mottoth

Climats du monde

Messages recommandés

dann17   

Oui, l'amplitude thermique annuelle est de 24,5 contre 27,7 à Bangor 1850 m plus bas. C'est encore beaucoup pour l'altitude et la latitude.

Oui, c'est ce que j'avais remarqué. Je pense que c'est dû au fait que ces advections (tantôt arctique en hiver, et tantôt (sub)tropicales en été) sont dynamiques, càd que l'advection a lieu à toutes altitudes. Contrairement à un temps anticyclonique stable (notamment en hiver) qui, lui au contraire, aurait tendance à engendrer une forte inversion (en hiver), donc ferait en sorte que le gradient thermique vertical moyen serait plus faible.

C'est ce que je voulais pointer ici : les fortes amplitudes thermiques annuelles ne sont pas uniquement le résultat de la continentalité, mais elles sont aussi en bonne partie dues à ces advections froides puis chaudes « généralisées » et fréquentes durant les saisons froides et chaudes, alternativement et respectivement.

Truc assez curieux, l'amplitude journalière est plus forte l'hiver que l'été alors que c'est habituellement

l'inverse. C'est sans doute du à la vigueur des perturbations et donc à l'alternance des masses d'air plus intense pendant la saison froide.

Je pense en fait que cela est dû au fait qu'étant données les températures hivernales très basses (environ -15°C en moyenne), l'air est très sec => or dans un air très sec, l'amplitude thermique diurne est toujours plus élevée que dans un air riche en vapeur d'eau (je vous passe l'explication physique). D'ailleurs ici, à 44°N, le soleil monte tout de même à 23-25° au-dessus de l'horizon en décembre et janvier => le réchauffement du sol (bien qu'enneigé) et de l'air très sec est assez efficace.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Oui, c'est ce que j'avais remarqué. Je pense que c'est dû au fait que ces advections (tantôt arctique en hiver, et tantôt (sub)tropicales en été) sont dynamiques, càd que l'advection a lieu à toutes altitudes. Contrairement à un temps anticyclonique stable (notamment en hiver) qui, lui au contraire, aurait tendance à engendrer une forte inversion (en hiver), donc ferait en sorte que le gradient thermique vertical moyen serait plus faible.

C'est ce que je voulais pointer ici : les fortes amplitudes thermiques annuelles ne sont pas uniquement le résultat de la continentalité, mais elles sont aussi en bonne partie dues à ces advections froides puis chaudes « généralisées » et fréquentes durant les saisons froides et chaudes, alternativement et respectivement.

La forte amplitude thermique annuelle qui prévaut dans cette région est due à la prédominance des vents d'ouest ou nord-ouest qui "coupent" la région de l'influence de l'océan pourtant tout proche et apportent une influence continentale prédominante. Cette amplitude est encore amplifiée par la prédominance des advections polaires froides de nord-ouest en hiver et la prédominance des advections d'air subtropical tièdes en été.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je poste pour la première fois sur ce topic. Je viens de passer deux jours à lire un bon nombre de compte-rendu climatiques, je dois avouer que c'est vraiment intéressant (en même temps moi qui aime beaucoup la climatologie c'était quasi obligé) shifty.gif

Je voudrais féliciter mottoth pour le fabuleux boulot qu'il a effectué jusqu'ici, la base de données devient sacrément conséquente maintenant. Les comptes-rendus sont clairs, précis, et pas trop imposants, ce qui permet de tout lire sans avoir une impression de longueur ! happy.png

Ce topic va dorénavant devenir un de mes passages obligés sur le forum infoclimat default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Climat assez terrible en effet! Le ski de randonné par exemple doit être à haut risque la haut, si le vent se lève ca doit rapidement devenir dangereux avec un refroidissement éolien extrême. En même temps je doute qu'il ai beaucoup de prétendant, ça doit être connu par les locaux. Mais bon vaut mieux pas se perdre dans le coin, surtout en hiver...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel climat là-bas !

En tout cas, merci mottoth pour toutes ces fiches smile.png

Cela permet de connaître de nouveaux climats et on voit à quel point ce dernier est diversifié sur notre bonne vieille terre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#221. Halifax.

 

Merci à tous pour vos retours, j'étais sur que le Mt Washington plairais beaucoup smile.png

 

On continue, un peu laborieusement en raison de plusieurs facteurs: peu de temps libre à la maison ou au boulot (on passe un été difficile au taf donc je travaille vraiment... trop dur thumbdown.gif ), et des difficultés techniques sur le dernier développement destiné à collecter les METARs et à les fusionner au milieu des synops - je pense avoir résolu les derniers problèmes aujourd'hui mais faute de temps et de concentration j'ai mis un bon mois pour débugger ce module...

On pousse donc doucement vers les provinces maritimes Canadiennes: Halifax est la capitale de la Nouvelle Écosse, l'agglomération regroupe un peu plus de 400 000h.

 

Bangor est à 420kms, Montréal à 810kms.

71395_map0.jpg

 

La station est sur l'aéroport international, à 25kms du centre ville et 27kms de l'océan. Elle est dans un environnement de petites collines, c'est très vert et très campagnard.

71395_map1.jpg

 

Vue vers le sud:

71395_map2_S.jpg

 

71395_Halifax_A_v7.33.png

 

Le régime de RR n'a ici plus rien de continental, il est même océanique. L'hiver est froid, mais moins qu'à Bangor ou Montréal... nous avons affaire à ce que j’appellerais une climat océanique de façade est: c'est franchement humide (en hygrométrie et en pluviométrie) et très perturbé, avec une importante cyclogenèse océanique. Mais c'est bien plus froid et neigeux que les climats océaniques classiques de façade ouest. L'un des traits caractéristiques de ce climat est un début d'été très brumeux, avec des brouillards fréquents au contact de l'océan encore froid.

 

Les roses des vents montrent encore la domination du zonal de ONO en hiver, qui draine donc de l'air continental froid qui va nourrir la cyclogenèse des provinces maritimes et du proche Atlantique. En été, il semble que brises marines et advections d'air chaud de la cellule subtropicale se conjuguent pour donner un vent de sud dominant.

71395_Halifax_C_v7.33.png

 

En juin et juillet le maximum de nébulosité marqué en fin de nuit - que l'on ne retrouve pas en aout - est l'empreinte de la grisaille matinale en cette saison.

71395_Halifax_B_v7.33.png

 

 

Voici l'hiver 2007-2008 qui est le plus proche de ces moyennes 2000-2015 (tn -0.2°c, tx 0.0°c, RR +18%).

C'est un temps changeant, souvent perturbé et soumis aux coups de vents, qui alterne rapidement pluie et neige, beau et mauvais temps, fort gel et franc dégel. On retrouve également souvent le cocktail hivernal typique de la moitié est du continent nord-américain: verglas et/ou granules de glace en plus du mélange pluie/neige. Les lames d'eau sont souvent fortes, comme durant ce mois de février bien arrosé. Et la couche de neige peut disparaitre en plein hiver, même si en moyenne on distingue une période d'enneigement continu de fin décembre à fin mars. L’ensoleillement reste correct grâce au caractère dynamique du temps qui empêche la formation de grisaille trop persistante, et l'on est presque assuré de voir du soleil entre deux perturbations.

71395_DEC07-_FEB08.png

 

 

Un exemple de mois d'avril normal, qui montre une douceur très timide sous l'influence de l'océan refroidi par le courant du Labrador.

71395_APR11.png

 

 

Voici l'été 2009, normal sur les t° (tn 0.0°c, tx -0.2°c) mais assez humide (RR +30%). Le départ de l'été est laborieux mais aout rattrape tout avec de la bonne chaleur à caractère subtropical. Notez la période de grisaille typique du début d'été fin juin début juillet, mais même en dehors de cette période les brumes et brouillards matinaux restent fréquents. On termine par une belle tempête le 29/08 avec 55mm en 6h et une tx nocturne de 20.4°c contre 14.8°c au meilleur de l'après midi.

71395_JUN-_AUG09.png

 

 

Vous le savez j'aime bien finir de temps en temps par un mois un peu extraordinaire, voici octobre 2011 avec ses trombes d'eau et ses variations spectaculaires de températures. J'avais déjà montré ce mois-ci sur la fiche de Montréal, ici on retrouve un coup de frais précoce et les premiers flocons le 6/10 - à la même période où j'en avais observé en Gaspésie. Puis le réchauffement spectaculaire vers l'été indien qui marqua l'est du Canada cette année, avec cependant ici des chaleurs moins durables. Et dès la fin du mois on semble déjà rentrer dans l'hiver...

71395_OCT11.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui !

 

Modifié par mottoth
Remise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a affaire ici a un climat tempéré continental a été court. L'hiver reste bien froid pour une station située a la latitude de Bordeaux. Ça me faisait beaucoup penser a l’île d'Hokkaido qui a un climat similaire. Viers désignait ce climat comme acadien.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

On a affaire ici a un climat tempéré continental a été court. L'hiver reste bien froid pour une station située a la latitude de Bordeaux. Ça me faisait beaucoup penser a l’île d'Hokkaido qui a un climat similaire. Viers désignait ce climat comme acadien.

Non, c'est un climat océanique à influence continentale. Bien pourri en tout cas, et parfait pour ceux qui aiment les cocktails dégueulasses en hiver... sick.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci pour cette dernière fiche de Halifax.

Malgrè l'apparence du régime pluviométrique à minimum d'été, il s'agit bien d'un climat continental par l'amplitude thermique annuelle qui est de 24°C.

Ce minimum pluviométrique estival est provoqué par la stabilisation de l'air durant l'été par l'océan refroidi du fait de la descente d'eau en provenance de l'Arctique (courant du Labrador). En hiver, quand le continent devient froid (et même très froid), l'effet stabilisateur relatif de l'océan disparait car il est alors à une température supérieure à celle du continent. C'est d'ailleurs à peu près la latitude minimale à laquelle semble agir ce courant froid, Boston et New York, en situation côtière également mais plus au sud, n'ont plus ce minimum pluviométrique estival.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
un Troll   

Je poste pour la première fois sur ce topic. Je viens de passer deux jours à lire un bon nombre de compte-rendu climatiques, je dois avouer que c'est vraiment intéressant (en même temps moi qui aime beaucoup la climatologie c'était quasi obligé) shifty.gif

Je voudrais féliciter mottoth pour le fabuleux boulot qu'il a effectué jusqu'ici, la base de données devient sacrément conséquente maintenant. Les comptes-rendus sont clairs, précis, et pas trop imposants, ce qui permet de tout lire sans avoir une impression de longueur ! happy.png

Ce topic va dorénavant devenir un de mes passages obligés sur le forum infoclimat wink.png

Je m'associe !du Très bon boulot !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Malgrè l'apparence du régime pluviométrique à minimum d'été, il s'agit bien d'un climat continental par l'amplitude thermique annuelle qui est de 24°C.

Ce minimum pluviométrique estival est provoqué par la stabilisation de l'air durant l'été par l'océan refroidi du fait de la descente d'eau en provenance de l'Arctique (courant du Labrador). En hiver, quand le continent devient froid (et même très froid), l'effet stabilisateur relatif de l'océan disparait car il est alors à une température supérieure à celle du continent.

Justement Yves, c'est une mécanique typiquement océanique, et c'est pour ça que je préfère le mot "océanique" à "continental" pour décrire ce climat, même si le froid hivernal est sans aucune mesure avec celui des climats océaniques traditionnels de façade ouest.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Salut à tous,

À la vue de cette fiche de Halifax (j'en profite pour remercier Mottoth), je me devais de venir y apporter ma contribution.

En effet, pour la 4ème fois, je reviens de cette magnifique (vraiment !) région de la Nouvelle-Ecosse (Nova Scotia pour les locaux) que je commence désormais à très bien connaître : le « Southern Shore ».

Halifax en fait partie, et l'aéroport de Halifax (dont il est question ici) se situe en sa limite nord et intérieure.

Ici, et qui plus est sur le littoral, nous nous situons à l'extrémité sud-est du Canada.

Comme vous pouvez le voir sur cette carte (et pour confirmer les propos de Mottoth), la position déjà bien avancée dans l'océan fait en sorte qu'une grande partie des directions du vent amène de l'air modérément à fortement océanique sur Halifax, et encore plus sur l'extrême sud de la province. Seuls les vents d'ouest à nord sont continentaux.

150815061041646949.png

Je comprends tout à fait la réticence d'Yves à considérer un tel climat comme étant océanique. En effet, avec une amplitude de 24°C, l'indice de continentalité grimpe à 0,47 (ce qui est encore élevé).

On se retrouve alors typiquement dans le cas où une continentalité élevée n'implique pas nécessairement d'être dans un climat continental.

Comme je l'avais rapidement expliqué il y a quelques jours, la continentalité élevée résulte du fait qu'en été (et Mottoth l'a souligné), la cellule anticyclonique subtropicale des Bermudes étend son influence assez fréquemment et assez facilement, si bien que, malgré la présence des eaux froides du courant du Labrador, l'air chaud et stable subtropical baigne souvent la côte atlantique de la province. Les températures sont donc poussées vers le haut malgré tout.

En hiver, c'est le contraire, les vents viennent souvent du continent, et ce sont donc ces intrusions arctiques relativement fréquentes qui poussent fortement les températures moyennes vers le bas.

Par conséquent, si l'amplitude annuelle est finalement assez élevée, c'est bien plus à cause de ces influences atmosphériques antagonistes et périodiques qu'à cause de la "vraie" continentalité (celle qui serait issue d'un "substrat" continental, ce qui n'est pas le cas ici).

Les précipitations hivernales sont très majoritairement dues aux passages de dépressions atlantiques dont la virulence résulte effectivement de la différence entre les masses d'air continentales - voire arctiques - et subtropicales - càd celles aspirant une grande quantité de vapeur d'eau au-dessus de l'océan chaud (au-dessus des eaux du Gulf Stream qui passe tout près de là, au large des côtes de Nouvelle-Ecosse). Bref, le phénomène est tout à fait océanique.

Quant aux précipitations d'été, vous avez tout résumé également, mais tu as oublié, Yves, l'influence assez nette de la cellule anticyclonique des Bermudes (alors que cette influence est quasi nulle plus loin à l'ouest ou au nord-ouest, comme dans le sud du Québec par exemple).

Il faut savoir qu'à Halifax, et cela est encore beaucoup plus net sur la côte (Peggy's Cove, Western Head, Liverpool, Cape Sable Island, et même Yarmouth), si l'hiver reçoit une influence continentale (voire arctique) assez forte (mais brève : 4 mois maximum) et souvent entrecoupée par des épisodes très perturbés, très doux et très océaniques, l'été, quant à lui, est clairement et indiscutablement pleinement océanique. On se croirait dans l'ouest de la Bretagne (Halifax et surtout Yarmouth font carrément penser à Brest, quoiqu'il fasse plus souvent nettement plus chaud à Halifax qu'à Brest), et même en Irlande, voire sur les côtes ouest de la Norvège (lorsque l'on compare le littoral). Les brumes et brouillards sont très fréquents (moins à l'aéroport de Halifax, trop dans l'intérieur), et les orages thermiques quasi inexistants, pour ne pas dire inexistants tout court ! La bruine et le crachin se produisent de temps en temps en plein été.

Bref, il est assez difficile de trancher pour Halifax aéroport, même si l'influence (et le "substrat") océanique est, à mon avis, plus forte que l'influence continentale.

C'est pour ces raison que, malgré un indice de continentalité élevé, je pense que le climat de cette station peut tout juste être considéré comme océanique.

Voici quelques photos (prises par votre serviteur biggrin.png il y a deux semaines environ):

Type de temps et ambiance assez fréquents lorsqu'il ne fait pas beau l'été : brume, brouillard, voire bruine et 14 à 18°C.

150815070456230589.jpg

Fin d'après-midi, le snuages ont bourgeonné légèrement vers l'intérieur, mais pas sur les côtes.

150815071431853552.jpg

Ambiance subarctique et océanique mélangée : sur le littoral, on trouve majoritairement des espèces subarctiques (épinettes, sapins) dû au fait qu'on ne dépasse les 10°C qu'à peine plus de 4 mois ici (contre près de 5 mois dans l'intérieur du sud de la Nouvelle-Ecosse, bien plus chaude l'été : 19,5°C de Tm et fort Td moyen en juillet, contre 15-16°C ici sur la côte en juillet et août), et des espèces océaniques (fougères fréquentes, feuillus tortueux). Lorsqu'il fait beau en été (et c'est assez souvent), les après-midi sur le littoral ne dépassent pas les 18-20°C malgré le soleil, mais au même moment, il fait souvent dans les 26-30°C à quelques kms seulement dans l'intérieur (sans compter le Td élevé !).

150815070618913978.jpg

150815072337572563.jpg

No comment...

150815070743990593.jpg

Kejimkujik Seaside...

150815070953847488.jpg

Non loin de Barrington (extrême sud)

150815083307834126.jpg

Des airs de Norvège ou de Colombie britannique...

150815071044107055.jpg

L'eau est magnifique, mais un peu fraîche (12°C, oui oui, 12 !) biggrin.png

150815071131257545.jpg

L'intérieur lacustre du sud de la Nouvelle-Ecosse, ici vers Caledonia, Chelsea... végétation légèrement différente : elle n'est pas, ici, subarctique. Les étés étant plus longs et plus chauds (l'aéroport de Halifax ne l'étant pas tout à fait autant).

On trouve donc ces nombreux et superbes pins blancs et ces pruches caractéristiques du coin (comme à l'aéroport), mais également de nombreux bouleaux, érables, et chênes d'Amérique. Quelques rares espèces subarctiques comme le sapin et l'épinette, encore une fois un peu moins rares vers l'aéroport de Halifax qu'ici.

150815083616817340.jpg

150815084614874205.jpg

L'eau des lacs est bien meilleure : de 24 à 26°C !

150815084738677902.jpg

Il est d'ailleurs très surprenant de constater que le climat et le biome de la côte sud de la Nouvelle Ecosse (comme à Peggy's Cove, à 30 km au sud de Halifax, ou à Cape Sable Island, 43°26'N, latitude de Marseille !) sont similaires à ceux qu'on retrouve dans les fjords norvégiens à 64-65°N, soit 2500 km plus au nord ! Effet du courant du Labrador... À la seule différence (notable) qu'ici (en NS), le soleil tape bien plus fort qu'en Norvège...

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Mottoth, si éventuellement tu pouvais nous sortir une fiche sur unes de ces stations les plus océaniques de la Nouvelle-Ecosse, comme :

- Sable Island

- Cape Sable Island

- ou Baccaro Point

Ce serait excellent !

smile.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Salut à tous,

À la vue de cette fiche de Halifax (j'en profite pour remercier Mottoth), je me devais de venir y apporter ma contribution.

En effet, pour la 4ème fois, je reviens de cette magnifique (vraiment !) région de la Nouvelle-Ecosse (Nova Scotia pour les locaux) que je commence désormais à très bien connaître : le « Southern Shore ».

Halifax en fait partie, et l'aéroport de Halifax (dont il est question ici) se situe en sa limite nord et intérieure.

Ici, et qui plus est sur le littoral, nous nous situons à l'extrémité sud-est du Canada.

Comme vous pouvez le voir sur cette carte (et pour confirmer les propos de Mottoth), la position déjà bien avancée dans l'océan fait en sorte qu'une grande partie des directions du vent amène de l'air modérément à fortement océanique sur Halifax, et encore plus sur l'extrême sud de la province. Seuls les vents d'ouest à nord sont continentaux.

Je comprends tout à fait la réticence d'Yves à considérer un tel climat comme étant océanique. En effet, avec une amplitude de 24°C, l'indice de continentalité grimpe à 0,47 (ce qui est encore élevé).

On se retrouve alors typiquement dans le cas où une continentalité élevée n'implique pas nécessairement d'être dans un climat continental.

Comme je l'avais rapidement expliqué il y a quelques jours, la continentalité élevée résulte du fait qu'en été (et Mottoth l'a souligné), la cellule anticyclonique subtropicale des Bermudes étend son influence assez fréquemment et assez facilement, si bien que, malgré la présence des eaux froides du courant du Labrador, l'air chaud et stable subtropical baigne souvent la côte atlantique de la province. Les températures sont donc poussées vers le haut malgré tout.

En hiver, c'est le contraire, les vents viennent souvent du continent, et ce sont donc ces intrusions arctiques relativement fréquentes qui poussent fortement les températures moyennes vers le bas.

Par conséquent, si l'amplitude annuelle est finalement assez élevée, c'est bien plus à cause de ces influences atmosphériques antagonistes et périodiques qu'à cause de la "vraie" continentalité (celle qui serait issue d'un "substrat" continental, ce qui n'est pas le cas ici).

Les précipitations hivernales sont très majoritairement dues aux passages de dépressions atlantiques dont la virulence résulte effectivement de la différence entre les masses d'air continentales - voire arctiques - et subtropicales - càd celles aspirant une grande quantité de vapeur d'eau au-dessus de l'océan chaud (au-dessus des eaux du Gulf Stream qui passe tout près de là, au large des côtes de Nouvelle-Ecosse). Bref, le phénomène est tout à fait océanique.

Quant aux précipitations d'été, vous avez tout résumé également, mais tu as oublié, Yves, l'influence assez nette de la cellule anticyclonique des Bermudes (alors que cette influence est quasi nulle plus loin à l'ouest ou au nord-ouest, comme dans le sud du Québec par exemple).

Il faut savoir qu'à Halifax, et cela est encore beaucoup plus net sur la côte (Peggy's Cove, Western Head, Liverpool, Cape Sable Island, et même Yarmouth), si l'hiver reçoit une influence continentale (voire arctique) assez forte (mais brève : 4 mois maximum) et souvent entrecoupée par des épisodes très perturbés, très doux et très océaniques, l'été, quant à lui, est clairement et indiscutablement pleinement océanique. On se croirait dans l'ouest de la Bretagne (Halifax et surtout Yarmouth font carrément penser à Brest, quoiqu'il fasse plus souvent nettement plus chaud à Halifax qu'à Brest), et même en Irlande, voire sur les côtes ouest de la Norvège (lorsque l'on compare le littoral). Les brumes et brouillards sont très fréquents (moins à l'aéroport de Halifax, trop dans l'intérieur), et les orages thermiques quasi inexistants, pour ne pas dire inexistants tout court ! La bruine et le crachin se produisent de temps en temps en plein été.

Bref, il est assez difficile de trancher pour Halifax aéroport, même si l'influence (et le "substrat") océanique est, à mon avis, plus forte que l'influence continentale.

C'est pour ces raison que, malgré un indice de continentalité élevé, je pense que le climat de cette station peut tout juste être considéré comme océanique.

Ambiance subarctique et océanique mélangée : sur le littoral, on trouve majoritairement des espèces subarctiques (épinettes, sapins) dû au fait qu'on ne dépasse les 10°C qu'à peine plus de 4 mois ici (contre près de 5 mois dans l'intérieur du sud de la Nouvelle-Ecosse, bien plus chaude l'été : 19,5°C de Tm et fort Td moyen en juillet, contre 15-16°C ici sur la côte en juillet et août), et des espèces océaniques (fougères fréquentes, feuillus tortueux). Lorsqu'il fait beau en été (et c'est assez souvent), les après-midi sur le littoral ne dépassent pas les 18-20°C malgré le soleil, mais au même moment, il fait souvent dans les 26-30°C à quelques kms seulement dans l'intérieur (sans compter le Td élevé !).

L'intérieur lacustre du sud de la Nouvelle-Ecosse, ici vers Caledonia, Chelsea... végétation légèrement différente : elle n'est pas, ici, subarctique. Les étés étant plus longs et plus chauds (l'aéroport de Halifax ne l'étant pas tout à fait autant).

On trouve donc ces nombreux et superbes pins blancs et ces pruches caractéristiques du coin (comme à l'aéroport), mais également de nombreux bouleaux, érables, et chênes d'Amérique. Quelques rares espèces subarctiques comme le sapin et l'épinette, encore une fois un peu moins rares vers l'aéroport de Halifax qu'ici.

Il est d'ailleurs très surprenant de constater que le climat et le biome de la côte sud de la Nouvelle Ecosse (comme à Peggy's Cove, à 30 km au sud de Halifax, ou à Cape Sable Island, 43°26'N, latitude de Marseille !) sont similaires à ceux qu'on retrouve dans les fjords norvégiens à 64-65°N, soit 2500 km plus au nord ! Effet du courant du Labrador... À la seule différence (notable) qu'ici (en NS), le soleil tape bien plus fort qu'en Norvège...

Océanique ? Peut-être mais la végétation est tout de même bien différente des climats océaniques tels qu'on l'entend habituellement : il s'agit là, semble t-il d'après les photos, d'une forêt de conifères déjà bien adaptés à la fois à un climat hivernal rude et à un été frais, analogue à celle des zones continentales rudes de l'Eurasie et de l'Amérique du Nord, bien différente des formations végétales océaniques "vraies" des latitudes moyennes : forêts de feuillus caduques ou landes en Europe occidentale (avec quelques persistants tel l'ajonc ou le houx), forêt de feuillus caduques ou persistants dans les zones océaniques de l'hémisphère sud (Chili, Tasmanie ou Nouvelle Zélande). Ces dernières formations seraient incapables de supporter les froids hivernaux de Nouvelle Ecosse.

Dans tous les cas, ce climat est logiquement bien proche de celui de l'ile nord du Japon, comme à Sapporo.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
PeriOo   

C'est super beau en effet et ça me fait également beaucoup penser a la Norvège!

Ça n'a pas grande importance mais ces paysages plats ponctués de lacs, c'est plutôt Suède ou Finlande. La Norvège est bien plus accidentée wink.png

A part ça, topic toujours aussi sympa et très belles images de cette région de Halifax.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Quel sujet fascinant!Mille mercis!!

Mottoth, si éventuellement tu pouvais nous sortir une fiche sur unes de ces stations les plus océaniques de la Nouvelle-Ecosse, comme :

- Sable Island

- Cape Sable Island

- ou Baccaro Point

Ce serait excellent !

smile.png

Oh oui Sable Island!!! 😊http://www.ogimet.com/cgi-bin/gsynres?lang=en&ord=REV&ndays=30&ano=2015&mes=08&day=18&hora=12&ind=71595

https://fr.wikipedia.org/wiki/%C3%8Ele_de_Sable_(Canada)

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Océanique ? Peut-être mais la végétation est tout de même bien différente des climats océaniques tels qu'on l'entend habituellement : il s'agit là, semble t-il d'après les photos, d'une forêt de conifères déjà bien adaptés à la fois à un climat hivernal rude et à un été frais, analogue à celle des zones continentales rudes de l'Eurasie et de l'Amérique du Nord, bien différente des formations végétales océaniques "vraies" de ces latitudes : forêts de feuillus caduques ou landes en Europe occidentale (avec quelques persistants tel l'ajonc ou le houx), forêt de feuillus caduques ou persistants dans les zones océaniques de l'hémisphère sud (Chili, Tasmanie ou Nouvelle Zélande). Ces dernières formations seraient incapables de supporter les froids hivernaux de Nouvelle Ecosse.

Dans tous les cas, ce climat est logiquement bien proche de celui de l'ile nord du Japon, comme à Sapporo.

La végétation est effectivement bien différente de celle des climats océaniques tels que tu te les représentes, exclusivement... en effet, sans t'en douter, tu ne te représentes que ce que tu as tout près de toi, en France, ou en Europe de l'Ouest, et tu cites des exemples exotiques (Chili, Tasmanie, etc...) qui ressemblent à la représentation que tu te fais de la « végétation océanique ».

Or, il suffit d'aller voir en Norvège, comme je l'ai pourtant dit : regarde vers Trondheim, par exemple. Là-bas, le climat y est clairement océanique, avec une amplitude thermique annuelle évidemment plus élevée que celle de Brest, par exemple. Mais, comme tu le sais, la latitude élevée joue un rôle non négligeable : -1/-2°C en janvier et 14/15°C en juillet, donc indice de continentalité de 0,23 (donc trop faible pour prétendre à toute appartenance à un climat continental). Ces Tm de janvier et juillet étant d'ailleurs très, très proches de celle qu'on trouve sur le littoral du sud-est de la Nouvelle-Ecosse.

Voici ce qu'on trouve juste à côté de Trondheim :

3099338135_e2a0598772_b.jpg

Comme vers Brønnøysund, encore plus océanique : -1°C en janvier, et 13°C en juillet-août par 65°N, soit 0,21 d'indice de continentalité (très faible).

Ou au fond d'un fjord vers Bergen, dans les -1°C en hiver et 15-16°C en été : beaucoup d'épicéas également.

Tous ces coins sont océaniques. Mais avant cela, ils sont subarctiques, ou quasi subarctiques (forêt mixte). Comme sur le littoral sud-est de la Nouvelle-Ecosse.

Le fait qu'une région soit océanique ou pas n'influe pas sur la présence ou non de conifères tels que sapins baumiers et épicéas. Leur présence indique seulement qu'on a affaire, en premier lieu, à un climat subarctique (ou presque, si forêt mixte).

Mais leur présence dépend aussi d'un second élément : le vent, à mon avis. Si celui-ci est en moyenne trop fort et trop présent durant la saison végétative, alors les feuillus l'emportent : c'est le cas sur les côtes exposées de la Norvège subarctique, ou en Islande, vers Ushuaïa, etc... ce pourrrait être aussi la luminosité estivale qui joue.

En revanche, sur les côtes septentrionales de la Colombie britannique et de celles du sud-est de l'Alaska, jouissant d'un climat également très océanique, on retrouve exclusivement des conifères, car le vent en saison estivale y reste faible (l'anticyclone du Pacifique gonflant facilement vers le nord, apportant donc un type de temps plutôt stable et peu venteux en été) :

Sitka (sud-est Alaska) : +2°C en janvier, 14°C en août, Ic 0,19 comme à Brest, donc très océanique. Et on y trouve bien évidemment très majoritairement des conifères adaptés au peu de chaleur estivale.

La présence de forêts de feuillus (hormis sur certaines côtes subarctiques de Norvège ou d'Islande par ex) signifie que la Tm moyenne annuelle dépasse d'au-moins 5 mois les 10°C. Que l'on soit en climat océanique ou continental.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

Je viens de regarder vite fait pour Sable Island: seulement 4 synops/jour et pas de METARs disponibles pour combler les trous, donc non je ne pourrais pas proposer une fiche avec les données dont je dispose actuellement.

La prochaine mise à jour sera encore plus océanique que Halifax (mais moins que Sable Isl): ce sera St John's, ou en français St Jean de Terre Neuve. Tout est prêt, il me faut juste 1h tranquille chez moi pour la poster, j'espère demain en début d'après-midi.

Il y a des stations hyper-océaniques sur les iles Kouriles ou au large du Kamtchatka qui ont probablement d'énormes similitudes avec Sable Isl, et c'est sur ma "to-do list".

Il y a également St Pierre qui sera couverte un jour, j'ai déjà travaillé dessus mais il manque encore quelques années de données pour présenter un résultat suffisamment solide.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
mottoth   

#222. St John's

 

Direction Terre Neuve donc, pour la grande ville Canadienne la plus ventée et la moins ensoleillée du pays: St John's (St Jean).

Nous sommes déjà à 880kms d'Halifax, et 1620kms de Montréal.

71801_map0.jpg

 

La station est celle de l'aéroport, près de Torbay, à 4kms de l'océan et 7kms du centre ville. L'intérieur de l'ile est un milieu similaire à celui de l'aéroport d'Halifax: des collines et des lacs.

71801_map1.jpg

 

Vue vers le SSE:

71801_map2_SSE.jpg

 

71801_St_John_s_A_v7.35.png

 

Si pour Halifax certains pouvaient encore avoir des réserves, ici le doute n'est plus permis: c'est vraiment un climat pleinement océanique, et je rajouterais encore "de facade est" pour prendre en compte la rigueur des hivers. Le régime de RR est vraiment océanique, et on a aussi un décalage du minimum thermique en février.

NB: lors de la mise à jour du 17/04/2017, avec un algorithme un peu modifié, la classification de Köppen tombe désormais en Dfc (au lieu de Dfb auparavant): la période avec Tm>10°c ne s'étend pas sur 4 mois comme pourraient laisser entendre les Tm mensuelles mais sur seulement 111 jours (17/06 -> 5/10). On a donc affaire à un climat océanique subpolaire.

 

Malgré le dynamisme et la variété des synoptiques dans cette région un vent demeure majoritaire en toute saison: le zonal d'ouest. La dépression statistique d'Islande et l'anticyclone statistique des Bermudes ne font qu'infléchir légèrement les vents dominant vers l'ONO en hiver et l'OSO en été.

71801_St_John_s_C_v7.35.png

 

71801_St_John_s_B_v7.35.png

 

 

En hiver on retrouve le même mix de pluie/neige/glace/vent/éclaircies qu'en Nouvelle Ecosse. Le froid n'est pas très intense - on passe rarement sous -15°c - et les dégels sont fréquents. Mais la neige tombe en abondance et malgré son caractère irrégulier la couche de neige au sol perdure souvent jusqu'à mi-avril.

Voici l'hiver 2012-2013, le plus proche de la moyenne depuis 2000 (tn +0.4°c, tx -0.2°c, RR -7%).

Le vent souffle quasiment en permanence, rares sont les journées où sa valeur moyenne tombe sous les 15km/h.

71801_DEC12-_FEB13.png

 

 

Voici la fin d'hiver 2011, en avril. La couche de neige a disparu le 12, mais les flocons refont leur apparition de temps à autre jusqu'à la fin du mois. C'est très variable, le beau temps ne s'attarde pas plus de 36h.

71801_APR11.png

 

 

Voici un été normal: 2010 (tn +0.2°c, tx -0.3°c, RR +3%). Terre Neuve est connue des marins pour ses bancs de brouillard, c'est surtout au printemps et en été que le phénomène se produit. On retrouve donc souvent le temps bas et bruineux montré en photo par Dann, si bien que là encore le franc beau temps est peu durable: il est difficile d'enchainer plus de deux belles journées en été. Les rares chaleurs ne sont pas forcément agréables car couplées à une forte hygrométrie et un temp instable.

On ne dénombre pas beaucoup d'orages, pour juillet je n'en compte que 6 sur la période 2000-2015, soit à peine 1 tout les 3 ans en moyenne.

71801_JUN-_AUG10.png

 

 

L'été en cours a jusqu'à présent été particulièrement maussade sur la région, comme en atteste le suivi de Serge en Gaspésie. Voici juillet 2015 à St John's, qui fut de très loin le plus froid depuis 2000, et aussi le plus arrosé:

71801_JUL15.png

 

 

Voici enfin octobre 2011, bien arrosé (+52%) avec plusieurs tempêtes automnales mais plutôt dans la moyenne thermiquement. C'est le même mois que je vous ressort sur toutes les fiches de la région, la très belle période d'été indien qui toucha le secteur autour du 10/10 n'a pas vraiment atteint Terre Neuve, avec seulement 17°c le 10 et très peu de beau temps.

71801_OCT11.png

 

Voilà, c'est tout pour aujourd'hui.

 

Modifié par mottoth
Remise à jour

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
thib91   

Climat assez sinistre je trouve, je suis en revanche surpris par le bon niveau moyen des températures estivales compte tenu du caractère océanique de la station et de la froideur de l'océan dans le secteur.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je viens de regarder vite fait pour Sable Island: seulement 4 synops/jour et pas de METARs disponibles pour combler les trous, donc non je ne pourrais pas proposer une fiche avec les données dont je dispose actuellement.

La prochaine mise à jour sera encore plus océanique que Halifax (mais moins que Sable Isl): ce sera St John's, ou en français St Jean de Terre Neuve. Tout est prêt, il me faut juste 1h tranquille chez moi pour la poster, j'espère demain en début d'après-midi.

Il y a des stations hyper-océaniques sur les iles Kouriles ou au large du Kamtchatka qui ont probablement d'énormes similitudes avec Sable Isl, et c'est sur ma "to-do list".

Il y a également St Pierre qui sera couverte un jour, j'ai déjà travaillé dessus mais il manque encore quelques années de données pour présenter un résultat suffisamment solide.

Mon appétit est déjà largement rassasié par St-John's wink.png

Encore merci pour ce brillant sujet,indiscutablement l'un (si ce n'est LE) des meilleurs sur le forum IC!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Yves38   

Merci pour cette dernière fiche de Saint John !

C'est un climat qui ressemble à celui de Halifax, en plus nordique, plus maussade, plus arrosé et plus frais. Le régime des vents est plus constant, très orienté à l'ouest durant toute l'année, donc vents pleinement d'origine continentale qui se traduisent par une amplitude thermique annuelle (20,5) encore assez élevée malgré la situation insulaire et avancée dans l'océan. A une latitude analogue à celle de la France moyenne, on a d'ailleurs une amplitude annuelle plus élevée que tout ce que l'on peut connaitre dans notre pays, même dans les coins les plus orientaux et les plus "protégés" par les montagnes.

Ce qui est remarquable également, ce sont les profondes dépressions qui semblent visiter cette région, hors les mois d'été, tous les mois donnés en exemple ont au moins un épisode à moins de 985 hPa. De toutes les stations de la région étudiées dans ce fil, c'est à St John que cette caractéristique est la plus accentuée.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Climat assez horrible en effet et qui ressemble beaucoup a la Norvège. Je dirais qu'on est en milieu subarctique océanique(3.5 mois>10C° environ donc on n'est plus en milieu tempéré). Beaucoup de similitudes avec Trondheim je trouve!

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
dann17   

Climat assez sinistre je trouve, je suis en revanche surpris par le bon niveau moyen des températures estivales compte tenu du caractère océanique de la station et de la froideur de l'océan dans le secteur.

Cela est dû au fait que, en juillet et en août, la cellule anticyclonique subtropicale des Bermudes postée un peu plus au sud exerce une influence non négligeable, lorsque le front polaire passe au nord de St John's.

Pour preuve ces journées parfois très chaudes, au Td élevé, signe de ces incursions, certes un peu rares ici.

Cette (légère, et assez rare) influence subtropicale se voit très bien dans la Tm de juillet qui gagne 5,8°C par rapport à la Tm de juin, alors que celle-ci n'est que 4,4°C plus élevée que celle de mai ! Alors que, « normalement », dans tout climat, même océanique, la hausse entre juin et juillet est toujours plus faible que celle entre mai et juin.

On constate ce phénomène partout où règne une certaine régularité des trajectoires des dépressions et où l'on situe près d'une de ces cellules anticycloniques subtropicales surplombant les océans tempérés.

C'est le cas (marqué) aux Açores, mais aussi au Japon, par exemple.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Créer un compte ou se connecter pour commenter

Vous devez être membre afin de pouvoir déposer un commentaire

Créer un compte

Créez un compte sur notre communauté. C’est facile !

Créer un nouveau compte

Se connecter

Vous avez déjà un compte ? Connectez-vous ici.

Connectez-vous maintenant

  • En ligne récemment   1 membre est en ligne