnera un autre hiver par compensation

-un automne donnera le même hiver par récurrence.

En faisant de tels statistiques, on ne va pas chercher les raisons d'un changement de récurrence, malheureusement.

On ne va pas aux origines du problème.

Rien qu'à partir d'une telle théorie, les résultats demeureront toujours aléatoires, car il y aura toujours une certaine probabilité de chance pour qu'un critère apparaisse mais aussi pour que le deuxième critère apparaisse.

Tu penses que l'hiver sera plus froid par compensation avec l'automne doux que nous connaissons, ok ok, c'est toi qui voit. Mais je n'accorde aucun crédit à une telle théorie au sens plus chaud, ou plus froid que la normale.

Je dénigre pas qu'une partie de l'hiver sera plus froide que la normale, mais je me focalisais surtout pour le début d'hiver.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Create an account or sign in to comment

You need to be a member in order to leave a comment

Create an account

Sign up for a new account in our community. It's easy!

Register a new account

Sign in

Already have an account? Sign in here.

Sign In Now
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...