mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

mottoth   

Non, il y a Lyon où le Td ne grimpe jamais haut: le Tdx est de seulement 21.6°c depuis le début de ce siècle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#145. Toulouse.

La situation de Toulouse est intéressante car elle est au carrefour des influences méditerranéennes et océaniques: le Lauragais, qui est une limite géographique où passe la ligne de partage des eaux entre les deux bassins, n'est à 55kms au sud-est, vers Castelnaudary.

La station est sur l'aéroport, elle est assez urbaine: le centre ville n'est qu'à 5kms à l'ESE, et de larges zones bétonnées se retrouvent de part et d'autre des pistes, dont l'immense complexe Airbus au sud-ouest. Même si le dégagement est bon, la station mériterais d'être installée plus à l'écart des zones construites: je l'aurais bien vu à l'extremité NO de l'aéroport, vers Cornebarrieu.

Toulouse est connue pour le vent d'autant, mais il n'est finalement pas le plus dominant: c'est le vent d'ouest, qui vers la méditerranée prend la dénomination de tramontane, qui domine. C'est conforme avec ce que l'on avait vu pour Perpignan, et l'alternance entre ces 2 vents majeurs engendre des vent moyens étonnamment forts pour une ville qui n'a rien de maritime: 14.1 km/h en moyenne annuelle, c'est plus que Paris ou même bien plus que Biarritz pourtant bien exposée aux tempêtes d'ouest.

Une des villes dont le climat océanique présente quelques accointances avec le climat méditerranéen. Mais bien qu'elle soit située en quelque sorte au carrefour des influences méditerranéennes et océaniques, c'est bien entendu le caractère océanique qui l'emporte le plus facilement, même si ces toutes dernières années se sont montrées presque méditerranéennes il faut le dire !

Je pense que le passage du Lauragais marque la frontière la plus occidentale possible du monde méditerranéen (que je situe pour ma part, comme vous le savez, aux alentours de Carcassonne).

Quant à l'effet urbain, il est assurément assez important, je suis bien d'accord, et les données (de températures) de cette station sont malheureusement sans doute un peu trop élevées (peut-être 0.5 à 1°C ?) par rapport au climat qui règne dans la campagne environnante. Par ailleurs, et c'est une véritable maladie française, les surfaces urbanisées s'accroissent de décennie en décennie (et c'est particulièrement vrai dans l'agglomération toulousaine), augmentant par conséquent, peu à peu, l'effet urbain induit.

Je ne disconviens pas du tout de la part sans doute majoritaire du réchauffement climatique réel en région toulousaine, mais celle de l'impact urbain ne saurait être négligée.

Le creux de RR de septembre ne se retrouve pas sur les normales 1981-2010 de MF, il est caractéristique des ces 15 dernières années mais semble n'être qu'un accident, une tendance temporaire, que j'ai retrouvé sur la plupart des fiches européennes que j'ai faites: les mois de septembre ont été très anticycloniques en Europe durant ces 15 dernières années. Mais je pense cette tendance finira bien par s'inverser/s'annuler tôt ou tard.

Là encore, je ne peux qu'approuver ce commentaire. Il suffit également de jeter un oeil aux données 1971-2000 pour s'apercevoir que la "régularité" (et les valeurs !) du régime pluvio est quasiment la même que celle de 1981-2010. Il apparaît donc évident - et c'est particulièrement vrai pour les données de précipitations - qu'une période de 15 années est bien trop courte pour évaluer un régime pluvio : les creux de février et de septembre (qui apparaissent pour le moment sur 2000-2014) n'en sont finalement pas (ou en tout cas très faible pour février).

Je pensais que juillet était le mois de l'année ou les influences mediterranéennes s'exprimaient le plus, mais pas tout à fait, car à en juger par cette douceur persistante en fin d'été, les influences médidionales semblent l'emporter sur les influences atlantiques plutôt sur un mois automnal. En effet, il semblerait d'ailleurs qu'octobre soit le seul mois à dominante méditerranéenne (le vent d'autan y souffle le plus par exemple)

Effectivement, crabo, le seul mois qui reçoive le plus d'influences méditerranéennes est bien le mois d'octobre : cela se voit en effet par la proportion de vent d'autan (par rapport aux vents d'ouest), et ce combiné à l'analyse de la fréquence des précipitations intenses (nombre de jours de RR > 0.1 ou 1 mm par rapport aux RR mensuelles).

Par conséquent, bien que je sois souvent enclin à me montrer très prudent vis-à-vis des modifications climatiques observées et observables, je dois reconnaître - et cela va plutôt conforter les propos de Thierry - que la fin de l'été et le début de l'automne auraient tendance à se "méditerranéiser" : on constate en effet qu'en plus du léger réchauffement du mois d'octobre, ce mois connaît de plus en plus de précipitations d'origine méditerranéenne. En revanche, je n'ai pas pas l'impression que l'été commence forcément de plus en lus tôt : l'effet visuel sur 2000-2014 est dû à la série de mois de juin exceptionnels. Après, on peut penser que ces mois de juin auront tendance à devenir la norme, mais je n'en suis pas certain, car je pense que l'océanicité est trop forte encore à cette période de l'année.

Pour résumer : fortes influences océaniques de novembre à juin, puis des influences anticycloniques (cellules subtropicale des Açores) assez marquées en juillet-août, pas mal d'influences méditerranéennes de septembre à novembre (de plus en plus tardives, donc), sans oublier l'impact d'un certain "substrat" continental léger en hiver et un peu plus marqué de mars à mai, puis de nouveau un peu plus faible de juin à août.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Ah Toulouse biggrin.png

Je pense que ce n'est pas la distance au centre-ville qui est très urbaine, mais le fait que la zone de l'aéroport est une grande zone industrielle, et que Toulouse c'est une ville bien étendue, tout simplement.

Pour les faibles maxima de Td : elle augmente dans les zones de convergence continentale. Et Toulouse n'est jamais en position de convergence continentale comme peut l'etre l'Aquitaine ou la région Centre. Ca rejoint l'axe typique des orages d'ailleurs.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
crabo   

Une des villes dont le climat océanique présente quelques accointances avec le climat méditerranéen. Mais bien qu'elle soit située en quelque sorte au carrefour des influences méditerranéennes et océaniques, c'est bien entendu le caractère océanique qui l'emporte le plus facilement, même si ces toutes dernières années se sont montrées presque méditerranéennes il faut le dire !

Je pense que le passage du Lauragais marque la frontière la plus occidentale possible du monde méditerranéen (que je situe pour ma part, comme vous le savez, aux alentours de Carcassonne).

Quant à l'effet urbain, il est assurément assez important, je suis bien d'accord, et les données (de températures) de cette station sont malheureusement sans doute un peu trop élevées (peut-être 0.5 à 1°C ?) par rapport au climat qui règne dans la campagne environnante. Par ailleurs, et c'est une véritable maladie française, les surfaces urbanisées s'accroissent de décennie en décennie (et c'est particulièrement vrai dans l'agglomération toulousaine), augmentant par conséquent, peu à peu, l'effet urbain induit.

Je ne disconviens pas du tout de la part sans doute majoritaire du réchauffement climatique réel en région toulousaine, mais celle de l'impact urbain ne saurait être négligée.

Là encore, je ne peux qu'approuver ce commentaire. Il suffit également de jeter un oeil aux données 1971-2000 pour s'apercevoir que la "régularité" (et les valeurs !) du régime pluvio est quasiment la même que celle de 1981-2010. Il apparaît donc évident - et c'est particulièrement vrai pour les données de précipitations - qu'une période de 15 années est bien trop courte pour évaluer un régime pluvio : les creux de février et de septembre (qui apparaissent pour le moment sur 2000-2014) n'en sont finalement pas (ou en tout cas très faible pour février).

Effectivement, crabo, le seul mois qui reçoive le plus d'influences méditerranéennes est bien le mois d'octobre : cela se voit en effet par la proportion de vent d'autan (par rapport aux vents d'ouest), et ce combiné à l'analyse de la fréquence des précipitations intenses (nombre de jours de RR > 0.1 ou 1 mm par rapport aux RR mensuelles).

Par conséquent, bien que je sois souvent enclin à me montrer très prudent vis-à-vis des modifications climatiques observées et observables, je dois reconnaître - et cela va plutôt conforter les propos de Thierry - que la fin de l'été et le début de l'automne auraient tendance à se "méditerranéiser" : on constate en effet qu'en plus du léger réchauffement du mois d'octobre, ce mois connaît de plus en plus de précipitations d'origine méditerranéenne. En revanche, je n'ai pas pas l'impression que l'été commence forcément de plus en lus tôt : l'effet visuel sur 2000-2014 est dû à la série de mois de juin exceptionnels. Après, on peut penser que ces mois de juin auront tendance à devenir la norme, mais je n'en suis pas certain, car je pense que l'océanicité est trop forte encore à cette période de l'année.

Pour résumer : fortes influences océaniques de novembre à juin, puis des influences anticycloniques (cellules subtropicale des Açores) assez marquées en juillet-août, pas mal d'influences méditerranéennes de septembre à novembre (de plus en plus tardives, donc), sans oublier l'impact d'un certain "substrat" continental léger en hiver et un peu plus marqué de mars à mai, puis de nouveau un peu plus faible de juin à août.

J'ajouterai qu'une troisième influence moins marquée en provenance du nord peut intervenir occasionnellement, notament en hiver et amener des tn assez basses.

Sinon concernant l'effet urbain, je me demandais si par jours d'autan fort celui-ci n'est pas plus impactant sur les T, car dans ces cas là, l'air arrivant sur la station, traverse d'abord une zone à forte concentration urbaine, de Castanet à Blagnac en passant par Toulouse. Il y a des chances que les T soient renforcées dans ces cas là, davantage qu'en cas de vent d'ouest soutenu, dont la provenance reste la campagne gersoise.

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Encore merci mottoth pour vos magnifiques fiches climatologiques.

Pour moi c'est surement le climat le plus intéressant de France, le plus étonnant à Toulouse se sont les Tx, par exemple la ville de Perpignan connait des Txm plus élevé que celles de Toulouse mais pourtant Toulouse l'emporte au niveau des Txxm, un cas encore plus étonnant serais Bordeaux qui connait (je pense) des Txx souvent plus élevé que dans le sud-Est, mais avec des Txm qui reste nettement plus basse que dans cette partie de la France.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   
Citation

Pour les faibles maxima de Td : elle augmente dans les zones de convergence continentale. Et Toulouse n'est jamais en position de convergence continentale comme peut l'etre l'Aquitaine ou la région Centre. Ca rejoint l'axe typique des orages d'ailleurs.

Interessant... cela explique donc aussi pourquoi le Td reste souvent bas à Lyon ? et pourquoi les orages nous évitent si souvent ?

 

Citation
Encore merci mottoth pour vos magnifiques fiches climatologiques.

Pour moi c'est surement le climat le plus intéressant de France, le plus étonnant à Toulouse se sont les Tx, par exemple la ville de Perpignan connait des Txm plus élevé que celles de Toulouse mais pourtant Toulouse l'emporte au niveau des Txxm, un cas encore plus étonnant serais Bordeaux qui connait (je pense) des Tx souvent plus élevé que dans le sud-Est, mais avec des Txm qui reste nettement plus basse que dans cette partie de la France.

Je ferais une fiche sur Bordeaux à l'avenir. Je pense terminer aujourd'hui ma première série Française avec Montelimar, une "commande" de bibi1526. Je suis consciens qu'il reste de gros trous dans la couverture des climats Français que j'ai fait ces dernières semaines, il y aura donc une deuxième série avec Bordeaux, Marseille, la Corse, le Centre, etc...

 

#146. Montelimar.

 

Comme tout habitant de Lyon moyen, Montélimar évoque pour moi deux choses:

- C'est la pause idéale pour le trajet autoroutier des vacances, puisqu'à mi-chemin entre Lyon et la méditerranée.

- C'est le début du "sud" selon les critères Lyonnais, notion vague qui varie selon les région (pour un marseillais la limite du "sud" doit se trouver vers Aix en Provence). On essayera de préciser ce que ça peut bien vouloir dire climatologiquement

07577_map0.jpg

 

La vallée du Rhône est plutôt orientée NNE/SSO à cette hauteur, et ça se retrouvera sur les vents dominants. La région est dominée par des collines, excepté vers l'est où se trouve une plaine de 20kms de long et de 150m d'altitude moyenne (qui surplombe donc un peu le Rhône qui est à 74m d'altitude).

07577_dem.jpg

 

La station est située sur la commune d'Ancone, dans le périmètre de l'aérodrome et juste à côté du fleuve. Le centre ville est à 3kms.

07577_map1.jpg

 

Vue vers le NNE, d'où vient le Mistral, ultra-dominant toute l'année:

07577_map2.jpg

 

07577_Montelimar_A_v7.35.png

NB: depuis mi-2016 plus aucune observation de nébulosité n'est reportée.

 

La question sous-jacente cachée derrière la définition "d'où commence le sud" c'est : où commence le climat / domaine méditerranéen, d'ailleurs est-ce que "climat" et "domaine" ont la même extension, etc...

Pour "domaine" je m'abstiendrais de répondre car je ne sais par vraiment ce que l'on veut définir par-là.

Pour le climat de Montélimar, je dirais que les influences Méditerranéennes se font nettement ressentir, et de plusieurs façons:

- bon ensoleillement, qu'il soit hivernal ou estival

- la chaleur estivale

- la présence d'un vent ultra dominant qui souffle vers la méditerranée, comme à Perpignan ou Nice.

- le maximum de RR en automne qui est la conséquence directe d'épisodes de pluies méditerranéennes souvent fortes et parfois très violentes.

 

Cependant la sécheresse estivale pas vraiment avérée m'empêche de considérer ce climat comme vraiment méditerranéen, bien que les critères soient remplis pour rentrer dans le Csa de Köppen. Les normales 1981-2010 de météofrance diffèrent peu de mes résultats et montrent aussi l'absence de vraie sécheresse estivale. La proximité de reliefs (préalpes mais surtout Ardèche) favorisant les pluies convectives estivales suffit à expliquer pourquoi Montélimar n'est pas vraiment méditerranéenne.

On a donc une nouvelle fois affaire à un climat fort hybride: lorsque le zonal océanique - qui reste l'acteur numéro 1 du climat en France - est en retrait, les influences tantôt méditerranéennes (beau temps estival, pluies d'automne) tantôt à caractère continental (débordement convectifs estivaux en vallée du Rhône) se conjuguent.

 

Voici les roses des vents qui étayent mes dirent sur la domination du mistral:

07577_Montelimar_C_v7.35.png

 

07577_Montelimar_B_v7.35.png

 

 

Voici l'hiver 2012/2013 qui fut assez normal, avec décembre et janvier proches des normales. La neige est rare mais peut être abondante lorsqu'une perturbation méditerranéenne vient se frotter à une masse d'air froid stationnée plus au nord (pas sur cet exemple).

Le mistral fut sage en décembre 2012 mais s'est rattrapé le mois suivant:

07577_DEC12-_JAN13.png

 

 

L'été 2004, à nouveau. Petit excédent d'ensoleillement en juillet résorbé en aout. La sécheresse de juillet est largement compensée par une poignée d'orages au mois d'aout.

Le Td est très corrélé à la direction du vent: il est faible la plupart du temps par vent de nord, mais devient toujours sensible (17°c à 20°c) lorsque le flux bascule au sud et remonte de l'air marin jusqu'ici.

07577_JUL-_AUG04.png

 

 

On termine avec le mois de novembre dernier, exceptionnel en touts points:

- le plus chaud de la période 2000-2014, avec la txx prise le 28 !

- le plus humide: presque 400mm de RR, 86% d'HR moyenne, Td moyen de 9.0°c: plus fortes valeurs de la période 2000-2014

- le plus nuageux, avec le plus faible ensoleillement, toujours sur la même période.

- curieusement durant ce mois très perturbé le vent fut très sage, seul novembre 2009 fut moins venté sur la période d'étude.

07577_NOV14.png

 

C'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Remise à jour, ajout carte topo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
piloutop   

J'ajouterai qu'une troisième influence moins marquée en provenance du nord peut intervenir occasionnellement, notament en hiver et amener des tn assez basses.

Sinon concernant l'effet urbain, je me demandais si par jours d'autan fort celui-ci n'est pas plus impactant sur les T, car dans ces cas là, l'air arrivant sur la station, traverse d'abord une zone à forte concentration urbaine, de Castanet à Blagnac en passant par Toulouse. Il y a des chances que les T soient renforcées dans ces cas là, davantage qu'en cas de vent d'ouest soutenu, dont la provenance reste la campagne gersoise.

Crabo

Tout a fait d'accord avec ça Crabo. Je l'ai du reste relevé en plusieurs occasions. Oui, c'est une certitude de mon point de vue, les Tx et les Tn sont toujours plus élevées a Blagnac qu'elles ne le sont a Cornebarrieu (située au Nord de la ville) ou bien a Muret, située quant a elle au sud.

C'est d'ailleurs encore plus vrai dans le cas d'un vent d'Autan faible, voire a peine perceptible au cours des nuits d'hiver. En effet, il n'est pas rare dans ce cas qu'il puisse y avoir jusqu'a 2, voire 3 degrés de différence avec les villes situées autour de l'agglomération (première ceinture).

L'agglomération joue un rôle de "chauffage" dés lors que l'air en provenance du Sud-Est passe sur la ville pour ensuite survoler Blagnac immédiatement aprés.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci pour cette fiche de Montélimar.

Le climat possède effectivement des traits nettement méditerranéens par son ensoleillement et ses pluies d'automne mais les pluies estivales sont trop abondantes pour un climat méditerranéen (en réalité le 's' de Köppen est à peine atteint puisque le mois le plus sec d'été doit avoir moins de 40 ou 30 mm selon les versions).

Autre trait non méditerranéen, ce sont les Txn négatives pour 3 mois.

Sinon, vis à vis de ces fiches, pour tenter de démêler un peu la part de l'influence urbaine et celle du réchauffement climatique récent, j'ai fait une comparaison, pour les différentes villes françaises étudiées dans ce fil, des Tm annuelle 00-14 avec les Tm annuelles71-00 :

Brest 11,5 / 11,2

Biarritz 14,2 / 14,0

Lyon St Exupéry 12,5 / 11,9 (La station est Lyon Bron pour 71-00)

Montélimar 13,9 / 13,3

Nice 16 / 15,6

Paris Orly 11,8 / 11,3

Perpignan 15,9 / 15,4

Strasbourg 11.2 / 10,4

Toulouse 13,9 /13,3

On voit que les Tm se sont réchauffées de 0,2 (Biarritz) à 0,8 °C (Strasbourg). Le réchauffement moyen étant de 0,525 °C. Il reste à voir si ce réchauffement est plus fort là où l'influence urbaine a le plus augmenté.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Pelican   

Autre trait non méditerranéen, ce sont les Txn négatives pour 3 mois.

Quelques villes de climat méditerranéen français (hors littoral) ont des Txn négatives sur 3 mois (en particulier autour de la basse vallée du Rhône à cause du mistral) : Avignon, Nîmes ou Salon de Provence sont dans ce cas par exemple (et même en Novembre comme en 1999). A Pélissanne (à côté de Salon de Provence), sur la période 1991/2013, je totalise 19 jours sans dégel soit 0,8 j par an. Sur la même période que celle prise pour la station de Montélimar à savoir 2000/2014, les Txn de Décembre, Janvier et Février sont les suivantes : -0,6°C le 15 Décembre 2001, -2,0°C le 11 Janvier 2003 et -1,9°C le 4 Février 2012.

Pour le reste, la pluviométrie estivale de Montélimar est trop importante, c'est ce qui l'exclut du climat méditerranéen car sinon côté températures et ensoleillement ça colle avec ce climat.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
crabo   

Merci pour cette fiche de Montélimar.

Le climat possède effectivement des traits nettement méditerranéens par son ensoleillement et ses pluies d'automne mais les pluies estivales sont trop abondantes pour un climat méditerranéen (en réalité le 's' de Köppen est à peine atteint puisque le mois le plus sec d'été doit avoir moins de 40 ou 30 mm selon les versions).

Autre trait non méditerranéen, ce sont les Txn négatives pour 3 mois.

Sinon, vis à vis de ces fiches, pour tenter de démêler un peu la part de l'influence urbaine et celle du réchauffement climatique récent, j'ai fait une comparaison, pour les différentes villes françaises étudiées dans ce fil, des Tm annuelle 00-14 avec les Tm annuelles71-00 :

Brest 11,5 / 11,2

Biarritz 14,2 / 14,0

Lyon St Exupéry 12,5 / 11,9 La station est Bron pour 71-00

Montélimar 13,9 / 13,3

Nice 16 / 15,6

Paris Orly 11,8 / 11,3

Perpignan 15,9 / 15,4

Strasbourg 11.2 / 10,4

Toulouse 13,9 /13,3

On voit que les Tm se sont réchauffées de 0,2 (Biarritz) à 0,8 °C (Strasbourg). Le réchauffement moyen étant de 0,525 °C. Il reste à voir si ce réchauffement est plus là fort où l'influence urbaine a le plus augmenté.

Meilleurs vux à tous!Belle initiative Yves,

On voit effectivement l'impact du RC. Je note que les stations ayant les plus faibles amplitudes, donc les plus maritimes connaissent un écart moins important. Est-ce que l'effet urbain est moins "réchauffant" sur les régions les moins froides notamment en hiver?

Crabo

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
thib91   

Si l'on considère le ratio de RR mois d'été le plus arrosé / mois d'hiver le plus sec pour appréhender la continentalité, Strasbourg (2.58) est bien situé entre /topic/67917-climats-du-monde/page-59#entry2348751'>Paris (1.70) et /topic/67917-climats-du-monde/page-33#entry2185918'>Munich (3.37). Mais si l'on regarde la rigueur hivernale Strasbourg se rapproche un peu plus de Paris que de Munich... ça se joue à quelques dixièmes, que ce soit en Tm ou en extrêmes annuels, mais la position géographique devait à priori faire pencher la balance dans l'autre sens. Et si l'on regarde l'enneigement on constate qu'il reste vraiment timide, avec même pas 11 jours de tenue au sol par an en moyenne depuis 2000... c'est vraiment chiche pour un climat soit disant continental (si l'on se réfère aux classifications franco-françaises).

Bonjour mottoth et bonne année 2015.

Encore merci pour ces passionnantes fiches climatologiques.

Je reviens juste sur la fiche de Strasbourg et sur la comparaison avec Munich. Il y a tout de même 300m d'altitude de différence entre ces deux stations, c'est presque un monde. L'aeroport de Munich est à plus de 450m d'altitude, quant la station Strasbourgeoise affiche seulement 150m d'altitude! A cela s'ajoute l'effet d'abris dont bénéficie Strasbourg, à l'inverse de la station Munichoise au pied des Alpes et bénéficiant donc d'une belle ouverture sur les flux d'ONO frais/froid et bien humides.

La comparaison devrait plutôt s'effectuer avec des stations situé à la même altitude et pourquoi pas sur le versant ouest des Vosges. En prenant des stations Alsaciennes ou Lorraines situées au dessus de 400m d'altitude la différence serait sans doute bien moindre.

Pour la neige l'effet d'abris et la faible altitude de la station explique là aussi cette faiblesse des cumuls neigeux. Une station située 300m plus haut "béneficie" bien souvent de petites chutes de neiges régulières à l'arrières de front froids ou par régime d'averse de NNO ce qui n'est bien sur pas ou rarement le cas de Strasbourg désavantagée par sa situation d'abris et sa faible altitude.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Merci pour cette fiche, un beau climat méditerranéen degradé, Montélimar a clairement un climat mixte.

Sinon il peut y faire tres tres chaud l'été en flux de sud comme en basse vallée du Rhone qui est une vraie fournaise quand il y a tres peu de vent (vent faible de sud ou mistral qui faiblit), le température dépasse facilement le seuil des 35°, par exemple lors de la canicule de 2003 la station de Montélimar a comptabilisé 6 tx de plus de 40°.

On peut remarquer que l'été les tn sont elevées quand le mistral ou le vent de sud souffle, generalement pas moins de 18° sous une masse d'air chaude, comme dans la basse vallée du rhone (orange et avignon)..

Mais c'est vrai que les pluies peuvent etre intenses, par ailleurs, et pour l'anecdote, Montélimar détient quelques records d'intensité de precipitations en France, des records qui ont eu lieu le 20 septembre 1982; 36,4mm en 6 minutes, 84,4mm en 15 minutes et 100mm en 30 minutes.alien.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#147. Banda Aceh.

 

Bonne année à tous ! Après 10 jours de vacances très festives et donc très fatigantes, j'ai enfin trouvé le courage de préparer une nouvelle mise à jour.

On commence aujourd'hui une série sur l'Indonésie et la Malaisie. La qualité des données Indonésiennes ne s'est pas révélée aussi bonne que je pensais, donc le rythme des mises à jour va probablement s'en ressentir, ça n'ira pas aussi vite que pour les fiches françaises. D'un autre côté les données sur l'Indonésie sont plutôt rares sur le web (le pays est notamment absent des normales CLINO 1961-90) donc les résultats obtenus seront dignes d'intérêt malgré la mauvaise qualité des données.

 

On commence par l'extrémité ouest de cet immense archipel: la ville de Banda Aceh, sur l'ile de Sumatra. Cette ville de 250 000h a fait plusieurs fois la une tragique de l'actualité ces 10 dernières années puisqu'elle a payé le plus lourd tribu au tsunami de décembre 2004 avec 160 000 morts dans la province d'Aceh. Le 11/04/2012 un autre tremblement de terre de magnitude 8.7 a provoqué plus de peur de que mal.

96011_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport, à 11kms de l'océan et du centre ville.

96011_map1.jpg

 

Vue vers le sud-est, où une large plaine s'ouvre sur l'océan, entre de modestes collines à l'est et une chaine plus importante à l'ouest:

96011_map2_SE.jpg

 

Vue vers le SSO. Les reliefs de droite qui culminent à environ 900m à 15kms de la station ont parfois un rôle direct puisqu'il peuvent engendrer du foehn et des températures nocturnes élevée durant la saison sèche. Sinon c'est un emplacement plutôt campagnard et continental.

96011_map2_SSW.jpg

 

96011_Banda_Aceh_A_v7_01.png

 

Ce climat tropical de mousson (Am) a la particularité d'avoir une saison sèche (très peu marquée d'ailleurs) durant la période de soleil haut, ce qui est vraiment atypique. Passons tout des suites aux roses des vents:

96011_Banda_Aceh_C_v7_01.png

 

En avril/mai et en octobre s'opère une transition qui correspond au passage de la ZCIT dans la région: les vents moyens sont plus faible. Entre mai et septembre on a une mousson plutôt sèche de sud-ouest qui pousse la ZCIT vers le nord, tandis qu'entre novembre et avril on a une mousson de nord-est parfois très pluvieuse (novembre et décembre) qui pousse la ZCIT vers le sud.

Les lentes et subtiles variations de t°, Td, insolation rappellent celles vues à Singapour, 1050kms à l'ESE: le pic de chaleur (aussi bien en t° qu'en Td) se produit de avril à juin avec un lent et discret assèchement de la masse d'air. Et le pic de RR de fin d'année s’accompagne aussi d'un ensoleillement médiocre.

Les tn remarquablement hautes (pour une station non côtière et non urbaine) qui se produisent de temps en temps entre juin et aout sont le fait d'épisodes de mousson de sud-ouest légèrement foehnés par le relief : les tn évoluent alors autour des 27°c au lieu des 22°c/24°c habituels.

 

Les stats horaires confirment le caractère plutôt continental de cette station avec une hausse régulière de la t° durant la journée et un Td assez constant.

96011_Banda_Aceh_B_v7_01.png

 

 

Difficile de trouver des saisons sans de trop grand trous dans les données. Cette région est également soumise à la MJO, qui qui fait qu'elle oscille entre des anomalies humides et sèches de plusieurs semaines et qu'il n'est pas aisé de trouver des exemples de saisons en tout point normaux.

Voici donc la progression avril - juillet 2011, du pic de chaleur humide à la petite saison sèche. Juin 2011 fut anormalement sec et chaud (mousson de sud-ouest plus forte que la normale, pic d'une phase sèche de MJO), mais on est plutôt dans les clous pour le reste.

96011_APR_JUL11.png

 

 

Et pour finir un exemple de fin d'année typiquement bien arrosée: novembre et décembre 2009, tout les deux très normaux. Même si les journées grises sont fréquentes, les journées de mauvais temps continu sont rares et les RR tombent avant tout sous formes de fortes averses.

96011_NOV_DEC09.png

 

C'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

#147. Banda Aceh.

Bonne année à tous ! Après 10 jours de vacances très festives et donc très fatigantes, j'ai enfin trouvé le courage de préparer une nouvelle mise à jour.

On commence aujourd'hui une série sur l'Indonésie et la Malaysie.

La Malaisie... default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20">

Merci pour cette nouvelle fiche. Outre le caractère monotone de ce genre de climat, on voit que la pression ne varie vraiment pas beaucoup (entre 1 002 et 1 016 hPa !). L'ensoleillement est probablement sous-estimé à cause de la brume de chaleur très présente, comme à Kuala Lumpur. C'est en tout cas un climat éprouvant, même pour moi qui aime la chaleur !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

L'ensoleillement est probablement sous-estimé à cause de la brume de chaleur très présente, comme à Kuala Lumpur. C'est en tout cas un climat éprouvant, même pour moi qui aime la chaleur !
A moi aussi il me semble que l'ensoleillement est sous-estimé. Pourtant les brumes épaisses (vis < 5kms) ne sont pas si présentes: 3% du temps selon mes stats. Je ne pense pas d'ailleurs que le brume de chaleur soit si présente, la transparence de l'air est souvent bonne dans les régions tropicales côtières comme j'ai pu l'observer maintes fois en Thaïlande, en Inde ou au Vietnam.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci à nouveau pour cette fiche de banda Aceh, mottoth.

Climat tropical (ou équatorial ?) effectivement un peu atypique par ses pluies "d'hiver".

Par contre, il y a un truc que je ne comprends pas, ce sont les vents "hivernaux" de sud-est, nous sommes au nord de l'équateur, l'alizé devrait être de nord-est , non ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Merci à nouveau pour cette fiche de banda Aceh, mottoth.

Climat tropical (ou équatorial ?) effectivement un peu atypique par ses pluies "d'hiver".

Par contre, il y a un truc que je ne comprends pas, ce sont les vents "hivernaux" de sud-est, nous sommes au nord de l'équateur, l'alizé devrait être de nord-est , non ?

C'est la mousson d'est / nord-est qui est canalisée par le relief lorsqu'elle est trop faible. Les vents hivernaux les plus sensibles sont bien de NE (en orange sur les roses des vents)..

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

#147. Banda Aceh.

Ce climat tropical de mousson (Am) a la particularité d'avoir une saison sèche (très peu marquée d'ailleurs) durant la période de soleil haut, ce qui est vraiment atypique. Passons tout des suites aux roses des vents:

En avril/mai et en octobre s'opère une transition qui correspond au passage de la ZCIT dans la région: les vents moyens sont plus faible. Entre mai et septembre on a une mousson plutôt sèche de sud-ouest qui pousse la ZCIT vers le nord, tandis qu'entre novembre et avril on a une mousson de nord-est parfois très pluvieuse (novembre et décembre) qui pousse la ZCIT vers le sud.

Les stats horaires confirment le caractère plutôt continental de cette station avec une hausse régulière de la t° durant la journée et un Td assez constant.

Merci à nouveau pour cette fiche de banda Aceh, mottoth.

Climat tropical (ou équatorial ?) effectivement un peu atypique par ses pluies "d'hiver".

Par contre, il y a un truc que je ne comprends pas, ce sont les vents "hivernaux" de sud-est, nous sommes au nord de l'équateur, l'alizé devrait être de nord-est , non ?

C'est la mousson d'est / nord-est qui est canalisée par le relief lorsqu'elle est trop faible. Les vents hivernaux les plus sensibles sont bien de NE (en orange sur les roses des vents)..

Bonjour à tous,

Merci pour cette fiche pertinente, car en effet, il est difficile de trouver des données compilées officielles et de qualité pour ce pays. Tes fiches sont pratiques pour moi, car elles me permettent de glaner rapidement quelques données (parfois toutes, comme ici) pour les rentrer dans mes calculs.

Bon, quelques remarques :

- je ne dirais pas qu'il s'agisse d'un climat de mousson. En effet, la mousson est caractérisée par un renversement net et durable des vents, faisant passer très rapidement d'un temps très sec à des pluies soutenues et presque constantes et quotidiennes pendant au moins plusieurs semaines d'affilée. Les lames de précipitations mensuelles passent alors du simple au triple (voire plus) d'un moins à l'autre. Or ce n'est pas le cas ici.

- ce caractère atypique d'une saison "sèche" en été est dû à la position lointaine (2 à 3000 km plus au nord) de la ZCIT. Cette zone de convergence intertropicale n'a donc ici presque plus aucune influence en été. Au contraire, la cellule anticyclonique subtropicale de l'océan indien a tendance à étendre son influence stabilisatrice, poussant alors des vents d'ouest, eux-mêmes attirés par la ZCIT (alizés de l'hémisphère sud dont la trajectoire initiale du sud-est a été déviée après le passage de l'équateur par la force de Coriolis). Les pluies estivales sont donc surtout le fait, d'après moi, à la fois à d'un léger phénomène orographique allié à toute cette humidité océanique de même qu'aux cycles humides de l'oscillation de Madden-Julian (en français : OMJ... wink.png ).

L'hiver (et autour), si les précipitations sont soutenues, c'est, là au contraire, justement dû à la proximité de la ZCIT (qui est à ce moment située un peu plus au sud que Banda Aceh, mais pas tant que ça), provoquant des alizés du nord-est, chargés d'humidité et dans une grande instabilité.

800px-ITCZ_january-july.png

Ce n'est donc pas "la mousson de nord-est qui pousse la ZCIT vers le sud", mais le contraire : c'est le fait que la ZCIT se soit retirée vers le sud qui entraîne des vents de nord-est (donc des alizés)... mais je pense que tu as juste fait un lapsus.

Sinon, tu as fait une remarque très intéressante (en répondant à Yves) au sujet de la direction dominante des vents canalisés par le relief. Mais la remarque d'Yves était également très pertinente.

J'ai donc éprouvé mes "petits" indices...

L'indice hydrique de la saison "sèche" atteint tout juste -2 ! Cela signifie donc qu'il y a tout juste présence d'une saison sèche.

Quant à IhA (annuel), il vaut 63, c'est à dire que le climat est humide, sans problème.

L'indice de continentalité (IC) vaut 0.16, ce qui n'est pas beaucoup (je rappelle que cet indice tient compte de la latitude). Le caractère maritime est, selon moi, largement prédominant, malgré la position légèrement "continentale" de la station.

Bref, je dirais que nous avons à faire à la limite entre un climat tropical humide et un climat équatorial. Mais je ne rajouterais donc pas "de mousson".

ps : on écrit "payer un lourd tribut"... tongue.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Bon, quelques remarques :

- je ne dirais pas qu'il s'agisse d'un climat de mousson. En effet, la mousson est caractérisée par un renversement net et durable des vents, faisant passer très rapidement d'un temps très sec à des pluies soutenues et presque constantes et quotidiennes pendant au moins plusieurs semaines d'affilée. Les lames de précipitations mensuelles passent alors du simple au triple (voire plus) d'un moins à l'autre. Or ce n'est pas le cas ici.

- ce caractère atypique d'une saison "sèche" en été est dû à la position lointaine (2 à 3000 km plus au nord) de la ZCIT. Cette zone de convergence intertropicale n'a donc ici presque plus aucune influence en été. Au contraire, la cellule anticyclonique subtropicale de l'océan indien a tendance à étendre son influence stabilisatrice, poussant alors des vents d'ouest, eux-mêmes attirés par la ZCIT (alizés de l'hémisphère sud dont la trajectoire initiale du sud-est a été déviée après le passage de l'équateur par la force de Coriolis). Les pluies estivales sont donc surtout le fait, d'après moi, à la fois à d'un léger phénomène orographique allié à toute cette humidité océanique de même qu'aux cycles humides de l'oscillation de Madden-Julian (en français : OMJ... wink.png ).

L'hiver (et autour), si les précipitations sont soutenues, c'est, là au contraire, justement dû à la proximité de la ZCIT (qui est à ce moment située un peu plus au sud que Banda Aceh, mais pas tant que ça), provoquant des alizés du nord-est, chargés d'humidité et dans une grande instabilité.

Merci Dann pour tes précisions,

En fait tu expliques le régime pluviomètrique "inversé" par rapport à beaucoup de climats tropicaux par le fait qu'en été, la ZCIT se trouve "attirée" davantage vers le nord par rapport à d'autres régions du monde à cause de la présence de l'énorme masse du continent eurasiatique, Banda Aceh, assez proche de l'équateur n'est donc plus trop concerné par cette ZCIT.

Au contraire, en "hiver" (ou plutôt quand le soleil est un peu moins haut sur l'horizon), la ZCIT se déplace vers le sud mais elle reste proche de l'équateur puisqu'au sud il y a une immense étendue maritime, Banda Aceh, assez proche de l'équateur reste concernée par cette ZCIT.

Sinon, une question : comment caractériserais-tu un climat de mousson ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

En fait tu expliques le régime pluviomètrique "inversé" par rapport à beaucoup de climats tropicaux par le fait qu'en été, la ZCIT se trouve "attirée" davantage vers le nord par rapport à d'autres régions du monde à cause de la présence de l'énorme masse du continent eurasiatique, Banda Aceh, assez proche de l'équateur n'est donc plus trop concerné par cette ZCIT.

Au contraire, en "hiver" (ou plutôt quand le soleil est un peu moins haut sur l'horizon), la ZCIT se déplace vers le sud mais elle reste proche de l'équateur puisqu'au sud il y a une immense étendue maritime, Banda Aceh, assez proche de l'équateur reste concernée par cette ZCIT.

C'est exactement ça.

Sinon, une question : comment caractériserais-tu un climat de mousson ?
Je suppose que tu me demandes quels seraient les critères j'utiliserais ou définirais et les seuils que je j'appliquerais...

Eh bien, de mon point vue, pour qu'un climat soit dit "de mousson", il faut :

- qu'il y ait une saison sèche. Il existe évidemment plusieurs façons de déterminer l'existence d'une saison sèche (et aucune n'est infaillible), mais moi, j'utilise mon indice Ihsec (indice hydrique de la période trimestrielle la plus sèche) qui marche très bien : si Ihsec < 0, alors il y a effectivement une saison sèche.

- que la saison pluvieuse (celle de la "mousson") soit au moins aussi chaude que la période la plus fraîche de la saison sèche.

- que lors du début de la saison pluvieuse, le cumul pluvio mensuel du premier mois vraiment pluvieux soit au moins 3 fois supérieur au mois précédent, et que ce premier mois vraiment pluvieux (donc celui du début de la mousson) totalise au moins 150 mm.

Voilà. Qu'en dites-vous ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

C'est exactement ça.

Je suppose que tu me demandes quels seraient les critères j'utiliserais ou définirais et les seuils que je j'appliquerais...

Eh bien, de mon point vue, pour qu'un climat soit dit "de mousson", il faut :

- qu'il y ait une saison sèche. Il existe évidemment plusieurs façons de déterminer l'existence d'une saison sèche (et aucune n'est infaillible), mais moi, j'utilise mon indice Ihsec (indice hydrique de la période trimestrielle la plus sèche) qui marche très bien : si Ihsec < 0, alors il y a effectivement une saison sèche.

- que la saison pluvieuse (celle de la "mousson") soit au moins aussi chaude que la période la plus fraîche de la saison sèche.

- que lors du début de la saison pluvieuse, le cumul pluvio mensuel du premier mois vraiment pluvieux soit au moins 3 fois supérieur au mois précédent, et que ce premier mois vraiment pluvieux (donc celui du début de la mousson) totalise au moins 150 mm.

Voilà. Qu'en dites-vous ?

Bonjour DannMerci pour ta réponse, je comprends tes trois critères mais je vois que tu ne restreins pas le climat de mousson au domaine tropical, c'est un oubli ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Merci pour ta réponse, je comprends tes trois critères mais je vois que tu ne restreins pas le climat de mousson au domaine tropical, c'est un oubli ?

Bonjour Yves,

Il ne s'agit pas d'un oubli : je ne restreins pas le climat de mousson au domaine climatique tropical, en effet.

Mais, en appliquant ces critères, on s'aperçoit que seul le climat tropical peut être de mousson, à part peut-être quelques rares exceptions, en marge du climat tropical, et qui pourraient se voir qualifier de "climat subtropical de mousson", comme dans le nord-est du Pakistan, ou sur les toutes premières hauteurs du sud de l'Himalaya.

Les climats pour lesquels on perçoit une certaine influence de la mousson (zones semi-arides d'Inde ou du Pakistan, zones continentales humides subtropicales de l'extrême-Orient) mais sans être clairement des climats de mousson se verraient qualifier "climat ... à influence moussonique".

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

On mélange souvent 2 choses quand on parle de mousson:

- pour Köppen et sa classification un climat de mousson est un climat tropical avec un régime de RR présentant un minimum suffisamment marqué pour sortir du domaine équatorial (il a fixé le seuil à 60mm pour le mois le plus sec) mais pas assez pour entrer dans le domaine du tropical humide et sec (avec une saison sèche franche). Dans cette approche le qualificatif "de mousson" se restreint donc un domaine tropical.

- mais la mousson désigne aussi le système climatique global du continent asiatique, dirigé par des hautes pression continentales en hiver et des basses pressions en été. La mousson d'hiver est sèche et souffle du continent vers les océans (Indien et Pacifique), et c'est le contraire pour la mousson d'été. Ce système ne se restreint pas eu domaine tropical, puisque la mousson d'été apporte un boost de RR et d'hygrométrie sensible aussi loin vers le nord qu'en Mandchourie.

Dans les deux cas l'idée de deux flux saisonniers qui s'inversent est présente, ce qui a engendré l'amalgame.

Là où les deux phénomènes se conjuguent on obtient les cas les plus caricaturaux de climat de mousson: c'est en Inde. Et c'est probablement ce que Dann avait en tête lorsqu'il a introduit ce critère : "que lors du début de la saison pluvieuse, le cumul pluvio mensuel du premier mois vraiment pluvieux soit au moins 3 fois supérieur au mois précédent, et que ce premier mois vraiment pluvieux (donc celui du début de la mousson) totalise au moins 150 mm.". Il est pertinent lorsqu'on étudie la mousson Indienne, mais il ne l'est pas si on prend la définition de Köppen qui entendait par mousson un climat tropical sans saison sèche vraiment marquée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#148. Padang.

 

Padang est située quasiment sur l'équateur, sur la côte Indienne de Sumatra:

96163_map0.jpg

 

La plaine côtière n'est pas large: pas plus de 10kms dans sa plus grande largeur, au niveau de la ville. Le relief plus à l'est dépasse 1500m, on imagine qu'il va bien bloquer les alizés et contribuer au renforcement orographique des pluies.

96163_map1.jpg

 

Vue vers l'est. La station est implantée sur l'ancien aéroport, maintenant uniquement militaire. L'océan est à 1.2km, le centre-ville à 7km. Toutes les stations Indonésiennes que l'on verra sont implantée sur des aéroports et bénéficient en général d'un faible cloisonnement, parfois même complètement nul.

96163_map2.jpg

 

96163_Padang_A_v7_01.png

 

Voilà donc un vrai climat équatorial, constamment humide. La lame d'eau annuelle est impressionnante, c'est la ville la plus arrosée que l'on verra parmi toutes les étapes que j'ai prévu de faire en Indonésie.

 

Difficile d'analyser les très faibles variations saisonnières, car le relief bloque les épisodes de mousson d'est et seules les brises diurnes marines se manifestent sur les roses des vents et les tableaux horaires. Il faudrait des stats du flux à 850hPA ou 700hPa pour mieux faire. Il me semble néanmoins évident que le relief bloque la mousson de sud ouest que l'on avait vu à Banda Aceh de mai à septembre et engendre pas mal d'averses orographiques durant cette période normalement plutôt sèche. Donc le caractère "équatorial" de ce climat est plus a mettre sur le compte du relief que de la position géographique. Les cartes postées par Dann montrent d'ailleurs que l'équateur météorologique (l'autre nom de la ZCIT) se situe en moyenne plus au nord.

 

96163_Padang_C_v7_01.png

 

96163_Padang_B_v7_01.png

 

 

En entrant un peu dans les détails on voit que mai/juin est un peu plus ensoleillé et un peu moins humide que le reste de l'année, en voici donc un exemple très proche des moyennes:

96163_MAY_JUN05.png

 

 

A contrario octobre-novembre est le pic de RR. Voici donc encore un exemple bien dans les moyennes. On voit dans cet exemple aussi bien que dans celui d'avant que des lames d'eau de 100mm et plus sont monnaie courante ici. Ce sont à nouveau des épisodes courts de RR très intenses qui sont responsables des importants cumuls annuels et mensuels, plutôt que de longues séquences de pluie continue. Les journées sans soleil avec de faibles tx sont assez rares pour un climat aussi humide.

96163_OCT_NOV12.png

 

 

Enfin un mois assez particulier: Mars 2014. Non qu'il fut très éloigné des moyennes, mais parce qu'il fut marqué par une vague de fumée de 10 jours en milieu de mois, fumée si intense qu'elle bloqua le rayonnement solaire (plusieurs journées avec insolation nulle) et réduisit la visi moyenne autour d'un km durant pendant une semaine, du 10 au 16. De tels épisodes, dus aux feu de forêts incontrôlés sur l'ile de Sumatra durant des périodes plutôt sèche (El Niño, certaines phase de MJO), se produisent parfois. Sur la période 2000-2014 ce sont eux qui ont impacté les stats de mauvaise visibilité pour février, mars et octobre.

En juin 2014 un autre épisode de fumées d'incendie avait valu à l'Indonésie des protestations diplomatiques de l'Etat de Singapour qui s'était retrouvé noyé dans la fumée venant de Sumatra.

96163_MAR14.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Remise en forme

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.