Sam79

Sociétés humaines et évolutions climatiques à venir

Messages recommandés

Ils ont peut -être aussi leur part de responsabilité

Le jour où les "verts" auront une influence importante sur la prise de conscience écologique, on pourra leur attribuer une responsabilité. En attendant, ce sont juste des candidats à la politique, je pense.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

En même temps c'est pas leur rôle de "démontrer de manière ordonnée et réfléchie et non militante les conséquences du réchauffement climatique"

Ca tourne depuis quelques posts à la politique, je trouve ce sujet. default_shifty.gif

Oui et non, mais pourquoi pas, oui ? Je veux dire, si c'est juste l'impact matériel du RC sur notre quotidien, il n'y a pas besoin d'avoir un fil supplémentaire. Et cela ne parle pas spécialement plus politique qu'avant. D'une part, l'être humain est un être politique - zoôn politikos (ζῷον πολιτικόν) - et vouloir être apolitique est utopique (poil au porc-écic ... ou au porc épique ? default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20"> ). D'autre part, cette discussion ne rentre pas -encore ? default_happy.png/emoticons/happy@2x.png 2x" width="20" height="20">-dans une logique partisane qui définit actuellement le mot politique, à tort d'ailleurs.

Bien, chef !

Tu te trompes de cible parce que l'inaction elle n'est pas sur la démocratie mais sur le problème climatique. Les gens votent en masse pour des personnes qui n'en font pas une priorité, les "verts" font des scores minables à chaque fois. La démocratie a parlé. La démocratie ce n'est pas crier son vote plus fort que tout le monde, ce n'est pas accuser 90% des gens qui ne pensent pas comme nous. Dans ce cas, admettez que vous souhaitez au contraire un modèle dur où on ne laisse pas les gens faire ce qu'ils veulent. Pourquoi pas mais soyez prêts à l'assumer...

Il n'y a qu'une crise, celle de notre civilisation. Les problèmes écologiques, ou économiques, ou sociaux, ne sont que des symptômes d'un modèle qui s'effondre. Il ne serait pas logique que les verts marquent plus de points que les rouges, les bleus, les blancs, autre... C'est bien le problème de la politique actuellement, elle est partisane et court termiste, vidé de son sens, exsangue et incapable de remplir son rôle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Non, les peuples ne manifestent pas pour s'opposer aux mesures climatiques. Ils ont juste d'autres priorités en tête[...]

C'est aussi mon point de vue, une question de priorité non choisis pour beaucoup de gens,

frigo>factures>vêtements>...................>...........>..........>....>...>...>.>.>.>>problème climatique>mode de vie >culture> philosophie...

Donc bon, pour que ça change vraiment, il faudra que le climat pose davantage de problèmes. Le frigo chasse le discours du 'il sera trop tard'.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

"Il n'y a qu'une crise, celle de notre civilisation"

Notons quand même si cela n'a pas déjà été dit, que les prévisions de croissance à l'échelle mondiale pour l'année en cours sont largement au-dessus de 0, quoique en baisse sur n-1, en particulier en raison de l'UE, mais devrait dépasser les 5%.

La notion de crise est inappropriée je trouve, si l'on intègre la notion de civilisation, et encore plus l'idée d'effondrement. L'indice de croissance tel qu'il est n'est pas parfait, mais pour le moment, plus pertinent que si il évaluait l'évolution du bonheur par habitant.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bien, chef !

Tu te trompes de cible parce que l'inaction elle n'est pas sur la démocratie mais sur le problème climatique. Les gens votent en masse pour des personnes qui n'en font pas une priorité, les "verts" font des scores minables à chaque fois. La démocratie a parlé. La démocratie ce n'est pas crier son vote plus fort que tout le monde, ce n'est pas accuser 90% des gens qui ne pensent pas comme nous. Dans ce cas, admettez que vous souhaitez au contraire un modèle dur où on ne laisse pas les gens faire ce qu'ils veulent. Pourquoi pas mais soyez prêts à l'assumer...

Je dois vraiment mal m'exprimer pour que tu interprètes à ce point mes propos en sortant ces commentaires.

Je ne vois pas qui a crié son vote ici et je n'ai pas du tout ciblé la démocratie, ni remis en cause les choix issus des urnes. Une même démocratie avec tel ou tel modèle général ne donnera pas les mêmes résultats, c'est le modèle qui est en cause.

J'alimentais la réflexion sur le choix de poursuivre notre modèle général et j'ai fait une simple constatation à propos des acteurs et donc des opposants de fait au changement du modèle qui génèrent les symptômes (dont le RC). Opposants de fait dont je fais partie d'ailleurs aussi pour x bonnes raisons/priorités qui me sont propres et qui seront mauvaises pour d'autres . Ce n'est pas parce qu'on se trouve de très bonnes raisons pour ne pas choisir ce qui est le mieux pour tous à plus long terme, que ça ne fait pas de nous des opposants de fait (Un voleur pourra aussi nous présenter de très bonnes excuses pour ses méfaits, lui aussi doit payer ses factures alors qu' il reste bloqué au chômage sans droits ou dans un exploité dans un travail sous payé au point qu'il ne puisse pas se maintenir dans son logement, malgré ses bons diplômes et un CV de qualité, ceci à cause par ex du système qui a permis l'arnaque généralisée par la finance ou pour d' autres causes )

C'est bien notre problème que beaucoup soient obligés de regarder midi à leur porte à cause de ce modèle, ça l'est d'autant plus quand ils n'y sont pas forcés, lorsque ça ne concerne pas du tout des besoins considérés comme essentiels par tout le monde.

La somme des intérêts particuliers n'est vraiment pas égale à l'intérêt général, d'autant plus à long terme, d'autant plus dans un monde sans foi, ni lois (autres que celle du profit instantané maxi sans tenir compte du prix réel de l'environnement, des ressources finies et des besoins humains), dérégulé, où c'est la loi de la jungle qui règne ( loi du plus fort, du monde animal, qu'on nomme compétitivité, pour que ça passe bien dans le public, ça fait sportif, saine compétition à règles justes et égales, soit-disant sans EPO, les poids coqs contre les poids coqs...)

Sans changement pour un modèle collaboratif, je ne vois pas comment on peut espérer résoudre les grands problèmes. On réglera de fait le problème du RC si les autres problèmes à courts et moyens termes sont réglés à l'aide d'un autre modèle qui ne permettra plus le développement important de tels symptômes.

Pour le RC qui t'es cher, avec notre modèle actuel, un grand pays qui possédera de grands espaces sous la glace, des ressources en matières premières, aura tout intérêt à ce que certains pays soient éliminés de la compétition et se retrouvent dans les calamités climatiques, pendant que des terres exploitables et plus vivables se libèrent chez lui (Ce n'est pas du cynisme, c'est du pragmatisme dans le monde tel qu'il est : Les US viennent de battre leur record de vente d'armes et les chinois ont doublé leur budget militaire. C'est certain que là, ça va faire avancer le monde sur la bonne voie de la bonne humeur de la collaboration amicale pour régler les problèmes de l'humanité et favoriser le bien-être des plus malheureux dans ces pays respectifs et dans le monde ! )

Ce n'est pas gagné même chez nous, vu que la France a besoin d'être pointée du doigt par l'Europe ( lieu soit disant plus collaboratif que la moyenne entre divers pays), pour s'intéresser au problème (parmi tant d'autres) du diesel et aux 42 000 morts par an (mais bon là aussi on va me dire qu'il y a peu d'opposants de fait, parce que y a pas de manif en France, ça ne brasse pas trop dans les médias ! Là on n'est même pas au niveau de "responsable mais pas coupable", c'est plutôt "non responsable et ni coupable", c'est la faute à pas de chance, les diesels ont bourré les urnes pour élire des responsables qui favorisent toujours leur développement... default_thumbup.gif )

Si tu ne trouves pas très dur le modèle antique actuel, c'est que tu es aveugle ou inconscient. Tu as simplement l'impression de liberté, mais tu es déjà un serf comme nous (c'est bien pour cette raison que certains agissent ou votent contre leurs convictions profondes, simplement pour survivre chaque jour, bien que beaucoup le fasse dans nos pays pour profiter des plaisirs de la vie "moderne", qui peuvent détourner de l'essentiel). Quand tu te réveilleras, il sera trop tard. Comme souvent il faudra que les conséquences lourdes touchent sa propre vie pour que ce soit le cas (et encore on peut en douter, certains trouvent des boucs émissaires pour éviter de se poser des questions sur leurs propres choix )

Nous sommes guère plus évolués qu' un microbe qui se sent libre aussi, sans tenir compte des limites physiques et du nombre fini de ses hôtes. Lui au moins, il a l'excuse de ne pas posséder, notre soit-disant esprit de raison...

5% de croissance c'est juste un bienfait de court-terme ( telle qu'elle est réalisée et définie actuellement) dans un monde aux ressources finies et non recyclées de façon assez importante. On va simplement plus rapidement dans le mur. default_thumbup1.gif

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Pour le RC qui t'es cher

On est sur info-climat. Je m'y intéresse parce qu'on est passionnés de météo et de climat, et pas les mieux placés pour analyser le monde dans sa globalité.
Si tu ne trouves pas très dur le modèle antique actuel, c'est que tu es aveugle ou inconscient. Tu as simplement l'impression de liberté, mais tu es déjà un serf comme nous

Est-ce que tu assumes vraiment ce propos, quitte à le dire publiquement ?Restons-en déjà au discours qu'on peut assumer, parce que la conscience nous égare parfois.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Article qui vient de paraître sur l'ONU qui tire la sonnette d'alarme sur l'environnement avant le sommet de Rio du 20au 22 juin:

Ce sommet Rio +20 va être essentiellement de se mettre d'accord sur des textes organisant les institutions d'une politique mondiale de l'environnement. Rien de très passionnant, et qui témoine de la lourdeur absolue du processus quand on aborde un problème "non-urgent". Mais 133 chefs d'Etat devraient faire le déplacement, ce qui est quand même une belle mobilisation mondiale, et devrait donner un peu de retour médiatique. Sans Obama ni Merkel. Evidemment, l'évolution climatique ne sera qu'une thématique.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

On est sur info-climat. Je m'y intéresse parce qu'on est passionnés de météo et de climat, et pas les mieux placés pour analyser le monde dans sa globalité.

C'est l'excuse facile... Il faut arrêter de vouloir dissocier la problèmatique de l'environnement ou du RC des autres problématiques. C'est le modèle de développement actuel qui est foireux, la crise environnementale n'en est qu'un symptôme parmi d'autres.

Est-ce que tu assumes vraiment ce propos, quitte à le dire publiquement ?

Restons-en déjà au discours qu'on peut assumer, parce que la conscience nous égare parfois.

Croyez-vous que cela ne puisse être qu'une foucade ? Il ne reste plus rien, plus rien qu'une illusion qu'on essaye d'entretenir dans une fuite éperdue en avant. La liberté de quoi ? De consommer ? D'être poussé à claquer son fric dans des gadgets prévus pour lâcher le plus rapidement possible ? De choisir ? De voter entre ceux qui veulent poursuivre le modèle actuel par la dépense, et ceux qui veulent poursuivre le modèle actuel par la rigeur ? Le problème est plus profond qu'une simple crise économique, ou écologique.

La technique sert l'Homme pour mieux l'asservir. Elle l'a isolé dans une bulle virtuelle dans une servitude qui n'a aucune commune mesure avec toutes les autres servitudes, non en degré mais en nature. Et quand cette bulle explosera définitevement, l'homme post-moderne sera jeté, nu, à terre.

Pour en revenir à la critique Illichienne un coup, l'histoire de la bagnole. Un objet qui n'est finalement qu'un moyen, et devenu une fin en soi. On travaille pour payer sa bagnole, le ravitaillement, .... Au final, nous sommes en quelque sorte esclave de la voiture, et tout cela pour nier l'espace temps qui nous entoure. Et pour courir après quoi ?

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Bon écoutez, c'est facile de dire des choses sur un forum et prendre les autres pour des "inconscients" ou des "aveugles" sur des questions aussi compliquées ça en devient agaçant. C'est peut être votre cri du coeur, mais on est aussi en droit de raisonner ceux qui s'alarment de l'avenir de l'humanité avant de savoir ce que veut l'humanité.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

Bon écoutez, c'est facile de dire des choses sur un forum et prendre les autres pour des "inconscients" ou des "aveugles" sur des questions aussi compliquées ça en devient agaçant.

Vous savez, j'ai aussi une vie IRL et je ne passe pas mon temps à passer ma frustation sur le forum default_dry.png

C'est peut être votre cri du coeur, mais on est aussi en droit de raisonner ceux qui s'alarment de l'avenir de l'humanité avant de savoir ce que veut l'humanité.

Je ne vois aucune raison de penser que l'humanité soit en train de se poser les bonnes questions. Si nous voulons le suicide collectif, moi cela ne me dérange pas sur le principe. Mais il n'y a pas grand'monde qui a conscience qu'on y va, à l'effondrement de notre civilisation, et encore moins de monde pour l'assumer. Les problèmes, souvent, nous les évitons jusqu'à ce qu'ils se résolvent d'eux-mêmes - et dans la douleur généralement...-. Sauf que là, c'est un problème du genre vraiment gros problème, et qu'il serait bien que les gens prenennt conscience de ce que cela implique et de penser leur avenir, justement. Supposer qu'on cherche à savoir ce que veut l'humanité, implique quand même qu'elle veuille quelque chose.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je répète (pour la dernière fois) que les discussions se transforment en propos politiques (dans le sens large), avec chacun ses convictions personnelles sur la question. Infoclimat n'est pas le lieu pour ça. Ici la seule chose qui fait valeur de discussion est l'aspect scientifique de la question de l'évolution climatique et ce sujet sociologique en particulier ne déroge pas à la règle. Si vous n'avez rien de scientifique à apporter de plus au contenu sociologique de la question, alors abstenez-vous de participer à ce sujet. Merci.

Revoir mon post du 14 mars page 25 : /topic/40165-societes-humaines-et-evolutions-climatiques-a-venir/page__st__480'>http://forums.infoclimat.fr/topic/40165-societes-humaines-et-evolutions-climatiques-a-venir/page__st__480

Encore un écart comme celui-là et le sujet sera définitivement fermé.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité Guest

La socio et la philo sont aussi des sciences, toutes aussi rigoureuses que la physique. La question qui se pose ici n'a rien de politique, même si cela dérive en effet. Ce sont des positions partisanes qui ne font que confirmer que le mot politique a été vidé de son sens. Après mon message, je suposse que le sujet sera fermé. Damien a raison sur le fait que cela part en sucette comme discussion, et les réactions que j'ai pu avoir sont malsaines. J'étais repassé pour la sortie du 17 Juin, mais ce n'était sans doute pas une bonne idée default_thumbup.gif dont acte. Je demande juste que cette réponse ne soit pas effacée, puisqu'elle reste dans le cadre de la socio et de la philo. Par rapport au premier message, j'ai quand même sabré le truc pour le rendre acceptable. Promis, après je ne reviendrais plus sur ces forums, et je vous foutrais la paix -c'est le cas de le dire ^^ -. Je repasserais juste en Septembre quand j'aurais perdu mon pari default_wink.png/emoticons/wink@2x.png 2x" width="20" height="20">

Cela peut être vu comme une suite de l'apocalypse catharsistique d'une civilisation en crise.

Le début était là :

/topic/40165-societes-humaines-et-evolutions-climatiques-a-venir/page__view__findpost__p__1662911'>http://forums.infoclimat.fr/topic/40165-societes-humaines-et-evolutions-climatiques-a-venir/page__view__findpost__p__1662911

Sebb disait que crise n'était peut être des plus adapté. Peut être, surtout dans son acceptation commune actuelle. Pour la petite histoire, crise vient du grec κρίσις, et se réfère à l'idée de jugement, de dénouement. Aujourd'hui, crise est surtout une manisfestation aïgue et brutale, mais passagère.

Et comme il disait aussi, faut se méfier des belles contributions default_tongue.png/emoticons/tongue@2x.png 2x" width="20" height="20"> Plus l'emballage est joli, plus on veut en cacher en général...

Il y a donc débat en cours, qu'il me semble bon de remettre dans le cadre de l'analyse de notre société post-moderne et même hypermoderne. Je vais donc poursuivre la réflexion du post sus-mentionné. J'ai déjà parlé un peu de Hannah Arendt et de Ivan Illich, et je voudrais essayer d'en discuter un peu plus avant. Leurs noms ne sont pas forcément très connu, mais leur réflexion s'inscrit tout-à-fait dans le cadre de la discussion en cours.

Hannah Arendt a développé sa pensée autour de trois fondamentaux de l'activité humaine. Elle sépare ainsi le travail, l’œuvre, et l'action.

De ces trois éléments constitutifs, nous pouvons dire ceci.

Le travail regroupe les activités biologiquement nécessaire. Il s'agit ainsi de se nourrir, de se vêtir,... La condition humaine du travail est la vie elle-même.

L’œuvre est la non-naturalité de notre existence, et s'explique par le désir d'immortalité. Nos vies individuelles se sont extirpés de la cyclicité intrinsèque à l'espèce. La condition humaine de l’œuvre est l'appartenance au monde.

Enfin, l'action et le langage est la seule activité qui mettent en rapport les individus. Elle a trait à la pluralité des êtres habitant à ce monde et à la politique. La pluralité est la condition de la condition humaine.

Le travail est fondamentalement éphémère. Soumis aux nécessités du métabolisme, il ne peut durer. Ce qui nous permet de subsister est périssable, et doit sans cesse être renouvelé.

L’œuvre exprime le désir d'immortalité. Nous avons un monde d'objet qui nous entoure, pour créer un monde durable. Et dans ce monde nous voulons laisser une trace de notre passage sur cette Terre, et ainsi s'affranchir de notre nature bornée par la naissance et la mort.

Enfin, l'action est fragile. Ce sont nos affaires commune, et nous écrivons l'Histoire. En cela, parler d'inaction en politique est un complet non-sens. La politique trouve sa source dans le langage et l'action, et désigne l'organisation d'une communauté d'humains. Politique vient du grec πόλις, la cité en grec. Encore plus profondément, ce mot trouve son origine dans la langue indo-européenne, avec *pelh- qui signifie remplir mais aussi fortifier.

Ce qu'évoquait Hannah Arendt dans ces réflexions, et la confusion entre ces trois fondamentaux dans la société moderne. L’œuvre a pris les caractéristiques du travail, et est devenu éphémère. Elle le soulignait particulièrement pour la culture. Et nous voyons bien aujourd'hui que la culture est devenue un bien de consommation comme un autre. Nous pouvons dire la même chose de la science, qui a été dévoyée dans une logique utilitariste à travers la technique.

Enfin, la politique a perdu de son sens, et ne concourt plus à l'écriture de l'Histoire. Elle se résume à une gestion administrative au jour le jour, en un peu plus rouge ou un plus bleu, de pseudo démocraties, en essayant de heurter le moins notre liberté individuelle.

Ivan Illich souligne la différence entre autonomie et hétéronomie, et la différence entre moyens et fins. L'un apprend au contact de la nature en exerçant ses sens, l'autre apprend auprès d'un professeur chargé de l'enseigner. L'un a une approche autonome, l'autre une approche hétéronome.

L'intérêt n'est pas d'opposer autonomie et hétéronomie. L'hétéronomie est caractéristique de notre évolution. Elle est rendu nécessaire par le fait que nous sommes matériellement incapable, en tant qu'individus, de parvenir à certaines fins. Ainsi, la thésaurisation du savoir et sa transmission organisée procède du fait que nous ne pouvons reproduire toutes les expériences menées jusqu'à nos jours pour obtenir la somme des connaissances actuelles. D'ailleurs, c'est un point qu'oublie souvent ceux qui rejettent la thèse du réchauffement d'origine anthropique. Ce sont, avant nous, sans doute d'innombrables personnes, qui directement, indirectement, par des connaissances transverses, ont contribué à faire progresser la connaissance dans ce domaine. Ce n'est surement pas un excité sur son blog qui remettra en cause toutes les études qui ont été faites sur la correction des températures (dans le sens du refroidissement en plus... Je préciserais que cela s’appelle un abri ouvert) du passé par exemple

Bref, dans notre société, les moyens sont devenus des fins en soi. Les deux exemples les plus proéminents sont à mon sens la voiture et l'argent. Pour la bagnole, nous avons développé, et développons encore, tout un attirail technologique. Alors que la bagnole est le problème. Un objet qui n'est finalement qu'un moyen, et devenu une fin en soi. On travaille pour payer sa bagnole, le ravitaillement, .... Au final, nous sommes en quelque sorte esclave de la voiture, et tout cela pour nier l'espace temps qui nous entoure. Et pour courir après quoi ?

De même pour l'argent. Il se devait d'être un vecteur facilitant l'échange entre humains. Au final, il est devenu un but en soi. Nous travaillons plus pour gagner plus, et faire gonfler des bulles économiques dont l'éclatement est de plus en plus violent.

D'un certain point de vue, Illich rejoint Hannah Arendt. Il y a confusion entre moyens et fins, tout comme il y a confusion entre œuvre et travail.

La bulle technique a participé à cet état de fait. L'intelligence a été développé durant l'évolution, pour suppléer l'évolution justement. Les deux dynamiques concourent à l'adéquation entre l'individu et l'environnement, et donc à favoriser la survie de l'espèce. Cependant, l'évolution est un processus lent, qui se déroule sur des millions d'années. De plus, l'évolution adapte l'individu à son environnement. Au contraire, l'intelligence est un processus rapide qui permet à l'individu d'adapter son environnement. Dans cette logique, une fourmilière est une forme d'intelligence. Intelligence collective et très limitée, mais intelligence quand même. Là où la fourmi est faible et démuni, la fourmilière peut répondre à des pressions de son environnement, et mettre en place des stratégies.

Fermi, dans les années 50, se demandait pourquoi nous n'avions pas encore rencontré les extra-terrestres. Son raisonnement était qu'au bout de 13 milliards d'années d'univers, il devait nécessairement avoir eu quelque part dans la galaxie l'éclosion d'une forme de vie intelligente. Les réponses sont multiples, mais excluons toutes les hypothèses qui reviennent de près ou de loin à remettre en cause la révolution copernicienne -ce qui en soit n'est pas impossible, rien ne prouve réellement que Copernic est eu raison- (hypothèse de la Terre rare,...). De même excluons, les hypothèses sur les erreurs logiques de cette proposition. Il nous reste au final deux grandes réponses possibles. Soit un problème matériel si je puis dire, soit des considérations sur l'intelligence. De même que nous ne pouvons communiquer avec une fourmilière, il est possible que chaque « espèce » d'ET a une intelligence propre avec laquelle il est fondamentalement impossible d'entrer en communication. Ou bien il est possible que l'intelligence soit auto destructrice, d'une façon ou d'une autre. Et dans cette optique, l'humanité est condamnée à brève échéance.

La caractéristique de notre société actuellement, est l'isolement dans une bulle technique justement, où notre intelligence nous maintiens isolé de toutes influences négatives de notre environnement. Le problème, c'est que la bulle a tant et tant enflée que la confusion s'est installé entre les moyens et les fins, entre l’œuvre et le travail. D'autre part, incapable d'avoir une vision d'ensemble clair de la situation, nous continuons sur le même modèle, dans une fuite en avant éperdue.

Il est patent que l'humanité n'a pas plus une volonté de s'occuper des difficultés intrinsèque à cette civilisation, pas plus qu'une conscience de cet enjeu n'existe.

Un des exemple les plus parlant de ce déni collectif est celui de notre rapport au Troisième Reich et à ses exactions. Ce qui s'est passé à Auschwitz-Birkenau, Chelmo, Belzec, Majdanek, Sobidor, Treblinka n'a rien d'inhumain. Ce sont des être humains qui ont massacré d'autres êtres humains, en cela c'est un processus strictement humain. Aveuglé que nous sommes par l'idée que tant de violences ne peuvent être le fait de gens “normaux” -si tant est qu'il existe des gens normaux-, que nous n'aurions pas pu être un de ces gardiens de camp, nous pousse à un déni enrobé de belles phrases. Pour autant, ce qui passé dans ces camps fait aussi partie de notre humanité. Et si nous ne veillons pas à l'évolution de nos sociétés, nous connaitrons les mêmes atrocités. De plus, cela nous empêche de discerner le fait que ce que nous considérons comme des droits universels ne sont permis (je ne dis pas que cela est exclusif ! mais jusqu'à présent, cela fut ainsi) que par l'isolement dans une bulle technologique qui enfle avec le progrès. Il est aussi important de se demander ce qu'il pourra rester de ces droits universels si l'effondrement de cette civilisation venait à être consommé. En sachant que nous sommes capable du pire...

Plus le groupe est cohérent, nous avons le sentiment que nous ne pouvons faire bouger les choses. Cela peut sembler paradoxal de prime abord. D'un point de vue intérieur cependant, cela se justifie. Nous pouvons difficilement changer les choses si tout le monde part dans la même direction, et le groupe manque de “flexibilité”. Même si le sujet sera fermé, soyons clair que je ne veux changer le monde à moi tout seul ! Mais comrpennons bien que malgré l'individualisme, nous sommes pris dans un groupe humain qui fonce dans le mur de manière cohérente, et changer de trajectoire sera compliqué. De plus, nous sommes dans une logique de rétroactions positives contribuant à emballer le système. Les mouvement de foules, physique ou non, sont de plus en plus nombreux. Pour un nouveau gadget sorti, si il arrive à avoir la petite étincelle au début, le mimétisme de notre société provoque une ruée sur le gadget en question. Et nous avons donc comme caractéristique supplémentaire un système instable, sensible aux conditions initiales. La seule direction dans ce chaos organisé est la croissance à tout va.

De plus, au sujet de nos démocraties, elles ne sont là que pour protéger notre liberté individuelle, placé au dessus. La notion de bien commun, ou peu importe comment on appelle ce concept, a été sacrifié sur l'autel de la réussite individuelle.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Salut et Merci pour ce débat passionnant et enrichissant!

Je crois que tant que des pays tres pollueurs comme USA ou China ne s'impliqueraient pas dans la lutte contre le RC, les efforts des autres pays ne permetteront pas a eux seuls de résoudre ce probleme

Les pays pauvres seront les premiers a en payer les frais, par exemple mon pays (Tunisie) 30% de la population n'a pas acces a l'eau et les années de sécheresse il ya des restrictions dans l'usage de l'eau+le pays exporte, en moyenne, 50% de ses besoins en céréales et d'année en année la surface arable (déja limitée car la majeure partie du pays est désertique ou aride*) est réduite alors que les forets sont coupés par les gens (par ignorance) afin de vendre le bois et aussi brulées (pour changer le statut des terres de terrains forestiers en terrains urbains vendables), face a ceci le gouvernement semble dépassé bien qu'il soit élu démocratiquement (pour la premiere fois de l'histoire) car il est certes le plus populaire mais ne semble pas compétent(=>etre le plus populaire ne signifie pas forcément etre aussi le plus compétent et apte a trouver des solutions face au RC entre autres)

Ci dessous un tableau montrant l'anomalie thermique due au RC la ou j'habite (de +1 a +2.5 degrés)

sos5za.jpg

*

Selon la classification de Köppen pres de 80% de la Tunisie est un désert (cad climat désertique) et je pense que la Tunisie sera un des pays les plus vulnérables face au RC car les ressources en eau douce sont parmi les plus faibles au monde+la superficie des terres arables est tres petite et avec le RC both la superficie arable&réserves d'eau douce pourraient encore diminuer

Koppen_World_Map_B_new.png

1zumqg.png

pres de 8% steppe chaude (cad climat semi-aride chaud)

Koppen_World_Map_BSh_BSk.png

w89dgw.png

pres de 2% steppe froide (cad climat semi-aride froid)

et pres de 10% d pays a un climat méditerranéen

Koppen_World_Map_Csa.png

207ougm.png

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Je répète (pour la dernière fois) que les discussions se transforment en propos politiques (dans le sens large), avec chacun ses convictions personnelles sur la question. Infoclimat n'est pas le lieu pour ça. Ici la seule chose qui fait valeur de discussion est l'aspect scientifique de la question de l'évolution climatique et ce sujet sociologique en particulier ne déroge pas à la règle. Si vous n'avez rien de scientifique à apporter de plus au contenu sociologique de la question, alors abstenez-vous de participer à ce sujet. Merci.

Revoir mon post du 14 mars page 25 : /topic/40165-societes-humaines-et-evolutions-climatiques-a-venir/page__st__480'>http://forums.infoclimat.fr/topic/40165-societes-humaines-et-evolutions-climatiques-a-venir/page__st__480

Encore un écart comme celui-là et le sujet sera définitivement fermé.

Franchement, est-ce que la teneur des messages précédents justifiait ce genre de "rappel à l'ordre" ? On se croirait au collège... default_confused1.gifCette section du forum est déjà désertée tant elle est devenue rigide et vous trouvez encore le moyen de doucher sur place les quelques malheureux qui osent exprimer - dans des messages impeccables - des inquiétudes et des points de vue divergents sur une problématique globale.

Effectivement, quitte à faire fuir tout le monde, autant fermer le sujet plutôt que de pressuriser les intervenants à chaque page !

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites

Franchement, est-ce que la teneur des messages précédents justifiait ce genre de "rappel à l'ordre" ? On se croirait au collège...

Les messages précédents non effacés, sans doute pas (quoique cela reste franchement border-line compte tenu du passé du forum et du respect de la charte dont nous sommes les garants). Par contre les messages qui ont été effacés, que tu n'as pas vu ou qui n'ont pas été publiés, oui mon rappel à l'ordre est totalement justifié.

Et je rappelle également, puisque ton message le justifie aussi, que "Tout demande d'explication personnelle ou de remise en cause de la politique de modération postée publiquement sur le forum sera effacée."

Mais comme tu vois, puisque ton message comme les précédents n'ont pas été effacé (pour l'instant, puisque je ne suis pas le seul à décider), que nous savons aussi faire preuve de beaucoup d'indulgence. Trop tolérant même, puisque les messages des modérateurs ne sont absolument pas écouté depuis bien longtemps. Mais un rappel à l'ordre dans le but d'adoucir les conversations qui en ont franchement souvent besoin, surtout ici, est malheureusement bien souvent nécessaire. Et ça me parait un moindre mal que de prendre du temps à la fois pour expliquer et donner une chance au sujet, plutôt que de sortir tout de suite le buldozer (ce que j'aurais pu faire dès le début sans même risquer de me faire exposer à la critique).

EDIT : et je dis ça alors que j'ai même pas lu le post de paix avec de belles références (3eme reich et compagnie default_wacko.png ). Un peu ras le bol là... Tout ça n'a plus rien à voir avec le sujet d'origine. On est pas au café du coin ici, vous êtes sur un media lu publiquement et engagez aussi notre responsabilité.

Effectivement, quitte à faire fuir tout le monde, autant fermer le sujet plutôt que de pressuriser les intervenants à chaque page !

reEDIT : Soit, la coupe est donc pleine. Sujet fermé jusqu'à nouvel ordre.

Partager ce message


Lien à poster
Partager sur d’autres sites
Invité
Ce sujet ne peut plus recevoir de nouvelles réponses.

  • En ligne récemment   0 membre est en ligne

    Aucun utilisateur enregistré regarde cette page.