mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

Bonjour,

Je poste sur ce topic qui a l'air le plus approprié ...

Je reviens d'un séjour passé au bord du lac de Côme , Sud des Alpes , Italie à 45 km au nord de Milan .

J'ai été très surpris de la végétation très " méditerranéenne " rencontrée dans la région centrale de ce lac (Tremezzo, Bellagio, Varenna) , celle - ci dans ce petit coin magnifique , est luxuriante: Palmiers, cyprès , pins parasols et surtout des champs d'oliviers ! Une huile d'olive étant même produite à moyenne échelle par des producteurs locaux ...

J'ai regardé les données météo dispo pour Côme et la moyenne annuelle est de 12,6°C. mais cette ville est au bout du lac et la végétation ne présente pas les influences citées plus haut...

Alors bien sur vous allez me dire que ce n'est pas le climat méditerranéen ... Certes, mais est il possible que ce petit coin Italien soit baigné par un climat sub- tropical humide comme le vante certains sites de voyages ?!

Merci de m'éclairer !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Gaël13   

Bonjour,

Je poste sur ce topic qui a l'air le plus approprié ...

Je reviens d'un séjour passé au bord du lac de Côme , Sud des Alpes , Italie à 45 km au nord de Milan .

J'ai été très surpris de la végétation très " méditerranéenne " rencontrée dans la région centrale de ce lac (Tremezzo, Bellagio, Varenna) , celle - ci dans ce petit coin magnifique , est luxuriante: Palmiers, cyprès , pins parasols et surtout des champs d'oliviers ! Une huile d'olive étant même produite à moyenne échelle par des producteurs locaux ...

J'ai regardé les données météo dispo pour Côme et la moyenne annuelle est de 12,6°C. mais cette ville est au bout du lac et la végétation ne présente pas les influences citées plus haut...

Alors bien sur vous allez me dire que ce n'est pas le climat méditerranéen ... Certes, mais est il possible que ce petit coin Italien soit baigné par un climat sub- tropical humide comme le vante certains sites de voyages ?!

Merci de m'éclairer !

Toute la végétation que tu cites n'est pas spontanée mais introduite par l'homme, donc en aucun cas on ne peut en déduire une quelconque appartenance à un climat spécifique. Après, parler de climat "sub-tropical humide" je ne pense pas .. je dirais davantage subcontinental chaud et très humide avec des étés chauds et hivers relativement froid.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Elevée ... par rapport à ?

Le plus simple serait de comparer 2 stations explicitement, car la zone méditerranéenne n'est pas non plus une zone homogène qui obéit à des règles forcément simples.

Je trouve personnellement qu'on ne parle jamais des îles méditerrannéennes lorsqu'on parle du climat méditerranéen. Alors que ce sont peut-être les mieux placées pour parler de climat méditerranéen. Dès qu'on se rapproche des massifs périphériques, forcément que la continentalité augmente.

Je voulais dire que le spectre des valeurs de continentalité des régions méditerranéennes pouvait être assez étendu. Et en effet, s'agissant des îles ou des caps méditerranéens (que je considère tout comme toi comme étant les zones les plus représentatives du climat méditerranéen), l'indice de continentalité est assez faible et "digne" de certaines régions maritimes (Gibraltar 0.30, Bonifacio 0.28, etc...). Cependant, force est de constater que certaines régions méditerranéennes situées à la limite du domaine méditerranéen (comme par ex à Balikesir en Turquie - à une centaine de km à l'est des côtes méditerranéennes) ont des indices de continentalité de 0.45. Or de telles valeurs se retrouvent sans problème dans des régions au climat continental déjà assez affirmé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Bonjour,

Je poste sur ce topic qui a l'air le plus approprié ...

Je reviens d'un séjour passé au bord du lac de Côme , Sud des Alpes , Italie à 45 km au nord de Milan .

J'ai été très surpris de la végétation très " méditerranéenne " rencontrée dans la région centrale de ce lac (Tremezzo, Bellagio, Varenna) , celle - ci dans ce petit coin magnifique , est luxuriante: Palmiers, cyprès , pins parasols et surtout des champs d'oliviers ! Une huile d'olive étant même produite à moyenne échelle par des producteurs locaux ...

J'ai regardé les données météo dispo pour Côme et la moyenne annuelle est de 12,6°C. mais cette ville est au bout du lac et la végétation ne présente pas les influences citées plus haut...

Alors bien sur vous allez me dire que ce n'est pas le climat méditerranéen ... Certes, mais est il possible que ce petit coin Italien soit baigné par un climat sub- tropical humide comme le vante certains sites de voyages ?!

Merci de m'éclairer !

Toute la végétation que tu cites n'est pas spontanée mais introduite par l'homme, donc en aucun cas on ne peut en déduire une quelconque appartenance à un climat spécifique. Après, parler de climat "sub-tropical humide" je ne pense pas .. je dirais davantage subcontinental chaud et très humide avec des étés chauds et hivers relativement froid.

Bonjour à tous,

J'aurais pas mal tendance à faire la même réponse que celle de Gaël.

Cependant, ta remarque est très pertinente, Thierry, en ce sens qu'effectivement, l'environnement de ces lacs (Côme, lac Majeur, lac de Garde) a tendance à "transformer" le climat, en l'adoucissant nettement l'hiver, tout en augmentant sensiblement les quantités de précipitations.

Alors en effet, ces villes lacustres ont un climat dont la "méditerranéité" et la "subtropicalité" ont tendance à augmenter : la Tm de janvier dépasse souvent les +3°C, et la Tm de juillet avoisine ou dépasse également les 22°C. Bref, du point de vue thermique, les critères méditerranéens y sont atteints, contrairement aux régions plus au sud dans la plaine du Pô (celles-ci ayant un climat "continental" ou "semi-continental" ou "subcontinental"). Néanmoins, les précipitations (notamment en été) y sont beaucoup trop copieuses, si bien que le climat de ces régions lacustres ne peut pas être méditerranéen.

Quant au côté "subtropical", il est vrai qu'on se rapproche (valeurs comprises entre 9000 et 9500, alors que Milan n'atteint "que" 7746) du seuil de la subtropicalité (11000), sans toutefois l'atteindre (voir la carte ci-dessous). Mais le fait d'en être si près permet effectivement de faire pousser (mais donc non-naturellement) des plantes méditerranéennes ou même subtropicales lorsque ces dernières sont bien exposées ou protégées).

subtropitaliebalkans.jpg

Bref, je parlerais d'un climat semi-continental humide à été chaud, ce qui est tout proche de l'appellation formulée par Gaël.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour moi, le Nord de l'Italie a un climat très similaire a celui de Lyon, il possède une saison de végétation moyenne (6-7 mois) et 12-13°C de température annuel donc tempéré moyen. Il est bien entendu subcontinental, l'indice de continentalité (ma formule) atteint 39 a Milan, 38 a Turin et 34 a Firenze. Enfin, c'est un climat plutôt humide et sans période de sécheresse. Cela donne donc B1r'c.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour vos réponses

Ce qui est vraiment surprenant c'est le côté très local de cet îlot de douceur après des km de climat montagnard , un vrai micro climat quoi !

Mais pourquoi ce phénomène ne se retrouve pas au bord des lacs d'Annecy ou d'Aix les bains par exemple? Ceux- ci étant situés à la même latitude que Côme ou Lugano ... Moins protégés des vents du Nord?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
crabo   

Merci pour vos réponses

Ce qui est vraiment surprenant c'est le côté très local de cet îlot de douceur après des km de climat montagnard , un vrai micro climat quoi !

Mais pourquoi ce phénomène ne se retrouve pas au bord des lacs d'Annecy ou d'Aix les bains par exemple? Ceux- ci étant situés à la même latitude que Côme ou Lugano ... Moins protégés des vents du Nord?

Bonsoir,

Personnellement, je pense qu'il est beaucoup question d'altitude, le lac d'Annecy se situant près de 300 mètres au dessus du lac de Côme. C'est significatif, et je pense que ça pèse sur les tm de 1-2°.

Ensuite, le relief semble aussi avoir son impact sur ces tm modérées. Propice aux fhns?

Enfin, ce secteur des alpes, s'ouvre sur une vaste plaine plus au sud puis vers la mediterrannee. J'ai l'impression qu'il y a quand même moins de barrières aux influences venues du sud, notamment en été.

En tous cas, beau score toujours, surtout l'été, à une latitude si élevée.

Sinon, concernant la végétation méditerranéenne, et le fait que la culture de l'olivier y soit possible, je suspecte un environnement favorable, lié à l'exposition et à la nature des sols. Bref à certains facteurs assez indépendant du climat. C'est pour ça que je trouve que la végétation peut "trahir" sur l'interprétation du climat. D'autres facteurs pouvant venir parasiter un peu la vue.

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Bonsoir,

Personnellement, je pense qu'il est beaucoup question d'altitude, le lac d'Annecy se situant près de 300 mètres au dessus du lac de Côme. C'est significatif, et je pense que ça pèse sur les tm de 1-2°.

Ensuite, le relief semble aussi avoir son impact sur ces tm modérées. Propice aux fhns?

Enfin, ce secteur des alpes, s'ouvre sur une vaste plaine plus au sud puis vers la mediterrannee. J'ai l'impression qu'il y a quand même moins de barrières aux influences venues du sud, notamment en été.

En tous cas, beau score toujours, surtout l'été, à une latitude si élevée.

Sinon, concernant la végétation méditerranéenne, et le fait que la culture de l'olivier y soit possible, je suspecte un environnement favorable, lié à l'exposition et à la nature des sols. Bref à certains facteurs assez indépendant du climat. C'est pour ça que je trouve que la végétation peut "trahir" sur l'interprétation du climat. D'autres facteurs pouvant venir parasiter un peu la vue.

Crabo

Très sincèrement, et sans vouloir aucunement te contredire pour le plaisir, je pense que tu fais fausse route. En effet, je pense que tu négliges beaucoup trop l'impact climatique très net dans le fait que les oliviers peuvent pousser au lac de Côme. La nature du sol n'a, à mon avis, que très, très peu à voir ici.

Il me paraît évident que la position et la situation géographique de ces lacs italiens expliquent clairement le phénomène. Les villes situées au bord de ces lacs sont :

- sur la face sud des Alpes

- protégées des incursions d'air polaire maritime qui arrivent de l'ouest ou du nord-ouest, voire du nord

- protégées des incursions d'air polaire continental (lors des vagues de froid) en provenance de l'est ou du nord-est.

- laisse le champ libre aux incursions du vent de sud.

Par comparaison : les lacs d'Annecy ou du Bourget sont situés dans le prolongement du couloir nord-est/sud-ouest dont font partie le lac Léman, les lacs de Neuchâtel et Bienne, et le lac de Constance. Cela signifie que ces lacs savoyards sont beaucoup moins protégés des incursions en provenance du nord ou du nord-est.

Au Bourget du Lac (situé à la même altitude que le lac de Côme), la Tm de janvier atteint 1.5°C, et celle de juillet 20°C, ce qui est bien moins chaud que les valeurs italiennes.

Par ailleurs, si les oliviers sont capables de pousser à Côme, c'est simplement parce que la Tm de janvier dépasse les 3°C nécessaires, et que les -15°C s.y sont jamais atteints. C'est donc bien un critère purement climatique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
crabo   

Très sincèrement, et sans vouloir aucunement te contredire pour le plaisir, je pense que tu fais fausse route. En effet, je pense que tu négliges beaucoup trop l'impact climatique très net dans le fait que les oliviers peuvent pousser au lac de Côme. La nature du sol n'a, à mon avis, que très, très peu à voir ici.

Il me paraît évident que la position et la situation géographique de ces lacs italiens expliquent clairement le phénomène. Les villes situées au bord de ces lacs sont :

- sur la face sud des Alpes

- protégées des incursions d'air polaire maritime qui arrivent de l'ouest ou du nord-ouest, voire du nord

- protégées des incursions d'air polaire continental (lors des vagues de froid) en provenance de l'est ou du nord-est.

- laisse le champ libre aux incursions du vent de sud.

Par comparaison : les lacs d'Annecy ou du Bourget sont situés dans le prolongement du couloir nord-est/sud-ouest dont font partie le lac Léman, les lacs de Neuchâtel et Bienne, et le lac de Constance. Cela signifie que ces lacs savoyards sont beaucoup moins protégés des incursions en provenance du nord ou du nord-est.

Au Bourget du Lac (situé à la même altitude que le lac de Côme), la Tm de janvier atteint 1.5°C, et celle de juillet 20°C, ce qui est bien moins chaud que les valeurs italiennes.

Par ailleurs, si les oliviers sont capables de pousser à Côme, c'est simplement parce que la Tm de janvier dépasse les 3°C nécessaires, et que les -15°C s.y sont jamais atteints. C'est donc bien un critère purement climatique.[/

Hello,

Je suis assez d'accord avec l'ensemble de ton post, car c'est ce que j'exprimais avant en parlant du relief et de son orientation vers le sud, plus ouvert.

En revanche, concernant la culture de l'olivier, il est évident, même sur et certain, que les traits purement climatiques ne sont pas les seuls à intervenir. Pourquoi?

Parce que tu occulte un critère fondamental dans la bonne survivance de l'olivier, qui est simplement, le cumul pluviométrique estival. Celui-ci ne doit pas être trop élevé, car cela pourrait impliquer un risque d'asphyxie racinaire, si ses racines se retrouvaient fortement imbibées d'eau. Hors avec 80mm qui tombent au mois le plus sec de l'été, et avec près de 400mm sur l'ensemble des quatre mois les plus chauds la région reçoit beaucoup trop d'eau en cette période. Je rappelle que la plante nécessite un cumul qui ne doit pas excéder 200 mm durant cette période. Donc, si on s'en tient aux critères purement climatiques, l'olivier ne peut subsister. Pourtant, il y a bel et bien des oliveraies autour du lac de come.

Donc c'est bien la preuve qu'il y a un autre facteur que le climat qui est à chercher. En effet, d'un point de vue géologique, les sols sont majoritairement calcaires dans la région, ou calcaire dolomique. Ces sols empêchent l'eau de stagner au niveau des racines, et évitent cette asphyxie. Des sols perméables qui viennent compenser ce cumul d'eau trop important pour l'olivier. En gros, les conditions méditerranéennes sont restituées, et cela permet l'expansion de ce type de culture. Et comme dans le plantaurel, ces sols filtrant permettent l'implantation de ce genre de végétation d'affinité méditerranéenne, et permettent aussi la culture de l'olivier, car elle va de pair avec un été quand même bien chaud.

C'est précisément pour ça que je ne peux me résoudre à considérer le couvert végétal comme le témoin le plus fiable du climat de ces zones particulières.

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
thib91   

Oui ces secteurs ont des micro-climats remarquables, l'influence lacustre est indéniables avec 27 jours de gel à Lugano ou 30 à Locarno c'est très peu, tandis que Magadino Cadezanno à 5 km à vol d'oiseau de Locarno enregistre 94 jours de gel à l'année avec des tnm en hiver bien froide (entre -2 et -3°) http://www.meteosuisse.admin.ch/files/kd/climsheet/fr/MAG_norm8110.pdf

Au delà de l'influence lacustre, le secteur présente des caractérisitques micor-climatiques étonnament douces et difficiles à expliquer :

Grono station située dans le Grison Suisse à 380m d'altitude et très loin des influences lacustres https://maps.google.fr/maps?q=Grono&sll=46.23265,9.1775101&sspn=0.0911993,0.1757955&t=m&hnear=Grono,+Grisons,+Suisse&z=12 ne compte en moyenne que 37 jours de gel par an et un niveau de température minimale annuel supérieur à celui de Rennes (8,4° contre 7,9). http://www.meteosuisse.admin.ch/files/kd/climsheet/fr/GRO_norm8110.pdf.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Citation
Pour moi, le Nord de l'Italie a un climat très similaire a celui de Lyon, il possède une saison de végétation moyenne (6-7 mois) et 12-13°C de température annuel donc tempéré moyen.

Y'a quand même une grosse différence entre la plaine du Pô et le centre-est: l'hygrométrie. A Milan ou Turin les variations d'hygrométrie sont énormes, on y trouve souvent une moiteur estivale inconnue à Lyon, et à contrario l'effet de foehn à grande échelle par flux de nord ou nord-ouest engendre des HR tellement basses qu'elles ne sont mêmes plus mesurées par la météo italienne.

 

#119. Hobart.

Nouvelle mise à jour Australienne avec la plus grande ville de Tasmanie: Hobart. Nous sommes à 1790kms de Brisbane et 2450kms d'Alice Springs.

94975_map0.jpg

 

La station est située sur l'aéroport, à 15kms du centre ville et 2500m de l'océan. Des collines d'environ 300m se dressent entre la ville et l'aéroport, c'est une station parfaitement implantée et completement coupée de l'ICU. Hobart est sous le vent de montagnes modestes plus à l'ouest: le Mt Wellington, 22kms à l'OSO, domine la ville d'environ 1200m.

94975_map1.jpg

 

Vue vers le nord-ouest:

94975_map2.jpg

 

94975_Hobart_A_v7_30.png

 

C'est ce que j’appellerais un climat océanique "d'abri": dans un flux d'ouest dominant (on est sur les "quarantièmes rugissants" des mers australes), les petite montagnes abritant Hobart lui donnent des conditions souvent foehnées. C'est visible sur les statistiques d'hygrométrie - faible pour un climat maritime - et les RR modestes qui sont même un peu juste en été. On avait déjà vu un effet similaire à Punta Arenas au Chili.

 

C'est un climat qui est la plupart du temps sans excès, les stats horaires ne montrent pas grand chose de marquant. On constate que les brises estivales sont quand même bien sensibles dans les après midis. A contrario le vent synoptique prends le pas en hiver: même si le vent moyen connait toujours un maximum dans l'après midi la différence avec la nuit est bien moins marquée. On peut remarquer aussi que les HR restent assez basses même en hiver: en moyenne 80% durant les heures les plus froides, c'est vraiment pas beaucoup pour une station tempérée si maritime et si peu urbanisée.

 

94975_Hobart_B_v7_30.png

 

EDIT 21/10/2015: ajout des roses des vents

94975_Hobart_C_v7_30.png

94975_Hobart_D_v7_30.png

 

 

En hiver de faibles gelées sont possibles mais pas systématiques: certaines années ne connaissent aucun gel. Le temps est changeant mais ne connait pas de grosses variations thermiques. Les pluies, poussées pas un fort courant d'ouest, ne s'attardent rarement plus de quelques heures:

94975_JUN_AUG03.png

 

 

Au printemps les premières chaleurs apparaissent en octobre... on remarque que les coups de chaud sont brefs:

94975_SEP_NOV11.png

 

 

Confirmation de la brièveté des coups de chaleur sur ces mois d'étés, avec comme exemple la saison 2007-2008.

L'hygrométrie reste basse, le Td dépasse rarement 18°c. Les advections chaudes du continent, qui peuvent donner ici du 40°c, sont caractérisées par une chaleur sèche typique des conditions de foehn.

94975_DEC07_FEB08.png

 

 

Voilà pour aujourd'hui... Hobart manque un peu de chaleur estivale à mon gout mais semble avoir un climat souvent très agréable toute l'année - l'ensoleillement y est très correct avec presque 2400h annuelles.

 

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Hello,

Je suis assez d'accord avec l'ensemble de ton post, car c'est ce que j'exprimais avant en parlant du relief et de son orientation vers le sud, plus ouvert.

En revanche, concernant la culture de l'olivier, il est évident, même sur et certain, que les traits purement climatiques ne sont pas les seuls à intervenir. Pourquoi?

Parce que tu occulte un critère fondamental dans la bonne survivance de l'olivier, qui est simplement, le cumul pluviométrique estival. Celui-ci ne doit pas être trop élevé, car cela pourrait impliquer un risque d'asphyxie racinaire, si ses racines se retrouvaient fortement imbibées d'eau. Hors avec 80mm qui tombent au mois le plus sec de l'été, et avec près de 400mm sur l'ensemble des quatre mois les plus chauds la région reçoit beaucoup trop d'eau en cette période. Je rappelle que la plante nécessite un cumul qui ne doit pas excéder 200 mm durant cette période. Donc, si on s'en tient aux critères purement climatiques, l'olivier ne peut subsister. Pourtant, il y a bel et bien des oliveraies autour du lac de come.

Donc c'est bien la preuve qu'il y a un autre facteur que le climat qui est à chercher. En effet, d'un point de vue géologique, les sols sont majoritairement calcaires dans la région, ou calcaire dolomique. Ces sols empêchent l'eau de stagner au niveau des racines, et évitent cette asphyxie. Des sols perméables qui viennent compenser ce cumul d'eau trop important pour l'olivier. En gros, les conditions méditerranéennes sont restituées, et cela permet l'expansion de ce type de culture. Et comme dans le plantaurel, ces sols filtrant permettent l'implantation de ce genre de végétation d'affinité méditerranéenne, et permettent aussi la culture de l'olivier, car elle va de pair avec un été quand même bien chaud.

C'est précisément pour ça que je ne peux me résoudre à considérer le couvert végétal comme le témoin le plus fiable du climat de ces zones particulières.

Crabo

Salut Crabo,

Tu as raison, je suis entièrement d'accord avec ce que tu écris là.

Je rajouterai également que le relief doit jouer ce rôle "asséchant", en ce sens que l'eau du sol doit plus facilement ruisseler. Qu'en dis-tu ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Un climat très particulier et complexe a catégoriser. J'ai a peu près les résultats suivants:

-12 a 13°C de TA, 9 mois>10°C soit tempéré moyen quasi tempéré chaud.

-Un indice de continentalité de 16 soit hyper-océanique mais néanmoins très différent de l'Irlande par exemple notamment dans les coups de chaleur.

-L'hygrométrie est faible et l'insolation est élevée pour un climat océanique: l'ETP atteint pas moins de 812mm soit un indice d'humidité de -10, il s’agit d'un climat steppique subxérique.

Ce qui donne B'1da'.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
crabo   

Salut Crabo,

Tu as raison, je suis entièrement d'accord avec ce que tu écris là.

Je rajouterai également que le relief doit jouer ce rôle "asséchant", en ce sens que l'eau du sol doit plus facilement ruisseler. Qu'en dis-tu ?

Oui, c'est quand même escarpé par la-bas.

L'eau ne doit pas stagner longtemps.

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#119. Hobart.

C'est ce que j’appellerais un climat océanique "d'abri": dans un flux d'ouest dominant (on est sur les "quarantièmes rugissants" des mers australes), les petite montagnes abritant Hobart lui donnent des conditions souvent foehnées. C'est visible sur les statistiques d'hygrométrie - faible pour un climat maritime - et les RR modestes qui sont même un peu juste en été. On avait déjà vu un effet similaire à /topic/67917-climats-du-monde/page__view__findpost__p__1888894'>Punta Arenas au Chili.

Un climat très particulier et complexe a catégoriser. J'ai a peu près les résultats suivants:

-12 a 13°C de TA, 9 mois>10°C soit tempéré moyen quasi tempéré chaud.

-Un indice de continentalité de 16 soit hyper-océanique mais néanmoins très différent de l'Irlande par exemple notamment dans les coups de chaleur.

-L'hygrométrie est faible et l'insolation est élevée pour un climat océanique: l'ETP atteint pas moins de 812mm soit un indice d'humidité de -10, il s’agit d'un climat steppique subxérique.

Ce qui donne B'1da'.

Salut à tous,

Effectivement, Hobart a un climat assez particulier, cette particularité résultant surtout de la subsidence (ou le foehn) induite par le relief.

À noter d'ailleurs que si l'aéroport de Hobart dénombre aussi peu que 499 mm de précipitations (période 1958-2014, source : Australian Bureau of Meteorology), et même seulement (ces dernières années ont donc visiblement été vraiment sèches) 447 mm (période 2000-2014), la station de la ville de Hobart reçoit en moyenne 615 mm, soit 23% de plus qu'a l'aéroport !

Voici ce que donnent mes indices hydriques pour la station de l'aéroport de Hobart :

- Ihe (estival) : +7 (étés plutôt humides, mais des périodes de sécheresse écologique ne doivent pas être si rares)

- IhA (annuel) : 24 (végétation adaptée à un climat subxérique, tout près de la limite subhumide).

Le régime pluviométrique est, malgré la subsidence marquée, de type maritime (océanique). Par ailleurs, l'indice de continentalité est bien faible (0.18 ; par comparaison, celui de Brest (France) vaut également 0.18).

Bref, nous avons à faire à un climat tempéré océanique subxérique.

En revanche, je ne dirais surtout pas qu'il s'agit d'un climat steppique, pour la raison suivante : le biome naturel de cette région n'est pas la steppe, mais bien la forêt tempérée caducifoliée.

Néanmoins, la fiche suivante parle d'un mélange de forêt tempérée caduc et de forêt xérophile. Ce côté xérophile est en fait dû à la présence régulière des feux de forêt générés par les Aborigènes depuis 38000 ans.

http://www.eoearth.org/view/article/156420/

Mais sans l'assèchement artificiel du biome (à cause de ces feux puis de la présence des Européens qui n'ont rien fait pour arranger les choses...), nous aurions une forêt tempérée "classique".

La steppe se retrouve surtout dans des climats plus secs encore (elle correspond apparemment très bien avec la limite IhA = 0), climats dont les températures hivernales sont suffisamment basses.

Voici les précipitations moyennes annuelles en Tasmanie :

m-ilw_quantity_rainfall-l.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

En effet, le terme steppique n'est pas adapté pour cette station, j'aurais plutôt parler de foret sèche ou de savane( sachant que la savane finit toujours par devenir une foret sèche sans dégradation humaine).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

En effet, le terme steppique n'est pas adapté pour cette station, j'aurais plutôt parler de foret sèche ou de savane( sachant que la savane finit toujours par devenir une foret sèche sans dégradation humaine).

De savane ? est-ce que tu penses que ce terme correspond vraiment à un climat tempéré océanique "d'abri", dont la Tm annuelle n'est que de 12-13°C...?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#120. Wallis

 

L'ile de Wallis fait partie de la Collectivité d'Outre Mer (COM) Française de Wallis et Futuna. C'est un confetti d'environ 15kms sur 5kms, à 16000kms de Paris et donc quasiment ignoré des métropolitains.

Localisation grossière, à 2090kms de Nouméa et 3550kms de Brisbane:

91753_map0.jpg

 

La station météo est sur l'aéroport, dans le district de Hihifo. Pas de relief notable sur l'ile dont le point culminant est à 153m:

91753_map1.jpg

 

Vue vers le SSO:

91753_map2.jpg

 

91753_Wallis_A_v7_24.png

 

Encore quelques évolutions dans le traitement des données, avec 2 choses notables dans cette v5.04:

- J'ai abaissé un peu la plage d'utilisation du Heat Index afin de prendre en compte les atmosphères très humides dans la plage 23-25°c. Dorénavant l'Heat Index est utilisé dès qu'il dépasse la marque des 25 (et si le Td est supérieur à 16°c), qui correspond au seuil habituellement défini pour la chaleur. Dans le cas le plus extrême (100% d'humidité) cela correspond au couple T°/Td de 22.4°c/22.4°c. En conséquence j'utilise dorénavant le windchill en dessous de 22.4°c, contre 23°c auparavant.

- J'ai retravaillé certaines échelles colorimétriques: 05 et 95 centiles d'Humidité Relative avec des changements subtils, et surtout celle des vents calmes dont je n'ai jamais été satisfait.

Depuis une v5.05 à vu le jour (sur la fiche de Mohe remise à jour hier), mais sans changement visibles, juste la réécriture de quelques bouts de code VB.

Revenons à Wallis... c'est très humide et très monotone, Köppen classe ce climat sans surprises dans la case Af: équatorial. Aucun mois sec, même vaguement, et à peine 1°c d'amplitude thermique moyenne annuelle... c'est très faible.

 

Nous ne sommes cependant pas sur l'équateur mais à 13°S, ce rend possible la visite de cyclones tropicaux: j'en ai compté 3 depuis janvier 2000.

On distingue une saison un peu moins humide et plus ventée de juin à septembre: l'ile est alors sous l'influence des alizés de sud-est, un peu plus frais et secs, mais paradoxalement ça ne se ressent pas sur les tn car le vent justement les maintient à un niveau élevé.

J'ai noté une forte variabilité inter-annuelle: certaines périodes prolongées (plusieurs mois) sont franchement humides et fraiches, tandis que d'autres sont chaudes et relativement sèches... j'y vois l'influence de l'ENSO (El Niño).

 

Les tableaux horaires montrent un comportement typiquement insulaire de la t°: après une montée rapide en matinée elle reste sur un plateau en journée, puis le gros de la baisse se fait a nouveau en quelques heures en fin de journée.

91753_Wallis_B_v7_24.png

 

EDIT 06/10/2015: ajout des roses des vents, elles montrent bien la saison où les alizés soufflent le plus régulièrement, de juin à septembre.

91753_Wallis_C_v7_24.png

NB: ne pas trop tenir compte des stats de nébulosité nocturne, l'état du ciel n'y est reporté que de manière occasionnelle, généralement en cas de mauvais temps: la moyenne s'en trouve sur-estimée.

 

 

Voici une séquence de la saison des alizés 2011, avec 2 mois extrêmes: aout 2011 fut le plus arrosé depuis 2000, avec une lame d'eau de 124mm le 8, du niveau des extrêmes annuels typiques.

A contrario septembre fut le plus sec et le plus ensoleillé de tous les mois confondus depuis 2000, et autour du 23 une rare pause des alizés permit une nuit remarquablement fraiche (20.2°c).

91753_AUG_SEP11.png

 

 

Et voici 3 exemples de début d'année, la saison la plus humide et où l'alizé est la plus faible.

2009 est marqué par une ENSO que l'on peut qualifier de "neutre à faible Niña". Les pluies sont normales et les t° assez proches de la moyenne.

On remarque une bonne période en janvier où l'alizé est carrément inversé (du 4 au 16).

91753_JAN_FEB09_ENSO_neutre.png

 

 

2010: année à Niño. Températures chaudes (anomalie +0.6° en tx, +0.7°c en tn) et RR faibles (-43%). L'alizé reste en forme dans ces conditions.

91753_JAN_FEB10_Nino.png

 

 

2011: Année à Niña. Températures fraiches (tx -1.2°c, tn -1.1°c) et RR abondantes (+90%). La Niña apporte de longues périodes sans soleil, des pluies fréquentes et souvent fortes. L'Alizé est peu présent, souvent infléchi vers le NE voire le nord.

91753_JAN_FEB11_Nina.png

 

C'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
nicolass   

Merci pour cette nouvelle fiche !

Je suis surpris de la Tnn, 18.4°C en Août... C'est le seul mois où une Tn<20°C est reportée, et largement en plus... Qu'en penser ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Spring   

Merci pour ce nouveau climat mottoth. Il est à la fois très monotone et intéressant. Monotone car le temps est le même toute l'année, intéressant car il y a quand même des pluies violentes régulièrement.

En tout cas, ça doit être assez insupportable cette chaleur moite toute l'année. Le linge doit sécher très lentement.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Merci pour cette nouvelle fiche !

Je suis surpris de la Tnn, 18.4°C en Août... C'est le seul mois où une Tn<20°C est reportée, et largement en plus... Qu'en penser ?

Pendant ce que j'ai appelé la saison des alizés (juin-septembre) les alizés de sud-est advectent du sud des masses d'air plus séches et stables que le reste de l'année... c'est tout relatif bien sur puisque le Td ne passe jamais sous les 15°c et que les averses ne sont jamais absentes longtemps, mais quand le vent tombe dans ces conditions la tn peut descendre de façon très inhabituelle vers 20°c voire en dessous si le ciel est clair. Ce 18.4°c est étonnant mais il ne s'agit pas d'une erreur et a été atteint durant une nuit claire et exceptionnellement peu ventée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Alors, pour Wallis, on est typiquement dans le climat équatorial:

-27°C de BA( seuil de tropicalité: 24°C de BA et mois le plus froid>18°C) soit tropical.

-Indice de continentalité de 3 soit hyper-océanique.

-Aucune période sèche: axérique.

C'est a dire un climat tropical hyper-océanique et axérique qu'on pourrait qualifier d'équatorial (A' ra).

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Salut !

Effectivement, pour Wallis, un climat bien évidemment pleinement équatorial. Je n'ai pas calculé les indices... pas la peine ! Et en effet, un climat équatorial hyperocéanique (pas étonnant, compte-tenu de la position géographique !).

Je n'ai rien à rajouter... ah si, merci Mottoth pour ta fiche.

smile.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci, un tres beau climat pour moi (vivre en bermuda toute l'année c'est le pied), tres chaud toute l'année et tres lourd, le seul bemol c'est que c'est tres tres humide (mais chaud), presque 3000mm c'est enorme meme si c'est souvent de tres grosses gouttes qui tombent, sinon c'est incroyable la persistance de la moiteur (td rarement en dessous des 20°) toute l'année.devil.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.