mottoth

Membres
  • Compteur de contenus

    2 415
  • Inscription

  • Dernière visite

  • Days Won

    1

1 abonné

À propos de mottoth

  • Rang
    Cumulus congestus
  • Date de naissance 02/05/1975
  1. Elle est vraiment précise cette carte, mais avec mes données 2000-2016 on passe du Cwa au Aw à cause du réchauffement des mois les plus froids, qui ne passent plus sous les 18°c. J'ai peur qu'avec les normales sur 30ans les plus récentes on ne puisse plus générer une carte aussi fine pour la région de Brasilia: le Aw "bouffe" la plupart du Cwa, et le Cwb pourrais même disparaitre de cette carte si les mois les plus chauds on aussi connu une surchauffe.
  2. Oui en effet, il y a d'ailleurs un facteur que j'avais ignoré et qui ne plaide pas du tout pour une quelconque tropicalité: le Td moyen des mois les plus humides tourne seulement autour de 17°c, loin des valeurs habituellement rencontrées dans ces climat. C'est le manque de fraicheur hivernale qui m'a mis dedans.
  3. #285. Campo Grande On progresse vers le sud, Campo Grande est une ville de 850 000h à 555kms de Cuiaba, 600kms de Asuncion, et 880kms de Brasilia. Nous sommes dans le Mato Grosso du Sud, et la ville de Campo Grande est construite un peu en hauteur sur une crête nommée Serra de Maracaju dont on devine clairement la ligne de partage des eaux sur cette carte. La ville et la station sont à environ 550m d'altitude, les plus hautes crêtes au nord est vers 700m, de l'autre côte de la crête à environ 12 kms au nord-ouest on redescend rapidement vers 250-300m d'altitude. La zone plane visible dans le coin nord-ouest est le début du Pantanal. La station étudiée est celle de l'aéroport, à 6kms du centre ville. La station 83611, à 5.6kms au nord ouest et 20m plus bas, est celle qui a été utilisée pour les normales 1961-1990. C'est encore un climat tropical humide et sec, mais il commence à être bien dégradé par les perturbations hivernales tempérées: - la saison sèche n'est pas vraiment franche - le froid peut être limite pour un climat tropical, qui est censé échapper au gel. J'ai 1.8°c de tnn (le 13/07/2000), et dans les normales 1961-1990 de l'INMET - qui concerne l'autre station, la 83611 - on trouve une tnn de -0.9°c en aout 1978. Le vent est assez présent, bien plus qu'à Cuiaba, et c'est du je pense à la position de cette ville sur une crête. On retrouve la marque du LLJ de NNO de novembre à février, et pour le reste de l'année le vent d'est domine. La domination de vent d'est semble coller avec la carte isobarique moyenne (carte b pour l'hiver JJA) qui donne un vent géostrophique de NE: Il doit aussi y avoir de phénomènes de brises, peu surprenants au voisinage de cette crête, car on constate que le vent prévalent varie pas mal en fonction du moment de la journée: Voici une saison d'hiver à peu près normale, une mois de juillet 2015 plutôt frais et arrosé compensant le beau temps chaud d'aout. La situation en crête et le vent limitent beaucoup les amplitudes thermiques diurnes, même par beau temps sec on ne dépasse pas souvent les 12°c ou 13°c d'amplitude. Le phénomène n'est pas aussi marqué qu'à Cuiaba mais on retrouve encore une médiane des Tx nettement plus forte que la moyenne, par exemple 28.9°c contre 27.6°c pour juillet (+1.3°c), qui fait que les bref coups de froid dénotent bien au sein d'une chaleur plus constante. 2 exemples plus extrêmes de mois de juillet: - juillet 2006 très chaud, jusqu'à +4.0°c d'anomalie pour les tx - juillet 2010 froid (anomalie -2.5°c), avec un long épisode polaire en milieu de mois: Voici l'avant saison des pluie, où les plus hautes tx de l'année sont susceptibles de survenir (mais pas forcément, elles peuvent arriver jusqu'en avril !). Il a été impossible de trouver une année avec tout de normal, voici donc 2001 avec un mois de septembre très excédentaire en RR à cause d'une dégradation pluvio-orageuse très intense le 24. Une fois que l'instabilité est là on note pas mal d'orages secs en octobre. Toujours aussi difficile de trouver une saison des pluies normale, voici donc 2001-2002 qui fut normale en t° mais qui accuse un déficit de 100mm sur les RR, déficit que les trous dans les données de RR sont loin de combler. C'est moins net qu'à Cuiaba mais le mauvais temps à encore tendance à se concentrer sur des périodes plus maussades que d'autres. Pour finir voici encore 2 mois extrême de cette saison de soleil haut: - janvier 2003, avec le double de la normale de RR. - février 2005, sécheresse et grosses chaleurs.
  4. #284. Cuiabá. Cuiabá est une ville de 590 000h qui prétend être le centre géographique de l'Amérique du Sud. D'après cette page wiki ce centre se trouve en fait à 45kms au nord-est de la ville. C'est la capitale du Mato Grosso, au sud se trouve la zone humide et marécageuse du Pantanal, au nord-est et à l'est les collines du Planalto, et bien plus loin au nord les premières forêts d'Amazonie. Brasilia est à 875kms, Santa Cruz 780kms, Asuncion 1060kms, Porto Velho 1140kms. Les premiers relief du plateau du Mato Grosso sont à 35kms au nord-ouest. La station étudiée est celle de l'aéroport, à 6.5kms du center ville. La station 83361 dont sont dérivées les normales 1961-1990 est située 4.3kms plus au nord et 25m plus bas. C'est un climat tropical humide et sec, avec un niveau de chaleur typique: les 40°c sont approchés voire dépassés chaque printemps avant la saison des pluies. Ce climat a deux spécificités visibles sur le tableau de stats: - les coups de froids d'origine polaires, qui donnent des txn très basses. C'était attendu puisqu'on se rapproche des Andes. - la plaie des incendies au printemps, avec de la mauvaise visibilité (<5km) à peu près 5 fois plus présente en septembre que durant le reste de l'année. Les Andes sont encore loin (850km), mais leur influence se fait déjà sentir sur les vents dominants: les alizés de composante est ont disparus, et l'on retrouve durant les mois de soleil haut la prédominance des vents de NNO associé au jet de basse couche (LLJ) qui draine d'humidité de l'Amazonie vers la dépression thermique du Chaco un peu plus au sud. Voici un exemple de saison la moins chaude et la plus sèche, en juin et juillet. Les températures moyennes ne veulent ici pas dire grand chose en cette saison: soit il fait (souvent) un peu plus chaud que la moyenne, soit il fait (rarement) bien plus froid, mais nous ne sommes jamais pile dans la moyenne. Si l'on regarde les tx médianes elles sont en fait plus parlantes: - en juin, sur 2000-2016: Tx moyenne 30.9°c, Tx médiane 32.5°c. - en juillet: Tx moyenne 31.2°c, Tx médiane 33.2°c (+2.0°c d'écart !) La particularité de ces coups de froids peu durables qui coupent cette chaleur plus monotone est la grisaille souvent associée à de faible précipitations. Voici la montée de température d'aout à octobre. Je n'ai pas pu trouver d'exemple équilibré, celui de 2007 est un peu bancal: - Aout est vraiment frais (dans les 3 plus frais depuis 2000), et sec. - Septembre est un peu chaud et complétement sec, ce mois est particulièrement marqué par les fumées d'incendies. - Octobre est thermiquement normal mais copieusement arrosé, compensant quasiment la sécheresse des 2 mois précédents. C'est un octobre que la moiteur s'installe, et avec elle l'instabilité. Enfin une saison des pluies très normale, avec pour chacun des ces 3 premiers mois de 2010 des RR et des t° très proches des normales. Comme à Brasilia on retrouve des périodes de plus beau temps et des périodes de temps plus maussade, au gré de l'orientation exacte du LLJ et de la vie (et mort) de la SACZ. On retrouvera ces séquences de temps plus marqué partout plus au sud dans le reste du Brésil. A suivre...
  5. Je connais bien ce site, j'ai même songé à développer quelque chose sous excel pour utiliser ces données mais j'ai été refroidi par le fait que seuls les 13 derniers mois de données sont téléchargeables. Néanmoins ce site est d'une aide précieuse pour localiser certaines stations synoptiques qui sont immédiatement voisines des station autos.
  6. #283. Brasilia. La capitale du Brésil est au centre-sud du pays, à 960kms de Ilhéus, 900kms de l'océan, 1630kms de Santa Cruz (Bolivie) et 1440kms de Asuncion (Paraguay). Plus au nord, non visibles dur cette carte, Belem est à 1600kms et Manaus à 1925kms. Cette ville a été construite à partir de rien dans les années 1960, sur un plateau de forme vaguement circulaire de 40 à 50kms de diamètre, d'altitude moyenne 1100m et dont les remparts n'excèdent pas 1350m. Le relief va donner un petit effet cuvette lorsqu'il fait beau, mais peut également "accrocher" le mauvais temps plus longtemps. La station étudiée est celle de l'aéroport, et comme le reste de mes fiches Brésiliennes elle est différente de la station (83377) qui figure dans les normes CLINO 1961-1990 - celle ci est située 8.3kms plus au nord et 105m plus haut. Revoici un exemple franc de climat tropical humide et sec. L'altitude ne refroidit pas assez les mois de soleil bas pour sortir de la catégorie A de Köppen, cependant la chaleur pré-saison des pluies est vraiment modérée. Brasilia est en plein dans la SACZ durant les mois de soleil haut, et cela coïncide logiquement avec la saison des pluies. Je vous renvoie à ce post pour un petit topo sur la mise en place de cette SACZ. En dehors des alizé Atlantique de secteur est, on retrouve donc un flux de nord-ouest intermittent entre novembre et février qui s'établit sous la SACZ lorsque celle ci est active et placée sur zone. On retrouve un cycle de Td typique des milieu continentaux, avec un pic durant les premières heures du jour et un creux dans l'après midi. Voici un exemple normal de minimum thermique, au cœur de la saison sèche, pris en 2011. C'est généralement du très beau temps, et la zone n'est pas concernée par les coups de froid d'origine tempérée qui s'infiltrent plus à l'ouest le long des Andes. On trouve sur cet exemple de bonnes amplitudes thermiques diurnes en juillet, signe de l'effet cuvette du au relief. Pour le pic thermique j'ai pris 2016 malgré le déficit de RR en octobre: celles ci sont de toute façon très aléatoires en cette saison, et l'exemple choisi ne sort donc pas trop de la normalité. Septembre connait les dernières journées de grand ciel bleu, puis cela devient plus instable: après les premiers orages annonciateurs de la saison humide fin septembre le grand bleu ne revient plus vraiment même lorsqu'il fait beau. Les chaleurs sont très supportables, et je pense que c'était l'un des critères lorsque les Brésiliens ont prospecté un site pour accueillir leur nouvelle capitale au milieu du siècle dernier. Enfin un exemple pris au cœur de la saison humide: 2015-2016. Le bilan est hyper-normal, cependant: - janvier est bien humide et frais en tx - les 2 autres mois compensent en étant plus sec et avec des amplitudes thermiques diurnes plus fortes, surtout février. Cet exemple contrasté permet au final de découvrir tous les aspects que peut revêtir cette saison: le temps maussade comme le beau beau peut persister assez durablement, au gré de l'activation de la SACZ - qui n'est pas automatique - et de son placement. Les orages sont assez fréquents, et là encore c'est une vraiment rupture avec les climats côtiers vus précédemment. Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  7. #282. Ilhéus. Cette étape sur la côte sud-Atlantique n'était à l'origine pas prévue car trop proche de Salvador, mais j'ai ensuite un grand vide jusqu'à Vitoria, 840kms au sud de Salvador: aucune autre station que Ilhéus ne diffuse METARs et synops H24. Or le régime pluvio entre Vitoria et Salvador change du tout au tout, j'avais vraiment besoin d'une étape intermédiaire: Ilhéus, ville de 220 000h à 225kms de Salvador, à donc été repêchée. Et j'ai bien fait, car sur ces à peine plus de 200 kms le régime pluvio change déjà énormément. Comme pour les villes plus au nord le relief est là encore modeste, le point proéminent de cette carte culmine à un peu plus de 1100m à 85kms de Ilhéus. La station étudiée est celle de l'aéroport, à 1000m de l'océan et 3kms du centre ville. C'est encore très océanique. Je n'ai pas localisé la station 83348 d'où sont tirées les normales 1961-1990, dont les données d'insolation incluses dans cette fiche. On constate donc une disparition totale de la saison sèche de fin d'année encore discernable à Salvador: ce régime sans saison sèche par presque 15° de latitude donne un climat pseudo-équatorial. Le vent constant renforce le caractère équatorial en modérant grandement les températures : les txx (annuelles voire absolue) sont encore plus basses qu'à Fortaleza, Natal ou Salvador. Seules les épisodiques fraicheurs nocturnes de l'"hiver" (quelques tn proches de 15°c) sortent du cadre de climat purement équatorial. Avec l'aide des tableaux horaires, on peut détricoter les roses des vents ainsi: - le vent d'ouest ou sud-ouest sont des brises de terres nocturnes - le vent de nord-est est l'alizé de la saison de soleil haut - le vent de sud-est est l'alizé de la saison de soleil bas. (il faut regarder les courbes oranges - vents de plus de 5m/s - pour mieux visualiser les variations saisonnières de la direction de l'alizé). Voici donc un début d'année classique. Le cumul de RR est un peu en dessous des moyennes mais plus conforme aux valeur médianes. On constate que la direction de l'alizé n'est pas si constante, que les séquences de NE sont plutôt sèches et parfois chaudes tandis que les séquences de sud-est (voire franchement de sud) sont plus maussades. Le pic de RR survient en mars/avril, et je n'ai pas été capable de trouver une année bien dans les moyennes (2013 aurais convenu mais il me manque les données de t° de la 1er décade de mars). Voici donc deux exemple opposés: - 2010, le plus chaud depuis 2000, assez sec et inhabituellement orageux (les orages sont assez rare le long de cette côte, on le constate depuis Fortaleza). - 2000, le moins chaud et le plus arrosé de mon échantillon. On constate sur ces deux exemples pourtant opposés que la txx annuelle intervient en avril sur un pic de chaleur isolé. La tx du 7/04/2010 est même la txx absolue depuis 2000. Enfin l'"hiver": bien que ce ne soit pas le pic de RR c'est la saison la plus maussade, avec de faibles pluies fréquentes. Notez comment la seule séquence de franc beau temps, début aout, amène la tnn de l'année (16.3°c le 2/08). Voilà, ce sera provisoirement tout pour la côte du Brésil: les prochaines fiches seront plus continentales, puis nous reviendrons sur cette côte au niveau de Vitoria.
  8. #281. Salvador Salvador est une ville de 3 millions d'habitants, 470kms au sud-est de Maceio. Là non plus pas de relief notable dans les environs, il faut aller plus de 130kms vers l'ouest pour trouver des altitudes supérieures à 500m. La station est sur l'aéroport, à 19kms du centre ville et 2400m de la plage. J'ai aussi signalé en blanc l'emplacement de la station de centre-ville de Ondine (WMO Id 83229), située en haut d'un petite butte à 21.5kms de la station de l'aéroport. C'est de cette station que sont prises les normales 1961-1990 d'insolation inclues dans cette fiche. Maceio était la fiche où le pic de RR était le plus décalé dans l'année, à savoir en juin en début d'hiver. Ici avec ce maximum au mois de mai on revient un peu vers un régime tropical plus classique. Du côté de la saison sèche celle ci se rétrécie de plus en plus au fur et à mesure que l'on progresse vers le sud: on tend déjà vers les régimes de RR subtropicaux humides de façade est que l'on trouvera partout plus au sud, sans saison sèche. C'est encore une fiche où je trouve une lame d'eau annuelle très différente des vieilles normales 1961-1990: 1301mm vs. 2144mm (-39%): j'ai bien pris la peine de préciser l'emplacement de la station d'où sont tirées les normales 1961-1990, à plus de 20kms de la station étudiée aujourd'hui, donc toute comparaison est inutile. On retrouve une station très côtière, avec un alizé très présent et constant: les tx en pâtissent et l'on retrouve des txx annuelles et absolues aussi faibles qu'à Natal ou Fortaleza. L'inflexion des alizé vers le sud est nette durant la saison de soleil bas, lorsque l'anticyclone de St Helene prend ses quartiers d'hiver sur l'Atlantique Sud. Voici un été normal, avec un pic thermique décalé vers février - mars. Les RR augmentes graduellement mais cela reste souvent sec et agréable. Encore une fois c'est terriblement monotone... Puis le pic de RR de avril / mai / juin. La saison 2011 fut bien normale, avec cependant un léger déficit de RR. Enfin "l'hiver", dans la continuité de la saison la plus pluvieuse avec des précipitation encore fréquentes mais souvent faibles. Il ne fait bien sur pas froid. Après toute cette monotonie je vais vous montrer un peu plus d'exemple de mois anormaux en bonus. - Juillet 2006, le plus froid depuis au moins 2000. Vous voyez que ça ne casse pas des briques comme froid, on trouvais nettement mieux le long des Andes plus à l'ouest. - Janvier 2005, le plus chaud, avec une anomalie encore plus forte sur le Td. - Et le mois le plus pluvieux depuis au moins 2000, dégueulasse à souhait en première décade: mai 2009. Voilà, cette fois ci c'est vraiment tout pour aujourd'hui !
  9. #280. Maceió. Reprise de cette série Brésilienne, Maceio est une ville de 1 million d'habitants située à 190kms au SE de Récife, et 405 kms de Natal. Plus loin, Teresina est à 915kms, Brasilia 1480kms. Encore un fois le relief ne joue pas un grand rôle, les collines côtières sont modestes et les plus hauts reliefs de cette carte culminent à moins de 1100m, à 120kms de la station. Une fois de plus la station est sur l'aéroport, à 18kms du centre ville et 17kms de l'océan. C'est assez "campagnard", en lisière des zones urbanisées. J'ai marqué également les coordonnées de l'autre station synoptique de la ville (en blanc), d'où sont tirées les normales d'ensoleillement. On retrouve un climat d'alizé très similaire à Natal et c'est pour cela que j'ai zappé Recife: sur de grandes distances le climat de cette côte ne varie guère. L'alizé est un peu moins fort mais c'est probablement du à la position bien en retrait de l'océan. Le maximum pluviométrique de juin se confirme ici, et par rapport à Natal la baisse d'intensité des pluies après juin est plus lente, et abouti sur une saison sèche moins marquée. On constate en regardant le vent d'un peu plus près que le maximum pluviométrique correspond à la période de l'année où l'alizé est le plus faible: sa dominante prend une composante sud plus forte, et surtout il se renverse de temps en temps. On a déjà vu dans de précédentes fiches Brésilienne qu'un alizé trop fort inhibe la convection, là il semble également que le mauvais temps se développe mieux dans des périodes de calmes relatifs où l'alizé est très affaibli. Il est intéressant de retrouver ce calme relatif ici loin de la ZCIT, avec des effets similaires. Voici un exemple d'été - à partir de cette fiche l'opposition été/hiver devient pertinente, et ici les étés sont plutôt chauds et beaux. Décembre est au cœur du minimum de RR annuel, c'est logiquement le mois le plus sec de l'exemple. Puis l'été continue dans un temps globalement beau, seulement entrecoupé que quelques ondes perturbées. C'est encore une destination où l'on peut faire du tourisme balnéaire sans grand risque. Les t° gardent une grande monotonie, cependant la position plus australe et plus continentale engendre d'épisodiques pics de chaleurs: les 35°c sont dépassés plus d'une année sur deux, alors qu'à Natal la txx annuelle avoisine 32.5°c. Voici un exemple de saison des pluies / hiver. Sur cet exemple au bilan neutre l'excédent de RR de aout compense le déficit de juillet. Par rapport à Natal les choses commencent à changer: le mauvais temps est plus fréquent, et le cumul pluviométrique ne se limite pas principalement à quelques épisodes diluviens qui font la saison. Sur la période mai-aout, on décompte ici 80 jours avec RR>1mm, contre 56 à Natal. Enfin en bonus un exemple de mois de juin particulièrement humide: Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !
  10. Voici la liste des fiches Bresiliennes que j'ai faites, tout mélangé (postées et non postées): Comme vous voyez depuis fin novembre le gros du travail est fait, il reste les infographies et c'est le plus rébarbatif, d'où le retard.
  11. Salut à tous, J'ai un peu déserté le forum car comme la dernière fois mon coté gamer a repris le dessus, mais je continue en parallèle à accumuler des fiches que je finirai bien par poster ici. Il m'en reste une bonne dizaine pour le Brésil, j'ai couvert le pays dans sa globalité. Actuellement je suis en train de bosser sur une autre région du monde jusqu'ici ignorée dans ce sujet... vous en avez eu une toute petite preview il y a quelques jours sur le topic de suivi du temps aux USA
  12. En complément de mon post d'hier voici une carte piquée sur le topic Québecois, qui montre bien que le NO des Etats-Unis fait bande à part cet année avec un hiver froid:
  13. Résumé mensuel pour Lyon St Exupéry (pas Bron). Depuis 2000 c'est avec février 2012 le seul mois à Tm 24h <= 0°c. On regrette l'absence de neige durant les périodes les plus froides, ce qui a pénalisé les tn - on aurait pu avoir moins avec un petit manteau blanc. Depuis 3 mois il y a pas mal de RR manquantes dans les synops, cependant pour janvier il ne doit manquer que quelques dixième de mm au compteur. Sur décembre - janvier le cumul n'est que de 31mm environ, ce qui est remarquable pour la région.
  14. C'est passé relativement inaperçu car ce n'est pas la région la plus extrême du pays, mais le nord-ouest des Etats Unis est en train de vivre un bon hiver: On commence soft avec Seattle, dont le climat se rapproche de celui de la vendée (en gros, car je cherche une comparaison avec l'Europe). Les fortes gelées de la première quinzaine de janvier et le beau temps associé ne sont donc pas le type de temps dominant là-bas en hiver. Decémbre avait donné quelques salves hivernales aussi, témoin cette neige au sol les premiers jours de l'année. Déficit thermique de janvier 2017 (par rapport la la moyenne 2000-2017): -2.2°c. Puis Portland (celui de l'Oregon), dont le régime thermique est très proche des régions du sud-ouest de la France entre Toulouse et Bordeaux. L'hiver n'y est donc normalement pas plus rude qu'à Seattle, mais cette année la neige et les pluies verglaçantes y ont joué les troubles-fête, à tel point que l'aéroport de Seattle a envoyé plusieurs camions de produit dégivrant pour dépanner celui de Portland. Le -11.7°c (11°F) du 13/01/2017 est la plus basse tn depuis au moins 2000. Notez aussi les 2 jours de vent d'est bien pénible les 3 et 4/01. L'anomalie de janvier est de -4.2°c. Les plaines du nord-ouest sont protégées des influences maritimes par les sierras côtières, et du tumulte des grandes plaines par les Rocheuses. On y trouve donc des séquences de temps froid et calme (et souvent brumeux) bien plus longues qu'ailleurs dans les pays, à l'image de ce que l'on peut trouver en Europe Centrale ou dans les Balkans. A Spokane, l'enneigement inhabituellement tenace maintient des conditions froides depuis la mi-décembre. Par rapport à mes moyennes faites maison je trouve une anomalie de -2.6°c pour décembre 2016 et -4.7°c pour janvier 2017. On reste cependant loin des records de froid (j'ai un -30°c en janvier 2003). A Boise, bien à l'abri des influences océanique, le déficit thermique est de -4.7°c pour décembre et -5.0°c pour janvier. Là aussi l'enneigement y est particulièrement tenace cette année. La tnn de -23.9°c est un record depuis 2000 (je ne suis pas allé comparer avec les valeurs historiques). J'ai aussi une pression max de 1050.1 hPa le 28/01, plus haute valeur depuis au moins 2000. Enfin plus au sud le grand froid a fait un détour jusqu'à Salt Lake City, avec là aussi la plus basse tn depuis au moins 2000: -21.1°c le 7/01. Egalement la plus haute pression depuis 2000: 1048.1 hPa le 28/01. Notez le redoux fulgurant et catastrophique du 8 avec des pluies verglaçantes. Bilan: -1.2°c de déficit pour janvier 2017.
  15. Retour sur l'automne dernier et cette première partie d'hiver à Moscou. Octobre fut l'un des plus gris jamais connu, et le plus gris depuis au moins 2000. A l'exception du début du mois doux et perturbé, ce fut une grisaille anticyclonique d'une monotonie absolue, marquée par de faibles écarts de températures. La première gelée arrive avec plus de 2 semaines de retard - le 24/10 contre le 7/10 sur la moyenne 2000-2016, mais à contrario l'enneigement hivernal continu débute très précocement 3 jours plus tard le 27/10. Depuis 2000 le début moyen de l'enneigement continu est le 1/12, et la 2e date la plus précoce est le 13/11 (en 2001 et 2007). A noter aussi une pointe à 1050.6 hPa le 24/10, rarissime en octobre. La faiblesse des tx abaisse la moyenne d'octobre plus de 1°c sous la moyenne 2000-2016. Novembre se caractérise par l'absence de redoux, et fini plus de 3°c sous la moyenne 2000-2016. On note une première qunizaine bien humide avec des phénomènes plus fréquemment observés en Amérique du nord: pluie verglaçante et granules de glace. Décembre commence par un temps bien hivernal mais sans grand froid, puis la deuxième quinzaine est sous l'influence du zonal océanique avec le temps typique associé à ce régime: encore beaucoup de grisaille et des t° proches de 0°c. Le bilan est neutre pour décembre, très proche des moyennes. Janvier lui aussi présente un bilan thermique neutre, mais avec bien plus de contrastes: - "grande douceur" pour le début de l'année avec de la pluie et des nuits hors gel. - grand froid une semaine plus tard, avec 3 jour sous -20°c et une tnn de quasi -30°c. Les tn < -30°c sont vraiment rares à Moscou, la dernière remonte à janvier 2006 (-30.6°c), et avant il faut remonter à janvier 1987 (4 occurrences, tnn -32.4°c) puis 1978/79 (3 occurrences tnn -38.0°c). Pour les années 90 les -30°c n'ont pas été atteints bien qu'approchés (-29.6°c le 31/01/1991). Ce -29.9°c est donc la 2e plus basse tn depuis le grand janvier 1987. La suite de l'hiver s’annonce pas mal là-bas, je tenterai de faire un point dans 1 mois.