Jump to content
Les Forums d'Infoclimat

Ce tchat, hébergé sur une plateforme indépendante d'Infoclimat, est géré et modéré par une équipe autonome, sans lien avec l'Association.
Un compte séparé du site et du forum d'Infoclimat est nécessaire pour s'y connecter.

Sign in to follow this  
Evrard

Prévoir l'évolution du climat à un siècle

Recommended Posts

On ne peut pas dire que notre avenir sera bon par simple avis, il faut des preuves. Or, les démonstrations actuelles montrent bien que la situation mondiale est déjà très bancale et que la situation risque d'empirer dans les prochaines années, donc optimiste pourquoi pas mais pas trop non plus. La réciproque est vraie aussi, pessimiste on comprend mais pas trop non plus.

Vous dites que la situation mondiale est déjà bien bancale et que ça risque d'empirer. Mais on ne peut pas globaliser la situation du monde. Il y a de nombreux endroits où on vit très bien et d'autres où l'on vit mal. Il y a des endroits où l'on vit bien mais où ça se dégrade, et des endroits où l'on vit mal mais où la situation s'arrange.Et c'est pareil avec le climat: il y a des zones où le climat se dégrade et d'autres où le climat s'arrange. Maintenant, à chacun sa façon de vivre, certains sont pessimistes, d'autres sont optimistes.

Je ne juge personne, mais pour moi être pessimiste me ferait baisser les bras, être optimiste (sans être insouciant) me donne la force d'avancer.

on pourrait déjà imaginer ce que causera l'exode en masse des réfugiés climatiques en provenance de régions du globe déjà bien pauvres et en surpopulation...

Bien sûr que ce sera un énorme problème pour les pays envahis par ces peuples affamés. Mais c'est là que je critique le catastrophisme de certain médias: on sait très bien qu'il y aura encore de terribles catastrophes, mais ça a toujours existé et ça ne viendra pas forcément du changement climatique.
Ce sera ma dernière conclusion sur ce sujet : peut-on prévoir l'évolution du climat à un siècle.

Comme je l'ai dit plus haut, on ne peut pas parler de climat mondial: ça ne veut rien dire car quel que soit le changement climatique, les conséquences, seront très variées selon les régions, au moins pour ce siècle. Et aucun modèle n'arrive à prévoir quelles seront ces conséquences vu la complexité des phénomènes qui interviennent, vu l'énormité des dimensions traitées: volume des océans, de l'atmosphère, de la cryosphère etc...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aix en Provence

Donc sans preuve, avec suffisamment d'expérience, on peut avoir raison. C'est le but d'une prévision.

Donc à moins d'un miracle, tout ce que le GIEC qualifie de très probable, va arriver.

L'enchainement de ces 2 phrases me pose justement problème.Les modèles scientifiques du GIEC s'appuient sur quelle expérience ?

J'essaie de suivre ce sujet de moédélisation à 100ans et j'avoue que les bras m'en tombent et ce d'autant plus avec ces : "donc...on a raison".

j'ai assisté, entre autres, en 2003 à une conférence de chercheurs en climatologie du CEA Saclay et les simulations qu'ils nous présentaient très dogmatiquement(ça reste mes amis pour autant) étaient une succession de slides faisant monter de 1° tous 1/4 de siècle linérairement à l'accroissement du taux de CO2.

C'est franchement pas la peine de mener beaucoup de recherches pour un tel rendu...

Notamment, relativement au climat méditerranéen, j'avais fait part à Guy Plaut de mon interrogation relative à la désertification programmée de nos contrées. En effet, les bilans pluviométriques sont loin d'être en déficit (décennie pour décennie, les bilans sont équivalents sur les 40 ans passés). Donc pourquoi vouloir nous expliquer que dans 20 ans comme on lit beaucoup le climat d'aix sera celui de malaga ? et si c'est avéré, nous expliquer un jour comment cela est-il envisageable ? Car cela fait quand même 15 ans que j'entends cela...sans tendance confirmée dans les bilans climatiques.

Guy Plaut m'avait rétorqué qu'en effet les bilans pluviométriques n'étaient pas à la baisse mais il m'avait sensibilisé au stress hydrique dû à des canicules répétées. OK mais cela devient déjà plus prudent en terme prévisionnel.

Donc qu'est ce qu'il vous pousse tous à vouloir être si péremptoire ?

A titre personnel, mon idée est que les modélisations climatiques ne simulent en fait que simplement une progression vers le nord des influences du sud. Aucune valeur ajoutée humaine des sciences des climats n'y est pratiqué.

Share this post


Link to post
Share on other sites

L'enchainement de ces 2 phrases me pose justement problème.

Les modèles scientifiques du GIEC s'appuient sur quelle expérience ?

Ils s'appuient sur une multitude d'expériences. Ce que vous voudriez, c'est qu'il y ait une expérience unique démontrant ce que les modèles (tous les modèles) prédisent.

C'est bien mal comprendre ce qu'est un système.

On fait actuellement une expérience à l'échelle planétaire: celle de l'augmentation de la concentration en GES. On ne la fera qu'une fois!

En tant que scientifique, je trouve cela absolument passionnant. default_thumbup.gif

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Cévennes - Joyeuse - Alt: 187 m

Les modèles du GIEC prévoient une hausse assez régulière des T° puisque elles dépendent selon eux du CO2 qui lui augmente pour de vrai.

Dommage, mais ça maintenant 11 ans que les T° ne montent plus, et on commence à entendre parler au sein du le GIEC, que les T° pourraient baisser pendant les 10 ou 20 ans à venir ...

Si vous voulez vraiment comprendre ce qu'il se passe et le pourquoi il y a tant d'alarmisme dans les prédictions, il faut étudier la politique internationale, le commerce international, le but et les intérêts de chacun, mais c'est vrai que l'on devient alors complètement hors sujet sur infoclimat.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je parlais d'expérience au sens du vécu. default_tongue_smilie.gif

Certes elle n'est pas énorme, mais quand même ça fait plus de 10 ans qu'on fait des modèles, qu'on les améliore et qu'on les teste par rapport au climat récent et qu'on sait donc voir les qualités et les défauts des simulations.

Mais on a aussi l'expérience d'une autre affaire : celle du trou de la couche d'ozone. On a suspecté quelquechose, on a cherché à le montrer de façon sûre, on a convaincu en 5 ans et on a "solutionné" le problème.

Tout le monde a joué le jeu et n'allez pas me faire croire que le contexte géopolitique était plus facile.

Pour le réchauffement climatique, le problème est plus complexe, mais l'action doit être la même car c'est un problème mondial. Seulement ça fait 10 ans qu'on cherche à convaincre, certains ne jouant délibérément pas le jeu...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Sur les hauteurs d'Issy Les Moulineaux (92), proche Meudon

Pour le réchauffement climatique, le problème est plus complexe, mais l'action doit être la même car c'est un problème mondial. Seulement ça fait 10 ans qu'on cherche à convaincre, certains ne jouant délibérément pas le jeu...

Mais enfin, c'est incroyable tout de même. Vous cherchez à nous convaincre de quoi concrétement?Que les cyclones seront nettement plus dévastateurs qu'aujourd'hui?

Quel les stations de ski fermeront d'ici 30 ans? oups, 20 ans plutôt puisque ça fait au moins 10 ans qu'on en parle.

Que les régions du nord de la france vivront un climat digne de la côte méditérannéenne?

etcétéra...!

Le problème ici n'est pas de savoir si nous sommes pessimistes ou optimistes, mais plutôt de savoir si nous sommes lucides et pragmatiques au regard d'une science bien compliquée pour l'homme, malgré les progrès effectués dans ce domaine.

De plus, maintenant que les médias et les politiques s'en mêlent, j'ai plutôt l'impression que la réalité scientifique est passé du coté obscur. Car faut pas se leurrer, tous les scientifiques, et bien loin s'en faut, ne tiennent pas des propos catastrophiques. Mais peut être que ceux ci se font plus difficilement entendre? default_innocent.gif

Vous êtes persuadé que ça se passera bien, tant mieux, mais vous n'en avez pas la moindre preuve.

Parler de "preuves", alors qu'on traite ici de l'avenir du climat, c'est pas très sérieux pour le coup. Dans un sens comme dans l'autre, seule la réalité observée du climat constituera une preuve.
Que l'humanité y survive, c'est en effet très probable, mais à quel prix ? Vous vous référez à la peste noire qui a décimé la moitié de l'Europe, certes on en sera probablement pas là, mais on ignore tout ou presque des conséquences humaines et sociétales qu'aura ce changement climatique dont la brutalité est sans précédent. Vous êtes persuadé que ça se passera bien, tant mieux, mais vous n'en avez pas la moindre preuve.

Et voilà encore une fois un discours joliment orienté. Que sais tu franchement sur les fluctuations du climat de par le passé? Comment peux tu te permettre d'affirmer "une brutalité climatique sans précédent" alors même que nous avons découvert justement que le climat fluctuait bien plus vite que nous le pensions encore il y a quelques années? Comment peux tu l'affirmer alors qu'on sait grâce à l'histoire que les ères climatiques extrêmes ont prévalu une grande partie du temps?

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Pont de dore (63) 330 m

Bonsoir

Je vous lis depus des années et je ne connais rien en climatologie, mais pensez vous pas que l'on profite de la modification du climat pour nous préparer à de l'énergie plus rare et donc plus chers en faissant d'une pierre deux coups?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonsoir, j'ai une question peut etre très stupide mais j'aime pas être ignorant.

Si le climat se réchauffe, apparemment ça serait les poles qui subirai plus ce réchauffement donc relacher plus d'eau douce et froide en très grande quantité dans l'océan, bien sur tout dépends de la vite de fonte.

cette eau froide ferait baisser un peu la température moyenne des océans et peut etre une déviation des courants marins faible par conséquence.

si les océans sont un peu plus frais entre le 45ème(latitude) et le pôle, on aurai une conséquence sur le climat je suppose avant que les océan se réchauffe?

Des océans plus frais ce qui implique moins d'échange dans l'atmosphère et plus de haute pression.

Pendant qu'à l'équateur les océans se réchaufferai un peu ce qui pourrai peut être accélérer les courants marins.

je pense que ça doit etre beaucoup plus complexe que cela tout comme pour me comprendre.

Je suis vraiment notice désolé si crtains propos peuvent en faire sursotter quelque uns.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Ne pensez-vous pas que la communauté scientifique aurait du traduire beaucoup d'entre vous en justice pour diffamation...?

Share this post


Link to post
Share on other sites

Les modèles du GIEC prévoient une hausse assez régulière des T° puisque elles dépendent selon eux du CO2 qui lui augmente pour de vrai.

Dommage, mais ça maintenant 11 ans que les T° ne montent plus, et on commence à entendre parler au sein du le GIEC, que les T° pourraient baisser pendant les 10 ou 20 ans à venir ...

Tu n'as pas compris ce qu'était la modélisation climatique ça me parait clair... D'ailleurs tu n'as pas compris non plus sur quelles échelles de temps on travaille pour définir des variations climatiques. La variabilité d'une année sur l'autre ne dépend évidemment pas que des gaz à effets de serre, en revanche des grandes tendances à des échelles de 50 ou 100 ans sont dictées par le forçage radiatif.
Vous n'avez pas non plus la moindre preuve que le climat sera 4°C plus chaud dans 100 ans. La projection d'un modèle n'est pas une preuve.

C'est très juste mais je n'ai jamais prétendu que le GIEC fournissait des preuves sur le changement à venir. Le GIEC fournit des prévisions qui donnent d'ailleurs des fourchettes assez larges, et il fournit aussi les éléments permettant de préciser les changements sur lesquels la communauté scientifique accorde le plus de confiance et ceux sur lesquels les doutes sont plus grands. Les tendances données par le GIEC ne sont pas à prendre comme des preuves, mais comme des prévisions de ce qui ce fait le mieux dans le domaine de la modélisation climatique aujourd'hui. Sur un forum comme infoclimat, on ne peut pas se permettre de remettre en cause l'intérêt d'un modèle numérique pour effectuer une prévision, même si personne n'a jamais prétendu qu'un modèle puisse représenter la vérité absolue.
A titre personnel, mon idée est que les modélisations climatiques ne simulent en fait que simplement une progression vers le nord des influences du sud. Aucune valeur ajoutée humaine des sciences des climats n'y est pratiqué.

Faire ce genre d'accusations quand on a assisté une fois à une conférence sur le climat il y a 6 ans me semble tout à fait déplacé... Les modèles climatiques fonctionnent comme les modèles météorologiques à savoir qu'ils résolvent les équations de Navier-Stokes dans une atmosphère discrétisée. Ils sont couplés à des modèles physiques de circulation océanique et de surface et utilisent un schéma radiatif avec forçage variable (gaz à effet de serre), ainsi que pour certain des modèles de chimie atmosphérique. L'ensemble des connaissances actuelles des interactions climat/océan/surface y est donc intégré, on ne peut pas leur reprocher ça ! Ce qu'on peut leur reprocher c'est que toutes les interactions ne sont pas parfaitement connues et maîtrisées mais c'est en cherchant qu'on progresse, pas en se contentant de dénoncer bêtement des méthodes sans les comprendre.
Comme je l'ai dit plus haut, on ne peut pas parler de climat mondial: ça ne veut rien dire car quel que soit le changement climatique, les conséquences, seront très variées selon les régions, au moins pour ce siècle. Et aucun modèle n'arrive à prévoir quelles seront ces conséquences vu la complexité des phénomènes qui interviennent, vu l'énormité des dimensions traitées: volume des océans, de l'atmosphère, de la cryosphère etc...

Je me répète mais lisez un rapport du GIEC avant d'affirmer tout cela. Les modèles prévoient des changements significatifs, différents entre les régions. Il est vrai que c'est complexe, mais tout est complexe en science : l'ADN c'est complexe et on a inventé la trithérapie, l'astronomie c'est complexe et on a pourtant découvert bon nombre d'exoplanètes. Pourquoi s'interdire de s'attaquer à la complexité du climat ? On l'étudie, on le comprend au mieux, et comme dans toutes les sciences on progresse. On progresse même très vite, même si comme dans toutes les sciences il reste des progrès à faire. Donc aucun modèle ne peut être certain de ce qu'il va se passer, d'accord, mais les modèles prévoient des choses, si.
Je vous lis depus des années et je ne connais rien en climatologie, mais pensez vous pas que l'on profite de la modification du climat pour nous préparer à de l'énergie plus rare et donc plus chers en faissant d'une pierre deux coups?

Je relève cette question qui intéressante. "Profiter" est un peu ambigu. Il est clair qu'on a deux problèmes à mener de front, et il se trouve que les réponses à l'un sont aussi plus ou moins les réponses à l'autre. En terme de gravité, difficile de dire lequel sera le plus grave. Peut-être en effet que la crise énergétique sera plus sévère que la crise climatique. Toutefois, le terme "profiter" me dérange car il pourrait sous-entendre que les prévisions sur le changement climatique seraient "truquées" pour satisfaire à d'autres intérêts. Il n'en est rien, les scientifiques ont fort heureusement encore suffisamment de liberté pour s'intéresser à la physique avant tout.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Vous dites que la situation mondiale est déjà bien bancale et que ça risque d'empirer. Mais on ne peut pas globaliser la situation du monde. Il y a de nombreux endroits où on vit très bien et d'autres où l'on vit mal. Il y a des endroits où l'on vit bien mais où ça se dégrade, et des endroits où l'on vit mal mais où la situation s'arrange.Et c'est pareil avec le climat: il y a des zones où le climat se dégrade et d'autres où le climat s'arrange.

Maintenant, à chacun sa façon de vivre, certains sont pessimistes, d'autres sont optimistes.

Je ne juge personne, mais pour moi être pessimiste me ferait baisser les bras, être optimiste (sans être insouciant) me donne la force d'avancer.

il faut même les pessimistes et les optimistes au même degré:- un pessimiste à outrance ne fera rien, car il se dit que quoi qu'il fasse, ça ne changera rien; de la même manière un optimiste à outrance ne fera rien, car il se dit qu'il n'a pas besoin d'agir, car même s'il ne fait rien, tout ira bien.

- un pessimiste modéré agira dans le sens qui lui paraît le meilleur, tout en se disant que ça ne sert à rien (mais il le fait quand même, car il a des convictions); un optimiste modéré agira également dans le sens qui lui paraît le meilleur, tout en se disant que ça n'apportera pas grand chose de plus (mais il le fait quand même, au cas où, car on ne sait jamais...). les deux se disent qu'il vaut mieux agir que laisser faire, car ce sont les petites gouttes qui font les grandes rivières.

d'où ma question: êtes-vous optimiste au point de ne rien faire et rester les bras croisés en vous disant "oh, pas la peine de me bouger, puisque j'ai une confiance totale en l'avenir!".

c'est une des nombreux paradoxes de "connaître l'avenir". admettons que mon avenir c'est d'être président de la république: à partir du moment où je le sais, si je ne fais plus rien pour le devenir parce que c'est mon avenir, cet avenir va-t-il tout de même se produire? il y a de grandes chances que non. à l'inverse, savoir que l'avenir sera jonché de catastrophes me donne-t-il le droit de ne rien faire pour changer ça? si j'agit, je limiterai probablement ces catastrophes, voire je peux même les empêcher d'arriver.

à bon entendeur...

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Messeix (63) 820m

Je n'ai rien à apporter, mes connaissances sont minimes, mais seulement dire que ce débat est passionnant et que certaines interventions -de pinthotal notamment - sont très instructives. merci à vous.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Frontonas (230 m)

Comme je l'ai dit plus haut, on ne peut pas parler de climat mondial: ça ne veut rien dire car quel que soit le changement climatique, les conséquences, seront très variées selon les régions, au moins pour ce siècle. Et aucun modèle n'arrive à prévoir quelles seront ces conséquences vu la complexité des phénomènes qui interviennent, vu l'énormité des dimensions traitées: volume des océans, de l'atmosphère, de la cryosphère etc...

cette carte me semble intéressante (+ ou - fiable ça je vous laisse en juger) mais je trouve que cela donne un aperçu global des grandes tendancespour la france, on peut s'attendre à la multiplication de phénomènes extrêmes, ce que je veux bien croire car les exemples de coups de froid soudains et surtout de coups de chaleur ("hors-saison") ne manquent pas ces dernières années.

on voit aussi que l'europe ne court à priori pas de réel danger quant aux conséquences de ces changements

edit: en farfouillant un peu sur le net, j'ai trouvé une autre carte qui me parait plus exhaustive

cliquez sur "select climate impacts", choisissez une "catégorie" et cliquez sur "impact overview" pour avoir un peu plus de détails ; ça confirme que nos pays développés n'ont pas à s'inquiéter, en revanche les zones originellement non-tempérées (et pauvres) classées "zones sensibles" risquent fort de souffrir, c'est somme toute logique

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je n'y connais rien en climatologie, mais aprés les trombes d'eau au large de Valencia (espagne), celle de Jaenn qui a déversé 150l d'eau qu M2, et la tornade de Valencia en septembre 2009.

J'ai demandé a madame christine laborde, si des cyclones étaient possibles en méditéranée, elle m'a répondu que oui, le seul truc est qu'il faut que la masse voumique de la méditeranee dépasse 26°, et cela pourrait étre possible d'ici 5 a 10 ans maximum, car le réchauffement climatique de la planete, s'accélére chaque année qui se fait, a cause de l'étre humain qui aprés de trop nombreux pourparlers, met des dizaines d'années en trop pour arréter la locomotion au pétrole.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je n'y connais rien en climatologie, mais aprés les trombes d'eau au large de Valencia (espagne), celle de Jaenn qui a déversé 150l d'eau qu M2, et la tornade de Valencia en septembre 2009.

J'ai demandé a madame christine laborde, si des cyclones étaient possibles en méditéranée, elle m'a répondu que oui, le seul truc est qu'il faut que la masse voumique de la méditeranee dépasse 26°, et cela pourrait étre possible d'ici 5 a 10 ans maximum, car le réchauffement climatique de la planete, s'accélére chaque année qui se fait, a cause de l'étre humain qui aprés de trop nombreux pourparlers, met des dizaines d'années en trop pour arréter la locomotion au pétrole.

il va sans dire que Mme Laborde n'y connait pas grand chose en météo, tout au moins bien moins qu'elle ne le laisse entendre. la formation des cyclones nécessite certes une température de l'eau de 26°C, mais sur une profondeur d'au moins... 50m, ce qui n'arrivera probablement pas en méditerranée, en tout cas pas dans les 10 prochaines années (ni même d'ici la fin du siècle, on pourrait le parier).par contre, pas besoin d'attendre 10 ans pour que des phénomènes assimilables à des tempêtes tropicales arrivent en méditerranée, puisque c'est déjà arrivé plusieurs fois par le passé. c'est ce que l'on appelle des TLC ("tropical like cyclone"). ces phénomènes se produisent généralement au début de l'automne. je te renvoie à /index.php?showtopic=48376&view=findpost&p=1076453'>ce sujet, le dernier sur lequel on a abordé les TLC, mais il y en a d'autres sur IC.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Je vous lis depus des années et je ne connais rien en climatologie, mais pensez vous pas que l'on profite de la modification du climat pour nous préparer à de l'énergie plus rare et donc plus chers en faissant d'une pierre deux coups?

non, le problème du peak oil est assez connu, et est reconnu par les grandes firmes pétrolières comme total , ça serait quand même un peu gros de monter une histoire rocambolesque, impliquant la communauté scientifique entière, pour annoncer la fin du pétrole pas cher dans très peu de temps, voir tout de suite selon l'aspo default_scared.gifcontrairement au RC dont les effets sont encore peu visible dans la vie de tout les jours, le peak oil risque pas de passer inaperçu, mais ce n'est pas le sujet de ce forum. regarde plutôt sur ce site pour plus de renseignement sur le pic pétrolier.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Bonjour,

Je n'y connais rien en climatologie, mais aprés les trombes d'eau au large de Valencia (espagne), celle de Jaenn qui a déversé 150l d'eau qu M2, et la tornade de Valencia en septembre 2009.

J'ai demandé a madame christine laborde, si des cyclones étaient possibles en méditéranée, elle m'a répondu que oui, le seul truc est qu'il faut que la masse voumique de la méditeranee dépasse 26°, et cela pourrait étre possible d'ici 5 a 10 ans maximum, car le réchauffement climatique de la planete, s'accélére chaque année qui se fait, a cause de l'étre humain qui aprés de trop nombreux pourparlers, met des dizaines d'années en trop pour arréter la locomotion au pétrole.

Attention avec ce genre de raccourcis... Déjà la formation d'un cyclone est plus complexe que ça. En plus de la remarque de grecale2b sur la profondeur des eaux chaudes, la force de Coriolis est beaucoup plus intense à nos latitudes que dans les zones habituelles de formation des cyclones, et il n'est pas du tout dit que des cyclones tropicaux avec la même structure puissent se former dans de telles conditions.Rappelons d'ailleurs que pour l'instant il n'a pas été établi clairement que le nombre de cyclones tropicaux pourrait augmenter avec le changement climatique, il ne faut pas aller plus vite que les conclusions.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aix en Provence

par contre, pas besoin d'attendre 10 ans pour que des phénomènes assimilables à des tempêtes tropicales arrivent en méditerranée, puisque c'est déjà arrivé plusieurs fois par le passé. c'est ce que l'on appelle des TLC ("tropical like cyclone"). ces phénomènes se produisent généralement au début de l'automne. je te renvoie à /index.php?showtopic=48376&view=findpost&p=1076453'>ce sujet, le dernier sur lequel on a abordé les TLC, mais il y en a d'autres sur IC.

Cet aspect m'interroge d'autant plus quant à l'impact du global warming sur le climat méditerranéen. Pourquoi une désertification envisagée ?

Généralement, on admet que plus chaud = plus pluvieux. Alors pourquoi la méditerrannée échaperait à cela ?

Sinon merci à Pinthotal pour l'aperçu qu'il donne du contenu des modèles comprenant les interactions climat/océan/surface

Bon, mais à partir de quel module de modélisation, les calculateurs nous sortent une désertification des zones méditerranéennes?

Désolé d'apparaitre si "régionaliste" mais je trouve cet exemple trop symptomatique d'une possible vulgarisation excessive des phénomènes.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cet aspect m'interroge d'autant plus quant à l'impact du global warming sur le climat méditerranéen. Pourquoi une désertification envisagée ?

Généralement, on admet que plus chaud = plus pluvieux. Alors pourquoi la méditerrannée échaperait à cela ?

pour ce que j'ai pu en lire, j'avais plutôt compris que les régions méditerranéennes verrait ses précipitations annuelles augmenter, tout en ayant des périodes de sécheresse allongées. les deux ne sont pas incompatibles si l'on connait le climat méditerranéen: il suffit de quelques épisodes pluvio-orageux violents pour avoir une moyenne annuelle de RR significative, tandis que parallèlement, on peut avoir dans la même année 2 ou 3 mois consécutifs sans pluies...je pense qu'en fait le climat méditerranéen sera exacerbé dans ce qu'il a d'extrême. et cela engendrerait probablement (pour ne pas dire certainement) une désertification à plus ou moins long terme. d'autant que viendrait se greffer à ça une augmentation du phénomène "incendies de forêts".

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aix en Provence

je pense qu'en fait le climat méditerranéen sera exacerbé dans ce qu'il a d'extrême. et cela engendrerait probablement (pour ne pas dire certainement) une désertification à plus ou moins long terme. d'autant que viendrait se greffer à ça une augmentation du phénomène "incendies de forêts".

Pourquoi pas en effet, mais dans ce cas, ce serait OK pour les impacts sur la végétation mais pourquoi parler de pénurie en eau ?

Si nos lacs sont rempis, tout va bien pour l'eau...

Share this post


Link to post
Share on other sites

Pourquoi pas en effet, mais dans ce cas, ce serait OK pour les impacts sur la végétation mais pourquoi parler de pénurie en eau ?

Si nos lacs sont rempis, tout va bien pour l'eau...

pour que les lacs soient remplis, il faut que les précipitations soient généralisées. or des évènements extrêmes sont le plus souvents localisés...puis de longues périodes sèches ont un impact considérable sur les retenues d'eau artificielles ou naturelles.

et il faut voir aussi comment évolue le tourisme, car il est très consommateur d'eau.

Share this post


Link to post
Share on other sites

Cet aspect m'interroge d'autant plus quant à l'impact du global warming sur le climat méditerranéen. Pourquoi une désertification envisagée ?

Généralement, on admet que plus chaud = plus pluvieux. Alors pourquoi la méditerrannée échaperait à cela ?

Personne n'a jamais dit que plus chaud = plus pluvieux. Au contraire.

Un critère fondamental pour les précipitations est l'humidité relative à l'étage moyen. Or, plus les géopotentiels augmentent, plus l'air est sec à l'étage moyen, et plus il ne se passe rien.

Le problème c'est qu'avec le RC on s'attend en été à une poussée des hauts géopotentiels nord-africains.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Posted

Location : Aix en Provence

Personne n'a jamais dit que plus chaud = plus pluvieux. Au contraire.

Un critère fondamental pour les précipitations est l'humidité relative à l'étage moyen. Or, plus les géopotentiels augmentent, plus l'air est sec à l'étage moyen, et plus il ne se passe rien.

Le problème c'est qu'avec le RC on s'attend en été à une poussée des hauts géopotentiels nord-africains.

Alors là du coup, j'ai l'impression de tourner en rond avec vos réponses.Car les geopotentiels nord africains sont bien connus ici, c'est pour cela nos étés assurés. Ce que donc tu sous-entends, c'est que ces hauts géo potentiels remonteraient encore plus haut et encore plus longtemps j'imagine....

Depuis 15 ans, les dates d'entrée et sortie de l'été sont plus ou moins respectées et les quantitiés d'eau entre septembre et juin le sont aussi.

Il faudra bien qu'un jour, la théorie entre en pratique...ou pas justement.

Par contre, je comprends mieux la remarque de Grecale à ceci près que s'il pleut plus, alors cela pourra compenser les surconsommations et surdéshydratations.

Edit : en fouillant un peu dans d'autres posts de ce forums (notamment sur "evolutions des climats en Europe") j'ai bien trouvé quelques éléments mais ça me laisse encore dubitatif.

En résumé pour les régions méditerranéennes :

En été : diminution des RR (mais comme on part de bas, ça changera pas grand chose (faire -20% de 10mm en juillet, ça nous fait une belle jambe).

Hors été : peu d'évolution de RR notables mais possible concentrations de RR en épisodes plus violents (comme le suggérait Grecale). Une carte est présentée montrant ce renforcement depuis 1978.

Par contre, il y a divergence sur ce point, car selon 1 étude du labo Simon Laplace trouvée sur le web et datant de 2003, les RR diminueraient également hors été et selon les données collectées, celles-ci auraient déjà commencé à baisser de 20% au cours du 20 siècle dû à l'influence de subsidence de la cellule de Hadley évoqué par Cotissois et déjà visible depuis 1985 et évalué à 3,7W/m² chaque décennie....

Donc qui croire?

Côté T°, au moins c'est simple, augmentation globale étés comme hivers

Share this post


Link to post
Share on other sites

d'où ma question: êtes-vous optimiste au point de ne rien faire et rester les bras croisés en vous disant "oh, pas la peine de me bouger, puisque j'ai une confiance totale en l'avenir!".

J'aime bien ta réflexion sur les pessimistes et les optimistes. Je suis optimiste car je vis mieux ainsi, mais je vois pas ce que je pourrais faire à mon niveau pour agir sur le climat de la planète. Je suis si peu de choses, ma consommation en énergie fossile est tellement infime que même si je la diminuais, même si je changeais encore plus mon mode de vie ça n'aurait aucune influence sur le climat mondial vu l'énormité des phénomènes en cause.

De plus les facteurs qui déterminent le climat sont tellement gigantesques qu'ils ont une inertie tout aussi gigantesque que comparés à l'ensemble de l'humanité et ses actions il me semble que vouloir agir pour modifier le climat de la Terre est totalement impossible.

Share this post


Link to post
Share on other sites

en farfouillant un peu sur le net, j'ai trouvé une autre carte pour avoir un peu plus de détails ; ça confirme que nos pays développés n'ont pas à s'inquiéter, en revanche les zones originellement non-tempérées (et pauvres) classées "zones sensibles" risquent fort de souffrir, c'est somme toute logique

Pourquoi toutes les prévisions envisagent que ce sont les pays pauvres qui vont souffrir? Pourquoi ça ne serait pas l'inverse? L'Afrique est en train de se développer à très grande vitesse sur un modèle très différent du modèle capitaliste, les africains sont enthousiastes et très optimistes pour leur avenir. Leur devise aujourd'hui est "facile, tout sera fertile". * S'il y a une montée des eaux dans certains pays, on construira des digues, comme on l'a fait en Hollande.

* Si des pays s'assèchent, avec la diminution rapide du prix de la technologie les habitants pourront acheter des pompes à eau à bas prix, des panneaux solaires.

Depuis toujours nous nous sommes adaptés aux variations du climat et dans le passé c'était beaucoup plus terrible qu'aujourd'hui: on se dispute pour une augmentation de 0.8° en un siècle, mais dans les années 1600 la Seine était gelée pendant une bonne partie de l'hiver.

Vous allez dire "et s'il y a un changement brutal du climat". Je ne suis pas climatologue mais quand même lorsqu'un système aussi massif que la planète doit changer brutalement d'état, il y a des signes qui ne trompent pas. Or il n'y a pas vraiment de signes alarmants.

Share this post


Link to post
Share on other sites
Guest
This topic is now closed to further replies.
Sign in to follow this  

  • Recently Browsing   0 members

    No registered users viewing this page.

×
×
  • Create New...