Vincent_L

Contributeur & modérateur
  • Compteur de contenus

    10 155
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    1

1 abonné

À propos de Vincent_L

  • Rang
    Perturbation tempérée
  • Date de naissance 28/01/1979

Personal Information

  • Lieu
    Nîmes (30) secteur Ouest (Pompidou / Jaurès). Alt : 50 m.
  • Site web
    http://vincentlhermet.blogspot.fr/

Visiteurs récents du profil

713 visualisations du profil
  1. C'est la première année que je fais un jardin et je me pose aussi des questions pour les tomates. Je fais au feeling... sans doute avec pas mal d'erreurs mais j'interviens le moins possible... je les cultive "à la dure" tant pis s'il y a peu de rendement. Terres argileuse, qui retient l'eau mais qui se transforme en "béton" une fois sèche. J'ai fais mes propres semis (variétés anciennes bio de "Pascal Poot", sensées être résistantes), mis en terre le 8 mai (je suis à Nîmes, en ville). J'ai paillé, mais pas en abondance, je me suis contenté des coupes de végétation du jardin... J'ai un peu abusé au début car je les ai très très peu arrosé après plantation (erreur sans doute! d'autant plus qu'il a fait très chaud très tôt !). Elles ont eu du mal à démarrer, ont un peu végété et ont pris beaucoup de retard par rapport au voisin (autres variétés avec arrosage abondant) qui a des pieds de plus de 1,5 m de haut depuis début juin !!! alors que les miens font moins d'1 mètre... Pas mal de fleurs qui sont tombés aussi, sans aboutir à une fructification... Depuis, j'arrose une fois par semaine en gros (un arrosoir de 10 litres pour 2-3 pieds) malgré la grosse cagne (multiples nuits à plus de 20°C, presque 15 jours > 30°C avec pointes à plus de 37°C). Par exemple pas d'arrosage depuis le gros orage (20 mm environ + grêle mais sans dégât, alors qu'il est tombé des grêlons de 2-3 cm...) de jeudi dernier. Je pense arroser ce soir ou demain où on va peut être frôler les 39°C ici. J'ai mangé mes premières tomates cerises cette semaine : - early sibérian : assez fades j'ai trouvé... - miel du Mexique : très sucrées, bien meilleures (sans doute plus adaptées à la cagne méditerranéenne) ! Et j'ai des grosses Anna Russes qui sont déjà rouges mais avec un fruit assez petit... J'ai planté à différents endroits du jardin et le développement des pieds est très variable. J'ai des coeur de boeuf "oxheart" qui semblent produire assez abondamment donc à suivre. J'ai également un pied de "cornue des Andes" très touffu mais avec seulement 3-4 fruits pour l'instant. A suivre, je prends cette année comme un apprentissage et un test pour voir quelles sont les variétés les plus adaptées etc...
  2. Merci à vous tous ! Ces orages de périodes caniculaires sont souvent très esthétiques et ça n'a pas loupé. Même si l'on peut regretter le peu de foudre s'étant manifesté... J'imagine et j'espère que les grosses chaleurs actuelles nous donneront d'autres belles occasions sur le piémont des Cévennes. Début juillet est traditionnellement une période favorable pour de superbes orages dans le coin. Ce que j'aime appeler la "french monsoon" en référence aux orages du SO des Etats-Unis à la même période (pas mal de similitudes d'ailleurs) : une journée à plus de 30-35°C qui se termine par des orages isolés à bases élevées lâchant des impacts ramifiés sur les premiers reliefs ou en plaine intérieure du Gard / Hérault / Ardèche, mes orages préférés avec les orages en V d'automne. Donc à suivre
  3. À t'il neigé à Dawson ? Je viens de voir passer des photos d'Haines Junction (plus au Sud du territoire, non loin de Whitehorse) avec plusieurs cm de neige !
  4. Salut ! De retour après plusieurs mois de "chômage technique" durant lesquels les orages se sont fait rares dans la région ! Depuis plus d'une semaine, des conditions caniculaires règnent sur le Languedoc. Hier, après une maximale de 37.5°C à Nîmes, les orages se sont manifestés sur les plaines gardoises et héraultaises avec de la grosse grêle (4 à 5 cm) localement. Après avoir raté ces orages de la fin d'après-midi pour cause de timing, je me dirigeais vers le pied des Cévennes où la convection allait bon train, dans l'espoir d'arriver à temps et d'assister enfin à mes premiers orages nocturnes de la saison. Je m'installais sur les hauteurs au Sud immédiat d'Alès (Gard) avec une vue imprenable sur les montagnes et de superbes cellules orageuses bien isolées mais peu actives sur le plan électrique. 21h13 : l'orage s'active subitement et lâche un premier coup de foudre. La convection est superbe et le jour déclinant commence à donner des couleurs et ambiances magnifiques. Malheureusement, la quasi totalité des manifestions électriques reste confinée au sein du cumulonimbus : très peu de foudre. Toutefois, l'activité incessante dans l'enclume me laisse espérer une manifestation extranuageuse... 21h43 : bingo ! Un superbe impact extranuageux s'échappe du nuage pour venir frapper les premiers reliefs cévenols. L'ambiance est sublime avec le soleil couchant qui apporte une touche de rose au sommet des cellules. L'orage est très électrique mais toujours très très pauvre en foudre. Je me contente donc de profiter du spectacle, au son des grillons, caressé par un vent tiède : l'été dans toute sa splendeur. Voici 3 images de l'évolution de l'orage. 21h55 : petite décharge internuageuse. 22h05 : toujours le même processus. J'attends en vain un nouvel impact au sol... 22h19 : des nuages bas commencent à se former dans le courant d'étalement de l'orage. Remarquez comme celui-ci est bien individualisé avec le ciel clair à gauche de l'image. 22h35 : la cellule s'est décalée et est quasiment au zénith. Une décharge rampante met en relief les petits cumuls fractus sous la base de l'orage. Avant de s'éteindre, l'orage lâchera un nouvel impact extranuageux positif issu de l'enclume avec un coup de tonnerre véritablement fracassant (type coup de canon) que tous les habitants du bassin d'Alès ont du entendre ! Hors cadre malheureusement pour moi... Au final, malgré le manque de foudre, se fût une sacrée soirée avec des ambiances magiques, du haut niveau pour ma première véritable sortie sous l'orage de l'été ! Bon week-end et à bientôt pour de nouvelles aventures orageuses, les conditions chaudes à caniculaires vont se maintenir donc nul doute que de nouveaux orages pourraient se manifester d'ici fin juin / début juillet.
  5. Grosse grêle sous l'orage dans le secteur de Sommières (Ouest de Nîmes) : grêlons de 5 cm signalés !
  6. En effet, à Nîmes on est 3°C en avance sur la modélisation d'Arôme (qui voit une Tx de 35,3°C à 16h00). A voir si on arrive à atteindre les 38°C... En même temps on était déjà à 31°C à 11h00 La nuit prochaine s'annonce chaude également. A suivre... Sur la durée on commence à s'approcher des "ovnis" types 2003 ou juillet 2006, à voir pour la suite mais ce cru été 2017 commence de manière tout à fait exceptionnelle ici !
  7. Et dans le Massif central (Grands Causses qui abritent plusieurs centaines d'individus reproducteurs) Les vautours sont de grands voyageurs, des individus erratiques se baladent aux quatre coins de l'Europe en été y compris dans des plats pays comme les Pays Bas. Potentiellement on peut en observer partout. Après un si gros groupe loin de ses bases c'est moins fréquent en effet. Par contre ils n'ont certainement pas "attaqué" une vache et son veau, mais sans doute profité d'un vêlage qui s'est mal passé (mort ou agonie de la vache et de son veau) pour s'offrir un bon repas... Contrairement aux rapaces "chasseurs" (aigles, hiboux etc...) leurs serres ne sont pas adaptées pour tuer mais pour marcher au sol. Par contre leur bec est conçu pour découper les cadavres donc il est très costaud et peut servir à achever un animal mourant à l'occasion, mais en aucun cas le vautour ne peut effectuer une prédation, d'autant plus sur un animal de la taille d'une vache (même une brebis c'est impossible physiquement) .
  8. Les chiffres dans le topic dédié : Tableau récapitulatif (avec les valeurs d'hier) en 1ère page.
  9. Il fallait malheureusement s'y attendre : http://www.leveil.fr/costaros/faits-divers/2017/06/13/une-personne-recherchee-apres-un-deluge-d-eau-a-costaros-et-au-brignon_12441812.html
  10. A suivre aussi côté vallée de l'Allier (gorges) car une partie de Landos est tournée sur le Bassin Versant de l'Allier. La Gazeille aussi est en crue donc ça va monter fort dans l'agglo du Puy !
  11. Du coup crue éclair de la Loire dans les gorges : hausse de plus de 2.5 m à Goudet : https://www.vigicrues.gouv.fr/niveau3.php?CdEntVigiCru=10&CdStationHydro=K010002010 Danger vu la saison (canoes, campeurs...)
  12. 23.1°C de mini ici à Nîmes. Très léger souffle de Mistral. Déjà plus de 25°C actu.
  13. Par contre, vu que c'est une densité relative au km2, la taille de la commune ne joue pas vraiment. J'ai justement des cas inverses à ce que tu rapporte, comme St-Dionisy dont j'ai parlé plus haut, à l'Ouest de Nîmes, très petite commune mais avec une densité de foudroiement très élevée (19ème à l'échelon national). Pour les communes "blanches" au coeur de zones foudroyées ça peut s'expliquer, il y a des secteurs qui connaissent des orages mais qui sont pour autant beaucoup moins foudroyés (et inversement : des secteurs qui semblent attirer la foudre), c'est un fait on l'a tous constaté. Bref, les données Météorage sont vendues très cher, ces données gratuites (et incomplètes) sont sur une série en effet un peu trop courte pour en tirer des conclusions climatologiques mais perso je trouve qu'elles reflètent très bien la réalité des 10 dernières années dans le coin (Gard). Pour les secteurs très peu foudroyé je pense en effet que le biais statistique est évident comme l'a fait remarquer Arkus.
  14. Merci je n'avais pas vu la fiche de Nîmes ! La période est effectivement un peu courte et c'est grâce à ça que le Gard arrive en tête je pense car on a des évènements exceptionnellement riches en foudre sur cette période récente 2007-2016 (épisode méditerranéen de début septembre 2010 qui avait produit le record d'impacts de foudre du Gard après l'évènement de septembre 2002 + l'automne exceptionnel en 2014 avec ses 7 ou 8 épisodes méditerranéens). OK aussi avec toi sur les données par commune à relativiser (même si ça donne quand même une idée). Par exemple, je m'explique assez peu le pic de foudroiement intense à l'Ouest de Nîmes, dans la plaine de la Vaunage (St-Dionisy : 19ème commune la plus foudroyée de France et Clarensac 56ème...). Ce secteur que je connais très bien et que je parcours souvent sous l'orage est nettement moins foudroyé que le piémont cévenol, c'est certain. Je pense que l'épisode exceptionnel d'octobre 2014 qui s'était un peu acharné sur le secteur a largement fait gonfler la moyenne !
  15. Métorage a mis en ligne une carte interactive présentant la densité de foudroiement en France métropolitaine sur la période 2006-2017. A l'échelle de la moyenne départementale c'est le Gard qui est le plus foudroyé avec une moyenne de 2.6399 nsg/km2/an ! (vive les épisodes méditerranéens ). Le bassin d'Alès étant la zone la plus foudroyée du département (Saint-Jean-du-Pin pour la commune la plus foudroyée du Gard, qui arrive 11ème à l'échelle du pays avec 4.799 nsg/km2/an). Le Gard devance les Alpes-Maritimes, les Alpes de Haute Provence et le Var. A l'échelle communale c'est Pie d'Orezza (Haute Corse) qui est la plus foudroyée en France avec 5.8725 nsg/km2/an ! C'est d'ailleurs cette micro-région de Castagniccia qui est la plus foudroyée si l'on considère le classement des communes limitrophes. En toute logique c'est la pointe bretonne, et notamment le département du Finistère, qui arrive en queue de peloton avec une moyenne départementale de 0.1354 nsg/km2/an seulement. La commune la moins foudroyée de France est Trégueux (Côtes d'Armor) avec seulement 0.0204 nsg/km2/an ! Lien vers la carte (selon les niveau de zoom il y a les données par Régions / Départements et Communes) : http://public.meteorage.fr/web_statsmap/web_statsmap.html