Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
sebtwister

L'Europe va refroidir, annoncent des scientifiques

Recommended Posts

Sur Nasa Giss, quelque soit les années choisies, je trouve toujours une tendance au refroidissement hivernal en Europe de l'Ouest et même en Eurasie. Ci-dessous, j'ai pris 5 et 10 ans, avec 2005 ou 2006 comme année finale (pour éviter les biais de moyenne mobile sur de courtes périodes). Dans tous les cas, sauf éventuellement 1996-2005, on est de plus en plus frais. Et d'autres années donnent le même genre de résultats récents.

ghcngisshr2sst1200kmtrnlo9.gif

ghcngisshr2sst1200kmtrnfl7.gif

ghcngisshr2sst1200kmtrnvd0.gif

ghcngisshr2sst1200kmtrncn9.gif

Si je prends des anomalies plutôt que des tendances, c'est pareil : la moyenne hivernale 2002-2006 est inférieure à la moyenne 1997-2001, et même à la moyenne 1992-2001 (toujours pour l'Europe et l'Eurasie)

ghcngisshr2sst1200kmanofk4.gif

ghcngisshr2sst1200kmanotb9.gif

Cela ne me fait pas verser dans les scénarios "arrêt du Gulf Stream, mini-glaciation" dont on a prouvé maintes fois ici qu'ils étaient exagérés, et surtout basés sur aucune mesure fiable récente. Mais le fait est que malgré notre impression subjective d'hivers toujours plus chauds, il semble que la tendance récente est aux hivers plus frais en Europe occidentale et en Eurasie.

Je suis d'accord sur le défaut des moyennes mobiles courtes (tendances) avec le risque que les années d'entrée ou de sortie faussent artificiellement la tendance. C'est pour cela que les cartes comparant des moyennes d'anomalies sont un peu plus parlantes.

Tu as raison, je me suis gouré en prenant 2006 (je pensais que c'était DJF 2006-2007, alors que c'est DJF 2005-2006), on peut faire les cartes avec 2007, qui a été un hiver très chaud. Malgré cela, si prends des moyennes d'anomalies, la période récente de 5 ans (2002-2007) reste plus fraîche en hiver et en France /Europe occidentale que la période précédente 1997-2001 (5 ans) ou 1992-2001 (10 ans).

ghcngisshr2sst1200kmanopz4.gif

ghcngisshr2sst1200kmanoou0.gif

Bien sûr, les années récentes restent plus chaudes en hiver que la dernière moyenne trentenaire 1971-2000, quoiqu'à peu près équivalentes dans le sud de la France et de l'Europe selon Nasa Giss toujours.

ghcngiss1200kmanom12032ek8.gif

Mon propos avec ces cartes est de voir si l'Europe occidentale se refroidit récemment en hiver, ce qui est une prédiction régulièrement annoncée en raison du réchauffement arctique et de la modification de circulation GS > DNA. Force est de constater que c'est plutôt le cas pour les années 2000 par rapport aux années antérieures de la décennie 1990, même si les travaux récents indiquent que le GS se porte plutôt bien.

Il faudrait faire une courbe avec les valeurs numériques d'anomalies DJF /1961-90 sur les bonnes grilles, mais c'est un peu long et j'utilise l'interface Nasa Giss parce qu'elle permet de visualiser simplement. Puisque la France est concernée, peut-être que les forumeurs faisant des moyennes mensuelles sur les stations de référence peuvent donner quelques courbes d'évolution d'anomalies DJF sur les 15 dernières années, par rapport à une même moyenne de référence. On verra si cela concorde avec le bilan Nasa Giss.

Etonnant tout de même, ces graphiques de la NASA. En tout cas, à Uccle, Belgique, (Nonobstant le fait que cela ne soit pas significatif à l’échelle européenne (la Belgique ne fait que 30.000 km carrés), les moyennes hivernales (DJF) pour la décennie 1980 donnent tout de même comme résultat 3.4°, pour la décennie 1990, 3.7° et pour la période 2001-2007 4.1° ( en cours, bien sûr). On ne peut pas dire que la tendance soit à la baisse, loin de là ! Mais je le répète, il s’agit de l’échelle locale, et le signal belge positif peut être noyé dans un signal négatif européen plus large.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cette circulation thermohaline est vu fortement ralentie par tous les modèles du GIEC après 2050.

Le GIEC n'a pas dit cela!Il dit qu'il est "très probable qu'il y aurait un ralentissement" mais que ce ralentissement varie fortement d'un modèle à l'autre "entre 0 et +50%" avec une valeur moyenne de 25% et ce pour la fin du 21e siècle. Tu m'avoueras que c'est une façon détournée de dire qu'on n'en sait pas grand chose.

D'ailleurs, dans le même paragraphe, le GIEC fait un enterrement de première classe du mythe décidément tenace de l'arrêt anthropique de la circulation thermohaline en disant que c'est "très improbable qu'il y ait un changement abrupte du courant pendant le 21e siècle".

Mais de toute façon, prétendre prédire à 100 ans alors qu'on ne sait même pas prédire à 5 ans l'état de la banquise ni mesurer décemment la salinité (cf les 2 études contradictoires à 2 ans d'intervalles que j'ai montré précédemment), ça relève de la profession de foi.

Source 4AR, chapitre 10, P 752 :

"Based on current simulations, it is very likely that the

Atlantic Ocean Meridional Overturning Circulation (MOC)

will slow down during the course of the 21st century. A multi-model

ensemble shows an average reduction of 25% with a

broad range from virtually no change to a reduction of over

50% averaged over 2080 to 2099. "

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas la fonte des glaces arctiques qui peut provoquer l'arrêt de la circulation thermohaline, et ce, pour une raison bien simple : c'est précisémement la circulation thermohaline qui apporte les calories nécessaires à la fonte des glaces. Donc, s'il n'y a plus de circulation thermohaline, il n'y a plus de fonte des glaces...

Oui, mais la circulation s'arrête d'abord à cause de la fonte des glaces, et, ensuite, s'étant arrêtée, la fonte des glaces s'arrête et l'englacement reprend. default_sleeping.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ce n'est pas la fonte des glaces arctiques qui peut provoquer l'arrêt de la circulation thermohaline, et ce, pour une raison bien simple : c'est précisémement la circulation thermohaline qui apporte les calories nécessaires à la fonte des glaces. Donc, s'il n'y a plus de circulation thermohaline, il n'y a plus de fonte des glaces...

Pourtant les scientifiques sont formels l'à dessus, le Gulf stream s'affaiblit, je ne l'invente pas ce sont des spécialistes en océanographies qui l'affirment!

Même le regrété Alain Coustot avait été l'un des premiers à tirer la sonette d'alarme concernant un affaiblissement du Gulf stream!

On parle toujours de réchauffement climatique à tel point que c'est entré dans les moeurs maintenant, on ne jure que par le réchauffement et à longueur de journée, on nous parle que de ça...

Mais ne faisons pas simplement fausse route?? Ayons au moins le courage de l'admettre, si on se trompait, immaginez une seconde tous le tapage médiatique que l'on a fait pour finallement connaître tous l'inverse de ce que l'on nous a prédit jusqu'à présent!

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Toulouse

Pourtant les scientifiques sont formels l'à dessus, le Gulf stream s'affaiblit, je ne l'invente pas ce sont des spécialistes en océanographies qui l'affirment!

Même le regrété Alain Coustot avait été l'un des premiers à tirer la sonette d'alarme concernant un affaiblissement du Gulf stream!

On parle toujours de réchauffement climatique à tel point que c'est entré dans les moeurs maintenant, on ne jure que par le réchauffement et à longueur de journée, on nous parle que de ça...

Mais ne faisons pas simplement fausse route?? Ayons au moins le courage de l'admettre, si on se trompait, immaginez une seconde tous le tapage médiatique que l'on a fait pour finallement connaître tous l'inverse de ce que l'on nous a prédit jusqu'à présent!

D'une part si le Gulf Stream s'arrête, ça ne remet pas en cause le réchauffement à l'échelle planétaire. Ensuite, certaines études ont montré que l'arrêt du Gulf Stream (ou son ralentissement) n'aurait pas de conséquences si importantes sur le climat ouest-européen : tout au plus compenserait-il l'effet du réchauffement ...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : COLMAR OUEST (Haut-Rhin) Alt 192m

D'une part si le Gulf Stream s'arrête, ça ne remet pas en cause le réchauffement à l'échelle planétaire. Ensuite, certaines études ont montré que l'arrêt du Gulf Stream (ou son ralentissement) n'aurait pas de conséquences si importantes sur le climat ouest-européen : tout au plus compenserait-il l'effet du réchauffement ...

Es tu sûr de ce que tu dis là ?

Quelle est la source ?

ju

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourtant les scientifiques sont formels l'à dessus, le Gulf stream s'affaiblit, je ne l'invente pas ce sont des spécialistes en océanographies qui l'affirment!

Même le regrété Alain Coustot avait été l'un des premiers à tirer la sonette d'alarme concernant un affaiblissement du Gulf stream!

Quel spécialiste stp ? Le seul qui a affirmé que le Gulf Stream s'affaiblit de 30%, c'est Bryden, il y a 1 an mais ses résultats sont contredits par d'autres et même Bryden est revenu sur ses dires dans un papier récent qui montre que le débit peut varier d'une semaine à l'autre dans un rapport de 1 à 5.Quant au "regretté Alain Coustot", tu dois sûrement confondre. Je connais juste notre bien-aimé (mais pas "regretté" heureusement, un moment, tu m'as glacé le sang !) Alain Coustou ou le regretté Jacques Cousteau default_flowers.gif

D'ailleurs, je vois mal comment Cousteau avait pu dire que le Gulf Stream s'affaiblit et par rapport à quelle référence, à son époque où les mesures satellites commençait à peine à exister.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Es tu sûr de ce que tu dis là ?

Quelle est la source ?

ju

Ce sont les travaux de Seager, connu pour être sceptique sur le "mythe" du Gulf Stream :

http://www.americanscientist.org/template/...e&print=yes

Mais on en a déjà parlé très souvent ici (ainsi que de Bryden et des corrections successives à ses premières mesures), avec des commentaires détaillés, il faut utiliser la fonction recherche.

Futura Science avait fait un dossier utile en français avec B. Voituriez. Sa lecture et celle des questions-réponses avec les forumeurs est une bonne base pour commencer :

http://www.futura-sciences.com/fr/comprend..._637/c3/221/p9/

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Les Estables (1350m)

Il dit qu'il est "très probable qu'il y aurait un ralentissement" mais que ce ralentissement varie fortement d'un modèle à l'autre "entre 0 et +50%" avec une valeur moyenne de 25% et ce pour la fin du 21e siècle. Tu m'avoueras que c'est une façon détournée de dire qu'on n'en sait pas grand chose.

Je basais mon "affirmation" par rapport aux cartes que j'avais vu, on distinguait nettement une stabilisation de la température voir même une baisse au niveau de l'est du Groenland (de mémoire).

M'enfin c'est un sujet très complexe et qu'on ne maîtrise pas bien.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Oui, mais la circulation s'arrête d'abord à cause de la fonte des glaces, et, ensuite, s'étant arrêtée, la fonte des glaces s'arrête et l'englacement reprend. default_flowers.gif

A ce propos, j'avais lu que les "arrêts" (détournements) supposés de la thermohaline lors des événements rapides type Heinrich / Dansgaard-Oeschger se traduisaient par une accumulation de chaleur dans les eaux tropicales, un surcroît de précipitation en zone tempérée et arctique, une croissance des glaciers groenlandais et scandinave. Si tel est le cas, et si le GS / la DNA faiblissaient finalement au cours des décennies à venir, cela pourrait être bon pour le niveau des mers. Mais le patron de Damocles / Tara suggère le contraire aux journalistes et évoque une contribution d'un mètre pour le seul Groenland et pour 2100, en raison du réchauffement plus rapide que prévu du bassin arctique.

Je crains que les projecteurs médiatiques braqués sur l'Année polaire internationale donnent lieu à quelques exagérations et simplifications...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Etonnant tout de même, ces graphiques de la NASA. En tout cas, à Uccle, Belgique, (Nonobstant le fait que cela ne soit pas significatif à l’échelle européenne (la Belgique ne fait que 30.000 km carrés), les moyennes hivernales (DJF) pour la décennie 1980 donnent tout de même comme résultat 3.4°, pour la décennie 1990, 3.7° et pour la période 2001-2007 4.1° ( en cours, bien sûr). On ne peut pas dire que la tendance soit à la baisse, loin de là ! Mais je le répète, il s’agit de l’échelle locale, et le signal belge positif peut être noyé dans un signal négatif européen plus large.

En France, on a une très légère inversion, avec 5.24° pour la décennie 1980, 5.89° pour la décennie 1990, et 5.77° pour la période 2000-2007. Cependant si l'on regarde au niveau régional, le nord de la France poursuit la même tendance que Uccle (on gagne +0.13° entre 1990-1999 et 2000-2007 dans le Nord-Ouest et le Nord-Est) ; la légère baisse nationale est surtout conséquence de l'orientation à la baisse des régions du sud de l'hexagone (-0.46° dans le Sud-Est et -0.50° dans le Sud-Ouest). Dans le centre, on n'a quasiment pas de variation (-0.02°). Quoi qu'il en soit, dans aucune des 5 zones, on a une moyenne 2000-2007 inférieure à celle de la décennie 1980.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Même le regrété Alain Coustot avait été l'un des premiers à tirer la sonette d'alarme concernant un affaiblissement du Gulf stream!

C'est Jacques Cousteau default_dry.png

En tout cas des mesures sont encours sur les débits du GS à différentes profondeurs, et si ralentissement il y a, d'après certains scientifiques des effets de refroidissement devrait être visibles assez rapidement.

Mais qui a raison ? et est ce qu'un éventuel refroidissement ne compenserait t-il pas le RC en cours.

Tout dépendrait de l'ampleur de ce refroidissement.

Et ça ... c'est une autre histoire.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Plumergat (56)

Bah , une Europe refroidit, je vois pas l'erreur. Si on prend les 700 000 dernières années, la Terre à connue 5 périodes glacière et entre les deux des "inter-glacières". En ce moment nous sommes arrivé à la fin de notre ère INTER-GLACIERE, donc on peut que s'attendre à voir un refroidissement dans les prochains siècles...

A noter qu'avant chaque périodes glacière, la terre à connu un pic de chaleur... Alors le réchauffement climatique ne serait il pas à l'origine d'une rétro-action qui plongerait l'europe dans le froid????

La causalité à toujours marché... default_dry.pngdefault_huh.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

Et ça ... c'est une autre histoire.

En fait, il faudrait se demander si les projections climatiques régionales sont très robustes. Pour ma part, je comprends mal comment elles échappent à la problématique "conditions initiales" propres aux modèles météo. Par exemple, le GIEC dit que la MOC peut ralentir de 0 à 50% selon les AOGCM. On se doute bien qu'un modèle régional couplé à l'AOGCM ne va pas donner la même évolution climatique pour la France dans l'hypothèse 0% et dans l'hypothèse 50%. Quand on veut vraiment connaître les moyennes locales, il me semble que de petites perturbations peuvent avoir de grands effets à l'arrivée.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne pensez vous pas que les hivers pouraient tout de meme legerement se refroidir ou disons plutot y avoir plus d'hivers sous les normes comme d'environs de 198. a 199. le NAO et AO ont été positives et que la cela tente de s'inverse ??

Car ces 2 oscillations ont un cycle deccennie ils ont tendence au fur et a mesure depuis environ 2003 a etre plus souvent négatif ce qui est aussi une des causes des secheresses comme nous le voyons. Donc si ils continuent a etre plus souvent et plus negatifs alors les temperatures vont legerement baissees meme si pas autant que lors de la derniere periodes ou ils ont été négatif d'environ 1955 a 1973.

Williams

Concernant ce dont j'ai dis que pensez vous ??

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne pensez vous pas que les hivers pouraient tout de meme legerement se refroidir ou disons plutot y avoir plus d'hivers sous les normes comme d'environs de 198. a 199. le NAO et AO ont été positives et que la cela tente de s'inverse ??

Car ces 2 oscillations ont un cycle deccennie ils ont tendence au fur et a mesure depuis environ 2003 a etre plus souvent négatif ce qui est aussi une des causes des secheresses comme nous le voyons. Donc si ils continuent a etre plus souvent et plus negatifs alors les temperatures vont legerement baissees meme si pas autant que lors de la derniere periodes ou ils ont été négatif d'environ 1955 a 1973

D'accord avec toi Williams même s'il y a quelques détails à préciser. J'ai mis en graphique l'AO (courbe rouge, filtrage sur 5 ans). Ces dernières années, l'AO reste encore positive (bon, ma courbe est très filtrée) mais ce n'est qu'une question de temps avant que ça ne s'inverse. Et la corrélation avec la température de l'Arctique est évidente, on devrait donc s'attendre à un refroidissement prochainement. D'ailleurs, l'AO pourrait très bien expliquer le rythme de changement en Europe de l'Ouest qui s'est réchauffé non pas progressivement comme on aurait pu croire par l'effet de serre, mais par un bond très net aux alentours de 1986 puis une stabilisation depuis 15 ans (j'avais montré dans un autre fil ce réchauffement en palier pour la majorité des stations françaises, évolution difficilement compatible avec la théorie de l'effet de serre).Et si on regarde l'ENSO, on constate également un début de changement de cyle: on a eu 30 ans d'El Nino dominant et on devrait basculer maintenant en La Nina dominant pour 30 ans (la Nina de cette année est peut-être le début).

Un paquet d'indices semblent donc converger dans le sens d'un prochain refroidissement, du moment qu'on n'a pas les yeux rivés sur l'effet de serre.

amo_arctic.png

Share this post


Link to post
Share on other sites

Concernant ce dont j'ai dis que pensez vous ??

Williams

Plutôt d'accord avec toi. Le réchauffement des années 1980>2000 a été associé à des fortes anomalies positives NAO et ENSO, qui ont contribué à la pente et fait de 1998 le record des annales (ci-dessous, deux graphes "classiques NOAA pour ENSO et NAO). Une question est de savoir si le réchauffement peut mener à des conditions d'ENSO / NAO + "permanentes" ou "semi-permanentes", comme cela a été suggéré ici ou là. Une autre question plus fondamentale serait de mieux comprendre l'origine de ces cycles en HN comme en HS et de mieux mesurer leurs téléconnections. Vu qu'on les prédit très mal, c'est qu'on les comprend très mal. Et cela rappelle que la variabilité naturelle est finalement peu contrainte.

tsmk8.gif

seasonjfmnaopz7.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites

Une question est de savoir si le réchauffement peut mener à des conditions d'ENSO / NAO + "permanentes" ou "semi-permanentes", comme cela a été suggéré ici ou là.

Ah oui effectivement, Russ Schnell, un physicien atmosphérique avait affirmé avec force cela allant jusqu'à dire qu'on AURA (!) des el Nino de 18 ans au lieu de 18 mois : ''It appears that we have a very good case for suggesting that the El Ninos are going to become more frequent, and they're going to become more intense and in a few years, or a decade or so, we'll go into a permanent El Nino...'we'll have El Nino upon El Nino, and that will become the norm. And you'll have an El Nino, that instead of lasting 18 months, lasts 18 years.'' (source)

Seulement c'était en ... 1997. Et évidemment, ce cher Al Gore n'a pas loupé l'occasion pour répandre la bonne nouvelle à ceux qui veulent entendre car 97-98 était l'année d'un El Nino surpuissant, cf lien ci-dessus. Boum, ça n'a pas raté, en 2000 & 2001, el Nino avait disparu pour laisser place à de puissant la Nina et on n'entend plus ce genre mauvaise plaisanterie car depuis, on s'est rendu compte que personne capable de prévoir el Nino, cf l'exemple récent de la Met Office qui s'était planté copieusement sur sa prédiction "2007 année chaude record" en comptant sur une année el Nino alors qu'il y a eu la Nina à la place (et c'était une prédiction à 6 mois).

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je crois qu'au delà des moyennes annuelles sur le refroidissement ou la compensation par le RC, il faut aussi regarder les conséquences sur les différences saisonnières.

On peut tout à fait avoir une stabilisation des t° annuelles dues à un début de ralentissement de la DNA (et non du GS), tout en ayant des températures estivales plus élevées et des températures hivernales plus faibles.

Share this post


Link to post
Share on other sites

On peut tout à fait avoir une stabilisation des t° annuelles dues à un début de ralentissement de la DNA (et non du GS), tout en ayant des températures estivales plus élevées et des températures hivernales plus faibles.

C'est ce qui arrive quand on monte vers les pôles et quand on s'éloigne des océans. J'ai appris ça étant jeune. default_dry.pngMais si tu fais allusions au RC, je peux déjà te dire tout de suite qu'il n'y a aucun suspense et qu'il est inutile de spéculer: tu ne verras aucune évolution statistiquement significative de l'amplitude été-hiver.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les moyennes trentenaires montrent effectivement une évolution paralèlle entre étés et hivers;

On peut toutefois s'intéroger sur l'emballement possible des étés , qui s'est lu une 1ère fois en fin de la 1ère phase du RC (chez nous les gros étés de 1943 à 1952) et de nouveau depuis 1989...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Dax (40)

Voici un comparatif entre l'évolution des anomalies estivales et celle des anomalies hivernales en France, par rapport à la norme 1961-1990, et depuis 1940 :

hivetexs9.png

Les évolutions semblent en effet assez rapprochées, mais je ne sais pas si l'on peut vraiment parler d'un emballement pour les étés. On a certes eu de gros pics ces toutes dernières années, mais c'est une période bien trop courte pour tirer la moindre conclusion. Par contre ce qui est davantage parlant, c'est le fait qu'il faille remonter à 1987 pour avoir un été présentant une anomalie négative à la moyenne 1960-1990.

Share this post


Link to post
Share on other sites

D'accord avec toi Williams même s'il y a quelques détails à préciser. J'ai mis en graphique l'AO (courbe rouge, filtrage sur 5 ans). Ces dernières années, l'AO reste encore positive (bon, ma courbe est très filtrée) mais ce n'est qu'une question de temps avant que ça ne s'inverse. Et la corrélation avec la température de l'Arctique est évidente, on devrait donc s'attendre à un refroidissement prochainement. D'ailleurs, l'AO pourrait très bien expliquer le rythme de changement en Europe de l'Ouest qui s'est réchauffé non pas progressivement comme on aurait pu croire par l'effet de serre, mais par un bond très net aux alentours de 1986 puis une stabilisation depuis 15 ans (j'avais montré dans un autre fil ce réchauffement en palier pour la majorité des stations françaises, évolution difficilement compatible avec la théorie de l'effet de serre).

Et si on regarde l'ENSO, on constate également un début de changement de cyle: on a eu 30 ans d'El Nino dominant et on devrait basculer maintenant en La Nina dominant pour 30 ans (la Nina de cette année est peut-être le début).

Un paquet d'indices semblent donc converger dans le sens d'un prochain refroidissement, du moment qu'on n'a pas les yeux rivés sur l'effet de serre.

amo_arctic.png

L'AMO (L'Oscillation Multidécennale de l'Atlantique) a beaucoup d'effets sur le climat de l'Hémiphère nord. Il a était montré qu'il est responsable d'environ 15% du réchauffement de 1°C sur la France au cours de ces 10-15 dernières années ! Ce qui dû à l'échanges d'energie entre l'océan et l'atmosphère. L'AMO a aussi des lien sur l'evolution du nombre des cyclones dans l Atlantique Nord.

Le PDO doit avoir aussi bp d'effet sur l'evolution du climat comme l'AMO.

Si on compare l'evolution de ces 2 phenomenes climatique et du Soleil avec le l'evolution des temperatures on voit bp de liens :

EVOLUTION DE ( phase fraiche et chaude) :

- PDO -> phase fraiche de 1900-1930, phase chaude de 1930-1948, phase fraiche de 1948-1980, phase chaude 1980 a...

- AMO --> phase fraiche de 1900-1930, phase chaude de 1930-1960, phase fraiche de 1960-1995, phase chaude 1995 a...

- Soleil-> activité moyenne de 1900-1930, activité importante de 1930-1990, activité qui devient moyenne depuis 2000

Pour mieux voir aussi par rapport a l'evolution de la temperature comparez suivant que les phases qui sont montantes ou descendantes comme certaine evoluent l'opposé parfois :

- PDO -> phase descendante de 1900 à 1920, phase montante 1920 à 1942, phase descendante de 1942 à 1956, phase montante 1956 a 1990, phase entre stable et descende depuis 1990

- AMO --> phase montante 1856 à 1876, phase descendante de 1876 à 1913, phase montante 1913 à 1945, phase descendante de 1945 à 1975, phase montante 1975 a aujourd'hui

- Soleil-> activité montante de 1815 à 1837, activité descendante de 1837 à 1880, activité stable de 1880 à 1910, activité montante de 1910 à 1957, activité descendante depuis 1957

- Temperature -> en baisse de 1880 à 1905, en hausse de 1905 à 1945, legerement en baisse de 1945 à 1977, en forte hausse de 1977-2002 et voir moins rapidement en hausse de 2002 a maintenant

Si vous comparez ces evolutions on voit que la temperature est :

- En baisse a chaque fois a un AMO descendant, et est plus ou moins importante suivant le PDO et l'activite solaire comme celui-ci est en phase descendante ou entre les 2 lors de ces periodes.

- En augmentation a chaque fois que l'AMO est montant, et elle est plus ou moins importante suivant le PDO et le Soleil car la temperature augment le plus vite de 1977 a 2002 soit quand l'AMO et le PDO sont tout les 2 en phase montante et quand le soleil a un activite assez eleve encore.

Ce qui montre le lien des 3 facteurs naturels (AMO, PDO et le Soleil) sur le climat au cours de ces 100 voir plus dernieres annees.

Pour le futur on peut donc voir :

- Activite solaire en baisse depuis environ le dernier cycle solaire en 2000 avec un minimum prevu vers 2020-2030 du a la violation du G.O. en 2020 ;

- AMO ainsi que le NAO et surment l'AO qui suit la NAO ont des phases de 20 a 30 ans donc ils seront descendant d'environ de 2005 a 2025 ou 2035 vu la derniere periode de phase montante ;

- PDO a des phases de 20 a 30 ans et comme depuis environs ces phases sont entre stable et descendant depuis 1990 sont minimum sera vers 2010-2020 ;

Tout ceci nous montre bien que les temperatures du climat Europeen voir mondial vont diminimues sous l'effet du la nature au cour de ces 20 a 30 prochaines annees car pour que les temperatures evoluent dans le meme sens que 3 phenomenes naturels cela ne peut pas etre un effets de coeincidence surtout pendant plus de 100 ans.

Williams

Share this post


Link to post
Share on other sites

(...)

- Soleil-> activité moyenne de 1900-1930, activité importante de 1930-1990, activité qui devient moyenne depuis 2000

(...)

- Soleil-> activité montante de 1815 à 1837, activité descendante de 1837 à 1880, activité stable de 1880 à 1910, activité montante de 1910 à 1957, activité descendante depuis 1957

(...)

Pour le soleil, la récente synthèse de Lockwood et Fröhlich 2007 (je la cite car elle est perçue comme non-sceptique) montre plutôt une hausse jusqu'en 1955-1960, suivie d'une baisse jusqu'en 1970-75, puis d'une hausse jusqu'en 1985, l'activité 1955-2000 se maintenant à des valeurs élevées par rapport au début du siècle, même lorsqu'elle est plutôt stable comme depuis 1980

(ci-dessous, R = taches solaires, Fs = flux solaire total, L = longueur des cycles, 10Be = proxy isotope béryllium, ∆T = anomalies T surface)

frohl2hc1.jpg

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...